Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Chapitre 8. Le développement exceptionnel de la pêche au thon aux Seychelles et dans l’océan Indien (1984-2008)

Texte intégral

1La pêche thonière pratiquée avec de grands navires océaniques a débuté au début des années 1950 dans l’océan Indien (comme d’ailleurs dans l’Atlantique et le Pacifique). Essentiellement le fait de flottilles palangrières asiatiques, la production a crû à un rythme très modeste jusqu’en 1968 pour se stabiliser ensuite jusqu’au début des années 1980. C’est à cette date qu’apparurent les premiers senneurs, d’origine européenne, en provenance de l’Atlantique. Le flux massif de senneurs qui s’ensuivit propulsa la production de manière soutenue pendant vingt ans jusqu’à des niveaux record, autour de 1,2 million de tonnes, atteints de 2004 à 2006 (fig. 8-1)

  • 1 La seule exception notoire étant le thon rouge du Sud, un thon tempéré de haute valeur marchande, (...)

2Le point surprenant est que ces fortes prises n’ont pas entraîné de surexploitation prononcée des principaux stocks de thons1. Les analyses récentes du comité scientifique de la CTOI concluent à une pleine exploitation des ressources thonières de la région. L’effort de pêche exercé en 2008 se situait à des niveaux voisins de celui à même de produire la prise maximale équilibrée (PME), et cela pour tous les stocks, à l’exception peut-être du listao. Les pêcheries thonières de l’ouest de l’océan Indien sont donc passées d’une situation de stocks encore largement sous-exploités en 1980 (la région ne fournissait que 5 % des prises mondiales de thons) à une situation de pleine exploitation au milieu des années 2000, durant lesquelles la partie occidentale de l’océan Indien a fourni de 20 à 25 % de la production mondiale !

Figure 8-1. Prises de thons par espèce dans l’ouest de l’océan Indien

Les grands traits du développement de la pêche thonière aux Seychelles

La signature d’accords de pêche

3Très peu de temps après l’indépendance, les Seychelles ont signé des accords de pêche avec des pays industrialisés qui souhaitaient exploiter avec leurs thoniers de haute mer, la ZEE* délimitée dès février 1978. Ces accords de pêche concernaient tout d’abord les palangriers de pays asiatiques (Japon, Corée, Taïwan), c’est-à-dire des flottilles qui avaient déjà pêché dans la région des Seychelles bien avant l’instauration de la ZEE.

4Des accords de pêche furent aussi signés pour les senneurs qui, au début des années 1980, avaient quitté l’océan Atlantique pour venir exploiter l’ouest de l’océan Indien. Ce fut le cas, dans l’ordre chronologique, avec le gouvernement espagnol en octobre 1983, la Communauté européenne en janvier 1984, les armements ivoiriens en février 1984, puis avec ceux de Panama en mars 1984. Les accords de pêche avec les senneurs furent renouvelés en permanence selon des modalités diverses, permettant l’accès de ces flottilles à la ZEE des Seychelles moyennant des conditions logistiques et financières et des obligations qui ont varié dans le temps et selon les pays. L’accord avec la Communauté européenne a toujours été, et de loin, le plus important. Les accords de pêche des senneurs ont globalement bien fonctionné depuis les années 1980, avec en particulier un bon suivi statistique des efforts de pêche et des prises par espèces de toutes ces flottilles. La qualité de ce suivi a reposé sur les livres de bord récoltés et analysés par la SFA (Seychelles Fishing Authority), couvrant quasiment 100 % des activités des flottilles, et sur un très bon échantillonnage permanent des tailles capturées pour chaque espèce. Ces accords ont aussi fourni chaque année aux Seychelles une lucrative source de devises étrangères, sans risques financiers et sans gros investissements.

La mise en place d’une flottille sous pavillon seychellois

5La pêche thonière aux Seychelles a toujours été dominée par la production des flottilles étrangères. Cela étant, des thoniers sous pavillon seychellois, très hétérogènes quant à leur nature et leurs performances, ont été en activité depuis 1980 dans le cadre de plusieurs projets. Ces différentes expériences sont exposées dans les paragraphes suivants.

DES DÉBUTS MARQUÉS PAR DES ÉCHECS RÉPÉTÉS

6On se rappellera tout d’abord la malheureuse tentative des quatre canneurs seychellois de la Soget durant la période allant de décembre 1979 à mars 1981, présentée au chapitre 3 et qui aboutit à un total échec économique. Ces canneurs, revendus à un armement franco-indonésien, subirent quelques réaménagements techniques et entamèrent une seconde vie en produisant de bons rendements, ceux-là même qui avaient été escomptés aux Seychelles !

7La deuxième tentative de pêche industrielle seychelloise fut menée de fin 1984 à début 1986 avec le palangrier Seykor n° 1. Elle sera rapidement relatée au chapitre 10.

8La troisième tentative de mise en place d’une flottille thonière seychelloise date de la fin des années 1980, avec la construction en France d’un senneur de type méditerranéen qui devait ensuite rallier les Seychelles. Baptisé Coxe, le premier senneur seychellois était un hommage à José Basurco (dont c’était le surnom), un entrepreneur convaincu et passionné qui avait consacré beaucoup d’énergie à lancer la pêche industrielle aux Seychelles (cf. chap. 4). Ce projet subit une première interruption inattendue avec l’incendie du navire, alors en chantier, en août 1989. Mais un second senneur, le Spirit of Coxe, fut construit et arriva aux Seychelles en juin 1991.

9Ce senneur était d’une conception très différente de celle des senneurs tropicaux classiques : d’une taille d’environ 40 mètres, donc beaucoup plus petit que les senneurs présents sur la zone, il était construit en polyester et il avait, en guise de corne de power block*, une grue articulée (portant ce même power block) qui fut d’ailleurs la cause de nombreux problèmes. Après une première année ponctuée de nombreux incidents techniques, il ne fut malheureusement jamais en mesure de capturer efficacement les bancs de thons. Après avoir entraîné de lourdes pertes financières au SMB (Seychelles Marketing Board) qui en était le propriétaire (il avait coûté plus de 32 millions de roupies, soit 7,7 millions d’euros), il repartit en Méditerranée, vendu à des pêcheurs français de thon rouge. On notera que, comme dans le cas des canneurs, ce bateau obtint de bons rendements durant sa deuxième vie. On ignore quelle a été la motivation pour recommander ce type de senneur, qui n’était pas conçu pour travailler dans l’océan Indien, notamment lorsque les conditions de mer se détériorent en période de mousson. Le contexte est radicalement différent en Méditerranée, avec une saison de pêche limitée à la période printanière et estivale. L’alternative eût été de reprendre un senneur récent de taille moyenne analogue aux senneurs opérant dans la région. En tout cas, cette tentative de senneur seychellois fut un cuisant échec.

Le Spirit of Coxe, juin 1991, senneur seychellois de type méditerranéen.
© IRD/F. Marsac

  • 2 On exclura de ces flottilles nationales les thoniers passant sous pavillon du pays, ces bateaux re (...)

10L’arrêt prématuré de ce senneur marqua la fin des ambitions seychelloises de créer un véritable armement thonier national composé de canneurs ou de senneurs. Cet abandon n’est pas véritablement surprenant, car il s’avère extrêmement difficile pour un petit pays de mettre en place de telles flottilles en raison des énormes moyens humains et financiers qu’elles requièrent (plusieurs dizaines de millions d’euros d’investissement). Il faut en effet être en mesure de faire face à des risques financiers considérables, par exemple durant les inévitables périodes de faibles captures, ou lorsque le marché international du thon est au plus bas. Les grands pays pêcheurs comme la France, l’Espagne et ensuite l’UE ont largement bénéficié de subventions importantes ayant aidé à la construction des navires, à leur fonctionnement et à l’exploration de zones nouvelles. Les problèmes liés au bon fonctionnement d’une flottille de thoniers sont amplifiés dans un petit pays comme les Seychelles, où les ressources financières sont limitées et où le vivier en capitaines et chefs mécaniciens pour de tels navires est encore peu développé. Ces inévitables difficultés financières et logistiques expliquent donc que très peu de petits pays aient été à même de développer des flottilles thonières nationales2, quand bien même ils étaient situés très favorablement par rapport aux zones de pêche et dotés, comme les Seychelles, d’une grande ZEE riche en thons.

