Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la vulnérabilité de l’agglomération de La Paz

 | 
Sébastien Hardy

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage qui restitue quelques résultats des activités de recherche scientifique menées dans le cadre du programme PACIVUR de l’Institut de recherche pour le développement a été réalisé avec le concours de très nombreuses personnes en Bolivie et en France, que je souhaite ici remercier.

2En premier lieu, je remercie les nombreux organismes publics et privés qui ont accepté de répondre aux enquêtes, de fournir des informations et des données pour la réalisation de cet ouvrage. Je suis conscient des contraintes qui pèsent sur les responsables de ces organismes dont les pas de temps sont très différents de ceux d’une équipe d’un projet de recherche. Mais grâce à leur participation, cet ouvrage peut restituer une recherche dont la ligne de mire est d’œuvrer, aussi modestement soit-il, au développement. Pour cela, la recherche a cherché à s’ancrer dans le concret en partant du fonctionnement quotidien de l’agglomération de La Paz, lequel nous a été transmis par ceux qui le connaissent bien, en particulier : EPSAS S.A., Autoridad de Fiscalización y Control Social de Electricidad, Camara Departamental de Industria de La Paz, SEDUCA, SEDES La Paz, INE, COLINA, SABENPE, TERSA, BRGM, Unidad de Bomberos de La Paz et Unidad de Bomberos d’El Alto (PNB).

3Les personnels de l’administration municipale de La Paz et de celle d’El Alto se sont tout particulièrement rendus disponibles pour collaborer aux travaux de recherche, sous des formes très diverses. Sans la forte implication de Marcelo Arroyo qui a su faire bouger les lignes au sein des services de la mairie de La Paz, sans l’aide de Carlos Condori du COE d’El Alto, cet atlas n’aurait probablement pas vu le jour, faute de données. Au-delà, je tiens à assurer de toute ma reconnaissance les maires de La Paz – Juan del Granado Cosio puis Luis Revilla Herrero – et le maire d’El Alto – Fanor Nava – qui ont accepté et autorisé avec beaucoup d’enthousiasme toute cette aventure dans l’agglomération. Ils m’ont fait confiance, alors même que je ne pouvais pas souvent garantir où déboucheraient les travaux.

4Par ses fonctions comme par sa fine compréhension de l’intérêt des travaux menés, Franklin Condori du Viceministerio de Defensa Civil m’a ouvert de très nombreuses portes, facilitant considérablement la collecte de données.

5Ma sincère gratitude s’adresse à toutes les personnes qui ont donné de leur temps, ont contribué avec leurs connaissances et qui d’une manière ou d’une autre, m’ont soutenu. Il s’agit parfois d’un simple habitant de l’agglomération rencontré lors d’une visite de terrain. L’échange que nous avons pu avoir lui aura peut-être semblé insignifiant, mais il aura sûrement contribué à nourrir la réflexion et les connaissances sur le fonctionnement quotidien de l’agglomération.

6Je remercie particulièrement les étudiants qui ont participé à ce projet de recherche. En effet, une des missions de l’IRD est de former des jeunes à la recherche par la recherche. Le projet de recherche mis en place à La Paz par l’équipe du programme PACIVUR a donc apporté un soin très scrupuleux à impliquer des étudiants dans les activités de recherche. D’une manière ou d’une autre, leurs travaux, dont les références apparaissent en bibliographie, ont contribué à alimenter le projet de recherche.

7Ces étudiants sont issus d’institutions boliviennes Diana Rojas Morales, Julia Sillo Condori, Adhemar Conde Cosme (Universidad Mayor de San Andrés) ; Yuly Ramirez Linachi, Paulino Tarqui (Universidad Mayor de El Alto) ou européennes Adrien Bourbon, Jean Vettraino (université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) ; Gauthier Chol, Jérémy Jégouzo (université Paul-Valéry-Montpellier 3) ; Vincent Préioni (université de Franche-Comté) ; Élodie Combaz, Kévin Pereira, Nicolas Pernet (université Aix-Marseille) ; Lucie Million (École nationale de travaux publics de l’État) ; Juliette Berger, Leïla Hamidi (université de Tours) ; Clément Kamouly (École normale supérieure de Lyon) ; Simon Gallais (université d’Orléans) ; Chloé Barret (université de Savoie) ; Michael Eichholz (Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn). Ils ont bénéficié de diverses bourses d’études, dont celles destinées aux étudiants andins de l’Institut français d’études andines. Leurs travaux sont essentiels car réunis, ils forment un ensemble cohérent de données et d’analyses qui permettent d’offrir l’éclairage que propose cet ouvrage sur l’agglomération de La Paz.

8La participation des étudiants a été rendue possible grâce à mes collègues universitaires, comme ceux de mon laboratoire Prodig ou ceux de Bolivie (Javier Nuñez-Villalba, Bertha Gozálvez, Godofredo Sandoval), qui ont joué un grand rôle en m’adressant et en co-encadrant ces étudiants.

9Patrick Pigeon, géographe de l’université de Savoie, ainsi que Pauline Gluski, Pascale Metzger, Pierre Vernier et Robert D’Ercole de l’équipe PACIVUR, ont contribué à l’élaboration de ce travail par leurs remarques critiques et constructives, leurs coups de main dans certains traitements et je les en remercie, de même que Yolande Cavallazzi qui a bien voulu relire le document final. Dominique Couret, géographe de l’IRD, a accordé beaucoup d’attention à mon travail et a formulé des suggestions afin de l’améliorer.

10Je tiens à témoigner toute ma reconnaissance au personnel de l’IRD : à la fois le personnel du siège, de la représentation en Bolivie et du centre France-Nord à Bondy. Chacun à son niveau a participé à cette recherche et a eu à cœur de déployer les missions de l’IRD. Le personnel administratif m’a permis de travailler sur place en mettant tout en œuvre, dans la mesure de ses moyens, pour que les conditions de cette recherche soient optimales. Le personnel technique m’a, de son côté, gratifié d’une aide multidimensionnelle, faite de compétences de très grande qualité accumulées dans le temps long de l’histoire de l’établissement. J’adresse en particulier mes profonds remerciements au service cartographie de l’IRD (Direction de l’information et de la culture scientifiques pour le Sud) : Marcia Mathieu de Andrade, Catherine Valton, Élisabeth Habert, Stéphanie Guislain et Éric Opigez. Que leur patience et leur professionnalisme soient aujourd’hui récompensés.

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540