Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

9. Risques pour la santé humaine liés aux arthropodes nuisants et moyens de protection

Gérard Duvallet et Francis Carsuzaa

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les Arthropodes regroupent un vaste ensemble d’invertébrés extrêmement divers (Crustacés, Arachnides, Myriapodes, Insectes...). Ils sont la composante principale de la biodiversité à l’échelle de la planète. Avec près de 1,2 million d’espèces décrites, ils représentent au moins 67 % de l’ensemble des espèces vivantes connues. Les insectes à eux seuls représentent près d’un million d’espèces connues sur ce total et les spécialistes estiment que 5 millions d’espèces restent encore à découvrir et à décrire.

2Lorsqu’on évoque les services rendus par la biodiversité, les insectes jouent un rôle capital ; sans les pollinisateurs, la vie serait tout simplement impossible. Mais nombre d’insectes et d’arthropodes sont aussi des bioagresseurs, qu’ils soient ravageurs des cultures ou des produits récoltés, destructeurs des charpentes, nuisants et/ou vecteurs potentiels de pathogènes pour la santé humaine ou animale (Duvallet, 2010).

3Les arthropodes vecteurs ont été évoqués dans les chapitres précédents, en particulier le chapitre 1. Nous étudierons ici les arthropodes qui sont pathogènes par eux- mêmes, qu’ils soient venimeux, allergisants, urticants ou vésicants, agents de myiases ou hôtes intermédiaires.

LES ARTHROPODES NUISANTS ET MOYENS DE PROTECTION

Les crustacés

4Les crustacés d’importance médicale ne sont pas des parasites humains par eux- mêmes, mais ils peuvent être hôtes intermédiaires de parasites qu’ils transmettent lorsqu’ils sont ingérés. C’est le cas de :

  • Copépodes (genres Cyclops, Diaptomus, ...), qui sont hôtes intermédiaires du ver de Guinée (Dracunculus medinensis) ou du bothriocéphale (Diphyllobotrium latum) ;
  • Décapodes (crabes, écrevisses) d’eau douce qui peuvent être hôtes intermédiaires de Paragonimus.

5La protection dans ce cas est le filtrage des eaux de boissons.

Les Pentastomes

6Les Pentastomes forment un groupe à mi-chemin entre les arthropodes et les annélides. Ils sont parasites à tous les stades de leur développement et modifiés par la vie parasitaire, ressemblant à des vers. Les adultes vivent dans les voies respiratoires de mammifères ou de serpents. Les œufs sont excrétés à l’extérieur et, après développement des embryons dans un nouvel hôte, c’est la nymphe enkystée qui sera le stade infestant pour l’hôte définitif. Deux espèces sont principalement pathogènes pour l’homme :

  • Armillifer armillatus, qui vit dans le poumon et la trachée des gros serpents (Python, Bitis). L’infestation provient de l’ingestion de chair de serpent insuffisamment cuite. Les nymphes vont se fixer à la surface des viscères (foie) ou dans le péritoine. Elles s’y enkystent, meurent et se calcifient. Ces nymphes calcifiées sont facilement visibles sur les radiographies. Ce parasitisme est en général parfaitement toléré, mais des complications avec mortalité ont été décrites en cas de très forte infestation.
  • Linguatula serrata, qui vit dans les fosses nasales du chien. L’homme peut se contaminer en mangeant des légumes souillés par le mucus nasal ou les excréments de chiens parasités. Ce parasite peut provoquer des lésions oculaires.

7La protection consiste ici à éviter de manger de la chair de serpent mal cuite et à prendre des mesures d’hygiène envers les animaux domestiques.

Les arachnides

8Les arachnides constituent une des classes importantes des Arthropodes. On les divise en général en 7 ordres, dont 3 ont une importance médicale : les araignées (Araneida), les scorpions (Scorpionida) et les acariens (Acarina).

