Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Chapitre 1. Les premiers plans de développement des pêches à l’indépendance des Seychelles

Texte intégral

1L’histoire précoloniale des Seychelles reste encore aujourd’hui un mystère. Si les historiens s’accordent sur quelques visites sporadiques des navigateurs maldiviens, arabes et perses, aucune mention de l’archipel n’apparaît avant 1502, lorsque Vasco de Gama passe par les îles Amirantes, et les nomme en son honneur (les îles Amiral). Les îles principales de l’archipel sont quant à elles citées pour la première fois par le journaliste John Jourdain, qui participait à l’expédition anglaise de la Compagnie des Indes de 1609, menée par le commandant Alexandre Sharpeigh.

2Utilisées comme point de transit pour les navires marchands qui traversaient l’océan Indien, les îles sont abordées par plusieurs excursions françaises depuis l’« Isle de France » (l’île Maurice actuelle), commanditées par le gouverneur de l’époque, Mahé de la Bourdonnais. L’île principale est ainsi nommée en son honneur, Mahé, et l’archipel est officiellement annexé par le Royaume de France en 1756. Il est baptisé Îles Séchelles, du nom du ministre des Finances du roi Louis XV, Jean Moreau de Séchelles.

3Le 12 août 1770, un groupe d’une trentaine de personnes, dont la moitié de colons français et le reste composé d’esclaves venus du continent africain, d’Inde et de Madagascar, est le premier à s’installer officiellement aux Seychelles, sur l’île Sainte-Anne. L’année suivante, les îles sont choisies pour lancer la production française de girofle, de noix de muscade et de cannelle, épices dont le commerce était jusqu’alors monopolisé par les Hollandais. Ces tentatives de développement rencontrent peu de succès, et les colons vivent principalement de cueillette et de chasse, notamment de tortues géantes, espèce endémique aux Seychelles, pour les vendre aux bateaux qui y font escale.

4La première garnison est envoyée en stationnement sur Mahé en 1778, et y établit les fondations de ce qui constitue aujourd’hui Victoria, la capitale du pays. En 1786, l’île compte 28 colons blancs qui « règnent » sur 134 esclaves, en majorité noirs africains. Ils vivent surtout du commerce occasionnel avec les navires et pratiquent la pêche comme activité de subsistance.

5Le premier « conflit » aux Seychelles survient en 1794, lorsque les Anglais, désireux de sécuriser la route maritime commerciale vers leurs colonies indiennes, envoient 1 300 hommes pour prendre le contrôle de l’archipel. L’administrateur colonial local, Jean-Baptiste Quéau de Quinssi, négocie la capitulation des Seychelles au profit des Anglais. En échange, il obtient la garantie du maintien des possessions des 40 colons français qui y vivent, et la neutralité du territoire, permettant ainsi à tout pavillon de s’approvisionner dans l’archipel. Les termes de cette capitulation étant limités dans le temps, il la renouvelle régulièrement, parvenant à maintenir les conditions établies lors de la première reddition. Le commerce fleurit et la population compte plus de 2 100 habitants en 1803 : 215 colons et 1900 esclaves. Le transfert effectif du territoire aux Anglais est formalisé avec la signature du Traité de Paris en 1814, à la suite de la capitulation de la Réunion et de Maurice en 1810 pendant le blocus anglais contre la France napoléonienne.

6L’abolition effective de l’esclavage est entérinée en 1835. S’ensuit alors une période de développement économique des îles avec la création de grandes plantations de noix de coco, canne à sucre et coton, qui utilisent la nouvelle main-d’œuvre composée des anciens esclaves libérés. De plus, l’interdiction de l’esclavage profite aux Seychelles grâce à l’arrestation des navires négriers arabes dans les eaux environnantes et au transfert des esclaves libérés vers les îles elles-mêmes.

