Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Photographies

Texte intégral

La pêche aux Seychelles avant l’indépendance

La pêche aux Seychelles avant l’indépendance

Le port de pêche de Victoria dans les années 1960.
© Mr Fayon (Photo-Eden, Seychelles)

La pirogue et la senne de plage, encore en activité, depuis la plage de Beauvallon à Mahé.
© IRD/A. Fonteneau

Les trois espèces principales de thons tropicaux

Les trois espèces principales de thons tropicaux

L’albacore, Thunnus albacares (juvénile).
© Ifremer/O. Barbaroux

Le listao, Katsuwonus pelamis.
© Ifremer/O. Barbaroux

Le patudo, Thunnus obesus (juvénile).
© Ifremer/O. Barbaroux

1On doit noter la forte ressemblance entre les albacores et les patudos lorsqu’ils sont au stade juvénile.

2Ils sont souvent mal identifiés dans les statistiques de pêche commerciale, et seul un examen attentif par un scientifique entraîné permet de les distinguer sans erreur.

3Au stade adulte, en revanche, ils sont très différents, le patudo présentant une certaine obésité et ayant un oeil plus gros.

4Les trois poissons représentés ici sont à peu près de la même taille (50 à 60 cm), l’albacore et le patudo étant des juvéniles et le listao un adulte.

Moëllan-sur-Mer, restaurant du Moulin du Duc, le 30 octobre 1982 : réception réunissant le ministre seychellois du Plan et du Développement Maxime Ferrari (premier à partir de la droite) et le ministre français de la Mer Louis le Pensec (deuxième à partir de la droite).
On reconnaît de gauche à droite, à l’arrière-plan, MM. André Dhellemmes, PDG de la Cobrecaf, et Marcel Raynaud, PDG de Cofrepêche

Les compresseurs du senneur Yves de Kerguelen : une usine à froid qui est nécessaire pour maintenir à -18 °C les 1 000 tonnes de thons transportées par ce bateau.
© S. Lucas

Le commandant du Kerguelen, Daniel Robigou, faisant le point au sextant lors des premières prospections de senneurs, à l’époque où les bateaux recevaient des positions satellitaires mais n’étaient pas encore équipés de GPS.
© IRD/F. Marsac

Recherche visuelle des bancs de thons avec des jumelles, une activité qui a toujours été très importante dans la pêche à la senne.
© IRD/A. Fonteneau

Le senneur Yves de Kerguelen en escale au port de Victoria, avec son patron D. Robigou et B. Stéquert, chercheur de l’Orstom (devenu IRD).
© IRD/F. Marsac

Le port thonier de Victoria en décembre 1982, avec trois des quatre senneurs français qui ont réalisé la troisième campagne de prospection.
On notera à droite l’entrepôt frigorifique construit sur financement français pour les canneurs seychellois et inauguré en janvier 1980.
© IRD/B. Stéquert

Le port thonier de Victoria en 2012, avec à droite la conserverie qui occupe la majeure partie des infrastructures du port.
© IOT, Seychelles

Le pont du canneur espagnol Bahía de Santoña recouvert de thons après une pêche importante dans les eaux des Seychelles, en novembre 1981.
© IEO/J. L. Cort

Opération de pêche à la canne.
Les jets d’eau ont pour fonction de créer un écran fluide entre les pêcheurs et les thons.
L’opération de pêche elle-même ne dure qu’une dizaine de minutes.
© IEI/J. L. Cort

Les deux canneurs espagnols Bahia de Santoña (à gauche) et Nuevo Madre del Cantábrico (en bas) qui ont réalisé aux Seychelles des pêches exploratoires à la canne et à l’appât vivant en 1981 et 1982.
© IEO/J. L. Cort

© IEO/J. L. Cort

Scientifiques et pêcheurs ayant participé aux débuts de la pêche à la canne et à la senne aux Seychelles.
De gauche à droite : Joël Nageon de Lestang (SFA), Yannick Le Guirriec (patron du senneur Île de Sein), André Elissagaray (patron sardinier), José Luis Cort (IEO) et Angel Fuentes (représentant espagnol) devant les bureaux de l’Orstom en mars 1982.
© IRD/F. Marsac

