Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

8. Effets délétères à long terme d’une PPAV

Gérard Duvallet et Christophe Lagneau

Texte intégral

INTRODUCTION

1La protection personnelle antivectorielle préconise, en complément aux méthodes de protection physique (vêtements longs, moustiquaires), l’utilisation de substances chimiques (répulsifs cutanés, produits d’imprégnation de vêtements, de moustiquaires ou de rideaux, insecticides pour pulvérisation dans la maison, tortillons fumigènes, etc.). Il était donc judicieux de se préoccuper des effets délétères éventuels à long terme de ces produits liés à la protection personnelle antivectorielle.

2Les questions posées sont :

  1. Quels sont les risques environnementaux, notamment de bioaccumulation dans les chaînes alimentaires, d’induction de déséquilibres écologiques ou de facilitation d’une résistance ;
  2. Quels sont les risques pour l’homme en cas d’expositions prolongées, répétées ou régulières (en envisageant les excipients et les principes actifs).

3On a tenté de répondre en utilisant la bibliographie générale « Insecticides et Repellent » sélectionnée avec l’aide de l’Afssaps. Des interrogations complémentaires (Web of Science ; ScienceDirect) ont été faites avec les mots clés : Repellents, Insecticides, Environment, Biodegradation.

4Une difficulté est vite apparue : la quasi-absence de recherches et donc de références bibliographiques sur ce thème. Il nous a été nécessaire de regarder les documents publiés concernant la lutte antivectorielle. En effet, de très nombreuses publications portent sur l’impact environnemental de l’utilisation des pesticides dans le monde agricole (protection des cultures) (Aubertot et al., 2005) ou en santé publique (lutte antivectorielle) (Kunz et Kemp, 1994 ; Ramade, 2007), mais les moyens de protection personnelle contre les arthropodes nuisants ou vecteurs ne sont quasiment jamais pris en compte.

RISQUES ENVIRONNEMENTAUX

5On entend par moyens de protection personnelle antivectorielle l’utilisation d’insectifuges personnels (répulsifs cutanés, cf. chapitre 2), l’emploi d’insecticides domestiques (y compris insecticides d’ambiance), les vêtements et tissus imprégnés (y compris moustiquaires, cf. chapitres 3 et 4) et le recours aux solutions « technologiques » proposées sur le marché pour lutter contre la présence des arthropodes nuisants ou vecteurs (cf. chapitre 5).

6On regroupe sous le terme d’effets non intentionnels des produits biocides ceux qui s’exercent directement ou indirectement sur la santé humaine ou animale (domaine de la toxicologie) et ceux qui affectent l’environnement (domaine de l’écotoxicologie). La directive européenne 98/8/CE, dite « directive biocides », rend obligatoire l’évaluation de ces effets non intentionnels pour toute substance active biocide et tout produit biocide qui en contient, en préalable à l’octroi d’une autorisation de mise sur le marché.

7L’évaluation des risques comprend trois étapes : identification des dangers, évaluation de l’exposition, caractérisation des risques. L’identification des dangers consiste à caractériser la toxicité et l’écotoxicité, en général en suivant des protocoles normalisés publiés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Mais d’autres protocoles, laissés au jugement des évaluateurs, sont possibles au cas par cas. L’évaluation de l’exposition concerne l’applicateur lui-même, les personnes présentes au moment du traitement, les populations « bénéficiaires » du traitement, mais aussi l’environnement. Cette exposition dépend de nombreux facteurs : type de formulation, conditionnement du produit, méthode et dose d’application, fréquence et durée d’exposition, etc. La caractérisation du risque pour l’homme nécessite de comparer les doses d’exposition mesurées ou estimées aux Valeurs toxicologiques de référence (VTR). Le calcul des VTR provient d’études expérimentales sur l’animal et passe par l’application de facteurs de sécurité pour extrapoler les résultats à l’homme. Pour la caractérisation du risque environnemental, les concentrations d’exposition sont comparées à la « Predicted No-Effect Concentration » (PNEC), concentration environnementale en dessous de laquelle le risque est considéré comme acceptable (Lagadic et Lagneau, 2009).

