Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Chapitre 4. Les débuts de la pêche à la senne dans l’océan Indien (1979-1983)

Texte intégral

Des prospections japonaises menées dès les années 1970

1Exploitant le thon depuis des décennies au moyen de leurs palangriers, les Japonais connaissaient bien le potentiel de cette ressource dans l’océan Indien. Ils furent donc les premiers à se lancer dans des prospections destinées à exploiter les thons avec des engins de surface, tout d’abord à la canne à partir de 1971 dans le nord-ouest de Madagascar (chap. 2), puis à la senne à partir de mars 1979 dans la partie orientale de l’océan Indien. Un bilan de ces campagnes et les zones parcourues sont présentés dans le tableau 4-1 et sur la figure 4-1.

2Les deux premières marées (mars à juillet 1979) se déroulèrent au large de Sumatra. Elles donnèrent des résultats médiocres : 130 tonnes de thons capturés en 103 jours de mer, prises composées essentiellement de listaos, et rendement de 1,3 t/jour, trop faible pour envisager des opérations commercialement rentables.

3Une seconde série de prospections fut menée de janvier à août 1980, cette fois encore dans la région indonésienne. Les prises totales s’élevèrent à 550 tonnes après 153 jours de mer, soit un rendement meilleur que la campagne précédente (3,4 t/jour) mais encore trop faible pour susciter un intérêt de la part des compagnies de pêche.

Le senneur japonais Nippon Maru, qui a réalisé dès 1979 les premières pêches à la senne dans l’est de l’océan Indien.

© Jarmac

4De 1981 à 1983, les prospections continuèrent en utilisant des payaos*. Le succès ne fut cependant pas au rendez-vous, les payaos mouillés sur des fonds de 2 500 à 3 000 mètres ayant rapidement rompu leur ligne de mouillage. Le grand nombre d’épaves dérivantes* apparut alors comme une caractéristique de la zone équatoriale Est, notamment en début d’année. Tous les calées* furent réalisées sur épaves (troncs d’arbres, amas de bambous…). Les bancs étaient de petite taille mais les rendements s’accroissaient progressivement.

Tableau 4-1. Récapitulatif des prospections japonaises de 1973 à 1985

Tableau 4-1. Récapitulatif des prospections japonaises de 1973 à 1985

Figure 4-1. Aperçu des grandes zones explorées durant les campagnes de prospection japonaises de 1979 à 1985.
On note la progession graduelle des prospections vers les Seychelles

L’expérience nippo-mauricienne : le Lady Sushil

5Au moment où les deux premiers canneurs de la Snafic arrivaient aux Seychelles, un senneur construit au Japon pour le compte de la Mauritius Tuna Fishing and Canning Enterprises Ltd (MTFCE) rentrait à son port d’attache, Port-Louis, à l’île Maurice. C’était en décembre 1979. Il avait à son bord 40 tonnes de thons et… deux pêcheurs maldiviens trouvés en perdition au large de Sumatra. Le 21 décembre, Le Lady Sushil entamait sa première marée commerciale (tabl. 4-2).

6Le Lady Sushil était un senneur de 56 mètres de long conduit par un équipage de 24 hommes (11 Japonais, 13 Mauriciens) et capable de transporter 480 tonnes de thons congelés. La senne utilisée mesurait 1 950 mètres de long et 280 mètres de chute*. Cette hauteur de filet, relativement importante si on la compare à celle des senneurs français travaillant dans l’Atlantique (autour de 150 m), était déjà courante à l’époque chez les senneurs japonais depuis leur déploiement vers la « warm pool » du Pacifique Ouest, une région où la profondeur de la thermocline dépasse 150 m. La senne était de type « sans nœuds », relativement légère pour sa taille et avait une vitesse de chute plus rapide que les sennes européennes. En revanche, selon l’avis de pêcheurs français de l’époque, il semble que la durée de vie d’un tel filet ne dépasse pas deux ans.

Tableau 4-2. Prises des premières marées du Lady Sushil

Tableau 4-2. Prises des premières marées du Lady Sushil

Radeau agrégatif en bambou (à gauche) et épave naturelle (à droite).

© IRD/B. Stéquert

7La première marée du Lady Sushil démarra sous de mauvais auspices. Il dut se dérouter face à un cyclone, puis les pêches furent très variables. La plus belle calée, de 70 tonnes, ne ramena que de petits poissons, tous maillés dans la senne et qu’il fallut retirer… un par un. Enfin, un homme fut blessé pendant les manœuvres et dut être rapatrié à Maurice. La suite des opérations prit une tournure plus positive. La deuxième marée (février-mars 1980) produisit 516 tonnes de poissons capturés sous épaves naturelles au large de Sumatra, dans les secteurs prospectés l’année précédente par les Japonais. On retiendra donc qu’au moment où la Japan Marine Fishery Resources Research Center (Jamarc) effectuait sa seconde série de prospections dans cette même zone, le Lady Sushil s’y trouvait déjà en exploitation commerciale.

8Le Lady Sushil a exclusivement pêché sur épaves naturelles. Le senneur possédait aussi à son bord de nombreux radeaux faits de bambous. Dès que des signes de présence de thons étaient détectés, l’équipage jetait à l’eau un radeau équipé d’une balise émettrice. Une fois tous les radeaux déployés commençait alors la véritable opération de pêche, par la visite régulière des radeaux. Si un banc y était associé, un coup de filet était réalisé à l’aube. Selon l’expérience des Japonais, le banc devait être encerclé avant le lever du soleil.

9La marée suivante se solda par un échec, le Lady Sushil ne retrouvant plus d’épaves naturelles. La fin de cette troisième marée fut toutefois marquée par un événement inédit dans l’océan Indien (mais très classique dans d’autres zones), une tentative de pêche combinée entre un senneur (le Lady Sushil) et un canneur, en l’occurrence, l’Assomption, l’un des canneurs seychellois de la Snafic. Le principe fut adopté à Mahé, début mai 1980, lors d’une l’escale du Lady Sushil. Dans une telle opération, le canneur stabilise le banc de thons en surface, en l’appâtant pendant que le senneur encercle le canneur et le banc dans sa senne. Le produit de la pêche est ensuite partagé entre les deux navires selon des proportions décidées à l’avance. Il en résulte généralement un bénéfice commun, dans la mesure où le risque de perte du banc est minimisé. Cette technique était maîtrisée par le patron du canneur, mais totalement nouvelle pour le patron japonais. L’opération eut lieu le 4 mai 1980. Malgré la présence d’un capitaine de pêche français, Jean Bodolec, à bord du senneur pour conseiller le patron japonais, ce fut un fiasco. Le filet du senneur se déchira et l’ensemble du banc, d’une taille de 100 tonnes, s’échappa. Cela mit un terme à la collaboration qui aurait pu se poursuivre avec les canneurs. Dans l’esprit des responsables français, cet échec n’était dû qu’à une mauvaise manœuvre, et ne remettait pas en cause le potentiel de cette technique.

La première expérience française de pêche à la senne : la campagne de l’Île de Sein

Une nécessité, rattraper l’échec des canneurs

10En juin 1980, c’est-à-dire seulement six mois après l’arrivée des premiers canneurs, la situation critique des comptes d’exploitation de cette flottille conduisit les autorités seychelloises et françaises à mettre en place un « plan de sauvetage » du projet. L’option proposée était de faire venir un senneur pour pêcher en association avec les canneurs. Faire travailler ensemble des équipages français maîtrisant bien cette technique devait éviter de reproduire le fiasco rencontré avec le Lady Sushil.

11En septembre 1980, une réunion eut lieu à Paris entre le ministre du Plan et du Développement seychellois, Maxime Ferrari, les représentants du ministère de la Coopération et ceux de la Direction générale de la Marine marchande. Le principe d’une campagne exploratoire avec un petit senneur fut retenu. À la demande de l’organisation de producteurs Orthongel, le FIOM* accepta de garantir deux tiers des risques financiers de la campagne, le troisième tiers étant couvert par l’Armement coopératif finistérien (ACF) qui proposa l’un de ses senneurs, le Président Lacour. L’implication de l’ACF dans cette nouvelle expérience fut peut-être une tentative de cet armement pour redorer son image, ternie par l’échec de l’expérience des canneurs qu’il avait largement promue. C’est finalement l’Île de Sein, le sister ship du Président Lacour, lancé en 1970 à Saint-Malo dans le chantier qui avait construit deux des canneurs seychellois, qui arriva dans les eaux seychelloises.

12L’accord passé avec le FIOM prévoyait que la campagne se déroulât sur une période d’au moins 75 jours effectifs de pêche (temps de route et d’escales exclus). Le coût total de la campagne fut estimé à 3 millions de FF (1,2 million d’euros), à raison d’un forfait journalier de 25 000 FF (10 200€). L’ACF restait propriétaire du thon pêché, commercialisé à un prix moyen de 5 FF/kg (soit 2€), toutes espèces et tailles confondues. Ces chiffres constituaient les bases financières retenues pour procéder au bilan de l’opération à son échéance. En outre, le senneur devait autant que possible travailler avec les canneurs, et les prises devaient être réparties à raison de 60 % pour le senneur et de 40 % pour le canneur dans les opérations de pêche mixtes. Enfin, et pour trancher avec l’expérience des canneurs, une couverture scientifique de la prospection fut exigée : un observateur d’Orthongel devait être présent à bord (Xavier de Reviers, jeune ingénieur halieute) et le bilan scientifique de l’opération devait être réalisé par des chercheurs de l’Orstom (statistiques détaillées, comportement du poisson, météorologie et océanographie, indicateurs divers…). Cette modalité avait notamment été demandée par la partie seychelloise.

Maxime Ferrari, 1982.

Maxime Ferrari
Le docteur Maxime Ferrari est né dans une famille de dix enfants dans l’île de Praslin, aux Seychelles. Après des études secondaires au collège Saint-Louis à Mahé, il part en 1949 pour l’Irlande où il suit des études de médecine. Il revient aux Seychelles en 1957 et il exerce comme médecin généraliste, assistant-chirurgien et gynécologue. Il s’intéresse aussi aux problèmes de la pêche et à la politique et, peu avant l’indépendance, il entre dans le gouvernement de coalition en tant que ministre de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Il est reconduit à ce poste lors de l’indépendance. Après le coup d’État de juin 1977, il est nommé ministre de l’Agriculture, et c’est à ce poste qu’il jouera un rôle primordial dans le développement de la pêche thonière aux Seychelles. La France manifeste rapidement son plein soutien au nouveau gouvernement et envoie très rapidement aux Seychelles son ministre de la Coopération, Robert Galley. Le gouvernement français accorde alors aux Seychelles un don de 25 millions et un prêt de 20 millions de francs français (soit respectivement 12,5 et 10 millions d’euros 2005) pour le développement de la pêche thonière. En 1978, Maxime Ferrari et le ministre Loizeau visitent plusieurs ports de Bretagne et ils y rencontrent les dirigeants de l’ACF. Il défend vigoureusement le projet de la pêche à la canne aux Seychelles et par la suite, il négocie l’accord avec l’Espagne pour réaliser la campagne exploratoire espagnole réalisée par deux canneurs en 1981. L’essai de la pêche à la canne se solde en avril 1981 par un échec complet. « Nous avons perdu une bataille, mais nous n’avons pas perdu la guerre », dira le Dr Ferrari. Cela n’empêche donc pas le ministre de promouvoir ensuite les diverses campagnes de prospection par des senneurs français qui seront pleinement couronnées de succès. Quand le Dr Ferrari démissionne de sa fonction de ministre du Plan et des relations extérieures en 1984, une trentaine de thoniers senneurs français et espagnols pêchent aux Seychelles sous le couvert des accords qu’il avait efficacement négociés et signés avec l’Espagne puis avec la Communauté économique européenne. On doit donc reconnaître que Maxime Ferrari a joué avec une remarquable efficacité un rôle moteur dans le développement de la pêche thonière aux Seychelles et dans son succès actuel.

  • 1 Le Lady Sushil continuera à pêcher dans l’océan Indien jusqu’en 2000, puis sera désarmé.

13En 1980, entreprendre une telle campagne avec un senneur dans l’océan Indien était une gageure. En effet, de multiples a priori négatifs sur l’efficacité de cet engin avaient cours dans les esprits : la grande clarté des eaux, des bancs épars et de petite taille, l’absence de thermocline marquée, des conditions de mer difficiles pendant la mousson de sud-est. Force est de constater que le bilan du Lady Sushil1 à cette date était loin d’être convaincant (tabl. 4-2). Mais la partie française était motivée par son désir de reprendre très vite le dessus après l’échec des canneurs. Pour les services de la Coopération française, cette opération constituait un enjeu diplomatique et elle devait réussir ; pour l’ACF, c’était un nouveau défi et une question d’honneur.

Le senneur Île de Sein, de l’Armement coopératif finistérien, en pêche au large des Seychelles.
À ce stade de l’opération, le senneur vient de remonter à la surface le fond de la senne et va engager ses anneaux sur une pièce métallique, le canon.

© ACF

Présentation du senneur et de la campagne

14L’Île de Sein était un thonier de 48 m, d’une capacité en cale de 320 t, construit à Saint-Malo en 1970 (il avait donc seulement 10 ans lors de cette campagne). Son filet mesurait 1 100 m de long pour 146 mètres de chute. Son équipage était composé de 16 hommes. Une opération de pêche à la senne avec des navires de la taille de l’Île de Sein requiert une grande technicité de la part du capitaine et de l’équipage et de l’expérience qui se forge au fil des années. La description de la technique de pêche est présentée ci-dessous.

La pêche à la senne
La pêche à la senne est pratiquée par de grands navires, de 50 à plus de 100mètres de longueur, équipés d’un filet long de près de 2 kilomètres et profond de plus de 200 mètres, qui est manœuvré pour encercler et capturer les bancs de thons. La pêche consiste à rechercher, avec des radars spécialisés (radar à oiseaux) et visuellement avec de grosses jumelles, un banc de thons qui nage à proximité de la surface. Une fois que le banc détecté est jugé apte à être capturé, le senneur largue le skiff*, grosse embarcation arrimée sur son plan incliné arrière. Le skiff glisse ainsi dans la mer avec l’aile avant de la senne qu’il va maintenir en place pendant que le senneur encercle le banc. L’aile avant est passée au senneur une fois le banc contourné, puis le fond de la senne est rapidement refermé grâce à un câble métallique coulissant dans des anneaux. Le banc est ainsi emprisonné dans la poche close que forme maintenant la senne.

Le power block, une très grosse poulie motorisée qui permet de remonter rapidement la senne à bord du thonier.

© IRD/B. Stéquert

La senne est remontée à bord grâce à une grosse poulie coulissante gréée en tête d’un mat de charge, le power block*. Quand les thons sont concentrés dans la senne dans un volume d’eau réduit, ils sont capturés par une épuisette géante, la salabarde*, puis placés très rapidement dans des cuves de stockage où ils sont congelés dans de l’eau de mer sursalée (la saumure), réfrigérée à -18 °C. Ces thons pêchés à la senne sont destinés aux conserveries. En moyenne, chaque senneur donne moins d’un coup de senne par jour. Chaque coup de senne dure plusieurs heures, parfois plus longtemps lors des grosses captures (de 100 à plus de 200 tonnes) qui peuvent durer plus de trois heures.
Enfin, si cette méthode de pêche est très efficace, elle n’est pas garante de succès à chaque tentative : les bancs de thons évoluent très rapidement et, une fois sur deux, la senne est remontée vide, sans un seul thon, notamment sur des bancs libres*, c’est-à-dire des bancs évoluant librement et non associés à des épaves ou des radeaux dérivants. Facteur halieutique important, les senneurs sont capables de capturer toutes les tailles de thons, des plus petits aux plus gros individus, alors que les canneurs capturent surtout les thons de petite taille, et les palangriers exclusivement les thons de grande taille.

