Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 2 - Un ensemble urbain vulnérable

Les événements survenus

Texte intégral

1La présentation de quelques événements catastrophiques survenus dans l’agglomération pacénienne – orage de grêle, glissement de terrain, inondation – illustre les dommages qu’elle peut connaître : pertes humaines et matérielles, dysfonctionnements urbains de diverses natures et ampleurs. Cartographier ces événements passés crée aussi une mise en relation entre les espaces où l’événement est survenu et les espaces endommagés : la concomitance n’est pas nécessaire, les espaces endommagés pouvant parfois être assez éloignés des espaces où l’événement est survenu. Les espaces en crise peuvent aussi se révéler être des espaces non directement endommagés par l’événement.

L’orage de grêle du 19 février 2002. Planche 8

2Le 19 février 2002, entre 14 h 20 et 15 h 45, un orage de grêle s’abat sur la partie centrale de la ville de La Paz. Il s’agit d’un phénomène météorologique plutôt habituel en saison des pluies (décembre-mars). L’ascendance d’un air un peu plus humide que le reste de l’année est en effet favorisée par les températures moyennes plus chaudes de l’été andin. Elle peut toutefois s’avérer très brutale, forcée localement par la topographie de la vallée. Cet air brutalement propulsé en altitude se condense très rapidement au contact de l’air plus froid qu’il rencontre en s’élevant. Son humidité se transforme alors en glace, déclenchant les orages de grêle localisés sur l’agglomération pacénienne.

3Le 19 février 2002, la masse nuageuse au-dessus de La Paz présentait une hauteur de 10 kilomètres, alimentant un orage de grêle qui a duré 1 h 25, durée pendant lequel la température moyenne au sol est passée de 13 à 8 degrés Celsius (Villegas, 2002 : 19). Ce jour-là, le volume total des précipitations enregistrées a atteint une hauteur de 41 mm, dont 39,4 mm en seulement une heure. C’est l’événement le plus fort enregistré depuis 1976, date à laquelle le volume avait atteint 32 mm (OPS, 2002).

4L’orage de grêle a provoqué plusieurs inondations et des glissements de terrain dans la ville de La Paz, occasionnant à leur tour d’importants dégâts. Les décomptes varient d’un organisme à l’autre, mais on peut dénombrer au moins 69 morts – la plus grande partie a été des vendeuses des rues du secteur informel –, 130 blessés et 50 disparus. Les dégâts structuraux ont été évalués à 10 millions $US (endommagement des voies de communication, des véhicules, des édifices publics et privés), sans parler des interruptions d’alimentation en énergie électrique et en eau potable (Villegas, 2002 ; OPS, 2002 ; GMLP, 2007 ; Nathan, 2009 : 340) qui ont aggravé les dysfonctionnements de la phase d’urgence. En outre, environ 200 familles ont été obligées d’abandonner leur logement sinistré (Combaz, 2007).

5En cartographiant les espaces urbains affectés le 19 février 2002, on constate que l’orage de grêle n’a pas touché de manière homogène le territoire de l’agglomération de La Paz. Tout d’abord, la carte indique quels ont été les principaux lieux inondés. Ils sont essentiellement localisés dans le centre historique de l’agglomération, puis à Obrajes et à Mallasa.

Planche 8

Planche 8

Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011

6Cette distribution spatiale s’explique, en première approche, par le processus météorologique : l’orage de grêle s’est concentré sur le centre et la partie nord-est de la ville, avant que les eaux de ruissellement pluvial ne confluent en fond de vallée, c’est-à-dire dans la partie sud de la ville.

7Les eaux pluviales, après avoir ruisselé sur les versants peu stables du nord de la vallée, se sont ensuite concentrées dans le torrent Choqueyapu : il s’agit d’un canal recouvert qui parcourt le centre, et dans lequel se déchargent les eaux du système d’évacuation pluvial. Ce système technique d’évacuation des eaux pluviales, qui ne couvre qu’une petite superficie de la ville, essentiellement le centre, se sature rapidement, n’ayant pas été calibré pour supporter à la fois la fonction d’évacuation des eaux pluviales et usées. En outre, les averses avec des grêlons provoquent facilement l’obstruction des bouches d’égout, obligeant alors les eaux de ruissellement à se concentrer dans les rues, y provoquant des dégâts.