8On peut classer les risques environnementaux en :

  • Impacts non spécifiques, liés aux matières ou supports utilisés et à leur coût environnemental. C’est le cas en particulier pour ces solutions « technologiques » dont l’efficacité est reconnue comme quasi nulle, fabriquées généralement à l’autre bout de la planète (avec en plus un coût environnemental lié au transport), qui sont le plus souvent en matières plastiques et qui deviendront des déchets difficiles à gérer et à recycler.
  • Impacts spécifiques, liés aux molécules insecticides et/ou insectifuges utilisées.

Insectifuges ou répulsifs personnels

9Ces produits s’ajoutent à l’ensemble des produits cosmétiques utilisés. Nous n’avons trouvé aucune étude qui permettrait d’avoir une idée des quantités utilisées dans le cadre de la PPAV. L’ensemble des produits cosmétiques représente pour l’Allemagne, par exemple, un total de 550 000 tonnes par an. Ils sont éliminés de la peau au moment du lavage ou excrétés pour la partie ingérée et se retrouvent tels que ou sous forme de métabolites dans les eaux d’égout. Les produits mis sur la peau peuvent se retrouver aussi dans les eaux de surface suite à la baignade. Et les excédents de produits non utilisés peuvent être versés dans le système d’évacuation ou dans la nature. Des processus de dégradation biotique ou abiotique peuvent alors intervenir dans le milieu naturel et aboutir à d’autres métabolites (Matamoros et al., 2009). Seo et al., (2005) ont étudié la dégradation du DEET par des champignons et évalué la toxicité du DEET et de ses métabolites sur un modèle de daphnies (Daphnia magna). Les trois métabolites identifiés ont montré une toxicité plus faible que le DEET envers le crustacé. Cette étude est la première évaluant la toxicité du DEET et de ses métabolites pour un organisme commun du milieu aquatique.

10Cependant, concernant les insectifuges, les doses utilisées généralement sont extrêmement faibles et la diffusion dans l’environnement est limitée. De plus, les produits d’origine naturelle, huiles essentielles ou extraits actifs, sont généralement biodégradés rapidement dans l’environnement. Aussi, on peut considérer que lorsque les produits sont utilisés conformément au mode d’emploi, il n’y a pas d’impact inacceptable sur l’environnement pour n’importe quel insectifuge homologué à usage personnel (Labbé et al., 2006). Mais il y a clairement un déficit de recherche et d’évaluation dans ce domaine.

11Les produits insectifuges doivent faire l’objet d’une notification pour le type de produit n° 19 dans le cadre de la directive 98/8/CE. Ils sont actuellement en cours d’évaluation au niveau de la Communauté européenne. À ce niveau, l’ensemble des informations sur la directive « biocides » peut être consulté sur le site http://ec.europa.eu/environment/biocides/index.htm. Au niveau du ministère français chargé de l’Écologie et du Développement durable, les informations disponibles sont sur le site http://public-biocides.developpement-durable.gouv.fr/​

Insecticides domestiques

12On peut constater que dans la plupart des documents traitant des procédures de lutte antivectorielle, au chapitre « mesures de protection individuelle », ne sont cités que les éléments suivants (DGS, 2009) : Port de vêtements longs et amples, Répulsifs cutanés, Produits d’imprégnation des tissus, Utilisation de moustiquaires pré-imprégnées, et pratiquement jamais les insecticides à usage individuel disponibles sous forme de ‘sprayʼ dans tous les commerces de proximité. Conformément à la directive européenne 98/8/CE, dans l’attente de leur inscription sur la liste d’acceptation (Annexe 1), seuls les produits contenant une ou plusieurs substances actives notifiées et pour lesquelles un dossier a été soumis, peuvent être commercialisés. Ces produits doivent par ailleurs faire l’objet d’une déclaration auprès du MEEDDAT conformément au Décret n° 2007-1869 du 26 décembre 2007. Durant cette période transitoire, les fabricants assument entièrement la responsabilité des recommandations d’usage mentionnées sur l’étiquette. Un usage non conforme aux recommandations par des personnes non conscientes des risques pourrait entraîner des conséquences à la fois pour l’environnement et pour la santé.

