Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

5. Les mesures d’appoint dans la PPAV

Pascal Delaunay et Jérôme Depaquit

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les méthodes reconnues pour la prévention contre les piqûres d’insectes sont, depuis des années, régulièrement actualisées, principalement pour la prévention du paludisme. En 2007, ces recommandations ont été profondément restructurées suite à l’épidémie de chikungunya en 2006 dans l’océan Indien et sont largement diffusées via le ministère de la Santé [http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/], le ministère des Affaires étrangères [http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/], l’institut national de Veille sanitaire [http://www.invs.sante.fr/beh/2009/23_24/beh_23_24_2009.pdf], le Comité d’information médicale [http://www.cimed.org/bienvenue.asp] et l’Ordre des pharmaciens [http://www.ordre.pharmacien.fr/upload/Syntheses/108.pdf]. Ces recommandations sont dans leur globalité en accord avec les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé [http://www.who.int/​ith/​en/​] et des États-Unis via le US-CDCP [http://wwwnc.cdc.gov/​travel/​]. Cependant, celles-ci n’évaluent pas l’ensemble des autres outils, que nous appelons ici mesures d’appoint, mis à la disposition du grand public pour se prémunir contre les moustiques ou tout autre insecte.

2Notre objectif, dans ce chapitre, est d’inventorier les différentes présentations des insecticides d’ambiance et des autres moyens de protection disponibles sur le marché, de les décrire et de les confronter à des travaux scientifiques pour guider le voyageur et son médecin traitant face à l’arsenal de ces produits.

MATÉRIELS ET MÉTHODES POUR LE RECUEIL DES DONNÉES

3Plusieurs sources d’informations ont été utilisées :

  • des inventaires des rayons « insecticides » de boutiques grand public,
  • une recherche, sur internet, par moteurs de recherche généraliste,
  • l’écoute de publicités radiophoniques ou télévisuelles,
  • le site internet du « ministère de l’Écologie et du Développement durable » listant les biocides sur le marché pour le grand public,
  • une recherche bibliographique dans la littérature scientifique,
  • et le site internet de « l’évaluation des pesticides » de l’Organisation mondiale de la santé.

4Les quatre premiers modes de recherche ont permis d’élaborer une liste non exhaustive des produits d’appoint proposés au grand public (tabl. 1 et 2). Les deux autres modes de recherche ont été utilisés principalement pour l’évaluation de l’efficacité ou la pertinence de ces produits.

RÉSULTATS

Recueils de données par visite des rayons « insecticides », écoute radiophonique ou télévisuelle

Visites de supermarchés et publicités télévisuelles

5Cinq visites ont été réalisées, entre les mois de mai et d’août 2009, afin d’évaluer concrètement ce qui est proposé en vente directe. Tous les produits proposés n’ont pas tous pu être listés, tant leur nombre et leur diversité sont importants.

Produits ou matériels proposés avec insecticides (tabl. 1)

6Insecticides sous forme liquide : Bombe aérosol, Vaporisateur manuel, Recharge liquide pour diffuseur électrique 220 V,

7Insecticides imprégnés sur support rigide : Recharge plaquette pour diffuseur électrique 220 V, Plaquette non électrique à diffusion passive, Spirale incandescente, Autocollant, Bougies, Patch cutané, Bracelet,

8Insecticides en poudre, en pâte, en pain, en savon douche...,

9Liste non exhaustive des molécules de synthèse inscrites sur le flaconnage : les produits commercialisés sont des pyréthrinoïdes de synthèse ou des carbamates. Ils présentent un effet immédiat sur l’arthropode. Leur rémanence est variable. Alléthrine, D-alléthrine, Bifenthrine, Cyfluthrine, Cyperméthrine, Perméthrine, Tetraméthrine, D-trans-Tetraméthrine, D-Tetraméthrine, Deltaméthrine, D-Phénothrine, Esbiothrine, Transfluthrine, Prallethrine, Imidaclopride, Imiprothrine, S-Méthoprène, Flufenoxuron et Pyriptoxyfene, Abamectine...,

10Liste non exhaustive des molécules « naturelles » inscrites sur le flaconnage : Citriodiol™, Géraniol, Girofle, Lavandin, Lavande, Menthe, Menthe poivrée, Térébenthine, Citronnelle, Géranium bourbon, Pyrèthre...

Tableau 1. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » AVEC insecticides

Tableau 1. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » AVEC insecticides

Produits ou matériels proposées sans insecticide (tabl. 2)

11Émetteur d’ultrasons sur courant 220 V, sur allume-cigare de voiture, à piles, pour ordinateur personnel via logiciel informatique à télécharger, pour téléphone portable à télécharger,

12Ventilateur anti-moustique, Climatisation anti-moustique,

13Support gluant sur ruban, sur plaquette, sur autocollant,

14Piège électrique à lumière blanche, à lumière jaune, à lumière UV, en raquette de tennis...

Tableau 2. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » SANS insecticides.

Tableau 2. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » SANS insecticides.

Visites de botanistes et écoute d'émissions radiophoniques

15Trois visites ont été réalisées, entre les mois de mai et d’août 2009. Ces enquêtes de terrain, associées à différentes émissions radiophoniques, ont permis d’établir une liste de plantes en pot ou graines proposées sur le marché : Pyrèthre du Caucase, Pyrèthre matricaire, Pyrèthre dalmatie, Vétivert, Andropogon, Neptune, Tomates, Pélargonium, Géranium, Citronelle, Géranium-Citronelle, Citronelle de Madagascar, Herbe-citronelle, Mélisse-citronelle, Thym-citronelle, Verveine-citronelle, Basilique-citronelle, Basilic à petites feuilles, Galanga camphré, Tamarisk...

