Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Partie 1. L'évolution des paysages végétaux méditerranéens

Chapitre 1. Le climat, facteur dominant

Texte intégral

Image 100000000000032B000001BDF12D83FF.jpg

Paysage littoral marqué par le climat méditerranéen et l’homme : phrygana et huerta (Crète).
© M.-A. Coudray-Tassin

1Même si la végétation naturelle méditerranéenne a été considérablement transformée par l’homme, elle est d’abord le reflet des conditions climatiques auxquelles elle doit s’adapter, le domaine méditerranéen ayant des limites avant tout bioclimatiques. Sans constituer une véritable zone – une ceinture autour du globe – le climat de type méditerranéen est présent dans cinq régions sur les façades occidentales des continents : autour de la Méditerranée (2 300 000 km²), en Californie (324 000 km²), au Chili central (140 000 km²), en Afrique du Sud (90 000 km²) et en Australie méridionale (112 260 km²). Des régions peu étendues en latitude, mais qui ont en commun de faire la transition entre le domaine tempéré et le domaine tropical.

Qu’appelle-t-on domaine méditerranéen ?

Des limites avant tout bioclimatiques

Des limites répondant à des besoins agricoles

2Pour les géographes, ce fut avant tout l’olivier, plante très répandue autour de la Méditerranée, qui eut une signification climatique. Un choix somme toute assez judicieux, puisqu’aujourd’hui on a la preuve que la forme sauvage de cet arbre était présente dans les Bouches-du-Rhône dès la fin des périodes froides de l’ère quaternaire. Le tuf de Roquevaire ayant en effet livré une feuille fossile datant de 10 000 ans… Pourtant cette délimitation proposée par le botaniste Charles Flahault fut bientôt critiquée : l’aire de l’olivier, plante cultivée, ne s’était-elle pas agrandie par rapport à celle de l’oléastre, cet olivier sauvage qui vivait de façon naturelle ? Et puis, en certains endroits, cette aire avait peut-être reculé, victime de gels exceptionnels ou… de difficultés financières.

3Aujourd’hui, grâce à la confrontation de données archéologiques (restes de bois, noyaux), biogéographiques (sur les individus remarquables) et génétiques (marquage moléculaire du génome) nous connaissons mieux l’histoire récente de l’olivier, cet arbre emblématique et sacré qui a inspiré les grands textes religieux fondateurs (Bible, Torah, Coran), et que la mythologie grecque a fait naître sur l’Acropole par le geste d’Athéna. Il existe six sous-espèces d’Olea europaea, qui auraient 2 000 variétés dans le monde (dont 150 en France), originaires du bassin méditerranéen ou parfois d’Asie, et présentes depuis l’Afrique du Sud jusqu’en Chine, en Méditerranée, en Macaronésie et enfin dans les montagnes sahariennes. Les marqueurs moléculaires, qui révèlent le degré de proximité génétique entre les arbres, et donc les migrations, « rendent possible l’étude (…) des relations entre la forme cultivée et sauvage, (…) donnent un panorama de la diversité après les glaciations et permettent de situer globalement les zones refuges qui apparaissent nombreuses et génétiquement très structurées » (Breton et al., 2006). L’olivier sauvage ou oléastre (Olea europaea subsp. europaea) n’est peut-être parfois qu’une forme cultivée retournée à l’état sauvage, mais nous savons aujourd’hui que les oléastres véritables se sont implantés aussi bien à l’ouest qu’à l’est du bassin, après avoir survécu durant la dernière glaciation quaternaire (le Würm) dans au moins quatre zones refuges : nord-ouest de l’Afrique, péninsule Ibérique, Proche-Orient, Sicile, Corse… Apparu dès l’ère tertiaire, le genre Olea (il est signalé en Languedoc à l’Oligocène terminal) se serait diversifié à l’ouest avant les glaciations (au Miocène et surtout au Pliocène). « L’origine de l’olivier cultivé à partir de l’oléastre ne fait plus de doute à l’est comme à l’ouest de la mer Méditerranée » (Breton et al., 2006). Domestiqué par clonage au Levant (Palestine, Israël) vers 5 800 BP, mais aussi en Afrique du Nord, en Espagne et en France, probablement simultanément, « il fut fortement disséminé par l’homme dans le Bassin Méditerranéen au gré des principales civilisations telles que les Phéniciens, les Romains ou encore les Arabes. Plus récemment, il y a environ deux siècles, sa culture a été introduite dans des pays du nouveau monde (e.g. Australie, Californie) » (Besnard, 2009).

4Obtenus à partir des premiers oliviers domestiqués et des oléastres locaux, les oliviers cultivés ne peuvent pas plus que les formes sauvages totalement caractériser les limites d’un domaine bioclimatique dont les variabilités interannuelles font fortement fluctuer les marges. D’autant plus que l’oléastre ou sa forme ensauvagée, en péril dans plusieurs régions à cause de la désertification, de l’urbanisation et des hybridations avec les formes cultivées, n’occupe plus qu’une place discrète dans des associations thermophiles avec des chênes sclérophylles, le thuya de Berbérie, le genévrier rouge ou le pistachier lentisque (brousse à oléolentisque, chap. 3), pouvant « constituer toutefois des peuplements purs ou presque purs, en divers points du pourtour méditerranéen » (Quézel, Médail, 2003), comme au Maroc, en Sicile, en Grèce et Turquie méridionales. En France, des reliques existent en limite nord de son aire de répartition (Côte d’Azur, massif de la Clape près de Narbonne, région de Perpignan).

5Les botanistes ont donc cherché d’autres végétaux pour caractériser le domaine méditerranéen (Flahaut, 1901). Par exemple les chênes à feuillage persistant (chêne vert, chêne kermès, chêne-liège), mais ils ont dû faire la distinction entre trois types de végétation : euméditerranéenne (propre au domaine) comme l’olivier et le chêne kermès, propéméditerranéenne (qui déborde un peu les marges) comme la bruyère arborescente, et latéméditerranéenne (qui déborde beaucoup plus loin) comme le chêne vert ou la lavande. En Méditerranée, c’est le chêne vert (Quercus ilex) qui est apparu comme l’espèce circum-méditerranéenne la plus ubiquiste, la difficulté étant qu’il sort largement du domaine climatique, que ce soit dans les causses du Quercy ou sur le littoral atlantique franco-espagnol jusqu’en Bretagne, et qu’à l’est de la mer Égée ses peuplements sont en fait très ponctuels, de véritables curiosités botaniques. Le chêne kermès (Quercus coccifera) fait partie de la strate buissonnante de la chênaie verte, mais son aire nettement plus restreinte ne peut pas caractériser le domaine méditerranéen. Même si sa variété arborescente (le chêne calliprinos) remplace Quercus ilex au Proche-Orient. Quant au chêne-liège (Quercus suber), il pousse au nord de Bayonne et n’existe pas en Méditerranée orientale.

6En Californie, la végétation présente beaucoup d’affinités avec celle du pourtour méditerranéen, appartenant comme elle au plus vaste des six royaumes floristiques mondiaux définis par Good et Takhtajan, le « Royaume holarctique » (avec ses chênes, ses pins, ses Labiées…), du fait que les plaques américaine et européenne de l’écorce terrestre se trouvaient soudées jusque vers la fin de l’ère secondaire. Et même si la direction globalement méridienne du relief a facilité une interpénétration des espèces euméditerranéennes et subméditerranéennes, de grands chênes sclérophylles toujours verts comparables à ceux de Méditerranée tiennent une bonne place dans les paysages forestiers. Mais le Coast Live Oak (Quercus agrifolia), parfois appelé « le chêne vert de Californie », qui ne diffère de Quercus ilex que par son écorce lisse et ses feuilles glabres, ne peut à lui seul caractériser le domaine climatique, cette espèce côtière laissant la place à deux autres grands Live Oaks dans les basses montagnes et les vallées de l’intérieur. Même difficulté avec les petits chênes buissonnants à feuilles persistantes du chaparral, tel le Scrub Oak (Quercus berberidifolia), pourtant le plus répandu.

Image 10000000000003FA000002BBEAABA4C1.jpg

Les oliviers de Nyons (Drôme). L’oliveraie millénaire des Baronnies, la plus septentrionale de France, a été gravement endommagée par le gel de février 1956.
© Ch. Tassin

7Dans l’hémisphère austral, les espaces boisés méditerranéens appartiennent à d’autres royaumes floristiques, qui résultent de la séparation des continents (la tectonique des plaques) au cours des âges géologiques, l’isolement des différentes régions ayant permis des processus divergents de formation des espèces (la spéciation). Mais là encore, le domaine méditerranéen ne peut être bien caractérisé par des végétaux. Le Royaume floristique du Cap possède dans son maquis, le fynbos, la plus grande diversité des espèces du monde (avec 73 % d’endémiques). Comme lui, l’Australie du Sud possède les magnifiques Protéacées originaires de l’hémisphère sud, très nombreuses dans les forêts à grands eucalyptus comme dans le maquis, le mallee scrub. Quant au genre endémique eucalyptus, diversifié en plus de 700 espèces qui se sont répandues sous tous les climats du pays, il ne peut pas représenter uniquement le domaine méditerranéen australien. Enfin, au Chili central les formations buissonnantes (matorral, espinal) et les lambeaux forestiers, y compris les îlots reliques dus comme en Californie aux interpénétrations d’espèces, comportent beaucoup de végétaux à feuilles persistantes et coriaces, endémiques au pays. Mais aucun d’eux ne peut caractériser tout le domaine méditerranéen chilien. Toutes ces difficultés ont dirigé les chercheurs vers des limites climatiques du domaine méditerranéen.

Des limites privilégiant les précipitations

8Elles permettent de distinguer les climats méditerranéens des climats arides et des autres climats tempérés. La délimitation doit s’appuyer au minimum sur les variations de la température et la répartition des précipitations au cours de l’année. Deux éléments indissociables dans la vie des plantes, donc essentiels aux indices et aux diagrammes qui caractérisent les liens entre les divers facteurs climatiques. Les géographes éludent parfois le problème des limites thermiques. Cependant, ils ont tenté d’établir quelques méthodes. Considérant que le risque de gel est écarté si le mois le plus froid a une moyenne supérieure à 15 °C (limite des climats chauds tropicaux), Henri Gaussen place les climats méditerranéens dans un groupe tempéré chaud avec au moins un mois avec une moyenne < + 15 °C, et tous les mois avec une moyenne > 0 °C. Georges Viers cherche à concilier les diverses positions, à l’aune de la Californie ou du Chili pour l’été, et de l’Espagne intérieure pour l’hiver. En résumé, le climat méditerranéen aurait : toutes les moyennes mensuelles > + 4 °C (limite d’hiver) ; au moins une moyenne mensuelle > + 15 °C (limite d’été) ; au moins une moyenne mensuelle < + 18 °C (limite hivernale des climats chauds).

