Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 3. Transformations sociétales des populations rurales

Introduction

Bénédicte Gastineau

Texte intégral

Vendeuses de gari (farine de maïs) à Dassa (Bénin, 2013).

Vendeuses de gari (farine de maïs) à Dassa (Bénin, 2013).

© J.-P. Rolland

1Comment les sociétés rurales africaines vont-elles s’adapter aux risques et aléas climatiques à venir ? S’il existe encore une grande incertitude quant à l’ampleur des changements climatiques futurs à l’échelle de l’Afrique, il est acquis qu’ils auront lieu et que les sociétés devront faire face, les unes à des augmentations des températures, les autres à des modifications du calendrier des pluies, à des sols plus arides… L’analyse des pratiques des agriculteurs montre qu’ils ont une grande capacité d’adaptation et qu’ils n’ont eu de cesse d’innover pour faire face à la variabilité du climat et des ressources environnementales, mais aussi en réaction aux évolutions économiques, politiques et démographiques. Les sociétés rurales africaines sont des sociétés dynamiques : qu’elles soient agricoles ou pastorales, côtières, sahéliennes ou forestières, leur organisation socio-économique et leurs systèmes de production agricole sont en constante transformation et adaptation (Bourgeot, 1994 ; Carpentier et Gana, 2013 ; Rabearimanana et al., 1994), ce qui leur permet le plus souvent de rester sur leur terroir malgré les risques et aléas environnementaux.

2Face aux changements climatiques sans précédent annoncés par les travaux du Giec, les politiques, les sociétés civiles et les scientifiques s’interrogent sur la capacité des sociétés rurales à répondre aux futures évolutions environnementales (perte de fertilité des sols, modifications des régimes pluviométriques, etc.), voire à les anticiper (Inter-réseaux, 2010 ; BAD, 2012). Le programme Escape s’inscrit dans cette réflexion. Les chercheurs en sciences sociales de ce programme s’interrogent sur les dynamiques sociales en interaction avec les dynamiques environnementales. Cela nécessite de relever un « défi méthodologique » pour rendre compte des dynamiques qui se jouent à des échelles spatiales et temporelles bien différentes. Comment observer des changements locaux (à l’échelle d’une commune, d’un ménage, d’une exploitation…) en lien avec des changements globaux (à l’échelle continentale, voire mondiale) ? Peut-on isoler « l’impact environnemental » de tous les autres éléments du contexte (économiques, culturels) dans les évolutions observées dans les sociétés rurales ?

3Pour analyser au mieux les interactions – plus que les relations – entre les populations rurales africaines et leur environnement, le programme Escape a privilégié une approche interdisciplinaire, y compris au sein des sciences sociales. Le travail commun de démographes, d’anthropologues, de sociologues, de géographes et d’historiens permet de développer une réflexion intégrant les différentes échelles temporelles et spatiales tout en articulant différentes unités d’observation : l’exploitation, la parcelle, le village, la famille ou même l’individu. L’interdisciplinarité permet également de montrer que la relation entre changements environnementaux et changements sociaux n’est ni « mécanique », ni « systématique » et qu’il y a nécessité d’une interface ou d’une médiation, par exemple entre les modes de production ou les modes de consommation (Sghaïer et Picouët, 2004 ; Véron, 2013).

4C’est ainsi que le chapitre 11 rappelle que les sociétés africaines rurales ont toujours fait preuve d’une grande capacité d’adaptation aux changements environnementaux en modifiant leurs pratiques agricoles. Comparant les situations de Niakhar (Sénégal) et de Djougou (Bénin), le chapitre 12 montre, en effet, que les systèmes de production ne sont pas immuables et que les agriculteurs utilisent actuellement des systèmes de production « hybrides », entre système extensif et système intensif. Ces innovations dans les systèmes de production agricole peuvent être vues comme une réponse à des changements environnementaux, mais elles sont aussi une réponse à des changements économiques et/ou sociaux, comme le besoin de numéraire lié à de nouvelles formes de consommation (moto, téléphone, amélioration de l’habitat). Cette transition agraire « sans rupture » repose sur les savoir-faire des paysans et mobilise les capacités d’adaptation endogènes des sociétés rurales.

