Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 2 - Un ensemble urbain vulnérable

Une population vulnérable

Texte intégral

1La vulnérabilité est souvent abordée par des facteurs socio-économiques qui concernent la population. Ici, les facteurs qui ont été sélectionnés l’ont été de façon à qualifier au mieux ce qui rend la population vraiment vulnérable et qui par la même occasion la différencie le plus. Il s’agit de facteurs économiques – matériau de construction du logement, accès aux services publics d’eau potable et d’électricité, équipements dont disposent les foyers – et sociaux – âge de la population, niveau d’instruction, ancienneté de l’installation dans l’agglomération. Cette sélection de facteurs socio-économiques renseigne directement sur la vulnérabilité de la population. Par exemple, où la population dispose-t-elle d’un véhicule pour se rendre dans un hôpital en cas de catastrophe dans un contexte où il n’y a quasiment pas d’ambulance ?

Les constructions en adobe. Planche 13

2Dans une agglomération qui compte environ 1 428 000 habitants en 2001, le bâti n’est pas homogène d’un quartier à un autre. À défaut de données sur la richesse des habitants, les différences de qualité du bâti informe indirectement du niveau économique de leurs occupants.

3Le dernier recensement général de la population réalisé en 2001 renseigne le type de matériau utilisé pour construire le logement recensé. Parmi les différents types, il propose le choix de l’adobe. Il s’agit d’une brique d’argile obtenue par séchage au soleil, sans cuisson (illustration 29). Ce matériau de construction est commun à La Paz, surtout utilisé dans les constructions d’habitat ancien et dans les constructions d’habitat populaire. L’utilisation de l’argile est en effet facile, car elle est présente à faible profondeur presque partout dans l’agglomération. La brique d’adobe est donc très bon marché. La technique de la construction en argile est par ailleurs répandue et maîtrisée. Enfin, les briques d’adobe présentent l’avantage d’assez bien protéger des rigueurs du climat pacénien.

Illustration 29. L’adobe reste le matériau de construction des logements le plus largement utilisé dans l’agglomération

Illustration 29. L’adobe reste le matériau de construction des logements le plus largement utilisé dans l’agglomération

© IRD/S. Hardy

Planche 13

Planche 13

Source : INE, 2001

4La carte des constructions en adobe dans l’agglomération de La Paz souligne une différence très marquée entre la municipalité de La Paz et celle d’El Alto. Alors que l’utilisation de l’adobe est très largement répandue dans les constructions à El Alto, son utilisation est moins importante à La Paz et beaucoup plus circonscrite dans certains espaces de la municipalité.

5Moins de 42,9 % des constructions du centre historique de la municipalité de La Paz et des quartiers qui l’entourent (Sopocachi, San Jorge, Miraflores, San Pedro, Villa Fatima) sont en adobe. Ces espaces sont occupés par des constructions plutôt récentes, souvent des immeubles composés de nombreux étages, en béton, associant logements bien équipés et bureaux d’organismes publics et privés. Dans ces espaces, les constructions en adobe correspondent à des bâtiments anciens, mais qui sont progressivement détruits pour justement faire place à de nouvelles constructions en béton.

6Même si l’édification d’immeubles y prend de plus en plus d’ampleur, notamment à Obrajes et Calacoto, la partie sud-sud-est de la ville est encore majoritairement composée de petits bâtiments en béton de type villa, voire même presque exclusivement à San Miguel, Mallasa, Achumani, Irpavi.

7Cette dynamique de développement d’immeubles en béton commence également à marquer El Alto, essentiellement dans les quartiers centraux proches de La Ceja comme 12 de Octubre, Villa Bolivar, et Santiago. Elle indique le caractère de plus en plus urbain, équipé et riche de certains quartiers de cette municipalité où vit désormais une bourgeoisie alténienne et où se développent des services qui lui sont destinés comme les agences bancaires, divers magasins permanents, etc.

8À l’opposé, une très grande partie de la municipalité d’El Alto est composée de constructions où l’adobe prédomine à plus de 70,4 %. Il s’agit des quartiers périphériques comme Santa Rosa, Bautista Saavedra, Cosmos 79, Fábricas, Topater, Villa Exaltación. Ces quartiers récents, occupés par des familles issues du décloisonnement familial et des dernières vagues de migrants fuyant l’Altiplano, ressemblent à bien des égards à des villages ruraux et sont assez mal équipés. Ils se construisent progressivement par l’achat de parcelles agricoles qui sont d’abord clôturées, avant d’être bâties au rythme des fluctuations des revenus de ces jeunes familles.

9Mais de nombreux quartiers non périphériques d’El Alto sont encore largement composés de constructions en adobe comme Alto Lima, Huayna Potosí, Tunari. Il s’agit de quartiers intermédiaires situés entre le cœur urbain alténien et les périphéries, où les populations sont désormais installées depuis suffisamment longtemps pour pouvoir investir avec sécurité dans l’équipement du foyer, avant de procéder à une future étape de consolidation.

10Ces quartiers aux constructions en adobe ne sont pour autant pas exclusivement alténiens. On en observe quelques-uns à la Paz, mais leurs dynamiques sont différentes. Hormis Ovejuyo qui est une zone rurale en cours d’urbanisation par des classes moyennes pacéniennes qui investissent dans des terrains à bâtir, sans avoir forcément déjà les moyens de construire, les autres quartiers de La Paz où l’adobe prédomine sont des zones reconnues comme très exposées au risque de glissement de terrain et identifiées comme inconstructibles. Il s’agit des quartiers de Kupini, Callalpa, Pasankeri, Alto Tacagua, Alto Pura Pura. Leurs habitants, outre le fait qu’ils sont souvent pauvres, investissent a minima dans leur logement afin de conserver leurs faibles économies et être capables de faire face à la survenue d’une catastrophe qui les obligerait à refaire leur vie ailleurs.

11Dans le reste de l’espace urbain de La Paz, c’est-à-dire sur les versants est et ouest, l’adobe représente entre 42,9 et 70,4 % des constructions. Il s’agit des quartiers populaires de la ville. En fait, dans ces espaces, les constructions mélangent souvent béton et briques d’adobe. La brique d’adobe a souvent permis de construire un logement initial, plutôt élémentaire, dans le but de rapidement occuper la parcelle et éviter ainsi son appropriation par d’autres personnes. Par la suite, quand les revenus du foyer l’ont permis, la construction a souvent été améliorée en édifiant de nouvelles pièces de manière horizontale ou verticale, en privilégiant alors le béton et la brique cuite.

