Version classiqueVersion mobile

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Conclusion générale

Texte intégral

1L’Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz ne constitue pas un ouvrage recensant de manière exhaustive les facteurs de vulnérabilité identifiables dans ce territoire. Il n’en aborde que quelques-uns, en fonction des données qu’il a été possible de collecter et d’homogénéiser entre les deux principales municipalités de l’agglomération, les met parfois en interaction afin de comparer les espaces et de souligner la complexité de la construction de la vulnérabilité et par conséquent, des moyens à mettre en œuvre pour la réduire.

2Il trace les contours de recommandations à partir desquelles les décideurs en charge de la gestion du tissu urbain pacénien ont de véritables raisons, pour les bénéfices qu’ils peuvent en tirer, de travailler ensemble. Car la principale recommandation tient dans cette nécessité d’aborder la gestion urbaine à l’échelle de l’agglomération. L’analyse du fonctionnement urbain et des risques constitue de ce point de vue une excellente entrée, susceptible de faire consensus, pour mettre en route ces travaux communs aux deux principales municipalités qui composent l’agglomération. Ce qu’apporte cet atlas, c’est cette vision d’ensemble, à partir de quelques thèmes, du fonctionnement unifié ou qui gagnerait à être unifié entre l’en bas et l’en haut qui font l’agglomération. Il existait bien entendu déjà des atlas, notamment l’Atlas del municipio de La Paz et El Alto, desde una perspectiva poblacional, mais aucun ne portait un regard d’ensemble sur l’agglomération et donc sur ce qui fait agglomération.

3Tous les thèmes qui sont abordés dans cet atlas soulignent combien la gestion d’une situation de crise est une problématique complexe. Alors que le nombre de catastrophes et les dommages ne cessent d’augmenter, que la gestion des crises s’avère souvent problématique, la réflexion dans ce domaine demeure finalement peu développée, notamment à l’échelle de l’agglomération. Pourtant, les crises mettent en évidence les défauts de prévision, de préparation, la méconnaissance des lieux affectés et de leurs capacités à gérer des situations d’urgence et de crise, la mauvaise articulation entre le niveau national et/entre les échelons municipaux, entre les autorités et la population. Ce sont des faits très concrets, qui parlent aux gestionnaires urbains. Ces conditions débouchent alors sur une improvisation de la gestion de l’urgence non appuyée sur des connaissances solides, notamment sur les dimensions spatiales et territoriales qui permettent d’éclairer la complexité des situations d’urgence et l’incertitude qui les caractérise. Les besoins concrets des populations sont ainsi rarement questionnés, au profit d’un processus plutôt mécanique de la gestion de la situation d’urgence.

4L’Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz a donc cherché à créer des connaissances nouvelles, élaborées progressivement pendant presque 6 ans, pour aider à combler les lacunes évoquées ci-dessus. Il est le produit de travaux de recherche menés en commun avec les acteurs de terrain, en premier lieu les partenaires du projet de recherche, le GAMLP et le GAMEA, pour comprendre leurs besoins et les aider à construire avec eux des réponses à ces besoins, pour favoriser leur appropriation des nouvelles connaissances créées. Le premier objectif de cet atlas est donc de restituer une partie des travaux de recherche menés qui ont été fondés sur le constat simple que pour être efficace, la gestion d’une situation de crise, et d’une politique de gestion des risques plus largement, doit être concrète et émaner des besoins et des ressources locaux.

5Une forme de restitution sous forme d’atlas privilégie la dimension opérationnelle des travaux, applicable par les décideurs en charge des questions de risque. Elle s’est largement appuyée sur la géomatique et les cartes qui en ont résulté ont donné lieu à cet atlas.

6L’atlas est donc en quelque sorte un outil proposé aux partenaires, qui se veut pédagogique et utile. La construction d’une base de données adossée à l’outil a favorisé les processus participatifs de différents acteurs impliqués dans le fonctionnement urbain et la gestion des risques, ce qui a permis de dégager une connaissance d’une part, sur la répartition des lieux ressources de gestion de crise et d’autre part, sur la distribution des espaces vulnérables sur le territoire de l’agglomération pacénienne. Par conséquent, ces dimensions territoriales de la gestion de crise ont fait entrer dans l’analyse des questions posées par les acteurs qui détiennent ces ressources ou qui occupent ces espaces vulnérables. Les résultats des travaux sont encore partiels, voire imparfaits, mais les travaux ont fourni le prétexte d’une réflexion sur une démarche différente pour aborder les risques en milieu urbain.

7Nous sommes conscients des limites opérationnelles de l’exercice de restitution de travaux de recherche sous la forme d’un atlas. La gouvernance d’une agglomération ne se décrète en effet pas à partir de recommandations issues de travaux de recherche. Elle se construit à son rythme. Mais elle se construit aussi quand le tissu urbain apparaît en danger.

8Par exemple, en février 2002 lorsqu’un orage de grêle a endommagé la ville de La Paz, El Alto a joué son rôle dans la gestion des risques dans la municipalité voisine, notamment en fournissant des terrains où héberger les sinistrés sur la longue durée. En août 2008, quand la fonction de siège du gouvernement a failli être perdue au profit d’une autre ville bolivienne, El Alto, indirectement menacée, s’est solidarisée avec La Paz, la population n’en faisant qu’une seule, celle de l’agglomération pacénienne.

9Or, en fournissant des cartes sur ce qui met en danger le tissu urbain, l’atlas suggère sans toutefois les imposer, les sujets très pratiques sur lesquels les décideurs peuvent rapidement progresser en travaillant conjointement.

10La restitution des principaux résultats d’un projet de recherche sous la forme d’un atlas de la vulnérabilité a donc tenté de mettre en valeur les spécificités d’un tissu urbain très largement singulier, composé d’un en haut et d’un en bas, pour démontrer qu’il forme finalement un tout, indissociable.

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search