Version classiqueVersion mobile

Les ressources minérales profondes en Polynésie française / Deep-sea mineral resources in French Polynesia

 | 
Pierre-Yves Le Meur
, 
Pierre Cochonat
, 
Carine David
, 
et al.

Axe III. Enjeux technologiques de l’exploration et de l’exploitation

III-3. Quelles sont les tendances des évolutions technologiques pour l’exploration des ressources minières sous-marines ?

Pierre Cochonat, Patrice Christmann, Sarah Samadi, Nicholas Arndt, Julien Denegre et Henri Bougault

Texte intégral

1. Stratégie des pays

1Selon la commision européenne, 5 % des minerais mondiaux, comprenant le cobalt et le zinc, proviendront du plancher océanique à l’horizon 2020. Cela doublera en 2030. Le chiffre d’affaires annuel du « deep sea mining » pourrait atteindre 10 milliards d’Euros en 2030, en partant de virtuellement zero aujourd’hui. http://www.downtoearth.org.in/​coverage/​mining-at-deep-sea-46049

2Quelles stratégies les pays ont mises en place pour répondre aux nouveaux enjeux du “deep sea mining” ?

1.1. En France

3La France a été pionnière dans le domaine de l’exploration des grands fonds en particulier pour les bassins profonds (nodules) et les dorsales océaniques (hydrothermalisme) à travers des programmes de recherche et l’entretien des permis dans les eaux internationales par l’Ifremer (permis nodules signé en 2001 et amas sulfurés en 2012), mais rien n’est décidé pour ce qui concerne l’avenir, qui est discuté depuis plusieurs années dans le cadre d’un éventuel programme de recherche et d’accès aux ressources minérales profondes, sur la base d’un dossier élaboré en 2012 par l’Ifremer à la demande des tutelles ministérielles.

4Depuis quelques années, la volonté des pouvoirs publics, suite au Grenelle de la mer (2009) et à travers les activités du Comité pour les métaux stratégiques (2011) a permis de démarrer un programme de recherche dans la ZEE de Wallis et Futuna. Ce programme a été monté en réponse à une recommandation du Grenelle de la mer (2009) (voir plus loin le projet Wallis et Futuna).

5Après trois campagnes à la mer réalisées grâce à un partenariat public-privé, le projet Wallis et Futuna bloque actuellement sur des questions budgétaires et sur des questions de procédures relatives à la demande d’un permis d’exploration et de recherche qui devrait à l’avenir fixer les engagements des porteurs du permis.

6En juin 2011 un comité interministériel de la Mer (Cimer) avait décidé de lancer « une stratégie nationale sur les ressources minérales profondes en mer qui fixera les orientations pour une exploitation durable de ces ressources dans les eaux sous juridiction nationale et dans les eaux internationales ».

7Parallèlement l’Ifremer avait lançé une étude prospective sur les Ressources Minérales Marines (Remima) 2011 et le MEDDE initiait l’Expertise scientifique collective sur les Impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes (conduite par le CNRS et l’Ifremer en 2014) (Dyment J. et al., 2014)

8Récemment, le concours mondial de l’innovation lancé par l’Etat a notamment permis de révéler les acteurs français de ce secteur engagés dans l’innovation (rappel sur le CMI : créé en suivant un plan de relance de l’activité économique grâce à l’identification de 7 ambitions, dont la troisième concerne la valorisation des bioressources marines). Ce concours s’organise en plusieurs étapes, avec 110 projets identifiés en première phase dite d’amorçage. Parmi les projets retenus, 7 proviennent d’adhérents du Cluster Maritime Français qui a mis en place un groupe de réflexion « synergie grands fonds » très dynamique pour promouvoir une filière minière sous-marine en France.

9Ces premiers projets présentés en phase 1 étaient complémentaires en vue l’exploration et de l’exploitation des amas sulfurés de Wallis et Futuna. Ils portaient sur différents sujets :

  • système géophysique capable d’imager et de caractériser en trois dimensions le volume et les caractéristiques de ressources minérales sous-marines ;
  • liaison fond-surface flexible ;
  • flotte de drones sous-marins (AUVs) équipés de magnétomètres pour détection des amas sulfuré ;
  • carotteuse sous-marine pour exploration minière ;
  • système de surveillance environnemental et de zone en temps réel pour mesurer et réduire les impacts des activités anthropiques en mer ;
  • excavatrice sous-marine ;
  • conception d’un engin sous-marin léger, peu onéreux, facile à mettre en œuvre, connecté à la surface en haut débit et télé-opéré.

