Version classiqueVersion mobile

Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest

 | 
Benjamin Sultan
, 
Richard Lalou
, 
Mouftaou Amadou Sanni
, 
et al.

Partie 2. Impacts du climat et transformations environnementales

Chapitre 8. La contrainte fourragère des élevages pastoraux et agropastoraux du Sahel

Adaptations et perpectives

Pierre Hiernaux, Mamadou Oumar Diawara, Laurent Kergoat et Éric Mougin

Texte intégral

Les auteurs sont redevables à de nombreux collaborateurs des données utilisées pour estimer les disponibles fourragers et documenter les systèmes d’élevage dans la commune de Hombori (Mali) et celle de Dantiandou (Niger). Ces travaux ont été réalisés dans le cadre des projets « Élevage, Climat et Société » (Eclis, ANR-AA-VULNS-003) et « Changements environnementaux et sociaux en Afrique : passé, présent et futur » (Escape, ANR-10-CEPL-005), et du service d’observations Amma Catch.

Introduction : la question fourragère

1La question fourragère traverse les pratiques d’élevage au Sahel, mais aussi les recherches menées sur l’amélioration de leur productivité (Lhoste et al., 1993 ; Klein et al., 2014), les politiques de développement de l’élevage (Zoundi et Hitimana, 2008 ; CORAF/WECARD, 2010 ; Krätli et al., 2013) et enfin les discours tenus sur l’avenir de l’élevage au Sahel (Peyre De Fabrègue, 1984 ; Hesse et Thébaud, 2006 ; Jullien, 2006 ; Bassett et Turner, 2007). La disponibilité et la qualité des fourrages seraient la contrainte majeure du développement de l’élevage, et pour les élevages pastoraux la contrainte serait la capacité de charge des parcours (Boudet, 1984 ; Breman et al., 1984, Le Houérou, 1989). Mais, en même temps, la question fourragère et celle de la capacité de charge sont largement éludées des projets de développement, comme si les solutions relevaient du seul libre arbitre des éleveurs qui, dans leurs pratiques fondées sur le savoir transmis, l’expérience et le soutien d’institutions collectives, trouvaient toujours une solution, même dans les pires épreuves de sécheresse et de conflit d’accès (De Bruijn et Van Djik, 1995 ; Thébaud et Batterbury, 2001 ; Krätli et Schareika, 2010). La définition et souvent le questionnement du concept de capacité de charge animale au Sahel, par les techniciens, les chercheurs et les décideurs politiques, sont révélateurs (Hiernaux, 1982 ; De Leeuw et Tothill, 1990 ; Sayre, 2008 ; Krätli et al., 2015).

2En effet, la simplicité intuitive du concept – capacité d’une ressource pastorale constituée de parcours et points d’eau, à supporter durablement un élevage (Boudet, 1984) – couvre une dualité sémantique. La capacité de charge a en effet une acception « zootechnique » (Hiernaux, 1982) qui s’attache à la capacité de la ressource pastorale à atteindre un objectif de production animale : le maintien de tel niveau d’embonpoint du bétail, de tel niveau de production laitière des femelles en lactation qui permettent d’assurer tel niveau de reproduction (âge à la première mise bas, taux de fertilité, limitation du taux de mortalité). La seconde acception est qualifiée « d’écologique » dans la mesure où elle s’attache à l’impact de la charge animale sur le parcours et sa capacité à produire les fourrages, et plus largement les services écosystémiques attendus de l’écosystème pastoral : production de bois, recyclage de la matière organique, infiltration des eaux de pluie. Cette dualité sémantique est source de confusions, d’autant qu’il n’y a pas de correspondance évidente entre l’une et l’autre des capacités de charge, chacune étant fonction de nombreuses variables contextuelles : du climat et des feux par exemple, pour la capacité de produire du fourrage, des espèces, des races et de la santé animale, pour la capacité de production animale.

3En outre, l’une et l’autre acception du concept se heurtent à la force de la dynamique saisonnière et interannuelle des ressources fourragères sahéliennes. En effet, l’extrême contraste saisonnier, qui fait alterner les verts herbages des quelques semaines de saison des pluies aux étendues de paille et litière desséchées qui se dénudent progressivement au cours des longs mois de la saison sèche, est considéré comme inhérent à l’écosystème sahélien (Hiernaux et Le Houérou, 2006). Mais quelle référence de production fourragère faut-il considérer pour estimer la capacité de production animale, ou pour juger de la dégradation du parcours dans un écosystème régi par un climat de mousson marqué de très larges variations des productions fourragères en rapport avec les variations de la distribution des pluies d’une année sur l’autre (Le Barbé et Lebel, 1997), et d’une distribution des pluies très irrégulières dans l’espace (Ali et al., 2003), renforcée par le jeu des ruissellements et écoulements (Breman et De Ridder, 1991). La mise en œuvre du concept dans son acception « zootechnique » se complique de la mobilité régionale du cheptel (Schlecht et al., 2001) le plus souvent multi-spécifique. La mobilité organisée dans le cadre d’une exploitation communautaire des ressources pastorales contraint à n’établir de bilans fourragers, rapport entre l’ingestion et la disponibilité fourragère, que sur de vastes aires géographiques, enveloppes de l’exploitation pastorale par un ensemble d’éleveurs dont les troupeaux peuvent avoir des performances très hétérogènes (Colin De Verdière, 1994). La mobilité saisonnière des troupeaux complique aussi la mise en œuvre de l’acception « écologique » de la capacité de charge, d’autant que l’impact de la pâture sur la végétation et les sols est à la fois fonction de l’intensité et de la saison de pâture (Hiernaux et Turner, 1996 ; Hiernaux, 1998). Ces difficultés objectives de mise en œuvre condamnent-elles définitivement le concept de capacité de charge à être relégué dans une « trappe techniciste » (Krätli et al., 2015) ?

4Ce chapitre cherche à répondre à cette question de façon empirique, en tentant d’établir le bilan fourrager au cours de quelques années successives dans deux sites sahéliens : un site où les pratiques d’élevage pastoral dominent les activités économiques, à Hombori dans le Gourma au Mali (Gallais, 1975 ; Boudet et al., 1977 ; Ag Mahmoud, 1992), et un site ou l’élevage est associé à la culture du mil et du niébé, ainsi qu’à de nombreuses activités non agricoles, à Dantiandou dans le Fakara au Niger (Osbahr, 2001). Mais il convient tout d’abord de préciser quels sont les systèmes d’élevage considérés et quelle est leur sensibilité à la contrainte fourragère. Puis les bilans sont établis en quantifiant successivement les disponibilités fourragères et l’ingestion de fourrages par le bétail dans les deux sites. Les bilans sont alors comparés aux tendances décennales des productions végétales et confrontés aux performances des élevages. Et en conclusion, les résultats sont replacés dans les perspectives de développement des élevages sahéliens.

