Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

4. Vêtements et tissus imprégnés

Frédéric Pagès

Texte intégral

PRÉAMBULE

1L’imprégnation de tissu avec des produits insecticides ou répulsifs est une pratique apparue au cours de la Seconde Guerre mondiale avec la mise au point des premiers répulsifs synthétiques. Depuis, de nombreuses utilisations ont été faites ou proposées en fonction des évolutions technologiques tant dans le domaine des molécules répulsives ou insecticides que dans celui des tissus et de leur traitement, mais aussi de l’évolution de la susceptibilité des arthropodes aux biocides.

2L’efficacité d’un tissu imprégné (efficacité et durée) va dépendre de nombreux éléments qui vont influer sur la bio-disponibilité et la durée de persistance de l’insecticide :

  • le type de tissu : plusieurs publications montrent des différences d’effet avec une même molécule à une même dose au m2 selon la nature du tissu (coton, jute, laine, polyester, association coton-rayonne, etc.) pour un même vecteur ou une efficacité variant avec la même association tissu-matière active pour différents vecteurs (Ansari et al., 1998 ; Curtis et al., 1996 ; Hougard et al., 2003 ; Kapoor et Ansari, 2002 ; Vatandoost et al., 2006 ; Wood et al., 1999) ;
  • les traitements subis par le tissu : il existe de nombreux traitements réalisés pour optimiser les fonctions des tissus (tissu perlant, tissu ignifugé...). Certains de ces tissus ne sont pas imprégnables sans supprimer leur fonction ou certains traitements rendent inefficaces les imprégnations. Par ailleurs, un simple « effet couleur » peut modifier les performances. De la même manière, un traitement anti-UV peut optimiser la durée d’efficacité. Des traitements postérieurs à l’imprégnation peuvent emprisonner complètement la matière active dans le tissu ;
  • la formulation de la matière active : poudre mouillable, concentré émulsionnable, solutions ou suspensions aqueuses, etc. ;
  • le type d’imprégnation : imprégnation non permanente par trempage ou aspersion, imprégnation industrielle avec ajout d’un ligand, imprégnation manuelle avec ajout d’un ligand, incorporation de l’insecticide lors de la fabrication du batch ;
  • le type de lavage : à froid, à chaud en machine normes AFNOR, à sec ;
  • la matière active : volatilité, effet insecticide, effet répulsif.

3Mais l’efficacité dépend aussi du niveau de susceptibilité de l’arthropode cible au produit utilisé.

4Au cours de notre analyse bibliographique, nous avons identifié 6 tissus ou supports imprégnés qui sont présentés en fonction de leur contact avec la peau.

  • Bandes en papier ou en plastique,
  • Bâches imprégnées,
  • Tentes imprégnées,
  • Rideaux imprégnés,
  • Couvertures ou draps imprégnés,
  • Vêtements imprégnés.

BANDES EN PAPIER OU EN PLASTIQUE

5La société Sumitomo Chemical Co. Ltd (Osaka, Japon) a développé un pyréthrinoïde de nouvelle génération, la métofluthrine (SumiOne®). Cette molécule agit comme un insectifuge (répulsif) sans effet létal sur les moustiques. Elle présente la caractéristique de s’évaporer à température ambiante, alors que les pyréthrinoïdes conventionnels nécessitent d’être chauffés pour diffuser dans l’air ambiant (Argueta et al., 2004 ; Ujihara et al., 2004 ; US-EPA). Cela permet la fabrication de diffuseurs passifs simples, facilement utilisables (notamment pas de risque de brûlure) et économiques. Il s’agit de bandes papier, de filets plastiques ou de plaquettes plastiques imprégnés de métofluthrine (SumiOne®).

6Ces produits ne sont pas encore commercialisés, l’effet revendiqué est celui de répulsif vis-à-vis des culicidés. L’utilisation proposée intéresse tant un usage en intérieur (maisons, tentes) qu’en extérieur (tonnelles ou air libre).