10Cet affichage de propositions innovantes permet déjà de lister l’essentiel des besoins technologiques nouveaux, voire des ambitions, liées à l’exploration et l’exploitation de ces ressoures minérales marines. Ces projets avaient vocation à être disponibles pour le amas sulfurés (pour Wallis et Futuna) mais certains sont tout ou partie transposables pour les encroûtements cobaltifères. Finalement deux projets ont été retenus en phase 2 (en cours d’évaluation) : l’un regroupe les activités relatives aux systèmes d’exploration, l’autre aux systèmes d’exploitation. Les résultats finaux du Concours Mondial d’Innovation ne sont pas connus à ce jour.

11D’un point de vue de la statégie nationale, la demande pour la présente expertise collective par le gouvernement de Polynésie Française pourrait être à l’origine d’une relance des travaux dans le cadre d’un programme de recherche. Un tel programme innovant sur le cas de l’exploitation des encroûtements cobaltifères, paraît avoir toute sa place, notamment pour répondre aux fortes préoccupations concernant les aspects sociaux et environnementaux

1.2. En Europe

12L’« European Innovation Partnership for Raw Materials (EIP) est la plateforme qui rassemble les représentants des parties prenantes pour les matières premières : industries, services publics, milieu académique et ONGs.

13Dans une démarche similaire à celle du concours mondial de l’innovation l’Union Européenne avait accepté au total 80 « Raw Material Commitments » (RMCs) dans le cadre de l’EIP comprenant 4 projets sur les ressources minérales marines. A titre indicatif les coordinateurs de ces quatre propositions étaint Technip, l’alliance allemande « Deep Sea Mining Alliance », Eramet et BMT société de consultance d’origine britannique leader dans le domaine de l’ingéniérie maritime, tous les industriels dont deux français, incluant le seul opérateur minier (Eramet). Les résultats ne sont pas connus à ce jour.

1.3. A l’international

14Dans le contexte international de nombreux organismes, agences ou groupements sont particulièrement actifs dans le domaine des ressources minérales marines.

15Chine – Le pays s’est récemment engagé très fortement sur la recherche et développement pour l’exploration de l’océan profond. Avec le Chinese Oceanography and Marine Research Association (COMRA) la Chine s’est engagée sur plusieurs permis avec l’ISA sur les amas sulfurés, les nodules et les encroûtements, notamment dans le Pacifique Ouest, avec la construction en 2014 d’un nouveau navire de recherche très sophistiqué : le « Kexue » (64 M€, 100 m de long, 80 membre d’équipages et scientifiques).

16Russie – En octobre 2012, le Ministère des Ressources Naturelles et de l’Environnement avait signé un accord avec l’ISA pour l’exploration des amas sulfurés en Atlantique (sur une zone où la communauté scientifique franco-russe avait collaboré …). Le monde académique russe a été par ailleurs un pionnier pour l’exploration océanique avec l’Institut Vernadsky (Moscou) et VNIIOkeangeologia (Saint Petersbourg)

17Japon – Le coût du programme de développement minier sous marin Japonais, comprenant le navire support est estimé entre 20 et 30 millards de yen (US$ 241 millions to US$ 361 millions). Les ressources minérales dans les eaux japonaises sont estimées à environ US$ 241 milliards. Les cibles visés sont les dépôts hydrothermaux de la fosse d’Okinawa et la caldera sous-marine Bayonnaise au large de l’Ile de Iza-Ogasawara. Les deux zones seraient très riches en or, argent, métaux rares et terres rares. Jogmec prévoit de déployer leur robots jusqu’à 2000 mètres.

18Canada – La compagnie Nautilus Minerals Inc sera probablement la première compagnie à exploiter commercialement les amas sulfurés sur le site de Solwara en Papouasie Nouvelle Guinée. Ce projet va marquer le lancement d’une nouvelle activité d’exploitation des ressources minérale marines. Nautilus envisage aussi de développer son activité d’exploration par des demandes de permis aux Iles Fidji, Tonga, Salomon et Nouvelle Zélande.