Diversité et interrelations des systèmes d’élevage sahéliens

5Dans leur grande diversité les systèmes d’élevage du Sahel sont très généralement pastoraux dans la mesure où le bétail se nourrit principalement, si ce n’est exclusivement par la pâture sur parcours (Hiernaux et Diawara, 2014). La distinction faite entre élevage pastoral et agropastoral reflète plutôt l’association de cultures à l’élevage pastoral au sein de la même exploitation familiale dans le second cas. Les formes de mobilité régionale souvent pratiquées dans les élevages pastoraux, suivant qu’elles concernent l’ensemble de la famille (nomadisme), ou seulement les individus chargés de la conduite du bétail (transhumance), l’étendue, la régularité, voire la direction de ces déplacements sont utilisées pour distinguer des sous-catégories (Touré et al., 2012 ; Turner et al., 2014). Par opposition, dans les élevages pastoraux sédentaires, la mobilité du bétail se limite aux parcours quotidiens entre les lieux de repos, d’abreuvement et de pâture adaptés aux saisons et aux droits d’accès de chaque éleveur (Turner et al., 2005). En revanche, la vocation productive des élevages distingue les élevages reproducteurs ou « naisseurs », dont la vocation première est de produire des jeunes animaux pour le marché des élevages spécialisés (Hiernaux et Diawara, 2014). Dans les élevages « naisseurs », les mâles sont vendus, jeunes le plus souvent, à l’exception de quelques mâles conservés dans le troupeau comme reproducteurs, alors que les femelles sont gardées dans le troupeau jusqu’à la fin de leur carrière reproductrice, et alors seulement vendues comme vaches de réforme. Cette vocation est d’ailleurs inscrite dans la composition des troupeaux en sexe et en âge, avec une large domination des femelles qui constituent de 75 à 85 % de l’effectif, dont deux tiers de femelles adultes. C’est le cas pour les troupeaux de bovins, ovins et caprins à Hombori, mais aussi à Dantiandou, à l’exception toutefois des petites unités d’élevage de bovins dans lesquelles les taurillons à l’embouche et les bœufs de traits dominent (fig. 1). La vocation de naisseur s’accompagne d’une vocation laitière secondaire. En effet, la traite ne porte souvent que sur une fraction de la production laitière pour ne pas défavoriser la croissance des jeunes qui reste l’objectif premier (Zezza et al., 2014). Le lait trait et les produits dérivés sont voués à la consommation familiale et à une vente partielle, dont l’enjeu social est d’autant plus important qu’elle est le plus souvent réservée aux femmes (Querre, 2003).

Figure 1. Composition moyenne en sexe et classe d’âge des troupeaux de pasteurs à Hombori, d’agropasteurs à Dantiandou, d’agro-éleveurs à Dantiandou (un seul cas, celui des troupeaux de bovins de 5 têtes ou moins). À Dantiandou, les femelles allaitantes ont été distinguées des autres femelles adultes.

Figure 1. Composition moyenne en sexe et classe d’âge des troupeaux de pasteurs à Hombori, d’agropasteurs à Dantiandou, d’agro-éleveurs à Dantiandou (un seul cas, celui des troupeaux de bovins de 5 têtes ou moins). À Dantiandou, les femelles allaitantes ont été distinguées des autres femelles adultes.

6La grande majorité des élevages pastoraux et agropastoraux du Sahel sont des élevages naisseurs, mais il existe aussi des élevages dont la vocation n’est pas la reproduction et que l’on peut regrouper sous le qualificatif de « spécialisés ». Il s’agit des élevages voués au ré-élevage d’animaux achetés, souvent jeunes, soit comme animaux de trait qui sont revendus à la réforme (c’est le cas des élevages de moins de cinq têtes de bovin à Dantiandou, fig. 1), soit comme animaux d’embouche (Ayantunde et al., 2008) et enfin plus rarement des femelles laitières pour des unités de production laitière souvent en zones périurbaines (Sanogo, 2011). Ces élevages spécialisés peuvent être qualifiés d’opportunistes dans la mesure où leur succès économique dépend largement du marché où les animaux sont achetés puis revendus, les produits laitiers sont commercialisés, mais aussi les intrants sont acquis : soins vétérinaires et aliments du bétail. Plus dépendants des conditions du marché, ces élevages spécialisés sont aussi plus intensifs dans la mesure où ils demandent plus d’investissements financiers, souvent plus d’équipement (étable, entrepôt) et davantage de main-d’œuvre (affouragement et conduite des animaux). Ces élevages spécialisés visent des produits mieux valorisés sur le marché pour l’obtention desquels l’alimentation du bétail uniquement par pâture risque d’être insuffisante, d’autant plus que ces élevages spécialisés sont pratiqués par des éleveurs sédentaires, parfois périurbains, dont l’accès aux ressources fourragères est limité. De ce fait, ces élevages sont-ils moins souvent pastoraux, et lorsqu’ils le demeurent, sont moins dépendants de la pâture toujours associée à une ration de complément à la fois énergétique, protéique et minérale. Elle est apportée par des fanes de niébé ou d’arachide, des sons et des chaumes de céréale et autres résidus de culture ou de transformation qui s’en trouvent ainsi valorisés, mais soustraits aux ressources pastorales communautaires. Pour les petits élevages spécialisés, ces apports sont produits sur l’exploitation, mais ils sont aussi achetés sur le marché et grèvent la rentabilité de l’élevage.

7La grande majorité des élevages sahéliens, naisseurs et pastoraux, dépend étroitement des ressources fourragères des parcours pour l’alimentation du bétail. Les élevages spécialisés dont le bétail provient des élevages naisseurs dépendent moins de la pâture, mais sont en compétition avec les élevages naisseurs pour les aliments du bétail en partie soustraits des parcours. Le bilan fourrager des parcours intéresse donc directement ou indirectement l’ensemble des filières de l’élevage.

Les bilans fourragers

8Le bilan fourrager est établi par l’écart entre le disponible fourrager, plus exactement la fraction potentiellement fourragère du disponible végétal, et les besoins fourragers du bétail au cours du cycle annuel. L’accès communautaire aux parcours et la mobilité saisonnière des troupeaux contraignent à n’opérer ces bilans que sur des territoires suffisamment étendus pour couvrir le gros des déplacements saisonniers du bétail résident, le séjour d’éventuels troupeaux « étrangers » devant aussi être comptabilisé. L’étendue de ces territoires et le grand nombre d’éleveurs et de troupeaux, leur diversité, rendent l’estimation des disponibilités fourragères et celle des besoins fourragers du bétail très laborieux. Deux études de cas illustrent la démarche, celui d’élevage naisseur pastoral dans le Gourma (Mali) et celui d’élevages naisseurs et d’élevages spécialisés agropastoraux dans le Fakara (Niger). Dans le Gourma, l’unité territoriale a été définie par un ensemble de points d’eau dans la commune de Hombori et ses alentours à partir desquels les troupeaux des résidents de la commune, ainsi que quelques troupeaux d’éleveurs étrangers à la commune pâturent les terres de parcours de la commune et de ses environs immédiats (3 000 km2). Dans le Fakara, l’unité territoriale est définie par les terroirs contigus de 12 villages et des campements qui leur sont associés, soit 210 km2 (sur les 845 km2 que compte la commune de Dantiandou).

Estimation des ressources fourragères du territoire de la commune de Hombori et ses environs

9La commune de Hombori est située en limite nord de la culture pluviale du mil, les parcelles cultivées n’y occupent que quelques pour cent du paysage (Cheula, 2009) et n’ont qu’une contribution très secondaire aux ressources fourragères, principalement fournies par les terres de parcours, mais dans des proportions et des qualités très distinctes pour les trois grandes composantes du paysage : les sols sableux profonds qui en constituent environ 77 % à Hombori (Nguyen C. C. non publié), les sols superficiels sur glacis d’érosion et affleurements rocheux (15 %) et les sols limoneux et sols argileux des vallées et plaines (8 %). L’étendue de ces catégories de substrats a été cartographiée par classification supervisée d’images à haute résolution Landsat. Les propriétés hydriques des surfaces et des sols de ces trois éléments du paysage régissent en effet la redistribution en surface des eaux de pluie et leur infiltration qui conditionnent la structure et la production végétale, aussi influencées par des différences de fertilité biochimique des sols (Penning De Vries et Djiteye, 1982). La moyenne des maxima de masse herbacée, mesurée en septembre sur 12 sites pastoraux, dont la végétation suivie depuis 1984 (Mougin et al., 2009), est établie par année et type de substrat. Ces moyennes sont pondérées par la superficie relative des substrats pour estimer le disponible fourrager herbacé en fin de saison de croissance (fig. 2). Les glacis d’érosion et affleurements rocheux offrent des disponibilités fourragères de quelques dizaines à quelques centaines de kilogrammes de matière sèche par hectare, alors que les disponibilités des parcours sur sols argileux et limoneux se situent entre 500 et 1 500 kg et celles des parcours sur sable entre 1 000 et 2 500 kg/ha. Le disponible fourrager pondéré sur l’ensemble des parcours de Hombori varie du simple au double entre 2008, une année sèche, et 2011, plus pluvieuse (fig. 2). Cependant, seule une fraction de ce disponible fourrager est effectivement utile au bétail, d’abord à cause de l’accessibilité difficile d’une partie du territoire surtout à cause de l’éloignement des points d’eau en saison sèche, et ensuite parce que la pâture s’accompagne de pertes par piétinement et dégradation biotique qui, sans compter les feux éventuels, représentent les deux tiers de la dégradation des pailles en saison sèche (Hiernaux et al., 2012). Finalement, la fraction utile à la pâture est estimée au quart du disponible.