15Le bateau quitta le port d’Abidjan le 25 octobre 1980 pour gagner l’océan Indien. Sa première rencontre avec un canneur seychellois, l’Alphonse, eut lieu le 19 novembre 1980 au large des Comores. C’est donc cette date qui marqua le point de départ de la prospection selon l’accord du FIOM. Les trois marées réalisées dans la zone totalisèrent 79 jours de pêche (l’accord avec le FIOM prévoyait une durée minimale de 75 jours, hors temps de route et d’escale), durant lesquels furent effectués 60 coups de filet, dont 18 coups nuls. Les prises de cette campagne atteignirent 488 tonnes, constituées de 22 % d’albacores de plus de 10 kg, 33 % d’albacores de moins de 10 kg et 45 % de listaos. Le transit du bateau depuis l’Atlantique fut réalisé sous le commandement de Roger Cadiou, puis à partir du 7 décembre 1980, c’est le second-patron Yannick Le Guirriec qui prit la relève jusqu’à la fin de la prospection. C’est cette deuxième partie de la prospection que nous allons détailler. L’ensemble de la ZEE* des Seychelles fut parcourue jusqu’au 5 mars 1981, date de fin de la prospection (fig. 4-2).

Les détails de la campagne

16Un canneur accompagna le senneur durant l’ensemble de sa campagne. Au final, trois catégories d’opérations de pêche furent pratiquées. Dans les deux premiers cas, ce furent des opérations menées conjointement avec le canneur dont le rôle est de « fixer » la matte* avec de l’appât en attendant l’arrivée du senneur. Si une épave est présente, le canneur s’en dégage progressivement, et le senneur tourne sur l’épave, à côté du canneur. Dans le cas où le banc est libre, le senneur tourne directement sur le canneur, comme ce fut le cas lors de l’unique tentative réalisée avec le Lady Sushil. Le troisième type d’opération fut effectué par le senneur opérant seul, lorsque le canneur rentra à terre pour renouveler ses réserves en appât.

Figure 4-2. Trajet suivi par l’Île de Sein du 7 décembre 1980 au 5 mars 1981 dans les eaux seychelloises et prises de la marée.
La ligne en tireté représente la ZEE des Seychelles ; les petits fonds, inférieurs à 200 m, sont représentés en grisé

Canneur seychellois réalisant une opération de pêche en association avec l’Île de Sein.

© X. de Reviers

17Du 7 au 22 décembre 1980, le senneur et l’un des deux canneurs, l’Aldabra, évoluèrent ensemble et réalisèrent conjointement quelques maigres prises (23 tonnes en neuf opérations de pêche, dont quatre coups nuls). La prospection de la partie sud de la ZEE ne donna aucun résultat. Une autre occasion de pêche commune eut lieu le 26 décembre. Elle s’acheva par une déchirure de la senne et des problèmes mécaniques sur le canneur qui dut rentrer sur Port-Victoria. Le senneur répara rapidement son filet et continua à pêcher en solo jusqu’au 2 janvier 1981. Durant ces quelques jours, notamment du 29 au 31 décembre 1980, il réalisa parmi les plus gros coups de filet de sa marée, avec 103 tonnes capturées en quatre coups. Les bancs se présentèrent sous la forme de grands balbayas* (bancs de thon concentrés sous la surface) évoluant ensuite en brisants* (bancs très actifs à la surface) autour de baleines. La gleure* (banc de proies) était abondante en surface, et les thons s’en repaissaient avec frénésie, survolés par des nuées d’oiseaux occupés à la même tâche. Cette concentration de bancs fut trouvée à la limite orientale de la ZEE seychelloise, autour de la longitude 60° E (cf. fig. 4-2). Le 3 janvier, l’Aldabra rallia l’Île de Sein, et tous deux poursuivirent leur route vers l’est, dans la direction générale suivie par les mattes de thons. À la longitude 61° E, ils réalisèrent ensemble deux opérations de pêche qui totalisèrent près de 50 tonnes. Puis le temps se gâta. Le canneur reprit la route vers Mahé pour pêcher de l’appât et le senneur termina sa marée le 17 janvier.

18La seconde marée débuta le 24 janvier. Le senneur avait pour objectif de prospecter la partie ouest de la ZEE, jusque dans les parages d’Aldabra. Des pêches conjointes furent réalisées dans la région de Farqhar. Le poisson était très rapide, et même le canneur ne put le ralentir et le stabiliser. Le 9 février, l’Aldabra abandonna la partie en raison d’ennuis mécaniques. Les dernières prises de la marée eurent lieu à l’ouest des Amirantes (20 tonnes en deux coups de filet). Cette marée fut marquée par de multiples problèmes mécaniques : circuit de refroidissement du moteur, panne du skiff, fuites dans le système hydraulique du treuil de senne et du palan.

19

À bord de l’Île de Sein : on reconnaît de gauche à droite André Elissagaray, un expert en pêche thonière, Bernard Stéquert, chercheur de l’Orstom, et Yannick Le Guirriec, patron de l’Île de Sein.

© X. de Reviers

20La troisième et dernière marée débuta le 18 février. La prospection s’orienta vers le sud-ouest des Amirantes. De nouvelles avaries hydrauliques survinrent lors des opérations de pêche. Le senneur collabora avec les deux autres canneurs de la flotte, l’Alphonse et l’Astove, avec chacun desquels il réalisa trois coups de filet. Le taux de succès des calées fut le plus élevé de la campagne, avec 10 coups de senne positifs et seulement 2 coups nuls. Au petit matin du 5 mars, l’Île de Sein revint à Port-Victoria, achevant sa campagne de prospection.

Les enseignements d’une prospection décisive

LA NÉCESSITÉ D’UNE BONNE PRÉPARATION TECHNIQUE DU NAVIRE

21Certains ont déploré le fait que le bateau ne fût pas des plus récents. En réalité, lancé en mai 1970, il avait un âge très convenable si on le compare à la majorité des navires de la flottille française. En revanche, il avait été insuffisamment préparé pour ce type de prospection dans une zone peu connue et dépourvue de logistique lourde. Durant la campagne dans l’océan Indien, les pannes les plus pénalisantes ont concerné le système hydraulique lors des opérations de récupération du filet. Dans le pire des cas, lorsque tout s’arrête durant le virage* de la coulisse*, il reste un trou béant au fond du filet par lequel le banc encerclé s’échappe. Ces problèmes ont été à l’origine de calées anormalement longues (1,6 fois la durée normale) qui ont réduit les performances du navire.

LE REPÉRAGE DE ZONES DE PÊCHE FAVORABLES À LA SENNE

  • 2 La profondeur réellement atteinte par la senne est inférieure à celle de la chute (ou hauteur) du f (...)
  • 3 Dagorn L., Holland K. N., Hallier J.-P., Taquet M., Moreno G., Sancho G., Itano D. G., Aumeeruddy R (...)

22Les deux zones de pêche les plus productives ont été l’est de la ZEE des Seychelles et la région située au sud-ouest des Amirantes. Dans la partie est de la ZEE, 225 tonnes ont été capturées en 26 coups de filets et 19 jours de mer, soit un rendement de 8,7 t/calée et de 11,8 t/jour. La proportion de coups nuls a été de 42 %. Les bancs étaient souvent associés à des baleines, et la présence de gleure a maintes fois été signalée. La thermocline est habituellement bien marquée dans cette zone avec une température diminuant rapidement à partir de 70 mètres de profondeur. En janvier-février 1981, l’Île de Sein a pêché sur une thermocline située entre 40 et 50 mètres, donc plus proche de la surface que la normale (fig. 4-3). À cette époque, les sennes se déploient jusqu’à une profondeur2 d’environ 80 m. Lorsque la thermocline se situe à une profondeur moindre que celle de la fermeture du filet, la vulnérabilité des bancs s’en trouve augmentée, car les thons sont piégés dans la couche d’eau chaude de surface. Les marquages ultrasoniques* ont depuis montré que les thons peuvent plonger à plusieurs centaines de mètres. Des observations récentes ont même révélé des plongées à une profondeur de 1 000 m, dans des eaux à 5 °C (Dagorn et al. 2006)3. Même si les thons n’effectuent que de courtes incursions à ces grandes profondeurs, ces observations tempèrent la notion de frontière thermique que l’on associe à la thermocline. Ce seraient les mouvements verticaux des proies et le degré d’agrégation des bancs de gleure qui conditionneraient alors la plus ou moins grande stabilité des thons dans la couche superficielle.

Figure 4-3. Répartition de la température avec la profondeur à l’est de la ZEE des Seychelles en janvier-février 1981 (en noir) et fourchette de variation tirée de la climatologie (aire grisée)

23Dans la partie sud des Seychelles, les captures se sont élevées à 146 tonnes en 12 coups de filet et 11 jours de mer, soit un rendement de 12,2 t/coup et de 13,3 t/jour. La proportion de coups nuls (17 %) a été sensiblement plus faible que dans la partie est. Cette différence est due au fait que la quasi-totalité des coups de filet a été réalisée sur des épaves dérivantes, celles-ci « fixant » le poisson et augmentant la probabilité de succès des calées. Alors que les bancs capturés dans la partie est des Seychelles étaient majoritairement composés d’albacores de grande taille, les bancs capturés sous épaves étaient eux presque toujours composés de 3 espèces mélangées et de petite taille : le listao, espèce dominante, l’albacore et le patudo.

UNE ASSOCIATION NON CONCLUANTE ENTRE CANNEUR ET SENNEUR

24Que penser de l’apport des canneurs présents sur les opérations du senneur ? L’association des canneurs à cette prospection représentait une « épreuve de rattrapage » ; il fallait occuper ces navires, dont on ne savait plus trop que faire, et tenter de mettre un terme à la banqueroute de la Soget. Cette ultime tentative n’a pas été concluante. En effet, on a vu que les canneurs ont dû abandonner le senneur à plusieurs reprises pour rentrer sur Mahé afin de reconstituer leur stock d’appât, alors que le thon était encore présent sur la zone. Il est également arrivé que le canneur endommage le filet du senneur à la fin d’une opération de pêche conjointe. Ce type d’avarie entraîne la fuite d’une partie du banc. Les plus gros coups ont été obtenus « à la volée », sur des mattes, en l’absence du canneur. Au final, le rendement par calée fut quand même amélioré de 30 % par rapport à la situation dans laquelle le senneur opère seul (8,6 t contre 6,5). Néanmoins, si le rendement est calculé par jour de mer, aucune différence ne ressort (5,9 t). Or, c’est la prise par temps de mer qui importe dans les comptes d’exploitation, ce qui signifie que le surcoût lié à la mise en œuvre de deux navires supplémentaires n’a pas été compensé par des prises accrues.

UN ÉCLAIRAGE NOUVEAU ET POSITIF SUR LE POTENTIEL DE LA SENNE

25Pour l’Île de Sein, le rendement résultant de cette prospection s’est situé dans la fourchette de ses performances des années précédentes en Atlantique, résultat très positif, sachant que le bateau venait d’effectuer cette prospection seul, et dans un océan totalement nouveau pour l’équipage (tabl. 4-3).

26Le déficit, attendu, de cette campagne a été relativement limité pour l’armement (de l’ordre de 434 000 FF, soit 140 000 €) en raison de coûts de préparation technique du navire modérés, en partie compensés par les revenus liés à vente du poisson et par les subventions. Les captures vendues à la conserverie de l’île Maurice ont rapporté autour de 425 000 $ américains (soit environ 880 000 €) – dont 60 % sont revenus au senneur, selon l’accord de partage avec le canneur conclu au début de l’expérience, et l’ACF a encaissé une subvention du FIOM de 1,1 million de FF (550 000 €).

Tableau 4-3. Prises et rendements de l’Île de Sein en Atlantique, de 1977 à 1980, et comparaison avec les résultats obtenus durant sa prospection dans l’océan Indien

Tableau 4-3. Prises et rendements de l’Île de Sein en Atlantique, de 1977 à 1980, et comparaison avec les résultats obtenus durant sa prospection dans l’océan Indien

27Cette campagne a donc apporté un éclairage nouveau et positif sur les potentialités de pêche au thon dans les parages des Seychelles. La technique à la senne, qui d’emblée avait été considérée comme inappropriée dans la zone en raison d’eaux trop transparentes et d’une thermocline trop profonde, s’avérait applicable avec un certain degré de succès. Les auteurs du rapport de mai 1977 qui avait conduit à éliminer aussi rapidement l’option « senne » au profit de la canne avaient été bien mal inspirés ! Certes, les eaux sont très claires dans la zone seychelloise et le poisson, en apercevant le filet, peut s’en échapper très vite, mais la thermocline est bel et bien présente, comme dans le golfe de Guinée. De plus, ces mêmes auteurs n’avaient pas pris en compte le potentiel des épaves dérivantes éparpillées dans la zone, charriées par les fleuves est-africains, de l’Inde ou de l’Asie du Sud-Est. Indéniablement, elles ont constitué un facteur de succès de la campagne de l’Île de Sein.

28Pour autant, il était difficile à cette époque d’affirmer que la pêche à la senne était possible tout au long de l’année, notamment en raison des conditions de mer qui se détériorent durant la mousson de sud-est, de juin à septembre. L’Île de Sein a travaillé durant la mousson de nord-ouest qui, bien que ponctuée de quelques coups de vent passagers, est caractérisée par des vents modérés (moins de 10 nœuds) et une mer calme. Par ailleurs, le navire appartenait à une génération déjà ancienne de senneurs. De 1972 à 1974, de grands senneurs de plus de 70 m avaient été lancés dans l’Atlantique (dont les Pendruc, Navarra, Père Briant, Harmattan), suivis d’une autre vague de navires aux performances encore accrues, ceux de la série Rospico (69 m de long et 800 tonnes de capacité) lancée à partir de 1979. À l’issue de cette expérience seychelloise, la question était de savoir si ces nouveaux senneurs pouvaient être rentables dans l’océan Indien, car les comptes d’exploitation de ces unités étaient d’une autre dimension que ceux de l’Île de Sein, sans parler du surcoût lié à la distance entre ces zones de pêche et les bases européennes.

29Le destin des canneurs de la Soget quant à eux était scellé : le bilan de l’association senneur-canneur ne s’était pas avéré rentable, et cette technique de pêche conjointe ne pouvait être envisagée dans une deuxième campagne mettant en œuvre un plus grand senneur.

30Les autorités seychelloises prenaient acte des points positifs et, réalisant l’immense potentiel socio-économique que revêtirait le développement d’une base thonière aux Seychelles, elles relevèrent le défi de poursuivre dans une voie encore incertaine à l’époque.