19Corée du Sud – Ce pays qui a choisi de développer son activité maritime appuie sa stratégie sur le Korean Ocean Research and Development Institute (KORDI) et le Korea Institute of Ocean Science and Technology (KIOST). En 2013 le gouvernement a communiqué sur le fait que suite aux premiers essais, avec succès, d’un robot pour exploitation sous-marine, la Corée possedait maintenant la technologie clé pour exploiter les nodules de manière indépendante dès 2015. Le robot de 25 tonnes, MineRo, a été testé par 1300 m. dans les eaux coréennes. Le KIOST prévoit de développer la technologie pour une exploitation commerciale des métaux stratégiques tirés des nodules en 2015. http://english.yonhapnews.co.kr/​news/​2013/​08/​01/​21/​0200000000AEN20130801001700320F.htmlS. K

20Brésil – Le Brésil a déposé en 2014 une demande de permis en cours d’évaluation par l’ISA. Ce permis est situé sur la ride de Rio Grande en Atlantique sud, il concerne des encroûtements cobaltifères. La Companhia de Pesquisa de Recursos Minerais (CPRM), le bureau de recherche géologique de l’Etat brésilien, avait dépensé 60 millions USD pour une première reconnaissance de la zone. Les études ont été menées en partenariat avec les japonais. Le CPRM prévoit un investissement de USD 11 millions pour entretenir cette concession pendant les 15 années à venir. Le gouvernement brésilien serait prêt à dépenser ($ 254 millions) pour développer les mines sous marines. (http://www.lexology.com/​library/​detail.aspx?g=8968afa7-72ee-4af4-9b62-8d67674f208d).

21Etats-Unis – N’ayant pas signé la convention dite de Montego Bay (Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer, CNUDM), les Etats Unis sont dans une situation particulière. Ils n’ont pas déposé de demande de permis auprès de l’ISA.

22Les Etats-Unis ont mis en place en 1983 The Outer Continental Shelf Lands Act pour controler l’activité minière dans leur ZEE, et le Deep Seabed Hard Minerals Resources Act pour les eaux internationales. En l’absence de l’accès à la convention du droit de la mer, le Deep Seabed Hard Minerals Resources Act (the “Resources Act”) controlent l’activité d’expoloration et l’exploitation future des ressources minérales marines profondes hors eaux américaines (i.e., the High Seas). D’après cet Act, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) est chargée d’établir la gouvernance des demandes de permis d’exploration pour les ressources minérales marines profondes.

23Paralèllement l’industrie privée a fait un important effort pour développer la technologie nécessaire pour le « deep seabed mining ». Lockheed Martin, par exemple, a récemment obtenu un permis de l’ISA, à travers sa filiale anglaise, UK Seabed Resources, pour explorer les nodules polymétalliques dans la zone de Clarion-Clipperton. www.businessweek.com/news/2013-03-14/lockheed-to-use-soviet-submarine-hunt-data-in-seabed-mining-plan

24Aux Etats-Unis la pression des environnementalistes est forte pour lutter contre le deep sea mining. Ainsi des poursuites judiciaires ont récemment été engagées contre la NOAA pour l’attribution du permis à Lockheed Martin, via UK Seabed Resources http://www.biologicaldiversity.org/​news/​press_releases/​2015/​deep-sea-mining-05-13-2015.html

25Inde – L’Inde s’est engagé en 2012 dans l’achat d’un nouveau bateau et le ré-équipement d’un autre pour développer l’exploration océanique profonde. L’Inde met en avant deux décades d’expérience sur l’exploration des nodules. Le National Institute of Ocean Technology (NIOT) a déjà testé un système d’exploitation sous marine des nodules par 512 m de fond et travaille sur des sytèmes adaptés à des fonds de 6000 m. Ces travaux sont conduits dans un programme de développement technologique pour l’exploitation des nodules de US $ 135 millions.