10Dans le cadre des travaux de thèse de Mamadou Diawara, le disponible fourrager a aussi été spatialisé sur le territoire de la commune de Hombori afin de confronter l’évolution des fourrages sur les aires de desserte des points d’eau au cours de la saison sèche 2010-2011 à l’évolution de la charge animale décomptée aux points d’eau (fig. 3). La carte du disponible fourrager est établie sur la base d’une régression linéaire entre la valeur maximale saisonnière d’indice de végétation NDVI de Modis Terra (les maxima d’indice sur des périodes de 16 jours à la résolution de 250 m) au cours de la saison des pluies et la masse végétale herbacée mesurée sur 12 sites de suivi de la commune de Hombori et ses environs : Masse (kg.ha-1) = 9 979,4*NDVImax - 738,09 (r = 0,75, rmse = 12.5, n = 21) (Diawara, 2015)

Figure 2. Moyenne par type de substrat et pondérée par la superficie relative des substrats, dans la commune de Hombori et ses environs, des masses herbacées en fin de saison de croissance mesurées sur 12 sites pastoraux suivis sur le long terme (réseau Amma Catch).

Figure 2. Moyenne par type de substrat et pondérée par la superficie relative des substrats, dans la commune de Hombori et ses environs, des masses herbacées en fin de saison de croissance mesurées sur 12 sites pastoraux suivis sur le long terme (réseau Amma Catch).

Figure 3. Carte du disponible fourrager de la commune de Hombori (Mali) en fin de saison des pluies 2010 (kg MS/ha). Source : DIAWARA (2015)

Figure 3. Carte du disponible fourrager de la commune de Hombori (Mali) en fin de saison des pluies 2010 (kg MS/ha). Source : DIAWARA (2015)

11La masse moyenne du disponible fourrager dérivé de cette fonction sur le territoire communal s’établit à 1 844,9 ± 747,9 kg.ha1. Cette estimation est un peu inférieure à l’estimation basée sur les moyennes (2 027 kg.ha-1), mais la spatialisation permet une analyse du bilan par aire de desserte des points d’eau.

Estimation du disponible fourrager sur les terroirs de 14 villages de la commune de Dantiandou

12Étendus sur un peu moins de la moitié de la superficie de la commune de Dantiandou, les champs de mil contribuent largement à la ressource fourragère (fig. 4a). Le disponible fourrager est donc estimé à partir de l’extension des trois types d’occupation des sols sur les terroirs pastoraux de 14 villages de la commune dont la surface cumulée atteint 210 km2 (sur les 845 km2 de la commune). Cette extension est estimée à partir de cartes d’occupation des sols dressées chaque année de 2009 à 2011 par classification supervisée d’images multispectrales Spot (fig. 4a). Pour chacun des trois types d’occupation des sols, la masse de fourrage disponible est établie à partir de mesures faites au sol sur 24 sites (72 sont suivis, mais les mesures destructives sont opérées sur un sous-échantillon de 24 sites). Seuls les organes végétaux herbacés qui ont une valeur fourragère sont pris en compte, soit les herbacées des parcours et des jachères, les adventices et les feuilles des chaumes de mil dans les champs (fig. 4b). Les types d’occupation des sols ne sont pas indépendants des positions topo-géomorphologiques : les terres de parcours, non cultivables, se trouvent sur les plateaux indurés (cuirasse de la surface intermédiaire) et l’escarpement de bordure, mais aussi le haut de pente où les altérites des grès du continental terminal sont affleurantes et sur des sols cuirassés en bas de pente (cuirasse du haut glacis).

Figure 4. Évolution de l’occupation agricole sur les terroirs (210 km2) de 12 villages de la commune de Dantiandou, Niger, de 2009 à 2011. Masse moyenne des fourrages par type d’occupation des sols et par an mesurée sur 24 sites de suivis du couvert végétal et disponible fourrager moyen (kgMS)/ha.

Figure 4. Évolution de l’occupation agricole sur les terroirs (210 km2) de 12 villages de la commune de Dantiandou, Niger, de 2009 à 2011. Masse moyenne des fourrages par type d’occupation des sols et par an mesurée sur 24 sites de suivis du couvert végétal et disponible fourrager moyen (kgMS)/ha.

13Les champs de mil et les jachères se retrouvent sur les sols sableux qui se rencontrent sur quelques dunes fixées qui surmontent le plateau, mais surtout sur les ensablements des pentes des vallées et dans les dépôts alluviaux du fond des vallées. L’échantillonnage des sites veille à ce que cette diversité des positions soit représentée (Hiernaux et al., 2009 a).

14Les ressources fourragères herbacées sur la surface de 210 km2 des douze terroirs agropastoraux sont estimées à 13 597 t MS en 2009, elles s’élèvent à 16 293 t en 2010 pour redescendre à 13 401 t en 2011. Il y a une sorte de compensation des fluctuations enregistrées pour chaque type d’occupation des sols. Seule une fraction de ce disponible fourrager est effectivement utile au bétail dont la pâture est sélective (Ayantunde et al., 1999) et qui évite d’ingérer certaines espèces malheureusement abondantes à Dantiandou (Mitracarpus scaber et Sida cordifolia sont très communes). La pâture s’accompagne également des pertes par piétinement et dégradation biotique, feux éventuels, qui représentent les deux tiers de la dégradation des pailles en saison sèche (Hiernaux et al., 2012). Finalement, la fraction utile à la pâture est estimée au quart du disponible comme à Hombori.

Le bilan fourrager sur la commune de Hombori

15En supposant que la charge animale soit peu variable d’une année sur l’autre dans ses effectifs comme sa composition, les besoins fourragers sont calculés pour les effectifs décomptés de mars 2010 à juin 2011 en tenant compte de la structure du cheptel par sexe et classe d’âge (tabl. 1), de l’évolution des poids moyens et de la digestibilité du fourrage au cours des saisons. Le décompte du bétail est mensuel et effectué aux principaux points d’eau de la commune, une cinquantaine de mares, puisards, puits et citernes regroupés en 20 bassins de points d’eau (Diawara, 2010). Ce décompte sous-estime la charge, car il ne prend pas en compte le bétail qui, en saison des pluies, s’abreuve à de petites mares non répertoriées. Pour corriger cette sous-évaluation, la charge est calculée à partir des effectifs observés d’octobre à juin (tabl. 1).

Tableau 1. Effectif du bétail décompté une fois par mois lors de l’abreuvement sur une vingtaine de bassins de points d’eau de la commune de Hombori suivis de mars 2010 à juin 2011.

