Version classiqueVersion mobile

Les marchés urbains du travail en Afrique subsaharienne

 | 
Philippe De Vreyer
, 
François Roubaud

Préface

Martin Rama

Texte intégral

1L’émergence de villes dynamiques est un enjeu déterminant pour l’avenir de l’Afrique subsaharienne. Si l’amélioration significative de la productivité agricole est la condition première d’une réduction de la pauvreté (la majorité de la population du continent vivant en zone rurale), le dynamisme des villes est un facteur majeur pour accroître leur capacité d’accueil. Dans les années à venir, les flux migratoires vers les centres urbains devraient se maintenir à un niveau élevé. Mais si les villes ne jouent pas leur rôle, les conditions de vie des travailleurs urbains deviendront de plus en plus précaires. En l’absence de pôles économiques dynamiques, le recul de la pauvreté rurale se traduira directement par une pauvreté urbaine accrue. Les sources du dynamisme des villes ne sont pas simples à identifier. Certains pointeront un accès aisé au foncier, d’autres la qualité des infrastructures, d’autres enfin insisteront sur les services publics de connexion au monde (transports, téléphonie, internet). Mais tous seront d’accord pour souligner l’importance de marchés du travail qui fonctionnent bien. En fait, on peut raisonnablement avancer que la plupart des externalités qu’apportent les économies d’agglomération transitent par les marchés urbains du travail. C’est ce qui rend cet ouvrage de recherche sur Les marchés urbains du travail en Afrique subsaharienne aussi opportun.

2Un marché du travail qui fonctionne bien n’est pas nécessairement synonyme d’un marché du travail formel. En Afrique subsaharienne, le gros des activités économiques sont informelles (au sein de micro-entreprises ou en tant que travailleur indépendant), viennent ensuite les emplois du secteur public. L’informalité est donc la norme. Un grand nombre de travailleurs et d’unités économiques choisissent de rester en dehors du contrôle de l’État simplement parce qu’il leur serait trop coûteux de se soumettre à la législation. Et dans de nombreux cas, les obliger à respecter ces règles ne se traduirait pas par une plus grande efficacité économique, même s’ils devaient contribuer au financement des biens publics dont ils profitent. Il est essentiel de tenir compte de cette réalité et d’éviter une vision normative de la formalité lorsque l’on analyse les marchés urbains du travail en Afrique subsaharienne. Il est bien plus intéressant de se centrer sur la manière dont activités formelles et informelles coexistent, et le plus souvent interagissent. C’est justement l’approche retenue dans cet ouvrage et qui fournit une raison supplémentaire de le saluer.

3La méthodologie employée est une autre de ces raisons. Dans les pays industrialisés, on a pris l’habitude de considérer les marchés du travail comme le lieu où l’offre et la demande se rencontrent. Les enquêtes-ménage sont mobilisées pour comprendre l’offre de travail et les enquêtes-entreprise pour traiter de la demande. Souvent, la même approche est utilisée dans les pays en développement. Le problème est que les enquêtes-entreprise ne couvrent généralement que le secteur formel, les rendant totalement inappropriées dans des contextes où l’informalité est la norme. En fait, dans un environnement où l’emploi à son propre compte et les micro-entreprises constituent le mode dominant d’insertion sur le marché du travail, la frontière même entre offre et demande de travail devient floue. À contrario, cet ouvrage se base sur les enquêtes 1-2-3, dont Dial a été le pionnier à les développer. Le grand mérite de ces enquêtes est de partir des activités économiques des ménages pour identifier et enquêter un sous-échantillon d’unités de production correspondantes, qu’elles soient formelles ou non. Bien que les résultats de cet ouvrage reposent seulement sur la composante « ménages » de l’édifice des enquêtes 1-2-3, le principe est le bon, et cela ouvre de nombreuses perspectives de recherche.

4Les résultats eux-mêmes sont d’un grand intérêt. Ils montrent que des niveaux d’éducation plus élevés sont toujours associés à de meilleures rémunérations, quel que soit le pays considéré, de l’Afrique de l’Ouest au Cameroun, en passant par la République démocratique du Congo et Madagascar. Ils soulignent que l’ethnicité est un déterminant des revenus moins important qu’on aurait pu le craindre. Ils montrent que les activités informelles ne se résument pas seulement à des stratégies de survie, et qu’on y trouve un certain nombre de véritables micro-entrepreneurs. Ils révèlent également que les migrants de retour des pays développés s’intègrent mieux que les personnes qui n’ont pas migré ou les migrants régionaux. À travers ces études aux angles diversifiés, les marchés du travail d’Afrique subsaharienne apparaissent plus efficients que ce qu’on à l’habitude de penser. En parallèle, l’ouvrage met en lumière le poids des conditions héritées et l’importance des réseaux dans l’accès aux postes très convoités du secteur formel, marque de la persistance d’une économie de privilèges.

5Au-delà de ses résultats spécifiques, ce livre propose un cadre analytique de grande qualité pour tous ceux qui travaillent sur les questions d’emploi en Afrique. La rigueur dans l’utilisation et l’analyse des données, le choix des techniques économétriques adaptées aux questions traitées et l’interprétation nuancée des résultats devraient servir de modèles aux chercheurs et aux conseillers de politique économique dans la région. En dépit de leur importance, les marchés du travail constituent un domaine d’étude relativement nouveau en Afrique subsaharienne. On ne peut que formuler le souhait que cet ouvrage serve de source d’inspiration à d’autres pour élargir les frontières de la connaissance sur ce thème.

Auteur

Directeur du Rapport sur le développement dans le monde 2013 : l’emploi dans l’économie mondiale (BANQUE MONDIALE)

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search