12Cette situation est également celle qui prévaut dans le cœur d’El Alto, dans les quartiers compris entre la bordure de la vallée du Choqueyapu et les parties nord et sud autour de l’aéroport : Villa 16 de Julio, Ciudad Satélite, Los Andes, Villa Bolivar ; et dans quelques quartiers moins centraux mais dont l’édification a été planifiée comme Mercurio, Villa Adela, Villa Primavera, Nuevo Horizontes, Pucarani. La majorité de ces quartiers ont été parmi les premiers à être édifiés. S’ils ont pu être précaires à leur début, leurs habitants les ont progressivement consolidés au fil du temps, au point d’être aujourd’hui des quartiers recherchés pour la qualité de leurs équipements, tout en restant populaires et encore abordables.

13Ces quartiers populaires forment finalement un espace assez continu et homogène entre La Paz et El Alto, soulignant une fois de plus le caractère artificiel que constitue la séparation administrative entre les deux entités municipales.

14La présentation des espaces de l’agglomération où l’adobe est utilisé comme matériau de construction indique une forme de précarité économique des foyers, en même temps que leur endommagement potentiel. En cas d’incendie, de glissement de terrain, d’inondation, etc., la susceptibilité d’endommagement d’un logement construit en adobe sera bien plus élevée que celle d’un logement dont les murs ont été édifiés avec des briques cuites dont la cohérence de la structure est assurée par l’emploi de béton.

15L’usage de l’adobe peut aussi être interprété comme un comportement économique rationnel puisqu’il permet, en cas de dommage, un remplacement à moindre coût des structures. Il serait en quelque sorte une stratégie de résilience mise en place par une partie de la population de l’agglomération.

Les foyers sans pièce spécifiquement dédiée à la cuisine. Planche 14

16Le recensement général de la population réalisé en 2001 fournit une information relative à la présence dans le foyer d’une pièce spécifiquement dédiée à la cuisine. Dans l’esprit des autorités boliviennes, l’introduction de ce critère dans la liste des questions du recensement était une manière d’évaluer un des aspects de la précarité du foyer. L’absence de cuisine signifie en effet qu’aucune pièce spécifique n’est dédiée à la préparation des repas. Celle-ci s’effectue donc dans une pièce du logement qui endosse d’autres fonctions : dormir, vivre, travailler souvent. Ce critère informe donc bien des moyens économiques dont dispose un foyer et de ses conditions générales de vie.

17À partir de cette donnée, nous avons construit une carte qui indique la part des foyers de l’agglomération qui ne disposent pas d’une pièce spécifiquement dédiée à la cuisine. Cette carte indique tout d’abord que la majorité des foyers dispose d’une pièce dédiée à la cuisine. C’est largement le cas dans la plupart des quartiers de La Paz, avec toutefois une relative dégradation de la situation plus on s’éloigne des quartiers centraux. C’est ainsi que les quartiers situés dans la partie haute des versants occidentaux, orientaux mais aussi dans l’extrême nord et sud-est de La Paz ont un taux d’un foyer sur trois qui ne dispose pas d’une pièce exclusivement dédiée à la fonction de cuisiner. Il s’agit essentiellement de quartiers encore en construction, très souvent composés de petits logements d’une ou deux pièces pour lesquels une pièce exclusivement dédiée à la cuisine n’est pas encore une priorité dans les investissements à réaliser pour consolider le logement.

18En revanche, cette situation où les quartiers ont un taux d’un foyer sur trois qui ne dispose pas d’une pièce exclusivement dédiée à la cuisine est la plus répandue à El Alto. Hormis les quartiers consolidés de Ciudad Satélite, Villa 16 de Julio, Villa Bolivar, Villa Adela, les habitants de la majorité des quartiers alténiens semblent avoir d’autres priorités que celle de posséder une pièce dédiée à la cuisine. Toutefois, on peut penser qu’ils consacrent assez vite une pièce dédiée à la cuisine, probablement dès que les besoins élémentaires sont comblés, car les quartiers où moins d’un tiers des foyers n’ont pas de cuisine sont finalement peu nombreux. Ils sont en périphérie, mais il ne s’agit pas pour autant de tous les quartiers périphériques : Topater, Fábricas, Bautista Saavedra, Huayna Potosí, Santa Rosa, Senkata sont des quartiers vastes, mais encore peu peuplés.

19Les quartiers de La Paz où moins d’un tiers des foyers n’ont pas de cuisine sont ceux situés dans la partie haute des versants de la vallée du Choqueyapu, exposés à des risques et légalement non constructibles : Alpacoma, Calajahuira, San Simón, Las Delicias, San Martín, Alto Tacagua, Antofagasta. Leurs habitants semblent limiter un investissement coûteux et qui pourrait être facilement perdu en cas de catastrophe.

20Le critère d’habiter un foyer qui possède ou pas une pièce spécifiquement dédiée à la cuisine éclaire sur la vulnérabilité de la population. Lorsqu’il y a présence d’enfants qui doivent évoluer dans une pièce multifonctions, la susceptibilité d’accident augmente étant donné que par leurs jeux, ils peuvent involontairement provoquer l’accident. Pour ces raisons, les foyers sans cuisine paraissent être un bon indicateur de vulnérabilité. La carte qui en résulte peut par exemple indiquer aux pompiers où ils risquent d’avoir à souvent intervenir sur des incendies domestiques et mieux localiser leurs moyens.

Planche 14

Planche 14

Source : INE, 2001

Les foyers non connectés au réseau public de distribution d’électricité. Planche 15

21Contrairement aux idées qui prévalent souvent sur les villes dans les pays situés aux Suds, elles sont, au moins pour les plus grandes d’entre elles, plutôt bien dotées en équipements et services urbains. Le dernier recensement général de la population de 2001 fournit une donnée concernant les foyers de l’agglomération de La Paz qui sont connectés au réseau de distribution d’électricité. À partir de cette donnée, on a construit une carte des foyers qui n’y sont pas connectés, toujours en suivant l’objectif de caractériser les foyers de l’agglomération.

22Le résultat est assez conforme à celui attendu d’une grande ville puisque la très grande majorité des espaces de l’agglomération sont occupés par des foyers qui à 89,3 % sont connectés au réseau de distribution d’électricité. Cette situation est aussi bien observable à La Paz qu’à El Alto, confirmant la similitude déjà soulignée entre les deux municipalités, sur des nombreux critères. On n’observe en effet aucune césure entre les deux municipalités. Ce sont leurs périphéries respectives qui sont relativement moins bien connectées, avec une dégradation du taux de connexion plus importante à El Alto : sans être majoritaires, les espaces où un tiers des foyers et parfois beaucoup plus ne sont pas connectés, sont plus répandus en périphérie qu’à La Paz. C’est sur les raisons de cette moindre connexion en périphérie que divergent les explications.

