Version classiqueVersion mobile

Les ressources minérales profondes en Polynésie française / Deep-sea mineral resources in French Polynesia

 | 
Pierre-Yves Le Meur
, 
Pierre Cochonat
, 
Carine David
, 
et al.

I. Résumé exécutif

I. Résumé exécutif

Texte intégral

Objectif et approche

1La réalisation par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) de cette expertise collégiale répond à la demande conjointe du gouvernement de la Polynésie française et de l’État français. L’objectif était de faire un état des lieux des connaissances sur les minéralisations sous-marines profondes en Polynésie française pour évaluer l’opportunité de développer une filière de valorisation et effectuer des recommandations précises en la matière, dans un contexte qui doit être caractérisé à plusieurs niveaux.

2Le contexte international est marqué par le regain de l’intérêt pour l’accès aux ressources minérales marines sur fond de tendance à la hausse de la demande en matières premières minérales, malgré des prix à la baisse depuis le pic de 2008. Cet intérêt est aussi marqué par des préoccupations d’ordre géostratégique.

3Le contexte polynésien est quant à lui déterminé par la recherche d’alternatives économiques durables après la fin de la rente nucléaire et par le double enjeu de la valorisation/préservation d’une zone économique exclusive (ZEE) immense qui représente 50 % de la ZEE française, elle-même la deuxième mondiale.

4La demande initiale s’est construite autour d’un paradoxe apparent. D’une part, l’existence de ressources minérales sous-marines devait être confirmée, qualifiée, évaluée, dans une optique de valorisation de ces ressources et de développement économique du pays. D’autre part, il fallait désamorcer l’éventuel fantasme du trésor enfoui sous la mer et dont l’exploitation constituerait la panacée aux difficultés socio-économiques que traverse le pays. Cette tension productive a balisé le travail du collège, l’invitant à toujours regarder les choses sous ces deux angles.

5L’expertise a réuni dix experts intuitu personae dans une logique interdisciplinaire afin de couvrir l’ensemble des enjeux constitutifs de la question minière sous-marine : anthropologie, biologie, droit, économie, géographie, géosciences, technologie. Les experts ont eu à répondre à une vingtaine de questions organisées en quatre axes thématiques et un axe transversal :

  1. Connaissances, représentations et économie de la ressource ;
  2. Capacités de gouvernance : règles, responsabilités, acteurs ;
  3. Enjeux technologiques de l’exploration et de l’exploitation ;
  4. Enjeux environnementaux de l’exploration et de l’exploitation ;
  5. Enseignements tirés d’autres projets miniers sous-marins.

Diagnostic

6Sur la base d’une revue extensive de la littérature scientifique et de la littérature grise, d’analyses comparatives et d’une série d’entretiens et de réunions avec des acteurs publics et privés concernés par les ressources minérales sous-marines profondes, le collège des experts a abouti à un diagnostic nuancé. Il souligne le potentiel de classe mondiale des encroûtements polymétalliques riches en cobalt de la ZEE de la Polynésie française ; relève les risques spécifiques associés à leur mise en valeur ; insiste sur la nécessité de développer les connaissances, encore insuffisantes ; recommande d’élaborer et de mettre en œuvre une politique de valorisation de ce potentiel.

Potentiel de classe mondiale des encroûtements cobaltifères

7Parmi les formations minérales marines profondes, nodules polymétalliques, boues riches en terres rares, amas sulfurés, encroûtements polymétalliques, seuls ces derniers et à un moindre degré les nodules, présentent un intérêt potentiel en Polynésie française. Il s’agit d’encroûtements situés entre 800 et 4 000 m de profondeur, riches en cobalt et contenant d’autres métaux intéressants (nickel, manganèse, titane, platine…) situés dans des zones de monts sous-marins à faible sédimentation. La présence de phosphorite dans le substratum des encroûtements a été constatée, et elle pourrait aussi être exploitée. Les zones les plus prometteuses sont localisées dans les zones nord-est et sud-ouest du plateau des Tuamotu, et secondairement vers la chaîne des monts sous-marins Tarava au sud des îles de la Société.

Incertitudes et risques spécifiques associés à leur mise en valeur

8Les critères d’âge, de profondeur, de pente, de surfaces et d’épaisseur d’encroûtements doivent être croisés avec d’autres paramètres. Ils concernent tout d’abord les écosystèmes environnants, à savoir tous les compartiments de la colonne d’eau depuis le fond jusqu’à la surface, ainsi que les milieux avec lesquels ils sont connectés via les chaînes trophiques et les cycles de vie des organismes. L’originalité des organismes (endémisme et spécialisation écologique), mais aussi la vulnérabilité et la résilience de ces milieux, sont très mal connues et les impacts d’une activité minière sous-marine par conséquent impossibles à prévoir pour l’instant. Par ailleurs, les reliefs sous-marins sont bien connus des pêcheurs, car ils correspondent à des zones de concentration des organismes pélagiques et des prédateurs. La question des usages et des représentations culturelles des espaces marins hauturiers, souvent hâtivement assimilés à une mare nullius, doit donc être prise en compte, dans une logique d’acceptabilité et de consentement des populations. Enfin, l’équation technique et économique de la valorisation du potentiel minier sous-marin comporte de nombreuses inconnues, c’est donc une approche par scénarios qui est privilégiée ici.

