Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Glossaire des termes techniques

Texte intégral

1Accores : zone limitrophe des plateaux continentaux ou des îles qui plonge rapidement à de grandes profondeurs.

2Balbaya : banc de thons concentré en subsurface, causant une agitation particulière et un changement de coloration de la surface de la mer.

3Banc libre : voir matte.

4Biomasse : poids des individus composant une population ; la biomasse d’un stock de thons est le poids qui serait mesuré par une balance si tous ses individus pouvaient y être posés.

5Brisant : banc de thons très visibles en surface par le bouillonnement de l’eau que les poissons causent par leurs sauts et leurs mouvements frénétiques et désordonnés.

6Calée : opération de pêche à la senne, coup de filet. Une calée est portante ou positive lorsqu’elle produit une capture, nulle dans le cas contraire.

7Chute (de la senne) : définit la hauteur de nappe du filet, qui est plus importante que la profondeur réelle atteinte par la senne car celle-ci n’est jamais parfaitement verticale une fois déployée. La vitesse de chute est la vitesse à laquelle la senne se déploie jusqu’à atteindre sa profondeur maximale.

8Coryphène : aussi appelé mahi-mahi. Poisson marin des eaux tropicales, au corps très comprimé latéralement et à nage rapide (il peut atteindre 70 km/h), passant toute sa vie dans les premiers mètres de l’océan. C’est un prédateur actif pourchassant des poissons volants, des calmars et des crustacés pélagiques. Il est très attiré par les objets flottants en surface et il est pratiquement toujours rencontré dans les prises des senneurs sur épaves dérivantes ou sur DCP.

9Coulisse : câble métallique passant dans des anneaux disposés sur le pourtour inférieur de la senne ; cette coulisse permet de refermer le bas d’une senne pour former une poche hémisphérique où les thons restent prisonniers.

10DCP : dispositif de concentration de poissons, construit par l’homme et déployé en mer pour tirer parti du comportement agrégatif des thons et former ainsi des bancs exploitables. Les DCP peuvent être ancrés sur le fond ou bien laissés en dérive, et jouent alors le même rôle que les épaves dérivantes (voir ce terme plus loin dans ce glossaire). Ces DCP dérivants sont le plus souvent des radeaux de bambous équipés de balises émettrices permettant au pêcheur de les retrouver.

11Degré baumé : mesure indirecte de concentration d’un composé d’un liquide, au travers de la densité. Dans les cuves des senneurs, il faut maintenir un certain niveau de concentration en sel pour éviter que la saumure ne gèle, car la température de cette saumure se situe autour de -17 °C.

12Démersal : définit des ressources marines qui vivent à proximité ou sur le fond de la mer.

13Effort de pêche effectif : désigne la pression réelle exercée par la flotte sur le stock, c’est-à-dire en prenant en compte les changements de son efficacité à pêcher les poissons. La mortalité par pêche que subit un stock de thons est proportionnelle à cet effort de pêche effectif.

14Effort de pêche nominal : désigne le nombre de jours de mer qui sont exercés par la flotte, cela sans prendre en compte les changements de son efficacité, généralement croissante, à pêcher les poissons.

15Électrolyse : décomposition d’un corps chimique à l’état liquide sous l’effet d’un courant électrique. La rotation de l’hélice d’un navire génère un courant électrique dans l’eau de mer qui, par électrolyse, va entraîner la corrosion des coques métalliques. Pour y remédier, on fixe des anodes en zinc sur la coque, ces anodes étant rongées en premier par la corrosion galvanique, protégeant ainsi la coque. Les anodes doivent donc être remplacées régulièrement et cela peut requérir le passage des navires en cale sèche.

16Épaves dérivantes : objets flottants naturels qui dérivent à la surface de l’océan sous l’effet des courants et sous lesquels se concentrent fréquemment et rapidement (parfois en l’espace de deux semaines) des bancs de thons. Les senneurs capturent ainsi parfois d’énormes bancs de thons pouvant atteindre plusieurs centaines de tonnes, et qui peuvent indifféremment se trouver sous des épaves de petite ou de grande taille.

17FIOM : Fonds d’intervention et d’organisation des marchés des produits de la pêche maritime et de la conchyliculture. Cet organisme parapublic français, devenu l’Ofimer (Office national interprofessionnel des produits de la mer et de l’aquaculture) avait pour mission d’optimiser en France les circuits de commercialisation des poissons.

18Force de Coriolis : force liée à la rotation de la Terre, qui s’observe sur tout corps en déplacement. Cette force porte vers la droite dans l’hémisphère nord et vers la gauche dans l’hémisphère sud. C’est cela qui explique, entre autres, que les vents de l’hémisphère nord, sur de grandes distances, décrivent une boucle tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, et que dans l’hémisphère sud, cette rotation s’exerce dans le sens anti-horaire. La force de Coriolis, qui est principalement considérée en météorologie et en océanographie, est nulle à l’équateur et s’accroît avec la latitude.

19Fouling : terme de marine utilisé pour désigner l’accumulation d’algues et de très petits individus fixés sur la coque ou dans les canalisations des navires. Le fouling de coque ralentit le navire, entraînant une surconsommation de carburant. Il peut également obstruer des vannes et des canalisations, ralentissant par exemple le flux de renouvellement de l’eau des viviers des canneurs.

