Version classiqueVersion mobile

Les ressources minérales profondes en Polynésie française / Deep-sea mineral resources in French Polynesia

 | 
Pierre-Yves Le Meur
, 
Pierre Cochonat
, 
Carine David
, 
et al.

II. Recommandations

R6. Réaliser des programmes de recherche et de développement technologique pour l’exploration, l’exploitation et la métallurgie

Texte intégral

Justification

1L’organisation à court terme de campagnes de production de connaissances (R2) doit s’accompagner rapidement d’un travail de définition des priorités en matière de recherche, d’innovation et de développements technologiques à moyen et long terme. Il s’agit de mettre en place une programmation scientifique d’acquisition de données et des moyens pour ce faire, incluant toutes les disciplines et allant de la recherche fondamentale à la recherche appliquée et au développement d’innovations. L’objectif est de comprendre la distribution des métaux (modèles géologiques de formation des gisements, distribution spatiale des métaux, développement de méthodes pour caractériser la ressource) et développer des méthodes d’exploitation, de traitement des minerais et d’extraction des métaux contenus.

Horizon temporel

  • 5 Sondeur multifaisceaux.
  • 6 Autonomous underwater vehicle.

2L’horizon temporel est le moyen/long terme. Suivant les résultats de la/des campagne(s) d’exploration à court terme (R2), et si un intérêt fort est manifesté notamment de la part d’industriels ou d’autres partenaires régionaux, un programme pluriannuel de campagnes d’exploration sur l’ensemble de la ZEE de la Polynésie française pourrait être lancé pour une étude en plusieurs phases (outre les encroûtements, ce programme pourrait permettre de prendre éventuellement en compte sur le plus long terme d’autres types de ressources, notamment les nodules et éventuellement les terres rares si de nouveaux arguments sur leur intérêt apparaissaient) : (1) exploration régionale (SMF5 , prélèvements) ; (2) étude des sites et évaluation des ressources (ROV, AUV6 , prélèvements) et biodiversité associée ; (3) suivi de l’évolution spatio-temporelle de ces sites à des fins de surveillance et de préservation des environnements (Observatoires Fond de Mer).

Propositions d’actions

  • Développer les technologies de microforage (50 cm max., carottes de quelques centaines de grammes) pour des reconnaissances in situ tenant compte de la variabilité de l’épaisseur de l’encroûtement et de la concentration en minerais.
  • Examiner la possibilité d’adapter des méthodes de mesures in situ en diagraphie (associées au microforage) et en route (spectromètre Raman).
  • Poursuivre le développement de l’instrumentation géophysique innovante près du fond (ROV, mais surtout AUV) pour une imagerie haute à très haute résolution du fond 2D et 3D (topographie, rugosité et épaisseur de la croûte) et caractérisation de la nature des fonds par tout type de mesure géophysique.
  • Mettre en place des systèmes fond de mer adaptés à la surveillance et à la mesure de l’évolution spatiale et temporelle des caractéristiques physico-chimiques des eaux autour des sites d’exploitation (courantologie, pollution par panache, destruction et résilience des habitats…) pour le suivi de paramètres caractérisant l’évolution de l’environnement avant, pendant et après la mine.
  • À plus long terme, lancer une étude conceptuelle d’un projet pilote d’exploitation et de traitement du minerai de cobalt et sur la co-valorisation des métaux présents en concentration significative dans les encroûtements, outre le cobalt (ex. manganèse, platine).
  • Développer des recherches dans le domaine métallurgique (ce qui suppose de prélever quelques tonnes d’échantillons pour tester différents procédés métallurgiques) ; études sur séparation Mn, Ti, Pt (co-valorisation du minerai).

Contraintes et conditions

3Aux différentes étapes de conception et de mise en œuvre de cette politique de recherche et de développement technologique, il faut (1) identifier les acteurs/partenaires (recherche, industrie : pour le travail sur les techniques d’exploitation, en particulier) et (2) développer les compétences locales par rapport aux thématiques prioritaires pour progressivement former et insérer de jeunes Polynésiens (techniciens, ingénieurs, chercheurs) dans la dynamique du secteur ; avec le souci d’encourager/favoriser leur participation aux consortiums qui se construiront.

Articulations avec les autres recommandations

4R6 s’inscrit dans la continuité de R2 et elle est soumise aux conditions de R5.

Renvoi aux contributions intégrales

5III-1, III-2, III-3 et III-4

Notes

5 Sondeur multifaisceaux.

6 Autonomous underwater vehicle.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search