Yannick Le Guirriec, commandant du senneur Île de Sein, dans la timonerie de ce bateau en 1981.
On notera le caractère sommaire des équipements qui étaient alors disponibles sur un senneur construit en 1970.
© IRD/B. Stéquert

Ronan Bargain à la passerelle du senneur français Trévignon II qu’il commande : on relévera le modernisme et la diversité des équipements électroniques et techniques actuellement utilisés sur ce type de senneurs.
©Y. Dizet

Les « salabardes », grandes épuisettes qui permettent de transférer les thons de la senne vers le senneur.
Les photos supérieures montrent les salabardes employées par le senneur Yves de Kerguelen en 1982, de petite capacité, manœuvrées manuellement et lentement à partir de l’annexe du senneur (le skiff).
La photo inférieure présente une salabarde moderne de plus grande capacité (près de 10 tonnes), manœuvrée de façon très rapide à partir d’un mât de charge.
© Ifremer/O. Barbaroux

Le senneur Yves de Kerguelen en prospection.
© IRD/F. Marsac

Appontage de l’hélicoptère de prospection Alouette 2 sur la passerelle du senneur Yves de Kerguelen.
© S. Lucas

Remontée de la senne sur la plage arrière des senneurs : à gauche, modèle rouge des premiers senneurs français, et à droite modèle noir actuel de tous les senneurs.
© Ifremer/O. Barbaroux

L’Île de Sein venant de larguer sa senne.
Ce petit senneur français de l’Armement coopératif finistérien, construit à Saint-Malo en 1970, a été le premier senneur européen à mener, dès novembre 1980, des prospections dans la zone des Seychelles.
Le succès rencontré par ces prospections sera en grande partie à l’origine du développement de la pêche thonière à la senne dans l’océan Indien.
© X. de Reviers

Le Txori Urdin, senneur espagnol construit en 1976, de retour de pêche avec les cuves pleines de thons congelés.
© S. Lucas

Senneurs remontant leur senne : une opération relativement lente et délicate, qui peut durer d’un peu moins de deux heures (pour un coup nul) à plusieurs heures, selon le volume de la capture.
L’efficacité fortement accrue des senneurs depuis vingt-cinq ans a beaucoup réduit la durée de cette opération et permis une hausse marquée des prises par coup de senne.
© S. Lucas

Capture de gros patudos par un senneur : ces thons, qui vivent en profondeur, sont ramenés en surface lors de la fermeture de la senne.
Sous l’effet d’une décompression rapide, leur estomac est rejeté par la gueule sous la pression de la vessie natatoire.
© R. Bargain

Exploitation d’une concentration de thons par sept senneurs en pêche dans une zone très réduite (correspondant au champ de la photo).
Une recherche efficace de ces concentrations conditionne largement les rendements des senneurs.
© S. Lucas

© Ifremer/O. Barbaroux

Dhonis, bateaux de pêche maldiviens traditionnels, sur lesquels les pêcheurs capturent des thons avec des cannes à pêche et de l’appât vivant conservé en vivier dans le fond de l’embarcation.
Ces bateaux, traditionnellement à voile, ont été actifs pendant des siècles.
Ils capturaient principalement des listaos.
© Ifremer/O. Barbaroux

Canneur maldivien de nouvelle génération.
Construits en plastique, d’une longueur de dix à vingt mètres, les canneurs de ce type remplacent peu à peu les dhonis traditionnels et ils pêchent de plus en plus sur des DCP ancrés.
© MRC/R. Jauharee

Tri des thons et des espèces accessoires sur le pont d’un senneur moderne, avant le transfert des thons vers les cuves de congélation.
© S. Lucas

© IRD/J.-P. Hallier

Fin de l’opération de pêche sur un senneur : les thons descendent par gravité dans une goulotte métallique.
Le transfert se termine dans une cuve contenant de la saumure à -18 °C.
© IRD/O. Maury