23Dans les périphéries d’El Alto, en particulier les quartiers Nueva Asunción, Bautista Saavedra, San Felipe de Seke, San Augustín, Topater, c’est parfois jusqu’à deux foyers sur trois qui ne sont pas connectés au réseau électrique. Les réseaux de distribution de l’électricité sont souvent installés, mais les habitants n’ont souvent pas encore les ressources pour payer la connexion, puis la consommation d’énergie.

24En revanche, dans les périphéries de La Paz, la situation est différente. Leurs habitants peuvent plus souvent payer la connexion et la consommation d’électricité, mais alors soit les quartiers ne sont pas encore équipés (El Pedregal, Ovejuyo, Las Rosas) parce que l’urbanisation progresse plus rapidement que l’installation des services, soit, et c’est la situation la plus courante, ils sont exposés aux risques et donc non éligibles à l’installation des services (Callalpa, Chicani, Chinchaya, Calajahuira, San Simón, Las Delicias, Pasankeri, Llojeta, Alpacoma).

25Ce critère des foyers non connectés au réseau de distribution d’électricité permet par ailleurs aussi de cerner comment un foyer s’expose à l’endommagement d’origine anthropique, à savoir le risque d’incendie.

26En effet, les foyers sans électricité recourent, ne serait-ce que pour la préparation des repas, à d’autres sources d’énergie : gaz, kérosène, charbon de bois, etc. Or, ces sources alternatives peuvent plus facilement provoquer des incendies dans les logements, surtout quand elles sont couplées à d’autres caractéristiques du logement, comme par exemple dans le cas où la préparation des repas s’opère dans la même pièce que celle où vivent et jouent des enfants. De ce point de vue, ce sont les périphéries pauvres d’El Alto qui s’avèrent les plus vulnérables au risque incendie.

Planche 15

Planche 15

Source : INE, 2001

Les foyers non connectés au réseau public de distribution d’eau potable. Planche 16

27Le recensement général de la population de 2001 fournit des données sur les foyers qui disposent d’une connexion au réseau de production et de distribution d’eau potable, encore appelé grand système. Comme précisé dans une planche antérieure, 83,6 % de la population totale de l’agglomération a accès à l’eau potable par réseau. Il s’agit d’un niveau d’accès élevé en Bolivie, mais qui n’est pas exceptionnel dans une grande ville, même d’un pays du Sud, en dépit du fait que ce service urbain nécessite des investissements nettement plus coûteux et complexes que pour l’installation d’un réseau de distribution d’électricité. Par ailleurs, il estompe la diversité de l’accès à l’eau par réseau. Il faut effectivement avoir à l’esprit que ce taux ne signifie pas que ces foyers sont tous équipés d’un robinet dans leur intérieur. Ils peuvent être seulement installés sur la parcelle, à l’extérieur du foyer. Les foyers ont parfois accès au réseau par le biais d’une connexion chez un voisin ou par une borne publique installée dans le quartier.

28Dans cette optique, il est plus intéressant de cartographier les espaces où les taux de non-connexion au réseau sont les plus élevés, car ils révèlent le niveau de précarité des habitants. La carte qui en résulte souligne encore une fois l’homogénéité entre les espaces de La Paz et ceux d’El Alto. Moins de 15 % des foyers situés dans une large majorité de l’espace de l’agglomération allant de l’ouest de l’aéroport à El Alto au sud-est de La Paz doivent recourir à d’autres sources d’approvisionnement en eau potable que celles offertes par le réseau public. Ils s’approvisionnent alors par le biais de réseaux installés par des coopératives d’eau privées, de puits individuels, ou encore directement par des exsurgences, en prélevant dans les torrents, ou par le biais de réservoirs remplis par camion-citerne. La source d’approvisionnement détermine largement la qualité de l’eau consommée dans le foyer.

29Les espaces où le taux de foyers non connectés au réseau public d’eau potable est supérieur à 47,3 %, jusqu’à représenter 95 % des foyers, sont localisés dans toutes les extrémités de l’agglomération. Cette observation s’explique de diverses manières possibles. On retrouve les raisons déjà évoquées pour d’autres services liés à des réseaux.

30D’une part, à cause de la rapidité avec laquelle certains quartiers de La Paz s’urbanisent, pour des raisons techniques d’extension du réseau, ces quartiers de La Paz ne sont pas encore connectés au réseau de distribution d’eau potable. Il s’agit de quartiers comme Aranjuez, El Pedregal, Ovejuyo, Los Rosales où les habitants ont les ressources nécessaires pour exiger de l’entreprise publique l’installation du réseau de distribution d’eau potable.

31D’autres raisons doivent être mobilisées pour comprendre pourquoi certains quartiers ont un taux de foyers non connectés au réseau public d’eau potable compris entre 47,3 % et 95 % du total des foyers. Il s’agit souvent de quartiers urbanisés depuis très longtemps, mais situés dans des espaces exposés à différents risques et comme tels, considérés comme inconstructibles. L’entreprise de distribution d’eau potable n’est donc pas autorisée à connecter les foyers de ces quartiers au réseau : Alpacoma, Llojeta, Callalpa, Chicani, San Simón, Calajahuira, Las Delicias, San Martín, Pantisirca, Alto Tacagua.

32Enfin, certains quartiers périphériques à El Alto comme Topater, Bautista Saavedra, San Felipe de Seke, présentent des taux de non connexion très élevés, liés à l’absence de réseau de distribution. Dans ces quartiers, même si l’urbanisation progresse rapidement, contrairement à la situation pacénienne, les habitants n’ont pas les ressources pour payer le raccordement au réseau et ensuite une consommation importante d’eau potable. L’entreprise rechigne donc à y installer rapidement le réseau de distribution.

Planche 16

Planche 16

Source : INE, 2001

33Les espaces où le taux de foyers non connectés au réseau public d’eau potable est compris entre 15 et 47,3 % sont peu nombreux et peu étendus. Ils sont en position intermédiaire entre les quartiers bien connectés et les quartiers faiblement connectés. Ils s’expliquent probablement d’une part pour des raisons techniques d’extension du réseau et d’autre part par la capacité des foyers à payer la connexion au réseau, qui est coûteuse et représente donc un effort financier considérable pour de nombreux foyers.