LE SUCCÈS DE LA PÊCHE PALANGRIÈRE SEMI-INDUSTRIELLE

11Une autre composante de la flottille thonière seychelloise a été développée, cette fois avec succès, à partir de 1995. Il s’agit de petits palangriers semi-industriels d’une taille maximale de 23 mètres entièrement menés par des équipages seychellois, basés à Victoria et pêchant dans la ZEE. On retiendra que les premiers essais ont été réalisés par la SFA de mars 1994 à mars 1995, au moyen de l’Etelis, son navire de recherche. Long de 18 mètres, ce bateau fut armé à la palangre avec une ligne en monofilament.

12Les dix premières campagnes en 1994 ont permis de capturer 12 tonnes de poissons, avec un rendement moyen qui était déjà satisfaisant. Les campagnes suivantes, réalisées du 28 janvier au 9 mars 1995 avec l’assistance d’un capitaine de La Réunion, ont produit 17 tonnes de thons et d’espadons avec un rendement encore amélioré. Ces premières prospections avaient un caractère très exploratoire, du fait que l’équipement de pêche de l’Etelis était alors loin d’être optimal, et que jamais des pêches de ce type n’avaient encore été menées sur des palangriers locaux et avec des marins seychellois. Pour autant, le bilan fut très encourageant, les rendements de 1995 étant par exemple bien supérieurs à ceux obtenus à La Réunion par le même type de navire. Les enseignements techniques ont donc ensuite ouvert la voie au déploiement d’une petite flottille de palangriers semi-industriels seychellois, composée de navires finalement assez voisins de l’Etelis.

L’Etelis, navire de la SFA construit au Japon, qui a réalisé en 1994 et 1995 les premières campagnes de pêche à la palangre menées localement par un bateau et un équipage seychellois.
© SFA

13Cette flottille a atteint un effectif maximum de 12 palangriers en 2002, mais un fâcheux événement survenu en 2003 a fortement ralenti les activités de pêche et entraîné une réduction de moitié de la flottille. Des taux de cadmium dépassant les seuils en vigueur dans l’Union européenne (UE) furent détectés sur un lot d’espadons exporté au Royaume-Uni. Le gouvernement seychellois imposa des restrictions sur la production de sa flottille palangrière, tout en effectuant des analyses complémentaires et en examinant la situation chez les autres pays producteurs. En octobre 2004, l’UE décida un embargo sur les importations d’espadons en provenance des Seychelles, mettant en péril la viabilité de la flottille car l’espadon représentait de 50 à 80 % des captures selon les années. Le résultat des investigations ayant confirmé que les seuils réglementaires n’étaient pas applicables à l’espadon, de nouveaux seuils furent mis en place et, ce faisant, le produit seychellois redevenait conforme. L’embargo fut donc levé en février 2005. Malgré la reprise des exportations vers le marché européen, le nombre de palangriers ne retourna pas au niveau des années 2001-2002. Il a depuis oscillé entre quatre et neuf navires. Cette flottille cible, encore aujourd’hui, l’espadon (50-60 % des captures) et, de manière secondaire, les thons (albacores et patudos, 30 %) pour de l’exportation en poissons frais (fig. 8-2). Quelques palangriers avaient commencé à cibler les requins durant la période d’embargo et poursuivirent cette activité même après la réouverture du marché européen. Afin de pallier un éventuel accroissement de la pêche sur les requins, dont plusieurs espèces sont connues pour être menacées, le gouvernement seychellois supprima en septembre 2008 l’abattement sur le carburant pour les navires dont les prises étaient composées de plus de 15 % de requins.

Figure 8-2. Nombre de palangriers seychellois de la flottille semi-industrielle en activité au port de Victoria et prise annuelle totale de cette flottille (données SFA)

14Bien que les captures annuelles de cette flotte aient toujours été modestes par rapport à la production des senneurs – un maximum de 500 tonnes en 1999 et une stabilisation autour de 200-300 tonnes depuis 2005 –, il est certain que cette pêcherie est très intéressante pour les Seychelles sur le plan socio-économique. Elle est soutenue par des investisseurs seychellois, crée des emplois 100 % locaux, produit du poisson de très haute qualité pour les restaurants du pays et, de plus, exporte vers le marché européen.

DES THONIERS EUROPÉENS ET DE LA CHINE DE TAIPEI SOUS PAVILLON SEYCHELLOIS

15Dans les années récentes, les flottilles actives sous pavillon seychellois appartiennent à des armements étrangers (français, espagnols ou chinois de Taipei), qui utilisent ce pavillon de deux manières. Tout d’abord, les palangriers chinoistaïwanais sous registre international pêchent souvent très loin de la zone des Seychelles (jusqu’à la mer d’Arabie et l’océan Indien Est) et transbordent leurs captures en haute mer sur des cargos. De fait, localement, ils ne génèrent pas d’activité économique significative. La Seychelles Fishing Authority (SFA) suit les positions de ces palangriers en temps réel, par satellite, mais se heurte à des problèmes logistiques pour récupérer l’intégralité des captures de cette flottille dans les différentes zones où elle opère. Ces navires subissent une inspection par les autorités seychelloises tous les deux ans. Au travers de ce pavillon seychellois offert aux armateurs étrangers, les Seychelles espèrent jouer un rôle plus important qu’il n’est à l’heure actuelle dans cette pêcherie. Les senneurs européens ont bénéficié aussi d’un arrangement similaire, mais contrairement au cas précédemment évoqué, ces senneurs mènent leurs activités de pêche dans la région des Seychelles, débarquent l’essentiel de leurs captures à Victoria (en générant des emplois locaux) et contribuent à alimenter en thons la conserverie locale. La SFA effectue un suivi satellitaire des positions de la flottille et un suivi statistique des activités et des captures de ces bateaux. Les chiffres ainsi obtenus sont ensuite soumis par la SFA à la CTOI (pour les senneurs et les palangriers). Le principal intérêt pour les armements européens de demander le pavillon des Seychelles est de permettre un accroissement de leurs flottilles, en échappant au gel de l’effort de pêche imposé par l’Union européenne pour les pays dont la capacité de pêche est jugée excessive dans l’océan Indien.

16On note ainsi que ces flottilles thonières sous pavillon seychellois sont devenues importantes depuis le début des années 2000, avec 25 palangriers et une douzaine de grands senneurs pêchant sous ce pavillon. Elles ont réalisé des prises significatives dans les années 2000 atteignant par exemple en 2005 des chiffres record de 15 000 tonnes pour les palangriers et de 87 500 tonnes pour les senneurs.

Victoria, premier port thonier de l’océan Indien et l’un des tout premiers au plan mondial

17L’industrie thonière mondiale a eu rapidement les yeux fixés vers ce petit archipel de l’océan Indien. Le choix des Seychelles comme base opérationnelle des thoniers senneurs s’est vite avéré d’une logique imparable car soutenu par une évidence, la proximité des principales zones de pêche identifiées dès l’issue des campagnes exploratoires. Il est bien connu que le pire ennemi de la rentabilité des senneurs océaniques est toujours le temps de route, un temps mort passé à rejoindre les zones de pêche, ou à en revenir en fin de marée pour débarquer ses captures et procéder aux relèves d’équipage. La carte de la figure 8-3 montre bien que les Seychelles sont positionnées au centre de gravité des zones de pêche du thon à la senne dans l’ouest de l’océan Indien.