Image d’un sonar moderne affichant la position et la profondeur d’un gros banc de thons (150 tonnes d’albacores) en voie d’être capturé à la senne.
Les sonars de nouvelle génération introduits sur tous les senneurs au début des années 2000, à la fois précis et à longue portée, ont beaucoup facilité le travail des patrons des senneurs et amélioré leur efficacité.
© R. Bargain

© IRD/A. Fonteneau

Port de Victoria : après le débarquement, tri des thons par espèce et par catégorie de tailles par le personnel de la conserverie IOT.
© IRD/A. Fonteneau

Palangrier japonais en pêche au large des Seychelles.
Ces grands navires restent plusieurs mois en mer avant de revenir au Japon débarquer leurs captures de thons qui ont été congelées à sec à -40 °C pour le marché du sashimi.
© IRD/F. Marsac

Le senneur espagnol Txori Toki.
Construit en 2000 à l’initiative de Vasco Valdez, un « grand » de la pêche thonière, ce senneur, d’une longueur de 106 mètres et d’une capacité de plus de 2 000 tonnes de thons, est d’une redoutable efficacité.
Avec 22 000 tonnes de thons capturés en 2002, ce bateau mériterait de figurer dans le Guinness Book de la pêche thonière mondiale.
© IRD/A.Fonteneau

L’imagerie satellitaire joue un rôle important et croissant dans les prospections des senneurs modernes.
Ces bateaux reçoivent régulièrement sur les ordinateurs de bord des images de couleur de l’eau (signalant les zones enrichies en plancton végétal, base de la chaîne alimentaire) et des cartes de courants et de température de l’océan.
Ces informations, acquises en complément des connaissances sur les pêcheries historiques, sont très utiles aux senneurs pour prospecter les zones a priori les plus intéressantes

Navire auxiliaire d’un senneur espagnol.
Sa mission est de poser des objets flottants (DCP) et d’estimer les biomasses des thons observés sous ces DCP.
Le navire est ici ancré sur le mont sous-marin Coco de Mer pour y attirer les thons avec ses lampes puissantes et pour informer les senneurs espagnols lorsque de grandes quantités de thons s’y trouvent concentrées.
© IRD/F. Marsac

© IRD/A. Fonteneau

© IRD/A. Fonteneau

© IRD/A. Fonteneau

Fadio IRD Ifremer/ M.Taquet

Les DCP et leur technologie croissante : plusieurs milliers de DCP sont en permanence posés dans l’ouest de l’océan Indien par les senneurs et par leurs navires auxiliaires.
Ils sont ensuite suivis par leurs propriétaires durant des semaines, voire des mois, grâce à des balises électroniques amarrées à chaque radeau.
Ces DCP, construits en bambou, sont pour la plupart équipés de filets sous-marins qui en freinent la dérive et attirent les thons.
Actuellement, ces filets sont en voie d’être supprimés en raison des captures accidentelles de tortues et de requins qu’ils entraînent.
© IRD/A. Fonteneau

L’hélicoptère de prospection du senneur Yves de Kerguelen : il était efficace pour détecter les bancs de thons en surface dans les parages du senneur et pour faciliter leur capture, mais les coûts élevés de fonctionnement de ces appareils ont entraîné leur disparition progressive au début des années 1990, notamment lorsque sont apparus les radars à oiseaux.
© S. Lucas

La faune associée aux objets flottants, composée de plusieurs espèces de poissons en plus des thons, est visible sous le tronc d’arbre dont on perçoit la forme en arrière-plan du banc de poissons.
Les objets flottants qui dérivent naturellement à la surface sont fréquents dans l’océan Indien et ils ont beaucoup facilité les débuts de la pêche à la senne.
© Fadio-IRD-Ifremer/M. Taquet

Les radars à oiseaux : ces appareils, qui n’existaient pas lors des premières prospections des senneurs, se sont généralisés sur tous ces bateaux au début des années 1990.
Ces radars permettent d’identifier des vols d’oiseaux à grande distance, près de 20 kilomètres.
Les oiseaux sont fréquemment associés à des bancs de thons, puisqu’ils se partagent souvent les mêmes proies.
Leur localisation par radar permet donc aux senneurs de localiser des bancs de thons (libres ou associés à des objets flottants) et de les pêcher.
© IRD/J.-P. Hallier