34La connexion au réseau de distribution d’eau potable révèle la précarité d’un foyer, en même temps qu’elle apprend beaucoup sur la gestion d’une situation d’urgence. En cas d’incendie, de la nécessité à recourir à des soins médicaux d’urgence, etc., l’accès à l’eau du réseau public de distribution est une garantie de plus grande capacité à faire face aux difficultés que dans le cas où l’eau doit être puisée ou apportée d’une fontaine publique. Dans cette perspective, au regard de la carte, peu d’espaces sont à considérer comme vulnérables puisque l’accès à l’eau potable ne pose globalement pas de difficultés majeures, hormis quelques espaces périphériques où en cas de catastrophe, ces derniers risquent d’avoir en plus à gérer des difficultés d’approvisionnement en eau liées à l’absence de réseau. Cette situation est plus préoccupante pour les services d’urgence qui ont de gros besoins en eau comme les pompiers et les centres de soins que strictement pour les individus.

Les foyers sans téléphone. Planche 17

35Le recensement général de la population de 2001 fournit des données sur les foyers qui disposent d’une connexion téléphonique soit par téléphone filaire, soit par téléphone cellulaire, sans pour autant être en mesure de différencier l’un ou l’autre. Même si en 2001, l’usage du téléphone cellulaire était moins courant qu’aujourd’hui, au regard des infrastructures disponibles, il est probable que ce mode était déjà plus répandu que celui du filaire, surtout dans les quartiers les plus récents et les plus populaires.

36À partir de ces données, on a élaboré la carte des espaces qui ne disposent pas de connexion téléphonique. L’observation de la carte indique que l’accès à une connexion téléphonique est un critère particulièrement discriminant entre les foyers de l’agglomération.

37Dans la municipalité de La Paz, les situations sont très contrastées. Les espaces où moins de 40,5 % des foyers sont sans téléphone sont peu nombreux et peu étendus. Il s’agit des espaces les plus consolidés de l’agglomération : le centre de La Paz et ses alentours (San Pedro, San Sebastián, Sopocachi, San Jorge, Miraflores, Villa Copacabana, Villa Fatima), ainsi que la partie sud de la ville (Obrajes, Calacoto, Aranjuez, San Miguel, Achumani, Irpavi). Ce sont des quartiers où les réseaux filaires sont installés depuis longtemps et où les foyers ont les ressources nécessaires pour consommer du temps de conversation. Ce sont également des espaces où les entreprises, notamment de services qui font un grand usage du téléphone, sont installées. Par ailleurs, la concentration de foyers et d’entreprises ayant les ressources nécessaires stimule les entreprises de téléphonie à également équiper ces mêmes espaces en réseaux cellulaires, avec la garantie que le coût sera assez vite amorti par les consommations.

Planche 17

Planche 17

Source : INE, 2001

38À El Alto, ce type d’espace n’existe qu’en un seul endroit : Ciudad Satélite. Il s’agit du quartier le mieux équipé d’El Alto, occupé par des familles issues de la classe moyenne, situé à proximité des antennes qui supportent, entre autres, les infrastructures de téléphonie cellulaire, d’où il tire son nom.

39La presque totalité du reste de l’espace d’El Alto se caractérise au contraire par un taux très élevé d’espaces où les foyers sont sans téléphone, compris entre 72,4 et 99,3 % de la totalité des foyers. Il ne s’agit pas que des périphéries récemment urbanisées ou pauvres comme Bautista Saavedra, Fábricas, Topater, Senkata, Villa Exaltación, Alto Lima, Santa Rosa, Villa Ingenio. Des espaces plus centraux, comme ceux qui enserrent immédiatement l’aéroport, comme les quartiers Los Andes, Villa Ballivian, Villa Mejillones, Tunari, Villa Alemania, Villa Dolores, Santiago, sont également très mal équipés en téléphone, alors même que leurs populations ont les ressources nécessaires pour consommer ce type de service. Il s’agit donc d’un problème d’équipement de ces espaces.

40Les espaces pacéniens qui présentent un taux très élevé de foyers sans téléphone sont situés sur le haut des versants ouest, nord et est de la vallée creusée par le Choqueyapu : Antofagasta, Alto Tacagua, Pasankeri, Llojeta, Alpacoma, Callalpa, Cosmos, Villa Salomé, Chinchaya, Calajahuira, Las Delicias, San Martín. Ce sont des quartiers pauvres où les opérateurs de téléphonie filaires comme cellulaires n’ont aucune incitation à investir dans des équipements. Les espaces du haut des versants occidentaux forment une rupture entre deux espaces moyennant équipés en infrastructures téléphoniques, celui de La Paz et celui d’El Alto.

41Les espaces comprenant les quartiers situés en périphérie de La Paz comme Las Rosas et Ovejuyo sont surtout mal équipés en téléphone moins à cause des ressources économiques de leurs habitants que de leur distance au centre et de leur faible densité, deux facteurs qui n’encouragent pas les opérateurs à y investir en infrastructures dont l’amortissement sera long.

42Entre ces deux grands types d’espaces, la carte signale les espaces disposant d’un taux moyen de foyers sans téléphone, compris entre 40,5 et 72,4 % des foyers. Ce sont des espaces urbains consolidés, composés de foyers potentiellement consommateurs de services téléphoniques comme Villa 16 de Julio, 12 de Octubre, Villa Adela à El Alto, Gran Poder, Tembladerani, El Pedregal, Meseta de Achumani, Villa San Antonio à La Paz. Le taux moyen de foyers avec téléphone souligne encore une fois le trop faible équipement en services téléphoniques de ces espaces.

43À travers cette description de la carte, on se rend compte que le critère du taux de foyers sans téléphone est particulièrement intéressant. Même s’il est ancien par rapport aux évolutions récentes de diffusion de l’usage du téléphone cellulaire, il souligne très bien la capacité d’un foyer à faire appel aux moyens de secours en cas de nécessité. Sans ligne téléphonique, fixe ou cellulaire, il est difficile de les prévenir des difficultés rencontrées et par conséquent, il est difficile que les services de secours puissent intervenir rapidement. Or, en situation d’urgence, la rapidité d’intervention des moyens de secours est un facteur essentiel pour limiter les dommages.

44Par ailleurs, le recensement national de population de 2001 réunit téléphonie filaire et téléphonie cellulaire dans un même champ, sans pouvoir distinguer l’un ou l’autre. Pourtant, cette différenciation pourrait être précieuse. Le 19 février 2002, une des nombreuses conséquences de l’orage de grêle avait été l’interruption des communications cellulaires. En cas d’urgence, la capacité des foyers à prévenir les moyens de secours a donc pu dépendre de leur équipement en une ligne filaire de téléphone.

Les foyers sans véhicule automobile. Blanche 18

45Dans les grandes villes des pays du Sud, en dépit de l’étalement urbain observé, le taux d’équipement des foyers en véhicule automobile demeure généralement faible (Diaz Olvera et al., 2002).

