Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 2 - Un ensemble urbain vulnérable

Une vulnérabilité liée à l’accessibilité

Texte intégral

1Évoquer les risques dans l’agglomération pacénienne consiste le plus souvent à mobiliser l’argument de la nature. Pourtant, il existe d‘autres arguments, comme celui de l’accessibilité. Dans un site aux fortes déclivités, où les voies de circulation, étroites et sinueuses, sont souvent configurées en cul-de-sac, l’accessibilité des espaces de l’agglomération joue un rôle important quand survient un événement d’origine naturelle ou anthropique. Établir l’accessibilité des espaces de l’agglomération participe alors à renseigner sur une forme de vulnérabilité de la population trop rarement observée.

L’accessibilité : un facteur non négligeable de vulnérabilité. Planche 12

2Les travaux qui abordent la vulnérabilité prennent souvent en compte uniquement les caractéristiques socio-économiques de la population. C’est ainsi que la carte de vulnérabilité globale de la population de La Paz, publiée en 2004 par le GAMLP (Ayalá et al., 2004), est une synthèse qui spatialise ce type de données : population inoccupée, densité de population, taux de croissance démographique, moyenne d’années d’études, analphabétisme, indice des nécessités élémentaires insatisfaites.

3Il existe toutefois bien d’autres facteurs qui renseignent sur le niveau de vulnérabilité de la population. Ils sont certes plus difficiles à construire que ceux plus classiquement extraits des recensements de la population, mais ils sont aussi très intéressants à mobiliser et complémentaires aux premiers, pour comprendre comment le fonctionnement d’une agglomération peut être fragilisé et avec lui, sa population. L’accessibilité de la population à l’espace est un de ces facteurs de vulnérabilité qui retiennent particulièrement l’attention.

4L’accessibilité de l’espace repose sur l’idée simple que l’espace n’étant pas uniforme, certaines de ses parties sont plus accessibles que d’autres. La présence de cours d’eau à traverser, de pentes à forte déclivité, un faible nombre de voies de circulation, un trafic plus important qu’ailleurs, etc. sont autant de caractéristiques qui différencient l’espace, le découpent, en fonction de la facilité avec laquelle la population peut s’y déplacer. Quand il y a au sein d’une agglomération une portion d’espace moins accessible qu’une autre, la population aura alors plus de difficultés qu’ailleurs à entrer et sortir de cette portion d’espace pour atteindre une autre portion.

5L’absence de certaines fonctions dans une portion d’espace d’une agglomération moins accessible que d’autres rend alors l’accès à ces fonctions plus compliqué qu’ailleurs. Par exemple, si un espace moins accessible n’est pas doté d’un centre de soins, la population qui s’y trouve devra se déplacer pour accéder à cet équipement qui sera présent dans une autre portion de l’espace de l’agglomération. Toutefois, elle rencontrera plus de difficultés pour y accéder que d’autres populations qui vivent dans un espace également non doté de cet équipement mais d’où elles peuvent en revanche entrer et sortir, en quelque sorte, se déplacer, plus facilement.

Planche 12

Planche 12

Source : INE, 2001

6À partir de cette idée, une cartographie des espaces de l’agglomération de La Paz, établie en fonction de leur niveau d’accessibilité, a été réalisée. Elle représente des bassins d’accessibilité hiérarchisée en quatre niveaux d’accessibilité : bonne, moyenne, mauvaise et très mauvaise.

7La réalisation de cette hiérarchisation de l’accessibilité de l’espace s’appuie sur une analyse fine de l’espace de l’agglomération de La Paz. Elle prend en compte de très nombreux critères : des critères physiques comme les données orographiques et hydrologiques (importance de la déclivité, densité du réseau hydrographique, etc.), associés au critère de la configuration générale du réseau routier urbain (nombre de voies, largeur des voies, sinuosité des voies, trafic supporté par ces voies, etc.). En superposant ces différentes informations, des bassins d’accessibilité de l’agglomération de La Paz ont été représentés (Nuñez-Villalba et Demoraes, 2009 ; Gallais, 2010 ; Préioni, 2010).