Fanch Gloaguen
Né dans le Finistère Sud en 1921 dans une famille de pêcheurs bretons, Fanch Gloaguen, dès 24 ans, va naviguer avec son père qui commande l’Explorateur Charcot, petit bolincheur et fileyeur côtier. Il quitte toutefois rapidement ces activités de pêche pour prendre la direction de la coopérative maritime d’Audierne. En 1958, alors que les patrons pêcheurs bretons font face à une grave mévente de leur germon, Fanch Gloaguen décide de racheter une conserverie qui achètera les thons, les maquereaux et les sardines à un prix équitable. Ce sera l’usine « Pêcheurs de France » en Bretagne, puis peu de temps après, celle de Dakar. En 1964, Fanch Gloaguen crée l’« Armement coopératif artisanal finistérien », ou Acaf (qui devient ACF en 1971), le premier grand armement coopératif apparu en France pour aider les patrons pêcheurs à acheter leurs navires. Une trentaine de patrons pêcheurs à Audierne, Douarnenez, Le Guilvinec, Concarneau, Lesconil, Loctudy et Saint-Malo acquièrent ainsi un navire de pêche. Dès 1966, il fera aussi construire 14 navires de 26 et 33 mètres destinés à la pêche semi-industrielle, puis, en 1970, trois grands thoniers senneurs, l’Île de Sein, le Président Lacour et le Cap Sizun. À la fin des années 1970, Fanch Gloaguen jouera un rôle essentiel dans le développement de la pêche thonière aux Seychelles, à la suite des contacts très étroits qu’il avait développés avec le ministre seychellois Maxime Ferrari et avec Jacquelin Lablache. C’est dans ce cadre que le ministère de la Coopération française financera les quatre canneurs seychellois construits en France, des bateaux gérés par l’ACF, avec des équipages seychellois et commandés par des capitaines et chefs mécaniciens bretons. Ce projet, malheureusement confronté – pour des causes diverses – à un échec rapide, a toutefois été très riche d’enseignements pour les Seychelles. C’est encore Fanch Gloaguen qui décidera au milieu de l’année 1980 d’envoyer le senneur Île de Sein pour soutenir les canneurs seychellois et pour tester les possibilités de pêche à la senne dans la zone des Seychelles, une campagne qui a été déterminante pour l’avenir de la pêche thonière aux Seychelles. Un autre senneur de l’ACF, le Président Lacour, participera aussi à la fin de l’année 1982 à la première campagne de prospection menée avec quatre senneurs. Enfin, on retiendra que Fanch Gloaguen a également joué un rôle majeur dans la création et le financement de la conserverie thonière des Seychelles, qui sera inaugurée le 5 juin 1987 et qui, dix ans plus tard, constituera le fondement de l’actuelle conserverie. Ainsi, bien que, de manière surprenante, Fanch Gloaguen ne soit jamais venu aux Seychelles, son rôle a incontestablement été très important dans l’actuel développement du secteur thonier de ce pays.

La deuxième campagne française : le senneur Yves de Kerguelen

Préparation de la campagne

LA DÉFINITION D’UNE STRATÉGIE COMMUNE ENTRE LES PARTENAIRES

31Peu après le départ de l’Île de Sein, des étapes décisives s’enchaînèrent rapidement. Dès le 9 mars 1981, dans la perspective d’une nouvelle campagne de prospection effectuée par un senneur de plus grande taille que l’Île de Sein, la mission de la Coopération française aux Seychelles proposa au ministre du Plan et du Développement, M. Ferrari, le soutien scientifique de l’Orstom, Cette invitation fut officialisée par un accord de coopération signé le 24 mars 1981. Il s’agissait là d’un nouveau pas décisif dans la conquête de « l’or bleu » seychellois. Malgré les débuts difficiles des premières campagnes, la détermination des dirigeants seychellois à aller de l’avant restait intacte, et cette ligne optimiste finit par être payante.

32De leur côté, les armements thoniers français, réunis au sein de l’organisation de producteurs Orthongel, réfléchissaient à la stratégie à adopter pour l’océan Indien. La mobilisation d’un navire de plus de 60 m allait être déficitaire et il faudrait, une nouvelle fois, solliciter le soutien du FIOM. Il fallait avancer vite, en surfant sur les acquis de l’opération Île de Sein car l’Espagne (qui à cette date n’était pas encore membre de l’Union européenne) était sur le point de signer un accord de pêche avec les Seychelles. Il fallait donc consolider la position française dans la région, les Seychelles offrant une localisation idéale dans cette nouvelle zone de pêche.

33Le mois suivant, le président de l’ACF, faisait savoir au ministre Ferrari qu’il souhaitait s’impliquer dans la nouvelle campagne thonière. Dans sa correspondance, F. Gloaguen faisait une nouvelle fois référence aux canneurs franco-seychellois en proposant que ces bateaux participent à la future prospection, option non soutenue par les autres armements thoniers. La réponse du ministre fut un refus poli. Il rappela la nouvelle ligne adoptée : une prospection commerciale préalable, adossée à un programme de recherche scientifique, conformément à l’accord conclu le 24 mars. Et on ne parla plus des canneurs qui étaient sur le point d’être remis à la France en vue de leur désarmement.

LE LANCEMENT D’UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ

34Il fallait que cette campagne consolide les bonnes impressions de l’opération Île de Sein et l’organisation allait jouer un rôle essentiel. Orthongel et la Direction des Pêches maritimes confièrent alors au Consortium français pour le développement des pêches (Cofrepêche) la réalisation d’une étude de faisabilité exhaustive : définir les objectifs, procéder à une étude financière, préciser la logistique en mer et à terre.

35Cofrepêche réalisa l’étude financière durant l’été 1981. Le coût global de l’opération fut estimé à 14 millions de francs (4,5 millions €). Le seuil de rentabilité serait atteint pour 2 000 tonnes capturées, un objectif très ambitieux pour un navire isolé dans une zone quasi inconnue. Orthongel eut donc recours au FIOM, qui s’engagea à couvrir le risque dans la proportion des deux tiers, par une subvention plafonnée à 8 millions de francs, (2,6 millions €), reportable sur d’autres opérations similaires si des reliquats restaient disponibles. La rémunération du senneur et de son équipage était garantie par Orthongel sur la moyenne des recettes des cinq meilleurs thoniers en opération dans l’Atlantique.

Le rôle déterminant de Cofrepêche
Cofrepêche, le Consortium français pour le développement des pêches, est une société anonyme coopérative fondée en novembre 1980. La conception de ce consortium revient à Régis Toussaint, qui nourrissait l’ambition de promouvoir la pêche française dans le monde alors qu’il venait d’être nommé chargé de mission aux affaires internationales à la Direction générale de la Marine marchande. Sa mission est de rechercher, rassembler et promouvoir tous les moyens en vue de développer toutes opérations relatives à la pêche, aux productions aquatiques et à leurs industries connexes. Les principaux actionnaires en sont des armateurs, des conserveurs, des sociétés de négoce et de distribution, le Cnexo (devenu plus tard Ifremer) et des établissements financiers. Le projet de développement de la pêche thonière à la senne dans l’océan Indien a été la première grande réalisation de Cofrepêche, Ce fut un succès retentissant, puisqu’il conduisit au redéploiement massif de la flotte européenne dans cet océan, à la consolidation d’une richesse économique essentielle pour les Seychelles et au développement d’infrastructures thonières de premier plan à Madagascar. Cofrepêche a également contribué à l’élaboration des accords de pêche entre la CEE et les Seychelles qui sont entrés en vigueur en 1984. En jouant ce rôle de chef d’orchestre, il est incontestable que cette structure a largement œuvré, et de manière déterminante, à l’établissement des bases durables du développement de l’industrie thonière européenne dans l’océan Indien, avec des retombées économiques importantes pour les pays riverains.

LA MISE EN PLACE D’UNE ÉQUIPE SCIENTIFIQUE

36L’accord franco-seychellois du 24 mars 1981 aboutit à la signature en août d’une convention de recherche de 1,2 million de FF (354 000 €) destinée à financer un programme sur les pêches maritimes conduit par l’Orstom et la Fisheries Division (le Service des Pêches seychellois). Ce programme comprenait : une évaluation des ressources en appât vivant, la mise en place de radeaux agrégatifs ancrés pour la pêche thonière, l’analyse des conditions océanographiques propices à la pêche dans la zone seychelloise à l’aide de campagnes de radiométrie aérienne, le suivi de la prospection du senneur et des activités de pêche étrangère dans la zone.

37Cet engagement de l’Orstom nécessitait d’étoffer l’équipe scientifique. En novembre 1981 deux jeunes chercheurs, Francis Marsac et Jean-Claude Poupon, rejoignirent les Seychelles pour épauler Bernard Stéquert, arrivé une année plus tôt et responsable de l’antenne. F. Marsac prit en charge l’évaluation des ressources thonières par survols aériens et J.-C. Poupon le programme d’évaluation des ressources en appât vivant.

Francis Marsac effectuant une mission d’observateur scientifique à bord d’un senneur (1983).

© D. Robigou

38Enfin, le 15 octobre 1981, est signé le protocole entre les Seychelles et Cofrepêche. Il est convenu que la campagne dure au moins 6 mois et s’étende dans les eaux internationales avoisinantes. L’appui de l’Orstom est expressément souligné. Des scientifiques de cet organisme se relaieront à bord du senneur comme observateurs. Le senneur est autorisé à pêcher sans licence dans la ZEE seychelloise, et les prises seront propriété d’Orthongel. La partie française sera également exonérée des taxes portuaires et d’importation. Deux marins seychellois seront formés sur le senneur et leur rémunération assurée par l’armateur. Enfin, les données scientifiques recueillies seront remises aux autorités seychelloises. C’est donc dans un climat de confiance réciproque que cet accord est passé.

L’Orstom aux Seychelles
L’Orstom (devenu en 1998 l’IRD, Institut de recherche pour le développement) est un organisme public français créé en 1943 pour conduire des recherches multidisciplinaires en zone tropicale dans les pays en développement et créer ou renforcer des compétences scientifiques dans ces pays. Les chercheurs et techniciens de l’Orstom séjournent ainsi plusieurs années sur leurs chantiers. L’antenne Orstom aux Seychelles a été ouverte en novembre 1980 avec l’affectation de deux scientifiques peu avant l’arrivée du senneur Île de Sein. Ils joueront un rôle de conseil auprès des autorités seychelloises et de l’ambassade de France dans la préparation des prospections suivantes. L’Orstom avait déjà été sollicité dès 1979 pour effectuer une reconnaissance des ressources en langoustes et évaluer les stocks de petits poissons pélagiques et de poissons de fond à l’aide d’un navire de recherche, le Coriolis. L’Orstom est aussi intervenu dans d’autres domaines, avec la réalisation d’un ouvrage sur l’histoire des Seychelles par Jean-Michel Filliot (1983) et d’une inestimable étude sur la flore des îles par Francis Friedman, menée des années 1980 à 1985.

Le senneur Yves de Kerguelen

39Le navire retenu pour la campagne fut le Yves de Kerguelen, un senneur congélateur quasiment neuf. Entré en service au début de 1980 dans la flottille française basée en Afrique, il avait déjà obtenu de bons rendements, (7 t/jour). Il appartenait à une nouvelle génération de navires conçus à l’image des grands senneurs américains construits sur les chantiers de San Diego en Californie : proue élancée, long plan incliné arrière, superstructures magnifiquement dessinées leur donnant des allures de yachts. Leur moteur de 3 600 Ch les propulsait à 15 nœuds (près de 30 km/h). Longs de 69 mètres, jaugeant 1 130 tonneaux, ils portaient même un hélicoptère qui les assistait dans la recherche des bancs dans un rayon d’une dizaine de milles autour du navire. Leur capacité en cale était de 750 tonnes de thons congelés (1 250 m3) et ils manœuvraient une senne de 1 500 mètres de long pour 185 mètres de chute. À lui seul, le filet pesait 45 tonnes.

Le senneur Yves de Kerguelen.

© IRD/B. Stéquert

40Au début de la prospection, le navire bénéficia d’une couverture aérienne pour repérer les secteurs de pêche les plus favorables. Cela était déjà en œuvre dans le golfe de Guinée, grâce à un avion de la société Interthon, et c’est le même avion, un Volpar, qui fut déplacé aux Seychelles pour deux mois. Le choix de mettre en œuvre des moyens importants pour cette prospection déterminante s’avéra fort judicieux.

41Le 29 octobre 1981, le Kerguelen quitta le port de Dakar à destination des Seychelles, via le Cap de Bonne Espérance. Il était commandé par Daniel Robigou, un jeune patron d’une trentaine d’années qui avait commencé comme matelot et avait gravi les échelons de la chaîne de commandement sur différents thoniers. Cet homme discret, avisé et déterminé était secondé par un autre patron, Yannick Le Guirriec, qui connaissait déjà la zone puisqu’il avait commandé l’Île de Sein. Un caractère bien trempé, les scientifiques qui ont embarqué avec lui pendant cette prospection peuvent en témoigner. Ces deux patrons avaient du mal à cacher leur anxiété face à ce défi. Certes, le salaire de l’équipage était garanti et on ne leur tiendrait pas rigueur d’un éventuel échec si le poisson était trop difficile à capturer. Mais il leur importait de sortir la tête haute de cette expérience.

Concarneau et l’épopée thonière tropicale
Si les précurseurs de la pêche au thon tropical en Atlantique furent les marins basques, Concarneau et ses pêcheurs ont rapidement suivi ce mouvement qui consistait à envoyer les thoniers pêchant le germon en été dans le golfe de Gascogne vers les rivages du Sénégal pendant l’hiver, pour y pêcher albacores et autres thons à la canne avec appât vivant.Tout avait commencé en 1953, et ce qui n’était qu’une activité saisonnière durant les toutes premières années devint à partir de 1959 une activité à temps plein dans les eaux africaines, avec des moyens qui allaient rapidement progresser en technologie et en efficacité. Plusieurs petits armateurs concarnois se lancèrent dans l’aventure en investissant dans des canneurs, puis dans des navires mixtes pouvant pêcher à la canne et à la senne qu’ils baseront à Dakar, Pointe-Noire et Abidjan, et enfin, dans de grands senneurs transocéaniques. Les équipages étaient issus du noyau de pêcheurs concarnois qui travaillaient soit au germon, soit à la petite pêche ou encore au chalut, attirés par les horizons tropicaux et la perspective de bons revenus. Excepté l’ACF, qui gérait ses thoniers depuis Audierne, tous les autres armements (Cobrecaf, CMB, Saupiquet et Pêche et Froid) avaient choisi Concarneau comme port d’attache, mais les navires ne revenaient sur leurs rivages bretons que lors de la visite technique, tous les 4 ou 5 ans. Par souci d’efficacité sur un marché mondialisé, la profession s’est structurée par la création d’une organisation de producteurs, Orthongel, et d’une société pour la vente du thon congelé, la Sovetco, dont les sièges sont à Concarneau. La Cobrecaf a aussi acquis des cargos pour acheminer le thon congelé aux quatre coins du monde. Lorsqu’il a fallu faire le pari de se déployer vers des zones encore inconnues, les Bretons ont à nouveau répondu présents. La tradition de grande pêche thonière tropicale qui caractérise Concarneau se perpétue donc depuis la fin des années 1950.

42Il y avait aussi à bord deux « champions » vétérans de la pêche thonière française, les patrons Henri Sellin et Henri Quentric, alors à la retraite, sollicités pour faire bénéficier l’équipage de leur expérience de pionniers lorsque la pêche thonière française fut lancée en Afrique au début des années 1960.

La prospection du Yves de Kerguelen

L’ARRIVÉE DANS LES EAUX SEYCHELLOISES

43Une fois passé dans l’océan Indien, le Kerguelen remonta le canal de Mozambique et entra le 19 novembre 1981 dans la ZEE seychelloise pour entamer sa prospection par le sud et l’ouest des Amirantes. La première relève d’équipage était prévue début décembre à Mahé, mais la capitale des Seychelles allait vivre des heures chaudes. Le 25 novembre, des mercenaires débarquèrent à l’aéroport dans le but de renverser le président France Albert René. L’armée parvint à repousser les assaillants et fit échouer cette tentative de coup d’État. Pendant les jours qui suivirent, un couvre-feu total fut instauré à terre et en mer au voisinage des îles, interdisant tout mouvement de navires. Pour sa relève, le Kerguelen dut se dérouter sur l’île Maurice, qu’il atteignit le 5 décembre. Il avait déjà à bord 50 tonnes de thons capturés à l’ouest du banc de Salha de Malha. Il repartit en mer le 7 décembre. Alors en pêche autour de l’île d’Agalega, il subit une avarie, la rupture de l’axe du mât qui porte le power-block, qui obligea le bateau à rentrer à Mahé. À terre, l’utilisation d’un vérin hydraulique de 60 tonnes de poussée fut nécessaire pour parvenir à dégager l’axe brisé. Le Kerguelen repartit en mer le 18 décembre avec à bord un premier scientifique de l’Orstom. À partir de ce moment et jusqu’à la fin de l’expérience, un observateur embarquera à chaque marée pour récolter les données biologiques et environnementales.