Visites de pharmacies d'officine

16En complément des recommandations du Bulletin épidémiologique hebdomadaire [http://www.invs.sante.fr/beh/2009/23_24/beh_23_24_2009.pdf], une fiche éditée par l’ordre des pharmaciens est actualisée chaque année [http://www.ordre.pharmacien.fr/​upload/​Syntheses/​108.pdf]. Ce document permet aux pharmaciens d’officine de connaître les produits reconnus comme efficaces contre les piqûres de moustiques. Sont parfois également proposées des essences ou huiles « naturelles ». La vitamine B1 est demandée par certains clients.

Recueils de données par moteur de recherche sur Internet

17Le moteur de recherche Google propose un panel de plusieurs millions de sites. Voici le nombre de sites proposés suivant différents mots-clés : « Insecticides » : 4 000 000, « Insecticide naturel » : 131 000, « Insecticide bio » : 554 000, « Insecticide maison » : 152 000, « Insecticide cafard » : 14 000, « Insecticide moustique » : 71 000, « Insecticide aérosol » : 237 000, « Insecticide bracelet » : 14 500. Tous les produits ou matériels proposés en boutique ont pu être trouvés sur Internet. D’autres produits ont pu être mis en évidence par cette recherche Internet (logiciel sonore antimoustiques, pièges à C02, pièges lumineux...). Internet apporte surtout une diversité de marques commerciales nettement plus importante.

Recueils de données via le site du « ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer »

18Ce site « biocides » du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer [http://public-biocides.developpement-durable.gouv.fr/​] propose une rubrique « pour les professionnels » et une rubrique « pour les usagers », qui comporte 23 chapitres (tabl. 3). Seul le chapitre 18 (Insecticides, acaricides et produits utilisés) a été utilisé pour ajuster et complémenter la liste des produits trouvés dans le commerce ou sur internet.

19Les produits insecticides à usage non phytopharmaceutique sont régis par la directive européenne n° 98/8/CE du 16/02/98 (mise sur le marché des produits biocides). Cette directive vise un certain nombre de substances qui sont précisées dans son annexe 5. Ce chapitre TP18 (V1.2 du 02/04/2008 4/17) décrit le système d’information « Inventaire biocides » pour le « Grand Public ». Contrairement à la directive européenne citée ci-dessus, elle ne constitue pas une demande d’Autorisation de mise sur le marché (AMM). Les données fournies lors de la déclaration et affichées sur ce site le sont sous la responsabilité des déclarants. La validation de la déclaration donne lieu à octroi d’un numéro d’inventaire. Les informations relatives au produit sont : définitions générales du produit biocide, les organismes nuisibles ciblés, le nom commercial du produit, le type de produit (substance active biocide, concentration, catégorie de danger, symboles de danger, phrases de risque)...

Tableau 3. Liste des chapitres du site « biocides », rubrique « pour les usagers » (http://public-biocides.developpement-durable.gouy.fr/​) du ministère de l’Écologie et du Développement durable

TPI - Produits biocides destinés à l’hygiène humaine
TP2 - Désinfectants utilisés dans le domaine privé
TP3 - Produits biocides destinés à l’hygiène vétérinaire
TP4 - Désinfectants pour les surfaces en contact
TP5 - Désinfectants pour eau de boisson
TP6 - Produits de protection utilisés à l’intérieur
TP7 - Produits de protection pour les pellicules
TP8 - Produits de protection du bois
TP9 - Produits de protection des fibres, du cuir, du caoutchouc et des matériaux polymérisés
TP10 - Protection des ouvrages de maçonnerie
P11 - Produits de protection des liquides utilisés dans les systèmes de refroidissement et de fabrication
TP12 - Produits antimoisissures
TP13 - Produits de protection des fluides utilisés
TP14 – Rodenticides
TP15 – Avicides
P16 – Molluscicides
TP17 – Piscicides
TP18 - Insecticides, acaricides et produits utilisés
TP19 - Répulsifs et appâts
TP20 - Produits de protection pour les denrées alimentaires
TP21 - Produits antisalissure
TP22 - Fluides utilisés pour l'embaumement et la taxidermie
TP23 - Lutte contre d’autres vertébrés

20Ce chapitre TP18 : Insecticides, acaricides et produits présente 2 772 produits à disposition pour le grand public. Voici le nombre de propositions suivant différents mots clés :

  • Recherche par marque : RAID™ : 47, BAYGON™ : 29, CATCH™ : 29, FULGATOR™ : 3.
  • Recherche par conditionnement « Spirale » : 13, « Diffuseur électrique » : 23, « Diffuseur » : 61, « Aérosol » : 94, « Bracelet » : 0.
  • Recherche par arthropode : « Moustique » : 114, « Volants » : 121, « Rampants » : 103, « Tiques » : 135.

21Pour chaque modèle commercialisé sont indiqués : « Numéro d’inventaire », « Nom du produit », « Marque commerciale », « Substance active », « Symbole de danger », « Phrase de recommandation », « Phrase de sécurité » et « Fiche de données sécurité ».

Recueils de données par recherche bibliographique

22Ce site PubMed a permis de confronter les insecticides pour le « grand public » aux études scientifiques [http://www.ncbi.nlm.nih.gov/​sites/​entrez].

Recueils de données par le site de l'OMS

23Le site WHOPES pour « l’Évaluation des pesticides » de l’Organisation mondiale de la santé [http://www.who.int/​whopes/​en/​] donne accès à trois listes de recommandations d’insecticides (sont précisés : insecticide, formulation et dosage) pour :

  • l’« Application intérieure d’insecticides rémanents contre le paludisme » IRS [http://www.who.int/​whopes/​Insecticides_IRS_Malaria_ok.pdf],
  • le « Traitement des moustiquaires contre le paludisme » : ITNs [http://www.who.int/​whopes/​Insecticides_ITN_Malaria_ok3.pdf],
  • le « Traitement des moustiquaires longue durée contre le paludisme » [http://www.who.int/​whopes/​Long_lasting_insecticidal_nets_Aug09.pdf].