13Certains produits sont désormais certifiés ‘écologiques’ sans toutefois qu’aucune garantie à caractère réglementaire ne vienne pour l’instant conforter ces assertions, mais la plupart des produits commercialisés sont à base de molécules synthétiques. Pour les molécules déjà utilisées en agriculture (directive 91/414/CE), la Commission européenne et les États membres disposent dans les dossiers d’homologation d’un minimum d’études toxicologiques généralement confidentielles, en particulier sur les risques d’exposition des personnels en cours de fabrication et l’exposition des opérateurs et de la population générale. Mais il n’y a guère de références bibliographiques accessibles sur les risques environnementaux ou sanitaires liés à la fabrication, l’entreposage et l’usage des produits destinés aux particuliers. Toutefois, nombre de ces insecticides sont par ailleurs utilisés en démoustication ou en lutte antivectorielle, en traitement spatial ou résiduel ou dans les moustiquaires imprégnées d’insecticide. À ce titre, des informations utiles peuvent être extrapolées des études toxicologiques et écotoxicologiques, réalisées notamment à l’appui des dossiers d’homologation. Ces études, parfois publiées, restent malheureusement souvent confidentielles (cette protection des données est un droit de propriété, qui accompagne généralement le dossier d’homologation garantissant l’exclusivité commercial pendant au moins 10 à 20 ans).

14À titre d’exemple, dans le cadre de la prévention et du contrôle du virus West Nile au Canada, une évaluation des impacts sur l’environnement associés à l’utilisation d’insecticides a été réalisée en 2002 et 2003 par l’institut national de santé publique du Québec en préalable à l’application éventuelle de mesures de contrôle des populations de moustiques (Belles-Isles et al., 2006). L’étude visait à déterminer dans quelle mesure l’utilisation des larvicides et surtout des adulticides pouvait entraîner un ou des effets négatifs sur l’écosystème mais aussi sur les activités économiques, récréatives et de loisir des populations humaines concernées. Les tableaux 1 et 2 ci- après présentent une synthèse des impacts potentiels de la mise en œuvre du Plan d’intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le virus West Nile dans la région de Montréal.

15De la même manière, des indications sur l’utilisation de produits insecticides en France sont données en page 44 de la Circulaire interministérielle (DGS, 2009).

16Enfin, un chapitre est dédié aux « Effets non intentionnels de la lutte antivectorielle » (Lagadic et Lagneau, 2009) dans le livre récent « La lutte antivectorielle en France » (Fontenille et al., 2009). Voir en particulier le tableau 9, page 147.

Tableau 1. Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal

Tableau 1. Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal

Tableau 1 (suite). Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal

Tableau 1 (suite). Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal
  • 1 Bti : Bacillus thurengiensis israelensis
  • 2 Bsph : Bacillus sphaericus.

Note12

Tableau 2. Synthèse de l’évaluation des impacts des adulticides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal

Tableau 2. Synthèse de l’évaluation des impacts des adulticides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal

17L’évaluation des impacts sur l’écosystème indique que les larvicides étudiés dans le cadre de cette étude canadienne ne présentent pas un potentiel d’impact important sur l’environnement. En contrepartie, l’utilisation d’adulticides à des fins de contrôle vectoriel pour lutter contre le virus West Nile peut comporter un impact sur les populations de certaines espèces non ciblées. Les résultats obtenus suggèrent que les insectes, les invertébrés aquatiques, les amphibiens et, dans une moindre mesure, les poissons pourraient, en fonction des produits utilisés, être affectés par des épandages d’adulticides, tandis que les oiseaux et les mammifères sont peu susceptibles d’être affectés.