  • Les araignées sont toutes venimeuses par leurs chélicères situées autour de la bouche mais, sur plus de 20 000 espèces connues, une centaine seulement peut être dangereuse pour l’homme. Le venin de certaines araignées est assez toxique, en particulier celui des genres Latrodectus, Atrax, Lycosa, Ctenus, Tarantula, Loxosceles. La morsure est douloureuse et a un effet neurotoxique avec asthénie, tremblements des membres, crampes musculaires abdominales, prostration. Ces troubles sont en général réversibles. Le venin peut avoir aussi un effet nécrotique local.
  • Les scorpions ont une anatomie bien particulière qui les fait reconnaître facilement. L’appareil venimeux des scorpions est situé à l’extrémité de l’abdomen (ou opisthosoma) sous forme d’une ampoule et d’un aiguillon relié à des glandes à venin. Le scorpionisme est une importante cause d’envenimations. En Afrique du Nord et dans les pays arabes arides, on rencontre les genres Buthus, Androcnotus et Leiurus ; en Amérique, les genres Centruroides, Tityus et Leiurus. Nous renvoyons aux ouvrages spécialisés pour la description des symptômes et les traitements appropriés.
  • Les acariens forment un groupe hétérogène, à répartition géographique cosmopolite, adaptés à de nombreux milieux et à des types d’hôtes très divers des reptiles, aux oiseaux et aux mammifères. Les acariens, et les tiques en particulier, transmettent de très nombreux pathogènes aux animaux et à l’homme (PéreZ-Eid, 2007). Nous n’envisagerons ici que l’action directe des acariens et non leur rôle vecteur :

Sous-ordre des Astigmata

Impact

Répartition

Sarcoptes scabiei

Gale

Cosmopolite

Tyroglyphidae et Glycypbagidae

Allergies

Cosmopolite

Sous-ordre des Prostigmata

Demodex folliculorum

Dermatite de la face

Cosmopolite

Trombicula sp.

Erythème automnal

Europe

Sous-ordre des Mesostigmata

Dermanyssidae

Dermatite

Cosmopolite

Sous-ordre des Metastigmata

Argasidae

Ixodidae

Paralysie à tiques

Cosmopolite

9Les Astigmata sont des acariens de taille microscopique, à cuticule molle, sans trachées ni stigmates (respiration par osmose). Deux groupes jouent un rôle en pathologie humaine : les sarcoptes de la gale et les acariens détriticoles à l’origine d’allergies respiratoires.

10L’agent de la gale chez l’homme est Sarcoptes scabiei var. hominis. La femelle fécondée creuse une galerie superficielle dans l’épiderme ; elle pond ses œufs pendant qu’elle progresse dans la galerie. Celle-ci contient aussi les déjections noirâtres du parasite. Les larves éclosent après environ cinq jours et sortent de la galerie en perçant la voûte. La gale est due à la présence des femelles dans les galeries et est à l’origine d’un prurit intense. La gale se contracte principalement par contact direct interhumain. D’autres formes de gale peuvent passer de l’animal domestique ou de compagnie à l’homme.

11D’autres acariens Astigmata des familles Tyroglyphidae et Glycypbagidae sont à l’origine d’allergies (allergie aux poussières) et de dermatites (manipulation de noix de coco, de vanille, de farine, de fruits secs mal conservés, etc.).

12Pour limiter le développement de ces acariens, il faut, quand c’est possible, réduire la température (au-dessous de 20 °C), réduire l’humidité relative (au-dessous de 50 %) en augmentant l’aération des maisons, privilégier les literies en matières synthétiques et utiliser des acaricides de contact.

13Les Prostigmata sont des acariens de taille petite ou très petite.

14Chez les Trombiculidae, seules les larves sont pathogènes, adultes et nymphes étant libres et inoffensifs. Ces larves sont appelées rougets ou aoûtats ; elles s’attachent à la peau par leurs chélicères. La salive quelles injectent alors dans la plaie produit une lyse locale des tissus de l’hôte, qu’elles peuvent ainsi absorber. Les larves se détachent ensuite et continuent leur développement sur le sol. Ces aoûtats produisent une dermatite violente connue sous le nom d’érythème automnal, et le prurit intense entraîne des lésions de grattage souvent surinfectées.

15La famille des Demodicidae comprend deux espèces pathogènes pour l’homme, Demodex folliculorum et D. brevis. Ce sont des acariens très petits, vermiformes, qui vivent dans le follicule pileux et les glandes sébacées, spécialement au niveau de la face. Leur présence, parfois en très grand nombre, ou sur des terrains immunodéprimés, peut entraîner des pathologies variées.

16Les Mesostigmata (ou Gamasida) sont aussi de taille petite ou microscopique. La famille des Dermanyssidae contient des espèces qui peuvent produire de la dermatite chez l’homme. C’est le cas de Dermanyssus gallinae, parasite des volailles mais aussi du cheval, d’Omithonyssus sylviarum, parasite des volailles en régions tempérées et d’O. bursa, parasite des volailles en pays chauds. L’espèce O. bacoti parasite les muridés (rats et souris) des habitations et peut aussi produire une dermatite chez l’homme.