20Gleure : terme non scientifique, souvent employé par les équipages des senneurs, et qui désigne une détection de matière vivante par le sondeur. Cette détection peut correspondre à des invertébrés marins ou à des petits poissons, c’est-à-dire à des proies potentielles pour les thons. L’abondance de gleure dans une zone est souvent un indicateur de présence des thons.

21Guyot : montagne sous-marine, d’origine volcanique. Les guyots à sommet aplati ont été émergés à un moment de leur histoire, soumis à l’érosion, puis se sont progressivement enfoncés lors de leur transport par la croûte océanique, en s’éloignant des dorsales océaniques. Certains guyots peuvent aussi être formés sur des points chauds, en dehors des dorsales.

22INN : Pêche « Illicite, Non reportée et Non réglementée » (IUU en anglais), une pratique condamnée par la réglementation maritime internationale. Dans le cas du thon, il s’agit de navires de pêche ne déclarant pas leurs captures aux organisations régionales de pêche (ORP), pêchant sans licences ou ne figurant pas sur les listes de navires autorisés à pêcher, établies par les ORP thonières.

23Marquage ultrasonique : technique de suivi des mouvements des thons utilisant des marques placées sur le dos des poissons et émettant des ultrasons décodés par un récepteur. Le récepteur décode les informations qui renseignent sur la profondeur de nage et le cap suivi, ou tout simplement la présence du poisson dans un rayon de réception qui est de l’ordre de 500 – 800 m. Le récepteur est soit placé sur un navire qui se déplace à la poursuite du poisson marqué, soit installé sur un DCP pour mesurer la durée d’association de ce poisson au DCP. Chaque marque émet à une fréquence qui est unique pour pouvoir distinguer les individus entre eux.

24Matte : terme souvent employé par les équipages des senneurs pour désigner un banc de thons, qui en général nage librement sans être associé à un objet flottant.

25Payao : mot philippin employé pour désigner les radeaux attracteurs de thons ancrés sur le fond, parfois en haute mer.

26Power block : grosse poulie motorisée mobile et puissante, construite en aluminium et garnie de caoutchouc rugueux, située en haut du mât de charge principal des senneurs. Ce power block est indispensable pour remonter la senne à bord des thoniers. C’est un pêcheur croate, Mario Puretic, qui a inventé en 1953 cet accessoire qui a joué un rôle essentiel dans le développement mondial de la pêche des thons à la senne, puisque pratiquement tous les senneurs utilisent encore ce dispositif technique très efficace.

27Recrutement : nombre de poissons qui deviennent vulnérables dans une pêcherie chaque année du fait de la croissance et de la migration dans la zone exploitée.

28Salabarde : énorme épuisette soutenue par un câble métallique et manœuvrée par le senneur grâce à un treuil puissant. La salabarde permet de sortir les thons de la senne, puis de les mettre dans les cuves du senneur où ils seront rapidement congelés. Une salabarde moderne de grand senneur contient plus de cinq tonnes de thons, alors que les petites salabardes utilisées dans les années 1980 contenaient moins de deux tonnes de thons.

29SCRS : sigle anglais du Comité permanent pour la recherche et les statistiques, organe scientifique de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA en français, ICCAT en anglais). Le SCRS est chargé d’élaborer et de recommander à la Commission toutes les directives et procédures aux fins de la collecte, la compilation, l’analyse et la dissémination des statistiques halieutiques. Son équivalent à la CTOI est le Comité scientifique.

30Skiff : ce terme désigne le gros canot des senneurs qui est largué au moment où le senneur s’élance pour encercler le banc de thons. La partie avant du filet est amarrée au skiff, que celui-ci passe au senneur lorsque le banc est encerclé et que le senneur revient à son point de départ.

31Tropisme : caractérise une réaction face à un stimulus. On parle d’un tropisme négatif lorsque, par exemple, les poissons tendent à fuir la lumière. En fait, la majorité des poissons pélagiques manifestent un tropisme positif à la lumière, et ils présentent, de nuit, un comportement d’attraction vers toute source lumineuse, ce qui peut faciliter leur capture.

32Virage : action de ramener un engin à bord du navire (une senne, une palangre) durant une opération de pêche.

33Visqueux (stock de poisson) : on désigne ainsi une ressource marine ayant une vaste distribution géographique, mais qui est peu mobile, avec des déplacements lents et de faible amplitude. Une pêcherie exploitant une telle ressource provoquera une baisse locale d’abondance de la ressource, qui n’affectera pas les zones lointaines. Au contraire, l’exploitation d’un stock de poissons très migrateurs, une ressource « fluide », aura des effets négatifs moindres sur la biomasse locale, mais ces effets négatifs auront des répercussions sur l’ensemble du stock.

34XBT : « eXpendable BathyThermograph ». C’est une sonde plombée largable, dotée d’un capteur qui mesure la température de la mer pendant la plongée de la sonde. La mesure est transmise en temps réel à un récepteur situé à bord du navire, au moyen d’un fil de cuivre extrêmement fin qui se déroule depuis le lanceur. La sonde mesure la température de 0 à 800 mètres de profondeur, par intervalles de 3 mètres. L’enregistrement est interrompu par la rupture du fil de cuivre et la sonde se perd dans les profondeurs de l’océan.

35ZEE : zone économique exclusive. Espace maritime sur lequel un État côtier exerce des droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. Elle s’étend à partir de la limite extérieure de la mer territoriale de l’État jusqu’à 200 milles de ses côtes au maximum. La notion de ZEE trouve son fondement juridique dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (ou Convention dite de Montego Bay) signée le 10 décembre 1982.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540