La senne est refermée, le banc d’albacores va bientôt se retrouver dans la salabarde du senneur puis être congelé dans les cuves de saumure à -18 °C.
© Fadio-IRD-Ifremer/M. Taquet

Image satellitaire montrant la distribution de la chlorophylle de surface (le 26 février 2005) à l’ouest des Seychelles, deux semaines avant que débute l’exploitation d’une gigantesque concentration de thons, record mondial de densité thonière (en bleu : eaux pauvres en chlorophylle ; en rouge : eaux très riches ; en noir : nuages).
La position de la concentration de thons est délimitée par le tireté rouge.
Les équipages des senneurs avaient été informés de cette floraison exceptionnelle de phytoplancton qui laissait entrevoir le développement de toute une chaîne alimentaire et l’abondance de proies pour les thons dans les semaines qui allaient suivre (repris de Fonteneau et al., 2009).
© IRD/A. Demarcq

L’Amitié, navire de recherche de la SFA (23 m) qui a été équipé à la palangre lors de campagnes de prospection dans la ZEE des Seychelles.
© B.Wendling

Le Consolation, petit palangrier (9 m) appartenant à la flottille semi-industrielle des Seychelles.
© IRD/A. Fonteneau

Le moment critique : la senne est larguée pour encercler un banc de thons.
Le skiff, l’annexe du senneur, retient la senne pendant que le senneur la déroule le long d’un cercle de 1 800 mètres de circonférence.
Dans 50 % des calées sur bancs libres, le banc de thons parvient à s’échapper de la senne avant la fermeture de celle-ci, alors que 90 % des calées sur DCP sont positives.
© Ifremer/O. Barbaroux

© CTOI RTTP-IO/G. Moreno

Les deux canneurs espagnols, le Kermantxo (à gauche) et l’Aita Fraxku (à droite), qui ont réalisé durant plus de deux ans et avec une très grande efficacité, dans des conditions souvent imprévisibles et difficiles, les grands marquages de thons du programme de la CTOI financé par l’Union européenne.
© CTOI RTTP-IO/C. Alonso

La pêche de l’appât vivant avant de réaliser une opération de marquages de thons : l’appât vivant est attiré et concentré la nuit au lamparo au moyen de puissantes lampes immergées, puis pêché à la senne tournante et stocké vivant dans les viviers des canneurs.
© CTOI RTTP-IO/Y. Chocoloff

© CTOI RTTP-IO/J. Million

© CTOI RTTP-IO/J. Million

Une opération de pêche (à gauche) et de pose d’une marque spaghetti (à droite) sur un albacore par Jean-Pierre Hallier, directeur du programme de marquage.
© CTOI RTTP-IO/J. Million