46L’analyse du recensement général de la population de 2001, qui fournit des données sur l’équipement des foyers en véhicule automobile, permet de formuler le même constat dans l’agglomération pacénienne. Globalement, très peu de foyers sont équipés en véhicule automobile en 2001. Sur 366 165 foyers recensés dans l’agglomération, seuls 53 602 possèdent au moins un véhicule automobile, soit moins d’un foyer sur 7. La topographie pacénienne avec ses déclivités tellement fortes qu’elles interdisent parfois l’accès à certains espaces aux véhicules automobiles non dotés d’un système de quatre roues motrices, conjuguée à la présence plus faible d’oxygène dans l’air pour faire correctement fonctionner les véhicules à combustion, ne permettent pas forcément d’optimiser l’investissement dans l’achat d’un véhicule automobile. Cela explique en partie pourquoi les foyers qui ne disposent pas d’un véhicule sont si nombreux dans l’agglomération.

47Par ailleurs, la répartition des foyers qui possèdent un véhicule automobile montre que 74 % de ces foyers sont localisés dans la municipalité de La Paz. Il existe donc de profondes disparités spatiales en termes de répartition de foyers équipés en véhicule automobile entre les deux municipalités de l’agglomération. Et au sein même des municipalités, les foyers équipés en véhicule automobile ne se répartissent pas de manière homogène.

48Dans la municipalité d’El Alto, la quasi-totalité des espaces se caractérisent par des foyers où le taux de non-équipement en véhicule automobile est compris entre 87 et 98,8 %. Sauf quelques espaces se distinguent. Une partie du quartier Villa 16 de Julio, une partie de Santiago et 12 de Octubre sont des espaces où l’activité commerciale est élevée. Cette dernière est largement familiale justifiant que pour leurs activités économiques, ces foyers sont mieux équipés que l’ensemble des autres foyers alténiens : ils possèdent des véhicules pour s’approvisionner par eux-mêmes directement chez le producteur en produits commerciaux à vendre. Ciudad Satélite, Kenko et Villa Adela sont plutôt des espaces où la population a des ressources plus élevées que le reste de la population alténienne, ce qui lui permet de s’équiper en un bien moins prioritaire dans la grande majorité des foyers de la municipalité. Dans les autres espaces alténiens, les véhicules sont donc pratiquement absents. Cette situation s’explique d’une part, par les faibles ressources dont disposent ces foyers et d’autre part, par l’état du réseau routier. Même si un véhicule automobile améliorerait fortement leur mobilité et par conséquent, leurs conditions de vie (meilleur accès à l’emploi, à l’éducation, à la santé, etc.) (Diaz Olvera et al., 2002), leurs faibles ressources ne leur permettent pas de donner la priorité en l’acquisition de ce bien. Ils doivent se contenter de l’offre en transport en commun auquel ils ont accès.

49Dans la municipalité de La Paz, la situation est plus contrastée. On distingue des espaces où les foyers sans véhicule automobile sont plutôt rares, avec des taux compris entre 26,4 et 67,8 % des foyers. Il s’agit des espaces où réside la population la plus aisée de l’agglomération : San Jorge, Miraflores, la partie basse de Sopocachi, Obrajes, Calacoto, San Miguel, Irpavi, Achumani, Los Rosales, Mallasa. Cette population peut très facilement se déplacer dans toute l’agglomération, accédant aux emplois qualifiés et aux services proposés dans toute l’agglomération, notamment les emplois d’encadrement dans les grandes industries d’El Alto, même si elle ne fréquente souvent qu’une partie très restreinte des espaces auxquels elle a potentiellement accès. Quand les enfants sont scolarisés dans l’enseignement supérieur, beaucoup de ces foyers sont même souvent équipés de plus d’un véhicule automobile. Dans le reste des espaces pacéniens, le taux de foyers sans véhicule automobile augmente fortement. À San Pedro, Gran Poder, Pura Pura, Villa Fatima, Villa San Antonio, Chasquipampa, le taux de foyers sans véhicule automobile est compris entre 67,8 et 87 %. Les rares véhicules qu’on y trouve appartiennent souvent aux gros commerçants installés dans ces espaces ou aux chauffeurs de taxi qui utilisent leur véhicule pour leurs activités commerciales. Les autres espaces, localisés en position périphérique, les versants ouest, nord et est, se caractérisent par des foyers sans véhicule (entre 87 et 98,8 % de la totalité des foyers). Il s’agit des espaces où les foyers ont les ressources les plus faibles de l’agglomération, qui ne peuvent donc pas investir dans un bien comme un véhicule automobile. Comme dans la plupart des foyers des espaces alténiens, leurs déplacements sont donc très largement liés à l’offre de transport commun qui leur est proposée.

50Cette carte des foyers sans véhicule automobile, outre l’intérêt de caractériser la population de l’agglomération, offre un éclairage sur un des multiples facteurs de sa vulnérabilité. En effet, en situation d’urgence provoquée par un événement d’origine naturelle ou anthropique, l’absence de véhicule dans le foyer signifie que leurs occupants ne peuvent se déplacer vers les moyens de secours : ils sont entièrement dépendants de la venue de ces derniers jusqu’à eux. Par ailleurs, certains espaces de l’agglomération se caractérisent par une accessibilité réduite, qui retardera l’arrivée des secours. Ces deux informations conjuguées devraient inciter les autorités à réfléchir à l’adéquation spatiale entre les ressources nécessaires à la gestion d’une situation d’urgence comme les moyens des secours disposant de véhicules pour se déplacer et les espaces où les foyers sont le moins motorisés et dépendants d’une aide qui proviendra de l’extérieur. Par exemple, les espaces où les foyers sont très peu motorisés sont ceux qui ont le plus besoin d’ambulances ou de centres de soins de proximité. Actuellement, ces deux ressources de gestion des situations d’urgence sont essentiellement concentrées à Miraflores où justement le taux de foyers sans véhicule est l’un des plus faibles de toute l’agglomération. Ce constant doit donc permettre de réfléchir à une meilleure adéquation spatiale entre ressources et besoins de la population, afin de réduire significativement la vulnérabilité de la population de l’agglomération.

Planche 18

Planche 18

Source : INE, 2001

La population récemment installée dans l’agglomération. Planche 19

51Dans une grande ville d’un pays du Sud, les mouvements migratoires des espaces ruraux vers les espaces urbains demeurent à un niveau encore très élevé, en particulier dans un pays comme la Bolivie où le taux d’urbanisation demeure à un taux de seulement 62 % du total de la population en 2001. Le recensement général de la population réalisé en 2001 fournit la donnée sur le nombre de personnes installées récemment – depuis moins de cinq ans – dans la municipalité de La Paz et dans celle d’El Alto. Cartographiée à l’échelle de l’agglomération, elle permet de comprendre dans quels espaces cette catégorie de la population est la plus présente.