Reposant sur des indices, les limites avec l’aridité doivent tenir compte de l’efficacité des précipitations à l’égard de la végétation. Or celle-ci dépend de la saison où elles tombent, de la température de cette saison et des suivantes. En effet, l’évapotranspiration (qui cumule l’évaporation directe avec la transpiration des plantes) ainsi que les réserves d’eau du sol ne sont pas les mêmes s’il fait froid ou s’il fait chaud. C’est pourquoi beaucoup d’auteurs, pour déterminer les limites de l’aridité, préfèrent utiliser, plutôt qu’une isohyète précise, un indice d’aridité qui exprime les rapports températures/précipitations. Les indices d’aridité ont foisonné depuis celui d’Emmanuel de Martonne, membre fondateur de l’école française de géographie Image 100000000000002800000016B77885E9.jpg indice simple où P est la pluviométrie annuelle en mm et T la température moyenne annuelle en °C, mais qui nécessite comme beaucoup d’autres l’emploi d’un tableau pour connaître sa signification. Si I > 20 → humidité suffisante ; si 20 > I > 10 → tendance à la sécheresse ; si I <10 → semi-aridité, puis aridité. Deux exemples pris en Espagne témoignent d’une certaine justesse de cet indice : I = 46,9 à Bilbao sous climat océanique, I = 7,6 à Almeria sous climat méditerranéen semi-aride (Huetz de Lemps, 1994). Les recherches de Louis Emberger, notamment en France et au Maroc (Emberger, 1939), ont conduit ce botaniste à proposer un quotient pluviothermique (Q2) plus précis, où il fait intervenir en plus du total des précipitations (P) la moyenne des maxima du mois le plus chaud (M) et celle des minima du mois le plus froid (m) : Image 100000000000003B000000165C4EFB4B.jpg quotient permettant de définir six bioclimats : peraride, aride, semi-aride, subhumide, humide et perhumide, la semi-aridité débutant à Q2 < 50, l’aridité à Q2 < 30 et la per-aridité à Q2 < 20 (Emberger, 1955). Mais nombre d’auteurs ont cherché à simplifier, comme les phyto-écologues Henri-Noël Le Houérou et Pierre Quézel qui utilisent les précipitations annuelles (P, en mm) à la place du coefficient d’Emberger, donc une corrélation simplificatrice mais très acceptable puisqu’en Provence, selon Annick Douguedroit, le poids de P dans le calcul du coefficient Q2 compterait pour environ 80 % (Douguedroit, Norrant, 2006). Ainsi, selon le tableau des correspondances, le bioclimat semi-aride commencerait avec P < 600 mm, le bioclimat aride avec P < 400 mm et le bioclimat peraride avec P < 100 mm… On a vu cependant qu’une isohyète déterminée, si elle est pratique, peut être insuffisante pour tracer les limites de l’aridité, puisqu’elle ne fait pas intervenir l’efficacité des précipitations à l’égard de la végétation. H.-N. Le Houérou précise d’ailleurs ses limites de la « méditerranéité » par deux indices qui reposent sur l’abondance relative des précipitations hivernales par rapport à l’absence partielle (ou totale) des précipitations estivales : IM1 = P du trimestre hivernal/P du trimestre estival, qui doit être > 2, et IM2 = P du semestre hivernal (à jours courts)/P du semestre estival (à jours longs), qui doit être > 1,5 (Le Houérou, 2005). Pourtant, c’est peut-être le botaniste Henri Gaussen qui quantifie le mieux la sécheresse climatique en donnant une valeur absolue qui précise son intensité, l’indice xérothermique (x) ou nombre de jours écologiquement secs, observés au cours des mois secs (Bagnouls, Gaussen, 1953, 1957). Un jour sec est un jour sans précipitations (P = 0 mm) mais avec une humidité relative moyenne H < 40 %. On compte 9/10e de jour sec pour H de 40 % à 60 %, 8/10e de jour sec pour H de 60 % à 80 %, 7/10e de jour sec pour H > 80 %, et 5/10e pour un jour de brouillard. L’indice xérothermique intègre sans doute des données difficiles à appréhender (jours de précipitations, de rosée, de brouillard, valeur de l’humidité relative), mais suffisamment nombreuses et précises pour faire des observations, des comparaisons efficaces. H. Gaussen, qui fait commencer ses climats méditerranéens à 40 jours secs, place la limite avec le climat subdésertique à 200 jours secs (Gaussen, 1954). Et pour chaque bioclimat défini, il donne un exemple :

  • de 150 à 200 jours secs : xéro-thermo-méditerranéen (Marrakech)

  • de 125 à 150 jours secs : thermo-méditerranéen accentué (Beyrouth)

  • de 100 à 125 jours secs : thermo-méditerranéen atténué (Séville)

  • de 75 à 100 jours secs : méso-méditerranéen accentué (Larissa, Grèce)

  • de 40 à 75 jours secs : méso-méditerranéen atténué (Rome)

  • moins de 40 jours secs : sub-méditerranéen (Toulouse), qui n’est pas considéré comme méditerranéen proprement dit. Il est vrai qu’à Toulouse, malgré une sécheresse estivale bien présente, il n’y a plus ni olivier, ni chêne kermès…

Image 100000000000030B000003AEA9EB4CB3.jpg

Figure 1. Situation bioclimatique de quelques villes méditerranéennes en fonction des bioclimats et des étages de végétation définis par le climagramme pluvio-thermique d’Emberger.
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

Les limites des climats méditerranéens avec les autres climats tempérés reposent sur la définition de l’été sec (le nombre de mois secs). Pour caractériser ces mois secs de l’année, le géographe Pierre Birot a utilisé l’indice climatique : Image 100000000000002300000016126EEA9B.jpgn étant le nombre de jours de pluie du mois, p la hauteur des précipitations mensuelles, et t la température moyenne mensuelle, le mois étant sec lorsque i < 10. Mais la définition du mois sec par H. Gaussen, P (mm) < 2 T (°C), permet d’élaborer un diagramme ombro-thermique (du grec ombros, la pluie), facile à interpréter et utilisable dans le monde entier. Appelé aussi diagramme de Gaussen, ce graphique facilite la visualisation de la durée du déficit pluviométrique (le nombre de mois secs), lorsque la courbe des précipitations passe en dessous de celle des températures (ces données étant représentées sur l’axe des ordonnées selon le rapport P/T = 2). Henri Gaussen situe « l’été méditerranéen » entre un minimum d’un mois sec et un maximum de 8 mois, limites que d’ailleurs il précise avec x, de 40 jusqu’à 200 jours secs (Gaussen, 1954). Cependant, cette limite supérieure cadre assez peu avec les évaluations de Pierre Quézel et Frédéric Médail, qui attribuent au bioclimat semi-aride (P = de 400 à 600 mm) 5 à 7 mois secs, et au climat aride (P = de 100 à 400 mm) 7 à 11 mois secs.

9Pour ces chercheurs écologues, le climagramme d’Emberger est plus près des réalités écologiques que la classification de Gaussen, qui n’utilise pas les températures maximales ou minimales mensuelles moyennes (Quézel, Médail, 2003). Même si le nombre de mois secs ou de jours secs n’y est pas directement perceptible… En effet, ce graphique, outre qu’il permet de visualiser globalement la situation climatique d’une localité méditerranéenne (fig. 1), montre les exigences d’une structure ou d’une espèce végétale en fonction des bioclimats (en ordonnée) et des étages altitudinaux de végétation (en abscisse) :

10Les bioclimats étant définis par le quotient pluvio-thermique (Q2) ou, de façon plus pratique, par les précipitations annuelles (P, en mm) :

  • peraride (P < 100 mm)

  • aride (de 100 à 400 mm)

  • semi-aride (de 400 à 600 mm)

  • subhumide (de 600 à 800 mm)

  • humide (de 800 à 1 000 mm)

  • perhumide (P > 1 000 mm).

11Et les étages reposant sur des critères thermiques, la moyenne des minima du mois le plus froid (m) :

  • « oro-méditerranéen » : extrêmement froid (m < -7 °C)

  • « montagnard-méditerranéen » : très froid (m de -3 à -7 °C)

  • « supra-méditerranéen » : froid (m de 0 à -3 °C)

  • « méso-méditerranéen » : frais (m de +3 à 0 °C)

  • « thermo-méditerranéen » : tempéré (m > +3 °C)

  • « infra-méditerranéen » : chaud (m > +7 °C).

12Ces divergences de méthodes dans la délimitation climatique montrent combien il faut en préciser le vocabulaire pour faciliter la compréhension des paysages végétaux méditerranéens. L’étude biogéographique des principales formations et des diverses espèces prendra souvent pour référence les bioclimats du climagramme d’Emberger, mais l’étude de la mosaïque climatique méditerranéenne sera basée sur un découpage plus spécifique, un canevas plus approprié à une répartition géographique. Pour ne prendre qu’un exemple, les notions de bioclimats « semi-aride » et « aride » pourront être plus ou moins regroupées sous les vocables connus de climat méditerranéen dégradé, semi-aride, « steppique » ou encore « syrien » (Viers, 1990), le bioclimat « peraride » correspondant alors au climat tropical désertique « saharien ». Bien que parfois discutés, les qualificatifs « syrien » et surtout « steppique » (proche du qualificatif « désertique ») pourront être retenus, car ils évoquent assez justement sur le plan des paysages « la dégradation désertique des climats méditerranéens à pluies d’hiver, à steppes herbacées ou semi-ligneuses » (Viers, 1990).

Cinq régions dont quatre hors de la Méditerranée

13Le domaine méditerranéen occupe une part de la frange occidentale des continents entre 30° et 40° de latitude : sur les bordures de la Méditerranée, en Californie, au Chili central, dans la région du Cap et dans le Sud australien. La cartographie de ces régions témoigne des discussions des auteurs sur les moyens de délimitation des climats méditerranéens.

14Autour de la Méditerranée (2 300 000 km2), c’est au sud et à l’est, à cause de la dégradation vers la semi-aridité et l’aridité, que les limites sont les plus discutées

15La façade libyenne et égyptienne est presque entièrement vouée au climat steppique semi-aride à pluies d’hiver, (le « climat de type syrien » des géographes), le méditerranéen proprement dit n’occupant que le nord de la Cyrénaïque.

16Au Maghreb, la limite est plus difficile à cerner, à cause surtout de la disposition des reliefs. Le climat méditerranéen dégradé commencerait au sud de Casablanca ou alors d’Essaouira au Maroc, au sud de Sousse en Tunisie, et sur les hauts plateaux (ou hautes plaines) qui bordent l’Atlas tellien en Algérie.

17En Asie occidentale, le climat méditerranéen occupe la façade maritime de la Turquie et du Proche-Orient (collines et plaines côtières de Syrie, du Liban et d’Israël) depuis Gaza jusqu’à Sinope sur la mer Noire, où il laisse la place à l’est au climat pontique humide toute l’année. Mais il s’étend aussi de la province égéenne de la Turquie vers le Taurus oriental et jusqu’aux alentours de Chiraz, dans le Zagros iranien. Enfin, une étroite bordure sinueuse au pied des montagnes kirghizes, tadjikes et turkmènes ainsi qu’une frange discontinue dans la bordure montagneuse pakistano-afghane à l’ouest de l’Indus terminent l’extension du climat méditerranéen vers l’est, avant que les pluies d’été de la mousson indienne ne viennent s’ajouter aux pluies méditerranéennes d’hiver. L’influence de cette mousson se faisant sentir jusque sur les reliefs sud-orientaux de l’Afghanistan et parfois de l’Iran… Mais c’est la limite avec le semi-aride ou l’aride qui pose parfois problème, avec la forte continentalité qui règne dans ces cuvettes fermées que sont les plateaux intérieurs d’Anatolie et surtout d’Iran, où l’on passe au climat steppique à hiver froid (en Turquie, dans le nord-ouest de l’Iran et dans les bassins intra-montagnards d’Afghanistan) ou à hiver modéré (sur l’ensemble du plateau irano-afghan), et même au climat désertique (déserts du Lout et du Grand Kévir, en Iran).Les hautes terres de l’Anatolie centrale et orientale, où un hiver de type continental, froid et sec, succède souvent à l’été méditerranéen, sec et chaud, connaissent des épisodes d’aridité aiguë. Enfin, la continentalité marquée permet aussi derrière l’écran côtier syro-libanais et israélien une auréole de climat « syrien » semi-aride, qui s’étale depuis l’ouest de la Jordanie jusqu’au pied du Taurus, en passant par le Haouran (au sud de Damas), le pied du mont Hermon, de l’Anti-Liban, et le nord de la Syrie. Puis on passe au climat désertique, la transition s’effectuant autour des lignes isothermes de 7 °C en janvier et 28 °C en juillet (limites des conditions de survie du palmier dattier).