44Au moment où le Kerguelen est en train de remonter le canal de Mozambique, le Volpar d’Interthon quitte sa base d’Abidjan pour gagner les Seychelles, où il arrive le 20 novembre.

LES PROSPECTIONS AÉRIENNES

45L’équipe du Volpar, composée d’un pilote, d’un observateur expert et d’un mécanicien, était bien rodée : cela faisait bientôt dix ans que l’avion, un bi-turbopropulseur, assistait la flottille franco-ivoirienne en Atlantique. Le pilote et l’observateur, un lieutenant de pêche, avaient l’œil aiguisé. Ils détectaient tout signe précurseur de la présence de thons, à une altitude de croisière de 500 pieds (150 mètres). Le pilote devait être très vigilant, car la moindre défaillance des moteurs à cette faible altitude (ou encore la collision avec des oiseaux) pouvait avoir de graves conséquences. Lorsqu’un banc de thon était repéré, l’avion le survolait en décrivant un large cercle pour en estimer la taille. Les pêches du senneur ont montré que l’estimation faite par avion était très proche de la réalité. Cette particularité fut d’ailleurs mise à profit pour procéder à une première évaluation quantitative des ressources accessibles aux senneurs dans la région seychelloise. Outre sa fonction d’assistance à la flottille, le Volpar réalisait aussi des mesures très précises de la température de la mer grâce à un radiomètre infrarouge installé à bord (voir encadré). Une carte montrant la route suivie par l’avion et les températures des zones couvertes était produite à l’issue de chaque vol (fig. 4-4). La tendance des températures de la mer et la position des fronts, jour après jour, indiquaient les zones où la probabilité de trouver des bancs de thons était la plus élevée.

Figure 4-4. Exemple de carte de température de la mer établie à partir des relevés radiométriques du Volpar entre le 11 et le 23 décembre 1982.
Les limites des hauts fonds sont représentées par la ligne blanche, et les points de mesure par les points noirs

46Le premier vol eut lieu le 22 novembre 1981. Les prospections se cantonnèrent d’abord aux parages immédiats des plateaux des Seychelles et des Amirantes. Puis elles s’étendirent à Agalega, vers le nord des bancs de Saya de Malha et vers les zones limitrophes de la ZEE seychelloise. Dans la partie est, l’avion déborda souvent dans les eaux internationales, pour atteindre la longitude de 64° E, c’est-à-dire à 900 km de Mahé ! La vitesse relativement élevée du Volpar (330 km/h) permettait de couvrir de telles distances dans la journée. Le décollage avait lieu au point du jour et les vols duraient de six à huit heures, plusieurs jours durant. Le bruit et la chaleur (absence de climatisation à bord) rendaient ces sorties assez pénibles. Mais la satisfaction d’observer des bancs de thons était souvent au rendez-vous. LeVolpar aida beaucoup le Kerguelen en l’orientant vers les secteurs les plus riches ou vers des épaves dérivantes. De plus, il apportait un soutien moral à l’équipage en acheminant le courrier au moyen de containers étanches, largués à proximité du bateau lors d’un passage à basse altitude. En Atlantique, lorsque les navires opèrent en flottille, ceux qui quittent le port prennent le courrier de ceux qui sont en mer et qu’ils doivent croiser. Ici, le Kerguelen était seul. Le Volpar vola donc quasiment tous les jours lorsque les conditions météorologiques s’y prêtaient : il réalisa son vingt et unième et dernier vol dans la zone le 19 janvier 1982, conformément à l’accord passé avec Orthongel.

La radiométrie infrarouge aéroportée
Le radiomètre est un instrument qui mesure l’intensité du rayonnement électromagnétique à différentes longueurs d’onde. Pour la mesure de la température, on utilise un radiomètre qui analyse le domaine infrarouge, car l’intensité de ce rayonnement est proportionnelle à la chaleur émise par l’objet visé. Avant d’être installés sur des satellites, les radiomètres ont été utilisés sur des avions, et l’une des applications a été la mesure en continu de la température de la mer, avec une précision de deux dixièmes de degré.
La radiométrie aéroportée a été introduite au début des années 1970 par les Américains, en appui à diverses pêcheries pélagiques du sud de la Californie, et par les Français, avec la flottille franco-ivoirienne du golfe de Guinée. Dès 1972, des chercheurs du centre Orstom d’Abidjan (Jean-Michel Stretta, Jacques Noel et Michel Slepoukha) ont commencé à décrire l’évolution des masses d’eaux sur le front du Cap Lopez, au large du Gabon. Bien maîtrisée par l’équipe française, cette technique a ensuite été appliquée à partir de 1979 dans le Pacifique Sud-Ouest par des chercheurs du centre Orstom de Nouméa (Michel Petit, Jacques Muyard, Francis Marsac, Francis Gohin). Le dernier terrain d’application fut l’océan Indien, dans le cadre d’une collaboration entre Interthon, l’Aviation des Seychelles et l’Orstom.
Dans le système développé par l’Orstom, les mesures étaient stockées en cours de vol sur un micro-ordinateur couplé au radiomètre. On y entrait également les coordonnées géographiques des changements de direction de l’avion, ce qui permettait la production quasi automatisée de cartes thermiques.
Au cours des années 1980, la technologie satellitale progressa et la précision des mesures de température par satellite sur l’ensemble du globe s’améliorera pour égaler celle des mesures réalisées par avion. Les satellites peu à peu vont permettre la mesure d’autres variables océaniques, comme les courants et la concentration en chlorophylle de la mer, un indicateur de la productivité de la masse d’eau. Cette évolution technologique, qui rendra accessible quasi gratuitement des informations de grand intérêt quelle que soit la zone océanique, mettra un terme aux prospections aériennes de télédétection océanique.

Dispositif utilisé par l’avion de prospection pour mesurer la température de la mer en continu par la technique de la radiométrie infrarouge. Au bas du rack : radiomètre connecté au capteur infrarouge (coin droit de l’image) ; au milieu : décodeur numérique ; en haut, micro-ordinateur connecté au décodeur, recueillant et traitant les informations en temps réel.

© IRD/F. Marsac

47Le relais fut ensuite pris par l’avion de surveillance de la ZEE, le Defender, un Islander Britten Norman appartenant à la Navy seychelloise. Cet avion fut affrété par l’Orstom dans le cadre du programme scientifique financé par le Fonds d’aide et de coopération.

Le Defender, avion qui assurait la surveillance de la ZEE des Seychelles, et qui a beaucoup été utilisé par les scientifiques pour leurs travaux.

© R. Martin, Seychelles Nation

48Il fallut équiper l’avion pour poursuivre le programme, en installant le rack du radiomètre à la place des sièges arrière et en perçant un trou dans le plancher pour y loger le capteur infrarouge. Il fallut ensuite expliquer aux différents pilotes qui allaient se relayer aux commandes la technique de repérage des bancs de thons. Marsac assura le rôle de l’observateur à bord de l’Islander, dont la vitesse n’était que de 195 km/h, limitant le rayon d’action par rapport au Volpar. Durant cette mission, il était prévu d’apporter une assistance au senneur, mais l’objectif central restait l’évaluation des ressources thonières par un échantillonnage systématique et l’utilisation de la température comme traceur d’habitat. Au total, le programme se traduisit par 350 heures de survols dans l’ouest de l’océan Indien à partir des Seychelles (fig. 4-5).

49Ces prospections aériennes montrèrent que la température de surface était uniforme durant la saison chaude et que ce facteur seul ne pouvait expliquer la distribution hétérogène des bancs de thons. Par ailleurs, il existait peu de fronts de température durant la mousson de sud-est. Afin de mieux estimer la vulnérabilité des bancs à la senne, il s’avéra donc nécessaire de compléter les mesures radiométriques (qui se limitaient à la surface) par des mesures de température en profondeur au moyen de sondes XBT* larguées depuis les senneurs (ces mesures se poursuivirent plusieurs années durant). En revanche, l’estimation du potentiel exploitable fut possible à partir des densités de bancs observées depuis l’avion. Sur l’ensemble de la zone survolée, le secteur jugé le plus favorable durant la saison chaude fut celui s’étendant des Seychelles aux Chagos. Les chiffres avancés en 1983 estimaient cette biomasse* à 6 000 tonnes entre novembre et mars. On était dans un ordre de grandeur raisonnable, car les prises moyennes des senneurs calculées plus tard sur la période 1984-2006 pour cette saison et dans cette même zone s’établirent à 6 500 tonnes. D’une manière générale, les estimations de biomasse issues de prospections aériennes produisent des indices d’abondance relatifs qui peuvent aider au suivi de l’état de la ressource. En tout cas, l’impression positive qui se dégageait de ces premières estimations quantitatives fut bien confirmée par la suite des événements.

Figure 4-5. Trajets des prospections thonières réalisées par avion de 1981 à 1984 dans la ZEE des Seychelles et ses alentours

DES MARÉES PROMETTEUSES

50Après un mois passé dans l’océan Indien, le Kerguelen n’avait capturé que 130 tonnes, soit un rendement moyen de 4,5 t/jour. Heureusement, le meilleur restait à venir… À la fin du mois de décembre, l’avion d’assistance gagnait les positions sur lesquelles l’Île de Sein, un an plus tôt, avait réalisé les meilleures prises de sa campagne. Et les poissons étaient bien au rendez-vous ! De 60° E à 64° E, entre 3° S et 5° S, à l’extérieur de la ZEE et à mi-chemin des Chagos, l’avion repéra quantité d’oiseaux et de nombreux bancs d’albacores. Le 31 décembre, le senneur commença à pêcher sur ces bancs très mobiles et difficiles à encercler.

51Plusieurs tentatives furent nécessaires pour capturer un banc mais à la fin de la journée de pêche, il y avait 65 tonnes de plus en cale. Les fins d’année semblaient sourire aux senneurs français. Les bancs se déplacèrent peu à peu vers l’est, et le senneur les suivit. Cet épisode de fortes pêches prit fin le 12 janvier 1982. En l’espace de 13 jours, le filet fut mis à l’eau 22 fois, et pas moins de 200 tonnes furent capturées, dont la moitié sur bancs libres et composée d’albacores de grande taille. Dans 28 % des cas, le poisson s’échappa du filet avant que celui-ci ne se refermât : les bancs apparaissaient en surface, mais ils étaient prompts à plonger. À la fin de la première marée, la prise moyenne était de 10 tonnes par jour de pêche, un très bon rendement. Les 570 tonnes de thon furent transbordées sur un cargo frigorifique, le Finnoe, arrivé à Victoria quelques jours plus tôt.

Le système des marées sur les senneurs
L’activité habituelle d’un thonier est rythmée par des voyages qui durent environ 45 jours, que l’on appelle des marées. À l’escale, le thon est transbordé ou déchargé, on refait les pleins d’eau et de carburant, les vivres de la marée suivante sont livrés par le shipchandler. C’est aussi l’occasion de renouveler l’équipage, un tiers à chaque escale : les partants rentrent chez eux pour 45 jours de congés, et les arrivants réintègrent le bord à l’issue de leurs congés. C’est-à-dire que chaque marin effectue deux marées consécutives en pêche (soit 90 jours) et une marée à terre. Ces relèves peuvent néanmoins être décalées de quelques jours si les besoins de la pêche l’imposent, par exemple dans le cas d’un navire qui rencontre de bonnes conditions de pêche sur sa route retour vers le port. Les escales au port peuvent aussi être plus rapprochées, par exemple lorsqu’un thonier a rempli ses cuves de poissons avant la fin de sa marée. D’autres situations peuvent aussi justifier une escale en cours de marée, dans le cas d’un accident de personne ou d’une panne importante qui ne peut être réglée par les mécaniciens du bord.

52La troisième marée débuta le 6 février. L’avion d’Interthon était déjà reparti en Atlantique. Toutes les prises furent réalisées sur épaves dérivantes. Les coups nuls résultaient de tentatives menées sur des bancs libres très mobiles. À l’issue de cette marée, le rendement moyen journalier se maintint autour de 10 tonnes. Le rapport rédigé par l’un des patrons experts, Henri Sellin, à l’intention des armateurs était plutôt positif : « La présence et le comportement du poisson sont très comparables à ce que l’on constate en Afrique, le poisson n’est ni plus vif, ni plus fuyant, ni plus dispersé, ni plus difficile à capturer qu’en Atlantique, la visibilité est excellente, bien meilleure qu’en Afrique. » D’une manière générale, on peut ajouter que le courant est moins fort dans l’océan Indien qu’il ne l’est dans l’Atlantique, et on n’y trouve pas l‘équivalent du sous-courant de Lomonossov, un courant de profondeur opposé à celui de la surface qui, dans la zone équatoriale de l’Atlantique, est à l’origine de nombreux incidents avec les sennes. H. Sellin soulignait aussi que, dans le contexte de cette campagne, la présence de l’hélicoptère était fondamentale.

Les hélicoptères à bord des senneurs
À l’instar de la flottille thonière américaine, certains armements français ont fait le choix de se doter de senneurs porte-hélicoptères avec la série Rospico, dont le Yves de Kerguelen est le numéro deux (cf. p. X cahier hors texte). Les hélicoptères sont des « Alouette 2 », souvent issus de l’Armée de Terre. L’hélicoptère, posé sur la plateforme qui surplombe la passerelle, est livré aux assauts des embruns et du soleil. Une maintenance quotidienne est donc essentielle. Elle est assurée par un mécanicien spécialisé, indépendant des membres d’équipage travaillant à la machine. Le pilote est toujours un ex-militaire de l’Armée de Terre. Il s’agit donc de personnels très qualifiés qui ont un statut à part. Poser l’Alouette sur sa plateforme lorsque la mer est agitée est une manœuvre délicate et dangereuse. Le pilote maintient l’hélicoptère en position stationnaire à 1 mètre au-dessus sur point d’atterrissage, et après avoir étudié le mouvement de tangage du navire, se pose au moment précis où le navire est en sommet de houle. Au repos, l’hélicoptère est maintenu sur sa plateforme au moyen de haubans. En vol, il prospecte une zone dans un rayon d’environ 30 milles autour du senneur, c’est-à-dire au-delà de la distance de détection des jumelles. Il joue ainsi le rôle d’un « super nid de pie ». En conditions normales, l’hélicoptère effectue deux à trois vols par jour, d’une durée de deux à quatre heures chacun. Durant le coup de filet, il peut parfois jouer sur le banc le rôle de rabatteur lorsque le poisson s’écarte de la senne et cherche à passer sous le navire. À la fin des années 1980, l’entrée en service de « radars-oiseaux », des radars capables de détecter des groupes d’oiseaux en vol à une quinzaine de milles, a sonné le glas des hélicoptères, dont les coûts de fonctionnement étaient très élevés.

53Le Kerguelen acheva sa troisième marée le 27 mars. Plusieurs contretemps marquèrent l’escale. Aucun cargo n’étant au port, il fallut conserver le poisson déjà présent dans les cuves du senneur jusqu’à fin avril, ce qui réduisait le potentiel de stockage pour la marée suivante. Il était par ailleurs impossible de s’approvisionner en sel et en ammoniac pour compléter les réserves du bord. Le sel est nécessaire pour maintenir la saumure des cuves au degré baumé* requis, et l’ammoniac est un réfrigérant utilisé dans le système de congélation. Aucun de ces produits essentiels n’existait alors en quantité suffisante aux Seychelles, et le navire fut donc obligé de faire route sur l’île Maurice pour se ravitailler. Il quitta Mahé le 2 avril, et ne fut de retour dans la zone de pêche que le 9 avril. Par défaut d’organisation et d’anticipation, une semaine de prospection venait d’être perdue.