18À la lumière des résultats obtenus, les autorités canadiennes ont proposé que les adulticides qui devraient être favorisés d’un point de vue des risques sur l’écosystème soient les pyréthrines et la d-trans-alléthrine. Le malathion, pour sa part, pouvait également être un produit qui présente peu de risque pour l’écosystème ; cela est plus particulièrement vrai si on évite les dépôts de malathion dans les milieux aquatiques et humides. À cet égard, l’application terrestre de malathion devrait être privilégiée par rapport à l’application par voie aérienne dans la mesure où il devrait être plus facile d’éviter les zones à risque lorsque l'épandage se fait par voie terrestre plutôt que par voie aérienne. Rappelons que le malathion est désormais interdit en Europe ; il n’était utilisable, à titre temporaire jusqu’au 1er novembre 2009, que dans le département de la Guyane française, en raison de l’épidémie de dengue (CE, 2009)

Vêtements et tissus imprégnés

19Aucun document bibliographique étudiant spécifiquement les risques environnementaux de leur utilisation n’a pu être trouvé. On peut envisager que l’absence d’épandage dans l’environnement limite fortement ces risques. Cependant, l’imprégnation et la réimprégnation de ces tissus, éventuellement par des personnes insuffisamment formées, pourraient entraîner des risques locaux de rejet des excédents de produits. La vigilance des utilisateurs et des autorités doit être attirée sur ce point.

RISQUES SANITAIRES EN CAS D'EXPOSITIONS PROLONGÉES, RÉPÉTÉES, RÉGULIÈRES

20De très nombreuses références bibliographiques concernent les risques sanitaires pour l’homme de l’utilisation des pesticides en général. Ce sont généralement des expositions aiguës accidentelles liées à une exposition après application ou à de mauvaises conditions d’entreposage. À noter aussi que l’empoisonnement par les pesticides est la seconde cause d’empoisonnement au Brésil, par exemple.

21Concernant les insecticides utilisés dans la lutte antivectorielle, nous renvoyons aux documents déjà publiés (Lagadic et Lagneau, 2009 ; DGS, 2009 ; Valcke et al., 2005 ; Afsset, 2007a ; 2007b ; Obendorf et al., 2006 ; Belles-Isles et al., 2006).

22Concernant les répulsifs les plus utilisés, la publication de Katz et al., (2008) est une source d’information importante. Les points les plus importants à souligner sont les suivants :

Pour le DEET

23En respectant les consignes d’utilisation, la sécurité du DEET est excellente. Il y a eu 43 cas de toxicité pendant les cinquante dernières années, incluant 25 cas avec des symptômes du système nerveux central, un cas avec des complications cardiovasculaires, et 17 cas avec des réactions cutanées et/ou allergiques. Les symptômes impliquant le système nerveux central incluaient léthargie, confusion, psychose maniaque aiguë, maux de tête, ataxie, désorientation, encéphalopathie aiguë, convulsions, tremblements, etc. Les symptômes cardiovasculaires décrits incluaient bradycardie et hypotension. Les symptômes cutanés et allergiques rapportés incluaient anaphylaxie, urticaire, etc. Sur les 6 décès impliquant le DEET, 3 étaient dus à une ingestion intentionnelle, un impliquait un enfant avec une déficience en ornithine-carbamoyl-transférase, et 2 concernaient des enfants qui avaient des symptômes du système nerveux central après une utilisation excessive de DEET. La plupart des cas accidentels ou létaux impliquaient une utilisation excessive ou incorrecte du produit.

24Il est intéressant de noter qu’une absorption systémique augmentée a été observée avec l’utilisation concurrente de crème solaire ou d’autres répulsifs contenant du DEET. Un modèle souris a montré une pénétration transdermique de DEET 6 fois plus rapide lorsque l’application était combinée à celle d’une crème solaire, en comparaison avec le DEET seul. Une étude a montré aussi que le DEET pouvait avoir un effet néfaste sur l’efficacité de certains protecteurs solaires. D’autre part, des produits rétinoïdes en application topique, comme le Bexarotène et l’Alitretinoin, pouvaient augmenter la toxicité du DEET.