18Au nord de la Méditerranée, la délimitation est plus nette, le climat méditerranéen est en contact avec des climats où l’été devient humide, surtout à l’ouest avec le climat tempéré océanique, mais aussi à l’est avec le climat tempéré semi-continental (dès la vallée du Rhône et la plaine du Pô, jusqu’aux plaines de l’ancienne Yougoslavie et de Bulgarie). Il règne ainsi dans :

  • la quasi-totalité de la péninsule Ibérique – excepté le nord-ouest – avec des nuances presque steppiques en Castille, dans le bassin de l’Ebre, et au sud-est (entre Alicante et Almeria). Au pied de la Sierra Nevada, Almeria ne reçoit que 226 mm de pluies ;

  • le sud-est de la France, depuis le littoral jusqu’aux montagnes du Roussillon, le seuil du Lauragais, la bordure des Cévennes, le défilé de Donzère (au sud de Montélimar) et les montagnes de Provence ;

  • une bonne partie de l’Italie, excepté la plaine du Pô, une partie de l’Apennin septentrional et central, et le littoral adriatique de Trieste à Ancône (où apparaît l’olivier) ;

  • le littoral de l’ancienne Yougoslavie, à partir de l’Istrie (mais jusqu’à Split la sécheresse d’été est courte) ;

  • l’Albanie et la Grèce (sauf les bassins intérieurs du nord), avec leurs montagnes qui gardent un régime des pluies méditerranéen ;

  • la Turquie d’Europe et l’extrême sud du littoral bulgare, jusqu’à Burgas ;

  • enfin, en mer Noire, la côte sud de la Crimée.

19Hors de la Méditerranée, il ne s’agit que de petites surfaces.

20En Californie, le climat méditerranéen (324 000 km2) s’étend seulement sur 700 km. Il débute au nord aux alentours d’Eureka et du cap Mendocino, où finit le climat océanique, et se prolonge jusqu’au sud de San Diego, au-delà même de la frontière mexicaine (en Baja California), et à l’est jusque sur les contreforts des montagnes, au contact des déserts et semi-déserts continentaux. Avec aussi des nuances steppiques dans la Grande Vallée californienne et autour de San Diego.

21Au Chili central, l’extension du climat méditerranéen est encore plus réduite (140 000 km2).

22Il couvre à peine 500 km, depuis La Serena-Coquimbo dans le Norte Chico (le « Petit Nord ») où il est d’abord steppique, jusque vers Concepción au sud où commence le climat océanique, et vers l’est jusqu’aux Andes, qui s’élèvent rapidement.

23Dans le sud australien, le climat méditerranéen occupe deux domaines (112 260 km2).

24Au sud-ouest la région de Perth (de Geraldton au cap Pasley), et au sud-est celle d’Adélaïde, bordées à l’est par le climat subtropical de façade est des continents (à été chaud mais humide) et au nord par une frange semi-aride qui les sépare dans l’échancrure de la Grande Baie australienne (plaine de Nullarbor).

25En Afrique du Sud n’existe qu’un petit secteur méditerranéen, dans la région du Cap (90 000 km2).

26Il est bordé au nord-ouest par le climat aride (désert du Namib), au nord par le climat semi-aride (steppes du Karoo) et à l’est par le climat subtropical de façade est des continents (vers Port Elizabeth).

27Les touristes européens qui déferlent l’été vers les plages de la Grande bleue, que ce soit en Espagne, en France, en Italie ou en Grèce, s’attendent à trouver des montagnes calcaires coiffées de pins, dont les versants abrupts, éblouissants sous le soleil, se dressent près de la mer ou bordent de petites plaines. Une image classique qui est à nuancer, puisqu’il existe bien d’autres paysages structuraux dans le domaine méditerranéen. Même si les reliefs y imposent leur domination… Tout d’abord, ils sont un facteur d’organisation de l’espace puisqu’en distribuant les climats, les eaux et les roches, ils influencent la pédogenèse, la formation des sols. Mais ils sont aussi un facteur de rétrécissement du domaine méditerranéen expliquant sa médiocre extension, laquelle mise à part la péninsule Ibérique ne concerne souvent qu’une étroite bande côtière (quelques kilomètres seulement dans l’Apennin ligure, au-dessus du golfe de Gênes !). Trois domaines structuraux distincts jouent sur la localisation et la distribution des climats méditerranéens.

28En Eurasie et au Maghreb, le système alpin est constitué de chaînes jeunes plissées à l’ère tertiaire. Résultat d’une tectonique des plaques encore active (nombreux séismes), il fournit un cadre montagneux au domaine méditerranéen. Dans l’ensemble, les reliefs sont taillés dans des calcaires d’âge secondaire, qui coexistent avec d’autres roches sédimentaires plus tendres : argiles et schistes des Alpes du Sud ou de l’Apennin, flyschs (grès argilo-sableux) des Alpes, des chaînes dinariques et helléniques ou de l’Atlas, ou encore molasses tertiaires des bassins et des plaines littorales (sédiments détritiques marno-gréseux provenant des montagnes environnantes)... Mais les massifs hercyniens, les socles anciens d’âge primaire incorporés dans les chaînes alpines ou fortement rajeunis par le soulèvement tertiaire donnent des reliefs (et des sols) spécifiques taillés cette fois dans des roches cristallines (comme les granites) ou métamorphiques (comme les gneiss et micaschistes) : nord du Portugal, Meseta espagnole, massifs pyrénéens et catalans, des Maures et de l’Esterel, de Corse, de Sardaigne et de Calabre, de Macédoine et de Turquie, noyaux anciens des Atlas, du Maroc à la Kabylie.

29Dans le système américain, il s’agit de chaînes de type pacifique. Par son orientation méridienne, il empêche le domaine méditerranéen de pénétrer loin à l’intérieur des terres. Ce système n’a en commun avec l’arc alpin que la vigueur de son relief, la jeunesse de son orogenèse, tertiaire pour les Andes comme pour la partie occidentale des Rocheuses, qui se manifeste encore par les séismes dévastateurs du Chili ou de Californie (glissement de la plaque du Pacifique vers le nord-ouest le long de la faille de San Andreas). Des intrusions granitiques ont accompagné les plissements, il y a donc très peu de massifs calcaires, et la tectonique récente et l’érosion sont décisives pour expliquer le relief. Entre la Chaîne côtière sédimentaire plissée (Coast Range) et la Sierra Nevada, massif cristallin faillé, s’allonge le fossé d’effondrement tertiaire de la Grande Vallée californienne. Au Chili, on retrouve la même disposition structurale, le Valle Central entre la Cordillère littorale et les Andes, avec par contre une abondance de roches volcaniques, contrairement à la Californie (excepté le mont Shasta ou le Lassen Peak au nord de l’État).

30Les boucliers d’Afrique et d’Australie sont de vastes socles très anciens. Ils appartenaient à l’ancien continent de Gondwana, qui groupait l’Amérique du Sud, l’Afrique, Madagascar, le Deccan indien, l’Australie et l’Antarctique, avant de se fragmenter à l’ère secondaire. Ils sont issus d’un lent et lointain travail d’érosion et d’aplanissement de reliefs anciens, de chaînes d’âge pré-primaire (précambrien). Mais au sud de l’Afrique, de nouveaux plissements ont fait surgir la chaîne du Cap (fin primaire, début secondaire) qui, aplanie à son tour, a été rajeunie à la suite de nouveaux mouvements. En effet, la reprise de l’érosion a dégagé un beau relief de type appalachien : alignement de crêtes en roches dures (granites et grès du Langeberg ou du Groot Swartberge, 2 130 m) et de dépressions en roches tendres (schistes de la plaine du Petit Karoo, recouverts de sédiments secondaires). En Afrique australe, « les chaînes plissées de la région du Cap (le système du Cap) constituent une unité orographique particulière (…) qui donne une côte élevée rocheuse et des caps escarpés (cap Agulhas, cap de Bonne-Espérance) séparant de courts secteurs de côte basse » (Battistini, 1979), et qui isole le domaine méditerranéen. Quant au bouclier précambrien australien, il n’a guère subi que des gauchissements au cours des périodes géologiques. Dans la région de Perth, ses roches granito-gneissiques affleurent directement en un plateau d’environ 500 m d’altitude, presque sans couverture sédimentaire, sauf dans le bassin littoral de Perth où sa flexure continentale plonge sous une masse de sédiments récents (du Secondaire au Quaternaire). En fait, la zone côtière est séparée de la zone des plateaux par la faille Darling que l’on peut suivre vers le nord et le sud de Perth sur 1 000 km, avec une hauteur de 90 à 200 m, la Darling range culminant à 582 m (Mount Cooke). À l’extrême sud-ouest, la Darling fault rejoint la Manjimup fault, une importante faille orthogonale (de direction ouest-est). Et au nord d’Albany se trouve le relief le plus important du Sud-Ouest australien : modelé dans des roches métamorphiques anciennes (quartzites et schistes), le Bluff Knoll atteint 1 095 m dans le parc national des Stirling et Porongurups Ranges. Si, en allant vers l’est, la plaine de Nullabor et le bassin du Murray furent bien plus largement envahis par les mers, par contre ce sont la dislocation et le rajeunissement du bouclier qui ont accidenté davantage la région d’Adélaïde : Mount Lofty Range, à l’est de la ville, prolongée par les monts Flinders (1 180 m), au nord de Port Augusta.

Les climats méditerranéens, entre les domaines tempéré et tropical

Les constantes : le jeu zonal des anticyclones tropicaux

31Le domaine méditerranéen est caractérisé par des étés secs et des hivers humides où les grands froids sont exceptionnels ou inconnus. Même si ce type de climat n’est pas zonal, puisqu’il n’existe pas sur la façade orientale des continents, son rythme saisonnier est calqué sur la circulation générale, sur le balancement zonal des masses d’air. Entre l’équateur et les zones tempérées, l’air circule en continu à travers de vastes cellules convectives appelées « cellules de Hadley ». Dans la zone de convergence intertropicale (cette CIT qui se balance saisonnièrement entre les tropiques), la rencontre des vents alizés, déviés par la force de Coriolis due à la rotation terrestre, fait se soulever l’air chaud et humide jusqu’en haut de la troposphère (la tropopause), en créant les basses pressions et les fortes précipitations équatoriales. Dans la partie supérieure d’une cellule de Hadley, l’air asséché ainsi obtenu en haute altitude tend à se diriger vers les régions tempérées en un courant général descendant de direction opposée à celle des alizés (les contre-alizés), cette subsidence créant les hautes pressions subtropicales. Dans la partie inférieure des cellules de Hadley, l’air chaud et sec de ces anticyclones redonne naissance aux alizés qui, en passant au-dessus des océans, se chargent d’humidité et apportent dans la CIT l’énergie nécessaire à l’accomplissement d’un nouveau cycle de la cellule. Mais les anticyclones tropicaux permettent aussi, par leur contact avec les grandes zones dépressionnaires tempérées (comme le minimum d’Islande, ou celui des Aléoutiennes), le passage à une circulation générale d’ouest, celle des perturbations nées sur ce « front polaire », entraînées par des courants d’altitude très rapides, les jet-streams, qui assurent la stabilité de ce dispositif des masses d’air à la lisière des zones subtropicales (vers 30-35° de latitude). « En été, ces régions sont soumises aux influences des hautes pressions subtropicales dont l’effet est renforcé par la fraîcheur de l’eau. En saison froide dominent la circulation zonale d’ouest et ses perturbations réactivées sur les eaux plus chaudes que l’air » (Godard, Tabeaud, 1998).

Des étés chauds et secs

32La chaleur estivale est forte pour cette latitude. Les moyennes du mois le plus chaud dépassent parfois celles des pays tropicaux humides.