DISCUSSION

24Face à cet important panel de produits proposés, il nous a paru important de structurer la discussion en cinq chapitres : (a) Principes de base pour une bonne désinsectisation, (b) Impression générale sur les recommandations ou produits proposés, (c) Produit reconnus inefficaces (études scientifiques ou avis d’experts du groupe), (d) Produits à base d’insecticides « naturels » ou de synthèse et (e) Pièges lumineux ou utilisant des produits attractants.

Principes de base pour une bonne désinsectisation

25Ces principes de base sont décrits sur les sites ou les documents suivants de l’OMS :

26http://apps.who.int/​malaria/​vectorcontrol.html,

27http://apps.who.int/​malaria/​malariaandtravellers.html,

28http://www.who.int/​neglected_diseases/​vector_ecology/​ivm_concept/​en/​index.html

29Ils peuvent être résumés succinctement par ces quelques règles de base que le « grand public » devrait connaître :

  • une utilisation d’insecticide « à l’aveugle » contre un insecte inconnu est presque toujours inefficace. Une lutte insecticide doit être ciblée sur un ou des insectes identifiés,
  • toute lutte insecticide chimique doit être accompagnée ou précédée par une lutte mécanique,
  • tuer les insectes adultes (lutte adulticide) sans lutte larvicide est généralement inefficace à court ou moyen terme.

Impression générale sur les recommandations ou produits proposés

30L’expérience personnelle des rédacteurs ou l’observation des notices mises à la disposition du grand public montrent que des recommandations à l’aveugle (sans insectes cibles) sont trop souvent pratiquées ou conseillées, malgré les logos de dangerosité dessinés sur le flaconnage. Cette utilisation non ciblée peut entraîner des effets secondaires à court ou moyen terme aussi bien pour le patient, son entourage ou l’environnement.

31Aucune notice (même celles pour les insecticides dits naturels ou bio) ne précise que « supprimer le foyer larvaire » est une méthode peu coûteuse, souvent gratuite, efficace et écologique (suppression des eaux stagnantes, passage de l’aspirateur pour les puces ou les punaises...).

32Un voyageur, et particulièrement un expatrié, qui désire utiliser des insecticides d’ambiance (notamment des aérosols) est souvent contraint d’en acheter sur place. Cette démarche peut s’avérer dangereuse. Ces produits locaux sont sans garantie de leur efficacité et encore moins de leur innocuité. Les normes de contrôle de ces produits peuvent être très différentes d’un pays à un autre.

33Sur le flaconnage, les insectes cibles ont des dénominations très variées. L’acheteur est donc libre d’interpréter, selon ses propres connaissances, les terminologies suivantes : « tout insecte », « insectes nuisants-volants-rampants », « moustiques », « spécial moustique tigre », « cafards », « puces », « punaises », « acariens », « spécial acariens allergisants », etc.).

Produits reconnus inefficaces (études scientifiques ou avis d'experts du groupe)

Appareils sonores type ultrason

34Quelles que soient les fréquences proposées, ces appareils n’ont aucune efficacité (Sylla et al., 2000 ; Foster et Lutes, 1985). Il est pourtant impressionnant de constater en boutique le nombre de modèles proposés avec des notices d’utilisation affirmant une grande efficacité. Une métanalyse systématique réalisée en 2007 montre l’absence totale d’efficacité de ce matériel en usage de terrain dans la prévention du paludisme (Enayati et al., 2007).

Vitamine B1

35Elle entraînerait une odeur cutanée répulsive suite à une prise orale du médicament. Les études scientifiques prouvent la non-efficacité répulsive de la vitamine B1 pour les arthropodes (Ives et al., 2005 ; Harvey, 2002 ; Silva et al., 1995 ; Maasch, 1973 ; Khan et al., 1969).

Homéopathie

36Traditionnellement utilisée dans cette indication depuis des décennies, Ledum palustre (dont le nom ne devrait d’ailleurs plus être utilisé car c’est un synonyme junior de Rhododendron tomentosum) sous forme d’extrait a un effet répulsif décrit par quelques études (Jaenson et al., 2006a ; Jaenson et al., 2005). Par contre, nous n’avons pas mis en évidence d’étude scientifique démontrant l’action répulsive de cette plante sous forme homéopathique.

Raquettes électriques

37Aucune étude scientifique n’argumente l’efficacité de cet outil. Malgré le plaisir immédiat de tuer l’insecte virevoltant autour de soi, cette méthode de lutte perd toute son efficacité lors du sommeil du patient et ne peut en aucune façon être préconisée dans le cadre d’une protection antivectorielle.

Rubans, papiers et autocollants gluants, sans insecticide

38La densité de certains insectes (mouches, taons, moucherons) est peut-être diminuée. Pour d’autres insectes vecteurs (moustiques, phlébotomes...), il paraît peu probable qu’une efficacité puisse être prouvée connaissant le comportement de ces insectes. L’efficacité de ces produits n’a, à l’heure actuelle, pas été argumentée par des études scientifiques.

Produits à base d'insecticides « naturels » ou de synthèse

39Ce paragraphe englobe la majorité des produits trouvés en boutique ou sur Internet.

40Il est à noter que :

  • le ou les principes actifs sont toujours proches de l’illisible sur le flaconnage (taille de caractères trop petite),
  • lors d’un achat sur Internet, le ou les principes actifs ne sont presque jamais précisés puisque seule la photo du flacon est présentée,
  • pour un même insecte cible, différents insecticides ou association d’insecticides sont proposés à des concentrations ou associations variables. Des études sur ces insecticides associés ont-elles été menées ?
  • même si l’insecticide utilisé est reconnu scientifiquement pour son efficacité, le volume délivré par seconde, heure ou jour n’est jamais précisé. Cette imprécision ne permet pas de confronter l’efficacité du produit proposé aux études scientifiques.

