Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 2 - Un ensemble urbain vulnérable

Une vulnérabilité liée à l’exposition aux aléas

Texte intégral

1Pour expliquer les événements catastrophiques provoquant des dommages dans l’agglomération, les conditions physiques sont constamment mobilisées. Plus que l’altitude qui dépasse les 4 000 mètres à El Alto, c’est la déclivité qui impressionne : 800 mètres de dénivelé entre le rebord du plateau et le fond de la vallée, soit des versants dont la pente dépasse les 8 % en moyenne. Dans ces conditions, la puissance du ruissellement des eaux pluviales sur des roches meubles explique la récurrence des inondations et glissements de terrain. Cette vision passe cependant sous silence le rôle que jouent les activités humaines dans les événements catastrophiques. Enfin, l’établissement d’une cartographie des activités dangereuses permet d’attirer l’attention sur l’urgente nécessité d’intégrer ce type d’aléa dans la politique de gestion des risques de l’agglomération.

Les conditions physiques. Planche 9

2L’agglomération de La Paz présente des conditions physiques très singulières au point que celles-ci sont presque systématiquement mobilisées pour expliquer les événements d’origine naturelle qui y provoquent accidents et catastrophes. Ces conditions physiques constituent un des facteurs d’explication des processus physiques qui fonctionnent dans l’agglomération et pour en comprendre le poids et éviter ainsi tout déterminisme, il convient de les présenter brièvement.

3L’agglomération de La Paz se développe sur deux grandes unités physiques. À l’ouest, un plateau situé à plus de 4 000 mètres d’altitude, fermé du nord-ouest au sud-est par la Cordillère Royale dont le somment culmine à plus de 6 400 mètres (Illimani), aux interfluves assez plats et qui s’incline légèrement du nord-ouest au sud-est. Ce plateau alténien est profondément entaillé à l’est par un torrent qui forme une vallée aux versants convexo-concaves, presque abrupts dans la partie haute, où l’agglomération de La Paz a commencé à s’édifier.

4La vallée est creusée par le torrent Choqueyapu, également connu sous le nom de torrent La Paz, par érosion régressive dans les formations sédimentaires tendres quaternaires de l’Altiplano bolivien. Drain principal d’un vaste bassin-versant très ramifié dont les eaux rejoignent l’Amazone, après avoir parcouru les fleuves Beni et Madeira (Bourges et al., 1995), il s’écoule du nord au sud en traversant la ville de La Paz où il reçoit les apports de très nombreux affluents, à l’écoulement parfois souterrain, dont les torrents Orkojahuira, Irpavi, Achumani, Huañajahuira. Son écoulement est intermittent, lié au régime des précipitations dans cette partie des Andes, fondé sur l’alternance d’un été humide de décembre à mars, et d’une saison sèche de mai à septembre. Bien que situé dans le bassin amazonien, la pluviométrie est faible à cause de l’altitude et de la position d’abri derrière la Cordillère Royale. Mesurée sur une période de plus de 70 ans, la hauteur de précipitation annuelle moyenne atteint les 570 millimètres dont 70 % tombent entre décembre et mars (Ramírez et al., 1995 : 394), souvent sous forme de tempête : 41 mm le 19 février 2002 en 1 h 30 ; 19,4 mm le 17 décembre 2006 ; 15 mm le 31 janvier 2007 ; 13,5 mm le 19 février 2007 (Senamhi, 2006 ; 2007). Aidés par une déclivité très forte – la vallée s’étage de 4 000 à 3 200 mètres sur une très courte distance – et une charge importante en matériaux détachés à l’amont qui favorisent l’érosion, les torrents ont souvent profondément entaillé les formations pour former des lits majeurs étroits. L’érosion est d’autant plus intense que l’énergie avec laquelle arrivent les eaux de ruissellement pluvial chargées de matériaux s’exerce sur des formations sédimentaires meubles.

