Version classiqueVersion mobile

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 2 - Un ensemble urbain vulnérable

Une vulnérabilité liée aux éléments du fonctionnement urbain

Texte intégral

1En adoptant une démarche systémique, l’analyse des risques amène à considérer les interactions entre les éléments du fonctionnement urbain dont le dysfonctionnement peut provoquer des situations de crise. C’est le cas de l’énergie électrique. La perte de l’approvisionnement en énergie électrique peut entraîner la perte de l’approvisionnement en eau potable, la perte des services spécialisés de soins, etc. Comprendre comment fonctionne un élément urbain, c’est donc mieux appréhender la vulnérabilité de cet élément, mais aussi les conséquences de cette vulnérabilité pour d’autres éléments du fonctionnement urbain, notamment ceux qui sont indispensables pour gérer une situation de crise.

L’approvisionnement en énergie électrique. Planche 22

2En 2009, la demande en énergie électrique pour l’agglomération de La Paz s’élevait à 1 163 gigawatts-heure (GWh). C’est la quasi-totalité de l’énergie produite dans la zone nord (1 423,08 GWh) (tableau 3), espace de production électrique défini par le Système interconnecté national (SIN). Les foyers de l’agglomération de La Paz ont en effet facilement accès au service d’approvisionnement en électricité avec 91 % des foyers qui sont approvisionnés en énergie électrique (AE, 2010), au détriment des espaces ruraux. La perte de l’approvisionnement en énergie électrique constitue donc un risque pour le fonctionnement de l’agglomération de La Paz. En effet, sans énergie électrique, ce sont des éléments fondamentaux du fonctionnement urbain qui sont affectés comme l’adduction d’eau, le système de soins ou encore les secteurs économiques et financiers. Par effet de transmission, la perte ou le mauvais fonctionnement de l’approvisionnement en énergie électrique peut donc provoquer de fortes perturbations dans différents secteurs de l’agglomération de La Paz. En situation de crise, cette perte peut même avoir des conséquences catastrophiques.

Tableau 3. La production d’énergie électrique en 2010

Tableau 3. La production d’énergie électrique en 2010

Source : AE, 2010

3Or, par son organisation structurelle, un système d’approvisionnement en énergie électrique est déjà très vulnérable. Distribuées sur un territoire, ses infrastructures sont en effet exposées à divers éléments perturbateurs qui peuvent remettre en cause leur bon fonctionnement et donc, l’approvisionnement en énergie électrique (Kamouly, 2012). Pour bien le comprendre, il convient d’abord de présenter cette organisation du système pacénien.

  • 1 Deux technologies différentes sont employées : des centrales au fil de l’eau ou en cascade et des (...)

4L’énergie électrique consommée dans l’agglomération de La Paz est issue de deux sources différentes : une partie est d’origine hydroélectrique1 et une autre partie est d’origine thermique. Cette énergie est largement produite à proximité de l’agglomération, dénommée zone nord dans le système national de production et de distribution. Elle représente environ 21 % du total de l’énergie électrique produite dans le pays.

Planche 22

Planche 22

Sources : AE, 2010 ; équipe PACIVUR, 2010

5Dans la vallée Zongo, située au nord-est de l’agglomération, 10 centrales hydroélectriques au fil de l’eau, installées sur le torrent Zongo, appartenant à l’entreprise COBEE produisent 70 % de l’énergie de la zone nord. Par ailleurs, l’entreprise HB possède 2 centrales par rétention d’eau (Yanacachi et Chojlla) situées dans la vallée du torrent Taquesi qui correspondent aux centrales hydroélectriques les plus importantes du pays avec 38,4 et 51,1 mégawatts (MW) en puissance installée. Elles produisent 25 % de l’énergie de la zone nord. Cette production d’énergie hydroélectrique est transportée jusqu’à l’agglomération par des lignes à haute tension qui parcourent la vallée Zongo et Taquesi, appartenant à chacune des deux entreprises productrices. Par ailleurs, une centrale thermique (Kenko) située à El Alto, fonctionnant au gaz, qui appartient à l’entreprise COBEE, complète le dispositif d’approvisionnement en énergie électrique de l’agglomération de La Paz en contribuant à hauteur de 5 % de la production d’énergie de la zone nord.

  • 2 La concession pour la distribution de l’énergie électrique lui a été accordée en 1995.