Produits dits « naturels »

41Sous prétexte d’un produit dit « naturel » une perte d’information évidente a été notée par rapport aux produits de synthèse. Ceci se traduit par les points suivants :

  • même si l’insecticide utilisé est reconnu scientifiquement pour son efficacité, on dispose parfois d’aucune information précise sur l’insecticide (« à base de géranium », « bio », « naturel », « extrait de plante », etc.),
  • la concentration n’est presque jamais précisée,
  • pour les plantes « sur pied » ou « en terre », leur efficacité n’est argumentée par aucune étude scientifique et le nom latin n’est pas toujours précisé,
  • la terminologie commerciale semble utiliser de façon imprécise un vocabulaire pourtant bien défini par la pharmacopée française [http://www.afssaps.fr/​Activités/Pharmacopee/Textes-reglementaires-de-la-Pharmacopee/(offset)/] : Huile essentielle, Essence, Extrait...
  • sous le terme « naturel », le produit contient parfois un extrait naturel et un insecticide de synthèse : PYREL™ : Chrysanthemum + Prallethrine,
  • pour les essences ou huiles ou huiles essentielles, le flaconnage précise rarement le nom latin de la plante, les excipients présents, la concentration en principe actif et la posologie à appliquer,
  • au niveau du flaconnage, la frontière entre « répulsif » et « insecticide » est floue et ceci d’autant plus que la frontière entre application « cutanée » ou sur un « support » froid (terre cuite) ou chaud (ampoule électrique : test de toxicité à haute température ?) est, elle aussi, très mal définie.

42Toutefois, beaucoup de publications décrivent une relative ou très bonne efficacité répulsive ou insecticide de molécules extraites contre les moustiques, les phlébotomes (Trongtokit et al., 2005 ; Jaenson et al., 2006b) et des tiques (Jaenson et al., 2005 ; Jensen et al., 2000). Malheureusement, pour les raisons citées ci-dessus, il s’est avéré impossible de confronter les produits dits naturels du commerce aux publications scientifiques.

Produits à base d'insecticides de synthèse

Produits en Aérosol ou Spray

43La notice préconise rarement un temps de pulvérisation.

44Lorsque le temps de pulvérisation est spécifié, il est indiqué pour une surface donnée (pas pour un cubage donné), ce qui semble étonnant pour une utilisation intradomicilaire.

45La quantité dispensée par seconde n’est jamais précisée. Il n’est donc pas possible de connaître la quantité d’insecticide répartie dans l’atmosphère ou déposée au sol afin de corréler les produits à des documents scientifiques.

46Les insecticides, dont les noms ont été lus sur le flaconnage lors de l’enquête de terrain, peuvent être classés de la sorte (avec leur numéro CAS) :

47Pyréthrinoïdes

48Alléthrine (584-79-2), D-alléthrine (42534-61-2), Bifenthrine (82657-04-3), Cyfluthrine (68359-37-5), Cyperméthrine (52315-07-8), Perméthrine (52645-53-1), Tetraméthrine (7696-12-0), D-trans-Tétraméthrine, D-Tétraméthrine (7696-12-0), Deltaméthrine (52918-63-5), D-Phénothrine, Esbiothrine, Imiprothrine, Transfluthrine, Prallethrine...

49Il est à noter que certains pyréthrinoïdes sont des synonymes désignant la même substance (tétraméthrine, d-tétraméthtine et d-trans-tétraméthtine) alors que d’autres sont des isomères différents (ou mélange) (alléthrine et d-alléthrine).

50Nicotinoïdes : Imidaclopride (13826-41-3)

51Hormones et régulateurs de croissance : S-Méthoprène, Flufenoxuron, Pyriproxyfene...

52Avermectines : Abamectine (71751-41-2)

53Synergistine : Pyperonyl Butoxide

54Aucun organo-phosphoré n’a été observé lors de l’enquête

55Tous les noms des molécules inscrits sur le flaconnage sont reconnus pour leur action insecticide (Hannig et al., 2009 ; Gupta et al., 2009). Cependant, il n’est jamais précisé la raison de l’association, ni la concentration choisie ni la dose délivrée. Le groupe de travail n’a jamais pu corréler à des données scientifiques l’efficacité ou la toxicité pour les utilisateurs et l’environnement.

Diffuseurs électriques à recharge liquide

56Cet outil semble, par son concept, dispenser une dose régulière d’insecticide non utilisateur dépendant. La quantité d’insecticide délivré par heure pour un volume de pièce donné ainsi que l’efficacité et la toxicité devraient pouvoir facilement se calculer et s’évaluer, pour un volume donné. Nous n’avons pas pu trouver d’études s’intéressant à ce matériel « plug-in » ou « vaporizers ».

Produits en serpentins fumigènes (mosquito coils)

57Ces produits, recommandés dans le BEH ou par l’OMS, possèdent une efficacité reconnue en milieu extérieur mais ne sont pas dénués d’effets secondaires (implication comme carcinogène dans le cancer du poumon) (Liu et al., 2003 ; Ujihara et al., 2004). L’application du principe de précaution viserait à continuer d’étudier la toxicité et à diminuer d’une façon générale son utilisation qui doit impérativement être en milieu extérieur. Le rapport d’expertise réalisé par l’Afsset (Afsset, 2010) relève ainsi la toxicité des fumées induites par ces serpentins fumigènes. Les experts anglophones (Goodver et al., 2010) par ailleurs réfutent leur utilisation comme moyen de protection.