Figure 8-3. Zones de pêche des senneurs durant la période 1983-2008, zone économique exclusive des Seychelles et principaux ports de débarquement des senneurs dans la région

18Ainsi, très peu de ports de la région peuvent concurrencer sérieusement Victoria, au moins sur le plan géographique : Antsiranana à Madagascar et Mombasa au Kenya peuvent présenter un certain intérêt pour débarquer les pêches réalisées saisonnièrement dans le canal de Mozambique, où à proximité des côtes d’Afrique de l’Est, mais ces ports restent excentrés du cœur des zones de pêche. Il en va de même de Port-Louis, à l’île Maurice : malgré l’existence d’infrastructures portuaires et aéroportuaires parmi les meilleures de la région, la grande distance qui sépare le port des zones de pêche en limite l’intérêt pour les senneurs. Ces ports constituent en revanche des points d’appui de choix pour des opérations de carénage, de maintenance ou en cas de panne sérieuse. La proximité entre zones de pêche et port de débarquement constitue donc un critère essentiel dans le choix d’une base permanente pour les thoniers senneurs, et cela quelle que soit leur taille, car les temps de route sont totalement contreproductifs, tout particulièrement durant les périodes de fortes captures. Cela explique que tous les senneurs européens aient choisi Victoria comme base initiale et l’aient conservé par la suite, compte tenu de l’amélioration croissante de ses services portuaires et du maintien de rendements de pêche très positifs dans la région des Seychelles, au-delà même des limites de la ZEE. C’est finalement ce contexte halieutique, économique et stratégique très favorable des Seychelles qui explique qu’en l’espace d’une vingtaine d’années, Victoria soit devenu l’un des tout premiers ports thoniers au monde, avec des transits ou débarquements de thons dépassant parfois 300 000 tonnes annuellement, une évolution que personne n’avait envisagée en 1980, à l’aube de l’épopée thonière.

La richesse thonière de la zone économique exclusive des Seychelles

19La ZEE des Seychelles, compte tenu de sa grande taille et de sa position au cœur de systèmes océaniques productifs, produit chaque année et de manière régulière des tonnages importants en thons présentés figure 8-4.

Figure 8-4. Prises annuelles totales (senneurs et palangriers) estimées dans la ZEE des Seychelles.

Canneur maldivien de nouvelle génération, qui a depuis peu largement remplacé les traditionnels dhonis.
© MRC/R. Jauharee

20Les prises annuelles dans la ZEE des Seychelles, combinant celles des palangriers et des senneurs, se situaient autour de 62 000 tonnes durant les vingt dernières années, les espèces principales étant l’albacore (en moyenne 54 % des prises), le listao (32 %) et le patudo (12 %). Les senneurs contribuent à plus de 80 % de cette production. Il est possible que les captures de thons attribuées à la ZEE des Seychelles restent quelque peu sous-estimées pour les deux engins, du fait de probables sous-déclarations, notamment lorsque les navires opèrent en bordure de ZEE. S’ajoute à cela la pêche illégale pratiquée par des navires opérant sans licences (qualifiés de INN, ou « illicite, non reportée et non réglementée »). Ces prises moyennes de thons au sein de la ZEE des Seychelles obtiennent une médaille d’argent sur le plan régional, la médaille d’or des captures intra-ZEE revenant aux îles Maldives, un pays dont les pêcheries locales ont capturé annuellement jusqu’à 140 000 tonnes de thons (en grande majorité du listao), et ce dans une ZEE moins vaste (923 000 km2) que celle des Seychelles, mais située sur l’équateur, à la frontière des zones est et ouest de l’océan Indien.

21Rapporter les prises à une unité de surface exploitée sert d’indicateur de richesse en thons. La figure 8-5 représente cet indicateur pour les cinq principales zones de pêche thonière océaniques. Durant la période 1996-2005, les bassins occidentaux du Pacifique équatorial et de l’océan Indien se partagent la première place. Certes, les prises totales de thons tropicaux sont beaucoup plus importantes dans le Pacifique Ouest, mais elles s’étendent sur une surface beaucoup plus vaste.

22Les causes biologiques et les secrets de cette grande richesse en thons de la région ne sont pas encore pleinement élucidés, mais cette productivité exceptionnelle est maintenant bien prouvée après une quinzaine d’années de pêche soutenue. Cette richesse en thons de la région pourrait être durable si la pêcherie était gérée à son niveau optimal.

Figure 8-5. Prises moyennes de thons tropicaux (par espèce) par unité de surface (en tonnes par million de km2) dans les cinq principales zones de pêche équatoriale classées en ordre décroissant, au cours de la période 1996-2005

Évolution des flottilles et des activités de transbordement

Les progrès technologiques des senneurs

23Le maintien de l’efficacité et des hauts rendements de la pêcherie à la senne de l’océan Indien n’a été rendu possible que grâce aux multiples perfectionnements techniques qui ont été apportés à ces flottilles. Les premiers senneurs arrivés aux Seychelles au début des années 1980 étaient tous dotés de la technologie traditionnelle alors utilisée par les senneurs de l’Atlantique. Le développement d’une pêche efficace dans l’océan Indien n’a été rendu possible que par un ensemble d’améliorations techniques majeures dans les bateaux, leurs équipements de pêche et les sennes qu’ils utilisent. Les sennes françaises actuelles n’ont plus rien à voir avec celles des années 1980 : elles sont manœuvrées beaucoup plus rapidement avec un gain de temps d’environ 30 à 40 %, elles se ferment souvent à plus de 200 mètres de profondeur, au lieu des 70 ou 80 mètres qui étaient observés à la fin des années 1970. Les senneurs pêchant actuellement dans l’océan Indien sont ainsi capables de capturer rapidement de très gros bancs de thons. Il est désormais possible de réaliser une prise de 200 tonnes de thons en un seul coup de filet, ce qui était difficilement envisageable en 1980. Si la mutation vers des sennes plus performantes a concerné l’ensemble de la flottille, on doit se rappeler que ce changement, coûteux et risqué a été très délicat et assez long à mettre en œuvre (plus d’une décennie). Ces sennes à fermeture profonde étaient déjà utilisées par les pêcheurs japonais opérant dans le Pacifique Ouest, une zone où la thermocline très profonde imposait des filets se fermant vers 250 mètres de profondeur. Il y avait malgré tout chez les armements français de fortes réticences pour s’engager les premiers dans cette voie non dépourvue de risques financiers. Cependant, les patrons de pêche avaient bien conscience que la grande rapidité de nage des thons de l’océan Indien, la clarté des eaux et la profondeur variable de la thermocline dans l’ensemble de la région imposaient des modifications drastiques des filets alors utilisés dans l’Atlantique.

24Curieusement, ce problème de la profondeur de fermeture des sennes avait été bien identifié avant même les premières pêches à la senne dans la région : on en retrouve par exemple la trace dans des courriers échangés en mai et juin 1977 entre un chercheur américain de la NOAA, Richard Shomura, et John Tarbit, un scientifique du ministère seychellois de l’Agriculture et des Pêches. Suite à ces courriers et aux documents joints, les autorités seychelloises disposaient déjà en 1977 d’informations techniques précises sur les modifications qui pourraient être apportées aux sennes pour leur permettre de pêcher efficacement en situation d’eaux claires et de thermocline plus profonde que dans les secteurs traditionnels de l’Atlantique Est et du Pacifique Est. Il semble toutefois que ces précieuses informations aient été remisées puis oubliées et qu’elles n’aient pas été prises en considération lors du montage des projets thoniers.