52Sur un total de 1 427 717 habitants recensés en 2001, 12,5 % (179 224 habitants) sont installés dans l’agglomération depuis moins de 5 ans. La municipalité de La Paz accueille 5,83 % de ces nouveaux habitants (83 333 habitants) et celle d’El Alto 6,71 % (95 891 habitants), alors qu’en 2001 son poids démographique dans l’agglomération est inférieur à celui de La Paz. Ces différents constats appellent certaines précisions.

53Tout d’abord, il faut remarquer que plus d’un habitant sur 8 habite l’agglomération depuis moins de cinq ans. C’est une proportion assez élevée de la population totale qui a une expérience assez limitée dans le temps des différents espaces urbains de l’agglomération et surtout, des différents phénomènes qui les construisent.

54Par ailleurs, on observe qu’El Alto attire, proportionnellement à son poids démographique au sein de l’agglomération, plus de nouveaux habitants que La Paz. Le taux de croissance démographique annuel d’El Alto plus élevé que celui de La Paz (respectivement 5,05 % contre 1,1 % entre 1992 et 2001) explique largement cette situation. D’un certain point de vue, El Alto offre des conditions d’installation plus favorables aux nouveaux arrivants : on s’y loge plus facilement, dans de meilleures conditions et pour moins cher qu’à La Paz. Étant donné que ces conditions sont plus faciles d’accès en périphérie d’El Alto qu’en son cœur, cette population de nouveaux migrants s’installe donc majoritairement dans les espaces périphériques comme Santa Rosa, Bautista Saavedra, San Felipe de Seke, Fábricas, Senkata, Topater où la part d’habitants récemment installés dans ces espaces est comprise entre 18,5 et 35,5 % de la population. Au contraire, dans les espaces les plus anciennement urbanisés comme Ciudad Satélite, Villa 16 de Julio, Villa Ballivian, Los Andes, la part de la population récemment installée n’est que comprise entre 6,1 et 11,7 % de la population. Elle trouve plus difficilement à s’y implanter, dans des conditions qu’elle juge favorable. Entre ces deux situations, le reste d’El Alto comprend une part de population récemment installée comprise entre 11,7 et 18,5 % de la population, ce qui n’est pas négligeable.

55En revanche, les opportunités d’emplois, l’accès aux soins et à l’éducation, la mobilité sont moins bons à El Alto qu’à La Paz. Ces derniers facteurs expliquent, au regard de la différence d’évolution démographique, pourquoi la municipalité de La Paz se maintient à un niveau encore aussi élevé d’accueil de nouveaux migrants. La Paz continue donc à attirer des nouveaux venus qui s’y installent dans des conditions, notamment en termes de logements, souvent plus précaires que celles d’El Alto. Ils cherchent à s’implanter durablement dans l’agglomération, mais comme les opportunités d’emplois sont plus nombreuses à La Paz qu’à El Alto, de nombreux migrants font donc encore le choix, dans un premier temps, de s’installer à La Paz, le temps de trouver une source de revenus qui leur permet s’ils y parviennent, à s’installer dans un deuxième temps à El Alto, en y faisant alors venir toute la famille souvent restée dans le lieu d’émigration. Peu importe si vivre à La Paz signifie aussi vivre dans des espaces exposés aux événements catastrophiques d’origine naturelle ou anthropique puisque l’objectif est avant tout de réussir à s’implanter durablement dans l’agglomération. D’ailleurs, cette population est souvent trop récemment installée à La Paz pour connaître les dangers auxquels elle s’expose. À part Calajahuira et les quartiers dégradés du centre de la municipalité, cette population ne se concentre pas dans certains espaces, mais a plutôt tendance à se disperser de manière interstitielle, rendant sa localisation difficile. Toutefois, dans un cas, sa localisation est assez logique : les employées de maisons sont souvent des jeunes filles qui sont récemment arrivées. On les trouve donc massivement dans les espaces où la population peut les employer tout en les logeant : Obrajes, Calacoto, San Miguel, Achumani, Irpavi dans la partie sud de la ville.

Planche 19

Planche 19

Source : INE, 2001

56La population installée depuis moins de 5 ans dans l’agglomération comptabilise aussi la population étrangère. La Paz étant le siège du gouvernement, elle héberge les ambassades et surtout leur personnel étranger. Quant aux travailleurs d’entreprises privées, même s’ils travaillent dans les grandes industries à El Alto, ils sont souvent tellement mieux rémunérés que la moyenne de la population de l’agglomération qu’ils choisissent majoritairement de s’installer à La Paz plutôt qu’à El Alto, pour bénéficier de ses aménités. Ces deux types d’habitants sont localisables dans les quartiers déjà cités de la partie sud de la ville et dans les quartiers centraux comme San Jorge, Sopocachi et Miraflores.

57Enfin, l’offre éducative de La Paz justifie aussi certaines concentrations spatiales d’habitants récemment installés dans la municipalité, en fonction de la proximité des grands établissements d’enseignement supérieur : Miraflores, Sopocachi et Colmil.

58Le critère de la population récemment installée dans l’agglomération permet de localiser les espaces où le niveau de connaissances de l’environnement urbain dans lequel la population vit est sûrement plus faible qu’ailleurs. Même si les mouvements migratoires vers l’agglomération ont tendance à diminuer, la carte réalisée indique qu’il y a encore une part de population migrante non négligeable dans l’agglomération. Cependant, la population vivant depuis un peu moins de 5 ans dans l’agglomération de La Paz, n’a pas forcément une bonne connaissance de l’environnement urbain, et peut donc être exposée à des menaces d’origine naturelle ou anthropique en raison de son manque d’expérience d’événements passés ayant provoqué des catastrophes. Cette absence de connaissance sur ce qui pourrait arriver rend cette population plus vulnérable que le reste, car elle n’est pas en mesure de répondre de façon très efficace en cas d’urgence, ce qui signifie qu’elle aura besoin d’une aide particulière en cas de situation d’urgence.

59Cartographier la population récemment installée dans l’agglomération permet donc d’indiquer aux autorités les espaces où elles peuvent mettre en place des mesures de prévention destinées à une catégorie particulière de la population, comme par exemple des campagnes préventives informant sur les catastrophes qui peuvent survenir dans ces espaces et des mesures que la population peut adopter pour réduire les dommages potentiels.

La population faiblement instruite. Planche 20

60Les données du recensement général de la population de 2001 permettent de cartographier le pourcentage de la population faiblement instruite. Il s’agit de la population de l’agglomération qui est âgée de six ans et plus, qui n’a suivi aucune scolarité ou qui a suivi un parcours scolaire l’amenant, au mieux, à valider l’ensemble des années du cycle des études primaires. 620 681 habitants sont dans cette situation : 43 % de la population totale de l’agglomération a donc un niveau d’instruction assez faible.