Produits en bougie à répartition passive

58Ces simples bougies contiennent soit des insecticides de synthèse, soit des insecticides « naturels ». Toutes ces molécules sont en général reconnues pour leur action insecticide ou insectifuge (Müller et al., 2008a et b). Ce système de diffusion d’insecticide, sécurisé car non dépendant de l’utilisateur, précise rarement la concentration de l’insecticide et jamais la quantité d’insecticide diffusée par heure. Il n’est donc pas possible de corréler les produits du commerce à des études scientifiques. Comme pour tout produit incandescent la toxicité des fumées serait également à évaluer.

Produits en fumigation simple ou feu de bois

59Les fumigations de plantes possèdent une efficacité relative dont l’usage est difficile chez le voyageur occidental mais peut se concevoir chez l’expatrié (Paru et al. 1995 ; Jensen et al., 2000). Cependant, comme pour tout produit incandescent la toxicité des fumées est à prendre en compte et ce mode de protection doit être limité dans le temps.

Produits en bracelet ou patch cutané

60Les bracelets à base de DEET ont montré une efficacité toute relative (Jensen et al., 2000 ; Fradin et Day, 2002). Ces bracelets ou patchs cutanés contiennent soit des répulsifs de synthèse (DEET) soit des insecticides « naturels », rarement clairement précisés : Huile naturelle, essence naturelle, produit naturel, géraniol, menthe, etc. et à une concentration inconnue. Il n’est donc pas possible de corréler ces produits à des études scientifiques. Le guide de recommandations sur la protection personnelle antivectorielle de l’armée américaine souligne de surcroît le risque de réactions cutanées lors de l’utilisation des bracelets ou des colliers destinés à des animaux : « Some troops have used animal flea and tick collars around their wrists, ankles, arms, or belt lines. These collars are NOT INTENDED FOR HUMAN USE so their safety has never been tested on humans. Such products contain many different kinds of pesticides which may have adverse dermal and/or systemic effects on people. Severe skin reactions have been reported from using these products » in Section VIII « Ineffective and Hazardous Practices. Flea and Tick Collars ».

Pièges lumineux ou utilisant des produits attractants

61Peu d’études s’intéressent à l’efficacité des pièges lumineux ou au CO2 comme réducteur de nuisances utilisables comme outils de protection personnelle antivectorielle. Ces pièges sont largement utilisés pour la capture d’insectes dans les études entomologiques. L’adjonction de produits attractants et de leurres (CO2, octénol, acide lactique...) augmente l'attractivité des pièges. Aucune étude ne permet de conclure à leur impact en termes de réduction de nuisance.

62L’efficacité protectrice de pièges au CO2 enrichis d’octénol comme produit attractant ou d’insecticides disposés en série sur l’île de Key Island (Floride) montre une réduction, mais non significative, de la population de moustiques (Kline et Lemire, 1998). En 2002, un travail évalue l’efficacité d’un piège commercialisé au CO2 (Mosquito Magnet™ Pro) en milieu extérieur sur trois îlots au large de la Floride, utilisant comme leurre l’octénol, conduisant à une réduction notable de la nuisance associée aux moustiques Oe. taeniorhynchus. Ce résultat n’est pas confirmé quand les pièges sont utilisés en milieu résidentiel (Gainesville, Floride) (Kline, 2006, 2007).

63Des tests ont comparé l'efficacité purement attractive de différents pièges commercialisés. Parmi les pièges testés, les plus efficaces sont Mosquito Mega-CatchTM and the Mosquito MagnetTM Liberty. Ces résultats ne permettent pas d’extrapoler un éventuel impact en termes de protection vectorielle. L’efficacité de la lampe Mosquito Sentinel 360TM qui fonctionne comme attractant lumineux (variation d’intensité de lumière et de couleurs associée à des infrarouges) a été également évaluée (Kaufman, 2008). Les auteurs concluent à la nécessité d’y associer des appâts (CO2, lurex, octénol) et des répulsifs pour une éventuelle utilisation dans la protection contre les nuisances liées aux moustiques en milieu résidentiel. L’étude récente de Chen et al. (2007) conclut à un effet répulsif sur Cx quinquefasciatus de la lampe E DaTM (ampoule recouverte d’un pigment lumineux jaune éliminant les rayons UV qui attirent les insectes) en milieu intérieur (dans une pièce fermée de 2,44 x 2,44 x 6 m). Aucune efficacité n’est notée sur Ae. albopictus. Le département des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’université de Floride (IFAS-UF) admet que les pièges à CO2 peuvent réduire le nombre de piqûres de moustiques dans une zone géographique restreinte pour une durée limitée avec des conditions d’utilisation particulières [http://edis.ifas.ufl.edu/​pdffiles/​IN/​IN17100.pdf] : peu de vent afin de ne pas disperser le nuage de CO2, nombre de « base de production de CO2 » limité et jet de CO2 suffisamment puissant pour masquer les autres attractants (comme les groupes d’humains ou d’animaux). À défaut de preuve d’efficacité solide, le coût des pièges est remarquable. À titre d’exemple, les prix varient de 300 dollars pour les machines sans leurre à 800 dollars chez Mosquito MagnetTM et de 100 à 600 dollars selon la gamme chez Mosquito Mega-CatchTM.

64Enfin, il n’est pas notifié de problème de tolérance.