7Le hameau appelé « Établissement du Roy » est renommé Port-Victoria en 1838, en hommage à la nouvelle reine de l’Empire britannique, et devient la capitale officielle de l’archipel. Dans le même temps, le nom des îles, est anglicisé pour devenir le « Seychelles » d’aujourd’hui.

8En 1869, l’ouverture du canal de Suez offre aux îles seychelloises une nouvelle position stratégique sur la route de l’Asie vers l’Europe. La population continue sa progression, passant à plus de 20 000 habitants au tournant du xxe siècle.

9Les deux guerres mondiales mettront un sévère coup de frein au développement local et il faudra attendre l’ouverture de l’aéroport en 1971 pour inverser la tendance. L’archipel compte alors 61 900 habitants qui parlent trois langues différentes, le français, l’anglais et le créole, reflet des différentes périodes coloniales et des vagues d’immigrations qui ont marqué l’histoire du pays. Les Seychelles obtiennent finalement leur indépendance en 1976, et commence alors une longue période de développement, surtout grâce au tourisme et à la pêche aux thonidés qui abondent dans les eaux seychelloises.

10La pêche industrielle au thon va révolutionner le développement économique des Seychelles à partir des années 1980. Inférieure à 3 % en 1980, la part de cette activité dans le PIB a atteint 24 % en 2012. Les chiffres parlent d’eux mêmes.

Situation de la pêche locale avant l’indépendance

Contexte politique

11Rappelons en quelques mots le contexte politique dans lequel est née la République des Seychelles. En mars 1970, le gouvernement britannique décida de tenir une conférence constitutionnelle à Londres, pour préparer l’indépendance des Seychelles et pour introduire la constitution du futur État. Après des élections tenues en novembre 1970, un premier gouvernement provisoire fut formé, dirigé par James Mancham. Une deuxième conférence constitutionnelle se tint cinq ans plus tard à Londres. Il fut alors décidé qu’une nouvelle constitution provisoire serait proposée et qu’un gouvernement de coalition serait formé pour associer les différents partis à la conduite des affaires. Ce gouvernement de coalition fut mis en place le 1er juin 1975, et la constitution devint effective le 1er octobre de la même année. L’ancien ministre en chef James Mancham fut alors nommé Premier ministre et le portefeuille du ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation fut confié à André Uzice, un ancien technicien du département de l’Agriculture entré en politique dans les années 1960 et élu député à plusieurs reprises. La dernière conférence constitutionnelle fut organisée en janvier 1976 à Londres : elle fixa la date de l’indépendance au 29 juin 1976, date à laquelle James Mancham devint président et France-Albert René Premier ministre et ministre des Travaux et du Développement du Territoire. André Uzice conserva le portefeuille qu’il détenait dans le précédent gouvernement.

12Le transfert aux Seychelles de la souveraineté d’Aldabra, de Farquhar et de Desroches, groupes d’îles éloignées du centre de l’archipel, fut décidé lors de l’indépendance. Cette décision fut de la plus grande importance pour la pêche, plus spécialement pour le futur de l’industrie thonière des Seychelles. Ces îles avaient été détachées des Seychelles en 1965 pour faire partie des Territoires britanniques de l’océan Indien (BIOT). Couvrant 164 des 444 km2 du territoire émergé, elles ont contribué à une extension considérable des eaux sous juridiction nationale. Le 23 mai 1977, la publication au Journal officiel des Seychelles de l’Acte sur les zones maritimes, signé du président James Mancham, décidant de la délimitation des eaux territoriales et des zones maritimes des Seychelles, puis celle en date du 27 février 1978 signée du président France-Albert René amendant cette délimitation et définissant des points géographiques de référence, constituent des étapes clés dans l’histoire halieutique des Seychelles. Ces deux documents complémentaires apportaient en effet, peu avant le développement de la pêche thonière de haute mer aux Seychelles, le fondement juridique des zones exclusives de pêche du pays. La signature le 10 décembre 1982 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (UNCLOS) permettra aux Seychelles de disposer d’une vaste zone économique exclusive (ZEE*) de 1,3 million de km2 (cf. fig. 0-1).