 

Mâles

Femelles

Espèces

non sevrés

jeunes

adultes

non sevrées

jeunes

adultes

Total têtes/an

Moyenne d’octobre à juin/an

Bovins

13 494

24 529

32 657

23 309

40 477

150 925

285 393

337 741

Ovins

2 461

15 173

15 043

3 991

29 435

83 828

149 931

173 275

Caprins

1 429

21 747

25 518

2 501

43 227

133 831

228 253

263 853

Ânes

893

1 147

2 985

1 106

1 355

4 418

11 904

24 642

Dromadaires

25

120

458

36

112

572

1 323

1 320

Chevaux

11

39

67

30

39

141

327

340

16L’ingestion fourragère herbacée de ce cheptel est estimée à partir de l’ingestion moyenne quotidienne calculée pour chacune des catégories animales à partir du taux d’ingestion de 98 g par kilo de poids métabolique (poids vif à la puissance 0,75). La fraction de l’ingestion composée de fourrages herbacés est alors déduite de l’ingestion fourragère totale en considérant que la ration des bovins et des ânes est largement herbacée (95 %), celle des ovins l’est à 85 % et celle des caprins et camelins à 60 %, le complément étant fourni par les feuilles des plantes ligneuses broutées.

17Les besoins fourragers du cheptel séjournant sur les parcours de Hombori sont estimés à 50 964 tonnes de fourrages herbacés (170 kg/ha en moyenne). Comparée au disponible fourrager herbacé sur les 3 000 km2 de la commune et de ses alentours immédiats, cette utilisation est faible se montant à 78,5 % de la fraction utilisable en 2008, année de sécheresse et entre 33 et 46 % les trois années suivantes (fig. 5). Il semblerait donc, au vu de ces statistiques d’ensemble, qu’il n’y a pas de problème fourrager à Hombori. Pourtant, la situation alimentaire du cheptel était critique en fin de saison sèche 2008-2009 avec des migrations exceptionnelles et des recours à la supplémentation. La contradiction apparente s’explique, lorsque la situation est examinée à l’échelle plus locale des aires de desserte des points d’eau. En effet, le modèle de la dégradation des pailles et litières au cours de la saison sèche en fonction de la charge animale qui exploite les ressources de façon centrifuge à partir des points d’eau (Mougin et al., 1995), calibré sur les observations et mesures faites sur trois aires de desserte de points d’eau de la commune, indique des taux d’utilisation de la ressource très différents d’une aire à l’autre (fig. 6).

Figure 5. Charge octobre-juin % ingest/ util. Variations interannuelles du disponible fourrager herbacé annuel, de la fraction utilisable par le bétail, de l’estimation de l’ingestion fourragère et du rapport de l’ingestion sur le fourrage utilisable sur le territoire de la commune de Hombori et de ses environs de 2008 à 2011.

Figure 5. Charge octobre-juin % ingest/ util. Variations interannuelles du disponible fourrager herbacé annuel, de la fraction utilisable par le bétail, de l’estimation de l’ingestion fourragère et du rapport de l’ingestion sur le fourrage utilisable sur le territoire de la commune de Hombori et de ses environs de 2008 à 2011.

Figure 6. Intensité de la pâture autour de points d’eau pastoraux : taux d’exploitation fourragère par le bétail au cours de la saison sèche 2010-2011. Source : DIAWARA (2015)

Figure 6. Intensité de la pâture autour de points d’eau pastoraux : taux d’exploitation fourragère par le bétail au cours de la saison sèche 2010-2011. Source : DIAWARA (2015)

18Deux des points d’eau principaux, des mares pérennes d’accès public, atteignent le taux maximum théorique de 33 %, alors que les taux d’utilisation de la ressource sont inférieurs sur les autres aires avec une moyenne générale de 9,4 %. Il peut donc y avoir, même en année assez favorable, des troupeaux en situation de sous-nutrition saisonnière (Fernández-Rivera et al., 2005), ce qui contribue à de faibles performances reproductives et aux forts taux de perte observés lors des sécheresses majeures de 1972-1973 et 1983-1984 (Dawalak, 2009).

Bilan fourrager à Dantiandou

19Une enquête exhaustive sur le bétail familial dans 12 villages et campements associés en 2010-2011 a documenté le cheptel par espèce, par sexe et classe d’âge en distinguant les jeunes non sevrés, les jeunes sevrés, les adultes et parmi les femelles adultes, celles qui étaient en lactation (tabl. 2).

20L’ingestion fourragère herbacée de ce cheptel est estimée à partir de l’ingestion moyenne quotidienne calculée sur la même base qu’à Hombori, celle d’un taux d’ingestion de 98 g par kg de poids métabolique. Pour cela, une norme de poids est prise par catégorie d’âge et de sexe de chaque espèce (tabl. 3), et le calcul de l’ingestion fourragère est fait par catégorie de sexe et d’âge pour chaque espèce.

21Comme à Hombori, la fraction de l’ingestion composée de fourrages herbacés est déduite de l’ingestion fourragère par les mêmes coefficients moyens de sélection fourragère. L’ingestion fourragère annuelle du bétail résidant dans les 12 terroirs est donc estimée à 5 046 tMS, dont 4 521 t seraient fournies par les herbacées, chaumes de mil compris (tabl. 4).

22Ce montant n’est qu’une fraction de la masse de fourrage disponible (14 430 t en moyenne de 2009 à 2011), mais par contre il excède la part de ce disponible considérée comme utilisable par le bétail (3 608 t) à cause de pertes par piétinement, herbivorie et décomposition, mais aussi du fait de l’importante contribution d’espèces non fourragères (y compris l’espèce dominante des jachères Mitracarpus scaber).

Tableau 2. Cheptel sédentaire de 12 villages et campements de la commune de Dantiandou en 2011, par espèce, sexe et classe d’âge.

 

Mâles

Femelles

Espèces

Villages

non sevrés

jeunes

adultes

non sevrées

jeunes

adultes

laitières

Total têtes

Bovins

Campt

165

91

60

167

318

621

315

1 737

Village

56

97

231

39

81

190

94

788

tous

221

188

291

206

399

811

409

2 525

Ovins

Campt

180

83

65

282

262

547

447

1 866

Village

113

37

12

101

74

199

199

735

tous

293

120

77

383

336

746

646

2 601

Caprins

Campt

157

59

52

180

237

471

306

1 462

Village

84

30

20

66

73

81

134

488

tous

241

89

72

246

310

552

440

1 950

Tableau 3. Normes de poids unitaire du bétail par espèce, sexe et classe d’âge et ingestion fourragère quotidienne moyenne correspondantes calculées sur la base du poids métabolique.

Sexe

Classe d’âge

Poids vif (kg)

Ingestion fourragère quotidienne (kg MS)

Bovin

Ovin

Caprin

Bovin

Ovin

Caprin

Mâle

non sevré

50

7,5

6,25

1,843

0,444

0,387

jeune

100

15

12,5

3,099

0,747

0,651

adulte

200

30

25

5,212

1,256

1,096

Femelle

non sevrée

45

6,25

5

1,703

0,387

0,328

jeune

90

12,5

10

2,864

0,651

0,551

adulte

180

25

20

4,816

1,096

0,927

laitière

200

30

25

5,212

1,256

1,096

Tableau 4. Estimation de l’ingestion annuelle de fourrage du cheptel résident de 12 villages et campements de la commune de Dantiandou. La part des herbacées, chaumes de mil inclus, est estimée séparément.

