Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Introduction

Texte intégral

1Le 29 juin 1976, jour de l’indépendance des Seychelles, personne n’aurait pu imaginer que vingt ans plus tard, Victoria, la capitale de ce petit état insulaire peuplé de 60 000 habitants, deviendrait l’un des ports thoniers les plus importants au monde. Jamais aucun pays n’a connu un tel développement de son industrie thonière, aussi rapide et à une aussi grande échelle. Ce livre a pour objectif de raconter cette épopée, unique à l’échelle mondiale : comment est née la pêche thonière aux Seychelles, et comment s’est-elle développée avec une si remarquable efficacité ?

2Les Seychelles, archipel de 115 îles (455 km2 de terres émergées), sont éparpillées sur une vaste zone de 800 km en latitude et 1 000 km en longitude. Ces chiffres ont leur importance car, lors de l’entrée en vigueur des zones économiques exclusives (ZEE*) en 1981, les Seychelles pourront se prévaloir d’un espace maritime de 1,3 million de km2. Ainsi, dès l’indépendance, le gouvernement des Seychelles est conscient du potentiel considérable que peut représenter une exploitation durable des ressources halieutiques au-delà des secteurs traditionnellement exploités par la pêche artisanale. Celle-ci a pour cible des espèces démersales*, capturées sur les nombreux bancs entourant les îles, ou, saisonnièrement, des poissons pélagiques côtiers (carangues, maquereaux). En revanche, le thon est très peu capturé et, par ailleurs, beaucoup moins apprécié par les Seychellois que le bourgeois (Lutjanus sebae) ou autres vieilles (Epinephelus spp).

Figure 0-1. La zone économique des Seychelles.

3À l’indépendance, le nouvel État élabore un plan national de développement pour diversifier l’économie et mettre en valeur l’ensemble du territoire, terrestre et maritime. La vocation maritime des Seychelles place peu à peu le développement des pêches au premier rang des projets économiques à promouvoir avec l’aide des pays développés. La France est l’un des premiers États à proposer aux Seychelles son soutien dans ce secteur. Dès juillet 1976, des contacts sont établis entre le ministère français de la Coopération et le gouvernement seychellois pour préparer les termes d’un accord de coopération technique, culturelle et économique. Les Seychelles ne partent pas de zéro, les Britanniques ayant déjà entrepris des études sur les ressources des plateaux seychellois et formé ceux qui allaient devenir les cadres de l’administration des Pêches. Mais ce qui va être au centre de ces premiers échanges avec la France, c’est bien la perspective de développer la pêche au thon par des moyens industriels, c’est-à-dire d’aller pêcher beaucoup plus loin que la limite des plateaux. Le contexte historique qui a précédé le développement de la pêche thonière aux Seychelles est brossé au chapitre 1.

4Le panorama des connaissances scientifiques de l’époque fait l’objet du chapitre 2, révélant que peu d’experts pensaient alors que la pêche thonière pourrait connaître dans la région un tel essor, à la fois parce que les ressources en thons de l’océan Indien semblaient déjà pleinement exploitées, mais aussi parce que les conditions océanographiques étaient jugées peu favorables aux senneurs dans la région des Seychelles.

5Les événements fondateurs du développement de la pêche thonière aux Seychelles sont relatés au chapitre 3. Ce récit à caractère historique retrace la tentative de création d’un armement seychellois de thoniers canneurs, menée avec l’appui financier et l’encadrement de la France. Cette opération se soldera par un échec cuisant dont les causes et les conséquences seront largement analysées.

6Loin d’annihiler tout espoir de développer une industrie thonière aux Seychelles, l’échec des canneurs a ouvert la voie à de nouvelles prospections par des senneurs. L’objet du chapitre 4 est de présenter les conditions qui ont amené les autorités seychelloises et la France à collaborer de nouveau sur un projet thonier. Les campagnes pionnières du senneur Île de Sein en 1980-1981 et du Yves de Kerguelen en 1981-1982, puis celles conduites par une petite flottille de senneurs français en 1982 et 1983 sont exposées de façon détaillée. Le rôle très positif des scientifiques pour planifier et soutenir toutes ces campagnes de prospection est rappelé, ainsi bien sûr que leurs résultats.

7La pêche thonière à grande échelle débute en fait aux Seychelles « par surprise » au premier trimestre 1984, avec l’arrivée massive et imprévue de senneurs opérant dans l’Atlantique Est, et qui rencontraient alors dans cette zone des rendements anormalement mauvais. La cause de ces très bas rendements, d’origine océanographique, ne sera connue que plus tard, mais ils ont eu pour effet d’amorcer une migration rapide vers les Seychelles de tous les senneurs français, puis celle de nombreux senneurs espagnols. Ces événements sont relatés au chapitre 5.