Le secteur des pêches

13Il est important de rappeler la situation du secteur des pêches aux Seychelles à l’indépendance. La publication du document « Une révision de l’économie, juin 1976 », préparé par l’Unité d’économie et statistiques du bureau du Premier ministre en novembre 1975, dresse un intéressant bilan de cette situation :

  • 1 RS : roupie seychelloise, la devise locale.

14« Comme les Seychelles manquent d’autres ressources naturelles, il est reconnu depuis longtemps que la mer doit être considérée comme une source de richesse. La pêche est une occupation traditionnelle aux Seychelles et satisfait presque entièrement les besoins du marché local. La pêche est gérée sur une base d’auto-emploi, beaucoup sous forme d’un temps partiel et relativement peu de personnes ont une occupation plein-temps dans la pêche. Sur les quatre dernières années, la contribution du secteur des pêches au PIB a varié de 2,5 % à 3,1 %, générant de 3,7 à 5,5 millions de RS1 (basé sur les prix constants de 1974). Cependant, sa plus grande valeur pour l’économie a été l’approvisionnement en poissons pour le marché local. Il est estimé qu’approximativement 3 500 tonnes sont débarquées annuellement. »

15La même publication fournit des informations intéressantes concernant la population et l’emploi aux Seychelles à la veille de l’indépendance (fig. 1-1).

Figure 1-1. Population seychelloise totale et en âge de travailler, et emplois dans l’agriculture et la pêche à différentes périodes entre 1947 et 1974.
Source : Unité d’économie et des statistiques du bureau du Premier ministre

16Ainsi, selon le recensement de l’époque, en 1977 seulement 838 personnes travaillaient dans le secteur de la pêche, ce chiffre représentant toutefois une augmentation substantielle par rapport aux 626 pêcheurs recensés en 1971. L’étude de faisabilité des pêches aux Seychelles réalisée quelques années après l’indépendance en 1982 par le bureau d’étude Norplan expliquera bien ce changement :

17« Avant 1971, le secteur des pêches stagnait, et sa croissance entre 1971 et 1977 peut être expliquée par l’augmentation de la demande, en particulier par le tourisme et le développement de la flottille de schooners au milieu des années 1970. »

18Ce même rapport note en outre les éléments suivants :

19« En termes de structure d’âge, le recensement de 1977 trouva que seulement 31 % des personnes engagées dans la pêche appartenaient au groupe 15-29 ans, alors que 46 % de toute la population active était dans cette tranche d’âge. Ceci indique que le secteur a une base d’emploi âgée. Le fait que quelque 50 % de tous les pêcheurs s’auto-emploient souligne le besoin de services et d’infrastructures financés par le gouvernement pour encourager la productivité et pour assurer un niveau souhaitable de participation locale. Alors que seulement 420 foyers (3,3 %) possèdent (même partiellement) un bateau de pêche en 1977, on en comptera dans 842 foyers (6,6 %) en 1982. Ceci reflète une situation où la plupart des nouveaux membres possèdent leur engin mais aussi une situation dans laquelle la pêche est en partie réalisée sans embarcations. »

Une baleinière abordant la chaussée, port de Victoria, en 1942.
© R. Michaud

  • 2 Carangues : espèces du genre Caranx.
  • 3 Bécunes : Sphyraena sp.
  • 4 Capitaines : espèces du genre Lethrinus.
  • 5 Bourgeois : Lutjanus sebae, une espèce de mérou fréquente aux Seychelles et qui est très appréciée
  • 6 Vieilles : mérous du genre Epinephelus.
  • 7 Cordonniers : Siganus sp.
  • 8 Cacatois : autre nom des poissons-perroquets, de la famille des Scaridae.
  • 9 Rougets : espèces du genre Upeneus, famille des Mullidae.