5Les réponses des individus et des familles à des changements de l’environnement peuvent prendre des formes multiples et ne se limitent pas au champ agronomique. Dans le programme Escape, les chercheurs ont mis l’accent sur la complexité des sociétés et sur la variabilité des réponses aux changements, réfutant ainsi un lien de causalité directe entre variation climatique, raréfaction des ressources naturelles ou baisse de la fertilité des sols par exemple et comportements sociodémographiques.

6Les migrations en sont un bon exemple : les migrants ne se déplacent pas sous la contrainte d’un seul facteur (changement ou choc climatique par exemple), mais d’un ensemble complexe de facteurs (économiques, sociaux, démographiques…). C’est ce qu’illustrent parfaitement le chapitre 13 pour le Mali et le Bénin, le chapitre 14 pour le Sénégal, et le chapitre 15 pour le Niger. Les changements environnementaux peuvent certes intensifier les mouvements migratoires ou en changer quelques modalités (le calendrier et la durée par exemple), mais les ruraux quittent leur village pour de multiples raisons : désir d’autonomie des jeunes, hommes et femmes, et/ou recherche d’un emploi pour avoir du numéraire (pour se constituer une dot, financer un projet sur l’exploitation, la scolarité d’un enfant…) et/ou stratégie de diversification des revenus des ménages, etc. Les migrants sont en retour des vecteurs de transformation des sociétés rurales, à travers les savoirs acquis en migration, les investissements agricoles ou non agricoles rendus possibles grâce à l’argent des migrations, etc. La mobilité des ruraux n’est pas un échec de l’adaptation à des changements climatiques, mais bien une composante de l’adaptation parmi d’autres et, d’ailleurs, la migration ne signifie pas toujours l’abandon de l’activité agricole.

7Ce qu’illustrent très bien les chapitres de cet ouvrage, c’est l’importance des jeux d’échelles. Les résultats du programme Escape confirment la nécessité de replacer les questions liées au climat ou aux changements environnementaux – dont les enjeux sont souvent macro – dans le temps, l’espace et les contextes locaux. Le chapitre 16 porte par exemple un regard rétrospectif sur près de deux siècles d’évolution de la société touareg dans l’Imanan au Niger. Les auteurs font ainsi une lecture des transformations des pratiques agricoles et d’élevage à travers l’histoire de la colonisation et des luttes politiques, sans pour autant oublier le rôle des chocs et changements climatiques, notamment des sécheresses des années 1970 et 1980.

Bibliographie

BAD, 2012 - Les solutions pour les changements climatiques. La réponse de la Banque africaine de développement aux impacts en Afrique. Banque africaine de développement, 50 p.
http://www.afdb.org/ consulté le 1er juin 2015

Bourgeot A., 1994 - « Une rupture du couple écologie-économie : la crise du pastoralisme touareg ». In Blanc-Pamard C., Boutrais J., éd. : À la croisée des parcours : pasteurs, éleveurs, cultivateurs, Paris, Orstom éditions, coll. Colloques et séminaires : 63-78.

Carpentier I., Gana AL, 2013 - « Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement ». In : Oasis dans la mondialisation : rupture et continuité : 105-112
http://irmc.hypotheses.org/1658

Inter-réseaux, 2010 - Agricultures et aléas climatiques : du terrain aux politiques. Grains de Sel, la revue d’Inter-réseaux, Agence française de développement, n° 49, 40 p.

Rabearimanana G., Ramamonjisoa J., Rakoto-Ramiarantsoa H., Raison J.-P., dir., 1994 - Paysanneries malgaches dans la crise. Paris, Karthala, 385 p.

Sghaïer M., Picouët M., 2004 - « Dynamique des populations et évolution des milieux naturels en Tunisie ». In Picouët et al., éd. : Environnement et sociétés rurales en mutation, Paris, IRD Éditions, coll. Latitudes 23 : 45-61.

Véron J., 2013 - Démographie et écologie. Paris, La Découverte, coll. Repères, n° 614, 128 p.

Table des illustrations

Titre Vendeuses de gari (farine de maïs) à Dassa (Bénin, 2013).
Crédits © J.-P. Rolland
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search