8La carte des bassins d’accessibilité appelle plusieurs commentaires. De manière générale, le site de l’agglomération de La Paz rend la mobilité peu favorable. Le cœur de l’agglomération s’est en effet développé dans une profonde vallée entaillée par de nombreux torrents. Les altitudes s’étagent entre 4 445 mètres au nord et 3 007 mètres au sud sur une courte distance, expliquant les fortes déclivités. Les possibilités d’accès à cette vallée sont peu nombreuses et plutôt difficiles.

9Les voies situées dans la partie sud de l’agglomération sont des voies sans issue, qui servent presque exclusivement à l’approvisionnement de la ville en produits maraîchers :

  • la voie vers la municipalité de Palca (qui traverse Ovejuyo) est en terre dès que le tissu urbain se dédensifie, devient sinueuse et étroite, et ne permet pas d’aller au-delà de Palca ;
  • la voie en direction de Río Abajo reste également sans issue dès que l’intense urbanisation des zones d’Aranjuez, Mallasa et Achocalla estompe ses effets. Les voies du nord de la vallée sont donc les seules qui permettent d’en sortir :
  • l’une en direction du nord-nord-est permet d’accéder aux vallées des Yungas. L’accès aux Yungas s’effectue par une route sinueuse, étroite, aux fortes déclivités, souvent endommagée par des mouvements de masse. Elle franchit en effet un ensemble montagneux de 1 100 kilomètres de long et de 150 à 400 kilomètres de large – la Cordillère Royale – de direction nord-nord-ouest/sud-sud-est, situé à l’est de La Paz. La Cordillère Royale sépare l’Altiplano des plaines amazoniennes, avec des sommets qui dépassent les 6 000 mètres (Huayna Potosí, Condoriri, Illimani, Illampu), et des déclivités supérieures à 30 degrés. Pour parcourir les 94 kilomètres qui relient La Paz aux Yungas, la route doit franchir un col situé à environ 5 200 mètres d’altitude à 25 kilomètres de La Paz, avant de redescendre vers les vallées profondément entaillées, étagées entre 1 000 et 2 500 mètres d’altitude. Cette distance s’effectue en plus de deux heures en voiture alors que la distance à vol d’oiseau n’est que de 50 kilomètres environ. Les fortes déclivités ont obligé à construire une route très sinueuse, au coût d’entretien plus élevé, qui éloigne en distance les deux points à relier. Or, cette voie vers les Yungas est importante, puisqu’elle sert à l’approvisionnement en produits tropicaux de la vallée de La Paz et l’Altiplano, et permet aussi d’accéder à la ville de Trinidad en Amazonie bolivienne. Elle supporte ainsi un trafic moyen d’environ 800 véhicules par jour en 2005. Les fortes déclivités des Yungas ont toutefois été mises en valeur par la compagnie productrice d’électricité pour La Paz (COBEE) qui a installé dans la vallée du torrent Zongo une dizaine d’usines hydroélectriques par conduites forcées. L’accès aux Yungas conditionne donc également l’approvisionnement électrique de l’agglomération de La Paz ;
  • l’autre voie, située au nord-nord-ouest permet d’accéder à l’Altiplano. L’Altiplano – un vaste plateau situé à plus de 4 000 mètres d’altitude – présente une topographie doucement ondulée, favorable à la circulation. De l’Altiplano partent ainsi les routes qui donnent accès au Pérou, au sud minier de l’Altiplano (Oruro, Potosí) et aux vallées centrales de la Bolivie (Cochabamba, Sucre) en direction de l’Argentine, et au Chili. Structurées en radiales depuis le lieu-dit « La Ceja », il s’agit de routes stratégiques aussi bien pour les activités commerciales qu’industrielles et agricoles. C’est également sur l’Altiplano qu’a pu se développer l’aéroport national et international de La Paz. Mais pour accéder à l’Altiplano depuis La Paz, il faut franchir le versant occidental de la vallée à la déclivité élevée, et dont les roches en place sont instables. La seule voie capable de supporter un trafic élevé, notamment de véhicules lourds, est l’autoroute La Paz-El Alto en service depuis 1978 qui connecte le nord de La Paz (depuis la Place Pérez Velazco) à El Alto (La Ceja). Longue de douze kilomètres, elle ne franchit pourtant qu’une distance d’à peine trois kilomètres à vol d’oiseau. Le débordement urbain de La Paz s’étant principalement opéré sur l’Altiplano, El Alto est devenue une zone résidentielle pauvre de l’agglomération. L’autoroute La Paz-El Alto supporte donc aussi un trafic pendulaire important. On dénombre en moyenne que 22 000 véhicules par jour l’empruntent.