20Les débarquements de poissons ont augmenté au cours de la période 1972-1976, mais on peut noter la faible proportion représentée par les captures de thons (fig. 1-2). Les espèces les plus pêchées étaient les carangues2, les bécunes3, les capitaines4, les bourgeois5 et les vieilles6, capturées essentiellement à la palangre de fond. Les cordonniers7, cacatois8 et rougets9, capturés au casier à proximité des côtes représentaient le second groupe en importance pondérale. Les prises de thons et de requins sont restées faibles et ont même diminué à partir de 1974, passant de 800 tonnes à moins de 500 tonnes en 1976.

Figure 1-2. Débarquements de poissons de 1972 à 1977 (en tonnes métriques).
Source : Division de la Pêche. Les captures par espèces de 1972-1973 sont estimées à partir de la composition spécifique de 1974-1977

Les perspectives de développement à l’échelon national

21L’avenir de la pêche aux Seychelles faisait alors l’objet de beaucoup de débats, au sein de la population et parmi les responsables politiques. Ainsi dans le journal Le Nouveau Seychellois du 16 janvier 1974, on lisait, signé sous le pseudonyme « un Seychellois », un article intitulé « 1974 devrait être l’année de la pêche » et qui discutait ainsi des perspectives de la pêche aux Seychelles :

22« Le gouvernement doit à présent donner une plus grande priorité à la pêche par la création d’un Département des Pêches élargi et plus actif, ainsi que des crédits plus élevés. Le besoin correspond à au moins cinq fonctionnaires disposant d’une expérience dans les techniques utilisées dans des pays aux caractéristiques semblables (mers et poissons similaires). Actuellement, il n’y a que deux fonctionnaires frustrés par un gouvernement qui ne voit pas les dangers à long terme et qui n’est pas en mesure de fournir aux citoyens les plus pauvres leur seule source de protéines. Nous n’avons guère besoin d’experts n’ayant jamais travaillé ailleurs qu’en Europe. Ces experts doivent s’attendre à une résistance passive de la part des pêcheurs traditionnellement conservateurs et indépendants. Cette résistance à de nouvelles techniques sera uniquement atténuée par la patience, la compétence et la persévérance, qualités requises de tout futur fonctionnaire… »

23L’auteur de cet article soulevait d’autres questions, qui selon lui conditionnaient aussi l’avenir des pêches aux Seychelles, telles que la disponibilité en appât, le stockage et la conservation de celui-ci, le besoin de former des patrons, etc., sujets qui sont pour la plupart encore d’actualité.

24Le 30 janvier 1974 fut publiée dans le même journal une réponse d’un autre lecteur, qui signait sa lettre sous le pseudonyme « Mécontent » et qui écrivait :

25« Il me semble que vous n’êtes pas au courant du grand effort réalisé par un certain nombre de gentlemen qui, en vue des développements prochains de projets hôteliers et de l’augmentation rapide de la population, ont envisagé en 1965 la nécessité absolue d’une petite industrie de pêche bien organisée. Les personnes mentionnées ici sont presque toutes seychelloises et ont travaillé sous la direction compétente du Dr Maxime Ferrari au sein d’un comité (l’Union Chrétienne Seychelloise en était le sponsor). […] Malheureusement, le projet se solda par un échec car il fut victime de sabotage de la part de personnes malicieuses, internes comme externes au gouvernement… Donc, “cher Seychellois”, sauf si l’état lamentable des affaires venait à changer, personne, ni fonctionnaire des pêches, ni qui que ce soit d’autre, ne produira rien de viable ici… »

26Heureusement, cette sombre prédiction ne se concrétisa pas, bien au contraire !

  • 10 Discours sur le budget (18 décembre 1974). L’Honorable Secrétaire Financier, A.C. MacKellar, Esq., (...)

