Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Chapitre 1 - Deux municipalités, un territoire urbain

La dynamique urbaine

Texte intégral

1L’agglomération de La Paz n’est pas un objet statique. Elle est traversée de différentes dynamiques qu’il convient de démêler pour rendre compte de son fonctionnement. Ces dynamiques sont à appréhender à plusieurs échelles. D’une part, il convient de replacer l’agglomération dans la hiérarchie urbaine bolivienne : son évolution explique en effet l’importance du rapprochement entre les municipalités de La Paz et d’El Alto. À l’échelle de l’agglomération, les analyses démographique et spatiale permettent d’établir les convergences entre les deux municipalités, mais aussi de fournir une image des relations à l’espace de la population à partir de quelques formes de déplacements quotidiens.

La distribution de la population à deux moments différents. Planches 5a et 5b

2Généralement, les cartes de répartition de la population représentent la population de la municipalité de La Paz, sans celle d’El Alto, et inversement. En traitant les données du recensement général de la population de 2001, une première carte intitulée « La population de nuit » localise l’ensemble de la population de l’agglomération, lorsqu’elle est présente dans son foyer (environ 1 428 000 personnes), à l’échelle des zones de recensement. Elle confirme ce que la carte de densité de population indiquait, à savoir la forte continuité entre les tissus urbains de La Paz et ceux d’El Alto, en dépit de la limite administrative. En effet, on observe sur cette carte de répartition de la population de nuit un premier espace où la population se concentre entre le centre de La Paz et le centre d’El Alto (à l’est de l’aéroport), rendant presque imperceptible la légère discontinuité qu’impose le versant abrupt qui sépare les deux municipalités. Ensuite, la population se répartit de manière assez homogène mais moins concentrée, au nord et au sud d’El Alto, de part et d’autre de l’aéroport. En dehors de ces deux espaces, la répartition de la population répond à la logique de la présence des rues principales : l’axe vers le sud-sud-est de La Paz, celui du nord de La Paz vers les Yungas, et celui du sud d’El Alto vers Oruro. En dehors de ces trois types de localisation, la population est éparse.

3Durant le jour, une partie importante de la population n’est pas dans son foyer (au moins 471 050 personnes) (tableau 2), mais au travail, à l’école, etc. C’est pourquoi, outre la cartographie de la répartition de la population obtenue par le traitement des données du recensement général, qu’on peut qualifier « de nuit », il est intéressant de réaliser une cartographie de répartition de la population « de jour ». Pour cela, il faut avoir recours à d’autres données que celles du recensement général de la population.

Tableau 2. Composition de la population de jour et population de nuit par municipalité

Tableau 2. Composition de la population de jour et population de nuit par municipalité

Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009

Planche 5a

Planche 5a

Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009

Planche 5b

Planche 5b

Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009

  • 1 Direction générale de la promotion économique.
  • 2 Recensement des activités industrielles réalisé par la Chambre départementale de l’industrie de La (...)

4Dans le courant de l’année 2007, la Oficialía mayor de promoción económica1 du Gouvernement autonome municipal de La Paz (GAMLP) a réalisé un recensement qui distingue trois activités économiques : l’hôtellerie, l’industrie et les services. La fiche de recensement était organisée en sept champs qui ont permis de localiser dans l’espace les établissements économiques et de les qualifier (activité précise, nombre d’employés, jours et horaires de fonctionnement, équipements disponibles, etc.). Par ailleurs, à partir des données sur les activités économiques d’El Alto, collectées par la Camara Departamental de Industria de La Paz2 en 2004, un traitement assez similaire à celui sur les données de La Paz a été réalisé pour localiser les travailleurs du secteur formel d’El Alto.

5Pour compléter cette première approche de la répartition de la population de jour, on a ajouté, et cela concerne les jours de la semaine, la localisation des enfants scolarisés. Pour cela, la base du SEDUCA La Paz permet de savoir que pour l’année scolaire 2009, 351 524 enfants sont scolarisés dans des établissements publics et privés de La Paz et d’El Alto jusqu’au dernier niveau de l’enseignement secondaire.

6La cartographie qui résulte de cette base de données inédite – travailleurs formels et enfants – n’est certes pas celle de la population de jour dans sa totalité, mais son analyse fournit déjà quelques indications intéressantes.

7L’analyse de la carte de la population de jour montre la forte concentration de population de jour dans le centre de La Paz. Contrairement à la répartition de nuit, la population de jour est beaucoup plus circonscrite dans l’espace. Il s’agit essentiellement des quelques lieux dans et autour du centre historique de La Paz (Casco Urbano Central – CUC – et quartier de San Pedro) qui concentrent les activités tertiaires (emplois des administrations de l’État, du département et de la municipalité et emplois des sièges sociaux des entreprises ; emplois des activités commerciales). En effet, sur environ 120 000 emplois formels, 88 % sont localisés dans la municipalité de La Paz. À cet égard, il est important de souligner que de nombreux travailleurs à La Paz résident à El Alto et se déplacent donc chaque jour ouvrable pour se rendre sur leur lieu d’emploi. La lecture de la figure 4 de variation de la population entre la nuit et le jour montre bien ce phénomène : les gains de population s’effectuent essentiellement au profit des espaces de La Paz, surtout ceux du centre et secondairement, une bande qui prolonge cet espace vers le nord, une partie de l’espace de la zone sud de la municipalité et deux espaces sur le versant nord-est de la municipalité. Il s’agit des quartiers de San Miguel, de Los Andes, de San Jorge, Miraflores. Par exemple, Los Andes réunit d’importantes activités commerciales, tout comme San Miguel. San Jorge concentre des activités de services, plutôt du secteur privé. Le quartier de Miraflores accueille les principaux établissements médicaux de la municipalité et attire des activités de services liés au secteur médical. El Alto a également ses espaces qui concentrent des activités commerciales d’importance : 12 de Octubre, Santiago, Alto Lima et Villa Ballivian, ces deux derniers abritant l’essentiel du marché bihebdomadaire 16 de Julio, certainement le plus grand et diversifié de Bolivie.