10Ces différentes informations permettent de comprendre l’échelle plus fine des bassins d’accessibilité, notamment pourquoi dans l’ensemble, l’accessibilité des portions d’espaces de l’agglomération est plutôt moyenne à mauvaise. À l’intérieur même de l’agglomération, les déplacements peuvent être rendus difficiles par la fragmentation topographique liée à de nombreux obstacles orographiques et hydrographiques, accentués par des barrières d’origine anthropique restrictives (chaussées peu larges, rues en cul-de-sac, etc.) (illustration 26).

11Dans la municipalité de La Paz, les nombreux torrents découpent le tissu urbain en de nombreuses entités parfois assez difficiles d’accès. Aussi les principales voies de circulation sont-elles disposées longitudinalement, installées dans le lit majeur du torrent Choqueyapu. Selon la largeur du lit majeur et la présence ou non d’un obstacle orographique, elles peuvent se dédoubler (Avenida Costanera et Avenida Hernando Siles) ou au contraire se rétrécir pour devenir unique, étroite et sinueuse (Avenida Libertador). Ces voies longitudinales sont essentielles pour les déplacements dans La Paz, justifiant des aménagements parfois coûteux, comme le tunnel du Collège américain qui permet de faire passer une voie qui relie la partie nord de la ville à sa partie sud, via l’Avenida Kantutani.

Illustration 26. La plupart des rues de l’agglomération sont en terre, étroites, sinueuses et pentues, ce qui complique l’accès d’un point à un autre de l’agglomération

Illustration 26. La plupart des rues de l’agglomération sont en terre, étroites, sinueuses et pentues, ce qui complique l’accès d’un point à un autre de l’agglomération

© IRD/S. Hardy

12La profonde entaille que découpe le torrent Choqueyapu complique aussi les déplacements transversaux à l’intérieur de la ville. Elle oblige, pour relier la partie ouest de La Paz à sa partie est, de franchir le pont Las Américas long de 250 mètres (illustration 27), ou le très récent pont Trilizos, ou encore d’effectuer de longs détours, essentiellement par le nord où la concentration des principales activités commerciales augmentent sensiblement les temps de déplacement. Plus au sud, pour relier par exemple la rive gauche de la vallée d’Irpavi au plateau de Pampahasi situé au nord-ouest, il est nécessaire de faire un détour, qui contourne un obstacle orographique aux fortes déclivités. Il est donc nécessaire de redescendre en direction du sud-ouest pour franchir le pont de Bolonia situé à Obrajes, pour ensuite remonter vers le nord-ouest vers Pampahasi. De manière générale, les obstacles orographiques et hydrologiques compartimentent fortement l’espace de La Paz en secteurs où les connexions transversales sont difficiles, voire inexistantes. Ces obstacles sont alors souvent convertis en parcs et zones de protection.

Illustration 27. Les ponts sont des éléments fondamentaux dans l’accessibilité pacénienne. Il n’y en a cependant que deux qui permettent de relier les deux versants est-ouest de la vallée

Illustration 27. Les ponts sont des éléments fondamentaux dans l’accessibilité pacénienne. Il n’y en a cependant que deux qui permettent de relier les deux versants est-ouest de la vallée

© IRD/S. Hardy

13Le centre de La Paz et les portions d’espaces adjacents présentent un bon niveau d’accessibilité à l’échelle locale. Dans cette portion de l’agglomération, les rues sont souvent étroites et sinueuses, encombrées par le trafic routier, mais elles sont nombreuses, en bon état, ce qui pallie largement les faiblesses. Ce bassin héberge de très nombreuses fonctions urbaines, notamment les principaux centres hospitaliers publics et privés situés à Miraflores.