5En s’étendant sur l’Altiplano, l’agglomération s’est aussi intégrée à un autre bassin-versant, celui du torrent Catari, qui s’écoule sur un plateau situé entre 4 000 et 4 300 mètres d’altitude, du nord-est au sud-ouest, jusqu’au lac Titicaca. L’altitude et l’absence de position d’abri confèrent au plateau alténien un climat semi-aride plus froid, ensoleillé et venteux que le fond de la vallée du Choqueyapu. Les températures nocturnes y sont souvent négatives et les précipitations tombent souvent sous forme neigeuse ou d’orages de grêle. Les torrents qui traversent la ville d’El Alto, comme le Seco et le Seke, ont un régime assez semblable à ceux de La Paz, quoique les apports d’eau glaciaire provenant de la Cordillère y jouent un rôle plus important. Moins chargés en matériaux que ceux de La Paz, ils ont formé des lits majeurs beaucoup plus larges dont la profondeur s’atténue en progressant vers le sud (illustration 22).

Illustration 22. L’entaille du Río Seco dans la partie amont d’El Alto et la Cordillère Royale, en arrière-plan

Illustration 22. L’entaille du Río Seco dans la partie amont d’El Alto et la Cordillère Royale, en arrière-plan

© IRD/S. Hardy

6À La Paz comme à El Alto, étant donné que ces torrents servent de collecteurs des eaux usées, il s’y écoule désormais de l’eau toute l’année. Par ailleurs, leur tracé en long et en large est aujourd’hui largement façonné par de multiples aménagements de digues et drains, souvent dès l’amont à La Paz, qui ont anthropisé leur écoulement (illustration 23).

7Ces données peuvent laisser penser qu’à grande échelle, les deux villes sont confrontées à des conditions physiques très différentes et donc, à des processus physiques dont les éventuelles conséquences n’auraient rien de commun. Mais ce serait alors vite oublier que les deux villes forment une seule agglomération où se répartissent les fonctions urbaines. Si les processus physiques déclenchent un événement qui endommage une partie du territoire urbain, ses conséquences sont tout à fait susceptibles d’être transférées ailleurs dans l’agglomération. Par ailleurs, ce serait également oublier que, même si les conditions physiques sont des facteurs contraignants, les facteurs humains jouent souvent un rôle non négligeable dans le déclenchement des événements.

Illustration 23. Aménagements de drains à La Paz

Illustration 23. Aménagements de drains à La Paz

© IRD/S. Hardy

Planche 9

Planche 9

Sources : carte topographique IGM (Bolivie), feuille La Paz (SE 19-3), 1/250 000, 1969 ; CIAT-CSI SRTM website (http://srtm.csi.cgiar.org)

Les espaces exposés à l’occurence d’aléas d’origine naturelle. Planche 10

8L’agglomération de La Paz est exposée à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle très variés : précipitations, glissements de terrain, inondations. Dans la mesure où depuis le déplacement de La Paz dans la vallée du torrent Choqueyapu, ces aléas ont été décrits et analysés, les lieux où ils se manifestent peuvent être cartographiés.

9Dans la municipalité de La Paz, les aléas d’origine naturelle sont plutôt bien connus. L’étude commandée au Bureau de recherche géologique et minière (BRGM) en 1977 a provoqué une considérable amélioration de leur connaissance et de leur localisation (Hardy, 2009c). Cette connaissance à petite échelle a été progressivement approfondie à plus grande échelle par les services de la municipalité en charge des risques. Ces derniers ont par exemple publié une nouvelle carte des aléas d’origine naturelle en 2004, régulièrement modifiée avec les nouvelles données disponibles. C’est en partie ce que reflète la carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle. Elle a été construite en prenant en compte les données du BRGM et des services municipaux, tout en les réinterprétant. En effet, les données créées par le Gouvernement municipal de La Paz (GAMLP) en 2004 identifiaient les aléas qui étaient susceptibles d’endommager le territoire urbain de la municipalité. Le GAMLP a retenu onze aléas différents : inondation, coulées boueuses, glissement de terrain (avéré, susceptible simple, susceptible complexe), éboulement, érosion superficielle, érosion souterraine, érosion à la fois souterraine et superficielle, fontis, siphonage. En 2004, pour la construction de sa carte, l’équipe du GAMLP avait pondéré ces aléas en fonction de la probabilité de manifestation, de la récurrence et de l’intensité (Ayalá et al., 2004).