2. Quelques exemples de grands projets

2.1. Le projet européen Midas

26Le projet Midas -Managing Impacts of Deep-seA reSource exploitation (http://www.eu-midas.net/​) est un nouveau programme de recherche multidisciplinaire qui examine les impacts environnementaux pour l’exploitation des ressources minérales et énergétiques dans les grands fonds marins. Cela comprend les amas sulfurés, les nodules de manganèse, les encroûtements cobaltifères, les hydrates de méthane et les terres rares. Midas qui comprend 32 partenaires est financé par le 7ème programme cadre de la commission europénne pour la période 2013-2016. Ce partenariat représente une combinaison unique de scientifiques (sciences de l’univers et sciences sociales), industriels, experts juridiques, Organisations non gouvernementales, SMEs à travers l’Europe. Midas menera à bien des recherches sur les impacts potentiels d’origine, physqiue, chimique, biologique sur les écosystèmes profonds. Toutes ces informations seront utilisées pour établir des recommandations pour une meilleure pratique dans l’industrie minière. Un des points majeurs sera le développement de méthodes et de technologies pour préparer les évaluations de base de la biodiversité dans les zones d’exploitation potentielle et les activités de surveillance à distance dans les grands fonds pendant et après l’exploitation.

2.2. JPI Oceans(http://www.jpi-oceans.eu/​about)

27Le Joint Programming Initiative Healthy and Productive Seas and Oceans (JPI Oceans ) a permis le loncement d’un projet "Ecological aspects of deep-sea mining" qui vise à examiner les impacts environnementaux potentiels dans les trois prochaines années. Un consortium de ministères de la recherche de 11 pays finnancent le projet à 9,5 millions euros.

28Le projet sera mené à bien par 25 partenaires de 11 pays européens. Les sceintifiques vont étudier les écosystèmes profonds de deux zones riches en nodules de manganèse. Le premier projet pilote concerne les permis allemands belges et français dans la zone de Clarion – Clipperton pour estimer l’état zero des écosytèmes avant toute exploitation. Des campagnes scientifiques ont été menées à bien en octobre 2015 pour revisiter un deuxième site, la zone expérimental Discol dans le Bassin du Pérou dont l’évolution et la récupération des écosystèmes sont suivies depuis 26 ans date à laquelle des dragages avaient été réalisés.

2.3. Le partenariat public-privé pour un projet minier français : Wallis et Futuna

29Dans le contexte de compétition pour l'accès aux matières premières minérales qui engendre une concurrence internationale de plus en plus visible, il convennait de conforter, et de fédérer, les intérêts industriels, technologiques et scientifiques de la France qui a été pionnière pour la technologie et la connaissance des grands fonds depuis les années 1970. La France dispose en effet d'un ensemble cohérent d'expertise scientifique et de compétences -technologiques en matière de grands fonds sous-marins ou d'exploitation minière : l'Ifremer, le BRGM, le CNRS et les universités, pour les établissements publics, Technip, Areva, Eramet, pour le secteur privé. La France dispose ainsi du potentiel pour mener à bien les recherches scientifiques et développer les technologies, potentiellement révolutionnaires, pour l'accès aux ressources minières du futur. Elle dispose aussi de la 2ème ZEE mondiale, en cours d'extension dans le cadre du programme Extraplac. La France se devait de définir une stratégie et des priorités.

30L'objectif de développer un pôle minier français sur les ressources marines profondes, à partir d'une approche inspirée du type Grenelle de la mer, était de conforter un partenariat public-privé pour un projet minier. Ce projet devant s'appuyer sur le développement des technologies et de l'industrie française, tant pour les techniques d'exploration que pour la recherche technologique nécessaire à la réalisation d'un pilote d'extraction, afin d'aboutir à la réalisation d'un pilote industriel pour l'extraction des métaux (sur la ZEE de Wallis et Futuna et / ou autres zones internationales). La France a pris une longueur d’avance avec le projet Wallis et Futuna, mais il s’agit d’en assurer la pérennité.

31L'Etat a lancé le Grenelle de la Mer en 2009. L’une des recommandations du Grenelle (« en s'appuyant sur l'amélioration des connaissances des fonds marins, préparer le développement, à moyen terme, de projets miniers en mer profonde en organisant dès à présent le développement et le pilotage industriel de procédés d'extraction minière offshore ») a été à l'origine du lancement du projet Wallis et Futuna, conduit en partenariat public-privé sur la base d'un accord pour une première exploration de la zone économique exclusive française entre le Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, l'Ifremer, Areva, Eramet, Technip, BRGM SA et AAMP et avec la collaboration scientifique de l’IPG Paris, de l’UNO du CNRS Insu et du CEA. La première campagne a été réalisée en 2010.