27Ainsi, bien avant l’indépendance, le processus de développement du secteur de la pêche aux Seychelles était déjà bien engagé, mais à petite échelle. Confirmant cet engagement, on note ainsi que le Seychelles Bulletin du 23 décembre 1974 publia le discours de l’Honorable Chamery Chetty, le ministre des Ressources naturelles, dans lequel de longs passages10 font déjà référence aux perspectives de la pêche seychelloise :

28« Quand mon gouvernement décida de se lancer dans un programme de développement des pêches, il proposa deux objectifs. Le premier était d’augmenter l’approvisionnement en poisson sur le marché local pour s’assurer que le poisson serait disponible pour les Seychellois à tout moment et à un prix raisonnable. Le deuxième était de créer une exportation basée sur l’industrie afin d’amplifier l’économie. Je considère que le premier objectif a été accompli. Tout au long des 18 derniers mois, aucune rupture sérieuse des stocks de poissons ne s’est produite. Notre second objectif a été lancé. À travers l’initiative de quelques compagnies et l’assistance du gouvernement, des échantillons tests de poisson congelé ont été exportés vers plusieurs pays. Cet essai a été raisonnablement bien perçu, bien qu’une quantité plus importante d’information soit nécessaire pour connaître le potentiel des marchés et les codes et pratiques du maniement et du traitement du poisson destiné à l’exportation. Pour soutenir ce développement, en 1975, le gouvernement a invité l’Institut des produits tropicaux à installer une unité expérimentale de traitement de poisson aux Seychelles. […] De plus, le gouvernement est à la recherche de fonds pour construire un port de pêche sur le côté nord de la grande jetée. […] Dans le cadre du développement d’une entreprise de pêche thonière à grande échelle, le gouvernement a adopté une approche précautionneuse pour la seule raison qu’il veut garantir qu’un tel développement puisse amener un bénéfice maximal aux Seychelles et à leurs habitants… »

  • 11 Thonidé Katsuwonus pelamis, aussi appelé bonite.
  • 12 La même sous-estimation du potentiel de la pêche thonière sera répétée en décembre 1982 par le rap (...)
  • 13 Une prise très inférieure aux 100 000 tonnes de thons qui transiteront cette année 1985 dans le po (...)

29À la fin de l’année 1975, une entreprise anglaise de consultance, la Fisheries Development Consultancy Ltd. (FDC), réalisa une étude préliminaire sur le secteur des pêches aux Seychelles. Son rapport concluait qu’il y avait aux Seychelles un champ d’applications halieutiques considérable, tout autant en termes de ressources potentielles qu’en possibilités de commercialiser des espèces de poissons de grande valeur sur le marché international. Aussi, en décembre 1976, le ministère britannique du Développement à l’étranger chargea la FDC d’évaluer la faisabilité de projets de pêche maritime industrielle aux Seychelles, susceptibles d’être financés par le secteur bancaire. Deux projets furent proposés au gouvernement seychellois en mars 1977, l’un sur la pêche au listao11 au large, et l’autre sur la pêche côtière des poissons démersaux* et coralliens. À la relecture de ce rapport, une trentaine d’années plus tard, on constate que jamais la situation actuelle du secteur thonier aux Seychelles n’avait été imaginée par les experts de l’époque. Si ce rapport de prospective halieutique était dans l’ensemble correct sur les pêches artisanales insulaires, il avait complètement sous-estimé le potentiel de développement de la pêche thonière12, puisqu’il visait une production annuelle de seulement 15 000 tonnes en 198513 par une flottille de canneurs à l’appât vivant. On note en particulier que la pêche du thon pratiquée par des senneurs n’était pas explicitement envisagée dans ce rapport, ce qui n’a rien de surprenant dans le contexte des pêches thonières de l’océan Indien de l’époque, comme on le verra au chapitre suivant.