6L’énergie hydroélectrique et thermique produite est livrée à une entreprise de distribution : ELECTROPAZ2. Celle-ci en réduit la tension principalement dans 3 postes de transformation (Alto Achachicala, Chuquiaguillo, Kenko) d’où elle est ensuite distribuée aux foyers branchés sur le réseau.

7Malgré cette production électrique locale, une partie de l’électricité consommée provient du reste du pays grâce au raccordement de l’agglomération à 2 lignes de transport d’électricité à haute tension du réseau SIN. L’une arrive par le sud de l’agglomération (ligne du Sud) jusqu’au poste de transformation de Senkata ; l’autre arrive par le nord (ligne du Nord) jusqu’au poste de Alto Achachicala. En effet, il y a une importante fluctuation annuelle de la production hydroélectrique provoquée par l’étiage des torrents, dont le maximum pour la zone nord est atteint en septembre (figure 10). Or, la puissance installée de la centrale thermique d’El Alto n’est pas en mesure de compenser le déficit de la production hydroélectrique. Par conséquent, pendant ces périodes d’étiage, le raccordement au réseau national permet d’obtenir l’énergie électrique nécessaire à la consommation de l’agglomération (Bourbon, 2010 : 33). Par ailleurs, un système fondé sur des centrales hydroélectriques est assez peu flexible. En effet, leur production est liée à la disponibilité en eau. Or, la demande en énergie varie sur 24 h : dans l’agglomération de La Paz, la demande est faible entre 1 h et 6 h du matin, alors qu’elle est très élevée entre 17 h et minuit. Pour y faire face, les entreprises régulent leur production en effectuant des lâchés d’eau qui permettent de produire plus d’énergie à certaines heures de la journée. Une fois les lâchés effectués, il faut reconstituer les réserves d’eau. Par conséquent, la perte d’une centrale hydroélectrique entre 17 h et minuit a des conséquences très graves car ni les autres centrales hydroélectriques ni la centrale Kenko n’ont la capacité de répondre à la perte en la compensant par une augmentation de leur production, alors que ce créneau horaire correspond à une plus forte demande en énergie liée à l’éclairage public, au système de régulation du trafic routier, etc. La perte d’énergie à ce moment de la journée provoquera donc plus de problèmes.

Figure 10. La fluctuation annuelle de la production d’énergie électrique dans la zone nord bolivienne

Figure 10. La fluctuation annuelle de la production d’énergie électrique dans la zone nord bolivienne

Source : AE, 2010

8Une analyse succincte de la vulnérabilité du système d’approvisionnement en énergie électrique souligne souvent les points structuraux de faiblesse. Par exemple, la perte, quelle qu’en soit la raison, d’une centrale hydroélectrique du groupe de production de la vallée Zongo provoquerait une perte de production et donc d’approvisionnement de La Paz. Un endommagement de la centrale Huaji, la plus importante en termes de puissance de la vallée Zongo, qui paralyserait sa production, diminuerait de 10,3 % la production électrique de la zone nord. En période d’étiage, si les autres zones de production du pays ne peuvent pas compenser cette perte, l’agglomération manquera d’énergie électrique, affectant sérieusement son fonctionnement.

9Or, ces éléments de production sont vulnérables. Par exemple, les centrales hydroélectriques d’HB sont alimentées par une seule prise d’eau dans le torrent Taquesi. En période d’étiage, l’eau nécessaire à la production est stockée dans des lacs de rétention afin de permettre le fonctionnement des centrales quand la contribution en eau du torrent est faible. Le fait qu’un seul torrent et qu’une seule conduite alimentent en eau les centrales constitue ici un facteur de vulnérabilité puisque l’endommagement de cette conduite ou l’assèchement du torrent paralyserait l’ensemble de la production et réduirait l’approvisionnement électrique de La Paz.