14Dans la municipalité d’El Alto, l’hydrologie et l’orographie ne constituent pas vraiment des obstacles à la circulation. Il faut certes franchir des torrents, comme le Seke et le Seco pour se rendre en direction du Pérou. Toutefois, les solutions techniques sont faciles à mettre en œuvre et finalement assez peu onéreuses quand on les compare à celles nécessaires à La Paz. En revanche, des obstacles d’ordre anthropique compliquent les déplacements. C’est le cas de l’aéroport, équipement présent bien avant l’urbanisation d’El Alto, qui constitue un véritable obstacle que les voies de circulation doivent contourner. La présence de l’aéroport explique aussi que les voies de formes semi-radiales se concentrent toutes à La Ceja, provoquant un effet entonnoir, à l’entrée/sortie de l’autoroute La Paz-El Alto, et donc un encombrement presque permanent de ce nœud de circulation pourtant de grande importance comme plateforme d’offre de transport. Enfin, le trafic de minibus, le principal système de transport en commun pour toute l’agglomération, encombre les principales voies routières autour de l’aéroport et complique les déplacements. Relier la partie nord à la partie sud d’El Alto oblige donc à d’assez longs détours par l’est ou par l’ouest, qui concentrent alors le trafic sur quelques tronçons et le rendent peu fluide. Ces contraintes expliquent pourquoi la plupart des bassins sont classés comme ayant une mauvaise à moyenne accessibilité et qu’il n’y ait que deux bassins à bonne accessibilité autour de Ciudad Satélite et au sud de l’aéroport où le réseau routier est d’assez bonne qualité tout en supportant un trafic plus modéré. Toute la partie nord-est d’El Alto constitue même un bassin où l’accessibilité est très mauvaise : voies routières en terre impraticables dès qu’il pleut, dont des portions entières ne se connectent pas à d’autres voies, qui doivent franchir les torrents Seke et Seco fortement encaissés dans ces espaces.

15Les bassins d’accessibilité renseignent sur une forme de vulnérabilité de la population que les facteurs socio-économiques ne fournissent pas. La carte montre, par exemple, que les populations plutôt aisées et instruites, non visibles sur les cartes de vulnérabilité socio-économique, vivent dans des portions d’espaces de l’agglomération où l’accessibilité est moyenne (partie sud de La Paz) ou bonne (Ciudad Satélite). En revanche, pour accéder à d’autres portions de l’agglomération comme le centre de La Paz, elles doivent traverser des portions d’espaces où l’accessibilité est mauvaise. Leur accès à certaines fonctions de l’agglomération comme celles de la santé de Miraflores est donc fragile. Le niveau d’accessibilité de l’espace de l’agglomération les rend donc vulnérables. L’orage de grêle de février 2002, en détruisant et/ou inondant des portions de voies de circulation et des ponts, a isolé certains bassins des autres (illustration 28). La partie sud de La Paz n’a pas été très endommagée, mais sa population n’avait plus accès aux fonctions de santé à cause de la perte d’accessibilité aux autres espaces de l’agglomération. L’accessibilité spatiale a donc mis à jour un facteur de la vulnérabilité de la frange aisée de la population, qui n’est habituellement pas observé.

16En l’absence de données précises et comparables entre les municipalités de La Paz et celle d’El Alto (plus rares comptages de véhicules à El Alto qu’à La Paz, etc.), la carte d’accessibilité de l’agglomération de La Paz reste encore très perfectible. Mais elle offre déjà une possibilité d’appréhender la vulnérabilité de la population dans l’agglomération de La Paz sous un angle novateur.

Illustration 28. Un glissement de terrain peut provoquer la perte d’une voie de circulation importante et donc, l’accessibilité entre espaces de l’agglomération, voire leur isolement

Illustration 28. Un glissement de terrain peut provoquer la perte d’une voie de circulation importante et donc, l’accessibilité entre espaces de l’agglomération, voire leur isolement

© IRD/S. Hardy

Table des illustrations

Titre Planche 12
Légende Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Illustration 26. La plupart des rues de l’agglomération sont en terre, étroites, sinueuses et pentues, ce qui complique l’accès d’un point à un autre de l’agglomération
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Illustration 27. Les ponts sont des éléments fondamentaux dans l’accessibilité pacénienne. Il n’y en a cependant que deux qui permettent de relier les deux versants est-ouest de la vallée
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Illustration 28. Un glissement de terrain peut provoquer la perte d’une voie de circulation importante et donc, l’accessibilité entre espaces de l’agglomération, voire leur isolement
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540