30Les déclarations des responsables politiques seychellois à l’heure de l’indépendance sur les perspectives nationales de la pêche sont également intéressantes à relire. Ainsi, le président Mancham écrivait déjà en juin 1976 dans la préface du Livre de Poche des Seychelles :

31« Notre économie est très ouverte et sensible aux effets de l’inflation mondiale. Actuellement, elle dépend fortement du tourisme et de l’agriculture. Alors que le développement de ces deux industries majeures continue, le gouvernement essaye aussi de diversifier son économie pour élargir sa base, pour gagner plus de devises étrangères, réduire sa dépendance vis-à-vis des importations et créer plus d’opportunités d’emplois. Nous avons à l’esprit que les premières étapes sont le développement de la pêche, des services bancaires, l’établissement d’industries légères et, en exploitant notre position géographique à notre avantage, développer les Seychelles en tant que centre de transit pour les transports aérien et naval… »

32En complément de cette déclaration à caractère général, qui reste en partie d’actualité, le ministre de l’Agriculture, des Pêches et de l’Alimentation déclarait dans le même rapport :

33« Jusqu’à maintenant, aucun développement des pêches à large échelle n’a été entrepris aux Seychelles, malgré le fait que beaucoup de changements et de développement ont été planifiés autant pour les pêches côtières que profondes. La pêche et le traitement de poisson pourraient devenir un des piliers principaux de l’économie. Du poisson est déjà exporté depuis les Seychelles et l’expansion de cette activité commerciale est attendue dans le futur. Le traitement du poisson va aussi inclure la production de nourriture pour le bétail et pour les cochons. Des infrastructures ont été construites pour la production de glace et le stockage en froid du poisson, et un nouveau port de pêche est planifié… ».

Les premiers contacts avec les armements thoniers français

  • 14 L’Orstom (Office de la recherche scientifique et technique d’Outre-Mer) est un organisme de recher (...)

34En Bretagne, on se souvient que ce même ministre, André Uzice, est venu à Concarneau et à Audierne dès septembre 1976 à la rencontre des professionnels de la pêche française pour explorer les voies possibles de développement de la pêche thonière aux Seychelles. Cette visite avait alors suscité beaucoup de curiosité en Bretagne, car peu de personnes connaissaient la toute nouvelle République des Seychelles. Les articles parus dans la presse bretonne soulignaient l’intérêt des armateurs français pour le potentiel thonier des Seychelles, intérêt assorti toutefois de quelques réserves. La faiblesse des infrastructures portuaires, les incertitudes sur l’importance des stocks et les difficultés probables de pêcher les thons durant la mousson étaient autant de points qu’il fallait examiner. Les perspectives qui étaient alors envisagées par les professionnels français concernaient surtout la pêche des thons à la canne et à l’appât vivant. La pêche du thon à la senne dans la région des Seychelles n’était pas perçue comme une possibilité réaliste. De retour aux Seychelles, le ministre Uzice présenta à son gouvernement un rapport très positif sur les perspectives de soutien par la France. Il relevait déjà les bonnes perspectives de partenariat scientifique avec l’Orstom14. Il se déclara par ailleurs très impressionné par les installations portuaires, l’équipement des navires et les conserveries de thon qu’il avait eu l’occasion de visiter. Il souligna aussi l’intérêt que les professionnels thoniers exprimaient pour l’océan Indien, en rappelant cependant leur incertitude sur l’applicabilité de la senne dans la région. M. Uzice s’était aussi rendu à Abidjan, en Côte d’Ivoire, après son passage en Bretagne. Abidjan, premier port thonier de l’Atlantique, était un exemple fort intéressant pour les Seychelles. La Côte d’Ivoire possédait alors une flottille de six grands senneurs (des bateaux qui étaient principalement financés et gérés par les armateurs français) et plusieurs conserveries de thons. Le ministre rapporta aussi les conseils qu’il avait reçus des responsables ivoiriens et la recommandation de contrôler, mieux que ne l’avait fait la Côte d’Ivoire, les activités des flottilles étrangères !