 

Ingestions fourragères sur l’année t MS/terroir de 210 km2

 

Herbacées et feuilles plantes ligneuses

Herbacées seules

Espèces

Campement

Village

Total

Campement

Village

Total

Bovins

2 455

1 208

3 663

2 332

1 148

3 480

Ovins

407

130

538

516

201

717

Caprins

607

236

844

244

78

323

Total

3 470

1 575

5 046

3 093

1 427

4 521

Figure 7. Ingéré Ing. % util. Estimation du disponible fourrager annuel de la part utilisable et ingérée par le bétail sur le cycle annuel (t de matière sèche), pour le terroir pastoral de 12 villages de la commune de Dantiandou (210 km2) de 2009 à 2011. La courbe du taux de fourrage ingéré sur le fourrage utilisable est portée en %.

Figure 7. Ingéré Ing. % util. Estimation du disponible fourrager annuel de la part utilisable et ingérée par le bétail sur le cycle annuel (t de matière sèche), pour le terroir pastoral de 12 villages de la commune de Dantiandou (210 km2) de 2009 à 2011. La courbe du taux de fourrage ingéré sur le fourrage utilisable est portée en %.

23Le rapport entre le fourrage ingéré et les disponibilités utilisables est donc toujours supérieur à 100 % (fig. 7), soulignant l’acuité de la question fourragère à Dantiandou.

Comparaison des bilans fourragers établis à Hombori et à Dantiandou

24Il peut paraître paradoxal que la question fourragère soit plus aiguë à Dantiandou où les pluies (565 ± 142 mm à Niamey sur la période 1905-2012) sont plus abondantes et régulières qu’à Hombori (376 ± 107 mm sur la période 1935-2012). Cependant, le disponible fourrager herbacé par unité de surface est inférieur en moyenne à Dantiandou, même s’il est moins variable d’une année sur l’autre (fig. 2 et 4). Cela est principalement dû au fait que près de la moitié des terres y sont consacrées à la culture du mil qui n’offre comme ressource pastorale que les feuilles des chaumes (les tiges ne sont pas broutées, contrairement à celles du sorgho) et les adventices. C’est aussi dû à la faiblesse des productions herbacées sur les terres de parcours des plateaux indurés et de leurs rebords soumis à de très fortes pressions de pâture au cours de la saison des pluies, quand le bétail est tenu à l’écart des champs (Turner et al., 2005).

25En outre, la charge animale sur l’année est légèrement plus élevée à Dantiandou avec 8,4 UBT/km2 (2 108 kg de poids vif par km2) exerçant une pression de pâture dont le prélèvement fourrager herbacé se monte à 215 kg/ha, alors que la charge moyenne à Hombori est de 7,0 UBT/km2 (1 742 kg de poids vif par km2) et que la pression de pâture correspond à un prélèvement fourrager herbacé moyen de 169 kg/ha. Les estimations plus détaillées faites à l’échelle des aires de desserte des points d’eau de Hombori indiquent cependant que cette moyenne couvre des réalités très contrastées avec des prélèvements voisins des maxima possibles (un tiers) à proximité des points d’eau les plus fréquentés, alors que des réserves fourragères sur pied restent peu exploitées à distance des points d’eau. Mais cela fait partie du volant de sécurité utilisé par certains éleveurs dans les situations de crise (Benoit, 1984).

26Ces bilans fourragers restent indicatifs, car la situation de déficit fourrager chronique observée à Dantiandou ne serait pas viable sans les pratiques adaptatives des éleveurs qui ne sont pas comptabilisées dans ces bilans. À Dantiandou, par exemple, les éleveurs résolvent le déficit fourrager en organisant des migrations saisonnières d’une partie du bétail à l’extérieur de la commune. En saison des pluies, le bétail transhume vers les zones pastorales situées à 300-400 km au nord, à proximité de la frontière du Mali (Turner et al., 2006). À leur retour, à l’époque de la récolte du mil, une partie des troupeaux transhume à une cinquantaine de kilomètres vers l’est dans le Dallol voisin, et si besoin est, quelques troupeaux transhument aussi vers le sud en fin de saison sèche (Brottem et al., 2014). L’autre solution est de supplémenter la pâture avec des aliments distribués au bétail dans les parcs et sur les gîtes de repos et de traite (Ayantunde et al., 2008). Ces aliments sont en partie produits sur la ferme, comme des sons de mil, des fanes de niébé, d’arachide et de voandzou, des résidus de roselle. Pour partie, ils sont aussi récoltés sur les parcours (paille de Zornia glochidiata, chaumes de mil, adventices particulièrement appétées comme Alysicarpus ovalifolius, Eragrostis tremula, Jacquemontia tamnifolia, gousses d’acacia) et plus rarement achetés sur les marchés (sons, tourteaux). Il convient de noter que la récolte (ou la mise en réserve) d’aliments, tels que les pailles et chaumes se fait en concurrence directe avec la pâture.

Bilans fourragers et productivité des troupeaux

27La différence de bilan fourrager observée entre Hombori et Dantiandou se traduit-elle par une différence de productivité de l’élevage ? Des enquêtes ont été menées auprès des éleveurs dans les deux sites sur la taille et la composition des troupeaux, sur les paramètres démographiques (mortalités, pertes, ventes, naissances achats, dons) et les paramètres de reproduction des femelles (âge à la première mise bas, carrière reproductrice, âge de réforme). Ces données sont utilisées dans un modèle matriciel de dynamique des populations animales Dynmod (Lesnoff, 2010 ) pour faire une projection de la dynamique et des productions des troupeaux dans l’hypothèse d’un maintien de leur structure initiale du troupeau (option steady state). Un seul type d’élevage, pastoral, a été considéré à Hombori, alors qu’à Dantiandou les élevages des familles peules résidant dans des campements, dont les effectifs sont plus importants et qui pratiquent davantage les transhumances régionales, sont distingués des élevages des agro-éleveurs Djerma résidant dans les villages (Hiernaux et Turner, 2002). Et encore dans ce dernier cas, les élevages bovins dont l’effectif du troupeau est inférieur à 5 têtes sont exclus de l’analyse, car ils ne relèvent pas d’un élevage naisseur et cette simulation est donc inadaptée à juger de leur performance.

28Les effectifs moyens des troupeaux diffèrent largement (tabl. 5), plus élevés dans les élevages pastoraux, puis dans les élevages agropastoraux et limités à 5 unités de petits ruminants et 13 bovins dans les systèmes sédentaires d’agro-élevage. Les taux annuels d’exploitation du cheptel (vente/stock) sont semblables entre les systèmes d’élevage et les deux sites : de 10 à 13 % pour les bovins, et de 30 à 33 % pour les petits ruminants. Par contre, les performances des élevages diffèrent par leur taux de croît, les meilleures sont celles des agropasteurs de Dantiandou, celles des pasteurs de Hombori sont très irrégulières et même négatives pour les ovins, enfin celles des systèmes d’agro-éleveurs sédentaires de Dantiandou sont très faibles, à la marge de la viabilité (Lesnoff et al., 2012), ce que confirment les trajectoires d’exploitations décrites pour quelques agropasteurs (Bonnet et Guibert, 2014). L’avantage fourrager des élevages de Hombori ne se traduit donc pas par de meilleures performances, par contre la gestion des agropasteurs, et en particulier le recours à la mobilité, se traduit par des performances nettement supérieures à celles des agro-éleveurs avec lesquels ils cohabitent à Dantiandou. Ce résultat remet en cause l’application du concept de capacité de charge d’un parcours dans son acception zootechnique, puisque la viabilité de l’élevage ne dépend pas, principalement au moins, des parcours utilisés.

Tableau 5. Résultats du modèle simulant la dynamique des populations animales Dynmod (Lesnoff, 2010) pour les espèces bovines, ovines et caprines des élevages pastoraux de Hombori (Mali), agropastoraux et d’agro-éleveurs de Dantiandou (Niger).