8Un troisième type de concentration de jour fait ressortir une fois de plus l’importance des principales rues : dans une agglomération où la topographie complique la circulation, les entreprises commerciales et industrielles privilégient la proximité des rues principales. C’est assez visible à El Alto, au nord et au sud de l’aéroport, respectivement le long des rues en direction du Pérou (Villa 12 de Julio, Villa Esperanza, Villa Mejillones) et du centre du pays (Kenko, Senkata, Villa Alemania), où les concentrations de la population en chapelets représentent les principaux lieux d’activités commerciales et industrielles de l’agglomération. La même logique est visible au nord-est de La Paz en direction des Yungas où se concentrent les activités liées au commerce avec les vallées tropicales du département. Quant au quartier de Villa Fatima, il héberge des activités industrielles en grands établissements, comme des fabriques de textile, qui attirent des activités de services dépendantes. Pura Pura est un quartier d’activités industrielles de La Paz, qui profite de la proximité de la route vers El Alto. Quant au quartier de Villa El Carmen, c’est la présence d’un établissement de services de production et de distribution d’eau (EPSAS S.A.) employant plus de 550 personnes qui le fait apparaître. Tous les employés ne sont cependant pas sur le site du siège social : ils se distribuent sur différents sites de l’entreprise dans La Paz et El Alto alors qu’ils sont administrativement comptabilisés au siège social.

Figure 4. Estimation de la variation de la population entre la nuit et le jour dans l’agglomération pacénienne

Figure 4. Estimation de la variation de la population entre la nuit et le jour dans l’agglomération pacénienne

Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009

9En dehors de ces trois types d’espaces, la concentration de la population de jour traduit plutôt la localisation des établissements éducatifs, mieux répartis dans l’espace des deux municipalités. Comme pour les employés du secteur formel, certains des enfants scolarisés à La Paz proviennent d’El Alto, mais le phénomène est beaucoup plus marginal puisque comme l’indique la carte de la répartition de la population de jour, l’offre éducative est importante et bien distribuée dans la municipalité d’El Alto, même si elle est souvent considérée comme de moins bonne qualité. Par ailleurs, puisqu’il est assez difficile d’inscrire un enfant dans une autre municipalité que celle de son lieu de résidence, au moins dans le secteur public, on peut estimer que les cas de déplacements quotidiens liés à la scolarité sont plutôt marginaux.

10La comparaison des cartes de répartition de la population de jour et de nuit invite à formuler de nouveaux commentaires. Tout d’abord, la répartition de la population diffère fortement entre la nuit et le jour, assez largement au profit de La Paz, même si certains espaces d’El Alto s’affirment grâce à des activités commerciales et industrielles destinées au fonctionnement de l’agglomération. Au sein de La Paz, la répartition s’opère surtout au bénéfice du centre historique, de ses alentours et de la partie sud de la ville. Même si la somme de la population de jour n’est pas identique à celle de nuit, en raison de l’absence de données complètes de la population de jour, la variation donne une indication générale des flux des déplacements quotidiens de la population durant les jours ouvrables (illustration 11).

11Par ailleurs, en dépit de ses nombreuses imperfections inhérentes aux données, cette cartographie élémentaire de la population de jour indique aussi aux gestionnaires urbains où se concentre les jours de la semaine une partie de la population. Cette information ouvre la réflexion, par exemple sur la localisation et les caractéristiques des moyens disponibles en situation d’urgence dans ces espaces, pour venir en aide à la population de jour et de nuit. Elle éclaire ainsi certains facteurs de la vulnérabilité de l’agglomération.

12En effet, si l’on considère que la population est l’enjeu le plus important à protéger face à un événement d’origine naturelle ou anthropique pouvant causer des dommages en milieu urbain, il faut d’abord pouvoir localiser celle-ci avec précision. Avec la répartition de la population de jour et de nuit, les gestionnaires urbains disposent d’un outil qui leur donne la possibilité d’ajuster dans l’espace, les actions de gestion des risques, comme la distribution des éléments qui peuvent être utiles au secours de la population en situation d’urgence (ambulances, centres de santé, brigades des organismes de secours, etc.) et la distribution de cette population. Cette information élémentaire permet aux autorités de mieux maîtriser les incertitudes liées à une situation d’urgence qui peut survenir à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Illustration 11. Place Pérez Velazco, point de rupture de charge pour les populations venant d’El Alto et La Paz

Illustration 11. Place Pérez Velazco, point de rupture de charge pour les populations venant d’El Alto et La Paz

© IRD/S. Hardy

L’évolution de la tache urbaine 1976-2006. Planche 6

13La carte de l’évolution de la tache urbaine indique quelles ont été les grandes étapes de l’urbanisation de l’agglomération pacénienne entre 1976 et 2006. Certaines étapes sont communes aux deux principales municipalités qui la composent, d’autres leur sont propres.