10Contrairement au GAMLP, pour construire la carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle nous avons choisi de ne pas pondérer les aléas, pour diverses raisons. D’une part, même s’il s’agit de processus physiques, dans de nombreux cas, leur dynamique est souvent influencée par les mutations de peuplement (Pigeon, 2005 ; 2010), comme ceux en cours dans l’agglomération de La Paz. Certes, il y a des aléas dont l’origine ou les trajectoires ne sont pas anthropisables (Pigeon, 2005 : 90), mais l’urbanisation anthropise les sites utilisés et tend à anthropiser aussi certains processus physiques à grande échelle quand bien même leur origine serait naturelle, au moment même où ils interagissent avec le peuplement humain (Pigeon, 2007).

11Par exemple, à partir du 13 février 2009, un glissement de terrain dans les quartiers Retamani II et III, situés sur le versant nord-est de la vallée du Choqueyapu, a provoqué en quelques jours la destruction d’au moins 70 maisons et l’évacuation d’au moins 700 habitants. L’événement a été qualifié de naturel par les gestionnaires des risques du GAMLP, en même temps qu’ils ont abondamment commenté combien, en l’absence d’un système d’égouts dans ces quartiers, le suintement des eaux usées depuis des fosses septiques souvent mal construites par les habitants a favorisé le déclenchement du glissement. Avec cet exemple, on se rend bien compte des difficultés à différencier dans la dynamique du glissement, la part entre le naturel et l’anthropique. Pour cette raison, notre choix de ne pas pondérer souligne l’incertitude autour de la probabilité de manifestation de l’aléa, de la récurrence et de l’intensité, liée à l’anthropisation des processus physiques en question.

Planche 10

Planche 10

Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011

12D’autre part, en 1977, le BRGM avait été engagé par la municipalité de La Paz, grâce à un prêt de la Banque mondiale, pour réaliser un Plan de développement urbain qui comportait déjà un très important volet sur les risques naturels. À cette occasion, une carte de constructibilité à l’échelle de la ville de l’époque avait été réalisée. Elle avait synthétisé toute l’information géologique disponible pour déterminer en trois classes l’aptitude des terrains à être construits (constructible, constructible avec des restrictions, non constructible). Quand on compare cette carte avec celle des aléas produite par les services municipaux en 1977, on observe que les secteurs désignés comme non constructibles en 1977 ne sont plus considérés en 2004 comme très exposés : par exemple, Munaypata, Aranjuez, Mallasilla, El Pedregal, Barrio Petrolero. Certes, les connaissances géologiques se sont affinées en un peu moins de 30 ans et de leur côté, les techniques de construction se sont améliorées. Il n’en demeure pas moins que les différences dans la spatialisation des niveaux d’exposition aux aléas entre la carte établie par le BRGM et celle établie par le GAMLP sont grandes. Aussi, n’étant pas spécialiste des questions des aléas, a-t-on préféré, tout en retenant les travaux plus récents de l’équipe du GAMLP (et surtout plus utiles pour l’objectif de construction d’une carte d’exposition aux aléas d’origine naturelle), ne pas les pondérer.