UNE FIN DE CAMPAGNE PONCTUÉE D’ALÉAS, MAIS DES PERSPECTIVES ENCOURAGEANTES

54La quatrième marée fut la moins productive de la campagne. La découverte d’un cadavre de cachalot flottant à la dérive apparut comme une aubaine pour l’équipage. L’état de décomposition du cétacé était déjà bien avancé, et une odeur pestilentielle régnait à proximité. Ces charognes conjuguant deux effets, celui d’une épave dérivante et celui d’un garde-manger, les thons s’y trouvent souvent associés. Plus de 65 tonnes furent capturées en deux coups de filet. Le lendemain de la prise, le cadavre se disloqua et disparut sous les flots ; il partit alimenter un autre écosystème, celui des profondeurs abyssales.

55Le 25 avril, le Kerguelen regagna Mahé avec 105 tonnes supplémentaires à bord pour transborder ses prises sur le cargo frigorifique Pêcheur Breton, opération qui prit cinq jours. Peu après son départ en mer pour deux semaines de pêche avant la relève d’équipage survint une avarie qui entraîna une seconde interruption de la marée. L’une des canalisations du circuit de réfrigération explosa, causant un important dégagement d’ammoniac qui se répandit dans les coursives et sur le pont. Cette panne, heureusement bien gérée et sans conséquences pour l’équipage, entraîna cependant une fragilisation du système de froid et l’impossibilité de maintenir la saumure des cuves à une température négative. Il devenait donc impossible de stocker du poisson dans de bonnes conditions Il fallut donc se dérouter vers La Réunion pour réparer, ce qui immobilisa le senneur pendant cinq jours.

56À l’issue de cette marée perturbée par deux gros incidents techniques, le rendement moyen journalier de la campagne tomba à 7,6 tonnes.

57Les deux transits vers l’île Maurice et La Réunion apportèrent néanmoins des enseignements précieux sur la délimitation de la zone propice à la pêche à la senne. La traversée du bassin des Mascareignes révéla qu’au sud de 13°S, c’est-à-dire à la latitude de la pointe nord de Madagascar, les oiseaux marins devenaient nettement plus dispersés et les bancs de thons n’apparaissaient plus en surface. Seuls subsistaient de rares bancs épars à déplacement rapide. La pêche à la senne n’y était donc pas possible, une observation qui fut toujours confirmée par la suite.

  • 4 Chagos : curieusement, on doit noter que de telles pêches d’albacores en juin aux Chagos ne seront (...)

58La dernière marée de la campagne fut l’occasion pour le Kerguelen de prospecter de nouveaux horizons, tout d’abord au nord de l’équateur, vers le bassin de Somalie, puis dans les parages des Chagos, à plus de 1 000 milles à l’est des Seychelles. Le 19 mai, au franchissement de l’équateur, il manqua de peu un guyot* sous-marin, le Coco de Mer, en passant à une vingtaine de milles de celui-ci. Ce guyot, qui n’était pas reporté sur les cartes de l’époque, fera quelques années plus tard les beaux jours de la flottille espagnole, comme cela sera conté au chapitre 7. Le poisson n’étant pas au rendez-vous et, le vent forcissant, le patron décida de changer de secteur et de revenir graduellement vers l’est des Seychelles où le Kerguelen avait si bien pêché en janvier et mars. En poussant toujours plus vers l’est, il arriva aux abords des Chagos où fut trouvée une concentration de bancs d’albacore de belle taille. Du 29 mai au 1er juin, les coups de filet s’enchaînèrent (jusqu’à trois par jour) et le senneur captura 185 tonnes. Mais lors de la dernière calée du 1er juin, on passa tout près d’un drame. Peu après le largage de la senne, le treuil se bloqua, entraînant le chavirage du skiff par l’avant. Les deux hommes du skiff échappèrent de peu à la noyade mais l’un deux, sérieusement blessé, dut être évacué sur la base américaine toute proche de Diego Garcia. La pêche ne reprit que le 4 juin dans des conditions météorologiques beaucoup moins favorables. Le senneur captura 70 tonnes supplémentaires vers le nord de l’archipel, mais le 16 juin, le patron décida de retourner vers les Seychelles car la mousson se renforçait sur la zone. Durant cette brève période de pêche, la thermocline avait été peu profonde (de 35 à 50 m) ce qui facilita la capture des bancs. Sur les quinze calées effectuées dans ce secteur, seules cinq ne rapportèrent aucune prise. Les prises de cette marée s’élevèrent à 267 tonnes, provenant exclusivement de la région des Chagos. La période la plus propice avait été celle de la phase lunaire ascendante4, un facteur connu pour jouer un rôle favorable sur le regroupement de proies, comme les petits poissons et autres calmars, chassés par les thons.

59Pendant ce mois de juin 1982, Orthongel convoqua à Concarneau la commission de gestion de la campagne Yves de Kerguelen, afin de décider de la marche à suivre à court terme. Il était convenu de mener cette expérience jusqu’au 30 juin, et l’échéance s’approchait : devait-on mettre un terme à la campagne et faire rentrer le senneur en Atlantique, ou bien poursuivre quelques mois encore dans l’océan Indien ? Compte tenu des aléas rencontrés, de l’isolement du navire et d’une connaissance encore fragmentaire de la zone, le bilan fut jugé encourageant, et le projet d’organiser une campagne à plus grande échelle, avec quatre navires, commença à prendre forme. Certes, l’opération Kerguelen était déficitaire (8,6 millions de FF, soit 2,5 millions €), mais cela était prévu et la subvention du FIOM limitait les répercussions financières sur Orthongel. Les armateurs considérèrent que la difficulté première était l’isolement de l’équipage (seulement quatre bateaux furent croisés durant la campagne). Cela, ajouté à la dégradation des conditions météorologiques à l’arrivée de la mousson de sud-est et à l’interdiction de prospecter aux Maldives, incita les armateurs à interrompre la campagne. De son côté, le représentant du ministère de la Mer trouvait dommage de ne pas poursuivre, car cela empêchait d’apprécier le potentiel réel de la période considérée a priori comme la moins favorable. Il fut finalement décidé que le senneur prospecterait le canal de Mozambique dans son voyage de retour vers l’Atlantique, après son escale du 20 juin à Mahé. On demanda à Régis Toussaint, directeur de Cofrepêche, d’expliquer aux autorités seychelloises les raisons de cette décision, tout en présentant une possible suite menée au moyen d’une flottille.

60M. Ferrari, au nom des Seychelles, ne cacha pas sa déception devant la décision prise par les armateurs d’interrompre la campagne, tout en en comprenant les raisons. Néanmoins, le ministre apprécia que trois marins seychellois puissent rester à bord pour parfaire leur formation durant le voyage de retour vers Abidjan, où l’arrivée était prévue dans le courant du mois d’août. Dans la semaine qui suivit cette cérémonie, le chef de cabinet du ministère de la Mer et un représentant de la direction des Pêches, accompagnés de M. Raynaud, PDG de Cofrepêche, se rendirent à Mahé pour rassurer le gouvernement seychellois sur les projets à venir.

Réception à bord du Yves de Kerguelen, le 20 juin 1982, clôturant la campagne de prospection avant le retour du senneur vers l’Atlantique.
Sont présents de gauche à droite : Georges Vinson, ambassadeur de France aux Seychelles, Régis Toussaint, directeur de Cofrepêche, Daniel Robigou, patron du Kerguelen, et Maxime Ferrari, ministre seychellois du Plan et du Développement.

© IRD/F. Marsac

Marcel Raynaud
Né en 1922, Marcel Raynaud, ingénieur agronome et licencié en droit, a consacré toute sa carrière à l’industrie des produits de la mer. C’est au Maroc qu’il entre dans le monde de la conserve de poisson où il restera pendant 30 ans. Il crée avec d’autres collègues « Les Grandes Marques » dont il deviendra le directeur (1953) puis le président (1960-1972). Il sera également président (1952-1973) puis administrateur de la société des sous-produits de la mer d’Agadir. Fort de son expérience, il est appelé en 1961 à restructurer la compagnie Saupiquet dont il deviendra le président-directeur général en 1969, et ce jusqu’en 1979. Après des concentrations d’usines et des délocalisations vers le Sénégal, la Côte d’Ivoire et l’Indonésie, le groupe ainsi constitué arriva en tête du secteur français de la conserve. Enfin, c’est en 1980 que Marcel Raynaud participe à la création de la société Cofrepêche avec Régis Toussaint et certains de ses collègues professionnels. Il en sera le président-directeur général jusqu’en 1988, puis le président d’honneur. C’est dans ce cadre et sur son initiative et son impulsion que les flottes des grands thoniers senneurs français puis espagnols ont réussi un redéploiement durable et exemplaire de leurs activités en océan Indien. Pour y parvenir, Marcel Raynaud et Régis Toussaint ont su rassembler et mobiliser les énergies des pouvoirs publics et des professionnels de la pêche, en associant étroitement les experts scientifiques à leur démarche. Marcel Raynaud est décédé le 13 février 2009. Il aura été tout au long de sa carrière un visionnaire et un stratège.

61Le 22 juin 1982, le navire reprit la mer pour le canal de Mozambique, porte de retour vers l’Atlantique. C’est un temps à grain qui régnait en ce début de mousson, gênant la veille aux jumelles. Aucun banc de thons ne fut repéré lors de la traversée de l’archipel des Comores. Quelques épaves dérivantes, avec très peu de thons, furent trouvées dans les parages de Juan de Nova. En revanche, les oiseaux étaient partout, ce qui n’est guère étonnant à quelques milles de la plus grande colonie de sternes fuligineuses de l’océan Indien que cette île abrite. Les dernières observations de bancs de thons de la campagne eurent lieu un peu plus au sud, au niveau du Jaguar Seamount (22°S, 39°30’E), des bancs petits, rapides et impossibles à pêcher à la senne. Une fois franchi le 24e parallèle sud, le Kerguelen interrompit la prospection. Il entra dans le courant des Aiguilles, faisant route vers l’Atlantique et sa prochaine escale, le Cap en Afrique du Sud, où il arriva le 2 juillet.

62La prospection du canal de Mozambique se soldait par un échec. Cette zone sera activement exploitée chaque année par les senneurs à partir de 1985, mais seulement de manière saisonnière, de mars à mai. Or la prospection du Kerguelen s’était déroulée en juin-juillet, à une saison peu favorable. Cet échec n’a donc a posteriori rien de surprenant

BILAN DE LA CAMPAGNE

63C’était donc la fin d’une campagne au cours de laquelle la collaboration entre tous les acteurs avait été considérée comme exemplaire. Sur la très vaste zone couverte (fig. 4-6), les trois chercheurs de l’Orstom en poste à Mahé embarquèrent tour à tour comme observateurs. Pêcheurs et scientifiques avaient œuvré de concert, tissant des relations de confiance pendant ces six mois de cohabitation à bord du Kerguelen. Les armements, Orthongel et Cofrepêche avaient été tenus quotidiennement au courant des activités du navire. Les nombreux rapports produits au cours de la campagne, détaillant la pêche et les conditions océanographiques, furent diffusés dans un circuit restreint constitué des signataires de la convention. Le gouvernement des Seychelles avait bien compris les enjeux qui allaient résulter de cette campagne. Maxime Ferrari, ministre du Plan et du Développement, avant de se rendre à son ministère, passait chaque matin rendre visite aux scientifiques de l’Orstom pour prendre connaissances des derniers échos, conscient que ces recherches allaient finir par porter leurs fruits pour son pays.

64Quelques chiffres permettent d’illustrer les nouvelles informations acquises. Les bancs rencontrés étaient souvent rapides (55 % se déplaçant à une vitesse de 1 à 5 nœuds et 35 % à plus de 5 nœuds), rendant leur capture difficile. Sur les 441 bancs observés, 56 % présentèrent un aspect diffus et 18 % formèrent des balbayas denses. L’espèce dominante sur bancs libres fut l’albacore (91 %), ce type de banc étant largement dominant durant la saison chaude et particulièrement concentré dans la région s’étendant entre les Seychelles et les Chagos (fig. 4-7). Cela confirmait les premières impressions résultant de la campagne Île de Sein de l’année précédente. Le grand nombre d’épaves dérivantes rencontrées, dans toutes les zones et à toutes saisons, a constitué certainement le fait majeur dans cette expérience qui contraste avec la situation habituellement rencontrée dans les eaux africaines, où les épaves sont beaucoup plus rares. Sous ces épaves, le listao représentait à lui seul plus de 50 % des prises.

Figure 4-6. Routes suivies par le senneur Yves de Kerguelen au cours de ses 5 marées dans l’océan Indien (novembre 1981-juillet 1982).
Les numéros de marées sont indiqués dans les cercles et le contour de la ZEE des Seychelles est représenté en tireté

Figure 4-7. Prises du senneur Yves de Kerguelen réparties selon le type de coup de filet, objets flottants (épaves) ou bancs libres

65Le Kerguelen a passé 156 jours en mer, dont 137 en pêche (88 %). Il captura 1 443 tonnes de thons (dont 64 % d’albacores, 26 % de listaos et 10 % de patudos) provenant à part égale de bancs libres (685 t, soit 47 %) et d’objets flottants (701 t, soit 49 %). Le rendement moyen durant la campagne atteint 10,5 t/jour de pêche, rendement supérieur aux 8,9 t/jour que ce même bateau avait obtenues dans l’Atlantique au cours de ses 14 marées précédentes. Sur les 69 coups de filets effectués par le Kerguelen dans l’océan Indien, la prise moyenne par coup de filet s’établit à 21,4 t sur bancs libres et 20 t sur objets flottants. Les calées inférieures à 10 tonnes représentèrent près de 43 % des cas, celles de 10 à 30 t, 33 % et celles de taille supérieures à 30 t, 20 %.

66Des contretemps techniques émaillèrent la campagne et réduisirent les rendements. La cause en était l’absence d’infrastructures et de logistique spécialisée dans les réparations lourdes, et une disponibilité insuffisante en avitaillement (fuel lourd, sel, pas d’ammoniac…). Plusieurs journées de pêche furent ainsi perdues à quai ou lors des transits vers l’île Maurice et La Réunion. Elles sont à mettre au compte du « risque prospectif », dont les aléas sont inévitables lors de telles campagnes exploratoires.

La troisième et dernière campagne française : une flottille de quatre senneurs

Objectifs

67La campagne du Yves de Kerguelen relançait l’intérêt sur les potentialités de l’océan Indien en matière de pêche à la senne. Le 1er juillet 1982, au moment où le Kerguelen doublait le Cap des Aiguilles, Cofrepêche, en présence du chef de cabinet du ministre français de la Mer, signait avec le gouvernement des Seychelles une déclaration commune d’intention, par laquelle il fut convenu de poursuivre le programme de coopération et de constituer une société mixte d’études et de réalisations dans le domaine thonier. Dans les jours qui suivirent, Cobrecaf se porta candidat pour participer à une nouvelle prospection en envoyant un à deux thoniers, à la condition qu’au moins deux autres thoniers se joignent au projet. On sait qu’une prospection en flottille augmente la couverture géographique de la zone et réduit le risque de coupures dans la pêche. La campagne du Kerguelen n’avait pas entièrement répondu à la question de la rentabilité de cette nouvelle zone de pêche. Ayant quitté la zone avant la saison la plus tourmentée, celle de la mousson de sud-est, on ne savait toujours pas si l’on pouvait pêcher dans des conditions satisfaisantes et si le poisson était encore présent à cette saison.

68Entreprendre une prospection en flottille durant une année complète était donc la troisième étape pour tester la rentabilité de la pêche au thon dans cette région du monde.

69À leur retour en Atlantique au sein de la flottille française, les marins du Kerguelen parlaient de leur campagne avec enthousiasme : la pêche y était prometteuse, les procédures de transbordement aux escales se déroulaient sans complications majeures et surtout, il régnait une grande sécurité sur le quai de Victoria, situation bien différente de celle vécue en Côte d’Ivoire. On en parlait au cours des liaisons radio, sur les quais d’Abidjan et autour d’une bière dans les bars de Concarneau. De surcroît, à cette même période, la pêche n’était guère fructueuse dans le golfe de Guinée. On était en septembre 1982, et plusieurs patrons français commençaient à manifester leur désir d’aller tenter leur chance dans l’océan Indien, même sans garantie financière. Dans les états-majors de la pêche française aussi, on préparait la nouvelle phase, d’autant plus qu’aux Seychelles, le président F. A. René nourrissait un ambitieux projet de développement en deux temps, d’abord la création de sociétés thonières mixtes avec des partenaires étrangers, ensuite la mise en place d’une conserverie.