  • 3 Les Conquistadors ont fondé Notre-Dame de La Paz en 1548 sur l’Altiplano. Quelques mois plus tard, (...)
  • 4 L’entreprise de navigation du lac Titicaca, l’entreprise ferroviaire La Paz-Guachi, la compagnie n (...)

14En 1976, l’agglomération s’étendait depuis le fond de la vallée occupé par le torrent Choqueyapu (également appelé La Paz) où la ville de La Paz s’est installée3 jusque sur le rebord du plateau altiplanique qui la borde à l’ouest. Jusqu’en 1985, il existait des logiques fonctionnelles entre les différents espaces de l’agglomération. Par exemple, dès le premier tiers du XXe siècle, de grandes entreprises4 s’étaient installées sur le plateau dominant La Paz. Avec cette localisation, elles profitaient de la disponibilité de vastes superficies constructibles en terrain plat et de la présence d’un pôle logistique étoffé (point de convergence des principales routes et voies ferrées nationales, aéroport, service des douanes). La tache urbaine de 1976 traduisait ces logiques fonctionnelles communes.

15À El Alto, la tache urbaine s’est développée autour des principales infrastructures de transport (aéroport, voies routières nationales, souvent doublées de voies ferroviaires). En 1976, le paysage alténien était surtout industriel et peu dense. Ponctuellement, des logements auto construits, plus rarement des opérations planifiées de lotissements résidentiels s’étaient insinuées entre les espaces industriels. En effet, dès la fin des années 1940, El Alto est une extension de La Paz par déversement urbain (Sandoval et Sostres, 1989 ; Sandoval et Ayllon, 1992). Par exemple, Villa Dolores a été le premier quartier d’El Alto à voir le jour en 1944, édifié de manière spontanée. En 1952, on recensait 6 quartiers qualifiés de marginaux puisqu’ils n’avaient ni service ni infrastructure élémentaire. À partir de 1957, on a commencé à construire des lotissements destinés à des corps de fonctionnaires de l’État (surtout policiers et douaniers) : Ciudad Satélite, Villa Santa Rosa, Rosas Pampas) (Getino et Medinaceli, 2005). On comptait 11 quartiers en 1964, 75 en 1980 et 140 en 1984 ; près de 300 en 1995.

16De son côté, en 1976, le paysage pacénien s’organisait autour d’un centre historique et de ses extensions (San Pedro, Sopocachi, Miraflores) où le bâti avait commencé à se densifier en hauteur en cédant la place aux activités tertiaires. Progressivement chassée du centre, la fonction résidentielle avait commencé à partir à l’assaut, d’une part des versants occidentaux et orientaux de la vallée, en les occupant de manière plutôt spontanée (Llojeta, San Antonio) ; d’autre part du fond de la vallée en direction du sud où l’urbanisation est contrôlée par les populations aisées (Obrajes, San Miguel).

  • 5 Plan de développement urbain.

17La réforme agraire de 1953, puis la privatisation des mines en 1985 (Franqueville, 2000 ; Arbona et Kohl, 2004), ainsi que les contraintes topographiques du site de La Paz ont favorisé l’urbanisation d’El Alto. Ses habitants ont migré par vagues successives vers la ville de La Paz et, à cause du remplissage de l’espace de celle-ci, de manière centrifuge, ils se sont installés dans ses environs. La croissance d’El Alto s’explique donc d’abord par un déversement démographique opéré depuis La Paz, par l’arrivée saccadée de vagues migratoires, et enfin, par la croissance naturelle d’une population à la structure restée très jeune. Mais, les revendications de sa population n’ont pas été sérieusement prises en compte par les autorités municipales pacéniennes : aucune politique urbaine n’était destinée à gérer le développement alténien (services élémentaires, infrastructures) et les problèmes sociaux qu’il provoquait (Baby, 1995 : 43). Pourtant, le Plan de Desarrollo Urbano5 (PDU) de 1977 constatait qu’El Alto fournissait 8 % des recettes fiscales de la municipalité, alors qu’il ne bénéficiait en retour d’investissements qu’à hauteur de 5 % du total. De leur côté, les quartiers résidentiels aisés du sud de la ville fournissaient 10 % des recettes fiscales et recevaient 22 % des investissements (BRGM et al., 1977). De fait, entre 1976 et 1996, la planification urbaine a été très largement défaillante (Durán et al., 2007). Jusqu’en 1988, l’héritage hispanique de ségrégation des populations (Mayorga, 1997) explique que les quartiers habités pour l’essentiel de populations d’origine indienne (en majorité Ayamara et Quechua) comme ceux d’El Alto, n’aient pas fait l’attention d’une planification rigoureuse. C’est dans ce contexte de divergences croissantes que les Alténiens ont acculé le législateur à ériger les quartiers d’El Alto en une municipalité, mettant en place deux espaces bien distincts.

18À partir de 1996, la description de la tache urbaine amène à distinguer les deux municipalités et leurs dynamiques. L’évolution de la tache urbaine est d’autant plus divergente entre El Alto et La Paz que la création de limites municipales à partir de 1988 a dressé dans l’agglomération une frontière administrative où des politiques urbaines distinctes s’appliquent de part et d’autre.

  • 6 Voir par exemple, le cas des protestations du 8 septembre 2003 contre le formulaire dénommé Maya y (...)