17Les Metastigmata sont les plus grands et les plus chitinisés des acariens. On les divise en deux familles : les Argasidae ou tiques molles et les Ixodidae ou tiques dures. Ce sont des vecteurs importants de nombreux pathogènes, mais les tiques ont aussi une action directe liée à leur présence. Elles entraînent une irritation plus ou moins violente due à la présence du capitulum dans la peau et aussi à l’injection de salive. L’action toxique peut parfois être très forte et entraîner une paralysie ascendante. La salive des tiques dures est aussi pourvue d’un pouvoir immunorégulateur (Boulanger et al., 2004).

18Pour se protéger contre ces acariens, il faut éviter, lorsque c’est possible, les lieux infestés, porter des vêtements protecteurs (manches longues, tissus imprégnés d’insecticides) et utiliser des répulsifs malgré une durée d’action souvent courte. En cas de morsure par une tique, il faut éviter de tirer sur la tique fixée dans la peau, car on risque de briser le capitulum qui resterait ainsi dans les tissus. Il faut utiliser un « arrache-tique », sorte de pince à épiler adaptée à cette fonction. Utiliser également des répulsifs, mais leur durée d’action est souvent de courte durée.

Les myriapodes

19Les myriapodes correspondent à cette classe d’Arthropodes ayant des antennes, à respiration aérienne, nommé vulgairement les « mille-pattes ». Leur corps est très allongé et comprend une tête et un tronc constitué de segments (12 à 180 selon les espèces) semblables les uns aux autres. Ils sont divisés en deux ordres qui contiennent des espèces d’intérêt médical :

  • Les Diplopodes, qui ont deux paires d’appendices locomoteurs par segment, sont pour la plupart végétariens, saprophytes. Mais des espèces des genres Iulus, Rhinocricus, Spirobolus, Spirostreptus, Polyceroconas possèdent de chaque côté du corps une glande par anneau produisant des sécrétions de défense lorsqu’on les saisit ; ces substances peuvent entraîner des réactions urticantes (œdèmes, bulles), en général sans gravité ;
  • Les Chilopodes, qui ne possèdent qu’une paire de pattes locomotrices par segment et sont pourvus de crochets venimeux au niveau de la bouche (les forcipules). Ce sont des animaux carnivores et lucifuges. On en connaît plus de 2 800 espèces et certains peuvent atteindre 26 cm de long. Leur morsure peut être douloureuse et provoquer un œdème, un décollement de l’épiderme (phlyctène) et une nécrose.

20Pour se protéger des Myriapodes, il faut éviter de fréquenter les lieux où l’on peut les rencontrer, ne pas les toucher, porter des chaussures lors des déplacements, en particulier la nuit, faire attention en soulevant des pierres, des morceaux de bois ou des dalles posées à terre. Attention à ce qu’ils ne pénètrent pas dans les tentes de camping ou les chaussures. Les morsures restent cependant très rares.

Les insectes

21Les insectes sont des Arthropodes pourvus d’antennes et de mandibules. Leur corps est divisé en trois parties (tête, thorax et abdomen) et le thorax porte 3 paires de pattes, d’où leur appellation moderne d’Hexapodes. On en connaît actuellement plus d’un million d’espèces différentes et ils constituent l’immense majorité de la biodiversité à la surface de la terre. Ils sont indispensables au fonctionnement des écosystèmes et à la vie. Mais certains insectes interviennent dans de nombreuses pathologies humaines et animales. Un inventaire rapide débouche sur les groupes suivants (Rodhain et Perez, 1985) :