32Parallèlement le CIMER du 10 juin 2011 avait mis en avant les ressources minérales profondes comme devant devenir un enjeu majeur. Ainsi ce comité a décidé que « notre pays aurait une stratégie nationale sur les ressources minérales profondes d'ici la fin de l'année » et que la France déposerait une demande de permis d'exploration relatif aux amas sulfurés auprès de l'autorité internationale des fonds marins. En corollaire, la refonte de notre code minier a été lancée pour qu'il prenne en compte les préoccupations nouvelles notamment environnementales.

33Deux autres campagnes ont été conduites en 2011 et 2012 dans le cadre d’un partenariat réduit à trois partenaires : Technip, ERAMET et IFREMER. La suite du programme dépend de l’obtention d’un permis exclusif de recherche (PER) et du monrtage financier. Le PER ne pourra être déposé que lorsque la procédure de préparation du décret d’extension du code minier à Wallis et Futuna sera réglée par les services de l’Etat. En l’absence de publication de décret le permis ne peut pas êter déposé. Pour le financement des campagnes de recherche liées au permis de Wallis et Futuna, les partenaires industriels français semblent prêts pour un co-financement à condition d’un financement étatique à hauteur de 50 %. L’Etat pourrait participer au projet au titre d’investisseur.

34Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (SPC Secretariat of the Pacific Community) (http://gsd.spc.int/​dsm/​index.php/​homepage) a pris l’initiative de lancer le projet The Deep Sea Minerals Project en collaboration avec l’U.E. rassemblant 15 pays des Iles du Pacifique : les Iles Cook, Federated States of Micronesia, Fiji, Kiribati, Marshall Islands, Nauru, Niue, Palau, Papua New Guinea, Samoa, Solomon Islands, Timor Leste, Tonga, Tuvalu and Vanuatu.

35Initié en 2011 ce projet DSM de 4,4 millions d’euros aide les Îles du Pacicifique à améliorer la gouvernance et la gestion de leurs ressources minerales marines profondes conformément aux lois internationales avec un accent particulier pour la protection de l’environnement marin et pour sécuriser un retour financier equitable pour les pays et les peuples des îles du Pacifique.

2.4. Doremi (Deep ORe Electro-Magnetic Investigation)

36L’exploration des ressources minières des grands fonds océaniques requiert des moyens spécifiques, car les techniques terrestres ne peuvent être transposées simplement sous l’eau, et les techniques de l’offshore pétrolier ou gazier sont mal adaptées à la recherche de minerais dans le sous-sol marin.

37Lancé par l’Etat, le concours mondial d’innovation a récompensé ses lauréats en juillet dernier. Parmi eux, le projet Doremi, dans le cadre de la valorisation des ressources marines. Ce projet est porté par Pascal Tarits, expert en électromagnétisme sous-marin de l’UBO et par IXBLUE, ETI leader en systèmes de navigation et positionnement sous-marins et la start-up MAPPEM Geophysics.

38Doremi est un système géophysique capable d’imaginer et de caractériser en trois dimensions le volume et les caractéristiques de ressources minérales sous-marines. En effet, l’exploration des ressources minières des grands fonds océaniques requiert des moyens spécifiques, les techniques de l’offshore pétrolier ou gazier étant mal adaptées. Doremi offre une solution économique et performante pour l’exploration d’un gisement en s’appuyant sur une nouvelle technique d’utilisation des champs électriques sous-marins. Ce système limite ainsi la prise d’échantillons et les forages systématiques, extrêmement onéreux. Doremi s’appuie pour cela sur une nouvelle technique d’utilisation de champs électriques sous-marins.

39Voir aussi d’autres projets dont le projet sur les amas sulfurés (Solwara) de la société Nautilus et le projet sur le dépôt de sulfures Atantis II Deep en Mer Rouge, dans l’axe V de ce présent rapport.