19En 1996, la tache urbaine d’El Alto se caractérisait par sa forme semi-circulaire adossée à la bordure de la vallée à l’est. Elle s’étendait vers le nord, l’ouest et le sud, à partir des voies routières radiales qui contournaient l’aéroport. Cette description occulte cependant les difficultés pour contrôler la croissance urbaine, provoquées par la création de la municipalité d’El Alto en 1988. En effet, à partir de 1988, il s’agissait d’organiser de nouveaux services municipaux : planification, cadastre, urbanisme, etc., étaient jusqu’alors des services opérés depuis La Paz. Mais, la nouvelle municipalité d’El Alto était plutôt pauvre en ressources (Obermaier, 1999 : 63), d’autant que le recouvrement d’impôts y est difficile6. La municipalité n’avait donc pas réussi à structurer une équipe suffisamment expérimentée pour répondre à la situation, alors même que la forte croissance démographico-spatiale exigeait d’agir à la fois rapidement et efficacement. L’inexpérience des jeunes techniciens de la municipalité alténienne éclaire donc en partie les incohérences actuelles de l’urbanisation. Habitués à être livrés à eux-mêmes, les habitants acceptaient mal les décisions d’urbanisme arrêtées par les instances municipales. Devant la faiblesse du pouvoir municipal pour établir les grandes orientations urbaines à suivre, des techniciens municipaux pour appliquer les règlements, l’urbanisation a largement été aux mains des Comités d’habitants. À El Alto, ces derniers sont très organisés et actifs. El Alto s’est d’ailleurs construit grâce aux luttes tenaces des habitants. C’est cette image qu’on retient souvent d’El Alto : une ville qui se caractérise par des mobilisations populaires revendiquant la satisfaction des demandes de ses habitants, échappant ainsi aux autorités représentatives légales (García Linera, 2006 ; Poupeau, 2007 ; 2008).

20L’urbanisation alténienne est largement le produit des habitants eux-mêmes. Les habitants ont très souvent auto-construit leur logement, sur des terrains dont la propriété n’était généralement pas encore légalisée (Durán et al., 2007). D’ailleurs, il existe un marché foncier urbain particulièrement dynamique, aux mains de lotisseurs, qui vendent illégalement des terrains aux nouveaux arrivants, obligeant bien souvent les services municipaux à acter a posteriori l’urbanisation. Ces lotisseurs ne se préoccupent pas des conséquences à moyen et long termes, à lotir un terrain dans un lit majeur de cours d’eau par exemple.

21Dans une deuxième étape, structurés en comités d’habitants au moins dès la décennie 1950, les habitants d’un quartier naissant se concertaient pour exiger l’installation des services, comme l’électricité et l’eau. Ils réalisaient aussi des travaux collectifs, destinés à l’équipement de leur quartier, généralement les fins de semaine, par autofinancement : pavage des rues, construction d’une maison de quartier, de trottoirs ; réalisation d’une place de quartier avec jeux pour les enfants et terrains de sport, etc. Les services municipaux se trouvaient souvent confrontés à l’obligation de dresser ultérieurement l’acte juridique de cette urbanisation alténienne, même si les normes arrêtées n’étaient pas respectées. Ce processus d’urbanisation explique que la tache urbaine alténienne se caractérise aujourd’hui par un paysage souvent désordonné, peu dense, mêlant les activités industrielles, commerciales, résidentielles et les infrastructures.

Planche 6

Planche 6

Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011

22De son côté, entre 1976 et 1996, la tache urbaine de La Paz renforce sa forme linéaire nord-sud, le long de la vallée du torrent Choqueyapu et de ses principaux affluents. Alors que les politiques de logement étaient presque inexistantes (Durán et al., 2007), par opportunisme politique dans une période de forte instabilité municipale, les maires pacéniens successifs (Mayorga, 1997 : 287) ne sont pas intervenus contre l’urbanisation illégale des versants abrupts et des lits majeurs des torrents (GMLP, 2007), pourtant déclarés inconstructibles (BRGM et al., 1977). Les populations à la recherche d’un logement ont donc pu s’installer dans des zones exposées aux menaces d’origine naturelle. C’est ainsi que les versants de la vallée se sont remplis (Villa El Carmen, Bella Vista), de même que les lits majeurs des affluents du Choqueyapu (Seguëncoma, Achumani, Cota Cota) : les premiers au profit des populations plutôt pauvres et les seconds des populations plutôt aisées.

23La tache urbaine en 2006 indique que la croissance spatiale s’effectue dorénavant plutôt à El Alto. En effet, l’espace pacénien est rempli et il est désormais difficile de l’étendre, sinon par mitage des zones rurales des municipalités voisines (Chasquipampa, Ovejuyo, Mallasa) (Urquizo, 2006 ; Vettraino, 2012) ou par l’urbanisation de plus en plus dangereuse des versants qui aboutit souvent à des événements catastrophiques (Hardy, 2011).