  • Données de la World Meteorological Organization (ONU), basées généralement sur une période de 30 à 40 ans : Madrid 24,8 °C en juillet (1971-2000), La Valette 26,3 °C en août (1961-1990), Larnaka 26,7 °C en juillet et août (1976-1990) (tabl. 1).

  • Données de Météo France : Perth 23,3 °C en janvier, Florence 25 °C en juillet, Tunis 27 °C, Haïfa 27,1 °C en août, Antalya 28,5 °C,

  • À comparer avec Entebbe 22,2 °C, Cayenne 26,3 °C, Dakar 27,5 °C, Abidjan 27,8 °C ou Manaus 27,9 °C…

33Les maxima absolus (à l’ombre) sont très élevés, dépassant aussi ceux des pays tropicaux humides : plus de 30 °C pendant des mois, et même plus de 40 °C très couramment : Santiago du Chili et Montpellier 37,2 °C, Malaga 41 °C, Florence et Beyrouth 42 °C, Athènes, Antalya et Alger 44 °C, Perth 44,4 °C, Palerme 45 °C, Bakersfield 47,7 °C, Tunis 48 °C, Marrakech 49 °C… L’air anticyclonique qui se réchauffe par subsidence reçoit aussi le rayonnement d’un sol échauffé par une forte insolation (jamais inférieure à 2 500 heures), et d’autant plus qu’il est de couleur claire : l’albédo est très fort, à cause du dessèchement du tapis végétal. Cette chaleur estivale explique l’amplitude thermique moyenne. Tout en étant très inférieure à celle du climat continental à cause de la douceur de l’hiver, elle est supérieure à celle de la zone tempérée océanique ou celle de la zone tropicale (tabl. 1).

  • 1 À comparer avec Brest 9,9 °C, Cayenne 1,2 °C, ou Dakar 7,1 °C. Cette amplitude s’accroît d’ailleurs (...)

Tableau 1. L’amplitude thermique moyenne sur 30 à 40 ans dans quelques stations1

Localité

Moyenne du mois le plus chaud

Moyenne du mois le plus froid

Amplitude thermique annuelle

Porto

19,9 °C

9,3 °C

10,6 °C

Malaga

25,4 °C

11,9 °C

13,5 °C

Alger

25,5 °C

12 °C

13,5 °C

Palerme

26,5 °C

13 °C

13,5 °C

Beyrouth

27,5 °C

14 °C

13,5 °C

Marseille

24,1 °C

7,1 °C

17 °C

Tirana

24,7 °C

6,9 °C

17,8 °C

Marrakech

29 °C

11 °C

18 °C

Athènes

27,2 °C

8,9 °C

18,3 °C

Izmir

27,5 °C

8,9 °C

18,6 °C

Bakersfield

28,3 °C

8,7 °C

19,6 °C

34La sécheresse estivale est « un phénomène extraordinaire sur le globe » (Viers, 1990). En général, on recueille moins de 30 mm, parfois moins de 10 mm, au cours du mois le plus sec. À Izmir, Beyrouth, Larnaka, San Diego 0 mm, Malaga et Marrakech 2 mm, Alger et Palerme 4 mm, Athènes 6 mm, Le Cap 8 mm, Perth 9 mm, Marseille 12 mm, Tirana 28 mm. Cette sécheresse – phénomène insolite puisqu’en général l’air chaud est plus chargé d’humidité donc plus instable – rend la chaleur plus supportable qu’en pays tropical humide, mais c’est l’inverse pour la végétation. Or, à cause de la faible nébulosité et de la forte évaporation, elle est presque permanente pendant l’été, même entrecoupé d’orages violents, comme celui du 17 août 1995 sur le Jbel Toubkal, point culminant du Maroc, qui causa l’une des crues les plus meurtrières du XXe siècle (plusieurs centaines de morts dans la vallée de l’Ourika). La durée de la sécheresse est très variable. Selon la formule P (mm) < 2 T (°C), il y a 1 mois sec à Dubrovnik, 2 mois secs à Porto et Split, 3 à Marseille, 4 à Lisbonne, Madrid et Rome, 5 à Malaga, Alger, Izmir, Adélaïde et Le Cap, près de 6 à Beyrouth, Athènes, San Francisco et Perth, 7 à Larnaka, 8 à Marrakech, Santiago, Los Angeles et San Diego, au moins 9 à Almeria, 10 à Agadir…

35L’été sec s’explique par la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux. Ces masses d’air de hautes pressions rejettent alors plus au nord – ou plus au sud dans l’hémisphère austral – la circulation d’ouest, les perturbations tempérées du front polaire (nées du contact de l’air tropical avec l’air polaire). À ce moment, le climat méditerranéen est une annexe du monde tropical. Les hautes pressions subtropicales, à cause de la disposition des continents et des océans, sont morcelées en cellules anticyclonales distinctes, surtout dans l’hémisphère boréal : anticyclone du Pacifique nord, des Açores, de Sahara-Arabie… Centrées sur l’est des océans, elles recouvrent la façade occidentale des continents plus largement en été qu’en hiver. On a vu que c’est la subsidence de l’air liée à la circulation de haute altitude dans les cellules de Hadley qui crée ces hautes pressions (donc d’origine dynamique) et les températures élevées, mais aussi la forte sécheresse en interdisant les condensations et les précipitations (qui ne se produisent qu’avec des ascendances). Tandis que la mer, généralement plus fraîche que ces masses d’air surchauffées, semble renforcer leur stabilité… P. Rognon et G.Viers expliquent qu’aux heures chaudes les orages éclatent plutôt en arrière du littoral, tandis que la mer reste ensoleillée, donc que les ascendances thermiques se déclenchent, à ces moments-là, davantage sur les reliefs continentaux.

Des hivers doux et humides

36À l’été souvent torride s’oppose un hiver doux, mais où se succèdent les journées froides et les journées tièdes. Les moyennes thermiques annuelles qui se tiennent partout autour de 15 à 17 °C, mais aussi l’amplitude évoquée précédemment, parfois assez forte pour la latitude (elle peut varier d’environ 10 à 18 °C), montrent le caractère tempéré du climat méditerranéen marqué par des saisons bien tranchées. La moyenne du mois le plus frais est comprise entre 7 °C, comme à Marseille (7,1 °C), et 14-15 °C, comme à Beyrouth ou Agadir (14 °C). Mais les gelées ne sont pas exclues, surtout dans les régions bordières de la zone tempérée. Pourtant, si au nord de la Méditerranée les coups de froid, plus fréquents, abaissent les températures moyennes, en général les gelées sont rares et modérées dans le domaine méditerranéen (souvent moins de 10 jours par an). Cet hiver plus doux qu’en moyenne à pareille latitude s’explique par l’inertie thermique des mers et des océans, par une insolation non négligeable, et le passage des perturbations amenant de l’air tiède sur le continent.

37La saison froide est humide, surtout avec un automne et un début d’hiver marqués par de violents orages. À cause de la sécheresse d’été, le total annuel des précipitations est très moyen, presque toujours inférieur à un mètre : Marseille et Adélaïde (550 mm), Le Cap (510 mm), San Francisco (500 mm) et Santiago (330 mm) illustrent largement ce fait dans chacune des 5 régions du domaine méditerranéen. Certes, Palerme (620 mm), Alger (680 mm), Rome (730 mm), Nice (860 mm) ou Beyrouth (880 mm) reçoivent plus d’eau qu’Orléans (600 mm) mais moins que Brest (1 125 mm). Les totaux augmentent près des rivages montagneux, ceux du golfe de Gênes, de la Costa Brava, du sud de la côte dalmate ou encore du Rif et de la Kabylie, où les précipitations dépassent le mètre : La Spezzia (1 400 mm), Tirana (1 190 mm) Dubrovnik (1 030 mm), et même plusieurs mètres comme au-dessus des bouches de Kotor (jusqu’à 4 500 mm). Cependant, les totaux se réduisent, tombent souvent à moins de 400-450 mm :

  • avec la latitude : Agadir 215 mm (contre 500 mm à Rabat), San Diego 233 mm en 2003 (contre 339 mm à Los Angeles et 502 mm à San Francisco) ;

  • avec la continentalité : Madrid 435 mm sur la période 1971-2000 (contre 750 mm à Lisbonne sur la période 1961-1990), Ankara 380 mm sur la période 1926-2000 (contre 680 mm à Istanbul sur la même période) ;

  • et avec les positions d’abri : Almeria 225 mm (contre 505 mm à Malaga), moins de 200 mm près de Midelt dans la vallée de la Moulouya (contre 430 mm à Casablanca), moins de 200 mm aussi à Baalbek dans la Bekaa septentrionale (contre 880 mm à Beyrouth). La position d’abri de la région d’Almeria, qui confère au moins 9 mois secs au Sud-Est espagnol, permet la présence sur le continent européen d’une végétation steppique à grandes graminées en touffes cespiteuses, alfa et diss, et à petits palmiers doum (Alcaraz Ariza, Peinado Lorca, 1987).

38Mais ce qui compte plus que les totaux, en milieu méditerranéen, c’est la répartition défavorable et le caractère irrégulier et violent des précipitations. L’impression de sécheresse qui règne dans les pays méditerranéens doit d’abord beaucoup au petit nombre de jours de précipitations :

  • plus de 50 en France : Marseille a en moyenne 56 jours par an, sur la période 1971-2000 (contre 111 pour Paris et 107 pour Lyon) ;

  • moins en Méditerranée orientale : 39 jours par an à Larnaka, sur la période 1976-1990 ;

  • et en climat steppique (bioclimats semi-aride et aride), on descend largement en dessous de 40 jours : Tunis 35 jours, Marrakech 22 jours, Gabès 16 jours.

39Cette répartition des pluies défavorable marque non seulement les saisons, mais aussi les années et les jours. Le climat méditerranéen connaît en effet des années sèches quand la circulation tropicale domine, et des années humides quand la circulation tempérée l’emporte.

Image 10000000000003260000037F28F74A56.jpg

Figure 2. Deux situations météorologiques intéressant la Méditerranée.
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

40Cette variabilité interannuelle, développée plus loin, peut déjà s’illustrer avec l’exemple de la station de Jérusalem : 223 mm de pluies en 1946, plus d’un mètre en 1992. Cependant, ce qui importe plus encore pour la vie végétale que cette variabilité des précipitations, ou le faible nombre de jours de pluie, c’est l’efficacité des averses, l’intervalle entre les épisodes pluvieux (suites d’averses rapprochées). Les averses, précipitations ininterrompues, sont fortes et durables, plus que dans les pays océaniques, souvent violentes en automne, comme en témoignent les records de précipitations journalières et les crues fréquentes dans le Sud-Est français. Les épisodes pluvieux se répètent souvent pendant la saison froide.