Pour la perméthrine

25Mise sur le marché en 1973, la perméthrine est un pyréthrinoïde de synthèse qui agit comme répulsif et comme insecticide, efficace contre les tiques, les moustiques et d’autres arthropodes. Ses mécanismes d’action font que la perméthrine nécessite un contact avec l’arthropode, ce qui en fait un produit peu adapté en application cutanée. La perméthrine a été beaucoup utilisée en agriculture, foresterie et en santé publique, dans la lutte contre les poux. Elle peut être appliquée sur les vêtements, les moustiquaires et tous les tissus utilisés en camping. Des phénomènes de toxicité ont été rapportés à des dosages importants et incluent des effets neurotoxiques : tremblements, perte de coordination, hyperactivité, paralysie et augmentation de la température corporelle. D’autres effets incluent l’irritation des yeux et de la peau, des effets sur la reproduction, des effets mutagènes, et des altérations du système immunitaire. Les moustiquaires traitées à la perméthrine offrent une protection contre le paludisme et elles ont été largement testées dans le contrôle de cette parasitose.

Pour la picaridine (KBR 3023)

26Utilisée comme répulsif en Australie depuis 1998, la picaridine présente bien des caractères d’un répulsif idéal : sans odeur, non graisseux ni collant lors de l’application, non irritant sur la peau et elle n’endommage pas certaines matières plastiques, comme le DEET. Aucun effet adverse important n’a été rapporté dans les essais menés en Australie et en Europe. Aucun effet toxicologique notable n’a été observé par l’US-EPA. Ce produit a été recommandé par l’OMS en 2000 comme répulsif contre les moustiques, avec une efficacité meilleure que le DEET dans certaines circonstances. Le fabriquant cependant ne recommandait pas son usage chez des enfants ayant moins de 2 ans.

Pour les produits d'origine végétale

27Ces produits contiennent une ou plusieurs huiles essentielles comme les huiles d’eucalyptus, de soja ou bien des matières actives extraites comme le géraniol. Ces produits pourraient être plus sûrs pour un usage chez l’homme et ils offrent un avantage écologique en raison de leur biodégradabilité, en comparaison avec des produits synthétiques non biodégradables comme le DEET. Plusieurs produits sont cités dans la publication de Katz et al., (2008). Mais c’est le PMD (p-menthane-3,8-diol), extrait d’Eucalyptus, qui retient leur attention, avec une efficacité meilleure du produit concentré à 40 % testé contre du DEET à 7-15 %. L’EPA a homologué ce produit en indiquant qu’il était efficace contre les moustiques, les mouches et moucherons piqueurs. L’EPA indiquait aussi que ce produit ne devait pas être utilisé chez des enfants de moins de 3 ans.

28Plusieurs études ont testé l’ingestion d’ail comme répulsif contre Aedes aegypti, mais les résultats sont contradictoires.

29Concernant les risques pour la santé liés à d’autres produits biocides, nous avons relevé dans la bibliographie les références suivantes :

30Sudakin (2007) décrit un cas de mortalité pour un homme de 66 ans, après un traitement avec une lotion dermique au lindane. Cette lotion pour le traitement de la gale et des poux n’avait pas été utilisée en respectant les indications de la notice. L’homme a développé hypoxie, acidose respiratoire, hypotension, etc. À l’autopsie, le diagnostic fut encéphalopathie ischémique hypoxique au lindane. D’autres cas de symptômes nerveux graves, liés au lindane, ont été rapportés.

31Zhang et al., (2007) ont montré qu’une exposition environnementale prolongée à la cis-perméthrine pouvait entraîner des dommages aux membranes des mitochondries des cellules de Leydig. Une étude faite sur des souris mâles a montré que cela peut interrompre la biosynthèse de testostérone en diminuant l’arrivée de cholestérol dans la mitochondrie et la conversion du cholestérol en prégnénolone.

32Mytton et al., (2007) ont étudié la sécurité d’une lotion contenant soit une concentration de 25 % de ben2yl-benzoate, soit 4 % de perméthrine pour le traitement de la gale chez des femmes enceintes dans des populations réfugiées ou migrantes à la frontière Thaïlande — Birmanie. Aucun effet sur la grossesse n’a été observé avec l’une ou l’autre des lotions.