13Enfin, l’étude menée par le BRGM, même si elle anticipait l’expansion spatiale de la ville, ne couvre pas environ 30 % de la superficie aujourd’hui construite (Hardy, 2009c). En outre, les services municipaux d’El Alto ne disposent pas du niveau d’expertise sur le temps long de ceux de La Paz. L’urbanisation étant beaucoup plus récente à El Alto, la topographie relativement plane, l’occurrence d’aléas d’origine naturelle est très faiblement perçue, d’autant que les événements catastrophiques n’ont souvent pas été documentés. Mais une étude menée en 2008 dans les districts 5 et 6 (Hardy, 2008) a au contraire montré que le processus d’urbanisation non planifié avait conduit à l’occupation des lits majeurs des torrents qui traversent El Alto, ainsi que celle de terrains instables, notamment ceux qui servaient de décharge en bordure du versant ouest de la vallée du Choqueyapu. En complétant ces données de 2008 par d’autres provenant des services municipaux d’El Alto, en considérant comme pour La Paz les aléas non anthropisés, nous avons complété la carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle pour la municipalité d’El Alto.

14Les différents aléas ont tous été cartographiés en même temps dans l’espace de l’agglomération et regroupés en trois catégories : glissement de terrain, inondation, et la concomitance possible des deux processus physiques dans l’espace. La carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle ainsi construite, appelle plusieurs commentaires.

15La ville de La Paz est beaucoup plus exposée qu’El Alto. La topographie et la géologie pacénienne expliquent largement ce fait.

16La partie supérieure des versants occidentaux, la majeure partie des versants orientaux, ainsi que les versants nord, sont concernés par les glissements de terrain. Le profil géologique pacénien est en effet composé de formations sédimentaires quaternaires meubles qui glissent d’autant plus facilement que les précipitations, même si elles ne sont pas importantes en moyenne annuelle (moins de 600 millimètres) soit apportent brutalement un fort volume d’eau qui les sature immédiatement et les fait glisser, soit apportent progressivement pendant toute la durée de la saison des pluies (décembre-mars) l’eau qui progressivement sature les formations, notamment les argiles et les fait glisser lentement en emportant avec elles les terrains qui les recouvrent. Quel que soit le cas de figure, les caractéristiques à grande échelle de la déclivité influencent l’effet gravitaire qui contribue au déséquilibre des formations en place et donc au déclenchement du glissement.

17De son côté, le lit majeur du torrent Choqueyapu et ceux de ses très nombreux affluents constituent les espaces concernés par l’occurrence d’inondation, la plupart du temps sous forme de crue-éclair provoquée, au regard de la topographie, par l’énergie avec laquelle l’eau de ruissellement pluvial arrive ainsi concentrée. Les temps de concentration sont en effet réduits dans cette cuvette escarpée, peu protégée par une couverture végétale ténue. Les espaces situés entre Obrajes et Mallasa sont particulièrement exposés, car le Choqueyapu y reçoit les eaux de ses principaux affluents, alors que la déclivité s’y atténue, deux facteurs qui conjugués favorisent l’occurrence d’inondations étendues. À l’amont des torrents, la forte déclivité et l’énergie libérée par des précipitations d’importants volumes d’eau concentrées dans un temps très court favorisent les affouillements et par conséquent, la concomitance des glissements de terrain et des inondations, comme dans la partie amont d’Achumani ou d’Irpavi. Le réseau hydrologique superficiel et souterrain provoque aussi, avec le ruissellement de l’eau pluviale sur les formations meubles, un intense affouillement, l’instabilité et parfois, le glissement des terrains, ainsi que des fontis (illustration 24) (Franqueville, 2000 : 156).

18La ville d’El Alto s’est en partie édifiée sur la bordure de la vallée du Choqueyapu. Toute une frange qui court du nord au sud, le long des limites avec La Paz puis Achocalla est ainsi exposée au glissement de terrain. Des quartiers comme Rosas Pampas et Tejada Alpacoma sont régulièrement affectés par le glissement de la partie haute des versants de la vallée. Par ailleurs, des quartiers d’El Alto ont été édifiés sur des remblais de dépôts de déchets non contrôlés, mal réalisés dans des dépressions proches de la bordure de la vallée du Choqueyapu, qui parfois s’effondrent comme à Cusicancha ou Unión Alianza.