Table des illustrations

Titre La pêche aux Seychelles avant l’indépendance
Légende Le port de pêche de Victoria dans les années 1960.© Mr Fayon (Photo-Eden, Seychelles)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende La pirogue et la senne de plage, encore en activité, depuis la plage de Beauvallon à Mahé.© IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Les trois espèces principales de thons tropicaux
Légende L’albacore, Thunnus albacares (juvénile).© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Le listao, Katsuwonus pelamis.© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Le patudo, Thunnus obesus (juvénile).© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Moëllan-sur-Mer, restaurant du Moulin du Duc, le 30 octobre 1982 : réception réunissant le ministre seychellois du Plan et du Développement Maxime Ferrari (premier à partir de la droite) et le ministre français de la Mer Louis le Pensec (deuxième à partir de la droite).On reconnaît de gauche à droite, à l’arrière-plan, MM. André Dhellemmes, PDG de la Cobrecaf, et Marcel Raynaud, PDG de Cofrepêche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Les compresseurs du senneur Yves de Kerguelen : une usine à froid qui est nécessaire pour maintenir à -18 °C les 1 000 tonnes de thons transportées par ce bateau.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Le commandant du Kerguelen, Daniel Robigou, faisant le point au sextant lors des premières prospections de senneurs, à l’époque où les bateaux recevaient des positions satellitaires mais n’étaient pas encore équipés de GPS.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Recherche visuelle des bancs de thons avec des jumelles, une activité qui a toujours été très importante dans la pêche à la senne.© IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Le senneur Yves de Kerguelen en escale au port de Victoria, avec son patron D. Robigou et B. Stéquert, chercheur de l’Orstom (devenu IRD).© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Le port thonier de Victoria en décembre 1982, avec trois des quatre senneurs français qui ont réalisé la troisième campagne de prospection.On notera à droite l’entrepôt frigorifique construit sur financement français pour les canneurs seychellois et inauguré en janvier 1980.© IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Le port thonier de Victoria en 2012, avec à droite la conserverie qui occupe la majeure partie des infrastructures du port.© IOT, Seychelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Légende Le pont du canneur espagnol Bahía de Santoña recouvert de thons après une pêche importante dans les eaux des Seychelles, en novembre 1981.© IEO/J. L. Cort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Légende Opération de pêche à la canne.Les jets d’eau ont pour fonction de créer un écran fluide entre les pêcheurs et les thons.L’opération de pêche elle-même ne dure qu’une dizaine de minutes.© IEI/J. L. Cort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Les deux canneurs espagnols Bahia de Santoña (à gauche) et Nuevo Madre del Cantábrico (en bas) qui ont réalisé aux Seychelles des pêches exploratoires à la canne et à l’appât vivant en 1981 et 1982.© IEO/J. L. Cort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende © IEO/J. L. Cort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende Scientifiques et pêcheurs ayant participé aux débuts de la pêche à la canne et à la senne aux Seychelles.De gauche à droite : Joël Nageon de Lestang (SFA), Yannick Le Guirriec (patron du senneur Île de Sein), André Elissagaray (patron sardinier), José Luis Cort (IEO) et Angel Fuentes (représentant espagnol) devant les bureaux de l’Orstom en mars 1982.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende Yannick Le Guirriec, commandant du senneur Île de Sein, dans la timonerie de ce bateau en 1981.On notera le caractère sommaire des équipements qui étaient alors disponibles sur un senneur construit en 1970.© IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Ronan Bargain à la passerelle du senneur français Trévignon II qu’il commande : on relévera le modernisme et la diversité des équipements électroniques et techniques actuellement utilisés sur ce type de senneurs.©Y. Dizet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende © S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende © S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Les « salabardes », grandes épuisettes qui permettent de transférer les thons de la senne vers le senneur.Les photos supérieures montrent les salabardes employées par le senneur Yves de Kerguelen en 1982, de petite capacité, manœuvrées manuellement et lentement à partir de l’annexe du senneur (le skiff).La photo inférieure présente une salabarde moderne de plus grande capacité (près de 10 tonnes), manœuvrée de façon très rapide à partir d’un mât de charge.© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Le senneur Yves de Kerguelen en prospection.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Appontage de l’hélicoptère de prospection Alouette 2 sur la passerelle du senneur Yves de Kerguelen.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende © S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Remontée de la senne sur la plage arrière des senneurs : à gauche, modèle rouge des premiers senneurs français, et à droite modèle noir actuel de tous les senneurs. © Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende L’Île de Sein venant de larguer sa senne.Ce petit senneur français de l’Armement coopératif finistérien, construit à Saint-Malo en 1970, a été le premier senneur européen à mener, dès novembre 1980, des prospections dans la zone des Seychelles.Le succès rencontré par ces prospections sera en grande partie à l’origine du développement de la pêche thonière à la senne dans l’océan Indien.© X. de Reviers