 

 

Effectifs du troupeau

Stock

Taux

Taux

Site et type d’élevage

Espèces

Femelles

Mâles

adultes

poids vif
kg

de croît
%/an

d’exploitation
%/an

Hombori

bovine

39

17

56

9 986

1,1

12,7

ovine

27

9

36

936

-8,9

32,3

caprine

40

14

54

1 221

5,9

33,3

Dantiandou
agropastoral

bovine

11,5

3,3

14,8

2 702

5,1

13,8

ovine

17,1

4,5

21,5

477

14,9

30,4

caprine

13,5

3,8

17,3

293

15

34,5

Dantiandou
culture-élevage

bovine 5

8,2

4,8

13

2 580

0,2

10,9

ovine

3,7

1,4

5,1

108

3

33,3

caprine

3,5

1,5

5

83

2,7

31,3

29Par ailleurs, la concordance entre les mesures de production végétale réalisées sur les parcours des deux sites et les estimations par télédétection satellitaire confirme l’augmentation de la production végétale sur les parcours du Gourma au cours des trois dernières décennies et sa diminution dans le Fakara (Dardel et al., 2014 a ; chap. 6, ce volume). Mais cela ne soutient pas de façon indiscutable le concept de capacité de charge écologique. En effet, le reverdissement du Gourma s’explique largement par une pluviosité plus abondante depuis les grandes sécheresses des années 1970 et 1980, et par la résilience de la végétation des sols sableux qui dominent dans le paysage (Dardel et al., 2014 b). Par contre, la détérioration du couvert végétal des sols peu profonds sur glacis d’érosion et affleurement rocheux se poursuivrait au-delà des années de sécheresse (Hiernaux et al., 2009 b), entraînant une modification profonde du système hydrologique (Gardelle et al., 2010 ; chap. 9, ce volume). La dégradation apparente de l’agro-écosystème de Dantiandou pourrait en partie résulter de l’impact sur l’indice de végétation de l’augmentation des superficies cultivées en mil au détriment des jachères (Hiernaux et al., 2015). La dégradation des parcours, effective sur le terrain, n’aurait qu’un impact négligeable sur l’indice satellitaire.

Conclusion : perspectives de développement de l’élevage sahélien

30Les élevages sahéliens peuvent-ils s’adapter au rapide développement du marché des produits de l’élevage qui accompagne l’essor démographique et urbain de la sous-région et à la mondialisation des échanges (Zoundi et Hitimana, 2008) ? En dehors de la volaille, la réponse est souvent attendue des élevages spécialisés, unités d’embouche et fermes laitières, souvent périurbaines, très directement liés aux marchés (Williams et al., 1999 ; Corniaux, 2005 ; Coulibaly, 2008 ; Sanogo, 2011).

31Cependant, leur productivité est contrainte par l’accès aux fourrages de qualité, et lorsqu’ils s’affranchissent de la pâture, leur viabilité dépend de leur accès à des aliments du bétail et de leur coût. Une part de leur viabilité économique est liée à l’achat à bon marché et sur une base régulière de jeunes animaux, surtout mâles, produits par les élevages naisseurs pastoraux. Or, l’élevage naisseur pastoral n’a qu’une capacité restreinte à augmenter sa production de jeunes animaux à cause de la contrainte fourragère dont les disponibilités, en liaison avec les aléas climatiques, restent irrégulières. La mobilité pastorale, locale comme régionale, est l’adaptation majeure des élevages naisseurs aux variations du disponible fourrager, mais elle est de plus en plus restreinte du fait de l’expansion des cultures et des infrastructures, de la raréfaction de la main-d’œuvre qualifiée, des risques d’une législation foncière privilégiant la propriété individuelle au détriment de l’usufruit communautaire (Lavigne-Delville, 1998 ; Oxby, 2011), et de la montée de l’insécurité civile (Bonnet, 2013). Il est donc urgent, pour l’ensemble des filières de l’élevage, que l’accès des éleveurs pastoraux aux ressources en eau et parcours soit sécurisé et que des infrastructures adaptées pour l’éducation, la santé et les communications soient développées dans les régions pastorales (Plateforme pastorale tchadienne, 2013).

Bibliographie

Ag Mahmoud M., 1992 - Le Haut Gourma central (Ve région de la République du Mali). Présentation générale. Montpellier, 2e édition révisée, CEFE/CNRS, 133 p.

Ali A., Lebel T., Amani A., 2003 - Invariance in the spatial structure of Sahelian rain fields at climatological scales. J. Hydrometeor., 4 : 996.

Ayantunde A. A., Hiernaux P., Fernández-Rivera S., Van Keulen H., Udo H. M. J., 1999 - Selective grazing by cattle on spatially and seasonally heterogeneous rangelands in the Sahel. J. of Arid Envir., 42 : 261-279.

Ayantunde A. A., Fernández-Rivera S., Dan-Gomma A., 2008 - Sheep fattening with groundnut haulms and millet bran in the west African Sahel. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 61 (3-4) : 215-220.

Bassett T. M., Turner M. D., 2007 - Sudden shift or migratory drift ? Fulbe herd movements to the Sudano-Guinean region of West Africa. Human Ecology, 35 : 33–49.

Benoit M., 1984 - Le Séno-Mango ne doit pas mourir : pastoralisme, vie sauvage et protection du Sahel. Mém. Orstom, Paris, 103,143 p.

Bonnet B., 2013 - Vulnérabilité pastorale et politiques publiques de sécurisation de la mobilité pastorale au Sahel. Mondes en développement, 164 : 71-91. DOI : 10.3917/med.164.0071

Bonnet B., Hérault D., 2011 - Gouvernance du foncier pastoral et changement climatique au Sahel. Land Tenure J., 2 : 157-187.

Bonnet B., Guibert B., 2014 - Stratégies d’adaptation aux vulnérabilités du pastoralisme. Trajectoires de familles de pasteurs 1972-2010. Afrique contemporaine, 249 : 37-51. DOI : 10.3917/afco.249.0037

Boudet G., 1984 - Manuel sur les pâturages tropicaux et les cultures fourragères. Paris, La Doc. Française, Inst. d’élev. et méd. vét. des pays trop., 266 p.

Boudet G., Coulibaly A., Leprun J.-C., 1977 - Étude de l’évolution d’un système d’exploitation sahélien au Mali, rapport de campagne 1975-176. Rapport GCRST, Paris, Gerdat, Orstom.

Breman H., De Ridder N., 1991 - Manuel sur les pâturages des pays sahéliens. Paris, Karthala, 485 p.

Breman H., Van Keulen H., Ketelaars J. J. M. H., 1984 - « Land evaluation for semi-arid rangeland : a critical review of concepts ». In Siderius W. (ed.) : Proceedings of the workshop of land evaluation for extensive grazing, Wageningen, Netherlands : 229 Publ 34 ILRI.

Brottem L., Turner M. D., Butt B., Singh A., 2014 - Biophysical variability and pastoral rights to resources : West African transhumance revisited. Human Ecology, 42 : 351-365. DOI : 10.1007/s10745-014-9640-1

Cheula A., 2009 - Dynamique de l’occupation des sols en milieu sahélien. Espaces cultivés et couverture ligneuse dans la commune de Hombori, Mali. Mém. Master 2 Télédétection et géomatique appliquées à l’environnement, Paris 7, 44 p.

Colin De Verdière P., 1994 - Investigation sur l’élevage pastoral. Rapport final du projet STD 2. Université d’Hohenheim, Stuttgart, Allemagne et Cirad-EMVT (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, département Élevage et Médecine vétérinaire), Maisons-Alfort, France.

CORAF/WECARD, 2010 - Priorités de recherche pour le développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture en Afrique de l’Ouest et du centre. Dakar, Coraf/Wecard, 92 p.