3. Quelles innovations attendues pour les technologies d’exploration ?

40Les technologies d’exploration utilisées conventionnellement peuvent être résumées en trois catégories (voir contribution III-1, Technologies connues pour l’exploration et l’exploitation ...) :

  • Les technologies d’exploration régionale, essentiellement cartographiques fondées sur les reconnaissances géophysiques (sondeur multifaisceaux SMF fournissant la bathymétrie et l’imagerie sonar) sismique et sur quelques prélèvements (dragues à roches auxquelles on associe prélèvements biologiques) permettant de réaliser les premières analyses minéralogiques et géochimiques et biologiques. C’est l’étape indispensable d’identification des sites avant l’évaluation des ressources. Ces outils sont matures, même s’ils sont en perpétuelle évolution, notamment pour améliorer la résolution des SMF. La drague à roches est un outil rustique mais qui a montré son efficacité à condition de bien maîtriser sa mise en œuvre ;
  • Les technologies d’étude de site et évaluation des ressources et de la biodiversité. Lorsque les sites sont identifiés, la compréhension scientifique des processus géologiques, géochimiques et biologiques, implique des travaux près du fond mettant en oeuvre submersibles (ROV, AUV, engins habités, engins autonomes). Ces engins permettent d’affiner les explorations au niveau local, (bathymétrie et l’imagerie à ultra haute résolution de quelques dizaines de cm) et de réaliser des prélèvements précis près du fond pour étudier la composition et la géométrie des sites en tant que gisements potentiels. Un point clé, notamment sur le plan de l’innovation technologique, sera le prélèvement par microforage, outil qui reste à développer ou à adapter à partir de systèmes existants capables d’être mis en œuvre par un ROV. La question des mesures in situ en forage (diagraphie), à développer sur la micro-foreuse peut se poser. Cet équipement robotisé pourrait par exemple, associer forage carotté (prélèvement) et forage destructif (avec mesures in situ associée), ou analyse in situ de la composition géochimique (voir spectromètre Raman ci-dessous) et épaisseur de la croûte du substratum), dans un même outil qui prélève et mesure au même endroit. Il s’agit d’un point très intéressant qui renforce le besoin d'un outil innovant qu'il faut concevoir. D’autre part, il serait aussi très intéressant de développer les capacités d’analyse in-situ en route près du fond, notamment par des techniques Raman pour l’analyse in-situ des solides non destructive. Ces équipements devront être adaptés aux vecteurs AUV et ROV. La spectroscopie Raman est une technique d’analyse répandue dans le domaine des solides qui ne nécessite aucune préparation de l’échantillon et aucun réactif. Elle permet une identification non destructive et en présence d’eau. L’objectif est de se doter de manière opérationnelle d’une méthode de détection spectroscopique capable d’identifier des solides sur le fond. Les données spectrales seront fournies en temps réel permettant une identification chimique immédiate. Les composés visés concernent les composés solides qu’ils soient minéraux (calcite, pyrite, aragonite, oxydes de manganèse, …), organiques (hydrates de gaz) ou encore biologiques (tapis bactériens, microorganismes, …). Un démonstrateur de spectroscopie Raman in-situ est en cours de développement dans la cadre de projet européen (Ifremer). Les mesures directes de la composition des substrats solides par Raman permettront de multiplier les mesures pour mieux caractériser les environnements sans les perturber. Dans ce sens, cet outil constituera une avancée technologique considérable tant pour les recherches géologiques que biologiques. (Fouquet, 2013) ;
  • Les technologies de surveillance et préservation des environnements. Afin de minimiser l’impact de l’exploitation des ressources des grands fonds, des outils spécifiques sont nécessaires pour établir des états de référence biologiques et pour suivre l’évolution spatio-temporelle des sites avant pendant et après l’exploitation minière. Il s’agit de mettre en œuvre une instrumentation de sites fond de mer ;

41L’analyse des méthodes et outils disponibles dans la panoplie d’équipements par rapport aux besoins spécifiques de l’exploration minière sous-marine ainsi que celle des projets en cours évoqués ci-dessus montrent que certains domaines, en particulier pour l’exploration des encroûtements, devront faire plus particulièrement l’objet d’innovations technologiques et nous conduisent aux recommandations suivantes :

Recommandations
1. Concevoir et développer un équipement robotisé pour le prélèvement d’échantillons de qualité, courts et répétés (taux de récupération et longueur adaptée de roche dure (50 cm pour les encroûtements et leur subratum) et permettant analyse ou mesure in situ de l’encrôutement et de son substratum (épaisseur et teneur en métaux)) ;
2. Poursuivre le développement d’instruments géophysiques innovants mis en œuvre près du fond (ROV, AUV) pour une imagerie haute à très haute résolution du fond 2D et 3D (microtopographie, rugosité et épaisseur de la croûte ?) et pour caractérisation de la nature des fonds par tout type de mesure géophysique (ex : spectromètre Raman in situ) ;
3. Développer une instrumentation posée en fond de mer pour la surveillance et la mesure de l’évolution des caractéristiques physico-chimiques des eaux autour des sites d’exploitation (courantologie, pollution par panache, destruction et résilience des habitats …) pour le suivi spatio-temporel de paramètres caractérisant l’évolution de l’environnement avant, pendant et après la mine.