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Le Txori Urdin, senneur espagnol construit en 1976, de retour de pêche avec les cuves pleines de thons congelés.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende Senneurs remontant leur senne : une opération relativement lente et délicate, qui peut durer d’un peu moins de deux heures (pour un coup nul) à plusieurs heures, selon le volume de la capture.L’efficacité fortement accrue des senneurs depuis vingt-cinq ans a beaucoup réduit la durée de cette opération et permis une hausse marquée des prises par coup de senne.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Capture de gros patudos par un senneur : ces thons, qui vivent en profondeur, sont ramenés en surface lors de la fermeture de la senne.Sous l’effet d’une décompression rapide, leur estomac est rejeté par la gueule sous la pression de la vessie natatoire.© R. Bargain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende Exploitation d’une concentration de thons par sept senneurs en pêche dans une zone très réduite (correspondant au champ de la photo).Une recherche efficace de ces concentrations conditionne largement les rendements des senneurs.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende © Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Dhonis, bateaux de pêche maldiviens traditionnels, sur lesquels les pêcheurs capturent des thons avec des cannes à pêche et de l’appât vivant conservé en vivier dans le fond de l’embarcation.Ces bateaux, traditionnellement à voile, ont été actifs pendant des siècles.Ils capturaient principalement des listaos.© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Canneur maldivien de nouvelle génération.Construits en plastique, d’une longueur de dix à vingt mètres, les canneurs de ce type remplacent peu à peu les dhonis traditionnels et ils pêchent de plus en plus sur des DCP ancrés.© MRC/R. Jauharee
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Tri des thons et des espèces accessoires sur le pont d’un senneur moderne, avant le transfert des thons vers les cuves de congélation.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende © IRD/J.-P. Hallier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fin de l’opération de pêche sur un senneur : les thons descendent par gravité dans une goulotte métallique.Le transfert se termine dans une cuve contenant de la saumure à -18 °C.© IRD/O. Maury
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Image d’un sonar moderne affichant la position et la profondeur d’un gros banc de thons (150 tonnes d’albacores) en voie d’être capturé à la senne.Les sonars de nouvelle génération introduits sur tous les senneurs au début des années 2000, à la fois précis et à longue portée, ont beaucoup facilité le travail des patrons des senneurs et amélioré leur efficacité.© R. Bargain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende © IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Port de Victoria : après le débarquement, tri des thons par espèce et par catégorie de tailles par le personnel de la conserverie IOT.© IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Palangrier japonais en pêche au large des Seychelles.Ces grands navires restent plusieurs mois en mer avant de revenir au Japon débarquer leurs captures de thons qui ont été congelées à sec à -40 °C pour le marché du sashimi.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Le senneur espagnol Txori Toki.Construit en 2000 à l’initiative de Vasco Valdez, un « grand » de la pêche thonière, ce senneur, d’une longueur de 106 mètres et d’une capacité de plus de 2 000 tonnes de thons, est d’une redoutable efficacité.Avec 22 000 tonnes de thons capturés en 2002, ce bateau mériterait de figurer dans le Guinness Book de la pêche thonière mondiale.© IRD/A.Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende L’imagerie satellitaire joue un rôle important et croissant dans les prospections des senneurs modernes.Ces bateaux reçoivent régulièrement sur les ordinateurs de bord des images de couleur de l’eau (signalant les zones enrichies en plancton végétal, base de la chaîne alimentaire) et des cartes de courants et de température de l’océan.Ces informations, acquises en complément des connaissances sur les pêcheries historiques, sont très utiles aux senneurs pour prospecter les zones a priori les plus intéressantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Navire auxiliaire d’un senneur espagnol.Sa mission est de poser des objets flottants (DCP) et d’estimer les biomasses des thons observés sous ces DCP.Le navire est ici ancré sur le mont sous-marin Coco de Mer pour y attirer les thons avec ses lampes puissantes et pour informer les senneurs espagnols lorsque de grandes quantités de thons s’y trouvent concentrées.