8Un peu plus en aval vers le fond de vallée, à la hauteur du quartier Obrajes, le torrent Choqueyapu n’est plus que canalisé, alors que la déclivité de son profil en long se stabilise, pour devenir faible. Les eaux drainées dans le centre arrivent donc violemment à Obrajes, quasiment sous pression à cause de l’effet de drain des ouvrages d’ingénierie hydraulique du centre, à un endroit où la faible déclivité du torrent ralentit la poursuite de l’évacuation des eaux. Dans cette partie de la ville, le torrent entre donc facilement en crue, inondant des espaces où les infrastructures sont nombreuses et très exposées à l’endommagement. Ces quartiers de la partie sud de la ville ont, en effet, été en partie édifiés dans le lit majeur du torrent Choqueyapu et dans le lit majeur de ses affluents. Ce choix d’aménagement a été justifié par la réalisation d’ouvrages d’ingénierie hydraulique, censés protéger de l’exposition à l’inondation. De l’amont à l’aval de la vallée de La Paz, les aménagements humains (canalisations, gabions, etc.), ainsi que les modalités d’occupation des terrains, favorisent donc l’endommagement, au moins autant que les phénomènes physiques eux-mêmes, et leur sont liés.

9Par ailleurs, la carte souligne également l’intérêt de différencier les espaces où l’aléa s’est déclenché des espaces affectés par le déclenchement de l’aléa. Elle montre que l’aléa s’est déclenché dans le centre, qui est aussi le principal espace directement affecté. Il rassemble emplois formels (administrations de l’État, du département et de la municipalité ; sièges de la Banque centrale et des principales banques boliviennes ; etc.) et emplois informels (postes de vente d’aliments et boissons ; cireurs ; etc.). Par ses caractéristiques, cet espace génère des flux intenses, y favorisant la convergence de la population. Il concentre donc des enjeux, dont la perte est susceptible de provoquer de graves difficultés. On constate par exemple sur la carte que les principaux acteurs municipaux de la gestion des situations de crise sont installés dans cette partie de la ville. Ils n’ont donc pas pu jouer pleinement leur rôle au début de la situation de crise.

10Mais la cartographie indique également que des espaces éloignés du lieu du déclenchement de l’aléa ont également été affectés, indirectement. Il s’agit d’espaces situés à El Alto, au nord et au sud de l’aéroport où tout déplacement a été rendu presque impossible, avec notamment des pertes économiques importantes. Cette constatation est d’autant plus surprenante que les précipitations y ont été modérées. En fait, ces espaces ont été affectés par transfert de la vulnérabilité d’un espace de l’agglomération vers un autre. Pour le comprendre, il suffit de rappeler que le réseau routier de l’agglomération pacénienne est longitudinal, orienté du nord au sud dans la ville de La Paz. Si à El Alto, le réseau routier est de forme radiale, contournant l’aéroport par le nord et le sud, il se resserre en entonnoir à La Ceja, pour se connecter au réseau longitudinal de La Paz. Les deux réseaux sont interconnectés, notamment parce que les entreprises concessionnaires des lignes de transport public de La Paz sont presque toutes alténiennes. Un problème dans l’une ou l’autre ville de l’agglomération peut interrompre l’interconnexion. Le 19 février 2002, l’espace du centre concentrait en pleine journée un trafic automobile dense pour répondre aux besoins de mobilité des habitants, qui venaient au centre de l’agglomération faire leurs achats préparatifs du carnaval. Avec le ruissellement pluvial sur les chaussées, les chauffeurs ont perdu le contrôle des véhicules, qui ont obstrué des rues étroites aux pentes abruptes, entravant considérablement le déplacement des véhicules dans cet espace du centre, en premier lieu ceux des secours. La concentration de l’averse de grêle sur le centre a provoqué la perte de certains tronçons de voies de communication et, donc, de la mobilité sur cette partie centrale du réseau routier, lequel a aussi entraîné la perte d’accessibilité à d’autres espaces de la ville, comme Miraflores qui concentrent les principaux moyens médicaux de l’agglomération, notamment nécessaires à El Alto. Autre exemple : la route qui unissait le quartier La Florida au quartier Aranjuez, dans la partie sud de la ville, a été détruite sur une longueur de 70 mètres, isolant Aranjuez du reste de la ville. Les inondations ont donc interrompu la mobilité sur des voies de communication jugées essentielles pour une rapide résolution de la situation dans les espaces directement affectés, mais aussi pour le fonctionnement normal du reste de l’agglomération.