Bibliographie

Bibliographie

CMS CAMERON Mc. K., 2014 – The final frontier -Brazil may mine deep ocean floor in international waters. http://www.lexology.com/library/detail.aspx?g=8968afa7-72ee-4af4-9b62-8d67674f208d, october 2014, consulté le 15 juillet 2015

DYMENT J., LALLIER F., LE BRIS N., ROUXEL O., SARRADIN P. M., LAMARE S., COUMERT C., MORINEAUX M., TOUROLLE J. (coord.), 2014 – Les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes. Expertise scientifique collective, Rapport, CNRS – Ifremer, 930 p.

ECORYS, 2014– Study to investigate the state of knowledge of deep-sea mining, Final Report under FWC MARE/2012/06 -SC E1/2013/04. Client : European Commission -DG Maritime Affairs and Fisheries

FOUQUET Y. et al., 2013 – Ressources Minérales Marines. Proposition pour un programme d’exploration sur 10 ans – Rapport interne Document de travail -Ifremer/REM/GM – sept. 2013

JEFFERS E., 2015 – Landmark Lawsuit Challenges U.S. Approval of Deep-sea Mineral Mining. New Ocean Gold Rush Could Hurt Marine Life Before Impacts Are Known

Lockheed to Use Soviet Submarine Hunt Data in Sea Mine Plan,” Bloomberg Businessweek, 2013.

MAHAPATRA R., CHAKRAVARTTY A. 2015 – Mining at deep sea in India, http://www.downtoearth.org.in/coverage/mining-at-deep-sea-46049, consulté le 15 juillet 2015

RADEMAEKERS K, WIDERBERG O., SVATIKOVA K, VAN DER VEEN R, PANELLA E, Technology options for deep-seabed exploitation-Tackling economic, environmental and societal challenges – report to the Science and Technology Options. Panel of the Eurpean Parliament -Study IP/G/STOA/FWC/2013-001/Lot3/C4 March2015. http://www.europarl.europa.eu/thinktank/fr/document.html?reference=EPRS_STU(2015)547401

Rotterdam/Brussels, 28 August 201En ligne: webgate.ec.europa.eu/maritimeforum/sites/martimeforum/files/FGP96656_ DSM

STERK, R. & STEIN, J.K., 2015 – Seabed Mineral Deposits: A Review of Current Mineral Resources and Future Developments. Paper presented to: Deep Sea Mining Summit. Aberdeen, Scotland. 910, February 2015. 27 pp. 

Autres sites web consultés :

http://www.biologicaldiversity.org/news/press_releases/2015/deep-sea-mining-05-13-2015.html, consulté le 15 juillet 2015

http://www.eu-midas.net/

www.businessweek.com/news/2013-03-14/lockheed-to-use-soviet-submarine-hunt-data-in-seabed-mining-plan, consulté le 15 juillet 2015

Paula Park and T.V. Padma (2012) India deep sea mining race, http://www.theguardian.com/environment/2012/aug/30/india-mining, consulté le 16 juillet 2015

http://www.jpi-oceans.eu/about

http://www.downtoearth.org.in/coverage/mining-at-deep-sea-46049http://gsd.spc.int/dsm/index.php/homepage

http://english.yonhapnews.co.kr/news/2013/08/01/21/0200000000AEN20130801001700320F.htmlS. K

http://www.lexology.com/library/detail.aspx?g=8968afa7-72ee-4af4-9b62-8d67674f208d

http://www.biologicaldiversity.org/news/press_releases/2015/deep-sea-mining-05-13-2015.html

www.businessweek.com/news/2013-03-14/lockheed-to-use-soviet-submarine-hunt-data-in-seabed-mining-plan

Auteurs

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search