7Différentes études d’efficacité ont été réalisées en Asie, en Afrique et aux USA uniquement sur les culicidés (Ae. albopictus, Ae. aegypti, Cx quinquefasciatus, An. gambiae, Ae. canadasiensis, Ae. vexans, Oe. taeniorhynchus, Ochlerotatus sp., etc.) avec des études de laboratoire et de terrain (AFPMB, 2007 ; Kawada et al., 2004 ; Kawada et al., 2005a ; Kawada et al., 2005b ; Kawada et al., 2006 ; Lucas et al., 2007 ; Kawada et al., 2008 ; Rapley et al., 2009). Les études de terrain ont été réalisées en comparant deux zones bénéficiant ou non de l’intervention avec différentes méthodes d’évaluation (faune résiduelle, faune résiduelle matinale, utilisation de pièges CDC, de pièges Mosquito-magnet®, capture avec appâts humains sous moustiquaire et capture sur homme). Il n’a pas été observé d’effet « knock down » ni de mortalité, le produit n’a donc pas de propriété insecticide. Par contre, les études ont mis en évidence un effet déterrent avec une diminution du nombre de moustiques entrant dans les zones traitées. Cet effet déterrent a été retrouvé sur Ae. aegypti et Oe. taeniorhynchus, sur Cx quinquefasciatus en Indonésie pour une durée de 14 semaines, sur des nuisants autochtones en Amérique du Nord, mais il n’a pas été retrouvé sur An. gambiae en Tanzanie.

8Il n’existe pas d’étude en cases pièges permettant de tester directement l’effet répulsif (entrée puis sortie sans se gorger des moustiques). Le seul élément en faveur de l’existence de cet effet est la diminution constatée de la faune résiduelle dans les maisons ou pièces traitées pour des vecteurs d’arboviroses (Ae. aegypti, Ae. albopictus) et un vecteur majeur du paludisme An. gambiae mais il n’est pas suffisant à lui seul pour démontrer un réel effet répulsif Cette diminution dure de 6 à 8 semaines selon les vecteurs, les études et le type de support mais en l’absence d’effet déterrent clair, cette diminution de la faune restant dans les maisons ne signifie pas que moins de moustiques rentrent pour prendre leur repas sanguin avant d’en ressortir.

9Utilisée en tortillons insecticides, la métofluthrine diminue de 95 % les piqûres d'An. gambiae durant 6 heures (Lukwa et Chiwade, 2008). Utilisée sur support papier ou plastique avec diffusion passive, on retrouve également une diminution du taux de pose et une diminution du taux de piqûre lors d’études menées aux USA avec des culicidés d’élevage et des culicidés sauvages au laboratoire, sur le terrain en intérieur (Ae. aegypti) et en extérieur (moustiques nuisants), mais son effet d’inhibition du gorgement sur les vecteurs africains du paludisme n’a pas été testé et reste inconnu.

10Au total, ces produits utilisant la métofluthrine sont encore en phase d’étude et ne sont pas commercialisés. La métofluthrine utilisée en tortillons insecticides protège des piqûres de moustiques durant au moins 6 heures (diminution de 95 %). L’intérêt de son utilisation en imprégnation de supports papiers ou plastiques sera de disposer de diffuseurs passifs simples, facilement utilisables, avec un effet prolongé sur plusieurs semaines. En outre, ces diffuseurs pourront être utilisés aussi bien en milieu ouvert que fermé et ne nécessiteront aucune énergie pour la diffusion de la méthofluthrine.

11Toutefois, les évaluations actuelles sont insuffisantes pour faire la preuve de leur efficacité contre la plupart des culicidés vecteurs de maladie, notamment les vecteurs africains de paludisme. Ils ne peuvent donc faire l’objet de recommandations pour les voyageurs en l’état actuel des connaissances.