70Il n’y avait pas de temps à perdre, car la meilleure saison de pêche approchait. Les armements thoniers s’accordèrent donc sur une campagne mettant en œuvre quatre à cinq thoniers, sans couverture du risque financier, mais en sollicitant une subvention forfaitaire couvrant les frais de l’aller et du retour (évalués à 8 millions de FF, soit 2,4 millions €). CMB et ACF furent d’accord pour se joindre à Cobrecaf dans ce projet. Les choses s’enchaînèrent alors rapidement. Le 24 octobre 1982, une réunion fut organisée à Cofrepêche avec le ministre M. Ferrari. Celui-ci rappela que cette nouvelle phase était indissociable du projet de création d’une société mixte entre la France et les Seychelles. Il fallait des retombées concrètes et durables pour le développement du pays, et le gouvernement voulait se donner les moyens de mettre en place une flottille nationale. Le ministre demanda que cette campagne couvre aussi la saison encore inconnue de la mousson de sud-est, de juin à octobre 1983. Le directeur des Pêches au ministère de la Mer confirma l’intérêt manifesté par les pouvoirs publics français pour la réalisation de ce programme de coopération. Le développement d’une pêche seychelloise était parfaitement compris et devait être soutenu. Il demanda aussi à ce qu’une composante régionale soit apportée au projet. À ce titre, M. Ferrari s’engagea à prendre contact avec le gouvernement des Maldives pour étendre vers le nord-est la zone de prospection des senneurs, sachant que cette zone était moins touchée par la mousson que la région seychelloise. Pour sceller ces discussions, une rencontre officielle fut organisée moins d’une semaine plus tard avec Louis Le Pensec, ministre de la Mer de l’époque, le 30 octobre 1982.

Mise en place

71Durant les jours qui restaient avant cette rencontre, il fallait que les armateurs choisissent les navires qui allaient participer à la prospection. De son côté, le ministre français avait souligné que la participation financière de l’État à la campagne allait être gérée par le FIOM et, de ce fait, ne pouvait être qu’une garantie du déficit d’exploitation. Il était donc exclu d’envisager l’octroi de la subvention structurelle de 8 millions FF que demandait la profession. Les armements désignèrent leurs navires : la Cobrecaf choisit le Yves de Kerguelen et le Trévignon II, CMB le Gevred et l’ACF le Président Lacour. Le 30 octobre, tout était prêt pour qu’un accord soit conclu entre les deux gouvernements, en présence des armateurs. Cet accord, qui concrétisait la déclaration d’intention commune signée le 1er juillet 1982 à Mahé, prévoyait les dispositions suivantes : les Seychelles mettaient leur ZEE à disposition des armateurs français, qui s’engageaient en retour à réaliser une campagne de prospection d’au moins six mois, en s’efforçant de la prolonger à douze mois avec tout ou partie de la flottille ; la formation de marins seychellois serait assurée à bord des senneurs, à raison de quatre Seychellois embarqués par navire ; enfin, les parties confirmaient leur intention de négocier la création d’une future société mixte dans les mois à venir. Enfin, les Seychelles seraient financièrement associées au résultat de la campagne si celui-ci était positif, à hauteur d’un minimum garanti de 500 000 FF (147 000 €). Marcel Raynaud, président de Cofrepêche, fut mandaté pour conduire ces négociations.

72Les aspects politiques semblaient réglés. En réalité, ce n’était pas tout à fait le cas, car des rebondissements survinrent lors de la mission de M. Raynaud aux Seychelles du 8 au 11 novembre 1982. Dans l’immédiat, il fallait organiser la prospection et, dans ce but, les armateurs se réunirent le 3 novembre à Concarneau. En premier lieu, on devait désigner un correspondant aux Seychelles qui puisse assurer la logistique pour les quatre senneurs. Le choix se porta sur José Basurco (de l’ACF et vieil ami de son président, F. Gloaguen) qui avait dirigé la Soget durant l’expérience des canneurs. J. Basurco avait conservé d’excellents contacts avec les Seychellois, notamment avec M. Ferrari et Jacquelin Lablache, son adjoint à la Soget, et ce malgré le fiasco des canneurs. Il disposait aussi de la confiance du chef de mission de la Coopération française aux Seychelles.

73Le correspondant des armements avait une vaste mission : maintenir un contact quotidien entre la base à terre et les navires, et en référer aux armements ; servir d’intermédiaire entre les équipages d’une part, et le consignataire et les autorités seychelloises ou françaises d’autre part ; enfin, faciliter et coordonner les opérations de déchargement, d’avitaillement et de réparation, ainsi que les relèves d’équipage.

74Il fallut ensuite choisir un consignataire, intermédiaire chargé de toutes les opérations de dédouanement et de la mise en œuvre de la logistique à terre. Les armements décidèrent de passer contrat avec la société privée Hunt Deltel, qui s’était déjà occupée du Kerguelen (le gouvernement des Seychelles imposera plus tard une compagnie nationalisée, ULC (Union Lighterage Company) comme consignataire, à la place de Hunt Deltel). Il fallait également organiser l’acheminement du poisson vers les conserveries. En l’absence d’une infrastructure de froid à terre de taille suffisante pour stocker le thon, il fut décidé que les prises seraient transbordées sur cargo et c’est à la Cobrecaf que fut confiée la tâche de fournir les cargos frigorifiques et d’assurer une rotation à Victoria 15 jours par mois environ. Ces cargos servirent aussi à acheminer depuis la France des pièces détachées, des vivres, du sel (pour fabriquer la saumure), et l’huile des machines. Pour ce qui était de la commercialisation du poisson, rien ne changeait par rapport à l’Atlantique, et c’est la Sovetco qui en fut chargée.

José Basurco
José Basurco, aussi connu sous le nom de Coxe, est né en 1920 au Pays basque espagnol dans le petit port de Mutriku, dans la région de Guipuzkoa. Ce marin exceptionnel a marqué toute une époque de la pêche de Saint-Jean-de-Luz. En 1952, il prend les rênes du syndicat des marins, puis de la coopérative Itsasokoa de Ciboure. Dans les années 1950, il est le promoteur, avec quelques autres marins et armateurs, du développement de la pêche thonière basque à Dakar. J. Basurco jouera ainsi un rôle important au Sénégal, où il mettra aussi en place la première conserverie de thons. Il tiendra aussi une place très importante dans le développement de la pêche thonière aux Seychelles, où il résidera de 1979 à 1987, en y exerçant des fonctions très variées. Du fait de sa grande expérience dans la pêche des canneurs, il est tout d’abord un actif promoteur et le co-gestionnaire de la malheureuse opération des quatre canneurs franco-seychellois menée à la fin des années 1970, qui s’achèvera en mars 1981. Il apporte ensuite un soutien très actif à toutes les campagnes de prospection menées par les senneurs français ainsi qu’aux premières opérations de pêche commerciales des senneurs, français en particulier, (mais pas exclusivement, car il avait aussi de très bons contacts avec les armements et les équipages espagnols). Enfin, il a eu un rôle moteur déterminant dans la création de la première conserverie inaugurée aux Seychelles en 1987. Il est certain que J. Basurco a toujours eu aux Seychelles des contacts très étroits et très confiants avec de nombreux responsables politiques de haut niveau, jouant en cela le rôle occulte mais important de conseiller des Seychelles en matière de pêche thonière. C’est sans doute pour cette raison qu’après son départ du pays, les deux senneurs construits sur financement des Seychelles et destinés à pêcher sous ce pavillon ont tous deux porté un nom qui lui rend hommage : le Coxe, détruit par un incendie accidentel en août 1989, puis le Spirit of Coxe, qui a eu une infructueuse et courte carrière halieutique de juin 1991 à mars 1992.

75Alors que les états-majors s’organisaient, les thoniers avaient déjà mis le cap sur l’océan Indien. Le Kerguelen et le Trévignon avaient quitté leur base d’Abidjan le 28 octobre et leur arrivée aux Seychelles était prévue vers le 12 novembre. Le Gevred partit d’Abidjan deux jours plus tard, mais dut passer par Port-Louis (île Maurice) pour une opération de soutage, avant de remonter vers les Seychelles. Le départ du Président Lacour, quant à lui, était prévu le 12 novembre pour une arrivée aux Seychelles vers le 2 décembre 1982.

76Pour Daniel Robigou, le patron du Yves de Kerguelen, c’était un réel plaisir que de repartir vers les Seychelles. Il était toujours secondé de Yannick Le Guirriec, lui aussi un « ancien » de l’Indien. Le Trévignon II était un senneur portehélicoptère identique au Kerguelen, d’un an plus jeune (1980) et toujours de la lignée Rospico. Il était commandé par Jean Bourhis, secondé par Jean-Claude Le Bris. Ces deux navires constituaient le fleuron de la flottille française de thoniers senneurs de l’époque. Les deux autres thoniers étaient de plus petite taille et avaient déjà plusieurs années de pêche derrière eux. Le Gevred était un navire de 51 m (608 tonneaux, 500 tonnes de capacité en cale, puissance de 2 200 Ch) lancé en 1975, commandé par Michel Marrec, avec Albert Sancéo comme second-patron. Le Président Lacour (47,5 m, 570 tonneaux, 400 tonnes de capacité en cale, puissance de 1 800 Ch) fut mis en service en 1970 (sister-ship de l’Île de Sein). Il était commandé par Marcel Landrein. Le fait d’avoir ces deux grandes catégories de navires durant la prospection présentait l’intérêt de tester deux modèles aux coûts d’exploitation et aux potentiels de pêche très différents.

Le Président Lacour, le Gevred et le Trevignon II (de gauche à droite), à quai à Port Victoria, lors du transbordement des prises sur un cargo frigorifique en janvier 1983 (à droite sur la photo).

© IRD/B. Stéquert

77Les deux grands senneurs arrivèrent sur la zone en même temps, le 16 novembre 1982. Ils se dirigèrent tous vers les secteurs situés à l’est des Seychelles, déjà reconnus comme très productifs à la fois par l’Île de Sein et le Kerguelen dans leurs voyages antérieurs. À vrai dire, vers quelle autre option s’orienterait un patron de pêche arrivant dans une zone inconnue ? Pour simplifier, on peut découper cette troisième campagne en trois grandes périodes qui correspondent aux saisons hydrologiques : de novembre 1982 à mars 1983, mousson de nord-ouest (ainsi qu’on la qualifie au sud de l’équateur) ; d’avril à juin 1983, intermousson ; de juillet à octobre 1983, mousson de sud-est et début de la seconde intermousson.

78Au moment où les senneurs arrivèrent dans les eaux seychelloises, l’Orstom affecta aux Seychelles un quatrième chercheur, Michel Potier, afin de renforcer l’équipe en place et de garantir la plus grande efficacité dans le suivi de cette prospection en flottille.

Le régime de mousson
La mousson est un régime climatique caractérisé par une inversion saisonnière des vents. Ce régime est particulièrement développé dans l’océan Indien en raison de la présence du continent asiatique qui ferme l’océan par le nord. La terre se réchauffe et se refroidit plus vite que la mer, créant des contrastes importants de pression atmosphérique entre le continent et l’océan. En été boréal (juin-septembre), les basses pressions se développent sur le continent alors que des pressions plus élevées dominent au sud de l’équateur. Les vents soufflent alors du sud vers le nord, c’est la mousson de sud-est qui apporte d’abondantes précipitations sur le sous-continent indien. En hiver boréal, à l’inverse, les hautes pressions sont localisées sur l’Himalaya et les basses pressions s’étendent sur la zone équatoriale sud. Les vents soufflent alors du nord vers le sud, c’est la mousson de nord-ouest (au sud de l’équateur), de décembre à mars. La mousson de sud-est est marquée par des vents beaucoup plus forts que la mousson de nord-ouest. Entre ces deux moussons règnent des intermoussons, en avril-mai et octobre-novembre. Les vents sont alors instables, sauf à l’équateur où se développe un régime d’ouest soutenu.

Première période : la mousson de nord-ouest

79De novembre 1982 à mars 1983, les navires restèrent regroupés à l’est des Seychelles (fig. 4-8). Les prises se distribuèrent au sein d’une zone relativement restreinte à l’échelle de l’océan, allant de 4°S à 9°S et de 58°E à 64° E, soit un quadrilatère de 500 km sur 600. Le Kerguelen tenta une incursion de courte durée jusqu’à 70° E, au niveau des Chagos (du 27 décembre au 1er janvier 1983). Le navire réalisa consécutivement cinq calées de 10 à 16 tonnes, puis les indices de présence de bancs s’évanouirent rapidement. Des prises furent aussi réalisées sur les accores* des bancs de Salha de Malha, au sud-est des Seychelles. Les prises de cette période (4 713 tonnes) furent largement dominées par les calées sur épaves dérivantes (79 %), les deux tiers des prises étant composées de listao. Les deux plus grosses calées furent effectuées par le Gevred, avec un gros coup de senne sur épave de 153 tonnes le 6 février 1983, et par le Trévignon, avec une calée de 114 tonnes, toujours sur épave, le 10 décembre 1982.

80La flottille réalisa alors en moyenne un peu moins d’une calée par jour (0,8 calée).

Figure 4-8. Positions des senneurs (points noirs) et des prises (cercles pleins) durant la mousson de nord-ouest 1982-1983.
On distingue les calées effectuées sur épaves dérivantes (gris clair) de celles faites sur mattes (gris foncé).
Le trait tireté délimite la ZEE des Seychelles

  • 5 Les prix Sovetco de l’époque sont de 9,3 F/kg (2,4 €) pour l’albacore de plus de 30 kg, et de 6,1 F (...)

81Le fait marquant de cette saison fut la quasi-absence de mattes, alors que sur les mêmes secteurs lors des deux prospections précédentes, celles-ci furent très fréquentes et avaient permis de capturer de gros albacores dont la valeur marchande est bien supérieure à celle du listao5. Les albacores capturés en début de campagne furent de petite taille, des juvéniles de 40 à 90 cm. Aucun banc d’albacores adultes en phase de reproduction ne fut rencontré sur la zone. On s’est longtemps interrogé sur cette anomalie, jusqu’à réaliser qu’elle pouvait être due à un événement climatique particulier qui touche toutes les zones tropicales du globe, le phénomène « El Niño », qui peut avoir des effets dévastateurs dans les pays riverains, sécheresses pour les uns, inondations pour les autres. Durant un épisode El Niño, l’ouest de l’océan Indien subit d’importantes modifications climatiques et hydrologiques : la température de l’océan s’élève (fig. 4-9), la thermocline s’enfonce rendant les bancs plus profonds et moins détectables, les proies étant dispersées et plus rares en surface. Or, au moment où les senneurs français arrivèrent aux Seychelles pour leur troisième campagne, un événement El Niño de forte intensité était en train de se développer ! De fait, les patrons firent part de conditions météorologiques très instables, avec de nombreux coups de vent d’ouest qui atteignirent par moments une quarantaine de nœuds.

82La présence de bancs en surface était sporadique : ceux-ci s’observaient essentiellement autour des épaves dérivantes et à proximité des hauts fonds. L’événement de 1982-1983 est classé deuxième en intensité pour le xxe siècle, juste derrière celui de 1997-1998.