41Les précipitations de saison froide s’expliquent par le recul des hautes pressions vers le sud – ou vers le nord dans l’hémisphère austral – qui ouvre la porte à la circulation zonale d’ouest, aux perturbations tempérées. Pourtant, les dépressions atlantiques qui arrivent en Méditerranée par l’Aquitaine ou Gibraltar sont en petit nombre. En effet, les grandes dépressions océaniques (à grand diamètre), sont en général centrées vers 50° de latitude nord et se déplacent vers l’est sans vraiment descendre en latitude. Seules les plus vigoureuses, les plus larges, peuvent balayer toute la zone entre la Scandinavie et le Maghreb. Malgré tout, des dépressions plus petites peuvent se former vers 40° de latitude sur l’Atlantique. Bloquées par l’anticyclone, elles arrosent le Portugal avant de se combler ou de s’évacuer par le golfe de Gascogne. En fait, environ 2/3 des perturbations sont des dépressions méditerranéennes. Mais cette origine locale relève d’abord du facteur zonal, de la circulation générale. En altitude, l’on sait que des courants JETS circulent à grande vitesse autour de la terre, sur le flanc des anticyclones subtropicaux et autour de la dépression polaire d’altitude, tout en maintenant ce dispositif. Or, pendant la saison fraîche les jet-streams ondulent fortement, apportant ainsi dans leurs méandres des « gouttes froides » d’air polaire vers les basses latitudes. Au contact des eaux tièdes (facteur local évoqué plus loin), ces invasions méridiennes, ces « vallées froides » d’altitude, déclenchent, à cause du très fort gradient thermique, une active cyclogenèse, la naissance de perturbations sur la mer Méditerranée (fig. 2). Ces dépressions stagnantes ou à déplacement lent expliquent les puissantes averses et les précipitations orographiques extraordinaires qui augmentent les maxima pluviométriques, comme sur le Roussillon, les Cévennes, le mont Ventoux, l’Apennin ligure, ou au-dessus des bouches de Kotor…

Des variabilités interannuelles

42La présentation des climats de type méditerranéen sera illustrée par la production de nombreux diagrammes ombro-thermiques (fig. 3 a, 3 b, 3 c), qui associent selon le rapport P = 2 T les 2 éléments considérés comme essentiels, les précipitations et les températures. La formule de Henri Gaussen a survécu à d’autres tentatives, comme P = 3 T ou P = 4 T (préférée par P. Birot) ou encore un rapport non linéaire entre P et T (proposé par C. Péguy) : pour les besoins en eau, la différence entre 30° et 31 °C est bien plus importante que la différence entre 5° et 6 °C (Péguy, 1970). Ce succès du diagramme ombro-thermique tient au fait que la définition du mois sec (P < 2 T) convient pour les formations végétales, la description de l’environnement des plantes. La vision de H. Gaussen est naturaliste, sa formule trouvait sa justification dans le milieu méditerranéen qu’il étudiait (Gaussen, 1933), à cause du rôle essentiel de la durée de la saison sèche sur la végétation, formule valable aussi dans nos régions tempérées, qui a fait des climats des latitudes moyennes (et plus particulièrement méditerranéens) la référence pour comparer les climats du monde entier. Le diagramme de Gaussen est « une œuvre qui date (…) d’une époque où l’on étudiait un milieu naturel dont l’homme était exclu » (Charre, 1997). Si son succès est resté intact, c’est parce que personne n’a encore trouvé de solution pour représenter de façon simple la variabilité interannuelle du climat, un climat en tant qu’élément de l’environnement d’une société humaine. Joël Charre explique l’importance de la variabilité interannuelle dans la définition actuelle du climat, qui relève moins de la notion de moyenne que de celle de fréquence : « Un mois sec selon Gaussen peut être non sec certaines années. Une saison sèche de 3 mois sur le diagramme ombro-thermique peut correspondre à des saisons sèches de durée et d’intensité diverses ou même à l’absence de saison sèche » (Charre, 1997).

43Le Centre national de recherches météorologiques de Toulouse a mis en évidence la variabilité interannuelle du climat méditerranéen en se basant sur les différences de températures et de précipitations entre les périodes 1951-1980 et 1981-1990, qui figurent dans le rapport de l’ECSN. L’European Climate Support Network, le réseau européen de support sur le climat, est un programme qui dépend d’Eumetnet, le réseau de dix-huit services météorologiques nationaux d’Europe. Il a pour but d’organiser une coopération accrue entre ses pays membres dans le domaine du climat et des activités qui lui sont liées. Au niveau des températures, les données de l’ECSN montrent entre les deux périodes un léger réchauffement de la partie occidentale du bassin méditerranéen (plus important en été et en automne), et un léger refroidissement de la partie orientale (davantage marqué en automne et en hiver). Alors que le réchauffement pour le globe entre les mêmes périodes est de l’ordre de 1 à 2 dixièmes de degré, pour le nord de l’Espagne et le sud de la Tunisie il atteint environ 5 dixièmes de degré. Quant au refroidissement oriental il est centré sur la Turquie avec environ 3 dixièmes de degré. Les années 1991 et 1992 marquent une rupture dans la tendance générale : comme à l’échelle globale, le refroidissement relatif constaté « a pu être attribué à une conséquence de l’éruption du Pinatubo (Philippines) (…) à la dispersion des aérosols volcaniques par la circulation générale dans l’atmosphère » (Planton, Bessemoulin, 2000). Au niveau des précipitations, le rapport de l’ECSN fait apparaître (jusqu’en 1990) une réduction sur l’ensemble du bassin à l’exception de la Tunisie et de l’extrême nord de l’Algérie, maximale en hiver près du détroit de Gibraltar, dans le golfe de Gênes, à l’ouest de la Grèce et au sud de la Turquie. Mais cette tendance de la variabilité interdécennale recouvre une variabilité interannuelle importante : « une fois sur deux, la variabilité d’une année à l’autre est en effet voisine de 10 % » (Planton, Bessemoulin, 2000). Et localement, elle peut être beaucoup plus forte. Des études relativement récentes, parfois à haute définition spatio-temporelle, permettent aujourd’hui aux climatologues de mieux quantifier la variabilité interannuelle du climat méditerranéen.

La variabilité interannuelle sur la rive nord

44L’exemple de la station d’Avignon-Monfavet montre sur toute la série de données 1961-2001 une variation maximale de 346 mm, ce qui représente environ 50 % de la pluviométrie annuelle moyenne (676 mm). Mais cet écart ne s’observant que trois fois en 40 ans (1967, 1989 et 1996), « cette valeur reste très raisonnable pour des données à priori fortement hétérogènes. Les années excédentaires et déficitaires se répartissent équitablement au cours de ces 40 années » (Bonté, 2006). En effet la période peut se découper en une belle alternance de 4 cycles pluviométriques d’une dizaine d’années environ, dont la somme des écarts à la moyenne apparaît positive ou négative. 1961-1970 et 1981-1990 sont des cycles déficitaires, avec respectivement -807,3 mm et - 517 mm, tandis que 1971-1980 et 1991-2000 sont des cycles excédentaires, avec respectivement 810 mm et 648 mm (Bonté, 2006). Si la variabilité des précipitations apparaît comme hétérogène à l’échelle décennale comme interannuelle, celle des températures confirme le léger réchauffement depuis les années 1980 dans la partie occidentale du bassin indiqué par le rapport de l’ECSN (malgré la rupture de 1991-1992). Les différences de températures annuelles moyennes entre la période 1981-2000 et la période 1961-1980 montrent sur la station d’Avignon un net réchauffement de 7 dixièmes de degré (14,3°–13,6°). Cette tendance à la hausse est à examiner dans le contexte du réchauffement global dû à l’augmentation des gaz à effet de serre.

45L’appréciation de la variabilité interannuelle des précipitations méditerranéennes sur la rive nord doit aussi concerner les montagnes. Les écosystèmes des Alpes du Sud (Préalpes et Alpes internes du Sud) font face à des sécheresses estivales, mais plus ou moins marquées à cause des violents orages qui viennent rompre cette ambiance sèche sur les massifs internes. Des analyses statistiques multi-variées des séries chronologiques sur la décennie 1990-2000 montrent une augmentation des pluies annuelles due à l’augmentation des pluies du début d’hiver et de printemps. Ces excédents des précipitations viennent briser la quasi-homogénéité des données depuis 1951. L’exemple de la station de Digne montre une baisse des précipitations de 1951 à 1978, date à laquelle elles commencent à s’accroître pour se renforcer au début de la décennie 1990. Cette tendance annuelle se retrouve sur 22 stations étudiées dans les Préalpes et les Alpes internes du Sud (Berthelot et al., 2002) et se vérifie sur l’ensemble de la France, en particulier la rupture de 1978. Cette date marque aussi le début d’une très grande hétérogénéité de la variabilité mensuelle des pluies, le début de leur renforcement en avril (seulement dans le sud-est de la France) et en octobre sous forme de fortes averses. L’autre rupture, celle de 1992, montre l’affaiblissement du petit répit hivernal qui caractérisait le climat méditerranéen français, les grands abats d’eau qui sévissent en automne sur les Préalpes du Sud et débordent parfois à l’intérieur des Alpes maritimes se prolongeant souvent jusqu’en mars-avril. Les mois de novembre 1994, 1996, 2000 resteront dans les archives climatiques pour leurs importantes précipitations. La variabilité intra- et interannuelle accrue des précipitations depuis les années 1990 est marquée par une augmentation notable des phénomènes extrêmes : pluies torrentielles et tempêtes catastrophiques, fortes crues, sécheresses sévères. Elle est corrélée avec le réchauffement mis en évidence depuis la décennie 1990, qui semble avoir été la plus chaude depuis un millénaire dans l’hémisphère Nord.

46Pour nombre d’auteurs, la variabilité interannuelle des précipitations est à mettre en rapport avec les mécanismes de transport d’énergie dans l’atmosphère et l’océan, avec l’inertie de certains réservoirs terrestres, essentiellement les océans. Parmi les hypothèses sur l’origine de cette variabilité, on peut d’abord évoquer l’oscillation australe Enso (El Niño-Southern Oscillation), qui se produit tous les deux à dix ans, avec un maximum d’intensité au cours de l’hiver (« El Niño » évoque l’enfant Jésus et Noël). Dans le Pacifique sud, cette anomalie climatique couple l’atmosphère et l’océan : le gradient de pression et la température de la mer se renversent entre l’ouest et l’est. Les vents d’est, les alizés, s’affaiblissent et ne peuvent plus repousser le réservoir d’eau chaude qu’ils créent normalement au large de l’Australie et des Philippines, d’où son déplacement, avec son cortège de pluies diluviennes, vers les îles du Pacifique central et les côtes du Chili et du Pérou, au long desquelles les eaux froides ne peuvent donc plus remonter (l’upwelling disparaît). Inversement, la pression devenue plus forte avec une mer moins chaude explique la sécheresse et les incendies en Indonésie et en Australie. La variabilité du climat méditerranéen peut-elle dépendre de connexions avec des régions aussi éloignées ? Dès 1997, S. Nicholson et J. Kim ont mis en évidence une certaine influence sur les précipitations du nord-ouest de l’Afrique : la phase chaude d’El Niño favoriserait au Maroc une réduction des précipitations surtout printanières (Nicholson, Kim, 1997 ; Mariotti et al., 2002). D’autres chercheurs ont établi une relation statistique entre une phase froide appelée « La Niña » et les températures de fin d’hiver et de début du printemps au-dessus de la Méditerranée occidentale (Halpert, Ropelewski, 1992).

47L’Oscillation nord-atlantique (ou NAO, North Atlantic Oscillation), phénomène surtout actif pendant l’hiver, présente comme l’Enso deux modes. Le mode positif, qui est prépondérant depuis 1974, correspond à une différence de pression plus importante entre l’anticyclone des Açores et la dépression d’Islande, qui renforce ainsi les vents d’ouest à sud-ouest. Les perturbations atlantiques apportent des tempêtes et des précipitations accrues sur le nord de la France et l’Europe septentrionale, qui connaissent alors des hivers relativement doux et humides. L’Europe du Sud et la Méditerranée peuvent donc bénéficier d’un hiver sec et doux. Le mode négatif de la NAO, qui a prédominé entre 1953 et 1974, correspond à un affaiblissement du gradient de pression dans l’Atlantique nord : les vents d’ouest sont moins forts, les perturbations atlantiques circulent plus au sud, le bassin méditerranéen connaît des hivers plus humides.

48Quant au nord de la France et de l’Europe, il passe souvent sous l’influence de l’anticyclone thermique euro-sibérien : les hivers sont froids et secs, parfois très rigoureux comme ceux de 1956 et 1962. Certains chercheurs ont tenté d’établir une relation entre l’Enso et la NAO, suggérant un forçage partiel d’El Niño sur les anomalies barométriques de l’Atlantique nord, en formulant des hypothèses sur les processus qui expliqueraient ce lien (Moron, Gouiraud, 2005).