24À El Alto, la tache urbaine continue de progresser en suivant la dynamique semi-circulaire observée dès 1996, à partir des voies routières radiales. Elle investit les espaces ruraux périphériques et déborde déjà sur les municipalités voisines comme Achocalla (illustration 12) et Viacha (Urquizo, 2006). Le processus d’urbanisation continue à être assez désordonné. Des tentatives d’amélioration de l’urbanisation ont pourtant été entreprises par les autorités municipales et nationales. Par exemple, la Fondation catholique Cuerpo del Cristo a été préposée par la présidence de la République à travers la commission bolivienne chargée de combattre la pauvreté, de planifier le développement d’El Alto. Elle a produit divers documents, dont un Plan de régulation en juin 1999 et un Plan d’aménagement urbain en juin 2000. Ces analyses ont notamment permis de réfléchir à l’usage du sol, en partant du constat de son non-contrôle (Obermaier, 1999 : 36) : division des terrains qui dès l’origine ne respectent pas les formes et les tailles adéquates ; construction des quartiers qui ne tient compte ni de la topographie ni des activités ; équipements des quartiers réalisés par les habitants, désarticulés d’avec le reste du tissu urbain ; structure viaire défaillante et sans continuité ; faibles densités qui rendent difficile un aménagement efficace (illustration 13) ; etc. Les propositions d’aménagement du territoire, fondées sur une meilleure répartition des populations et de leurs activités à El Alto, à travers notamment un redécoupage des districts (Obermaier, 1999 : 64-68) n’ont, malgré les nécessités constatées, jamais été pleinement acceptées par les populations, et donc appliquées. Cela contribue à expliquer pourquoi des logements continuent à être construits à proximité des usines, dans les lits des cours d’eau, sur d’anciennes décharges, ce qui justifie en partie les manifestations des risques (Hardy, 2008). Fin 2011, la municipalité d’El Alto recense plus de 700 quartiers.

Illustration 12. Déversement urbain du plateau alténien vers la municipalité d’Achocalla

Illustration 12. Déversement urbain du plateau alténien vers la municipalité d’Achocalla

© IRD/S. Hardy

Illustration 13. Le paysage semi-urbain peu dense du quartier illégal Santa Rosa dans le district 6 d’El Alto

Illustration 13. Le paysage semi-urbain peu dense du quartier illégal Santa Rosa dans le district 6 d’El Alto

© IRD/S. Hardy

25À La Paz, l’évolution du tissu urbain entre 1996 et 2006 s’est surtout traduite par le remplissage de l’espace par densification, même quand celui-ci est normalement inconstructible. La municipalité pacénienne a ainsi démultiplié les ouvrages d’ingénierie destinés à faciliter l’urbanisation résidentielle, notamment en permettant la construction des infrastructures de transport nécessaires à l’intensification de l’urbanisation (illustration 14). Secondairement, le mitage des espaces ruraux des municipalités voisines a aussi favorisé l’expansion urbaine pacénienne, dans les parties sud et le sud-est de l’agglomération, provoquant des conflits entre les municipalités autour des limites municipales (Urquizo, 2006). Ces derniers traduisent finalement le fait que la dynamique d’évolution du tissu urbain correspond désormais à celle d’une agglomération prise dans son ensemble, où les espaces se spécialisent dans certaines fonctions (résidentielles, industrielles, commerciales, agricoles, de loisirs, etc.).

Illustration 14. Chenalisation du Río Choqueyapu pour permettre la construction des voies nord-sud essentielles à l’urbanisation pacénienne

Illustration 14. Chenalisation du Río Choqueyapu pour permettre la construction des voies nord-sud essentielles à l’urbanisation pacénienne

© IRD/S. Hardy

Le poids démographique de La Paz et d’El Alto

26Pour mener une analyse pertinente, la dynamique démographique doit être appréhendée à l’échelle de La Paz et à celle d’El Alto, mais également d’une manière conjointe, afin de permettre des comparaisons et apporter des explications aux phénomènes observés.

27Prise dans le temps, l’évolution de la population de La Paz montre un accroissement progressif entre 1950 et 1992, puis son très net ralentissement (figure 5). Pendant la période 1950-1992, La Paz a été le réceptacle des migrations de populations pauvres liées aux réformes agraires des années 1950 et à la crise de l’activité minière du milieu des années 1980.

28En revanche, entre 1950 et 1976 l’accroissement démographique d’El Alto est modéré. El Alto est alors une zone urbaine de La Paz plutôt délaissée. Si certaines zones ont été urbanisées précocement, leurs habitants ont dû longtemps patienter avant d’obtenir des services et infrastructures urbains, faits freinant la croissance d’El Alto pendant cette période. Par exemple, le quartier 16 de Julio est créé en 1950, mais il ne sera connecté au réseau électrique qu’à partir de 1955 et au réseau d’eau potable qu’à partir de 1957. En 1970, la mairie de La Paz a commencé à déconcentrer une petite partie de ses services à El Alto en y installant une annexe, mais de nombreuses démarches ont continué à obliger les habitants d’El Alto à se rendre au centre de La Paz. C’est la progression de l’exode rural sur l’Altiplano et les soubresauts de la crise des activités minières qui expliquent le fort accroissement de la population alténienne à partir de 1976. Si entre 1976 et 1992, la croissance moyenne annuelle de la population bolivienne est de 2,11 %, ce taux est très nettement inférieur à La Paz (1,8 %), alors qu’El Alto atteint un taux bien supérieur avec 9,5 %. En effet, même si La Paz a d’abord bénéficié de l’arrivée des migrants, elle s’est vite remplie, ne disposant pas des terrains urbanisables pour faire face à la demande. La croissance urbaine s’est donc vite redéployée sur El Alto qui reçoit par vague de nouveaux habitants.

29La séparation des deux villes en 1988 a marqué leurs différenciations en termes de dynamisme démographique. Si entre 1992 et 2001, la croissance moyenne annuelle de la population bolivienne a été de 2,74 %, elle s’est élevée à 5,05 % à El Alto alors qu’elle atteint péniblement 1,1 % à La Paz.

