Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Remerciements

p. 7-8


Texte intégral

1Aventure des temps modernes, la rédaction de cet ouvrage aura ressemblé à s’y méprendre, en temps comme en embûches rencontrées en chemin, au retour d’Ulysse vers sa chère Ithaque. Nous aussi, nous avons eu notre guerre de Troie qui heureusement n’a pas duré dix ans. Cet amont, ce fut la réalisation des enquêtes 1-2-3 qui ont servi de matériaux de base à ce livre. Heureusement nous n’étions pas seuls. Saluons ici nos frères statisticiens, partenaires et alliés indéfectibles dans la gestation, la promotion, la réalisation et l’analyse des premiers résultats d’enquêtes : experts d’Afristat (avec une mention spéciale pour Lamine Diop, directeur général au moment du lancement du projet Parstat en Afrique de l’Ouest), cadres des INS et chercheurs du pôle statistique de Dial ; tous se reconnaîtront. Rappelons qu’à cette époque, s’engager dans une opération lourde de collecte de données était un investissement que peu de centres de recherche considéraient comme digne d’être poursuivi. Les lignes ont un peu bougé depuis, grâce notamment à la vogue des protocoles d’évaluation d’impact, même si l’alliance avec la statistique publique est toujours aussi peu prisée, malgré ses effets positifs en termes de renforcement des capacités.

2L’idée de cet ouvrage est née en 2004. Peut-être que les auteurs des différents chapitres, compagnons de fortune et d’infortune, n’auraient pas embarqué s’ils avaient su que la route serait si longue. Nous les remercions de nous avoir gardé leur confiance, jusqu’à destination finale. Nous exprimons aussi une pensée à trois équipiers (Gilles Spielvogel, Jean-Pierre Cling et Lisa Chauvet) que, pour diverses raisons, nous n’avons pas su amener à bon port. Nous tirons également notre chapeau aux directions successives de Dial qui, au fil des ans, n’ont jamais douté ou, au moins, n’ont jamais exprimé de doutes publiquement. D’autres personnes ont joué un rôle plus ponctuel mais tout aussi décisif : Robert Peccoud, directeur de la recherche à l’AFD, qui a soutenu le projet financièrement, à un moment où Dial connaissait de sérieux remous institutionnels ; Diane Bertrand, notre traductrice vers l’anglais depuis tant d’années qui, elle aussi, a navigué de Charybde en Scylla : elle a non seulement accepté, aussi fidèlement que se peut, de restituer dans la langue de Shakespeare les circonvolutions de la langue de Molière, mais s’est aussi résolue à voir sa prose sérieusement remaniée par ses cousines américaines en charge de la formater au standard des publications de la Banque mondiale ; nos trois relecteurs anonymes (dont on taira le nom puisqu’ils sont anonymes, mais sûrement ni sourds ni aveugles) ; nos éditeurs respectifs des versions française et anglaise (Philipe Cabin, Thomas Mourier, Stephen McGroarty et Janice Tüten) et, derrière eux, leurs institutions de rattachement (AFD, IRD et Banque mondiale) ; Michelle Saint- Léger (IRD) pour l’illustration de couverture ; nos relectrices, Barbara Karni pour la version anglaise et tout particulièrement Catherine Plasse (IRD) pour la version française qui, en dépit de son aversion viscérale pour les chiffres, s’est rendue à nos raisons ; nos deux « préfaceurs » et nos trois « soutiens » prestigieux qui apparaissent en 4e de couverture ; même Coryne Ajavon-Écoué, secrétaire de Dial, s’est prêtée au jeu.

3En touche plus intimiste, nous rendons hommage à nos famille respectives : nos compagnes qui se sont refusées à envisager le divorce – même si la perspective de partager les droits d’auteurs a sûrement rendu la décision plus facile – et nos enfants, que nous n’avons pas vu grandir. Profitons-en pour nous congratuler mutuellement mais modestement : Philippe, ton enthousiasme proverbial a été mon moteur ; François, ton sens inné de la mesure a permis de canaliser mes élans.

4Enfin, nous n’oublions pas les centaines d’enquêteurs mobilisés et surtout les dizaines de milliers de ménages, d’hommes et de femmes, qui ont donné sans contrepartie de leur temps précieux pour répondre aux enquêtes, ainsi que nos futurs lecteurs, un peu moins nombreux mais tout aussi courageux.

5À ce moment précis, nous nous arrêtons un instant pour dire à tous merci.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.