33Raugh et al., (2006) ont étudié l’impact d’une exposition prénatale au chlorpyrifos sur le développement neurologique des enfants jusqu’à 3 ans. Le chlorpyrifos était utilisé comme insecticide intradomiciliaire à New York pour lutter, entre autres, contre les blattes, avant d’être retiré par l’US-EPA le 31 décembre 2001. Cette étude montre clairement que les enfants ayant subi l’exposition la plus importante au chlorpyrifos ont présenté une diminution du développement psychomoteur et du développement mental par rapport aux enfants moins exposés. Ces enfants exposés ont aussi montré des problèmes d’attention et d’hyperactivité à l’âge de 3 ans.

34Cox et al., (2005) ont étudié l’impact de 8 années de pulvérisations intradomiciliaires illégales de méthyl-parathion sur leurs occupants. Peu de différences ont été observées entre les groupes exposés et témoins. Cependant, dans les maisons avec les niveaux d’exposition les plus élevés, les auteurs ont montré une augmentation de la probabilité de toxicité subaiguë et une augmentation des symptômes neuropsychiatriques.

35Yarris et al., (2008) décrivent comment des enfants (étude d’une série de 6 cas) se sont empoisonnés en ingérant des appâts toxiques pour fourmis, contenant des oxydes d’arsenic. Les symptômes ne furent pas trop graves en raison de la faible concentration en arsenic, mais ont nécessité des soins attentifs. Ces appâts, en raison de leur forme en barres et de leur goût sucré, sont attractifs pour les enfants.

36À noter que Sudakin (2006) propose d’utiliser des biomarqueurs fournis par la chimie analytique pour mesurer l’exposition environnementale aux pyréthroïdes de la population générale.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Afsset, 2007a — La lutte antivectorielle dans le cadre de l’épidémie de chikungunya sur l’île de la Réunion. Évaluation des risques et de l'efficacité des produits adulticides. Afsset, Maisons-Alfort, France.

Afsset, 2007b — La lutte antivectorielle dans le cadre de l’épidémie de chikungunya sur l’île de la Réunion. Évaluation des risques et de l’efficacité des produits larvicides. Afsset, Maisons-Alfort, France.

Aubertot J. N., Barbier J. M., Carpentier A, Gril J. J., Guichard L., Lucas P., Savary S., Savini I., Voltz M. (éd.), 2005 — Pesticides, agriculture et environnement. Réduire l’utilisation des pesticides et limiter leurs impacts environnementaux. Inra et Cemagref (France), Expertise scientifique collective, synthèse du rapport, 64 p.

Belles-Isles J.-C., Plourde D., Plamondon J., Baril J., 2006 — Étude d’impact stratégique du Plan d’intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le virus du Nil occidental - Rapport sectoriel 9 - Evaluation des impacts sur l’environnement. Institut national de santé publique du Québec, Canada, 63 p.

Ce (Commission européenne), 2009 — Décision n° 2009/521/CE du 03/07/09 relative à l’autorisation, à titre temporaire, des produits biocides contenant du malathion dans le département de la Guyane française.

Cox R. D., Kolb J. C., Galli R. L., Carlton F. R., Cook A. M., 2005 — Evaluation of potential adverse health effects resulting from chronic domestic exposure to the organophosphate insecticide methyl parathion. Clinical Toxicology, 43 (4) : 243-53.

Dgs, 2009 — Circulaire interministérielle n° DGS/RI1/DGALN/DGAL/2009/233 du 24 juillet 2009 relative aux mesures visant à limiter la circulation du virus West Nile en France métropolitaine.

Fontenille D. et al., 2009 — La lutte antivectorielle en France. Marseille, IRD Éditions, coll. Expertise collégiale, 536 p. + CD-ROM

Katz T. M., Miller J. H., Hebert A. A., 2008 — Insect repellents : Historical perspectives and new developments. Journal of the American Academy of Dermatology, 58: 865-871.

Kunz S. E., Kemp D. H., 1994 — Insecticides and acaricides: resistance and environmental impact. Revue Scientifique et Technique de l’OIE (France), 13 (4) : 1249-1286.