CONCLUSION

65Le nombre de produits sans ou avec insecticides de synthèse ou naturels à disposition du grand public est très important. Il est évident que le grand public ne possède pas les connaissances nécessaires pour utiliser avec lucidité ce panel de produits. Dans le cadre de mesures de « protection personnelle antivectorielle » et parmi les « insecticides d’ambiance » et « autres moyens de protection » proposés par le marché, ont été classés comme inefficaces : les « appareils sonores à ultrason », la « vitamine B1 », « l’homéopathie », les « raquettes électriques », les « rubans, papiers ou autocollants gluants », sans insecticide. Pour les « produits avec insecticides », dans la grande majorité des cas, il est impossible de confronter études scientifiques et produits commerciaux. Ces derniers ont un manque total d’information sur les doses délivrées lors de leur utilisation. Face à cette quantité de produits proposés et l’imprécision des données techniques, le groupe de travail n’a pas pu confronter ces outils grand public aux données scientifiques. L’efficacité, la tolérance, la durée d’action et le caractère pragmatique de chaque produit n’ont donc pas pu être évalués avec rigueur. Pour les « serpentins fumigènes », pourtant recommandés par l’OMS ou le BEH, les risques de toxicité des fumées incandescentes sont de plus en plus démontrés. Les autres produits incandescents (bougies, feux de bois ou de feuilles) devraient également être évalués pour leur toxicité. Pour les « diffuseurs électriques », il paraît judicieux de mettre en place des études scientifiques. Pour les « pièges lumineux », avec ou sans produits attractants, trop peu d’études sont en cours alors que ce matériel est largement utilisé dans les études entomologiques.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail), 2010 - Rapport d’expertise collective (Comité d’experts spécialisés « Évaluation des risques liés aux milieux aériens ») : spirales anti-moustiques, risques sanitaires liés à l’exposition aux émissions de fumées. Saisine Afsset n° 2008/007.

Amer A., Mehlhorn H., 2006 - Repellency effect of forty-one essential oils against Aedes, Anopheles, and Culex mosquitoes. Parasitol. Res. Sep. 99 (4): 478-90.

Birley M. H., Mutero C. M., Turner I. F., Chadwick P. R., 1987 - The effectiveness of mosquito coils containing esbiothrin under laboratory and field conditions. Ann. Trop. Med. Parasitol., 81 (2): 163-71.

Bockarie M. J., Service M. W., Barnish G., Momoh W., Salia F., 1994 - The effect of woodsmoke on the feeding and resting behaviour of Anopheles gambiae s.s. Acta Trop., 57 4): 337-40.

Chen C. D., Azahari A. H., Saadiyah I., Lee H. L., 2007 - Preliminary study on the effectiveness of mosquito repelling lamp, E Da. Trop. Biomed., 24 (2): 89-91.

Chen S. C., Wong R H., Shiu L. J., Chiou M. C., Lee H., 2008 — Exposure to mosquito coil smoke may be a risk factor for lung cancer in Taiwan. J. Epidemiol., 18 (1): 19-25.

Del Fabbro S., Nazzi F., 2008 - Repellent effect of sweet basil compounds on Ixodes ricinus ticks. Exp. Appl. Acarol., 45 (3-4): 219-28.

Elmhalli F. H., PAlsson Κ., Orberg J., Jaenson T. G., 2009 - Acaricidal effects of Corymbia citriodora oil containing para-menthane-3,8-diol against nymphs of Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae). Exp. Appl. Acarol., 48 (3): 251-62.

Enayati A., Hemingway J., Garner P., 2007 — Electronic mosquito repellents for preventing mosquito bites and malaria infection. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 2. Art. No.: CD005434. DOI: 10.1002/14651858.CD005434.pub2.

Ezeonu F. C., Chidume G. I., Udedi S. C., 2001 — Insecticidal properties of volatile extracts of orange peels. Bioresour Technol., 76 (3): 273-4.

Foster W. A., Lutes Κ. I., 1985 - Tests of ultrasonic emissions on mosquito attraction to hosts in a flight chamber. J. Am. Mosq. Control Assoc., 1 (2): 199-202.

Fradin M. S., Day J. F., 2002 - Comparative efficacy of insect repellents against mosquito bites. N. Engl. J. Med., 347 (1): 13-8.

Garboui S. S., Jaenson T. G., PAlsson Κ., 2006 - Repellency of MyggA Natural spray (para-menthane-3,8-diol) and RB86 (neem oil) against the tick Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae) in the field in east-central Sweden. Exp. Appl. Acarol., 40 (3-4): 271-7.

Garboui S. S., Jaenson T. G., Borg-Karlson A. Κ., PAlsson K, 2007 - Repellency of methyl jasmonate to Ixodes ricinus nymphs (Acari: Ixodidae). Exp. Appl. Acarol., 42 (3): 209-15.

Gardulf A., Wohlfart I., Gustafson R., 2004 - A prospective cross-over field trial shows protection of lemon eucalyptus extract against tick bites. J. Med Entomol., 41 (6): 1064-7.

Goodver L. I., Croft A. M., Frances S. P., Hill N., Moore S. J., Onyango S. P., Debboun M., 2010 - Expert review of the evidence base for arthropod bite avoidance. J. Travel Med., 17 (3): 182-92.

Gupta S., Sharma R. Κ., Gupta R Κ., Sinha S. R., Singh R, Gajbhiye V. T., 2009 - Persistence of new insecticides and their efficacy against insect pests of okra. Bull. Environ. Contam. Toxicol., 82 (2): 243-7.

Hannig G. T., Ziegler M., Marçon P. G., 2009 - Feeding cessation effects of chlorantraniliprole, a new anthranilic diamide insecticide, in comparison with several insecticides in distinct chemical classes and mode-of-action groups. Pest Manag. Set., 65 (9): 969-74.

Hao H., Wei J, Dai J., Du J., 2008 - Host-seeking and blood-feeding behavior of Aedes albopictus (Diptera: Culicidae) exposed to vapors of geraniol, citral, citronellal, eugenol, or anisaldehyde. J. Med. Entomol., 45 (3): 533-9.

Harburguer L. V., Seccacini E., Masuh H., Gonzalez Audino P., Zerba E., Licastro S., 2009 - Thermal behaviour and biological activity against Aedes aegypti (Diptera: Culicidae) of permethrin and pyriproxyfen in a smoke-generating formulation. Pest Manag. Sci., 2009 Nov. 65 (11): 1208-14.