25Les changements de configuration des sennes débutèrent au milieu des années 1980, à la suite d’initiatives de certains patrons ayant pêché dans d’autres océans dans des conditions similaires à celles de l’océan Indien.

Remontée de la senne à bord du Kerguelen.
© S. Lucas

26D’autres progrès technologiques majeurs ont marqué l’histoire récente des senneurs, notamment les radars à oiseaux installés sur tous ces bateaux dès la fin des années 1980. Par leur capacité à détecter un petit groupe d’oiseaux associés à un banc de thons à plus de vingt kilomètres de distance, ces radars ont considérablement accru les capacités de repérage des bancs et donc la puissance de pêche des navires. Les sonars à grande portée, mis en œuvre au début des années 2000 sur tous les senneurs, ont aussi contribué à l’augmentation de l’efficacité de ces derniers, puisqu’ils leur permettent désormais de « visualiser » des bancs de thons profonds à une distance de plusieurs kilomètres.

27Il serait trop long de décrire les multiples perfectionnements techniques qui ont été mis en œuvre chaque année sur les senneurs basés aux Seychelles, tant sur les vieux navires que sur les nouvelles unités, mais il n’y a aucun doute que ces améliorations renouvelées à un rythme plus ou moins régulier ont eu des effets déterminants sur l’efficacité de pêche. L’ensemble de ces perfectionnements, associés à des stratégies de pêche de plus en plus affûtées, expliquent ainsi le paradoxe de la pêcherie des senneurs de l’océan Indien, qui est bien montré par la figure 8-9 : des rendements toujours croissants de 1983 à 2006, alors que la biomasse* des stocks déclinait régulièrement en raison des prélèvements substantiels dus à la pêche. Il est crucial de pouvoir quantifier de manière la plus précise possible cet accroissement de la puissance de pêche qui, en maintenant des rendements stables, voire en augmentation, peut masquer une situation de surpêche. Il s’avère que la puissance de pêche résulte d’une multitude de facteurs qui sont encore mal estimés, en particulier sur les senneurs.

Le développement controversé de la pêche sous objets flottants artificiels

DES CAPTURES DE THONS FACILITÉES

28Des changements tactiques importants ont été introduits par l’usage accru des objets flottants artificiels (radeaux dérivants), qui constituent des dispositifs de concentration de poissons (DCP*) s’ajoutant aux objets dérivants d’origine naturelle comme les troncs d’arbres ou autres bambous fréquemment rencontrés en haute mer. Afin de freiner la dérive des DCP et de créer un environnement propice au rassemblement d’une faune de taille variée, des nappes de sennes usagées, d’une vingtaine de mètres de longueur, sont suspendues sous les radeaux. Des balises de repérage et des sondeurs transmettant par radio la densité des thons sont amarrés à ces DCP, tant naturels qu’artificiels. Les équipements électroniques ainsi déployés se sont beaucoup perfectionnés au fil du temps pour rendre encore plus efficace le repérage et la concentration des bancs. Les DCP ont ainsi permis de capturer de grandes quantités de listaos, mais aussi d’albacores et de patudos, en général de petite taille, dans des régions où, sans ces radeaux, de telles prises auraient été impossibles à réaliser. Le résultat est qu’en moyenne, de 1991 à 2008, 66 % des captures des senneurs dans l’ouest de l’océan Indien ont été obtenues grâce à l’emploi des DCP.

Figure 8-6. Répartition des prises réalisées sur des dispositifs de concentration des poissons par les senneurs durant la période 1990-2004

29Le mode de pêche sur DCP présente aussi pour les pêcheurs divers avantages logistiques, puisque les coups de senne sont relativement faciles à programmer par les patrons, les positions des DCP étant suivies en permanence par le senneur qui les a posés grâce aux transmissions des balises. Un aspect particulièrement bénéfique pour les pêcheurs est le fait que les calées* sur DCP sont presque toujours positives (95 % en moyenne), alors que celles réalisées sur des bancs libres* sont infructueuses dans 50 % des cas. Ainsi, une fois sur deux, le banc de thons réussit à s’échapper de la senne avant sa fermeture, en plongeant durant la période de 25 minutes qui est nécessaire à la fermeture complète de celle-ci. En revanche, de nombreux DCP dérivent sans concentrer de bancs de thons. Par ailleurs, un senneur peut se voir subtiliser ses DCP lorsque ceux-ci sont trouvés au hasard de leur dérive par d’autres senneurs. Bien souvent, dans une telle situation, la balise amarrée au DCP change de propriétaire et le senneur qui vient de la trouver en modifie le code d’émission pour s’en réserver l’usage. Il y a donc encore un certain nombre d’incertitudes et d’aléas liés à ce type de pêche, même s’il permet la capture de très grandes quantités de thons dans l’océan Indien, en majorité des listaos, une particularité qui n’est pas spécifique à l’océan Indien mais bien répandue à l’échelle mondiale, dans toutes les zones équatoriales.

30Un autre point important à souligner dans la mise en œuvre de la pêche sous DCP est le rôle majeur joué par des navires auxiliaires qui assistent les senneurs, Limite de la ZEE des Seychelles 181 en assemblant les DCP, en les mettant à l’eau, en assurant leur maintenance, enfin en communiquant aux senneurs des estimations des quantités de thons associées réalisées au moyen de leur sondeur. C’est ainsi que, depuis les années 1990, une dizaine de ces navires auxiliaires ont été mis en service dans l’océan Indien. Seuls les armements espagnols les ont déployés, pour n’assister bien évidemment que leurs propres senneurs, incluant ceux qu’ils ont enregistrés sous pavillon seychellois. Il est certain que leur appui a encore accru l’efficacité des senneurs pêchant sous DCP, en optimisant leurs déplacements et leurs prises, notamment celles de listaos, une espèce qui a toujours été particulièrement recherchée par la flottille espagnole, y compris dans les océans Atlantique et Pacifique. Il semble que l’ouest de l’océan Indien soit la région au monde qui possède le plus grand nombre de ces navires auxiliaires. Ils ont été interdits dans le Pacifique Est par l’IATTC, afin de réduire les pêches sous DCP, du fait que ces pêches sont jugées négatives sur le plan biologique et écologique, comme cela est détaillé ci-après.

DES INCONVÉNIENTS : POISSONS DE TROP PETITE TAILLE, CAPTURES NON CIBLÉES ET RISQUES DE PERTURBATIONS BIOLOGIQUES

31On voit sur la figure 8-6 que les plus importantes zones de pêche sous objets flottants bordent le nord, l’ouest et le sud-ouest de la ZEE des Seychelles. Le bassin de Somalie, au nord de l’équateur, constitue la plus productive de ces zones. Une des préoccupations majeures de cette pratique de pêche est que les albacores et les patudos ainsi capturés sont en général de petite taille, avec un poids moyen proche de 5 kg pour chacune des deux espèces. Ce poids se situe en deçà de leur taille de première reproduction (une vingtaine de kilogrammes). Il est aussi bien inférieur aux seuils biologiques optimums auxquels il serait en théorie souhaitable de capturer ces deux espèces (qui sont voisins de 30 kg pour l’albacore et de 40 kg pour le patudo). Il en va différemment du listao qui est déjà adulte lorsqu’il devient vulnérable aux senneurs sous les DCP. En outre, on constate dans tous les océans que les pêches sous objets flottants entraînent des rejets d’espèces diverses telles que les coryphènes*, les requins, des marlins et des voiliers, de très petits thons ou des poissons bananes (du genre Elagatis). Ces espèces dites associées, mais dont la capture n’est pas souhaitée, sont alors le plus souvent rejetées mortes à la mer (sauf dans certains cas, comme à Antsiranana où elles sont fréquemment vendues sur le marché local). On reviendra plus en détail sur la question des captures accessoires aux pages 182 à 185 de ce chapitre. Les pêches sur objets flottants présentent donc deux facteurs négatifs démontrés : des thons trop petits et des rejets d’espèces associées (hors thons) qui sont estimés dans l’océan Indien à environ 3 % des prises totales sous DCP.