Corniaux C., 2005 - Gestion technique et gestion sociale de la production laitière : champs du possible pour une commercialisation durable du lait. Thèse de doctorat, Institut national agronomique de Paris-Grignon, 258 p.

Coulibaly D., 2008 - Changements socio-techniques dans les systèmes de production laitière et commercialisation du lait en zone périurbaine de Sikasso, Mali. Thèse de doctorat, AgroParisTech, Paris, France, 399 p.

De Bruijn M., Van Djik H., 1995 - Arid ways : Cultural understandings of insecurity in Fulbe society, central Mali. Amsterdam, Thela Publishers..

De Leeuw P. N., Tothill J. C., 1990 The concept of rangeland carrying capacity in sub-saharan Africa myth of reality. Land Degradation and Rehabilitation, 29b, 19 p.

Dardel C., Kergoat L., Mougin E., Hiernaux P., Grippa M., Tucker C. J., 2014 a - Re-greening Sahel : 30 years of remote sensing data and field observations (Mali, Niger). Remote Sensing of Envir., 140 : 350-364.

Dardel C., Kergoat L., Hiernaux P., Grippa M., Mougin E., Ciais P., Nguyen C. C., 2014 b - Rain-Use Efficiency : What it tells about conflicting Sahel greening and Sahelian paradox. Remote Sensing, 6 : 3446-3474.

Dawalak A., 2009 - Effet des crises climatiques sur le cheptel bovin et mise au point d’une méthode de calcul sur le taux de croît dans la commune de Hombori (Mali). Mémoire IPR/IFRA, Katibougou, Mali, 69 p.

Diawara M. O., 2010 - Quantifier les dynamiques associées de la charge animale et des ressources fourragères en saison sèche : le cas des parcours sahéliens du Gourma malien. Mém. Master 2 PARC, SupAgro Montpellier, 46 p.

Diawara M. O., 2015 - Impact de la variabilité climatique au nord Sahel (Gourma, Mali) sur la dynamique des ressources pastorales, conséquences sur les productions animales. Thèse PhD, université Toulouse III Paul-Sabatier (France), université de Bamako (Mali), 160 p.

Fernández-Rivera S., Hiernaux P., Williams T. O., Turner M. D., Schlecht E., Salla A., Ayantunde A. A., Sangaré M., 2005 - « Nutritional constraints to grazing ruminants in the millet-cowpea-livestock farming system of the Sahel ». In Ayantunde A. A., Fernández-Rivera S., McCrabb G. (eds) : Coping with feed scarcity in smallholder livestock systems in developing countries, Nairobi, ILRI : 157-182.

Gallais J., 1975 - Pasteurs et paysans du Gourma. La condition sahélienne. Mémoire CEGET, CNRS, Paris, 239 p.

Gardelle J., Hiernaux P., Kergoat L., Grippa M., 2010 - Less rain, more water in ponds : a remote sensing study of the dynamics of surface waters from 1950 to present in pastoral Sahel (Gourma region, Mali). Hydrol. Earth Syst. Sci., 14 : 309-324.

Hesse C., Thébaud B., 2006 - Will Pastoral Legislation Disempower Pastoralists in the Sahel ? Indigenous Affairs, 1 : 14-23.
http://drylands-group.org/publications/will-pastoral-legislation-disempower-pastoralists-in-the-sahel

Hiernaux P., 1982 - Méthode d’évaluation du potentiel fourrager de parcours sahélien. Miscellaneous Paper, 430, CABO Wageningen, Netherlands.

Hiernaux P., 1998 - Effects of grazing on plant species composition and spatial distribution in rangelands of the Sahel. Plant Ecol., 138 : 191-202.

Hiernaux P., Turner M. D., 1996 - The effect of clipping on growth and nutrient uptake of Sahelian annual rangelands. J. of Appl. Ecol., 33 : 387-399.

Hiernaux P., Turner M. D., 2002 - « The influence of farmer and pastoralist management practices on desertification processes in the Sahel ». In Reynolds J. F., Stafford Smith M. D. (eds) : Global desertification : do humans cause deserts ?, Berlin, Dahlem University Press : 135-148.

Hiernaux P., Le Houérou H. N., 2006 - Les parcours du Sahel. Sécheresse, 17 (1-2) : 1-21, 51-71.

Hiernaux P., Ayantunde A. A., Kalilou A., Mougin E., Gérard B., Baup F., Grippa M., Djaby B., 2009 a - Resilience and productivity trends of crops, fallows and rangelands in Southwest Niger : impact of land use, management and climate changes. Journal of Hydrology, 375 (1-2) : 65-77.

Hiernaux P., Mougin E., Diarra L., Soumaguel N., Lavenu† F., Tracol Y., Diawara M., 2009  b - Rangeland response to rainfall and grazing pressure over two decades : herbaceous growth pattern, production and species composition in the Gourma, Mali. Journal of Hydrology, 375 (1-2) : 114-127.

Hiernaux P., Mougin E., Diawara M., Soumaguel N., Diarra L., 2012 - How much does grazing contribute to herbaceous decay during the dry season in Sahel rangelands ? ECliS deliverable 3.4, GET, Toulouse, France, 23 p http://eclis.get.obsmip.fr/index.php/eng/scientificproductions/delivrable

Hiernaux P., Diawara M. O., 2014 - Livestock : recyclers that promote the sustainability of smallholder farms. Rural, 21 (04) : 9-11.

Hiernaux P., Diawara M. O., Kergoat L., MOUGIN E., 2015 - « Desertification, adaptation and resilience in the Sahel : Lessons from long-term monitoring of agro-ecosystems ». In Behnke R (ed.) : Desertification : science, politics and public perception, Springer Earth System Sciences, Springer-Verlag Berlin and Heidelberg.

Jullien F., 2006 - Nomadisme et transhumance, chronique d’une mort annoncée ou voie d’un développement porteur ? Enjeux, défis et enseignements tirés de l’expérience des projets d’hydraulique pastorale au Tchad. Afrique Contemporaine, 217 (1) : 55-57.

Klein H. D., Rippstein G., Huguenin J., Toutain B., Guerin H., Louppe D., 2014 - Les cultures fourragères. Montpellier, Quae/CTA Presses agronomiques de Gembloux, 264 p.

Krätli S., Schareika N., 2010 - Living off Uncertainty. The Intelligent Animal Production of Dryland Pastoralists. European Journal of Development Research, 22 (5) : 605-622.
http://www.palgrave-journals.com/ejdr/journal/v22/n5/full/ejdr201041a.html

Krätli S., Monimart M., Jalloh B., Swift J., Hesse C., 2013 - Evaluation of AFD Group interventions in pastoral water development in Chad over the last 20 years. Final Report, French Development Agency, Paris.

Krätli S., Kaufmann B., Roba H., Hiernaux P., Li W., Easdale M., 2015 - A House Full of Trap Doors Barriers to resilient drylands in the toolbox of development ? Issue Paper, International Institute for Environment and Development, London.

Lavigne-Delville P., 1998 - Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité. Paris, Karthala, Coopération française.

Le Barbé L., Lebel T., 1997 - Rainfall climatology of the HAPEX-Sahel region during the years 1950-1990. J. of Hydrol., 189 (1-4) : 43-73.

Le Houérou H. N., 1989 - The grazing land ecosystems of the African Sahel. Ecological studies, 75, Springer-Verlag, 282 p.

Lesnoff M., 2010 - DYNMOD : a spreadsheet interface for demographic projections of tropical livestock populations, User’s manual. Montpellier, France, Cirad (French Agricultural Research Centre for International Development) http://livtools.cirad.fr.