La variabilité interannuelle sur la rive méridionale et orientale

49La Tunisie connaît un apport pluviométrique inégalement réparti dans l’espace, mais aussi très irrégulier dans le temps. Il est caractérisé par une grande variabilité qui touche aussi bien les quantités annuelles reçues, l’intensité, le régime saisonnier, que les dates du début et de la fin de la saison pluvieuse. Les données provenant de la DGRE (Direction générale des ressources en eaux) ont permis de quantifier le degré de cette variabilité des pluies dans l’extrême nord du pays, de déterminer ses extrêmes et, au final, de la régionaliser. Une région de forte variabilité située sur la côte (de Tabarka à Ghar el-Melh) et à l’est du Tell septentrional « présente des accidents pluviométriques très fréquents, avec des années déficitaires plus nombreuses que celles excédentaires, et une tendance à la baisse des pluies à partir de l’année 1986/87 » (Feki, 2009). Les années excédentaires y étant très espacées (en moyenne tous les 5 ans entre 1975 et 1990, puis tous les 10 ans entre 1990 et 2006), alors que les années très déficitaires sont très concentrées à partir des années 1990 (d’où la baisse de la pluviosité dans cette région). Une zone de faible variabilité, la Kroumirie et l’ouest de la moyenne vallée de la Medjerda, est « caractérisée par des années excédentaires plus importantes que celles déficitaires, avec une tendance à la hausse de la pluviométrie annuelle » (Feki, 2009), ces années très excédentaires, qui succèdent aux années très déficitaires de 1975 à 1990, étant concentrées entre 1995 et 2004. Cette étude, qui concerne la région la plus humide de la Tunisie, ne termine sur aucune hypothèse pouvant envisager l’influence des oscillations climatiques actuellement observées dans la circulation atmosphérique générale.

50En ce qui concerne les régions sèches du Sud tunisien, plusieurs études de séries climatiques ont montré que le climat de la Jeffara (plaine située entre les Matmatas et la mer) est marqué par des successions d’années sèches et des répartitions annuelles très aléatoires. Les données climatiques les plus complètes, venant de la station de Gabès qui dispose d’une série de 75 années (de 1901 à 1976), montrent la rémanence d’une forte variabilité des pluies depuis le début du XXe siècle. Avec un coefficient pluviothermique Emberger Q2 de 22/23 et des P annuelles moyennes de 183,2 mm, la zone de Gabès appartient au « bioclimat méditerranéen aride inférieur à hiver doux » (Le Houérou, 1969). Le rapport de variabilité interannuelle sur ces 75 années est voisin de 13, le minimum observé étant de 39,3 mm en 1946-47, et le maximum de 532 mm en 1975-76. Et « ce rapport peut atteindre 20 à 30 à l’échelle de la saison, et même 50 à l’échelle du mois » (Floret, Pontanier, 1978). D’autres études ont confirmé que dans la Jeffara du Sud-Est tunisien, « en l’absence d’un régime pluviométrique défini, la variabilité est un caractère principal. Il pleut souvent à intervalles irréguliers, et sans périodicité constante » (Talbi, 1993). Ainsi, pour la station d’El Fjè, (golfe de Bou Grara, en face de l’île de Djerba), de 1979 à 1985 les moyennes annuelles ont varié entre 86 mm et 276 mm (3,2 fois plus). Mais l’étude de longues séries climatiques de quatre stations de la Jeffara sur une période de 80 ans (1900-1980) a montré un rapport de variabilité interannuelle proche de 8, avec un maximum de 352,1 mm en 1969 et un minimum de 43,4 mm en 1937 (Khat-Teli, 1981). Cette variabilité interannuelle cache également une variabilité intersaisonnière et intermensuelle, toute saison ou tout mois peut être anormalement sec ou pluvieux, la notion de moyenne annuelle ayant bien peu de signification. Au total, le climat de la Jeffara est marqué par des successions d’années sèches et des répartitions annuelles très aléatoires. À Gabès, ont pu tomber en 24 heures 2/3 des précipitations annuelles et plus de 100 % de la moyenne interannuelle, tandis que dans la station toute proche de Zerkine ont été enregistrés en une journée 25 % du total pluvieux de la campagne agricole de 1984 (Talbi, 1993). Ces averses brutales, irrégulières dans le temps et l’espace, génèrent des crues catastrophiques et accentuent la dégradation du sol et de la végétation steppique. « Les pluies qui tombent souvent par taches provoquent la concentration des troupeaux et des tracteurs dans les zones arrosées, et par conséquent le surpâturage, la mobilisation du sol et la formation de dunes » (Talbi, 1993). Finalement, les études de longues séries climatiques de la Tunisie ne permettent pas de déceler, dans la variabilité de sa pluviométrie, de tendance vers une diminution ou une augmentation systématique (Floret, Pontanier, 1978 ; Khatteli, 1981 ; Talbi, 1993).

51Autre pays de la rive sud, le Maroc fait partie des plus susceptibles d’être impactés par le réchauffement global, ce que confirme l’augmentation de ses températures moyennes en toutes saisons. Afin d’apprécier la gestion des risques hydrologiques, agricoles et environnementaux, il doit être attentif à la forte variabilité interannuelle des précipitations et à l’augmentation de la fréquence des sécheresses depuis le début des deux dernières décennies du XXe siècle. Par conséquent, l’évaluation des incidences du changement climatique nécessite des simulations numériques plus fines et plus nombreuses que la plupart des scénarios couvrant le pays, dont ceux du Giec, le Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat. « Tout travail permettant l’accès à l’information climatique à une échelle plus fine ne serait que d’un apport certain », observe Fatima Driouech (2010) qui contribue précisément à l’affinement des connaissances relatives au changement du climat au niveau du Maroc avec, dans un premier temps, la mise à jour de l’évolution des températures et surtout des précipitations marocaines. La tendance jusqu’alors observée par diverses études était une évolution vers des conditions plus chaudes et plus sèches, mais avec une faible définition spatiale, à l’échelle du pays ou de certaines régions.

52Afin de préciser la forte variabilité interannuelle des précipitations, F. Driouech a utilisé les données quotidiennes pour la période 1961-2008 de la Direction de la météorologie nationale du Maroc. Le coefficient de variabilité interannuelle de la pluviosité (le rapport de l’écart-type à la moyenne) va en général de 30/40 % à l’ouest du Maroc à plus de 70 % dans les régions sud (Knippertz et al., 2003, Driouech et al., 2009). Le nombre d’années à déficit pluviométrique (anomalies négatives en %) est partout plus important que celui des années excédentaires (anomalies positives en %), et cela sur toute la période 1961-2008. Cependant, le déclin des précipitations qui se conjugue avec l’augmentation de la fréquence des sécheresses est vraiment visible dans toutes les stations à partir du début des années 1980 (sécheresses de 1980-1985, de 1990-1995 et même des années 2000). Quelques records de déficits peuvent alors être signalés : à Agadir en 1992 et Ouarzazate en 2000 (- 84 %), à Midelt en 1981 et 1984 (- 67 %), à Marrakech en 1981 et à Oujda en 1983 (- 66 %), ou à Casablanca en 1981 (- 65 %). Au niveau national, les déficits moyens nationaux sont d’après F. Driouech de 20 % pour les périodes de sécheresses de 1980-1985 et 1990-1995, et de 14 % pour 2000-2008.

53Cette récurrence d’années sèches depuis 1981 a été attribuée à la persistance de la phase positive de l’Oscillation nord-atlantique (Lamb, Peppler, 1987 ; Visbeck et al., 2001 ; Xoplaki et al., 2004), phénomène surtout actif pendant les périodes hivernales qui entraîne des précipitations réduites sur le Maroc comme sur le sud de l’Europe. Au contraire, la phase négative de l’ONA permettrait plus largement le passage des perturbations atlantiques vers le sud de l’Europe et le nord-ouest de l’Afrique (Knippertz, 2003). Mais non seulement le mode négatif est plus réduit depuis 1974, mais au Maroc la barrière de l’Atlas limite son influence aux régions occidentales (Knippertz et al., 2003). Quant à l’influence des tropiques sur la pluviométrie nord-africaine, examinée par différents auteurs, l’étude de Fatima Driouech pourrait partiellement la vérifier puisque la phase positive (chaude) du phénomène Enso semble favoriser une réduction des précipitations la deuxième année du phénomène (1983, 1992, 1998, 2003, 2005, 2007), cette sécheresse marquant notamment le printemps des années 2003, 2005 et 2007…

54Comme au Maghreb, les précipitations au Proche-Orient sont caractérisées par une grande variabilité, que ce soit à l’échelle interannuelle ou à l’échelle mensuelle (Traboulsi, Camberlin, 2004). Dans la période 1960-61/1989-90, les années excédentaires apparaissent très dépendantes d’anomalies de la circulation atmosphérique, qui devient méridienne. Des coulées d’air polaire arrivant par les Balkans et la mer Noire directement sur une Méditerranée tiède l’hiver, le très fort gradient thermique génère une forte instabilité et donc de très fortes précipitations. « L’hiver 1968-69, et notamment le bimestre décembre-janvier, a été exceptionnel au Liban où les précipitations ont dépassé les 280 % de la normale. Ces totaux pluviométriques sont dus à la fréquence élevée des types de circulation de nord et des gouttes froides » (Traboulsi, Camberlin, 2004). Quant à l’assèchement estival, deux scientifiques britanniques ont suggéré qu’il pourrait se trouver renforcé par un mécanisme liant la subsidence au-dessus de la Méditerranée orientale à la mousson indienne, à des modifications de circulation atmosphérique pilotées par l’ascendance au-dessus de l’Inde (Rodwell, Hoskins, 1996). En tout cas, l’accentuation du caractère méditerranéen du climat (sécheresse affirmée de l’été, mais énormes précipitations hivernales), plus ou moins annoncée sur les bordures de l’Anatolie par deux chercheurs turcs (Erinç, Bener, 1961), semblerait actuellement se confirmer.

Les nuances et les excès : des facteurs locaux

55L’influence des facteurs locaux permet de définir deux groupes de climats :

  • des climats plus complexes et excessifs, dans le vaste bassin méditerranéen où le maximum des pluies n’est plus toujours en hiver, mais parfois en automne et au printemps ;

  • des climats nettement plus simples, où prédominent davantage les facteurs zonaux.

56Le classement des divers climats étant basé en premier lieu sur les caractères de l’été, période la plus difficile pour la végétation.

Une mer originale dans un cadre montagneux

57L’originalité de la Méditerranée se situe dans sa tiédeur d’hiver. La mer, en renforçant le gradient thermique, non seulement régénère les éventuelles perturbations atlantiques, mais favorise aussi sa propre cyclogenèse. Si la mer est tiède l’hiver, c’est parce que les eaux froides de surface s’enfoncent, se mélangent à la masse des eaux profondes dont la température est de 13 à 14 °C, si bien que celle de la surface ne descend jamais en dessous de cette limite jusqu’au printemps. Les perturbations méditerranéennes qui naissent sous les advections d’air polaire sont rendues très actives. Tourbillonnant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, elles reçoivent à leur base l’air chaud et humide venu de la Méditerranée, et leur bord antérieur, le front chaud (à l’est), donne des pluies diluviennes, alors que leur bord postérieur, le front froid (à l’ouest), reçoit l’air bien plus frais du nord ou nord-ouest, où le gradient thermique et les pluies sont donc faibles. Les lieux privilégiés de cette cyclogenèse sont les golfes du Lion, de Gênes et de Trieste, hauts en latitude. Gênes, à la latitude de Bordeaux, n’a pas de mois sec mais l’olivier y pousse, tandis que Trieste, à la latitude de Clermont-Ferrand, est à peine méditerranéenne. Cependant, des dépressions peuvent naître aussi sur l’Afrique du Nord et au sud de l’Anatolie, au voisinage de Chypre, mais seulement l’hiver, car l’air froid ne progresse que lentement vers le sud (Estienne et Godard, 1998). Dans l’ensemble, les invasions froides se produisent plus longuement au nord-ouest de la Méditerranée, de l’automne jusqu’au printemps, et parfois l’été y est même moins sec à cause d’elles (fig. 2). Par ailleurs, les perturbations se déplacent lentement vers l’est : le train nord, de la Méditerranée occidentale vers l’Adriatique et la mer Noire, et le train sud, seulement l’hiver, de l’Afrique du Nord vers le Proche-Orient et le golfe Persique. « À peine une moitié des perturbations nées en Méditerranée occidentale atteint la Mésopotamie ; une vingtaine seulement peuvent gagner les plateaux iraniens ou afghans, où les pluies deviennent maigres » (Godard et Tabeaud, 1998). La conséquence évidente de tout cela est l’allongement de la saison sèche vers le sud et vers l’est, et l’existence d’un double régime des pluies.