Illustration 24. Les fontis sont récurrents dans La Paz et provoquent des dégâts importants aux structures, notamment routières

Illustration 24. Les fontis sont récurrents dans La Paz et provoquent des dégâts importants aux structures, notamment routières

© IRD/S. Hardy

19Mais l’aléa le plus récurrent à El Alto est l’inondation. Le plateau est traversé de torrents de direction nord-est sud-ouest provenant de la Cordillère Royale. Dans le nord de la ville, certains de ces torrents comme le Seco et le Seke entaillent même profondément le plateau avant que leur profil respectif ne s’adoucisse pour leur permettre de traverser le reste de la ville d’El Alto, jusqu’à devenir presque imperceptibles, d’autant que le régime pluviométrique les rend intermittents. De très nombreuses parties de quartiers d’El Alto ont ainsi été édifiées dans les lits majeurs des torrents. Au fil du temps, les tronçons de torrents, qui servent de drain principal d’évacuation des eaux usées, ont été canalisés, anthropisant le processus aboutissant à l’inondation lorsqu’elle se produit. C’est pour cette raison que les espaces concernés par ce processus n’ont pas été considérés comme exposés aux aléas naturels sur la carte.

  • 1 Seigneur de la lagune.

20En revanche, en certains lieux d’El Alto, la nappe phréatique est parfois très proche de la surface du sol. La toponymie l’indique parfois en désignant des lieux-dits sous la forme de Señor de la Laguna1, sortes de tourbières. Pendant la saison des pluies, la nappe peut affleurer et lentement et longuement inonder par suintement les quartiers qui se sont édifiés par-dessus ou à proximité. C’est le cas des quartiers Bautista Saavedra, Villa Dolores, Villa Exaltación, Kenko, Chijini, Andino, Junthuma, Luis Espinal. L’existence de puits perdus, comme d’infiltrations, participent aussi à recharger la nappe.

21La carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle apporte donc un diagnostic actuel : lorsque se déclenchera le ou les aléas, l’endommagement de l’espace concerné sera certain, sans pouvoir en préciser l’ampleur. En effet, une bonne partie de l’agglomération est déjà urbanisée et abrite donc des enjeux susceptibles d’être endommagés : population, centres de santé, système d’approvisionnement en eau potable, etc. Par conséquent, c’est en priorité dans ces espaces qui abritent des enjeux qu’il faut aujourd’hui intervenir, et non sur les espaces d’aléas, en y orientant les mesures de gestion des risques. À court terme, les urgences se manifesteront dans ces espaces abritant des enjeux.

22En revanche, dans les espaces non encore urbanisés, la carte des espaces exposés à l’occurrence d’aléas d’origine naturelle a plutôt un statut de document de planification : dans les secteurs non encore urbanisés, l’endommagement reste potentiel étant donné qu’il n’y a pas encore d’élément susceptible d’y être endommagé. Cependant, si les autorités municipales de La Paz et/ou d’El Alto prévoient d’urbaniser ces espaces, elles devront alors prendre en compte l’occurrence possible d’aléas d’origine naturelle pour évaluer les endommagements possible, voire la perte, des éléments qui y seront prévus.

Les aléas anthropiques : la dangerosité des activités. Planche 11

  • 2 Voir D’Ercole et al., 2009b.

23Généralement, en Bolivie, le terme risque est presque exclusivement employé pour évoquer les aléas d’origine naturelle. Il existe toutefois d’autres types d’aléas comme les aléas d’origine anthropique pour lesquels il n’existe souvent pas ou peu de données disponibles pour les quantifier et les caractériser. La base de données Desinventar2 recense quelques événements d’origine anthropique ayant provoqué des accidents et des catastrophes, mais elle ne permet pas de cartographier les lieux dangereux, c’est-à-dire les lieux qui génèrent les aléas anthropiques. Par conséquent, aucune cartographie des aléas d’origine anthropique n’est disponible dans l’agglomération de La Paz et donc, il n’y a aucune politique pour les gérer.