  • 3 Hallier J.-P., Gaertner D. (2008). Drifting fish aggregation devices could act as an ecological tr (...)

32Les scientifiques n’excluent pas non plus l’hypothèse selon laquelle la présence de ces très nombreux DCP déployés depuis vingt ans par les pêcheurs constituerait pour les thons un piège écologique. On estime qu’il y aurait actuellement en permanence dans la région plus de 3 000 de ces DCP dérivants. Selon l’hypothèse du piège écologique, une forte densité en DCP pourrait modifier les caractéristiques biologiques naturelles des thons et des autres espèces qui y sont associées, altérant ainsi leur croissance, leurs mouvements et migrations, leur condition physiologique et les taux de prédation entre les prédateurs et les proies (donc la mortalité naturelle des diverses espèces concernées). Un article scientifique paru en 20083 par exemple montré que les listaos pêchés sous DCP en Atlantique étaient en moyenne plus maigres que ceux qui étaient pêchés en bancs libres. En revanche, on ne peut exclure que la reproduction du listao puisse être favorisée par le maintien d’individus adultes sous les DCP. L’hypothèse du piège écologique fait encore l’objet de débats parmi les experts, preuve une fois de plus que des recherches additionnelles avec des protocoles de mesures bien adaptés, restent à conduire pour en tester toutes les facettes, particulièrement le rôle joué par les caractéristiques environnementales des masses d’eau dans lesquelles dérivent les objets flottants. Si une telle hypothèse était vérifiée, elle signifierait que les milliers de DCP dérivant dans l’océan Indien Ouest pourraient avoir un impact sérieux, mais pas nécessairement négatif, sur la productivité thonière.

DES MESURES DRASTIQUES À PRENDRE POUR RÉDUIRE LES IMPACTS ÉCOLOGIQUES

33Il y a donc une pression croissante des scientifiques et des organisations régionales des pêches thonières, y compris au sein de la CTOI, pour bien estimer le nombre de ces DCP et tenter d’en limiter les prises associées. L’une des alternatives serait de privilégier la pêche sur bancs libres, qui concerne essentiellement des thons de grande taille et occasionne peu de rejets, de l’ordre de 1 % des prises totales des senneurs. Les armateurs des senneurs sont eux-mêmes très conscients de ces problèmes, et dans l’Atlantique ils ont tenté de limiter l’usage des DCP en instaurant en novembre 1997 un moratoire volontaire sur ce type de pêche dans une zone vaste et productive. Les scientifiques notent toutefois qu’aucune des mesures expérimentées à l’échelle mondiale telles que les interdictions totales ou partielles des rejets, ou encore la fermeture à la pêche des zones et saisons où les DCP sont les plus importants, n’ont produit les résultats escomptés sur les ressources et les pêcheries, principalement en raison du report de l’effort de pêche sur d’autres secteurs. Les recherches s’intensifient donc pour tenter de réduire ces prises non souhaitées de thons juvéniles et de faune associée, le meilleur scénario étant représenté par le DCP sous lequel on ne pêcherait que du listao à l’exclusion de toute autre espèce. Enfin, de nouveaux concepts de DCP, biodégradables pour ne pas polluer l’environnement lorsqu’ils coulent ou qu’ils s’échouent, et libres de toute nappe de filet pour empêcher la mortalité par enchevêtrement de tortues ou de requins, sont à l’étude. Le défi à relever est très incertain, on ignore encore si un tel objectif sera un jour effectivement atteint, à savoir une nouvelle génération de DCP supplantant définitivement les pratiques actuelles qui ne sont pas durables.

La forte réduction des temps de débarquement

34Un changement spectaculaire qui a aussi participé à l’augmentation de l’efficacité des senneurs est intervenu, non pas en mer pour des captures accrues, mais à terre, là où s’effectuent les débarquements, les opérations routinières de maintenance et d’avitaillement des bateaux, ainsi que les relèves d’équipages. On constate ainsi que les temps d’immobilisation des senneurs àVictoria se sont considérablement réduits depuis la fin des années 1980. Cette efficacité croissante des opérations portuaires explique aussi en partie le fait que des tonnages de plus en plus importants sont débarqués à chaque escale, comme le montre la figure 8-7. Ainsi, en 1985, on ne pouvait guère débarquer au port plus de 50 tonnes par jour, alors que ce chiffre était quatre fois supérieur durant la deuxième partie des années 2000, avec un record à 230 tonnes enregistré en 2005.

35En conséquence, les senneurs qui capturent de gros tonnages de thons voient leur efficacité encore accrue par la possibilité de réaliser des débarquements rapides. Un senneur qui capture annuellement 8 000 tonnes de thons (ce qui est le cas pour 65 % des senneurs durant la période des prises record de 2003-2005) aurait eu besoin de rester six mois à quai pour débarquer ses prises si les cadences de déchargement étaient restées aux Seychelles à leurs niveaux de 1984 ! Sans entrer dans les détails, on notera que cette spectaculaire amélioration de l’efficacité des transits thoniers est due à de multiples causes conjointes dont les principales sont liées à l’évolution technologique des senneurs pour optimiser la méthode de débarquement, à la meilleure productivité des dockers et à l’amélioration des facilités portuaires offertes aux Seychelles.

Opération de transbordement de thons à Victoria.
Les thons sont récupérés dans les cuves du senneur dans de grands filets pour être ensuite transférés dans la cale d’un cargo frigorifique mouillé à couple du senneur.
© IRD/F. Marsac

Figure 8-7. Tonnage moyen de thons débarqués par jour de port pour les dix senneurs ayant effectué le plus grand nombre de jours de pêche dans l’ouest de l’océan Indien.
La contribution du port de Victoria dans cette tendance croissante est largement prédominante, car plus de 70 % des prises de l’ouest de l’océan Indien sont débarquées aux Seychelles

Le contexte écosystémique : la faune associée aux prises thonières

Les captures accessoires des senneurs

  • 4 Amandé M. J., Chassot E., Chavance P., Murua H., Delgado de Molina A., Bez N. (2012). Precision in (...)
  • 5 Filmalter J. D., Capello M., Deneubourg J.-L., Cowley P. D., Dagorn L. (2013). Looking behind the (...)