Lesnoff M., Corniaux C., Hiernaux P., 2012 - Sensitivity analysis of the recovery dynamics of a cattle population following drought in the Sahel region. Ecol. Model., 232 : 28-39.

Lhoste P., Dollé V., Rousseau J., Soltner D., 1993 - Manuel de zootechnie des régions chaudes. Les systèmes d’élevage. Paris, coll. Précis d’Élevage, Min. de la Coop., 288 p.

Mougin E., Lo Seen D., Rambal S., Gaston A., Hiernaux P., 1995 - A regional Sahelian grassland model to be coupled with multispectral satellite data. Description and validation. Remote Sens. Environ., 52 : 181-193.

Mougin E., Hiernaux P., Kergoat L., De Rosnay P., Grippa M., Timouk F., Arjounin M., Le Dantec V., Demarez V., Ceschia E., Mougenot B., Baup F., Frappart F., Gruhier C., Guichard F., Trichon V., Soumaguel N., Diarra L., Dembélé F., Soumaré A., Kouyaté M., Lloyd C., Seghieri J., Hanan N. P., Galy-Lacaux C., Damsin C., Epron D., Delon C., Serça D., Mazzega P., Jarlan L., Frison P. L., Tracol Y., 2009 - The AMMA Gourma observatory site in Mali : Relating climatic variations to changes in vegetation, surface hydrology, fluxes and natural resources. Journal of Hydrology, 375 (1-2) : 14-33.

Osbahr H., 2001 - Livelihood Stategies and Soil Fertility at Fandou Béri, Southwestern Niger. London, Department of Geography, University College London.

Oxby C., 2011 - Will the 2010 ‘Code Pastoral’ Help Herders in Central Niger ? Land Rights and Land Use Strategies in the Grasslands of Abalak and Dakoro Departments. Nomadic Peoples, 15 (2) : 53-81.

Penning De Vries F. W. T., Djiteye M. A. (eds), 1982 - La productivité des pâturages sahéliens, une étude des sols, des végétations et de l’exploitation de cette ressource naturelle. Wageningen, Agric. Res. Rep, Pudoc, 525 p.

Peyre De Fabrègues B., 1984 - Quel avenir pour l’élevage au Sahel ? Rev. d’Élev. et de Médecine vét. des pays trop., Maisons-Alfort, France, 37 (4) : 500-508.

Plateforme pastorale tchadienne, 2013 - République du Tchad, AFD, UE, CSAO, FIDA, IUCN, DDC, déclaration de N’Djaména, Élevage pastoral, une contribution au développement et à la sécurité des espaces saharo-sahéliens. Colloque régional, conférence ministérielle 27-29 mai, 8 p.

Querre M., 2003 - Quand le lait devient enjeu social : le cas de la société peule dans le Séno (Burkina Faso) ». Anthropology of food , URL : http://aof.revues.org/324

Sanogo O. M., 2011 - Le lait, de l’or blanc ? Amélioration de la productivité des exploitations mixtes cultures-élevage à travers une meilleure gestion et alimentation des vaches laitières dans la zone de Koutiala, Mali. Thesis, WageningenUnversity, Wageningen NL, 158 p.

Sayre N.F., 2008 - The Genesis, History, and Limits of Carrying Capacity. Annals of the Association of American Geographers, 98 (1) : 120-134. http://geography.berkeley.edu/documents/sayre/sayre_2008_carrying_capacity.pdf, DOI: 10.1080/00045600701734356

Schlecht E., Hiernaux P., Turner M. D., 2001 - « Mobilité du bétail : nécessité et alternatives ». In Tielkes E., Schlecht E., Hiernaux P. (éd.) : Élevage, gestion des parcours et implications pour le développement au Sahel, Verlag UE Grauer, Stuttgart-Beuren, Germany : 65-78.

Thébaud B., Batterbury S., 2001 - Sahel pastoralists : opportunism, struggle, conflict and negotiation. A case study from eastern Niger. Global envir. Change, 11 : 69-78.

Touré I., Ickowicz A., Wane A., Garbaet I., Gerber P., 2012 - Atlas of trends in pastoral systems in Sahel. Montpellier, France, FAO/Cirad, 36 p.

Turner M. D., Hiernaux P., Schlecht E., 2005 - The distribution of grazing pressure in relation to vegetation resources in semi-arid West-Africa : the role of herding. Ecosys., 8 (6) : 668-681.

Turner M. D., Ayantunde A. A., Patterson E. D., Patterson K. P., 2006 - Farmer-herder relations and conflict management in agro-pastoral zone of Niger. Int. Conf. on the future of transhumance pastoralism in West and Central Africa. Nov. 22, 2006, Abuja, Nigeria.

Turner M. D., Mcpeaket J. G., Ayantunde A. A., 2014 - The role of livestock mobility in the livelihood strategies of rural peoples in semi-arid West Africa. Hum. Ecol., 1 : 1-17.

Williams T. O., Hiernaux P., Fernández-Rivera S., 1999 - « Crop-Livestock Systems in Sub-Saharan Africa : Determinants and Intensification Pathways ». In McCarthy N., Swallow B., Kirk M., Hazell P. : Property Rights, Risk, & Livestock Development in Africa, Nairobi, Kenya, International Livestock Research Institute (ILRI) : 133-151.

Zezza A., Federighi G., Adamou K., Hiernaux P., 2014 - Milking the data : measuring income from milk production in extensive livestock systems. Experimental evidence from Niger. Policy Research Working Paper, 7114, World Bank, 32 p.

Zoundi J. S., Hitimana L. (eds), 2008 - Élevage et marché régional au Sahel et en Afrique de l’Ouest : potentialités et défis. Paris, Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest/OCDE.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Composition moyenne en sexe et classe d’âge des troupeaux de pasteurs à Hombori, d’agropasteurs à Dantiandou, d’agro-éleveurs à Dantiandou (un seul cas, celui des troupeaux de bovins de 5 têtes ou moins). À Dantiandou, les femelles allaitantes ont été distinguées des autres femelles adultes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Figure 2. Moyenne par type de substrat et pondérée par la superficie relative des substrats, dans la commune de Hombori et ses environs, des masses herbacées en fin de saison de croissance mesurées sur 12 sites pastoraux suivis sur le long terme (réseau Amma Catch).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3. Carte du disponible fourrager de la commune de Hombori (Mali) en fin de saison des pluies 2010 (kg MS/ha). Source : DIAWARA (2015)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 4. Évolution de l’occupation agricole sur les terroirs (210 km2) de 12 villages de la commune de Dantiandou, Niger, de 2009 à 2011. Masse moyenne des fourrages par type d’occupation des sols et par an mesurée sur 24 sites de suivis du couvert végétal et disponible fourrager moyen (kgMS)/ha.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 5. Charge octobre-juin % ingest/ util. Variations interannuelles du disponible fourrager herbacé annuel, de la fraction utilisable par le bétail, de l’estimation de l’ingestion fourragère et du rapport de l’ingestion sur le fourrage utilisable sur le territoire de la commune de Hombori et de ses environs de 2008 à 2011.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 6. Intensité de la pâture autour de points d’eau pastoraux : taux d’exploitation fourragère par le bétail au cours de la saison sèche 2010-2011. Source : DIAWARA (2015)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 7. Ingéré Ing. % util. Estimation du disponible fourrager annuel de la part utilisable et ingérée par le bétail sur le cycle annuel (t de matière sèche), pour le terroir pastoral de 12 villages de la commune de Dantiandou (210 km2) de 2009 à 2011. La courbe du taux de fourrage ingéré sur le fourrage utilisable est portée en %.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9631/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 584k

Auteurs

Agro-écologue, Université Paul-Sabatier (Toulouse III) - Université de Bamako (Mali)

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search