24Dans l’agglomération de La Paz, les aléas anthropiques sont pourtant divers, nombreux et très présents dans tout l’espace. Par exemple, même si l’agglomération a, relativement, perdu son caractère industriel au profit de Santa Cruz, l’activité industrielle demeure un secteur économique important. Par ailleurs, il s’agit le plus souvent d’activités ayant peu évolué, recourant à des techniques souvent obsolescentes et dangereuses ou aux conséquences dangereuses. C’est ainsi que l’industrie textile, en particulier celle de la filière du cuir (tannerie, mégisserie, teinturerie, etc.) est encore très active dans l’agglomération. Elle est essentiellement réalisée par une multitude de petites entreprises artisanales, peu soucieuses et/ou capables de respecter les législations existantes en matière de production industrielle, provoquant d’importantes pollutions. De la même manière, il y a dans l’agglomération de nombreuses entreprises artisanales, de petites tailles, spécialisées dans le travail des métaux, qui génèrent également de nombreuses pollutions. Autre exemple : depuis quelques années, la présence de stations-services distribuant des hydrocarbures sous forme liquide et gazeuse s’est accrue, sans donner l’impression que leur ouverture ait été soumise au respect de quelques règles élémentaires de sécurité comme celles de distance avec des bâtiments accueillant du public ou des résidences. Or, les stations-services sont des aléas d’origine anthropique dans la mesure où leur activité peut provoquer des incendies et/ou des pollutions susceptibles d’être dangereux pour la population.

Planche 11

Planche 11

Sources : Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; GAMLP, 2007 ; Desinventar, 2007

25Au regard de ce constat, l’établissement d’une carte des aléas d’origine anthropique devient un outil de préparation aux catastrophes et de gestion préventive. La carte permet d’anticiper la localisation d’éventuels problèmes et des ressources nécessaires à leurs résolutions. Elle peut également aider à réfléchir à l’usage actuel et futur du sol.

26L’établissement d’une telle carte n’est toutefois pas une opération facile. Pour pallier l’absence d’un recensement spécifique des aléas d’origine anthropique, nous avons utilisé les données issues du recensement des activités économiques réalisées en 2007 par l’Oficialía mayor de promoción económica du Gouvernement autonome municipal de La Paz (GAMLP) et celles de la Camara Departamental de Industria de La Paz de 2004 qui concernent la ville d’El Alto. On a alors localisé dans l’espace les entreprises qui ont été au préalable identifiées en fonction de leur type d’activité économique pour ne retenir que celles qui ont été considérées comme les plus dangereuses. Par exemple, les activités de services comme les boutiques de vente d’aliments au détail, les cafés, etc., n’ont pas été qualifiées d’activités dangereuses. C’est pourquoi la carte des aléas d’origine anthropique qui en résulte est dénommée carte de dangerosité des activités. Elle ne représente que très partiellement la réalité des aléas d’origine anthropique, d’autant plus qu’elle ne prend en compte que les activités économiques formelles recensées et n’analyse pas l’ensemble des mécanismes qui font qu’une activité devient dangereuse. La carte qui en résulte établit cependant une photographie des espaces de l’agglomération les plus dangereux en fonction du nombre d’entreprises dont l’activité a été identifiée comme dangereuse pour la population. Le niveau de dangerosité reflète le nombre d’entreprises exerçant une activité dangereuse présent dans l’espace considéré. Entre 1 à 20 entreprises, le niveau de dangerosité a été qualifié de faible ; de 20 à 66, il a été qualifié de moyen et fort au-delà de 66 entreprises.