36Les campagnes d’observations scientifiques menées à bord des thoniers, essentiellement des senneurs, permettent d’estimer les quantités de faune associée capturées lors des opérations de pêche puis rejetées à la mer (en général mortes). Ces observations, provenant de plus de 12 000 coups de senne qui ont été observés dans la région des Seychelles depuis 1982, confirment que les thoniers senneurs rejettent une fraction faible mais toutefois non négligeable de leurs captures. Des estimations réalisées sur la période 2003-20094 situent la moyenne annuelle des rejets de thons et des prises accessoires à 11 590 tonnes, soit 47 tonnes par 1 000 tonnes de thons pêchés, tous types de bancs confondus. Les rejets de thons en constituent la plus grande fraction (59 %), le reste (41 %, soit 4 700 tonnes) se partageant pour l’essentiel entre poissons osseux (30 %, 3 500 t, 14 t/1 000 t de thons pêchés) et requins (8 %, 1 000 t, 4 t/1 000 t). Le constat réalisé mondialement depuis plus de 40 ans est que la grande majorité des rejets et des prises accessoires des senneurs provient des bancs associés aux objets flottants, les bancs libres ayant en général peu d’espèces associées. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dans l’océan Indien occidental, 85 % des prises accessoires proviennent des calées sous objets flottants et représentent 4 % des prises totales des senneurs. Pour les bancs libres, cette proportion est beaucoup plus faible car elle ne représente que 0,6 % des prises totales. Ces volumes sont globalement faibles si on les compare aux prélèvements causés par les autres engins sur des espèces communes, par exemple requins et poissons porte-épées. En prenant comme référence la moyenne sur la période 2003-2009, le millier de tonnes de requins capturés accidentellement par les senneurs est bien inférieur aux 18 000 et 46 000 tonnes déclarées annuellement à la CTOI par les pays pêcheurs, respectivement pour les palangres et les filets maillants. De même, les 240 tonnes de poissons porte-épées capturés par les senneurs n’ont rien à voir avec les 47 000 et 23 000 tonnes prélevées par les palangres et les filets maillants. L’impact écologique des captures accessoires des senneurs est sans doute limité, néanmoins la vigilance reste de mise. Par exemple, comme le révèle une étude récente5, la mortalité cryptique de requins maillés dans les nappes de filet des DCP (invisibles aux observateurs embarqués sur les senneurs) atteindrait un niveau inattendu, plus de 5 fois supérieur aux estimations fournies par les programmes d’observateurs. Or les requins concernés, essentiellement requin soyeux (Carcharinus falciformis) et requin océanique (C. longimanus), sont des espèces à faible productivité. Les chiffres sont incertains en ce qui concerne les tortues marines. Leur mortalité apparente par les senneurs est anecdotique et elles sont remises à la mer lorsqu’elles arrivent vivantes sur le pont. Néanmoins, tout comme pour les requins, une mortalité d’ampleur inconnue par enchevêtrement peut exister sous les radeaux dérivants, ce qui milite en faveur de la conception de DCP à impact écologique réduit.

Marlin bleu capturé sous un DCP par un senneur au large des Seychelles (ces marlins sont le plus souvent débarqués aux Seychelles où leur chair est fumée).
© IRD/J.-P. Hallier

Les captures accessoires des palangriers et des fileyeurs

37Les pêcheries thonières à la palangre semblent en fait constituer la principale source de rejets de prises accessoires, en particulier pour les requins, les tortues et les oiseaux de mer (mais uniquement dans le sud de l’océan Indien pour ces derniers), trois groupes considérés comme écologiquement sensibles et qui sont cependant capturés accidentellement en grand nombre par les palangriers. Les observations scientifiques réalisées sur les rejets de ces palangriers sont malheureusement très rares et peu disponibles auprès des commissions, mais celles disponibles sur les palangriers chinois de Taipei ou espagnols montrent bien que la proportion des rejets par rapport aux captures de cet engin est souvent importante, de l’ordre de 40 % dans la pêcherie palangrière ciblant l’espadon, où les requins peuvent représenter 75 % des rejets. La synthèse réalisée en 2005 par la FAO sur les rejets des palangriers les estime mondialement à environ 28 % des captures de cet engin. Sachant que les captures moyennes annuelles palangrières sont dans l’océan Indien voisines de 300 000 tonnes, on pourrait alors estimer que ces rejets par la palangre sont de l’ordre de 84 000 tonnes, en majorité des poissons adultes et de grande taille (la taille de ces captures étant conditionnée par les gros hameçons employés sur ces bateaux). La majeure préoccupation des scientifiques au sujet des prises accessoires des palangriers concerne les espèces fragiles ou menacées de disparition, comme certaines espèces de tortues ou d’oiseaux, par exemple les albatros de la zone sub-antarctique qui sont souvent victimes de cet engin au sud de 25° Sud. Il est aussi possible que certaines espèces qui seraient rares dans les prises mais écologiquement fragiles soient aussi les victimes encore non identifiées de cette pêche palangrière qui est très active dans tout l’océan Indien, puisqu’elle y déploie annuellement plus de 500 millions d’hameçons.

38Les pêcheries de filet maillant dérivant sont très mal documentées, mais elles sont aussi sans doute la cause d’une importante mortalité d’espèces emblématiques comme les tortues et certains mammifères marins. L’utilisation des filets maillants dérivants de plus de 2,5 km est formellement interdite depuis 1992, mais des preuves existent que de tels engins se sont beaucoup développés durant les années récentes dans le nord de l’océan Indien (par exemple en Iran, au Sri Lanka et au Pakistan), cela tant en haute mer que dans les ZEE de divers pays, et sans que soient fournies à la CTOI des estimations de leurs prises accessoires.

39Les incertitudes sur les quantités d’espèces non ciblées capturées par les palangres et les filets maillants ne peuvent qu’accroître les inquiétudes sur la conservation de la biodiversité océanique et de ses espèces emblématiques et fragiles. Elles imposent des mesures responsables et courageuses des États envers leurs propres flottilles pour mieux contrôler les captures en mer, notamment au moyen d’observateurs scientifiques placés à bord des navires.

La création de la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI)

40Les organisations régionales de pêche (ORP) jouent un rôle essentiel dans la conservation des ressources migratrices exploitées en haute mer, celles des thonidés en particulier. Ce rôle est pleinement reconnu sur le plan international par le droit de la mer et les Nations unies, qui ont confié à ces ORP la difficile mission de gérer de manière durable les ressources de grands migrateurs de haute mer. La Commission des thons de l’océan Indien, la CTOI, a ainsi été créée en 1996 sous l’égide de la FAO pour veiller à la conservation des thonidés et espèces apparentées de cet océan, et son siège a été établi aux Seychelles.

  • 6 L’IATTC, créée en 1952 dans le Pacifique Est, l’ICCAT en 1966 dans l’Atlantique, la CCSBT en 1995 (...)

41Une telle commission a, comme les autres ORP thonières mises en place dans les différents océans6, les principales missions suivantes :

  • veiller à la bonne collecte de statistiques de pêche détaillées (prises, efforts de pêche, tailles, etc.) sur toutes les flottilles actives dans la zone, tant sur les captures débarquées que sur les rejets, et ce pour toutes les espèces ;
  • coordonner et mener les recherches scientifiques qui permettent de réaliser des évaluations fiables de l’état des stocks et réaliser ces évaluations au sein de ses divers groupes de travail spécialisés et de son comité scientifique qui se réunissent chaque année ;
  • si nécessaire, faire adopter et appliquer par ses pays membres et par tous les pays pêcheurs de thons dans l’océan Indien les mesures de gestion et de conservation des ressources thonières qui sont recommandées par les scientifiques et, le cas échéant, adoptées lors des réunions annuelles de la Commission ;
  • ces responsabilités de base en matière de gestion des stocks des thons sont étendues depuis quelques années à une approche écosystémique et à la conservation de toutes les espèces qui pourraient être mises en danger par la pêche thonière, même si elles ne sont pas ciblées par les flottilles (c’est par exemple le cas de certaines espèces d’oiseaux, de tortues, de mammifères marins et de requins).

42Depuis sa création, la CTOI a donc développé simultanément l’ensemble de ces tâches. Le bilan de ses statistiques, de ses travaux scientifiques, des recommandations et des résolutions est aisément accessible sur demande adressée au Secrétariat de la CTOI, ou plus simplement, en consultant le site web de cette ORP (http://www.iotc.org).