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende © IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende © IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende © IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fadio IRD Ifremer/ M.Taquet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Les DCP et leur technologie croissante : plusieurs milliers de DCP sont en permanence posés dans l’ouest de l’océan Indien par les senneurs et par leurs navires auxiliaires.Ils sont ensuite suivis par leurs propriétaires durant des semaines, voire des mois, grâce à des balises électroniques amarrées à chaque radeau.Ces DCP, construits en bambou, sont pour la plupart équipés de filets sous-marins qui en freinent la dérive et attirent les thons.Actuellement, ces filets sont en voie d’être supprimés en raison des captures accidentelles de tortues et de requins qu’ils entraînent.© IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende L’hélicoptère de prospection du senneur Yves de Kerguelen : il était efficace pour détecter les bancs de thons en surface dans les parages du senneur et pour faciliter leur capture, mais les coûts élevés de fonctionnement de ces appareils ont entraîné leur disparition progressive au début des années 1990, notamment lorsque sont apparus les radars à oiseaux.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende La faune associée aux objets flottants, composée de plusieurs espèces de poissons en plus des thons, est visible sous le tronc d’arbre dont on perçoit la forme en arrière-plan du banc de poissons.Les objets flottants qui dérivent naturellement à la surface sont fréquents dans l’océan Indien et ils ont beaucoup facilité les débuts de la pêche à la senne.© Fadio-IRD-Ifremer/M. Taquet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Les radars à oiseaux : ces appareils, qui n’existaient pas lors des premières prospections des senneurs, se sont généralisés sur tous ces bateaux au début des années 1990.Ces radars permettent d’identifier des vols d’oiseaux à grande distance, près de 20 kilomètres.Les oiseaux sont fréquemment associés à des bancs de thons, puisqu’ils se partagent souvent les mêmes proies.Leur localisation par radar permet donc aux senneurs de localiser des bancs de thons (libres ou associés à des objets flottants) et de les pêcher.© IRD/J.-P. Hallier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende La senne est refermée, le banc d’albacores va bientôt se retrouver dans la salabarde du senneur puis être congelé dans les cuves de saumure à -18 °C.© Fadio-IRD-Ifremer/M. Taquet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Légende Image satellitaire montrant la distribution de la chlorophylle de surface (le 26 février 2005) à l’ouest des Seychelles, deux semaines avant que débute l’exploitation d’une gigantesque concentration de thons, record mondial de densité thonière (en bleu : eaux pauvres en chlorophylle ; en rouge : eaux très riches ; en noir : nuages).La position de la concentration de thons est délimitée par le tireté rouge.Les équipages des senneurs avaient été informés de cette floraison exceptionnelle de phytoplancton qui laissait entrevoir le développement de toute une chaîne alimentaire et l’abondance de proies pour les thons dans les semaines qui allaient suivre (repris de Fonteneau et al., 2009).© IRD/A. Demarcq
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende L’Amitié, navire de recherche de la SFA (23 m) qui a été équipé à la palangre lors de campagnes de prospection dans la ZEE des Seychelles.© B.Wendling
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Le Consolation, petit palangrier (9 m) appartenant à la flottille semi-industrielle des Seychelles.© IRD/A. Fonteneau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Le moment critique : la senne est larguée pour encercler un banc de thons.Le skiff, l’annexe du senneur, retient la senne pendant que le senneur la déroule le long d’un cercle de 1 800 mètres de circonférence.Dans 50 % des calées sur bancs libres, le banc de thons parvient à s’échapper de la senne avant la fermeture de celle-ci, alors que 90 % des calées sur DCP sont positives.© Ifremer/O. Barbaroux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende © CTOI RTTP-IO/G. Moreno
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Les deux canneurs espagnols, le Kermantxo (à gauche) et l’Aita Fraxku (à droite), qui ont réalisé durant plus de deux ans et avec une très grande efficacité, dans des conditions souvent imprévisibles et difficiles, les grands marquages de thons du programme de la CTOI financé par l’Union européenne.© CTOI RTTP-IO/C. Alonso
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende La pêche de l’appât vivant avant de réaliser une opération de marquages de thons : l’appât vivant est attiré et concentré la nuit au lamparo au moyen de puissantes lampes immergées, puis pêché à la senne tournante et stocké vivant dans les viviers des canneurs.© CTOI RTTP-IO/Y. Chocoloff
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende © CTOI RTTP-IO/J. Million
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende © CTOI RTTP-IO/J. Million
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Une opération de pêche (à gauche) et de pose d’une marque spaghetti (à droite) sur un albacore par Jean-Pierre Hallier, directeur du programme de marquage.© CTOI RTTP-IO/J. Million
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9735/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540