  • Les insectes venimeux : ils injectent du venin par piqûre. Ce sont principalement des Hyménoptères : abeilles, guêpes, bourdons, frelons, fourmis, etc. L’injection se fait par le moyen d’un aiguillon à l’extrémité de l’abdomen. Mais d’autres insectes sont aussi capables d’infliger des piqûres, lors de réactions de défense ; ce sont par exemple des Hétéroptères : Réduves, Notonectes, Nèpes, Belostomes, etc. La piqure se fait alors avec les pièces buccales en forme de rostre.
  • Les insectes allergisants : ce sont souvent des insectes hématophages, dont l’injection de salive, lors du repas de sang, peut entraîner des phénomènes d’ordre allergique. D’autres insectes non hématophages comme les blattes (ou cafards) sont connus pour déclencher également des phénomènes allergiques.
  • Les insectes urticants et vesicants : les principaux sont des Lépidoptères et des Coléoptères. Pour les Lépidoptères, ce sont soit les adultes (lépidoptérisme), soit les chenilles (érucisme) qui sont à l’origine de ces phénomènes (Battisti et al., 2011). Pour les érucismes, les troubles proviennent de sécrétions toxiques émises par les chenilles ou de soies urticantes associées à des glandes à venin. En Europe, les plus fréquemment en cause sont les processionnaires du pin (Thaumetopœa pityocampa) et du chêne (T. processioned), et les pathologies engendrées sont bien connues. Pour le lépidoptérisme, un cas classique est celui des pullulations du papillon Hylesa metabus en Guyane française, agent de la papillonite (Vassal et al., 1986). On connaît aussi de nombreux Coléoptères vésicants : les cantharides (Lytta vesicatoria), dont le contact provoque de sévères irritations cutanées ; des staphylins (genre Paederus), à l’origine de dermatites ou de conjonctivites ; etc.
  • Les agents de myiases : il s’agit de Diptères qui vont pondre sur le corps de l’homme ou des animaux soit au niveau de plaies, soit au niveau des cavités naturelles. Les larves se nourrissent alors des tissus vivants ou morts de l’hôte. Parmi les myiases des plaies, Wohlfahrüa magnifica (Diptera : Sarcophagidae), présente dans le sud et l’est de l’Europe et en Afrique du Nord, est un véritable fléau. De même, la lucilie bouchère (Cochliomyia hominivorax), présente en Amérique (du Mexique à l’Argentine), se nourrit sur les tissus vivants.
  • Les hôtes intermédiaires : les mouches domestiques et les stomoxes peuvent être hôtes intermédiaires d’Habronema, vers nématodes parasites des chevaux. Des puces, des fourmis et des blattes peuvent être également hôtes intermédiaires de divers helminthes.
  • Les transporteurs passifs : il s’agit d’insectes de divers ordres vivant en contact étroit avec des animaux et leurs déjections, ou de la matière organique en décomposition (tas d’ordures). Leurs téguments peuvent être porteurs de près d’une centaine de pathogènes différents, qu’ils peuvent disséminer sur nos aliments, nos vêtements ou notre corps.
  • Les vecteurs actifs : ce sont les vecteurs biologiques ou mécaniques (selon qu’il y a ou non un cycle du pathogène dans le corps de l’insecte) qui assurent le passage de pathogènes d’un hôte infecté vers un hôte sain à l’occasion d’un repas de sang. De nombreux ordres ou familles d’insectes sont impliqués (cf. chapitre 1) : Anoploures, Hémiptères (Reduviidae, Cimicidae), Siphonaptères, Diptères (Psychodidae, Ceratopogonidae, Simuliidae, Culicidae, Tabanidae, Muscidae (Stomoxes), Glossinidae, Hippoboscidae) (Rodhain, 1999).

22Pour les moyens de protections existants contre les insectes, nous renvoyons aux autres chapitres de ce livre.

MANIFESTATIONS DERMATOLOGIQUES LIÉES AUX ARTHROPODES

Étude analytique par classe d'Arthropodes

23Cette étude (Steen et al, 2004) est synthétisée dans les tableaux qui suivent, avec des exemples dans les différentes classes d’Arthropodes. À côté des manifestations dermatologiques principales, sont indiquées d’autres manifestations systémiques (tabl. 2).

Tableau 2. Principales manifestations dermatologiques et systémiques liées aux Arthropodes.

Tableau 2. Principales manifestations dermatologiques et systémiques liées aux Arthropodes.

Urticaire papuleuse – prurigo

24En raison de son importance particulière dans les manifestations dermatologiques liées aux Arthropodes, nous insistons ici sur les formes cliniques de l’urticaire papuleuse (Stibich et Schwartz, 2001 ; Delaporte, 2001 ; Tokura et al., 2001 ; Smith et al., 1993).

Descriptif clinique

  • Papules urticariennes érythémateuses de 3 à 10 mm de diamètre, prurigineuses, parfois surmontées d’une vésicule, rapidement excoriée, et habituellement groupées en placards, à intervalles irréguliers, classiquement symétriques.
  • Durée : 2 à 10 jours. Évolution vers une lésion pigmentée.
  • Topographie : habituellement, zones découvertes (faces d’extension des membres), parfois, selon l’arthropode, parties couvertes et zones de striction vestimentaire.

25Nombre : quelques éléments à plusieurs dizaines.

