Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or bleu des Seychelles

 | 
Francis Marsac
, 
Alain Fonteneau
, 
Alain Michaud

Remerciements

Texte intégral

  • 1 Les archives de la photothèque « pêche » de Serge Lucas, soit 65 000 photos, ont été déposées au M (...)

1Les auteurs remercient sincèrement Rafaele Benais-Sarrade et Pierre Lopez pour l’excellent travail réalisé dans la préparation et la réalisation technique de ce livre. Nos remerciements les plus vifs et sincères s’adressent aussi aux nombreux acteurs de cette histoire, qui ont tous accepté avec enthousiasme de coopérer à la réalisation de l’Or bleu, nous ont fait part de leurs témoignages et, dans bien des cas, ouvert leurs archives personnelles, documents ou photos. Il serait trop long de les citer nommément, mais ils se reconnaîtront et qu’ils sachent que notre plus profonde reconnaissance leur est acquise. Les auteurs ont également bénéficié d’une pleine coopération de la part des professionnels du secteur de la pêche, anciens patrons, marins et responsables des armements, des responsables politiques impliqués dans le développement des pêches, des bureaux d’étude et des chercheurs qui sont intervenus à différentes époques de cette histoire, que ce soit en France, aux Seychelles ou en Espagne. L’ambassade de France des Seychelles nous a aussi généreusement ouvert ses archives thonières, de même que le Service des archives nationales des Seychelles. Nous adressons aussi nos chaleureux remerciements à Serge Lucas1 et à Olivier Barbaroux pour les excellentes photos qu’ils ont aimablement mises à notre disposition.

2Les auteurs souhaitent aussi exprimer leur profonde gratitude aux personnes qui ont relu certains chapitres de cet ouvrage, bien souvent des témoins de la période couverte par l’Or bleu qui nous ont conseillés de manière avisée. On peut citer Bernard Stéquert, chercheur retraité de l’IRD qui a dirigé, la représentation de l’Orstom aux Seychelles dans les années 1980, Jacques Marcille, également ex-chercheur à l’IRD, et Michel Dion, directeur d’Orthongel maintenant retraité, qui a participé à toutes les négociations entre les armements français et les autorités seychelloises. Nous n’oublions pas non plus le relecteur anonyme du manuscrit qui, par ses remarques et suggestions pertinentes et constructives, a contribué à améliorer la qualité de cet ouvrage. Qu’il en soit sincèrement remercié. Enfin, nous sommes très reconnaissants envers Corinne Lavagne, du service des Éditions de l’IRD, qui a magnifiquement coordonné la réalisation éditoriale de cet ouvrage.

3La réalisation d’un livre requiert des moyens financiers. À cet égard, le soutien des armements thoniers français et celui de l’ambassade de France aux Seychelles ont été déterminants, et nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

4Les multiples apports de toutes ces personnes et institutions ont été essentiels à la publication de ce livre. Nous les remercions donc très vivement, en espérant qu’ils liront avec intérêt cet ouvrage qui tente de raconter sur des bases scientifiques et historiques l’incroyable aventure halieutique qui a conduit au développement actuel du secteur thonier aux Seychelles.

Notes

1 Les archives de la photothèque « pêche » de Serge Lucas, soit 65 000 photos, ont été déposées au Musée national de la Marine à Paris.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540