11Par conséquent, la perte des voies de communication dans le centre de La Paz a aussi signifié la perte d’accessibilité depuis et vers les autres parties de l’agglomération, notamment El Alto. Les moyens de secours présents à El Alto, les pompiers par exemple, n’étaient ainsi d’aucune utilité pour aider à la résolution de la situation de crise à La Paz. Ce cas montre que les voies de communication constituent un élément de la vulnérabilité structurelle de l’agglomération en transférant la vulnérabilité des espaces directement affectés par l’aléa à d’autres qui se retrouvent ainsi indirectement affectés alors même qu’ils n’ont pas été concernés par la survenue de l’aléa (Hardy, 2009f).

12Cet exemple démontre enfin que l’identification des espaces où l’aléa est susceptible de survenir est nécessaire, mais non suffisant pour identifier les espaces où pourra survenir la crise. Il y a donc plusieurs types d’espaces en jeu dans le déroulement d’une catastrophe qu’il convient de différencier pour gérer au mieux les risques dans l’agglomération de La Paz.

Deux événements typiques des accidents et catastrophes

  • 1 69 selon les données du GMLP.

13Comme l’indique la cartographie des événements qui ont provoqué accidents et catastrophes entre 1970 et 2011, l’agglomération de La Paz est régulièrement confrontée à des dommages associés à la plupart des glissements de terrain et inondations urbaines. Il s’agit, dans l’ensemble, d’événements relativement mineurs, du moins en nombre de morts. Mais ces événements sont ponctués d’épisodes majeurs, rares mais violents comme par exemple le glissement de Cotahuma qui, en 1996, a tué 40 personnes ou les inondations du 19 février 2002 (76 morts1, plus de 5 000 personnes affectées).

14Deux photographies, l’une d’un glissement de terrain et l’autre d’une inondation aident à expliquer les facteurs qui génèrent les situations de crise dans l’agglomération pacénienne.

15Dans la nuit du 26 au 27 février 2011, un mouvement de terrain, lent mais destructeur, obligeait les habitants de plusieurs quartiers construits sur le versant sud-est de la vallée du torrent Choqueyapu (Valle de las Flores) – Pampahasi, Callapa, Kaliri, Jokoni et Irpavi – à évacuer d’urgence. L’évaluation des dégâts souligne l’ampleur de l’événement : environ 6 000 habitants se sont retrouvés dans des refuges après la destruction ou l’endommagement de leur logement ; de nombreuses infrastructures publiques (écoles, centres de santé, routes, etc.) ont également été détruites et/ou endommagées (illustration 20), dans un espace urbain de plus de 140 hectares. Ces dégâts ont été évalués à 67 millions d’euros par les autorités du Gouvernement autonome municipal de La Paz.

16S’appuyant sur des arguments scientifiques, les autorités municipales ont expliqué la survenue de la catastrophe par les volumineuses précipitations qui sont tombées sur la ville entre la fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011. En effet, conséquence du phénomène La Niña, la région andine a reçu des précipitations plus volumineuses qu’à l’accoutumée, et qui se sont concentrées sur quelques semaines. En février, il est tombé le tiers des précipitations annuelles, soit deux fois plus que d’habitude. Or, les roches en place dans la vallée creusée par érosion régressive du torrent Choqueyapu, sur lesquelles la ville a été construite, sont, dans leur grande majorité, meubles (BRGM et al., 1977 : A2). Les volumineuses précipitations de 2011 n’ont donc donné qu’un petit coup de pousse au déclenchement du mouvement de terrain. Si la niche d’arrachement est située dans la partie nord-est de La Paz, son mouvement lent a atteint le lit mineur du torrent Irpavi qui a partiellement été dévié sous la poussée du pied du glissement de terrain qui s’est produit de manière perpendiculaire à son lit.

Illustration 20. Destructions issues du mouvement de terrain du 26-27 février 2011 au flanc de la vallée du Choqueyapu-La Paz

Illustration 20. Destructions issues du mouvement de terrain du 26-27 février 2011 au flanc de la vallée du Choqueyapu-La Paz

© IRD/S. Hardy

Illustration 21. Zone Huyana Potosí partiellement détruite par une crue éclair du Río Seco

Illustration 21. Zone Huyana Potosí partiellement détruite par une crue éclair du Río Seco

© IRD/S. Hardy

17Par ailleurs, la catastrophe s’est rapidement transmise dans d’autres espaces de la ville, soulignant la différence conceptuelle à établir entre espace de survenue de l’aléa et espace à risques, ce dernier pouvant être très éloigné de l’espace d’occurrence de l’aléa. C’est ainsi que la distribution d’eau potable par réseau, qui alimente environ 300 000 habitants dans la partie sud-est de la ville (réseau Hampaturi-Pampahasi), a été interrompue pendant plusieurs semaines, le mouvement de terrain ayant arraché une canalisation de distribution d’eau potable qu’il a fallu remplacer. Cependant, de nombreuses difficultés géotechniques ont ralenti les travaux de réparation, laissant une très grande partie des quartiers sud-est de la ville de La Paz sans l’eau habituellement distribuée par le réseau, alors même que de nombreux quartiers sont très éloignés de l’espace d’occurrence de l’aléa.