30Entre 1992 et les projections de population effectuées pour 2008, la population de La Paz a donc continué à croître, mais beaucoup plus lentement que sur les périodes précédentes. Fortement concurrencées par celles de Santa Cruz, ses activités industrielles (surtout liées à l’industrie textile) et commerciales sont sur le déclin. La Paz doit essentiellement sa croissance à l’activité administrative de l’État qui, en lui garantissant des emplois stables, maintient une population qui se renouvelle grâce à un niveau de vie plus élevé que la moyenne bolivienne, grâce à un accès à des services et infrastructures de meilleure qualité. Ce niveau de vie n’a toutefois été maintenu qu’en rejetant la population la plus pauvre. Cette dernière s’est réfugiée à El Alto où, malgré certaines conditions de vie très dures, elle a trouvé des avantages pour se développer (marché foncier disponible, peu contrôlé et encore bon marché, bonnes infrastructures de communication avec La Paz et le reste du pays, etc.). Depuis quelques années, les migrations rurales constituent moins le facteur d’explication du taux de croissance démographique d’El Alto que le décloisonnement familial d’une population encore très jeune qui trouve à El Alto l’espace où se déployer.

Figure 5. Évolution de la population de La Paz, d’El Alto et de l’ensemble de l’agglomération entre 1950 et 2008

Figure 5. Évolution de la population de La Paz, d’El Alto et de l’ensemble de l’agglomération entre 1950 et 2008

Sources : INE, 2001 ; MONTES DE OCA, 2005

31Malgré l’attraction qu’exerce la ville de Santa Cruz sur la population bolivienne, la conjoncture économique et politique sur l’Altiplano, associée au phénomène d’agglomération a permis la forte progression de la population de l’agglomération de La Paz depuis 1950. La densité progressant peu, l’agglomération s’étend spatialement, se déversant et englobant à partir de 1992 les populations des municipalités voisines comme Viacha, Achocalla, Mecapaca, Laja. Les projections démographiques effectuées en 2010 par l’Instituto Nacional de Estadística (INE) donnaient un poids démographique à El Alto (896 773 habitants) désormais supérieur à celui de La Paz (839 905) dans l’agglomération. Les observations réalisées de l’urbanisation alténienne par rapport à la pacénienne semble confirmer ces projections.

  • 7 Dans cet ouvrage, sauf mention explicite, on fera toujours référence à la superficie urbanisée des (...)
  • 8 À titre de comparaison, en 2012, Paris intra-muros a une superficie de 10 539 hectares (105,4 km²) (...)

32Cette dynamique démographique se traduit également en termes d’occupation de l’espace. En 1942, El Alto n’est encore composée que de quelques espaces dispersés à vocation industrielle et de services. On a donc uniquement comptabilisé la superficie de La Paz, soit 1 850 hectares urbanisés7, ce qui traduisait une assez forte concentration de la population dans l’espace urbain8.

33À partir de 1976, l’évolution de la superficie urbanisée indiquait déjà le mécanisme actuellement en œuvre dans l’agglomération. En 1976, la superficie urbanisée de La Paz a presque doublé par rapport à 1942, multipliée par 1,8 en 34 ans. Cette observation indique que l’accroissement démographique provoqué par l’expulsion de paysans suite à la réforme agraire de 1952 s’opérait moins par densification du tissu urbain que par étalement spatial. Le fonctionnement du marché foncier pacénien expliquait cette situation. En effet, celui-ci était assez rigide, notamment en raison du peu de terrain constructible disponible, rendant ce dernier trop onéreux pour permettre à une grande partie des migrants venus s’installer à La Paz de l’acquérir. Ils se sont donc installés sur des terrains non constructibles, vendus par des lotisseurs ou par leurs propriétaires (communautés rurales, individus), souvent sans même savoir que les titres de propriétés fournis n’étaient pas légaux. Les migrants trop pauvres pour accéder à ce marché foncier illégal pacénien ont trouvé à se loger à El Alto où le terrain disponible paraissait illimité. Là aussi, ils ont acheté les terrains à des lotisseurs ou aux propriétaires, souvent sans recevoir de documents légaux en échange. Par ce mécanisme, en 1976, 2 700 hectares étaient urbanisés à El Alto. Donc, en 1976, par rapport à 1942, la superficie urbaine de La Paz augmentée de celle d’El Alto a été multipliée par 3,2 en 34 ans.

34En 1992, la séparation entre les municipalités de La Paz et d’El Alto a eu lieu. La superficie urbaine pacénienne a pourtant continué à progresser, en doublant presque en seulement 16 ans (6 400 hectares), tandis que celle d’El Alto faisait plus que doubler (6 000 hectares, soit une superficie multipliée par 2,2 en 16 ans). Cette fois, c’est l’expulsion de familles de mineurs, liée à la crise que traversa le secteur dans le milieu des années 1980, qui explique principalement l’extension spatiale des deux municipalités. À La Paz, en dépit du déjà trop-plein urbain, essentiellement pour des raisons électoralistes, les terrains non urbanisables ont continué à accueillir des familles. Et El Alto, en raison des difficultés rencontrées par les autorités pour contrôler l’urbanisation, a continué à accueillir les familles les plus démunies ne trouvant pas à se loger à La Paz.

35Ce qui est remarquable en 2007, c’est moins que La Paz tout comme El Alto ait continué à s’étendre, c’est la divergence des deux municipalités. La multiplication de l’espace urbanisé pacénien n’est plus que par 1,1 en 15 ans (7 316,6 hectares). En revanche, El Alto est parvenue à continuer à doubler son espace urbanisé (13 411 hectares, soit une multiplication supérieure à 2,2) pendant le même laps de temps, atteignant une superficie urbanisée presque double de celle de La Paz. Entre 1992 et 2007, la divergence entre les deux municipalités s’explique d’une part, par un ralentissement de l’augmentation de la population pacénienne, au bénéfice d’El Alto, et par la densification de son espace d’autre part, tandis qu’El Alto s’étend encore essentiellement de manière horizontale.