Figure 4-9. Anomalies de température de surface de l’océan sur la zone de pêche, durant la période 1960-2007.
Les événements El Niño de 1982-1983 et 1997-1998 sont signalés par des anomalies positives bien marquées, signalées par les deux flèches (source NOAA-NCDC ERSSTv3)

El Niño : variabilité climatique et pêcheries
El Niño est une anomalie climatique décrite en premier lieu dans le Pacifique, en raison de la remarquable ampleur qu’elle y prend compte tenu de l’étendue du bassin océanique (16 000 km à l’équateur). El Niño a initialement été considéré comme une anomalie locale entraînant un réchauffement le long des côtes sud-américaines par l’interruption des upwellings (remontées d’eaux profondes froides et riches) et des conséquences dramatiques sur les stocks d’anchois, leurs pêcheries ainsi que des mortalités massives d’oiseaux de mer se nourrissant sur ces ressources. Ce n’est qu’au début des années 1970 que les travaux de Klaus Wyrtki et de son équipe (université de Hawaii) ont conféré à El Niño une dimension océanique puis planétaire, en démontrant l’interaction entre l’océan et l’atmosphère, soumise à une oscillation interannuelle de la pression atmosphérique dans l’hémisphère sud. C’est ainsi que l’on parle désormais du système couplé Enso, pour « El Niño-Southern Oscillation ». L’anomalie atteint son stade maximal en fin d’année à la période de Noël, d’où son nom inspiré de l’enfant Jésus. En situation normale, une masse d’eau chaude (warm pool) réside dans la partie occidentale du Pacifique : la thermocline y est très profonde (200 mètres) et la convection nuageuse générée par cette chaudière naturelle est à l’origine des précipitations qui arrosent le Sud-Est asiatique et l’Indonésie. Cette masse d’eau chaude se prolonge aussi dans la partie orientale de l’océan Indien, au travers de la mer de Timor qui s’étend entre l’Australie et l’Indonésie. C’est grâce aux vents qui soufflent de l’est vers l’ouest dans le Pacifique équatorial que cette warm pool peut se maintenir. Durant un épisode El Niño, les alizés diminuent fortement en intensité et la pression du vent ne suffit plus à contenir la masse d’eau chaude, qui commence alors à refluer vers l’est, atteignant après quelques mois les côtes américaines, d’où le réchauffement constaté depuis toujours par les populations côtières du Pérou durant de tels événements. Ce déplacement de la « chaudière » vers le Pacifique central et oriental entraîne des cyclones et des précipitations abondantes là où la sécheresse prédomine habituellement. A contrario, des situations de déficit pluviométrique s’installent sur l’Indonésie, auxquelles ont été associés les énormes incendies qui ont ravagé Sumatra à l’automne 1997, au moment où croissait cet El Niño si remarquable. Dans l’océan Indien, de manière symétrique au Pacifique, la masse d’eau chaude de la partie orientale se propage vers l’ouest, entraînant un approfondissement de la thermocline pouvant atteindre 30 mètres dans la zone où opèrent les senneurs. La fréquence des El Niño est variable : elle oscille de 4 à 7 années, mais la tendance est à une apparition plus rapide des anomalies (autour de 4 ans) depuis une vingtaine d’années. La question du lien entre cette accélération de la fréquence et le changement climatique global est posée, mais reste encore sans réponse claire. L’océan Indien présente aussi un mode de variabilité interannuelle qui lui est propre, dénommé le dipôle (IOD), qui renforce les effets océanographiques des El Niño lorsque ces deux événements surviennent de manière synchrone. Une situation opposée à El Niño est représentée par La Niña, durant laquelle les alizés se renforcent, les upwellings deviennent plus puissants et la warm pool occupe une aire plus compacte dans le Pacifique oriental. L’alternance Niño-Niña est bien tracée par un indice, le SOI (Southern Oscillation Index) : les Niño correspondent aux valeurs les plus négatives, les Niña aux valeurs les plus positives. Dans l’océan Indien, au cours des 40 dernières années, les El Niño/IOD les plus marqués se sont produits à la fin des années 1972, 1982, 1991, 1994, 1997 et 2006. Ils constituent des indices importants permettant d’anticiper la diminution de capturabilité des flottilles de senneurs dans l’ouest de l’océan Indien.

Deuxième période : l’intermousson

83La zone de pêche occupa une étroite bande en latitude allant de 3°S à 7°S (fig. 4-10). En revanche, les positions de pêche furent plus étalées en longitude que durant la saison précédente. Durant cette période, les senneurs capturèrent 2 910 tonnes, dont 92 % sur épaves dérivantes. De ce fait, le listao fut encore largement dominant, dans la même proportion que durant la mousson de nord-ouest. Les deux plus grosses calées furent réalisées par les petits senneurs : 124 tonnes par le Président Lacour et 112 t par le Gevred. La fréquence moyenne des calées diminua par rapport à la saison précédente (0,6 calée par jour).

Figure 4-10. Positions et prises des senneurs durant l’intermousson d’avril à juin 1983

Troisième période : la mousson de sud-est et le début de la deuxième intermousson

  • 6 Le Président Lacour fut ensuite acheté pour pêcher dans l’océan Atlantique de 1984 à 1986 par un ar (...)

84On s’engageait vers l’inconnu, car c’est la première fois que les prospections françaises couvraient la période de mousson de sud-est. Le Président Lacour cessa sa campagne le 4 août pour des opérations de carénage à l’île Maurice et des réparations6. Malgré ce départ prématuré, l’obligation des 6 mois de présence minimale sur zone avait été remplie. Aux trois senneurs restants se joignirent deux autres senneurs de 56 m, l’Île Tristan et le Santa Maria, tous deux de l’ACF comme le Président Lacour. L’Île Tristan arriva sur zone le 17 juillet et le Santa Maria le 11 août. Contrairement aux premiers senneurs, ces deux navires n’entraient pas dans l’accord passé avec le FIOM pour couvrir les risques financiers de la campagne. Nous les comptabiliserons néanmoins dans les activités de la flottille pour avoir un panorama exhaustif de ses résultats. En juillet, les navires continuèrent d’opérer à l’est des Seychelles (fig. 4-11). L’alizé était très soutenu, soufflant en moyenne à 20 nœuds, avec des journées où il dépassa 30 nœuds. Par mer agitée, les bancs sont plus difficiles à repérer en surface, même quand le poisson y est présent. Une vaste zone fut prospectée, mais sans grand succès, et les quelques prises furent effectuées durant les courtes périodes d’accalmie. La flottille tenta des incursions vers l’équateur où l’intensité du vent devait s’atténuer. Le poisson ne fut pas au rendez-vous dans ces parages, même autour des quelques épaves repérées, les calées sur épaves restant inférieures à 20 tonnes. En revanche, quelques belles calées sur bancs libres, de 50 à 100 tonnes, furent réalisées autour de 65° E.

85Pour aider la flottille dans sa prospection, l’avion de prospection d’Interthon revint dans l’océan Indien. Parti d’Abidjan le 11 juillet 1983, il arriva 2 jours plus tard à Mahé. L’avion fut lui aussi très gêné par l’état de la mer, qui réduisait considérablement l’efficacité de la prospection visuelle. Il parvint néanmoins à découvrir dans le sud du plateau des Seychelles plusieurs bancs qui ne purent pas être exploités au mieux par les senneurs en raison des mauvaises conditions de mer. En août, les conditions météorologiques se dégradèrent encore un peu plus, et l’avion resta cloué au sol à Mahé. De nouvelles recherches à partir de Sri Lanka furent alors envisagées, pour décaler la prospection vers la partie centrale de l’océan Indien, mais des émeutes à Colombo mirent un point final à ce projet. L’idéal eût été de se baser aux Maldives, où les conditions climatiques les plus clémentes régnaient à cette saison, mais les autorités maldiviennes réitérèrent leur refus de toute prospection de senneurs dans leur ZEE. Il fut alors finalement décidé de rapatrier l’avion à Abidjan. Au cours de cette campagne, l’avion ne vola donc que 34 jours en réalisant 102 heures de vol.

Figure 4-11. Positions et prises des senneurs durant la mousson de sud-est et le début de la 2e intermousson, de juillet à octobre 1983

86Un changement radical s’opéra à partir du 19 septembre, quand la flottille décida de se déplacer de manière groupée vers le nord, en direction du bassin de Somalie. Alors que les navires avaient jusque-là suivi les traces des prospections antérieures, les équipages se lançaient dans un nouveau défi. Les campagnes océanographiques des années 1970 avaient révélé l’existence de grands tourbillons au large de la Somalie, et on pouvait logiquement faire l’hypothèse qu’ils pourraient concentrer des objets dérivants, avec l’espoir que des thons s’y trouveraient en abondance pour se concentrer sous ces épaves. Cette prospection fut un succès, avec de nombreux objets flottants repérés et des calées de bonne taille (19 calées de plus de 50 t, maximum de 130 t). Ces pêches de septembre et octobre 1983 firent remonter sensiblement les rendements journaliers (12 t/j) qui avaient beaucoup chuté en août (4,5 t/j). Durant la seconde quinzaine d’octobre, alors que les deux grands senneurs et l’Île Tristan prolongeaient leur séjour dans la zone équatoriale au nord-ouest de la ZEE seychelloise, le Gevred et le Santa Maria retournèrent à l’est des Seychelles, où les bancs libres réapparaissaient. La meilleure calée, réalisée par le Santa Maria le 31 octobre, fut de 214 tonnes. Durant cette troisième période de la campagne, les quantités pêchées atteignirent 3 818 tonnes grâce à la découverte d’une nouvelle zone de pêche très prometteuse sur épaves dérivantes. En revanche, les conditions météorologiques furent responsables de plusieurs coupures, notamment en juillet et août. En conséquence, la fréquence moyenne des calées fut la plus faible de toute la campagne, avec seulement 0,4 calée/jour (soit la moitié du résultat obtenu durant la mousson de nord-ouest).

Les premiers radeaux artificiels aux Seychelles

87La campagne de l’Île de Sein et les toutes premières pêches du Yves de Kerguelen avaient montré la forte productivité en thons des objets flottants de la zone. En outre, beaucoup de petits bancs avaient été rencontrés sur les accores du plateau central des Seychelles, mais leur grande mobilité les rendait difficiles à capturer à la senne. L’idée est donc venue naturellement de disposer des radeaux agrégatifs sur grands fonds, à l’extérieur du plateau, pour stabiliser ces bancs et les rendre accessibles aux senneurs et à de petits navires locaux. Au cours des années 1970, l’Indonésie et les Philippines avaient déjà expérimenté avec succès l’ancrage de radeaux artificiels, les payaos, sur des profondeurs pouvant atteindre 4 000 m pour leurs pêcheries locales, car ces grandes profondeurs sont trouvées à faible distance des îles. À la même époque, des expériences similaires avaient été entreprises à Tahiti (Polynésie française) et, dans les années 1980, en Martinique (Antilles). L’équipe Orstom des Seychelles entreprit donc de mouiller cinq radeaux à l’écart des accores sud du plateau, sur des fonds de 1 500 à 2 000 m (fig. 4.12).

L’un des radeaux artificiels ancrés du Kerguelen, en cours de construction sur le quai de Victoria.
On notera à l’arrière-plan les deux canneurs espagnols en transit à quai.

© IRD/B. Stéquert

Le même radeau posé en mer par l’équipage du Yves de Kerguelen.

© IRD/B. Stéquert

88Il s’agissait de structures rigides composées d’un cadre en métal galvanisé surmonté d’une pyramide, garni d’un plancher en bambou et de fûts pour en assurer la flottaison. Des cordes et des palmes de cocotiers pendaient en dessous du plancher pour créer un environnement propice à l’agrégation de petits poissons qui pourraient, par effet « boule-de-neige », entraîner des concentrations de plus gros poissons comme les thons. Un réflecteur radar était fixé au sommet de la pyramide pour faciliter le repérage à distance.

Figure 4-12. Localisation des 5 radeaux artificiels de grands fonds mouillés à titre expérimental en janvier et février 1982 au sud du Banc des Seychelles

89La Seychelles Fisheries Division, l’équipage du Yves de Kerguelen et ceux des canneurs espagnols (qui étaient présents aux Seychelles à cette époque – voir chapitre 6) collaborèrent à cette expérience engagée par l’Orstom car elle pouvait être bénéfique à tous.

90La mise en place s’effectua par étapes, du 18 janvier au 7 février 1982. Une première phase consista à installer les mouillages, dont la présence en surface était matérialisée par un fût. Cette phase fut confiée aux canneurs espagnols. Dans une seconde phase, les radeaux, qui avaient été construits à Mahé, furent chargés sur le Kerguelen. En effet, seul le senneur avait à la fois l’espace à bord et les moyens de mise à l’eau nécessaires, car ces radeaux étaient relativement lourds et encombrants. Une fois les radeaux posés sur l’eau, il n’y avait plus qu’à les raccorder aux mouillages placés par les Espagnols.

91Le Kerguelen visita ces radeaux à plusieurs reprises, de février à juin. Des détections de 15 à 20 tonnes furent estimées mais, étant surtout constituées de petits poissons, elles ne furent pas pêchées. Il arriva aussi que des détections exploitables, observées dans l’après-midi, s’évanouirent complètement durant la nuit. Le 15 mars, on put constater la disparition du radeau situé le plus à l’est. Le 15 mai, la perte d’un second radeau fut confirmée. La présence des 3 radeaux restants fut vérifiée jusqu’en juin, mais après le départ du Kerguelen, plus aucune visite ne put être effectuée.

92Cette première tentative n’avait pas été couronnée de succès. La conception des radeaux, trop rigides, s’est révélée mal adaptée aux conditions de mer agitée qui peuvent survenir dans l’océan Indien. Les mouillages avaient été effectués sur les accores sud du plateau pour permettre aux petits navires de pêche artisanale d’y pêcher du thon lors de leurs transits vers les Amirantes. Il semble que des épisodes de fort courant surviennent dans ce passage entre les deux plateaux, ce qui peut expliquer le caractère très passager et instable des bancs sous ces radeaux ancrés. La tenue des poissons sous leur objet flottant serait a priori facilitée lorsque celui-ci est en dérive, surtout en situation de fort courant. Ce projet de radeaux ancrés se poursuivit sur le plateau des Seychelles au bénéfice de la pêche artisanale, mais fut abandonné pour les senneurs.

Quel bilan tirer de ces différentes prospections françaises ?

Des rendements comparables à ceux des bonnes années de l’Atlantique

93Les prospections de l’Île de Sein et du Yves de Kerguelen avaient laissé entrevoir un certain potentiel de succès pour la pêche à la senne dans l’ouest de l’océan Indien. La troisième campagne française avait pour mission de confirmer les résultats de ces premiers essais au niveau d’une flottille opérant sur un cycle annuel. Son bilan fut globalement positif : malgré la mousson de sud-est qui rendit la pêche difficile, le rendement moyen obtenu de novembre 1982 à octobre 1983, de l’ordre de 10 tonnes par jour de pêche, fut tout à fait comparable à ceux des meilleures années de pêche en Atlantique tropical (tabl. 4-4).

Des interactions constructives entre scientifiques et pêcheurs

94La coopération entre les coordinateurs du projet (Cofrepêche), la profession et les scientifiques de l’Orstom fut exemplaire. Les scientifiques purent embarquer très régulièrement à bord des senneurs, effectuer leurs observations dans les meilleures conditions, en étant accueillis chaleureusement par les équipages. Il y eut quelques échanges animés, car les points de vue divergeaient sur un certain nombre de questions, par exemple la surcapacité naissante des flottilles, les évaluations de stocks faites par les scientifiques, l’utilité de recueillir des informations sur les tactiques de pêche… Mais au final, c’est toute une filière qui a bénéficié de ces apports mutuels, des intérêts privés français aux autorités seychelloises, des pêcheurs aux biologistes. Et cette collaboration tissée dans la confiance se poursuit encore aujourd’hui.