Formes cliniques

  • Symptomatiques : Prurigo aigu : enfant de 2 à 7 ans ; Impétiginisée ; Bulleuse (prurigo strophulus bulleux).
  • Étiologiques : Insectes : puces, poux, moustiques, punaises ; Acariens.
  • Réactions exagérées aux piqûres d’insectes : placard de grande taille, infiltré, parfois douloureux, pouvant évoluer vers un aspect bullo-hémorragique et nécrotique, parfois adénite régionale.
  • Les manifestations systémiques sont rares : fièvre, dyspnée.
  • Arthropodes : essentiellement les moustiques (biais de publication).
  • Terrains particuliers :
    • Atopie,
    • Infection par le VIH,
    • Hémopathies : leucémie lymphoïde chronique,
      lymphome NK EBV +
      mastocytose

Le syndrome de Wells

26Correspondant à une cellulite à éosinophile, le syndrome de Wells a été individualisé en 1979 (Wells et Smith, 1979). Il correspond cliniquement à l’apparition souvent aiguë de placards infiltrés prurigineux d’extension centrifuge et/ou papulonodules et/ou plaques œdémateuses parfois bulleuses au centre. L’aspect histologique est caractérisé par un infiltrat de polynucléaires éosinophiles dermique et/ou hypodermique. Dans 50 % des cas, on retrouve d’ailleurs une hyperéosinophilie sanguine associée à une augmentation du taux des IgE.

27Parmi les étiologies possibles on évoque la possibilité de piqûres d’insectes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Battisti A., Holm G., Fagrell B., Larsson S., 2011 — Urticating hairs in Arthropods: Their nature and medical significance. Annual Review of Entomology, 56: 203-220.

Beck W., 2008 — Occurrence of a house — infesting tropical rat mite (Omithonyssus bacoti) on murine and human beings. Travel Medicine Infectious Diseases, 6: 245-9.

Bircher. A. J., 2005 — Systemic immediate allergic reaction to arthropod stings and bites. Dermatology, 210: 119-27.

Blankenship M. L., 1990 — Mite dermatitis other than scabies. Dermatologic Clinics, 8: 265-75.

Boulanger N., Jaulhac B., Lipsker D., 2004 — Pouvoir immunomodulateur de la salive de tique dans la transmission des pathogènes. Médecine Maladies Infectieuses, 34 : S22-23.

Bourre P., Osse L., Rabenandrasana F., 2009 — La tungose : une ectoparasitose mal connue. Revue du Praticien, 59: 163-5.

Chosidow O., 2006 — Scabies. New England Journal of Medicine, 354: 1718-27.

Cohn B. A., 2003 — Biting midges — those marauding “no-see-ums”. International Journal of Dermatology, 42 : 459-60.

Delaporte E., 2001 — Du syndrome de Wells à la « maladie éosinophilique ». Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 128 : 207-11.

Del Giudice P., Amrane V. P., Bahadoran P., Caumes E., Marty P., Lazar M., Boissy C., Desruelles F., Izri A., Ortonne J. P., Counillon E., Chosidow O., Delaunay P., 2008 — Pyemotes ventricosus Dermatitis, Southeastern France. Emerging Infectious Diseases, 14 (11) : 1759-1761.

Duvallet G., 2010 — « Insectes et santé animale : état des lieux et problèmes d’actualité ». In Lumaret J. P. (dir.) : Pastoralisme et entomofaune, Pastum hors-série, AFP, CEFE et Cardère éditeur : 72-82.

ElsTON D. M., 1998a — What’s eating you? Ctenocephalides fleas. Cutis, 62: 15.

Elston D. M., 1998b — What’s eating you? Psocoptera. Cutis, 64: 307-8.

Gnanaraj P., Venugopal V., Μοζηι Κ., Pandurangan C. N., 2007 — An outbreak of Paederus dermatitis in a suburban hospital in South India: A report of 123 cases and review of literature. Journal of the American Academy of Dermatology, 57: 297-300.

Haddad V., Cardoso J. L. C., Moraes R. H. P., 2002 — Skin lesions caused by stink bugs (Insecta: Heteroptera: Pentatomidae): First report of dermatological injuries in humans. Wilderness & Environmental Medicine, 13 (1): 48-50.

Heymann W. R, 2009 — Bedbugs: A new morning for the nighttime pests. Journal of the American Academy of Dermatology 60: 482-3.