36Actuellement, deux mécanismes distincts sont donc observables dans l’agglomération. Il y a une densification dans la municipalité de La Paz, même si de manière marginale l’espace urbanisé augmente aussi en empiétant sur les municipalités voisines (Mecapaca, Achocalla, Palca). Un déversement horizontal d’El Alto d’une part, vers ses propres espaces ruraux oblige les autorités municipales à régulièrement déclarer urbains des espaces auparavant classés ruraux et d’autre part, vers les municipalités voisines où le contrôle de l’urbanisation est toujours moins strict qu’à La Paz et même qu’à El Alto.

L’évolution de la hiérarchie urbaine bolivienne. Planche 7

37Pour comprendre la dynamique démographico-spatiale actuelle au sein de l’agglomération de La Paz, il est nécessaire de la replacer dans le contexte de l’évolution de la hiérarchie urbaine bolivienne sur un temps plus long (de 1900 à 2001).

38Jusqu’en 1950, la trame urbaine bolivienne reflétait l’héritage de la période coloniale et de l’Indépendance. La Bolivie n’était pas urbaine et les villes étaient des centres au service du monde rural et minier. Sucre (illustration 15), capitale fantôme, proposait, tout comme Cochabamba (illustration 16), Santa Cruz, Tarija et Trinidad, des services à ses campagnes. Potosí (illustration 17), le centre urbain de l’époque coloniale grâce aux activités minières, était déjà en perte de vitesse, entraînant dans son sillage Oruro (illustration 18).

Illustration 15. Sucre, une ville coloniale assoupie

Illustration 15. Sucre, une ville coloniale assoupie

© IRD/S. Hardy

L’évolution de la hiérarchie urbaine bolivienne

L’évolution de la hiérarchie urbaine bolivienne

Planche 7
Source : INE, 2001

Illustration 16. Le Palais du gouverneur du département situé sur la place d’armes de Cochabamba réinvestit un bâtiment de style colonial

Illustration 16. Le Palais du gouverneur du département situé sur la place d’armes de Cochabamba réinvestit un bâtiment de style colonial

© IRD/S. Hardy

Illustration 17. Potosí reste marquée par le Cerro Rico et l’exploitation de ses filons d’argent

Illustration 17. Potosí reste marquée par le Cerro Rico et l’exploitation de ses filons d’argent

© IRD/S. Hardy

39Pendant cette période, seule La Paz a su tirer son épingle du jeu : bénéficiaire des guerres d’Indépendance, elle a progressivement su abriter les pouvoirs exécutifs et législatifs et s’est muée en centre administratif incontournable. Grâce à son accroissement démographique plus rapide que celui des autres villes, La Paz s’est imposée à la tête du réseau urbain bolivien et est devenue le centre industriel et commercial qui approvisionnait le reste du pays. L’axe urbain historique composé des villes de Potosí-Sucre, Oruro et La Paz a progressivement laissé la place à un nouvel axe urbain structurant le pays, composé des villes de La Paz, Cochabamba et Santa Cruz (Schoop, 1981).

40La population bolivienne n’est devenue majoritairement urbaine qu’entre le recensement de 1976 et celui de 1992. 41,7 % résidaient en ville en 1950, contre 57,6 % en 1992. Le basculement vers une population bolivienne majoritairement urbaine a donc été rapide dans le temps et s’est essentiellement cantonné à quelques villes, en renforçant l’axe La Paz, Cochabamba et Santa Cruz. En 1992, 8 villes dépassent les 100 000 habitants : La Paz, Santa Cruz, Cochabamba, Oruro, Potosí, Sucre, Tarija et Trinidad. Pendant cette période, si la hiérarchie urbaine n’a fondamentalement pas été bouleversée, les dynamiques urbaines ont en revanche été modifiées.

41Entre 1950 et le milieu des années 1980, les réformes agraires (1952) menées par les gouvernements militaires, suivies par la crise de l’activité minière (1985) ont favorisé l’urbanisation, mais en faisant converger vers les principales villes boliviennes des populations appauvries qui cherchaient refuge. La Paz a été le cas le plus emblématique de cette modalité de croissance, avec l’apparition brusque de quartiers illégaux, autoconstruits, dépourvus d’infrastructures et de services. Pour faire face à ces problèmes, avec l’aide du gouvernement central, les autorités municipales auront été acculées à commander un Plan de développement urbain à la fin des années 1970.

Illustration 18. Avec le déclin de l’exploitation des mines d’étain, la ville d’Oruro mise sur le tourisme, notamment grâce à son carnaval reconnu comme Patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco

Illustration 18. Avec le déclin de l’exploitation des mines d’étain, la ville d’Oruro mise sur le tourisme, notamment grâce à son carnaval reconnu comme Patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco

© IRD/S. Hardy

42Seule Santa Cruz, dont les campagnes ont bénéficié d’incitations au développement de fronts pionniers agricoles, a reçu pendant cette période des populations venues travailler dans une industrie agroalimentaire naissante. Dans ce contexte, il n’est pas anodin que durant cette période, le Comité des ouvrages publics de Santa Cruz ait commandé un Plan de régulation, qui aura été corrigé à plusieurs reprises, en fonction de la croissance urbaine (Sandoval et Ayllon, 1992).