Labbé Y., Aubé-Maurice B., Vézina A., Boisvert J., Gingras D., 2006 — Revue des mesures de prévention et de protection contre le virus du Nil occidental — Rapport sectoriel 3. Rapport réalisé dans le cadre de l’Étude d’impact stratégique du Plan d’intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le virus du Nil occidental. Institut national de santé publique du Québec, Canada, 150 p.

Lagadic L., Lagneau C., 2009 — « Quels sont les effets non intentionnels de la LAV ? ». In Fontenille D. et al., : La lutte antivectorielle en France, Marseille, IRD Éditions, coll. Expertise collégiale, 536 p. + CD-ROM.

Matamoros V., JOVER E., Mayona J. M., 2009 — Advances in the determination of degradation intermediates of personal care products in environmental matrixes: a review. Analytical and Bioanalytical Chemistry, 393: 847-860.

Mytton O. T., McGready R., Lee S. J., Roberts C. H., Ashley E. A., Carrara V. I., Thwai K. L., Jay M. P., Wiangambun T., Singhasivanon P., Nosten F., 2007 — Safety of benzoate lotion and permethrin in pregnancy: a retrospective matched cohort study. BJOG, 114 (5): 582-7.

Obendorf S. Κ., Lemley A. T., Hedge A., Kline A. A., Tan Κ., Dokuchayeva T., 2006 — Distribution of pesticide residues within homes in Central New York State. Archives of Environmental Contamination and Toxicology, 50 : 31-44.

Ramade F., 2007 — Introduction à l’écotoxicologie. Fondements et applications. Paris, Tec. et Doc., 618 p.

Rauh V. A., Garfinkel R., Perera E P., Andrews H. E, Hœpner L., Barr D. B., Whitehead R., Tang D., Whyatt R W., 2006 — Impact of prenatal chlorpyrifos exposure on neurodevelopment in the first 3 years of life among inner-city children. Pediatrics, 118 (6): e1845-59.

Seo J., Lee Y.-G., Kim S.-D., Cha C.-J., Ahn J.-H., Hur H.-G., 2005 — Biodegradation of the Insecticide N,N-Diethyl-m-Toluamide by Fungi: Identification and Toxicity of Metabolites. Archives of Environmental Contamination and Toxicology, 48: 323-328.

Sudakin D. L., 2006 — Pyrethroid insecticides: advances and challenges in biomonitoring. Clinical Toxicology, 44 (1): 31-7.

Sudakin D. L., 2007 — Fatality after a single dermal application of lindane lotion. Archives of Environmental and Occupational Health, 62 (4) : 201-3.

Valcke M., Gosselin N. H., Belleville D., Vézina A., 2005 — Évaluation du risque toxicologique associé à l’utilisation d’adulticides dans le cadre d’un programme de lutte vectorielle contre la transmission du virus du Nil occidental. Mise à jour de nouvelles données et approche raffinée d’évaluation - Rapport sectoriel 8. Rapport réalisé dans le cadre de l’étude d’impact stratégique du Plan d’intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le virus du Nil occidental par l’institut national de santé publique du Québec, Canada, 84 p. et annexes.

Yarris J. P., Caravati E. M., Horowitz Z. B., Stomness J. R, Crouch B. I., Mc Keown N. J., 2008 — Acute arsenic trioxide ant bait ingestion by toddlers. Clinical Toxicology, 46 (9): 785.

Zhang S. Y., Ito Y., Yamanoshita O., Yanagiba Y., Kobayashi M., Taya K, Li C., Okamura A., Miyata M., Ueyama J., Lee C. H., Kamijima M., Nakajima T., 2007 — Permethrin may disrupt testosterone biosynthesis via mitochondrial membrane damage of Leydig cells in adult male mouse. Endocrinology, 148 (8) : 3941-9.

Notes de fin

1 Bti : Bacillus thurengiensis israelensis

2 Bsph : Bacillus sphaericus.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Tableau 1 (suite). Synthèse de l’évaluation des impacts des larvicides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal
Légende Note12
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Tableau 2. Synthèse de l’évaluation des impacts des adulticides sur les composantes de l’écosystème et du milieu humain de la région de Montréal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search