Urgence de développer les connaissances

9La mise en évidence d’un fort potentiel minéral sous-marin doit être assortie de précautions importantes. D’une part, la connaissance de ce potentiel reste trop fragmentaire pour permettre une décision quant à sa valorisation, que ce soit du point de vue de la localisation fine, des teneurs, des surfaces, des épaisseurs ou de la microtopographie de ces encroûtements. D’autre part, il subsiste de grandes lacunes dans la connaissance des écosystèmes susceptibles d’être perturbés par l’exploitation (état zéro de l’environnement, répartition spatiale de la biodiversité, évolution des caractéristiques physico-chimiques des eaux, courantologie, pollution par panache, résilience des habitats en cas de destruction…). Il est nécessaire de lancer très rapidement des campagnes d’exploration scientifique d’ampleur pour combler ces déficits et construire les choix politiques. Il y a également des lacunes en matière technologique concernant l’exploration (technique de micro-forage à développer) et aussi l’exploitation (les recherches et développements déjà menés par ailleurs pour l’exploitation des nodules et des amas sulfurés ne sont que partiellement adaptables aux encroûtements : les questions de broyage et de prélèvement du minerai sont spécifiques).

Besoin d’une politique de valorisation explicite et adaptée

10Définir, dès l’amont, une politique explicite et adaptée en matière de valorisation du patrimoine minéral sous-marin de la Polynésie française, est fondamental. La situation est idéale à cet égard dans la mesure où il n’existe pour l’instant aucune activité minière sous-marine et qu’aucun permis d’exploration n’a encore été accordé en Polynésie française. Cela laisse le temps d’élaborer une politique originale, adaptée aux réalités du pays et intégrant la participation des populations. La prise en compte des représentations et pratiques culturelles de l’environnement abritant la ressource aidera à mieux saisir et anticiper les réactions des populations concernées. En parallèle, il est essentiel de commencer dès maintenant à construire le cadre institutionnel et les orientations stratégiques de cette politique, dans une logique évolutive et en s’appuyant sur l’acquisition de connaissances complémentaires de celles qui existent actuellement. Il est également nécessaire de trancher rapidement la question de la répartition de la compétence en matière d’exploration et d’exploitation des fonds marins polynésiens. La législation faisant actuellement référence à une compétence résiduelle de l’État s’agissant des « métaux stratégiques » et ceux-ci étant cantonnés aux substances nécessaires à l’énergie atomique et aux hydrocarbures liquides et gazeux, on peut considérer qu’en l’état actuel des minerais identifiés dans les fonds marins polynésiens, la compétence résiduelle de l’État ne trouve pas à s’exprimer. Au final, il s’agit pour le pays de se mettre en « ordre de marche » et d’anticiper le montage de projets miniers, du point de vue des compétences et des dispositifs politico-administratifs. Dans cette perspective, l’ensemble des recommandations listées ci-dessous participe de la construction d’une politique publique adaptée.

Recommandations

11Les termes de référence de cette expertise collégiale placent la question des recommandations au centre de la commande. Pour saisir à plein cette opportunité, le collège a opté pour une liste limitée de 9 recommandations articulées dans le cadre d’une séquence logique cohérente. Chacune d’entre elles est construite selon un schéma commun (justification/pertinence, horizon temporel, propositions d’actions, conditions et contraintes), qui est développé dans la partie recommandations, à la suite de ce résumé exécutif.

12Les recommandations du collège sont les suivantes :

13R1 Construire un système d’information afin de mettre en cohérence et organiser l’accès aux données existantes ;

14R2 Réaliser des campagnes d’exploration, la production de connaissances nécessitant le développement de technologies adaptées ;

15R3 Définir la stratégie de développement d’une filière sous-marine ou bien décider d’y renoncer, sur la base d’un travail de combinaison des données acquises avec des scénarios technico-économiques affinés et des premières consultations.

16La suite dépend du choix qui est fait à ce stade. S’il est décidé de développer la filière, le collège recommande les actions suivantes :

17R4 Associer les parties prenantes et organiser les dispositifs de gouvernance suffisamment en amont et dans une logique participative ;

18R5 Inscrire le pays dans les dynamiques régionales, européennes et internationales de coopération, de recherche et d’innovation dans le domaine des ressources minérales profondes ;

19R6 Réaliser des programmes de recherche et de développement technologique pour l’exploration, l’exploitation et la métallurgie ;

20R7 Construire des dispositifs administratifs et réglementaires efficaces et attractifs pour le développement d’un secteur minier sous-marin ;

21R8 Définir les normes de sélection, de suivi et d’évaluation des projets miniers à des fins de contrôle et de transparence dans la communication publique ;

22R9 Organiser le suivi et l’évaluation de la politique des ressources minérales sous-marines pour mesurer ses effets et envisager, le cas échéant, des réorientations.

© IRD Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search