43Entre 1992 et 2001, la hiérarchie urbaine bolivienne évolue globalement peu puisque 8 villes boliviennes, déjà les plus peuplées sur la période précédente, concentrent en 2001 72 % de la population urbaine. L’axe urbain La Paz, Cochabamba et Santa Cruz s’est même renforcé. Cependant, le fait urbain s’est profondément modifié pendant cette période. La Paz n’est plus la plus grande ville bolivienne. Elle a été supplantée par Santa Cruz (1 135 526 contre 793 293 habitants). Ce fait traduit la perte du dynamisme démographico-spatial de La Paz qui est confrontée à une baisse de son attractivité économique liée au non-renouvellement de ses activités industrielles et commerciales et au manque de terrains urbanisables. Mais il est à relativiser par l’entrée dans la hiérarchie urbaine d’une partie de son espace d’El Alto (649 958 habitants en 2001) qui devient une ville entre 1985 et 1988.

44D’ailleurs, la période couverte entre 1992 et 2001 marque l’émergence du phénomène des agglomérations urbaines en Bolivie. Associées, La Paz et El Alto constituent la première agglomération urbaine, talonnée de très près par l’agglomération de Santa Cruz (Santa Cruz, La Guardia, Cotoca, Montero) qui monte en puissance économique et démographique. La troisième agglomération bolivienne est composée des villes de Cochabamba, Quillacollo et Sacaba. À elles seules, ces trois agglomérations concentrent plus de 67 % de la population urbaine totale en 2001 (Montes De Oca, 2005). Les autres grandes villes boliviennes sont nettement moins peuplées et sont très dépendantes du dynamisme des activités économiques de leur espace : agricole pour Tarija, Sucre, Trinidad ; minier pour Potosí et Oruro. Quant à Cobija, sa position entre la frontière du Pérou et du Brésil en fait une ville très dépendante des échanges transfrontaliers et donc, des relations entre les États.

Notes

1 Direction générale de la promotion économique.

2 Recensement des activités industrielles réalisé par la Chambre départementale de l’industrie de La Paz.

3 Les Conquistadors ont fondé Notre-Dame de La Paz en 1548 sur l’Altiplano. Quelques mois plus tard, ils l’ont déplacée d’une quarantaine de kilomètres jusqu’à la vallée du torrent Choqueyapu, afin de protéger la ville de la rigueur du climat de l’Altiplano (bourrasques glaciales de vent, basses températures, précipitations neigeuses) qui avait alors endommagé les édifices et les cultures.

4 L’entreprise de navigation du lac Titicaca, l’entreprise ferroviaire La Paz-Guachi, la compagnie nationale d’aviation (LAB) autour de l’aéroport créé en 1935, la compagnie nationale du pétrole bolivien (YPFB).

5 Plan de développement urbain.

6 Voir par exemple, le cas des protestations du 8 septembre 2003 contre le formulaire dénommé Maya y Paya : ce projet de la Mairie devait conduire à une augmentation de la fiscalité locale (García Linera, 2006).

7 Dans cet ouvrage, sauf mention explicite, on fera toujours référence à la superficie urbanisée des municipalités, calculée en 2007 à partir de l’interprétation d’une image satellitale. En effet, en l’absence de limites municipales reconnues pour La Paz, la superficie totale (espaces urbanisés et espaces ruraux) annoncée par les documents issus de la municipalité de La Paz inclut parfois des espaces d’autres municipalités. En interprétant l’espace urbain à partir d’une image satellitale, on réussit partiellement à corriger ce problème.

8 À titre de comparaison, en 2012, Paris intra-muros a une superficie de 10 539 hectares (105,4 km²), 8 692,8 hectares sans les bois de Vincennes et de Boulogne.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Composition de la population de jour et population de nuit par municipalité
Légende Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Planche 5a
Légende Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Planche 5b
Légende Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 4. Estimation de la variation de la population entre la nuit et le jour dans l’agglomération pacénienne
Légende Sources : INE, 2001 ; GAMLP, 2007 ; Camara Departamental de Industria de La Paz, 2004 ; SEDUCA, 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Illustration 11. Place Pérez Velazco, point de rupture de charge pour les populations venant d’El Alto et La Paz
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Planche 6
Légende Sources : GAMLP, 2011 ; GAMEA, 2011
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Illustration 12. Déversement urbain du plateau alténien vers la municipalité d’Achocalla
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Illustration 13. Le paysage semi-urbain peu dense du quartier illégal Santa Rosa dans le district 6 d’El Alto
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Illustration 14. Chenalisation du Río Choqueyapu pour permettre la construction des voies nord-sud essentielles à l’urbanisation pacénienne
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Figure 5. Évolution de la population de La Paz, d’El Alto et de l’ensemble de l’agglomération entre 1950 et 2008
Légende Sources : INE, 2001 ; MONTES DE OCA, 2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Illustration 15. Sucre, une ville coloniale assoupie
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre L’évolution de la hiérarchie urbaine bolivienne
Légende Planche 7Source : INE, 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Illustration 16. Le Palais du gouverneur du département situé sur la place d’armes de Cochabamba réinvestit un bâtiment de style colonial
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Illustration 17. Potosí reste marquée par le Cerro Rico et l’exploitation de ses filons d’argent
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Illustration 18. Avec le déclin de l’exploitation des mines d’étain, la ville d’Oruro mise sur le tourisme, notamment grâce à son carnaval reconnu comme Patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco
Légende © IRD/S. Hardy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9753/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540