Harvey S. C., 2002 - Insect repellents and mosquito bites. N. Engl. J. Med., 347 (21): 1719-21.

Howard A. F., Adongo E. A., Hassanali A., Omlin F. X., Wanjoya A., Zhou G., Vulule J., 2009 - Laboratory evaluation of the aqueous extract of Azadirachta indica (neem) wood chippings on Anopheles gambiae s.s. (Diptera: Culicidae) mosquitoes. J. Med Entomol., 46 (1): 107-14.

Ives A. R, Paskewitz S. Μ., 2005 - Testing vitamin B as a home remedy against mosquitoes. Biology Interest Groups, Entomology Class 201. J. Am. Mosq. Control Assoc., 21 (2): 213-7.

Jaenson T. G., Palsson Κ., 1999 - Plant products used as mosquito repellents in Guinea Bissau, West Africa. Acta Trop., 72 (1): 39-52.

Jaenson T. G., Palsson Κ., Borg-Karlson A. Κ., 2005 — Evaluation of extracts and oils of tick-repellent plants from Sweden. Med. Vet. Entomol., 19 (4): 345-52.

Jaenson T. G., PAlsson Κ., Borg-Karlson A. Κ., 2006a - Evaluation of extracts and oils of mosquito (Diptera: Culicidae) repellent plants from Sweden and Guinea-Bissau. J. Med. Entomol., 43 (1): 113-9.

Jaenson T. G., Garboui S., PAlsson Κ., 2006b - Repellency of oils of lemon eucalyptus, geranium, and lavender and the mosquito repellent MyggA natural to Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae) in the laboratory and field. J. Med. Entomol., 43 (4): 731-6.

Jensen T., Lampman R, Slamecka M. C., Novak R. J., 2000 - Field efficacy of commercial antimosquito products in Illinois. J. Am. Mosq. Control Assoc., 16 (2): 148-52.

Karunamoorthi Κ., Mulelam A., Wassie F., 2008 - Laboratory evaluation of traditional insect/mosquito repellent plants against Anopheles arabiensis, the predominant malaria vector in Ethiopia. Parasitol. Res., 103 (3): 529-34.

Karunamoorthi Κ., Ilango Κ., Endale A., 2009 - Ethnobotanical survey of knowledge and usage custom of traditional insect/mosquito repellent plants among the Ethiopian Oromo ethnic group. J. Ethnopharmacol., 125 (2): 224-9.

Karunamoorthi K, Sabesan S., 2009 - Field trials on the efficacy of DEET-impregnated anklets, wristbands, shoulder, and pocket strips against mosquito vectors of disease. Parasitol. Res., 105 (3): 641-5.

Kaufman P. E., 2008 - Evaluation of the Mosquito Sentinel 360 Trap in Florida Residential Environments. J. Am. Mosq. Control Assoc., 24 (4): 528-533.

Khan A. A., Maibach Η. I., Strauss W. G., Fenley W. R., 1969-Vitamin B1 is not a systemic mosquito repellent in man. Trans. St Johns Hosp. Dermatol. Soc., 55 (1): 99-102.

Kline D. L., 2006 - Traps and trapping techniques for adult mosquito control. J. Am. Mosq. Control Assoc., 22 (3): 490-6.

Kline D. L., 2007 - Semiochemicals, traps/targets and mass trapping technology for mosquito management. J. Am. Mosq. Control Assoc., 23 (2 Suppl): 241-51.

Kline D. L., Lemire G. F., 1998 - Evaluation of attractant-baited traps/targets for mosquito management on Key Island, Florida, USA J. Vector Ecol., 23 (2): 171-85.

Kweka E. J., Mosha F., Lowassa A., Mahande A. M., Kitau J., Matowo J., Mahande M. J., Massenga C. P., Tenu F., Feston .E, Lyatuu E. E., Mboya M. A., Mndeme R, Chuwa G., Temu E. A., 2008 - Ethnobotanical study of some of mosquito repellent plants in north-eastern Tanzania. Malar. J., 7: 152.

LawranCF. C. E., Croft A. M., 2004 - Do mosquito coils prevent malaria? A systematic review of trials. J. Travel Med, 11 (2): 92-6.

Lindsay L. R, Surgeoner G. A., Heal J. D., Gallivan G. J., 1996 - Evaluation of the efficacy of 3% citronella candles and 5% citronella incense for protection against field populations of Aedes mosquitoes. J. Am. Mosq. Control Assoc., 12 (2 Pt 1): 293-4.

Liu W., Zhang J., Hashim J. H., Jalaludin J., Hashim Z., Goldstein B. D., 2003 - Mosquito coil emissions and health implications. Environ. Health Perspect., 111 (12): 1454-60.

Lukwa N., Chandiwana S. Κ., 1998 - Efficacy of mosquito coils containing 0.3% and 0.4% pyrethrins against An. gambiae sensu lato mosquitoes. Cent. Afr J. Med., 44 (4): 104-7.

Maasch H. J. 1973 - Outdoor studies on the mosquito repellent effect of vitamin B1 Tropenmed. Parasitol., 24 (1): 119-22.

Mansour S. A., 2008 - Environmental impact of pesticides in Egypt. Rev. Environ. Contam. ToxicoL, 196: 1-51.

Matsuda B. Μ., Surgeoner G. A., Heal J. D., Tucker A. O., Maciarello Μ. J., 1996 - Essential oil analysis and field evaluation of the citrosa plant “Pelargonium citrosum” as a repellent against populations of Aedes mosquitoes. J. Am. Mosq. Control Assoc., 12 (1): 69-74.