Tableau 4-4. Bilan chiffré de quelques indicateurs établis pour la troisième campagne française

Tableau 4-4. Bilan chiffré de quelques indicateurs établis pour la troisième campagne française

Les connaissances acquises sur l’environnement et la pêcherie

95On ne pouvait qu’apprendre à l’issue de ces prospections ! La moisson des connaissances a été abondante et bien mise en valeur dans le développement économique qui a suivi, dont les Seychelles ont su bénéficier. L’idée préconçue que la pêche à la senne n’était pas praticable dans l’océan Indien était définitivement balayée. La profondeur de la thermocline n’a jamais été un facteur défavorable au succès des coups de senne, même si elle est en moyenne plus importante qu’en Atlantique. Ces prospections ont également mis en évidence l’importance capitale des objets flottants dans la pêcherie de l’océan Indien, ce qui allait se traduire par le développement progressif d’une stratégie propre à ce type de pêche. Ce qui allait devenir la principale zone de pêche sur objets flottants, le bassin de Somalie, a été découvert durant les tout derniers mois de la troisième campagne. Les nombreuses observations biologiques recueillies durant les opérations de pêche permettaient de distinguer clairement les espèces composant les bancs associés aux épaves de celles évoluant en mattes libres : prédominance de listaos et de thons immatures (albacores et patudos) dans le premier cas, albacores adultes dans le second, avec une prédominance de reproducteurs dans ces bancs durant la mousson de nord-ouest. Grâce à l’examen des gonades sur ces albacores, on a pu délimiter le cœur de la saison de ponte et son extension géographique, un résultat qui a depuis été confirmé chaque année. Un cycle journalier d’agrégation des thons aux épaves dérivantes était suggéré, avec un maximum constaté en fin de nuit, entraînant la réalisation des meilleures calées sur épaves au lever du jour. La troisième prospection, marquée par le développement d’un épisode El Niño, mettait en lumière les effets potentiels des anomalies climatiques sur le succès de la pêche. Contrairement aux années antérieures, les bancs libres ont été beaucoup plus rares, en raison d’une température élevée en surface et d’une thermocline anormalement profonde sur la pêcherie. La pêche a également été gênée par une météorologie très perturbée. Ces observations ouvraient la voie à des recherches ciblées sur les relations entre climat, pêcheries et comportement de la ressource.

Les aspects économiques

96Au début des années 1980, la nécessité de se redéployer vers de nouveaux horizons s’avérait incontournable pour les senneurs de l’Atlantique, afin de faire face à une diminution graduelle de la rentabilité des thoniers de grande pêche. Mais cette recherche comportait des risques financiers qui ne pouvaient être assumés par les seuls armements. La situation fut bien comprise par le ministère de la Mer de l’époque qui engagea, par l’intermédiaire du FIOM, des crédits destinés à couvrir les risques de déficit d’exploitation des campagnes prospectives. Les armements ont bien sûr participé à l’effort financier de diverses manières. La campagne du Kerguelen s’est soldée par un déficit financier, qui n’était pas véritablement une surprise pour un navire croisant seul dans une vaste zone encore inconnue. La campagne en flottille a présenté un bilan final moins déséquilibré, mais toujours négatif. Les prises ont pourtant été élevées, même par rapport à l’Atlantique : du 1er janvier au 15 février 1983, trois des navires pêchant aux Seychelles occupaient les 1re, 5e et 7e places dans l’ensemble de la flottille. Mais les mois de juillet et août ont entraîné un fort déficit d’exploitation. Les rendements journaliers des senneurs de 70 m sont, en toute saison, supérieurs à ceux des senneurs de 51 et 56 m (tabl. 4-4), mais cet écart ne compense pas la différence dans les comptes d’exploitation. En effet, les plus petits senneurs sont plus anciens, donc en grande partie amortis, consomment moins de carburant et n’ont pas d’hélicoptère embarqué : ils ont pu ainsi équilibrer leur compte d’exploitation, alors que les grands senneurs sont restés déficitaires. Sur l’ensemble de la campagne, plus de 60 % des prises ont été composées de listaos, en raison de la prépondérance des épaves. Or ce thon, d’une valeur moindre que celle de l’albacore et dont les prix mondiaux sont très fluctuants, a alors subi en quelques mois une diminution de 20 % à 30 % de son prix de vente, ce qui a réduit les recettes par rapport aux estimations initiales. Enfin, pêcher dans l’océan Indien entraînait des coûts additionnels par rapport à l’Atlantique. Néanmoins, en 1983, le pari était fait que les ressources en albacores étaient encore abondantes et que la présence d’une plus grande flottille réduirait nécessairement ces surcoûts. Les Seychelles étaient aussi disposées à améliorer les infrastructures portuaires, afin de réduire les temps d’immobilisation à terre. Les armements français décidèrent donc de rester dans l’océan Indien et de transférer de nouveaux senneurs opérant dans l’Atlantique. Au-delà du redéploiement de la grande pêche au thon et de la préservation d’un millier d’emplois, cette décision eut des retombées économiques et sociales importantes pour les pays de la région, et en premier lieu les Seychelles.

Le caractère central de la ZEE seychelloise

97La démonstration était faite que les Seychelles occupent une place de choix au cœur de la zone de pêche. La région située entre les Seychelles et les Chagos reste une valeur sûre, chaque prospection ayant permis d’y réaliser d’importantes prises. De plus, la nouvelle zone de pêche découverte dans le bassin de Somalie est biologiquement très productive et présente un fort potentiel de prises en thons sur épaves. Victoria est le port le plus proche de ces différents secteurs, et à l’époque, il restait encore de nouvelles prospections à faire dans les parties ouest et sud. Au cours de la troisième prospection, 14 % des prises furent obtenues dans la ZEE seychelloise. Si l’on inclut l’ensemble des prospections, ce pourcentage s’élève à 17 %. La place que tient la ZEE de ce petit pays insulaire est donc tout à fait significative dans le panorama thonier de l’océan Indien.

Conclusion

98Après ces trois campagnes, la faisabilité de la pêche thonière à la senne était démontrée et la phase exploratoire s’achevait : la phase d’exploitation démarra aussitôt à vive allure, dès le début de l’année 1984. La flottille française de l’océan Indien s’agrandit, et les Espagnols suivirent rapidement. C’est aussi à ce moment que les Japonais, jusqu’alors cantonnés dans la partie orientale, franchirent la zone des Chagos et rejoignirent les senneurs européens (fig. 4-1), tout en conservant leur mode de pêche favori sur épaves naturelles et radeaux dérivants.

99L’analyse de cet élargissement géographique montre que les rendements sur bancs associés obtenus dans la partie occidentale de l’océan Indien furent deux fois plus élevés que dans la partie orientale. Par comparaison avec les senneurs européens à la même période, les prises par coup de filet du senneur japonais restèrent toujours moindres (21,7 t contre 28,3 t), probablement en raison du fait que le navire japonais concentrait son activité sur les bancs associés, en laissant de côté les grandes mattes d’albacores fréquemment exploitées par les senneurs européens.

100Parallèlement à cette montée en puissance de la pêcherie de senneurs, la présence de l’Orstom continua de se renforcer avec l’arrivée de trois chercheurs supplémentaires, Guy Augier de Moussac en 1984, Jean-Pierre Hallier en 1985 puis Pascal Bach en 1986, et d’un technicien chargé des enquêtes en 1985, Patrice Dewals. Le travail de l’équipe de l’Orstom fut conduit en étroite collaboration avec les personnels de la Fisheries Division et de la Fideco, puis de la SFA. Cette collaboration contribua à la mise en place du réseau seychellois de suivi statistique des pêches thonières, toujours en vigueur, et à la formation de chercheurs en biologie marine, à une époque où tout était à construire dans ce domaine avec le retour au pays de jeunes étudiants formés en Europe et dans les pays de l’Est.

101Les enseignements issus des trois campagnes exploratoires françaises étaient donc jugés suffisamment convaincants pour inciter les armements français à se déployer pleinement dans l’océan Indien. Des conditions de pêche particulièrement mauvaises dans l’Atlantique à cette même époque vont apporter une motivation supplémentaire, s’il en était besoin, à l’exode massif des senneurs qui va s’opérer début 1984 de l’Atlantique vers l’océan Indien.

Notes

1 Le Lady Sushil continuera à pêcher dans l’océan Indien jusqu’en 2000, puis sera désarmé.

2 La profondeur réellement atteinte par la senne est inférieure à celle de la chute (ou hauteur) du filet. Cette profondeur dépend de divers facteurs environnementaux, notamment la force du courant.

3 Dagorn L., Holland K. N., Hallier J.-P., Taquet M., Moreno G., Sancho G., Itano D. G., Aumeeruddy R., Girard C., Million J., Fonteneau A. (2006). Deep diving behavior observed in yellowfin tuna (thunnus albacares). Aquat. Living Resour., 19 : 85-88.

4 Chagos : curieusement, on doit noter que de telles pêches d’albacores en juin aux Chagos ne seront plus jamais observées pour les senneurs : si cette zone de pêche est devenue importante saisonnièrement pour les senneurs, les captures de gros albacores qui y seront obtenues à partir de 1993 ne seront observées qu’en décembre et en janvier.

5 Les prix Sovetco de l’époque sont de 9,3 F/kg (2,4 €) pour l’albacore de plus de 30 kg, et de 6,1 F/kg (1,6 €) pour le listao, soit des valeurs bien supérieures aux prix de vente des mêmes thons dans les années 2000 (de 0,8 à 1 €/kg pour l’albacore, de 0,4 à 0,6 €/kg pour le listao de plus de 1,8 kg).

6 Le Président Lacour fut ensuite acheté pour pêcher dans l’océan Atlantique de 1984 à 1986 par un armateur sénégalais et rebaptisé Aïda, avant d’être mis à la ferraille après un passage au « cimetière » de Landevennec, dans la Rade de Brest.

Table des illustrations

Légende Le senneur japonais Nippon Maru, qui a réalisé dès 1979 les premières pêches à la senne dans l’est de l’océan Indien.
Crédits © Jarmac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 4-1. Récapitulatif des prospections japonaises de 1973 à 1985
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 4-1. Aperçu des grandes zones explorées durant les campagnes de prospection japonaises de 1979 à 1985. On note la progession graduelle des prospections vers les Seychelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 4-2. Prises des premières marées du Lady Sushil
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-4.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Radeau agrégatif en bambou (à gauche) et épave naturelle (à droite).
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-5.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Maxime Ferrari, 1982.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-6.jpg
Fichier image/, 52k
Légende Le senneur Île de Sein, de l’Armement coopératif finistérien, en pêche au large des Seychelles.À ce stade de l’opération, le senneur vient de remonter à la surface le fond de la senne et va engager ses anneaux sur une pièce métallique, le canon.
Crédits © ACF
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-7.jpg
Fichier image/, 108k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-8.jpg
Fichier image/, 28k
Légende Le power block, une très grosse poulie motorisée qui permet de remonter rapidement la senne à bord du thonier.
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-9.jpg
Fichier image/, 40k
Légende Figure 4-2. Trajet suivi par l’Île de Sein du 7 décembre 1980 au 5 mars 1981 dans les eaux seychelloises et prises de la marée.La ligne en tireté représente la ZEE des Seychelles ; les petits fonds, inférieurs à 200 m, sont représentés en grisé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-10.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Canneur seychellois réalisant une opération de pêche en association avec l’Île de Sein.
Crédits © X. de Reviers
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-11.jpg
Fichier image/, 104k
Légende À bord de l’Île de Sein : on reconnaît de gauche à droite André Elissagaray, un expert en pêche thonière, Bernard Stéquert, chercheur de l’Orstom, et Yannick Le Guirriec, patron de l’Île de Sein.
Crédits © X. de Reviers
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-12.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Figure 4-3. Répartition de la température avec la profondeur à l’est de la ZEE des Seychelles en janvier-février 1981 (en noir) et fourchette de variation tirée de la climatologie (aire grisée)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-13.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Tableau 4-3. Prises et rendements de l’Île de Sein en Atlantique, de 1977 à 1980, et comparaison avec les résultats obtenus durant sa prospection dans l’océan Indien
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-14.jpg
Fichier image/, 64k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-15.jpg
Fichier image/, 28k
Légende Francis Marsac effectuant une mission d’observateur scientifique à bord d’un senneur (1983).
Crédits © D. Robigou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-16.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Le senneur Yves de Kerguelen.
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-17.jpg
Fichier image/, 80k
Légende Figure 4-4. Exemple de carte de température de la mer établie à partir des relevés radiométriques du Volpar entre le 11 et le 23 décembre 1982.Les limites des hauts fonds sont représentées par la ligne blanche, et les points de mesure par les points noirs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-18.jpg
Fichier image/, 100k
Légende Dispositif utilisé par l’avion de prospection pour mesurer la température de la mer en continu par la technique de la radiométrie infrarouge. Au bas du rack : radiomètre connecté au capteur infrarouge (coin droit de l’image) ; au milieu : décodeur numérique ; en haut, micro-ordinateur connecté au décodeur, recueillant et traitant les informations en temps réel.
Crédits © IRD/F. Marsac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Le Defender, avion qui assurait la surveillance de la ZEE des Seychelles, et qui a beaucoup été utilisé par les scientifiques pour leurs travaux.
Crédits © R. Martin, Seychelles Nation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-20.jpg
Fichier image/, 68k
Légende Figure 4-5. Trajets des prospections thonières réalisées par avion de 1981 à 1984 dans la ZEE des Seychelles et ses alentours
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Réception à bord du Yves de Kerguelen, le 20 juin 1982, clôturant la campagne de prospection avant le retour du senneur vers l’Atlantique.Sont présents de gauche à droite : Georges Vinson, ambassadeur de France aux Seychelles, Régis Toussaint, directeur de Cofrepêche, Daniel Robigou, patron du Kerguelen, et Maxime Ferrari, ministre seychellois du Plan et du Développement.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-22.jpg
Fichier image/, 112k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-23.jpg
Fichier image/, 24k
Légende Figure 4-6. Routes suivies par le senneur Yves de Kerguelen au cours de ses 5 marées dans l’océan Indien (novembre 1981-juillet 1982).Les numéros de marées sont indiqués dans les cercles et le contour de la ZEE des Seychelles est représenté en tireté
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-24.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Figure 4-7. Prises du senneur Yves de Kerguelen réparties selon le type de coup de filet, objets flottants (épaves) ou bancs libres
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-25.jpg
Fichier image/, 92k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-26.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Le Président Lacour, le Gevred et le Trevignon II (de gauche à droite), à quai à Port Victoria, lors du transbordement des prises sur un cargo frigorifique en janvier 1983 (à droite sur la photo).
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 4-8. Positions des senneurs (points noirs) et des prises (cercles pleins) durant la mousson de nord-ouest 1982-1983.On distingue les calées effectuées sur épaves dérivantes (gris clair) de celles faites sur mattes (gris foncé).Le trait tireté délimite la ZEE des Seychelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 4-9. Anomalies de température de surface de l’océan sur la zone de pêche, durant la période 1960-2007.Les événements El Niño de 1982-1983 et 1997-1998 sont signalés par des anomalies positives bien marquées, signalées par les deux flèches (source NOAA-NCDC ERSSTv3)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 4-10. Positions et prises des senneurs durant l’intermousson d’avril à juin 1983
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-30.jpg
Fichier image/, 112k
Légende Figure 4-11. Positions et prises des senneurs durant la mousson de sud-est et le début de la 2e intermousson, de juillet à octobre 1983
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-31.jpg
Fichier image/, 84k
Légende L’un des radeaux artificiels ancrés du Kerguelen, en cours de construction sur le quai de Victoria.On notera à l’arrière-plan les deux canneurs espagnols en transit à quai.
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-32.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Le même radeau posé en mer par l’équipage du Yves de Kerguelen.
Crédits © IRD/B. Stéquert
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-33.jpg
Fichier image/, 88k
Légende Figure 4-12. Localisation des 5 radeaux artificiels de grands fonds mouillés à titre expérimental en janvier et février 1982 au sud du Banc des Seychelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 4-4. Bilan chiffré de quelques indicateurs établis pour la troisième campagne française
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9720/img-35.jpg
Fichier image/, 101k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540