18Même si les conséquences du glissement de terrain du 26 février 2011 ne sont pas mineures, les modalités de cet événement sont assez fréquentes à La Paz. Elles avaient déjà fait 40 victimes à Cotahuma en 1996. En février 2009, le quartier Retamani avait également été détruit par un glissement de terrain aux modalités assez identiques. Les conséquences s’étaient, elles aussi, propagées au reste de l’agglomération avec la coupure, entre autres, de l’avenue Zabaleta qui relie le quartier Miraflores concentrant les principaux établissements hospitaliers, à la partie sud de l’agglomération.

19La photographie de l’inondation qui a sévèrement endommagé le quartier Huayna Potosí, situé dans la ville d’El Alto en janvier 2008 (illustration 21) illustre un événement assez fréquent dans l’agglomération, sauf qu’il est assez peu associé à l’espace alténien. En effet, au regard des conditions physiques, les débordements des torrents de La Paz sont récurrents en saison des pluies, provoquant souvent des inondations dont les conséquences se propagent souvent dans toute l’agglomération. Par comparaison, la ville d’El Alto est perçue par la majorité des Pacéniens, qui ne la connaissent pas, comme un espace plat, sans torrent. Par conséquent, elle conçoit mal que des accidents et catastrophes provoqués par des inondations puissent s’y produire, d’autant que leurs conséquences ne se propagent souvent pas au-delà du quartier affecté par l’aléa.

20L’accident de Huyana Potosí de janvier 2008 est pourtant grave. L’événement s’est déclenché en pleine nuit, vers 22 h 40 : une lame d’eau débordant du lit canalisé du torrent Seco a balayé une partie du quartier. Son énergie a détruit et emporté des pans entiers d’édifices, pourtant construits en briques cimentées. Dans cette partie de l’agglomération encore peu équipée, par exemple en éclairage public, la survenue d’un tel événement en pleine nuit a provoqué un mouvement de panique, renforcé par la quasi-absence d’un système de gestion de situation de crise dans la ville d’El Alto et par l’énorme difficulté à accéder à de très nombreux quartiers alténiens avec des véhicules. Ici, c’est donc d’abord la solidarité des habitants, structurée autour de son association de voisins, qui a permis l’évacuation des sinistrés, leur hébergement, alimentation et leurs soins de première urgence.

21Ce n’est que dans un deuxième temps, et avec peu de moyens, que des secours municipaux auront été déployés, notamment en fournissant du matériel pour aider à reconstruire au même endroit les édifices détruits, alors même qu’ils avaient été édifiés dans le lit majeur du torrent Seco. Les travaux de relèvement des digues qui canalisent le torrent, entrepris par les autorités municipales alténiennes sous la pression des habitants de Huayna Potosí, ont sûrement permis de justifier la réurbanisation d’une zone pourtant fortement exposée à l’inondation.

22Ces deux événements sont assez typiques des accidents, et parfois catastrophes, qui se produisent dans l’agglomération de La Paz. Souvent bien connus dans la ville de La Paz, ils surprennent encore à El Alto, quand ils sont relatés, à cause d’une urbanisation plus récente qui méconnait largement les conditions physiques dans lesquelles elle se développe. Leurs conséquences ont pourtant la même capacité à se propager au reste de l’agglomération que celles liés à des événements survenant à La Paz. Par exemple, une inondation du complexe de stockage et de distribution des hydrocarbures de Senkata pourrait sinon priver, rendre difficile l’approvisionnement en gaz et carburants de l’ensemble de l’agglomération et donc, la rendrait vulnérable en perturbant profondément son fonctionnement.

Notes

1 69 selon les données du GMLP.

Table des illustrations

Titre Planche 8
Légende Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9756/img-1.jpg
Fichier image/, 685k
Titre Illustration 20. Destructions issues du mouvement de terrain du 26-27 février 2011 au flanc de la vallée du Choqueyapu-La Paz
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9756/img-2.jpg
Fichier image/, 287k
Titre Illustration 21. Zone Huyana Potosí partiellement détruite par une crue éclair du Río Seco
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9756/img-3.jpg
Fichier image/, 315k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540