Michaelakis A, Papachristos D., Kimbaris A, Kouopoulos G., Giatropoulos A., Polissiou Μ. G., 2009 — Citrus essential oils and four enantiomeric pinenes against Culexpipiens (Diptera: Culicidae). Parasitol. Res., 105 (3): 769-73.

Müller G. C., Junnila A., Kravchenko V. D., Revay E. E., Butler J., Orlova O. B., Weiss R. W., Schlein Y., 2008a - Ability of essential oil candles to repel biting insects in high and low biting pressure environments. J. Am. Mosq. Control Assoc., 24 (1): 154-60.

Müller G. C., Junnila A., Kravchenko V. D., Revay E. E., Butler J., Schlein Y., 2008b - Indoor protection against mosquito and sand fly bites: a comparison between citronella, linalool, and geraniol candles. J. Am. Mosq. Control Assoc., 24 (1): 150-3.

Omolo M. O., Okinyo D., Ndiege I. O., Lwande W., Hassanali A., 2004 - Repellency of essential oils of some Kenyan plants against Anopheles gambiae. Phytochemistry, 65 (20): 2797-802.

Palsson Κ., Jaenson T. G., BaeckstrOm P., Borg-Karlson A. Κ., 2008 - Tick repellent substances in the essential oil of Tanacetum vulgare. J. Med. Entomol., 45 (1): 88-93.

Paru R, Hii J., Lewis D., Alpers M. P., 1995 - Relative repellency of woodsmoke and topical applications of plant products against mosquitoes. PNG Med. J., 38 (3): 215-21.

Rapley L. P., Russell R C., Montgomery B. L., Ritchie S. A., 2009 - The effects of sustained release metofluthrin on the biting, movement, and mortality of Aedes aegypti in a domestic setting. Am. J. Trop. Med. Hyg., 81 (1): 94-9.

Shalaby A. A., Allam K. A., Mostafa A. A., Fahmy S. M. 1998 - Insecticidal properties of citrus oils against Culex pipiens and Musca domestica. J. Egypt Soc. Parasitol., 28 (2): 595-606.

Silva M. F., Braz L. M., Amato Neto V., Martins J. E., Di Pietro A. O., Mazzucati E., 1995 - Experimental evaluation in mice of vitamin B complex repellent activity against Culex quinquefasciatus. Rev. Hosp. Clin. Fac. Med. Sao Paulo., 50 (1): 55-7.

Silvério F. O., de Alvarenga E. S., Moreno S. C., Picanço M. C., 2009 - Synthesis and insecticidal activity of new pyrethroids. Pest Manag. Set., 65 (8): 900-5.

Sylla el-H. Κ., Lell B., Kremsner P. G., 2000 — A blinded, controlled trial of an ultrasound device as mosquito repellent. Wien Klin Wochenschr., 112 (10): 448-50.

Tawatsin A., Wratten S. D., Scott R R, Thavara U., Techadamrongsin Y., 2001 - Repellency of volatile oils from plants against three mosquito vectors. J. Vector Ecol., 26 (1): 76-82.

Thorsell W., Miktver A., Tunón H., 2006 — Repelling properties of some plant materials on the tick Ixodes ricinus. Phytomedicine, 13 (1-2): 132-4.

Trongtokit Y., Rongsriyam Y., Komalamisra N., Apiwathnasorn C., 2005 - Comparative repellency of 38 essential oils against mosquito bites. Phytother. Res., 19 (4): 303-9.

Tunón H., Thorsell W., Mikiver A., Malander I., 2006 - Arthropod repellency, especially tick (Ixodes ricinus), exerted by extract from Artemisia abrotanum and essential oil from flowers of Dianthus caryophyllum. Fitoterapia, 77 (4): 257-61.

Ujihara Κ., Mori T., Iwasaki T., Sugano M., Shono Y., Matsuo N., 2004 - Metofluthrin: a potent new synthetic pyrethroid with high vapor activity against mosquitoes. Biosc.i Biotechnol. Biochem., 68 (1): 170-4.

Vernède R., van Meer M. M., Alpers M. P., 1994 - Smoke as a form of personal protection against mosquitoes, a field study in Papua New Guinea. Southeast Asian J. Trop. Med. Public Health, 25 (4): 771-5.

Waka M., Hopkins R J., Glinwood R, Curtis C., 2006 - The effect of repellents Ocimum firrskolei and DEET on the response of Anopheles stephensi to host odours. Med. Vet. Entomol., 20 (4): 373-6.

Williams Μ. Κ., Rundle A., Holmes D., Reyes M., Hoepner L. A., Barr D. B., Camann D. E., Perera E P., Whyatt R. M., 2008 - Changes in pest infestation levels, self-reported pesticide use, and permethrin exposure during pregnancy after the 2000-2001 U.S. Environmental Protection Agency restriction of organophosphates. Environ. Health Perspect., 116 (12): 1681-8.

Zahir A. A., Rahuman A. A., Kamaraj C., Bagavan A., Elango G., Sangaran A., Kumar B. S., 2009 — Laboratory determination of efficacy of indigenous plant extracts for parasites control. Parasitol. Res., 105 (2): 453-61.

Zhu J., Zeng X., Yanma, Liu T., Qian Κ., Han Y., Xue S., Tucker B., Schultz G., Coats J., Rowley W., Zhang A., 2006 - Adult repellency and larvicidal activity of five plant essential oils against mosquitoes. J. Am. Mosq. Control Assoc., 22 (3) : 515-22.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » AVEC insecticides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tableau 2. Liste non exhaustive des produits ou matériels proposés en boutique « grand publique » SANS insecticides.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteurs

Coordinateur
Membres du groupe de travail : Pascal Delaunay, Jérôme Depaquit, Fabrice Chandre, Nathalie Colin de Verdière, Frédéric Darriet, Michel Franc, Philippe Saviuc.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search