Kemp S. F., de Shazo R. D., Moffitt J. E., Williams O. F., Buhner W. A., 2000 — Expanded Habitat of the Imported Fire ant: a public health concern. Journal of Allergy and Clinical Immunology, 105: 683-91.

King T. P, Guralnik M., 2008 — Hymenoptera Allergens. Clinical Allergy and Immunology, 21: 237-49.

Ko C. J., Elston D. M., 2004 — Pediculosis. Journal of the American Academy of Dermatology, 50: 1-12.

Leverkus M., Jochim R. C., Schäd S., Brӧcker E. B., Andersen J. F., Valenzuela J. G., Trautmann A., 2006 — Bullous allergic hypersensitivity to bedbug bites mediated by IgE against salivary nitrophorin. Journal of Investigative Dermatology, 126: 91-6.

Mc Ginley-Smith D. E., Tsao S. S., 2003 — Dermatoses from ticks. Journal of the American Academy of Dermatology, 49: 363-92.

Mc Graw T. A., Turiansky G. W., 2008 — Cutaneous Myiasis. Journal of the American Academy of Dermatology, 58: 907-26.

Nichols D. S. H., Christmas T. I., Greig D. E., 1990 — Œdemerid blister beede dermatosis. A Review. Journal of the American Academy of Dermatology, 22: 815-9.

Noblesse I., Beylot-Barry M., Doutre M. S., Beylot C., 2002 — Manifestations cutanées des rickettsioses. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 129 : 1199-1203.

PéREZ-Eid C., 2007 — Les tiques : identification, biologie, importance médicale et vétérinaire. Paris, Tec. & Doc. Lavoisier, 314 p.

Raza N., Lohdi M. S., Ahmed S., Dar N. R, Ali L., 2008 — Clinical Study of Papular Urticaria. Journal of College of Physicians and Surgeons Pakistan, 18: 147-50.

Redd J. T., Voorhees R. E., Torok T. J., 2007 — Outbreak of Lepidopterism at a Boy Scout Camp. Journal of the American Academy of Dermatology, 56: 952-5.

Rescaly M., Ramos-Caro F., Mathes B. M., 2000 — Multiple fire ant sting: Report of 3 cases and Review of the Literature. Cutis, 66 : 179-82.

Rodhain F. 1999 — Les maladies à vecteurs. Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 128 p.

Rodhain F., Perez C. 1985 — Précis d’entomologie médicale et vétérinaire. Paris, Maloine s.a. Éd., 459 p.

Sams H. H., Dunnick C. A., Smith M. L., King L. E., 2001 — Necrotic Arachnidism. Journal of the American Academy of Dermatology, 44: 561-73.

Schulze K. E., Cohen P. R, 1994 — Dove-associated gamasoidosis: a case of avian mite dermatitis. Journal of the American Academy of Dermatology, 30: 278-80.

Smith K. J., Skelton H. G., Vogel P., Yeager J., Baxter D. Wagner K. F., 1993 - Exaggerated Insect Bite Reactions in Patients Positive for HIV. Journal of the American Academy of Dermatology, 29: 269-72.

Steen C. J., Carbonaro P. A., Schwartz R A., 2004 — Arthropods in Dermatology. Journal of American Academy of Dermatology, 50: 819-42.

Stibich A. S., Schwartz R A., 2001 — Papular Urticaria. Cutis, 68: 89-91.

Thomas I., Kihiczak G. G., Schwartz R. A., 2004 — Bed bugs bites. A review. International Journal of Dermatology, 43: 430-3.

Tokura Y., Ishihara S., Tagawa S., Seo N., Ohshima Κ., Takigawa M., 2001 — Hypersensitivity to mosquito bites as the primary clinical manifestation of a juvenile type of Epstein-Barr virus-associated natural killer cell leukemia/lymphoma. Journal of the American Academy of Dermatology, 45: 569-78.

Tsianakas P., Polack B., Pinquier L., Levy Klotz B., Prost-Squarcioni C., 2000 — La cheyletiellose: une étiologie inhabituelle d’éruption vésiculo-bulleuse. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 127 : 826-9.

Vassal J. M., Dauthuille D., Silvain J. E, 1986 — Hylesia metabus, agent de la papillonite en Guyane. Le Littoral Guyanais : 125-130. http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_18-19/26326.pdf

Wells G. C., Smith N. P., 1979 — Eosinophilic cellulitis. British Journal of Dermatology, 100 : 101-109.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Principales manifestations dermatologiques et systémiques liées aux Arthropodes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search