43Les performances de la CTOI ont des conséquences directes sur la conservation des stocks, sur la durabilité des pêcheries et sur l’économie des pays pêcheurs, en premier lieu les pays côtiers en développement. Si les stocks de thons de la région étaient surexploités, un pays comme les Seychelles subirait des pertes économiques considérables et d’autres États côtiers où le thon constitue le pilier de l’alimentation humaine, les Maldives par exemple, devraient faire face à une grave crise alimentaire. Ces petits pays ont donc tout intérêt à voir la CTOI remplir sa mission avec succès et à la soutenir, à hauteur de leurs moyens, notamment dans les tâches de collecte des statistiques de pêche. Les grands pays pêcheurs ont évidemment des moyens d’une tout autre ampleur pour fournir des données de bonne qualité et soutenir des recherches parfois coûteuses que peuvent difficilement engager seuls les pays en développement. On doit sur ce plan féliciter la CTOI d’avoir initié en 2004, grâce au solide dossier qui avait été proposé par les Seychelles et l’île Maurice, le grand programme de marquages de thons qui s’est déroulé de 2005 à 2009 avec un plein succès, sur financement de l’Union européenne et de sa Direction générale du développement. Ce programme, le plus ambitieux et le plus coûteux jamais réalisé par une ORP thonière, est relaté en détail au chapitre 12. L’amélioration lente mais continue des statistiques de pêche grâce aux efforts du Secrétariat de la CTOI, ainsi que les résultats de ce programme de marquage, permettront ainsi au comité scientifique de l’organisation de réaliser des évaluations beaucoup plus fiables de l’état des trois stocks de thons tropicaux : l’albacore, le listao et le patudo. D’ici là, les États membres de la CTOI devront avoir des politiques convergentes appliquant une approche de précaution et visant au minimum à geler les efforts de pêche aux niveaux actuels. Tout accroissement de la pression de pêche sur les ressources de la région est en effet très probablement dangereux, puisque presque tous les stocks de thons de l’ouest de l’océan Indien semblent être déjà pleinement exploités. Malheureusement, malgré les engagements des États, on constate que la capacité de pêche reste encore mal contrôlée. Cela reste un point très préoccupant auquel sont confrontées la plupart des ORP thonières compte tenu de la grande mobilité géographique de certaines flottilles.

La valse à deux temps des senneurs entre les océans Atlantique et Indien

44On a assisté pendant toute la période 1985-2005 à un jeu de « yoyo » des efforts de pêche entre l’Atlantique Est et l’océan Indien Ouest en raison des mouvements fréquents de senneurs entre ces deux océans : on constate ainsi qu’un tiers des 69 senneurs européens actifs depuis les années 1980 ont fait au moins un (mais le plus souvent plusieurs) aller-retour entre les océans Indien et Atlantique. L’effort de pêche nominal* des senneurs européens dans l’Atlantique a été supérieur à 189 celui de l’océan Indien jusqu’en 1995, après quoi c’est dans l’océan Indien que cet effort est devenu dominant (fig. 8-8). Par ailleurs, les rendements des senneurs de l’océan Indien (fig. 8-9) suivirent une tendance croissante, à des niveaux très supérieurs à ceux de l’Atlantique, durant toute la période 1983-2006. Il n’y a qu’en 2007 que les rendements obtenus dans l’Atlantique ont dépassé ceux de l’océan Indien. Ces médiocres rendements de l’océan Indien pourraient être la conséquence d’une diminution d’abondance à la suite des pêches extraordinairement élevées de 2003 à 2006 et de conditions océaniques défavorables aux senneurs (thermocline profonde) causées par un événement El Niño.

Figure 8-8. Efforts de pêche exercés annuellement par les senneurs européens dans les océans Indien et Atlantique

Figure 8-9. Rendements par jour de mer annuels des senneurs européens dans les océans Indien et Atlantique

45En outre, la baisse récente de l’effort de pêche des senneurs dans l’océan Indien et l’accroissement concomitant observé dans l’Atlantique depuis 2008 résultent de la prolifération des actes de piraterie dans l’ouest de l’océan Indien, un certain nombre de senneurs ayant préféré retourner pêcher en toute sécurité dans l’Atlantique, même avec des rendements moins bons que dans l’océan Indien.

46Les meilleurs rendements qui sont presque toujours obtenus dans l’océan Indien sont indiscutablement dus à la plus grande richesse en thons de cet océan, mais aussi au fait que ce sont en général les bateaux les plus efficaces, les plus modernes et les plus grands qui y pêchent. L’importante flottille de navires auxiliaires qui vient en appui à certains senneurs espagnols et seychellois est un autre élément qui contribue à améliorer les rendements moyens de l’océan Indien (alors que ces navires auxiliaires sont très peu nombreux dans l’Atlantique). La figure 8-10 montre que la capacité de transport moyenne des cuves des senneurs de l’océan Indien s’est accrue de manière continue, approchant 2 000 m3 en 2008, alors que cette capacité est restée relativement constante et de niveau bien inférieur dans l’océan Atlantique (1 400 m3 en 2008).

Figure 8-10. Capacité de transport moyenne des cuves (en m3) des senneurs européens pêchant dans les océans Indien et Atlantique

47L’âge moyen des senneurs européens a beaucoup augmenté dans les deux océans durant les trente dernières années, car la flottille s’est renouvelée très lentement. Alors que cet âge était inférieur à 7 ans au début des années 1980, et cela dans les deux océans, il était, en 2008, de 26 ans dans l’Atlantique et de 16 ans dans l’Indien (fig. 8-11). Ce différentiel croissant de l’âge moyen des flottilles actives dans les deux océans est dû au fait que les nouveaux senneurs, qui sont en général les plus efficaces (étant les plus modernes et disposant souvent des meilleurs équipages), vont pêcher en priorité dans l’océan le plus riche en thons. Tous ces nouveaux senneurs ont alors été basés aux Seychelles – dont une partie sous pavillon seychellois. Il résulte de ces éléments que les efforts de pêche nominaux mesurés par les jours de mer tels que représentés sur la figure 8-8 ne constituent pas une mesure réaliste de la pression réelle de pêche qui s’est exercée sur les stocks de thons de la région, ni même de la capacité de pêche effective des flottilles. Il est ainsi très probable que les flottilles de l’océan Indien sont beaucoup plus efficaces que celles de l’Atlantique et que leur effort effectif* y est toujours plus élevé, et ce depuis 1985. La quantification de l’effort effectif n’est pas une tâche aisée surtout dans un contexte où la technologie de pêche évolue vers toujours plus de performance, comme c’est le cas dans l’océan Indien depuis plus de vingt ans. Néanmoins, on doit admettre que cet effort effectif croissant, qui concerne à la fois les engins industriels mais aussi certains engins dits artisanaux, est une réelle menace pour la conservation des stocks si l’on n’est pas en mesure d’en limiter l’expansion.

Figure 8-11. Âge moyen annuel (en années) des senneurs européens pêchant dans les océans Indien et Atlantique

Un record mondial de concentration de bancs enregistré dans l’océan Indien

48Une des particularités de la pêche thonière à la senne, quel que soit l’océan, est la recherche par les pêcheurs de concentrations de thons : en effet, si les bancs isolés sont toujours intéressants à capturer, surtout quand ils sont de belle taille, il est encore plus avantageux pour les senneurs d’identifier des concentrations de bancs de thons, par exemple dans des zones riches en nourriture ou dans des zones favorables à la reproduction, dans lesquelles se regroupent temporairement plusieurs centaines de gros bancs de thons. Ces concentrations permettent ainsi aux senneurs d’obtenir des rendements élevés durant plusieurs jours consécutifs. Potentiellement, c’est un véritable jackpot ! Le cas le plus spectaculaire de telles concentrations est survenu en février 2005 à quelques dizaines de milles à l’ouest de la ZEE des Seychelles. Une concentration de gros albacores (poids moyen de 38 kg) a été ainsi exploitée avec beaucoup de succès pendant douze jours seulement, mais par une flottille de 41 senneurs (c’est-à-dire la grande majorité des senneurs actifs dans l’ouest de l’océan Indien). Une prise totale de 22 000 tonnes de thons fut prélevée en l’espace de quelques jours dans une zone très restreinte tenant dans un cercle de 100 km de diamètre (fig. 8-12). En moyenne, chaque coup de filet rapportait de l’ordre de 90 tonnes !