58Le cadre montagneux de la mer Méditerranée vient aussi renforcer le caractère complexe et excessif de ses climats. Au nord, l’effet n’est pas toujours protecteur. La montagne n’arrête pas toujours l’air cyclonique. Lorsque celui-ci arrive à la franchir, il la redescend en se desséchant : c’est l’effet de fœhn. Mais cet air sec finit par s’humidifier sur la mer, où il va alimenter les pluies cycloniques déclenchées par une « vallée froide », qui seront peut-être responsables de fortes crues sur le versant au vent d’un relief. C’est l’effet d’ascendance orographique, illustré par les crues du Gardon et du Vidourle (les « gardonnades » et les « vidourlades »), les déluges des Cévennes, de l’Aigoual ou du mont Ventoux (Vaison-la-Romaine) où l’on a vu tomber 600 ou 800 mm en une journée (soit un total annuel !). Les noyaux de haute fréquence de ces épisodes fortement pluvieux se localisent surtout « dans les Pyrénées orientales, les Cévennes et le Vivarais, les Baronnies et l’arrière-pays niçois » (Alexandre, 2001). Par ailleurs, il faut rappeler que les perturbations cycloniques de saison froide appellent au nord comme au sud du bassin des vents locaux, très contraignants par leur force, sauf dans les secteurs abrités. Si à l’avant soufflent des vents chauds et secs du sud comme le sirocco d’Afrique du Nord ou le khamsin d’Égypte (pour les dépressions du train sud), à l’arrière s’écoulent des vents froids du nord, comme la tramontane montpelliéraine, le mistral provençal et la bora yougoslave. Car non seulement la montagne laisse passer l’air froid par ses brèches (le seuil du Lauragais, le couloir rhodanien, et le relatif ensellement du nord-ouest de l’ancienne Yougoslavie), mais elle lui donne aussi de la force en le canalisant, violence qui favoriserait la cyclogenèse en Méditerranée. Malgré tout, la montagne au nord empêche une trop grande invasion par cet air froid et sec continental (l’anticyclone thermique d’hiver euro-sibérien) qui provoque parfois quelques jours de gel (- 5 °C à - 7 °C dans les plaines du Vaucluse par mistral hivernal), et même des hivers exceptionnels : Montpellier a connu - 18 °C en 1963, et non loin de là, le 4 février, le bassin de Saint-Martin-de-Londres (au nord du pic Saint-Loup) a enregistré - 29 °C. Et si en général on a moins de 20 jours de gel sur la Côte d’Azur, la Provence intérieure en subit parfois 50… L’été aussi, les vents sont contraignants, car ils accroissent la forte évaporation. Au nord, ils sont déterminés cette fois par la position de l’anticyclone subtropical. Le flux nord-sud qui provient du bord oriental de ces hautes pressions (sens des aiguilles d’une montre) descend du Massif central, des Alpes ou des Balkans, avec une température et une sécheresse exagérées par l’effet de foehn. Le grand beau temps d’été chaud et sec (avec un ciel pur) s’établit donc avec ces vents descendus des montagnes, la tramontane, le mistral, la bora ou les vents étésiens, alors que, venus du sud, le marin ou le sirocco (qui a fini par se charger d’eau) apportent les orages sur les reliefs bordiers. Les vents étésiens du bassin oriental, qui viennent des plaines balkaniques en traversant les reliefs, se produisent quand l’anti cyclone s’avance vers l’est et recouvre l’Europe occidentale et centrale. Enfin, dans le bassin méditerranéen, des volumes montagneux sont assez vastes et assez élevés pour dégrader le climat. Ils donnent naissance à des zones de refroidissement accusé en hiver, donc à des anticyclones d’origine thermique : c’est le cas de la péninsule Ibérique, ou de l’Anatolie, qui échappent ainsi aux itinéraires des dépressions (atlantiques comme méditerranéennes) en hiver. Mais la montagne accuse aussi la dissymétrie entre les rivages, en Italie, en Grèce, où la façade occidentale est plus chaude et plus humide en hiver que la façade orientale, car exposée en premier à la circulation dominante, aux fortes pluies du front chaud des perturbations.

Sécheresse courte et modérée (de 1 à 4 mois), double maximum des pluies

Image 1000000000000307000002DAECC569F6.jpg

Figure 3a. Diagrammes climatiques ombro-thermiques : Méditerranée occidentale.
Sources principales : World Meteorological Organization (données moyennes sur 30 à 40 ans), Météo France, California Statistical Abstract, Bureau of Meteorology (gouvernement australien).
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

Sécheresse plus forte et longue (plus de 4 mois), maximum unique des pluies (en général)

Image 100000000000031A000003ACC27308D8.jpg

Figure 3b. Diagrammes climatiques ombro-thermiques : Méditerranée est et sud.
Sources principales : World Meteorological Organization (données moyennes sur 30 à 40 ans), Météo France, California Statistical Abstract, Bureau of Meteorology (gouvernement australien).
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

Sécheresse plus forte et longue (plus de 4 mois), maximum unique des pluies (en général)

Image 1000000000000318000003A29551C72C.jpg

Figure 3c. Diagrammes climatiques ombro-thermiques : Méditerranée est et sud, autres régions.
Sources principales : Meteorological Organization (données moyennes sur 30 à 40 ans), Météo France, California Statistical Abstract, Bureau of Meteorology (gouvernement australien).
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

Image 100000000000032D0000024A29DDFB0C.jpg

Temps sec le 30 août 2007 près de Carboneras (Sud-Est espagnol).
© C. Tassin

59La position d’abri de la région d’Almeria explique l’aridité de son bioclimat et de sa végétation : 225 mm de précipitations, 9 mois secs, steppe à diss, grande Graminée en touffes cespiteuses, et à palmier doum, espèce naine répandue en Afrique du Nord.

Image 100000000000032B00000243F33932E5.jpg

Temps pluvieux le 31 août 2007 dans la Serrania de Ronda (Sud espagnol).
© C. Tassin

60Même latitude, le lendemain, les versants occidentaux affirment leur exposition aux influences atlantiques : plus de 1 500 mm de précipitations, environ 4 mois secs, forêts de conifères avec des pins d’Alep, des chênes verts et quelques sapins pinsapo.

Des climats complexes dans le bassin méditerranéen

61Ils s’expliquent surtout par les facteurs locaux évoqués ci-dessus, donc par la présence d’une mer tiède étendue en latitude et en longitude, et les reliefs tourmentés du pourtour. Et si ces climats affichent des traits communs, surtout le bel été et la douceur de l’hiver, qui font de la région le premier pays touristique du monde, la durée de la sécheresse, l’intensité et la répartition saisonnière des précipitations, les vents, sont des facteurs de différenciation (Godard et Tabeaud, 2009). On a vu que le quotient pluviothermique d’Emberger ou l’indice xérothermique de Henri Gaussen permettent de définir divers types de bioclimats. Cependant en considérant à la fois les caractères de l’été et le régime des pluies, les géographes répartissent généralement les climats méditerranéens de la manière suivante :

62Les climats de la Méditerranée occidentale se caractérisent par une sécheresse courte et modérée et à double maximum des pluies (fig. 3 a).

63On a parlé de « climat portugais » mais « climat provençal » conviendrait mieux, car le climat du Portugal subit une dégradation océanique proche du climat californien :

  • chaleur moins forte, d’où une amplitude thermique plus faible : 11,4 °C à Lisbonne (22,8 °C-11,4 °C) sur la période 1961-1990, et 10,6 °C à Porto (19,9 °C-9,3 °C) sur la même période (tabl. 1) ;

  • précipitations plus abondantes avec un maximum hivernal : 750 mm à Lisbonne et 1 145 mm à Porto (moyennes 1961-1990), ce dernier total étant tout à fait comparable à celui de Brest, dont le maximum se situe en hiver, comme partout sur la bordure océanique ouest-européenne, du Portugal aux îles Britanniques ; à Lisbonne, de novembre à février, il tombe souvent plus de 90-100 mm par mois ;

  • saison sèche réduite : c’est la conséquence de ce qui précède, 2 mois secs seulement à Porto (juillet-août) contre 4 à Madrid (juin à septembre), 4 mois secs (juin à septembre) à Lisbonne, plus méridionale, presque à la même latitude que Palerme qui en compte 5 (de mai à septembre).

64Hormis la façade portugaise et l’extrême sud de l’Espagne, de l’Italie et de la Grèce, où apparaît le maximum unique d’hiver, les régions du nord-ouest du bassin méditerranéen sont les plus arrosées avec un régime des pluies à double maximum. Leur saison sèche est lumineuse, mais moins longue que la période humide. L’automne (surtout octobre-novembre), période des grandes averses, et le printemps (surtout mars-avril) encadrent un cœur de l’hiver où l’air froid continental anticyclonique réduit quelque peu les précipitations. À Marseille, sur 30 ans (de 1971 à 2000), les mois nettement les plus humides sont septembre (60 mm), octobre (85 mm) et avril (60 mm), un répit hivernal étant marqué en février (43 mm) et en mars (40 mm). Dès le XIXe siècle, ce petit répit a fait la réputation d’une Côte d’Azur (Promenade des Anglais) qui ne connaît pas le mistral.

65Cependant, cette répartition saisonnière des précipitations n’est pas si simple :

  • le maximum d’automne est plus marqué sur les littoraux : Levant espagnol, Sud-Est français, ouest de la Corse et de la Sardaigne, Italie centrale péninsulaire, littoral dalmate ;

  • et il faut davantage compter sur le printemps dans l’intérieur qui s’échauffe plus vite. C’est le cas du cœur de l’Espagne qui subit une dégradation continentale avec aussi son hiver plus rude (anticyclone thermique). Madrid sur 30 ans (1971 à 2000) n’a que 6 °C en janvier et ses mois nettement les plus humides sont octobre, novembre, décembre et avril-mai (entre 47 et 56 mm par mois) ;

  • enfin le passage au régime à maximum unique d’hiver se fait progressivement avec un double maximum d’automne et d’hiver (où celui d’hiver se substitue peu à peu à celui de printemps) : Ouest espagnol, Est corse et sarde, sud de la botte italienne (sauf la Calabre), nord-ouest de la Grèce continentale. Dès Rome, sur 30 ans (1961-1990), on remarque cette tendance, la période de septembre à mars étant la plus humide (110 mm en novembre, 80 mm en janvier), mai et juin faisant vraiment défection avec 31 et 16 mm.

66Les climats de l’est et du sud du bassin méditerranéen sont marqués par une longue et forte sécheresse et par un maximum unique des pluies (fig. 3 b, 3 c).