61La carte produite indique que la population faiblement instruite se répartit de manière très déséquilibrée dans l’agglomération. Beaucoup moins représentée dans la municipalité de La Paz où un peu plus d’un tiers (37,4 %) de la population est faiblement instruite, elle est en revanche massivement présente à El Alto où presque la moitié de la population (323 813 habitants soit 49,82 %) est faiblement instruite.

62Une lecture de la carte à une échelle plus grande montre qu’au sein même des municipalités de La Paz et de celle d’El Alto, la population faiblement instruite se répartit de manières très différentes dans les espaces.

63À El Alto, Ciudad Satélite et Villa Adela font figure d’espaces d’exception avec une proportion de population faiblement instruite seulement comprise entre 17,1 et 34,8 % de la population. Encore une fois, on se rend compte que la population de ces deux espaces est assez différente du reste de la population de la municipalité. Partout ailleurs, la proportion de population faiblement instruite dépasse les 34,8 % pour être comprise entre 48,7 et 67,6 % dans la grande majorité des espaces de la municipalité : les espaces déjà signalés comme abritant une population précaire comme Santa Rosa, Bautista Saavedra, San Felipe de Seke, Fábricas, Topater, Senkata, mais aussi des espaces plus centraux, mieux équipés comme Villa Ballivian, Alto Lima, Los Andes, Tunari. Ces derniers espaces ont bénéficié d’améliorations sur le plan des infrastructures et des logements, dues aux mobilisations de leurs populations, sans que ces dernières aient encore pu véritablement investir dans l’élévation de leur niveau d’instruction (illustration 30). Dans un espace intermédiaire, immédiatement à l’est et au sud de l’aéroport, la part de la population faiblement instruite est un peu moins importante, comprise entre 34,8 et 48,7 % de la population totale. Il s’agit de quartiers parmi les plus commerciaux de l’agglomération où les membres des familles sont scolarisés a minima dans le but de faciliter leurs activités : Villa 16 de Agosto, 12 de Octubre, Santiago, Villa Bolivar.

Illustration 30. Les écoles publiques sont encore trop peu nombreuses et dotées en personnel pour fournir une instruction élémentaire à toute la population bolivienne

Illustration 30. Les écoles publiques sont encore trop peu nombreuses et dotées en personnel pour fournir une instruction élémentaire à toute la population bolivienne

© IRD/S. Hardy

64À La Paz, la cartographie indique une répartition centre-périphérie de la population faiblement instruite. Assez peu représentée (moins de 34,8 % de la population totale) dans le centre et ses alentours, ainsi que dans la partie méridionale de la ville, la part de la population faiblement instruite est comprise entre 34,8 et 48,7 % de la population totale sur les contreforts bas des versants (Llojeta, Tembladerani, Los Andes, El Tejar, Achachicala, Villa Pabon, Bajo San Antonio, Bella Vista, Chasquipampa, Mallasilla). Il s’agit d’espaces de quartiers populaires qui mélangent des populations installées de longue date n’ayant pas bénéficié d’une scolarité longue à des populations, souvent leurs enfants ou de nouveaux venus d’autres quartiers qui ont bénéficié d’une scolarisation parfois même longue. Chasquipampa est un bon exemple puisqu’il s’agit d’un espace rural habité par des paysans au faible niveau d’instruction, qui a été progressivement rattrapé par l’urbanisation pacénienne, avec l’installation progressive de jeunes urbains au niveau d’instruction souvent très poussée (illustration 31).

Illustration 31. La population bolivienne est dans l’ensemble peu instruite, notamment les femmes, les plus âgés et les plus pauvres

Illustration 31. La population bolivienne est dans l’ensemble peu instruite, notamment les femmes, les plus âgés et les plus pauvres

© IRD/S. Hardy

65Au-delà de la connaissance sociale des espaces de l’agglomération, la cartographie de la population faiblement instruite est intéressante dans la mesure où le niveau d’instruction de la population influe sur son état de préparation et de réponse aux catastrophes. La population faiblement instruite n’a effectivement pas forcément la capacité de comprendre la complexité des mécanismes d’endommagement auxquels elle s’expose et par conséquent, l’importance de se préparer à l’occurrence de catastrophes. De la même manière, en cas de situation d’urgence, elle n’a pas forcément la même capacité que la population plus instruite à comprendre les instructions d’évacuation et donc, à les mettre en œuvre. Par exemple, à partir du 26 février 2011, un glissement de terrain s’est déclenché dans l’espace couvert entre les quartiers de Callalpa et d’Irpavi. Si la niche d’arrachement est située dans la partie nord-est de La Paz, le glissement affecte un immense espace (plus de 100 hectares de tissu urbain) qui s’étend jusqu’au sud-est de la municipalité. Les autorités chargées de gérer la catastrophe se sont heurtées à plus de difficultés dans les quartiers populaires comme Callalpa à faire comprendre à leurs habitants la nécessité d’évacuer (près de 5 000 personnes ont été accueillies dans des refuges), les modalités de cette évacuation, ainsi que les mesures temporaires qui étaient mises en place pour leur venir en aide (Hardy, 2011). Le niveau d’instruction n’est pas le seul facteur d’explication mobilisable – il est plus facile pour des populations plus aisées d’évacuer, comme celles du quartier d’Irpavi, car elles peuvent plus facilement compter sur leurs réseaux familiaux pour être accueillies ailleurs que dans un refuge – mais il est à prendre en compte dans une combinaison avec d’autres facteurs qui expliquent la vulnérabilité socio-économique de la population de l’agglomération de La Paz.

Planche 20

Planche 20

Source : INE, 2001

La population jeune et âgée. Planches 21a et 21b

66Les données du recensement général de la population de 2001 permettent de cartographier la population en fonction de son âge. À partir de ces données, deux cartes ont été réalisées : l’une représente la part de la population âgée de moins de 6 ans dans la population totale et l’autre représente la part de la population de 65 ans et plus dans la population totale de l’agglomération de La Paz.

67La population de moins de 6 ans constitue 13,8 % de la population totale de l’agglomération. Mais la représentation de la répartition de cette population de moins de 6 ans montre une situation contrastée entre les municipalités de La Paz et celle d’El Alto. Comme l’indiquait déjà la pyramide des âges, la population jeune est moins nombreuse à La Paz qu’à El Alto, en valeur absolue comme en valeur relative : 16 % de la population alténienne a moins de 6 ans (104 131 habitants) contre 12 % pour la population pacénienne (95 380 habitants).