10L’alimentation de La Paz par seulement quatre lignes à haute tension constitue un autre exemple de vulnérabilité structurelle du système. Concernant les lignes assurant le transfert de la production des centrales de la zone nord jusqu’à La Paz, la ligne Chojlla-Chuquiaguillo (115 kV) permet d’évacuer la production de Chojlla jusqu’au poste source de Chuquiaguillo. Cette ligne est essentielle puisque elle est la seule à évacuer la production de la vallée Taquesi. Si cette ligne qui transporte 25 % de la production de la zone nord venait à être déconnectée, une grande partie de la population pacénienne ne serait plus approvisionnée. C’est donc ici le manque d’alternative de fonctionnement qui constitue la vulnérabilité de la ligne. Par ailleurs, elle traverse la région des Yungas avec des sommets allant jusqu’à 5 000 m d’altitude dont l’accessibilité est limitée à seulement quelques pistes. En cas de défaillance de la ligne, son rétablissement peut être compliqué par le manque d’accessibilité aux pylones.

11Ces exemples de la vulnérabilité structurelle du système peuvent être multipliés. Il est pourtant plus intéressant d’en voir les conséquences indirectes.

12Dans le cas de l’approvisionnement en énergie électrique, les deux municipalités apparaissent à nouveau très dépendantes l’une de l’autre. On distingue ainsi trois entrées de l’électricité sur La Paz : une au nord par le poste d’Alto Achachicala, une au sud, par le poste de Kenko et une au nord-est par celui de Chuquiaguillo. Les deux premiers de ces trois postes sont sur le territoire d’El Alto, tandis que le deuxième se situe à La Paz. Le fait que le poste de transformation de Chuquiaguillo reçoive à la fois la production de Taquesi et de Zongo fait de ce poste un élément essentiel et vulnérable. Sa perte ou sa défaillance provoquerait une panne considérable due à un manque d’alternative de fonctionnement, qui affecterait aussi bien El Alto que La Paz puisque la distribution par ELECTROPAZ ne différencie pas les deux municipalités. D’ailleurs, en cas de problème, un protocole de gestion de la distribution sur le territoire pacénien peut être activé afin de couper l’alimentation de certains quartiers de l’une ou l’autre municipalité, sans les différencier, pour éviter que tout le système de la zone nord ne s’effondre en cascade.

13L’observation des registres des problèmes établis par l’autorité bolivienne de régulation du secteur de la production et distribution de l’électricité entre janvier 2006 et mai 2006 indique que la majorité des coupures sont inférieures à 15 minutes (figure 11). Les coupures dont la durée dépasse les 15 minutes représentent 45 % du total, ce qui n’est finalement pas si négligeable pour le fonctionnement urbain. Par exemple, la coupure du 7 avril 2007 dura 4 h 40 et affecta l’activité des centres de soins, des entreprises et services publics, notamment le secteur du transport (Bourbon, 2010 : 48). Même avec des générateurs d’électricité, les centres de soins ont besoin de carburant pour fonctionner. Or, les réserves en carburant ne sont pas dimensionnées pour répondre à une coupure de longue durée (Rojas, 2012). C’est ainsi que l’hôpital général de La Paz possède un générateur électrique fonctionnant au diesel pour approvisionner en énergie le service des urgences. Mais les réserves de carburant lui donnent une autonomie énergétique comprise entre 3 et 5 heures. Par ailleurs, pour se procurer du carburant, les pompes de distribution des stations-services ont besoin d’électricité… Cet exemple montre donc combien la vulnérabilité s’est, ce jour-là, diffusée sur le territoire de l’agglomération par un effet domino lié au fonctionnement urbain, provoqué par une simple coupure d’électricité.

14Les causes les plus fréquentes de dysfonctionnements sont également assez bien identifiées par les registres de l’autorité bolivienne de régulation du secteur de la production et distribution de l’électricité. Elles sont dues à des événements accidentels tels que la mauvaise protection ou la mauvaise sécurisation des lignes de distribution par le gestionnaire. De la même manière, la maintenance des lignes et leur nettoyage doivent être effectués régulièrement pour éviter toute décharge au contact d’éléments extérieurs (mousse, raccordements informels, lignes tombantes) mettant en contact les autres lignes pouvant ainsi créer une surcharge. Or, cette maintenance fait largement défaut, altérant régulièrement la distribution.

Figure 11. Le nombre de coupures d’approvisionnement en énergie électrique en fonction de leur durée

Figure 11. Le nombre de coupures d’approvisionnement en énergie électrique en fonction de leur durée

Source : AE, 2010

Notes

1 Deux technologies différentes sont employées : des centrales au fil de l’eau ou en cascade et des centrales par rétention d’eau.

2 La concession pour la distribution de l’énergie électrique lui a été accordée en 1995.

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search