27Contrairement aux idées les plus répandues, ce ne sont pas les espaces de la ville d’El Alto qui exposent le plus la population aux dangers d’origine anthropique. L’antériorité de l’urbanisation et du développement économique joue encore largement en faveur de la ville de La Paz au regard du critère de la présence d’un grand nombre d’entreprises, notamment celles dangereuses. C’est ainsi que des quartiers très proches du centre de La Paz comme Rosario, Gran Poder, San Pedro, Belen et Santa Barbara présentent un fort niveau de dangerosité puisqu’ils concentrent encore un très grand nombre d’entreprises petites mais dangereuses, notamment celles liées à la filière du cuir.

28Autour de ce premier espace exclusivement pacénien, très ramassé, se déploie un espace un peu plus étendu où le niveau de dangerosité d’origine anthropique est considéré comme moyen. Il couvre les quartiers attenants au premier espace identifié, à savoir Los Andes, Sopocachi, Miraflores, Villa San Antonio, Villa Fatima. Quelques rares autres espaces ont le même profil comme San Miguel – où en dépit du caractère résidentiel de cette partie de la ville, les activités dangereuses, parce que leur installation n’est pas contrôlée comme les stations-services, sont très présentes – mais et surtout, à El Alto, Villa 16 de Julio et Santiago.

29Dans le reste de l’espace pacénien et alténien, la concentration d’activités dangereuses est beaucoup moins forte. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a aucun danger et que les autorités en charge de la gestion des risques doivent s’en désintéresser. À El Alto, Senkata, Panoramica et Fábricas sont des espaces qui concentrent certes assez peu d’entreprises dangereuses, mais leur activité est en revanche particulièrement dangereuse. C’est par exemple à Senkata que sont stockés et traités tous les hydrocarbures liquides et gazeux qui sont ensuite distribués dans l’agglomération (illustration 25). La même situation existe à La Paz dans des lieux comme Villa El Carmen et Achachicala.

Illustration 25. Le stockage des hydrocarbures rend le site de Senkata à El Alto particulièrement dangereux pour toute l’agglomération

Illustration 25. Le stockage des hydrocarbures rend le site de Senkata à El Alto particulièrement dangereux pour toute l’agglomération

© IRD/S. Hardy

30Cette cartographie des aléas anthropiques à partir du critère de la concentration d’entreprises aux activités dangereuses pour la population est imparfaite, mais elle constitue un premier effort pour attirer l’attention sur la nécessité d’intégrer ce type d’aléa dans la politique de gestion des risques de l’agglomération.

31Par exemple, le danger que représente Senkata ne peut pas être géré qu’à l’échelle de la ville d’El Alto. Tout d’abord parce que Senkata est un enjeu dont la perte affectera toute l’agglomération de La Paz ; mais aussi parce que gérer un problème à Senkata requiert au moins la mobilisation des moyens des deux villes, de manière concertée et coordonnée. Or, pour l’instant, la forme de la relation institutionnelle entre les deux principales municipalités de l’agglomération ne le permet pas. Encore une fois, cet exemple démontre que la gestion des risques invite à passer à une autre échelle, celle de l’agglomération urbaine.

Notes

1 Seigneur de la lagune.

2 Voir D’Ercole et al., 2009b.

Table des illustrations

Titre Illustration 22. L’entaille du Río Seco dans la partie amont d’El Alto et la Cordillère Royale, en arrière-plan
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Illustration 23. Aménagements de drains à La Paz
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Planche 9
Légende Sources : carte topographique IGM (Bolivie), feuille La Paz (SE 19-3), 1/250 000, 1969 ; CIAT-CSI SRTM website (http://srtm.csi.cgiar.org)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Titre Planche 10
Légende Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Illustration 24. Les fontis sont récurrents dans La Paz et provoquent des dégâts importants aux structures, notamment routières
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Planche 11
Légende Sources : Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; GAMLP, 2007 ; Desinventar, 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Illustration 25. Le stockage des hydrocarbures rend le site de Senkata à El Alto particulièrement dangereux pour toute l’agglomération
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9757/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540