Figure 8-12. Position des prises réalisées sur la concentration de février 2005, durant la période de 3 jours du 18 au 20 février 2005 (68 bancs capturés, totalisant 8 600 tonnes de thons).
La carte présentée en bas correspond au cartouche hachuré de la carte régionale présentée en haut ; elle illustre bien la faible extension géographique des prises.

49Cette concentration véritablement exceptionnelle semble avoir été, et de loin, la plus importante jamais observée dans l’histoire des pêches thonières mondiales. On reste incertain quant aux causes de son apparition. Elle pourrait avoir résulté de la synergie de deux facteurs : tout d’abord un rassemblement lié à la ponte, sachant que des concentrations de reproduction sont observées chaque année à cette saison dans la zone équatoriale, et ensuite une richesse particulière en proies ainsi qu’on peut le supposer compte tenu d’une très forte concentration de plancton végétal (ou phytoplancton) détectée par le satellite MODIS deux semaines auparavant dans un secteur voisin (cf. photo hors texte p. XXII). Les prises produites par cette concentration représentent 6,5 % de la mortalité par pêche totale que le stock d’albacores de l’ensemble de l’océan Indien a subie en 2005. La localisation et l’exploitation de telles concentrations de thons sont donc d’une grande importance pour les comptes d’exploitation des senneurs. En même temps, ces concentrations rendent particulièrement vulnérables des fractions substantielles de la biomasse reproductive du stock, ce qui ne devrait pas laisser indifférentes les organisations chargées de la gestion des ressources.

Bilan après vingt-cinq ans de pêche thonière aux Seychelles

50Ce chapitre a montré l’incroyable développement des pêches thonières qui a été observé depuis les années 1980 dans l’ouest de l’océan Indien, et particulièrement aux Seychelles. Si on compare la situation actuelle des pêcheries aux scénarios envisagés à la fin des années 1970 par tous les experts (chap. 2), on ne peut que rester stupéfait : la très prospère situation des pêcheries thonières aux Seychelles et dans l’ouest de l’océan Indien était totalement imprévue de tous, et elle était vraiment imprévisible. Cette remarquable situation résulte de multiples facteurs, d’actions et de décisions mises en œuvre par les responsables politiques et par les professionnels de la pêche, avec, en arrière-plan, la poursuite de recherches engagées sur le long terme pour éclairer les décideurs sur les mesures de conservation et de gestion à promouvoir. La grande richesse en thons de la région, qui était elle inespérée, a bien sûr constitué le facteur essentiel de ce développement rapide et soutenu des pêches thonières de la région.

Notes

1 La seule exception notoire étant le thon rouge du Sud, un thon tempéré de haute valeur marchande, activement exploité par des palangriers et des senneurs principalement entre 35° et 50° Sud et dans les océans Indien, Pacifique et Atlantique. Ce stock a depuis 25 ans été fortement surexploité et il a fait l’objet de quotas visant à limiter les prises annuelles, ces quotas étant gérés par la Commission pour la conservation du thon rouge du Sud, la CCSBT, dont le siège est à Hobart.

2 On exclura de ces flottilles nationales les thoniers passant sous pavillon du pays, ces bateaux restant intégralement la propriété des armements étrangers et n’embarquant pas d’équipages locaux ; cette pratique est courante aux Seychelles comme dans beaucoup de petits pays côtiers.

3 Hallier J.-P., Gaertner D. (2008). Drifting fish aggregation devices could act as an ecological trap for tropical tuna species. Marine Ecology Progress Series, 363: 255-264.

4 Amandé M. J., Chassot E., Chavance P., Murua H., Delgado de Molina A., Bez N. (2012). Precision in bycatch estimates: the case of tuna purse-seine fisheries in the Indian Ocean. ICES J. of Marine Science, 69 (8) : 1501-1510.

5 Filmalter J. D., Capello M., Deneubourg J.-L., Cowley P. D., Dagorn L. (2013). Looking behind the curtain: quantifying massive shark mortality in fish aggregating devices. Front. Ecol. Environ., 11(6) : 291–296.

6 L’IATTC, créée en 1952 dans le Pacifique Est, l’ICCAT en 1966 dans l’Atlantique, la CCSBT en 1995 pour le thon rouge du Sud et la WCPFC depuis 2003 dans le Pacifique Ouest.

Table des illustrations

Légende Figure 8-1. Prises de thons par espèce dans l’ouest de l’océan Indien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Le Spirit of Coxe, juin 1991, senneur seychellois de type méditerranéen.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende L’Etelis, navire de la SFA construit au Japon, qui a réalisé en 1994 et 1995 les premières campagnes de pêche à la palangre menées localement par un bateau et un équipage seychellois.© SFA
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 8-2. Nombre de palangriers seychellois de la flottille semi-industrielle en activité au port de Victoria et prise annuelle totale de cette flottille (données SFA)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 8-3. Zones de pêche des senneurs durant la période 1983-2008, zone économique exclusive des Seychelles et principaux ports de débarquement des senneurs dans la région
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 8-4. Prises annuelles totales (senneurs et palangriers) estimées dans la ZEE des Seychelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Canneur maldivien de nouvelle génération, qui a depuis peu largement remplacé les traditionnels dhonis.© MRC/R. Jauharee
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 8-5. Prises moyennes de thons tropicaux (par espèce) par unité de surface (en tonnes par million de km2) dans les cinq principales zones de pêche équatoriale classées en ordre décroissant, au cours de la période 1996-2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Remontée de la senne à bord du Kerguelen.© S. Lucas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 8-6. Répartition des prises réalisées sur des dispositifs de concentration des poissons par les senneurs durant la période 1990-2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Opération de transbordement de thons à Victoria.Les thons sont récupérés dans les cuves du senneur dans de grands filets pour être ensuite transférés dans la cale d’un cargo frigorifique mouillé à couple du senneur.© IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 8-7. Tonnage moyen de thons débarqués par jour de port pour les dix senneurs ayant effectué le plus grand nombre de jours de pêche dans l’ouest de l’océan Indien.La contribution du port de Victoria dans cette tendance croissante est largement prédominante, car plus de 70 % des prises de l’ouest de l’océan Indien sont débarquées aux Seychelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Marlin bleu capturé sous un DCP par un senneur au large des Seychelles (ces marlins sont le plus souvent débarqués aux Seychelles où leur chair est fumée).© IRD/J.-P. Hallier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 8-8. Efforts de pêche exercés annuellement par les senneurs européens dans les océans Indien et Atlantique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 8-9. Rendements par jour de mer annuels des senneurs européens dans les océans Indien et Atlantique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 8-10. Capacité de transport moyenne des cuves (en m3) des senneurs européens pêchant dans les océans Indien et Atlantique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 8-11. Âge moyen annuel (en années) des senneurs européens pêchant dans les océans Indien et Atlantique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Figure 8-12. Position des prises réalisées sur la concentration de février 2005, durant la période de 3 jours du 18 au 20 février 2005 (68 bancs capturés, totalisant 8 600 tonnes de thons).La carte présentée en bas correspond au cartouche hachuré de la carte régionale présentée en haut ; elle illustre bien la faible extension géographique des prises.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9725/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540