35Il est certain que ces premiers contacts entre les responsables politiques des Seychelles, de la France et les professionnels bretons ont été déterminants pour la suite des événements. Ils conduiront quelques années plus tard au soutien appuyé de la France – de son gouvernement et des armements thoniers – pour initier la pêche et l’industrie thonière à grande échelle que nous connaissons aujourd’hui aux Seychelles.

Un contexte prometteur pour un projet à construire

36En conclusion, il apparaît clairement d’après toutes les archives de l’époque que, dès l’indépendance des Seychelles en 1976, le gouvernement avait une réelle vision sur les perspectives de développement des pêches aux Seychelles et qu’il avait le désir de soutenir un essor rapide de cette industrie dès que l’occasion se présenterait.

37Cela étant, personne parmi la classe politique, les professionnels du secteur thonier ou encore les experts en pêcheries thonières n’imaginait l’incroyable développement qu’allait connaître la pêche thonière aux Seychelles au cours des années 1980 !

38L’indépendance apporta aux Seychelles des possibilités d’assistance étrangère. L’aide financière ne devait plus forcément venir de l’ancienne puissance coloniale. Le gouvernement des Seychelles, principalement pour des raisons historiques et culturelles, se tourna tout d’abord vers la France, poursuivant ainsi le projet de pêche maritime industrielle que le gouvernement colonial britannique avait initié en 1976-1977. Ce choix était très logique du fait que la France, qui avait des liens historiques et politiques étroits avec les Seychelles, détenait aussi une expertise reconnue dans le domaine de la pêche thonière, aussi bien avec des canneurs qu’avec des senneurs. L’Angleterre, quant à elle, n’avait aucune expérience dans ce domaine. La synergie entre une aide financière considérable de 33 la part du gouvernement français et un fort soutien logistique des professionnels bretons sera ainsi à l’origine d’une nouvelle industrie thonière aux Seychelles, qui en quelques années seulement sera couronnée de succès. Ce sont les étapes de cet essor, parfois chaotique, qui sont racontées dans les chapitres suivants.

Notes

1 RS : roupie seychelloise, la devise locale.

2 Carangues : espèces du genre Caranx.

3 Bécunes : Sphyraena sp.

4 Capitaines : espèces du genre Lethrinus.

5 Bourgeois : Lutjanus sebae, une espèce de mérou fréquente aux Seychelles et qui est très appréciée.

6 Vieilles : mérous du genre Epinephelus.

7 Cordonniers : Siganus sp.

8 Cacatois : autre nom des poissons-perroquets, de la famille des Scaridae.

9 Rougets : espèces du genre Upeneus, famille des Mullidae.

10 Discours sur le budget (18 décembre 1974). L’Honorable Secrétaire Financier, A.C. MacKellar, Esq., C.M.G., M.I.A.

11 Thonidé Katsuwonus pelamis, aussi appelé bonite.

12 La même sous-estimation du potentiel de la pêche thonière sera répétée en décembre 1982 par le rapport Norplan.

13 Une prise très inférieure aux 100 000 tonnes de thons qui transiteront cette année 1985 dans le port de Victoria.

14 L’Orstom (Office de la recherche scientifique et technique d’Outre-Mer) est un organisme de recherche publique français, créé en 1943, qui deviendra en 1998 l’IRD, Institut de recherche pour le développement.

Table des illustrations

Légende Figure 1-1. Population seychelloise totale et en âge de travailler, et emplois dans l’agriculture et la pêche à différentes périodes entre 1947 et 1974.Source : Unité d’économie et des statistiques du bureau du Premier ministre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Une baleinière abordant la chaussée, port de Victoria, en 1942.© R. Michaud
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 1-2. Débarquements de poissons de 1972 à 1977 (en tonnes métriques).Source : Division de la Pêche. Les captures par espèces de 1972-1973 sont estimées à partir de la composition spécifique de 1974-1977
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540