8La France a assurément été le principal partenaire des Seychelles dans son entreprise industrielle de pêche au thon à la senne, mais l’Espagne y a aussi joué un rôle important, avec en particulier la campagne de prospection de deux thoniers canneurs menée de mars 1981 à juin 1982, puis la signature en octobre 1983 d’un accord de pêche avec les Seychelles, accord qui a préparé l’arrivée des premiers senneurs espagnols au port de Victoria durant les premiers mois de 1984. Le chapitre 6 décrit les diverses contributions de l’Espagne à l’épopée thonière des Seychelles.

9Un site géographique particulièrement intéressant pour la pêche thonière dans l’ouest de l’océan Indien fut découvert par hasard en 1984 : il s’agit du Coco de Mer, un guyot* sous-marin situé sur l’équateur, en eaux internationales, mais à faible distance de la ZEE des Seychelles. Ce mont sous-marin est remarquable par les exceptionnelles captures de thons qui sont réalisées chaque année dans ses parages immédiats. La découverte de ce mont sous-marin et son exploitation depuis cette date par les senneurs font l’objet du chapitre 7.

10Dès le début de l’exploitation commerciale des senneurs, on a assisté à une montée en puissance des volumes capturés, à une évolution des flottilles et à une diversification croissante des activités, notamment la création de la conserverie des Seychelles et le développement d’une pêche à la palangre semi-industrielle. La visibilité des Seychelles dans le secteur thonier a été encore renforcée lorsque l’archipel a été choisi pour héberger le siège de la CTOI (Commission des thons de l’océan Indien). Cette succession d’événements qui a marqué le secteur thonier aux Seychelles pendant un quart de siècle est traitée au chapitre 8.

11L’arrivée soudaine d’une importante flottille de senneurs dans le port de Victoria a bien sûr posé à l’époque de gros problèmes logistiques, car les Seychelles ne possédaient pas encore les infrastructures portuaires adaptées pour accueillir 50 grands senneurs transocéaniques et organiser le débarquement de leurs captures. Le chapitre 9 expose les problèmes posés par cet afflux de grands navires et les multiples améliorations apportées au fil du temps pour rendre plus efficaces les opérations des senneurs à Victoria.

12L’essor rapide de la pêche thonière aux Seychelles a conduit le gouvernement à créer en 1985 la « Seychelles Fishing Authority » (SFA), une structure destinée à gérer le secteur de la pêche aux Seychelles, celle des thons en particulier. Le chapitre 10 dresse un bilan des activités de la SFA depuis sa création, et du rôle qu’elle a joué dans les différentes étapes qui ont jalonné le développement des activités liées au thon aux Seychelles.

13Cet ouvrage serait incomplet s’il ne comprenait pas un volet économique présentant le poids du secteur dans l’activité du pays. C’est l’objet du chapitre 11.

14Le lancement du premier grand programme de marquages de thons de l’océan Indien a été une réalisation majeure des années 2000. Conduit sous l’égide de la CTOI, financé par l’Union européenne, ce programme a produit de multiples résultats scientifiques qui vont beaucoup améliorer les évaluations de stocks, fournir des informations essentielles à une gestion optimale des pêcheries et contribuer à la conservation des ressources. Le chapitre 12 a pour objectif de décrire la naissance, la genèse et les premiers résultats de ce passionnant programme de recherches dans lequel les Seychelles ont joué un rôle majeur.

15Le dernier chapitre de ce livre trace les perspectives d’avenir du secteur de la pêche thonière aux Seychelles. S’il est certain que les Seychelles ont une position stratégique vis-à-vis des ressources thonières de l’océan Indien, rien n’est jamais acquis sur le long terme. Le bilan actuel de la pêche thonière y est assurément très positif, mais il faut être vigilant. Le devenir de cette richesse thonière, l’« Or bleu », est donc analysé à l’aune des risques économiques et de la dégradation des écosystèmes qui tend à s’étendre dans de nombreuses pêcheries. Les menaces liées aux changements globaux, au réchauffement climatique et à la globalisation des marchés, sont aussi évoquées dans ce chapitre, ainsi que les risques que font planer les pirates somaliens sur l’avenir de la pêche thonière dans la région.

Vue de la ville de Victoria et du port en 2003

Table des illustrations

Légende Figure 0-1. La zone économique des Seychelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Vue de la ville de Victoria et du port en 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540