67On a parfois parlé de « climat hellène » mais là encore on peut distinguer quelques nuances, la dégradation ne s’effectuant pas de la même manière à l’est (importance prédominante de la continentalité) qu’au sud du bassin (importance prédominante de la latitude). Toutes ces régions ont certes des traits communs : une saison sèche beaucoup plus longue et souvent torride, un hiver plus tiède, et les invasions méridiennes froides se cantonnant à cette saison, un régime des précipitations à maximum unique d’hiver. 40 à 45 % des pluies tombent pendant les trois mois d’hiver à Athènes ou Alger. Athènes, sur environ 40 ans (1955-1997), compte près de 6 mois secs, avec 27,1 °C en juillet et des maxima absolus qui dépassent parfois 45 °C, et voit tomber 42 % de ses précipitations de décembre à février (soit 172 mm sur 414 mm).

68Cependant, le bassin oriental, plus éloigné de l’océan, connaît souvent une aridité plus forte que le Maghreb, une sécheresse d’été renforcée par l’effet de fœhn des vents étésiens du nord ou du nord-ouest. À Chypre, Larnaka, sur 15 ans (1976-1990), ne compte plus que 320 mm de pluie pour 39 jours (contre plus de 70 jours à Athènes), la saison sèche s’étalant sur 7 mois, d’avril à octobre.

69Le climat méditerranéen à dégradation semi-aride comporte forcément le même maximum unique d’hiver, mais seulement dans le bassin oriental. Car les terres s’échauffant plus rapidement dans l’intérieur de l’Afrique du Nord, on voit émerger, au sud de l’Atlas tellien et à l’est des Atlas marocains, un maximum de printemps. De même dans l’Anatolie intérieure, où règne le climat steppique à dégradation continentale.

70La Turquie est située dans le domaine méditerranéen, mais la masse plus ou moins élevée de l’Asie Mineure, bordée par un bourrelet périphérique, vient perturber ce climat :

  • les climats du pourtour montagneux (sauf au nord-est), surtout ceux de la façade égéo-méditerranéenne, sont de type « hellène ». Izmir, sur la période de 1938 à 2000, a comme Athènes près de 6 mois secs, avec 27,5 °C en juillet et des maxima absolus qui dépassent souvent 40 °C, et voit tomber 55 % de ses pluies de décembre à février (soit 380 mm sur 686 mm) ;

  • dans l’Anatolie centrale règne un climat méditerranéen à dégradation continentale, aux étés chauds et secs mais jamais torrides et aux hivers froids, le maximum pluviométrique étant situé au printemps. Même en été les nuits sont fraîches. Ankara, sur la période 1926-2000, a 5 mois secs (de juin à octobre), avec seulement 22,7 °C en août mais avec des maxima absolus de 40 °C, alors que la moyenne de janvier tombe à 0,3 °C. De mars à mai, la capitale de la Turquie reçoit 34 % de ses précipitations (soit 129 mm sur 382 mm) ;

  • enfin, en Anatolie orientale, la continentalité se renforce avec l’altitude, les étés sont tempérés et les hivers longs avec beaucoup de neige. Des exemples seront présentés dans le chapitre consacré aux paysages végétaux des montagnes, comme pour d’autres régions du bassin méditerranéen occupées le plus souvent par de puissants reliefs.

Des climats plus simples à l’empreinte océanique (fig. 3 c, 4)

71Dans ces climats où prédominent les facteurs zonaux, on peut cependant percevoir des nuances en fonction de traits spécifiques des océans bordiers.

72Les climats relativement frais de type californien ou chilien sont les plus simples, surtout dans les secteurs littoraux, avec une belle alternance d’étés secs et d’hivers doux et humides, d’abord liée au jeu des anticyclones subtropicaux : 5 à 6 mois de saison sèche (parfois plus) et un régime des pluies à maximum unique franchement hivernal. En règle générale, si la position du relief agit sur les précipitations, les températures évoluent en fonction de l’altitude et de la latitude. Dans l’intérieur, dès qu’on passe les barrières montagneuses côtières, l’amplitude thermique augmente, les coups de froid dans la Grande Vallée californienne et la Vallée centrale chilienne pouvant donner des gelées dans les capitales Sacramento et Santiago, alors qu’il ne gèle jamais dans le centre de San Francisco, Los Angeles ou San Diego. La moyenne des minima du mois le plus froid (m), qui peut varier sur la côte de 6 à 8 °C à San Francisco et de 7 à 9 °C à Los Angeles, descend parfois en dessous de 4 °C dans la Grande Vallée californienne, à Bakersfield comme à Fresno. La sécheresse aussi augmente, comme dans la Vallée centrale du Chili qui ne reçoit que 350 à 400 mm de pluies, l’aridité s’accroissant dans le Norte Chico où il tombe parfois moins de 200 mm. En Californie, dans la Central Valley, Fresno sur 30 ans (de 1971 à 2000) n’a reçu que 285 mm de pluies annuelles et Bakersfield – plus au sud – 164 mm, contre 566 mm à San Francisco. Tandis qu’au sud-est, Imperial Valley – dans le désert du Colorado, – a vu tomber 76 mm en moyenne par an (toujours pour la même période), contre 384 mm à Los Angeles et 273 mm à San Diego. Ces données du California Statistical Abstract illustrent bien la dégradation pluviométrique en fonction de la continentalité imprimée par les Chaînes côtières et la Sierra Nevada, mais aussi en fonction de la latitude : on remarquera que sur la côte, on passe de 566 mm (pour San Francisco) à 384 mm (pour Los Angeles) et 273 mm (pour San Diego). Le réchauffement climatique global qui touche la planète (chap. 10) augmente quelque peu la sécheresse (et les risques d’incendies), comme l’a montré – même à San Francisco – la canicule record de l’été 2006. Dans la région de Los Angeles, la ville de retraités de Palm Springs a connu des pointes à 50 °C. Les moyennes thermiques enregistrées dans l’État au premier semestre 2006 étaient les plus élevées depuis le début des archives climatiques états-uniennes (1895). Enfin, le niveau de précipitations donné pour l’année 2003 par le California Statistical Abstract est nettement en dessous des moyennes établies sur les 30 dernières années du siècle.

73Mais dans ces climats, la grande originalité c’est la fraîcheur relative de l’été et le retard de son maximum thermique sur le littoral. Si à Santiago, dans la Vallée centrale chilienne, l’amplitude thermique annuelle est de 12 °C, avec un été de 20,5 °C en janvier et un hiver de 8,5 °C en juillet, sur la côte à Valparaiso, l’été ne dépasse pas 18 °C (en janvier) et l’amplitude est seulement de 8 à 9 °C. Même moyenne et même amplitude à San Francisco sur 30 ans (1971-2000) avec à peine 18 °C en septembre, mois le plus chaud où la moyenne des maxima (M) ne dépasse guère 22- 23 °C. Cependant, à Los Angeles la moyenne de juillet est plus forte (20,5 °C) et San Diego au climat plus méridional, plus sec et plus chaud, atteint 21,5 °C en août, mois le plus chaud où = 24,3 °C. Enfin, l’air constamment humide donne d’épais et fréquents brouillards qui peuvent parfois déborder dans les bassins intérieurs (80 % d’humidité relative à Valparaiso, 100 % à Santiago). Cette fraîcheur relative de l’été est liée à la présence d’eaux froides littorales, responsables d’une « structure thermique exceptionnelle de l’atmosphère, prolongeant celle des déserts frais côtiers » (Godard, Tabeaud, 1998). Les eaux des courants froids de Californie et de Humboldt (15 °C en été et jusqu’à 10 °C en hiver à Valparaiso), associées aux remontées d’eaux profondes (phénomène d’upwelling), déclenchent une inversion thermique à la base de l’atmosphère, et une brise fraîche et humide souffle de la mer, aspirée par les courants ascendants au-dessus du continent qui s’échauffe. Mais cette inversion bloque les ascendances et empêche les précipitations (environ 350 mm annuels à Santiago et 350-400 mm à Los Angeles). Elle bloque aussi la pollution au-dessus des grandes villes, comme à Los Angeles, et engendre des brouillards tenaces, comme ceux du Golden Gate. « La baie de San Francisco est célèbre pour sa centaine de jours de brouillards et le nombre de collisions navales qui en résultaient avant l’invention du radar » (Viers, 1990).

Image 100000000000031D0000038EDDCC4803.jpg

Figure 4. Les climats méditerranéens d’Amérique, d’Afrique du Sud et d’Australie.
© C. Tassin (réal. J. Maillardet)

74Les climats en sont un peu plus chauds au Cap, sur la côte marocaine et surtout au Sud australien.

75On retrouve ici le même régime des pluies à maximum unique d’hiver, et pour la côte marocaine et la région du Cap, la même influence de courants froids (des Canaries et de Benguela) et des remontées d’eaux froides (l’upwelling associé à l’alizé est). Cependant, la basse latitude de la côte marocaine lui confère moins de fraîcheur hivernale (gel pratiquement inconnu) et un été plus chaud qu’à San Francisco ou Valparaiso : 22,5 °C à Agadir. Mêmes traits climatiques en Afrique du Sud, à cause de sa position, de sa forme en pointe : au Cap, 21,5 °C en février (contre 18 °C à Valparaiso, à la même latitude) et 12,5 °C en juillet. Les moyennes maximales (M) de février avoisinent 26-28 °C, tandis qu’en juillet les minimales (m) descendent à 7-8 °C. Le maximum unique hivernal au Cap est nettement marqué, presque autant qu’à Santiago (sensiblement à la même latitude 33-34°S), puisque sur 4 mois, de mai à août, tombent 63 % des pluies du Cap (320 mm sur 510 mm) et 78 % des pluies de Santiago (256 mm sur 330 mm).

76Quant au climat australien, il est nettement plus chaud que les deux précédents. D’après l’Australian Bureau of Meteorology, Perth sur 14 ans (de 1993 à 2007) affiche 24,5 °C en février et 13 °C en juillet, les moyennes maximales (M) avoisinant 31 °C (en février) et les minimales (m) 8 °C (en juillet), cela à cause de l’absence de courant froid. Naturellement les températures mensuelles s’abaissent vers le sud, Albany enregistrant 19,1 °C en février et 11,9 °C en juillet. L’absence de courant froid explique aussi un total pluviométrique annuel supérieur à celui du Cap (moyenne de 754 mm à Perth, sur 14 ans) total qui d’ailleurs augmente considérablement vers le sud, sur cette façade exposée de plein fouet aux dépressions océaniques : 1 500 à 2 000 mm vers le cap Leeuwin. Finalement, « dans cette Australie à étés torrides, le Sud-Ouest apparaît comme une oasis agréable » (Godard, Tabeaud, 1998), puisqu’il ignore pratiquement les gelées et que dans la plaine côtière des brises marines rafraîchissent quand même certaines journées d’été. Ce climat australien, on le voit, est donc lui aussi marqué par une empreinte océanique. À 35° de latitude sud (contre 32°S pour Perth), Adélaïde, cité plus méridionale est davantage tempérée. Sur 30 ans (de 1977 à 2007), elle enregistre 23,2 °C en février et 11,3 °C en juillet. Dans cette région, les moyennes maximales d’hiver varient généralement de 10 °C au sud – dans Little Desert – à 20 °C au nord de Port Augusta (15,3 °C à Adélaïde), tandis qu’au sud-ouest elles se tiennent entre 15 °C à Albany et 25 °C au nord de Kalbarri (18,3 °C à Perth). La moindre exposition d’Adélaïde face à l’océan lui vaut d’être aussi plus sèche (553 mm de précipitations sur 30 ans). Entre les reliefs modérés, mais de direction méridienne, de la Yorke Peninsula et de la Mount Lofty Range, la ville jouit d’une certaine protection à l’est du golfe Saint-Vincent, lequel s’ouvre seulement au sud, sur l’île Kangourou (Kangaroo Island).

Notes de fin

1 À comparer avec Brest 9,9 °C, Cayenne 1,2 °C, ou Dakar 7,1 °C. Cette amplitude s’accroît d’ailleurs de la côte vers l’intérieur : Beyrouth 13,5 °C, Alep 21,8 °C.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search