Version classiqueVersion mobile

Paysages végétaux du domaine méditerranéen

 | 
Claude Tassin

Avant-propos

Texte intégral

1Axé sur les paysages, ce livre s’adresse aux étudiants et enseignants en géographie comme à tout public soucieux de mieux comprendre l’environnement naturel dans les régions de climat méditerranéen. Des montagnes calcaires coiffées de pins, éblouissantes sous le soleil, qui se dressent près de la mer ou au bord d’une petite plaine, qui ne rêve pas de cette image familière aux touristes déferlant vers les plages de la « Grande bleue » ?

2Mais qui d’entre nous mesure vraiment la dégradation du littoral ? Qui sait que le Plan Bleu, cet observatoire méditerranéen de l’environnement et du développement durable, y voit 20 millions de citadins et 130 millions de touristes supplémentaires en 2025 ?...

3À l’heure où les sommets mondiaux alertent l’opinion sur les menaces qui pèsent sur les équilibres écologiques de la planète, où les Nations unies, après avoir proclamé en 2010 l’Année internationale de la biodiversité, incitent davantage les hommes à modifier leur rapport avec les écosystèmes, cette biogéographie des paysages végétaux du domaine méditerranéen a pour objectif une description détaillée de leur physionomie et leur structure afin de faciliter la compréhension de leur répartition et de leur fonctionnement écologique. Leur évolution dynamique permettant de mieux saisir l’importance des perturbations d’origine humaine et l’urgence d’une gestion concertée et raisonnée… « On ne protège pas l’environnement pour sa beauté, mais pour le développement », proclame la Convention de l’ONU sur la diversité biologique, issue du Sommet de Rio de 1992.

4Comme le domaine tropical humide, le domaine méditerranéen fait partie des milieux où la puissance des impacts anthropiques et les changements climatiques globaux en cours menacent gravement la biodiversité des communautés végétales. Si les forêts tropicales, sur seulement 7 % de la surface terrestre, abritent plus de la moitié des espèces vivantes, la fonctionnalité de protection de la vie des espaces boisés méditerranéens (régulation du climat et du cycle de l’eau, protection des sols, stockage du carbone et production d’oxygène…) est tout aussi précieuse dans un monde précocement et fortement humanisé. Considérable autour de la Méditerranée, l’action humaine l’a été aussi dans les autres régions du domaine méditerranéen, Californie, Chili central, Afrique du Sud et Australie méridionale, bien que l’accroissement de population y ait été plus tardif.

5Science de synthèse comme la géographie dont elle fait partie, la biogéographie part de la description des paysages pour en tirer des explications, en faisant appel à d’autres disciplines. Notre tâche consistait donc à fournir d’abord un inventaire précis, une typologie des paysages végétaux, suivie d’une compréhension globale de leurs éléments communs de manière à percevoir ce qui les caractérise vraiment et à rendre compte de ce qui les menace. Mais on le sait, les motifs pédagogiques ne font pas toujours bon ménage avec la rigueur scientifique ! Cette démarche a donc été partiellement inversée : afin de familiariser le lecteur avec les concepts et le vocabulaire de base, des éléments explicatifs sont présents dès la première partie, ainsi consacrée à l’évolution dynamique des paysages végétaux, à leur lien avec le climat et l’homme. Les éléments descriptifs qui viennent ensuite, l’organisation réelle des paysages, sont accompagnés d’explications plus fines, d’une mise en relation avec pratiquement tous les éléments du cadre physique et humain. La base du découpage typologique est le relief, dont les conséquences sont évidentes sur les sols, le climat, les eaux et l’intervention humaine. La deuxième partie présente donc les paysages végétaux des principaux bas pays (plaines, littoraux, piémonts et collines) : les forêts métastables dites climaciques, les matorrals, les pinèdes et les steppes, puis la végétation azonale.

6La troisième partie examine l’originalité climatique et les étagements végétaux des montagnes : dans le bassin méditerranéen, les forêts de feuillus, de conifères, et la végétation de haute altitude ; en Californie et au Chili central, toute une mosaïque d’étages compliquée par des interpénétrations d’espèces.

7Enfin, si elle montre la fragilité particulière des espaces boisés du bassin méditerranéen exploités depuis des siècles, la quatrième partie met l’accent sur l’absolue nécessité de leur gestion dans le cadre d’un développement durable. Ces écosystèmes plus riches et plus variés en biodiversité que ceux de l’Europe moyenne, menacés au nord par la fragmentation, le reboisement en résineux, les grands incendies, et au sud et à l’est par une forte pression humaine, surtout pastorale, suscitent aujourd’hui une vraie prise de conscience régionale et internationale. Mais leur protection manque encore de coordination et de moyens, et puis les scientifiques n’arrivent pas toujours à convaincre les populations locales et les décideurs politiques. Sur la rive nord où s’accroît l’intérêt pour leur rôle écologique, on considère encore avec indifférence ces espaces en déprise qui s’embroussaillent et apparaissent comme excentrés, presque marginaux dans les forêts d’Europe. Sur la rive est et sud, qui ne bénéficie pas de l’intégration européenne et où les espaces boisés représentent la survie, les rares expériences de développement durable pâtissent d’un déficit de gouvernance aggravé par les pressions croissantes d’une population nombreuse… Pourtant, que ce soit dans le bassin méditerranéen ou dans les régions hors Méditerranée, il reste que les stratégies adaptatives misent de plus en plus sur cet élément clé qu’est la conservation de la biodiversité.

8Ainsi, sur le pourtour de la Méditerranée, la gestion volontariste ne fait-elle que s’engager… Selon le Plan Bleu, les politiques environnementales, peu appliquées et peu intégrées dans le développement, restent plus curatives que préventives. En même temps, dans les grands biomes de la planète, l’objectif 2010, fixé au Sommet de Johannesbourg en 2002, de réduire fortement le rythme d’appauvrissement de la biodiversité n’est pas atteint, tout un symbole ! Des milliers d’espèces végétales et animales sont aujourd’hui menacés d’extinction, alors même que leurs habitats naturels très dégradés perdent peu à peu d’énormes richesses inconnues et que, depuis 2001, une Journée mondiale de la biodiversité (le 22 mai) ne cesse d’attirer l’attention sur la nécessité de sauvegarder les espèces vivantes des terres et des océans si l’humanité veut mettre en œuvre un développement durable, capable d’augmenter de manière équitable le bien-être des générations présentes sans sacrifier celui des générations futures.

9Qu’en sera-t-il donc dans les prochaines décennies de la dégradation des écosystèmes du domaine méditerranéen, des pressions déjà insupportables sur l’eau, les sols et le littoral, si les changements climatiques et de modes d’usages des terres liés à la démographie se poursuivent ? La croissance économique pourra-t-elle financer la réparation des dégâts qu’elle va accélérer ? Dans l’optique du développement durable, n’est-ce pas plutôt la qualité de l’environnement qui doit appuyer la croissance économique ? Autant de questions qui laissent deviner un devenir problématique pour les paysages végétaux méditerranéens, et justifient sans doute ce livre conçu pour mieux éclairer notre responsabilité dans les processus engagés, et peut-être nous aider à ouvrir de nouvelles perspectives face à l’érosion de la diversité du vivant.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search