68À l’échelle de chacune des deux municipalités, leur répartition souligne également de forts contrastes.

69On observe un espace très restreint en forme de demi-lune ouverte à l’ouest, aux immédiats abords de l’aéroport, où la population de moins de 6 ans est comprise entre 11,8 et 15,5 % de la population totale : quartiers Los Andes, Villa 16 de Agosto, 12 de Octubre, Santiago. Dans les quartiers de Ciudad Satélite et une toute petite partie nord de Santiago, la situation est assez comparable à la situation moyenne de La Paz (au maximum, 11,8 % de population a moins de 6 ans). Dans le reste d’El Alto, soit la très grande partie de la municipalité, la part de la population jeune est supérieure à 15,5 %. Cette observation donne une idée des besoins spécifiques d’équipements destinés à cette partie de la population : garderies, écoles, etc.

70À La Paz, on retrouve à nouveau une répartition de la population ayant moins de 6 ans qui adopte la forme centre-périphérie. Dans les quartiers centraux de La Paz et ses alentours, ainsi que dans la partie sud de la ville, la part de la population ayant moins de 6 ans est comprise entre 5,4 et 11,8 % de la population totale. En termes de superficie, il s’agit de la majorité de l’espace de la municipalité. Cette part de la population de moins de 6 ans augmente en direction des versants de la vallée. Comprise entre 11,8 et 15,5 % de la population dans la partie basse des versants (Llojeta, Tembladerani, Achachicala, Las Delicias, Chuquiaguillo, San Simón, Pacasa, Callalpa, Los Rosales, Chasquipampa, Jupapina), elle atteint presque un quart de la population totale (22,4 %) dans les quartiers situés sur les parties hautes des versants, mais ces quartiers sont peu nombreux et peu étendus. Ils abritent des populations qui pratiquent encore des activités rurales comme Kellumani et Ovejuyo ou qui reçoivent encore des migrants d’origine rurale comme Alpacoma, Pasankeri, El Tejar, Bosquecillo : ces populations ont plus d’enfants jeunes que la moyenne de La Paz.

71La cartographie de la part de la population âgée de 65 ans et plus dans la population totale fournit une situation tout à fait différente de celle de la population de moins de 6 ans.

72À l’échelle de l’agglomération, la population âgée de 65 ans et plus (4,1 % de la population totale) représente 5,4 % de la population totale de La Paz, mais plus de deux fois moins à El Alto avec seulement 2,6 % de la population âgée de 65 ans et plus. Le contraste entre les deux municipalités est donc très fort : par exemple, les besoins d’équipements spécifiques envers cette catégorie de population (offre de soins gériatriques, etc.) sont donc d’ordre tout à fait différent entre les deux municipalités.

73Au sein de chacune des deux municipalités, la répartition spatiale de la population s’avère également très contrastée.

74À La Paz, la part de population âgée de 65 ans et plus est surreprésentée dans les quartiers du centre et ses alentours (San Pedro, San Jorge, Sopocachi, Miraflores) et dans la partie sud de la ville (Obrajes, Calacoto, San Miguel, Koani) avec une part supérieure à 6,8 %. Au contraire, sur les espaces situés sur les parties hautes des versants de la vallée de La Paz (Ovejuyo, Kellumani, Alpacoma, Las Delicias, Chuquiaguillo, San Simón, Pampahasi, San Martín, Cusicancha, Chamoco Chico), cette part est sous-représentée, comprise entre 1,3 et 3,8 % de la population totale.

75À El Alto, quatre quartiers se démarquent du reste de la ville pour avoir une part de population âgée de 65 ans et plus comprise entre 3,8 et 6,8 % de la population totale : Ciudad Satélite, Villa 16 de Julio, Alto Lima et Villa Adela. Ils constituent une véritable exception qui s’explique, pour les trois premiers, par l’antériorité de leur urbanisation par rapport aux autres quartiers d’El Alto ; Villa Adela est organisée par la fondation catholique Cuerpo del Cristo au point d’en faire un quartier vraiment très différent de tous les autres.

76La cartographie de la population sur le critère de l’âge permet de réfléchir en termes de vulnérabilité face à une situation de crise.

77Ces deux groupes de la population – les moins de 6 ans et les 65 ans et plus – ont en commun d’être assez dépendant du reste de la population. Par exemple, en termes de déplacement (trop jeune/trop vieux pour se déplacer seuls), de compréhension des événements (incapables de comprendre, difficultés à encore comprendre à cause de la surdité, etc.), ces deux groupes ont besoin d’aide. Par conséquent, en cas d’occurrence d’un événement, ils ont besoin d’une assistance spécifique pour comprendre la signification d’un message d’alerte et/ou de consignes d’évacuation, mais également pour évacuer. Ces deux groupes ne sont donc pas autonomes en situation de catastrophe et dans la gestion de cette situation, il est donc nécessaire de leur prévoir une assistance adéquate. En repérant ces deux groupes dans l’espace de l’agglomération, les autorités en charge de la gestion des risques peuvent anticiper ces spécificités : former le personnel des organismes et institutions à cette difficulté en préparant des messages spécifiques, prévoir des structures d’accueil dédiées (par exemple, les refuges qui reçoivent de nombreux jeunes enfants peuvent proposer des structures d’appui psychologique avec du personnel formé à cette problématique), etc. Cet exemple montre l’intérêt qu’il y a à réaliser une cartographie aussi simple que celle de la population, en discriminant la population la plus jeune et celle la plus âgée du reste de la population, pour aider les autorités en charge de la gestion des risques à mieux se préparer pour faire face à des situations de catastrophe. Pour être plus efficient dans la gestion des risques, il est donc nécessaire de différencier les moyens à déployer dans les espaces. Et la cartographie de la population aide à anticiper une réflexion sur la différenciation de ces moyens.

Planche 21a

Planche 21a

Source : INE, 2001

La population de 65 ans et plus

La population de 65 ans et plus

Planche 21b
Source : INE, 2001

Table des illustrations

Titre Illustration 29. L’adobe reste le matériau de construction des logements le plus largement utilisé dans l’agglomération
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Planche 13
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre Planche 14
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Planche 15
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Planche 16
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre Planche 17
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Planche 18
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Planche 19
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Titre Illustration 30. Les écoles publiques sont encore trop peu nombreuses et dotées en personnel pour fournir une instruction élémentaire à toute la population bolivienne
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Illustration 31. La population bolivienne est dans l’ensemble peu instruite, notamment les femmes, les plus âgés et les plus pauvres
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Planche 20
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Planche 21a
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre La population de 65 ans et plus
Légende Planche 21bSource : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540