BÂCHES IMPRÉGNÉES

12Dans les situations d’urgence impliquant des déplacements de population, catastrophes naturelles ou conflits armés, l’utilisation de moustiquaires ou les aspersions intradomiciliaires d’insecticides dans les abris des réfugiés ne sont pas possibles. Devant le constat que les bâches plastiques du HCR (Haut Comité pour les réfugiés) sont les premiers abris distribués aux réfugiés, la possibilité de les imprégner de manière permanente a été étudiée. Des industriels ont développé des bâches de polyéthylène imprégnées lors de leur fabrication avec de la deltaméthrine à la dose de 45 mg/m2. Graham et al. (2002a) ont, dans un premier temps, mené une étude en laboratoire en réalisant des bio-essais avec une souche d’élevage d'An. stephensi, vecteur de paludisme au Pakistan puis une étude de terrain. Les bio-essais ont montré que les bâches imprégnées entraînaient une mortalité de 100 % après une exposition d’une minute. Cette proportion se maintenait durant 12 semaines sur des bâches laissées en extérieur subissant les intempéries d’un climat tempéré. Dans un deuxième temps, ils ont mis en place une étude de terrain dans un camp de réfugiés au nord du Pakistan où les bâches ont été testées en conditions opérationnelles. Les bâches induisaient une mortalité proche de 100 % pour les anophèles mais ne diminuaient pas significativement la prise de repas sanguin. Les auteurs concluaient à une efficacité liée à un effet de masse avec réduction de la densité de vecteurs et non à une protection individuelle contre les piqûres.

13L’efficacité de ces bâches a ensuite été évaluée en case piège au Burkina Faso dans une zone de résistance d'An. gambiae aux pyréthrinoïdes (Diabate et al., 2006). Des bioessais (tests en cône OMS) étaient réalisés mensuellement. Les auteurs concluent à une efficacité équivalente aux pulvérisations murales d’insecticide avec une diminution de la densité vectorielle et du nombre de repas sanguins ; cette diminution étant proportionnelle à la surface couverte de bâches imprégnées.

14Ces bâches, dont l’appellation commerciale est ZeroFly®, sont actuellement imprégnées à 360 mg/m2 et sont prévues pour assurer une protection contre les culicidés durant 12 à 24 mois selon les conditions d’usage (Vestergaard®). Les fabricants considèrent qu’elles diminuent le nombre de piqûres et abaissent les densités des vecteurs, toutefois aucune nouvelle étude n’est fournie pour ce nouveau dosage, bien supérieur à celui de l’étude de 2002 (45 mg/m2).

15Leur impact sur d’autres vecteurs que les culicidés n’est pas connu et les bâches imprégnées diminuent peu le nombre de piqûres selon l’étude initiale. Elles peuvent cependant offrir un intérêt pour les voyageurs en conditions extrêmes ou pour des campements provisoires ou initiaux où d’autres outils ne sont pas utilisables (moustiquaires ou hamacs moustiquaires).

TENTES IMPRÉGNÉES D'INSECTICIDES

16L’imprégnation des toiles de tentes par des insecticides, essentiellement des pyréthrinoïdes, est proposée pour la protection contre les piqûres de moustiques. Sur le terrain, ces dispositifs ont été essentiellement étudiés dans trois types de population : nomades, réfugiés et militaires. Les premières études menées en Iran avec des insecticides (DDT, dieldrine, etc.) ont été décevantes essentiellement du fait de la formulation des produits de l’époque (poudre mouillable) (Motabar, 1974). Une première étude avec le DEET a montré une diminution des piqûres dans les tentes traitées par rapport aux non traitées mais aussi dans l’entourage immédiat des tentes par rapport à des témoins situés à 15 m des tentes. D’autres études ont été menées avec le DMP (di-méthylphtalate), le DEET et la perméthrine dans les années 1980-1990. Depuis, différentes études de terrain et de laboratoire ont été conduites et d’autres molécules insecticides ont été proposées : la deltaméthrine et la bifenthrine. Pour lutter contre les résistances des culicidés aux pyréthrinoïdes, l’utilisation de combinaison d’insecticides (organophosphoré plus pyréthrinoïde) est envisagée, mais aucune étude sur les tentes n’a encore été réalisée.

Les différentes molécules utilisées

Le DEET

17Au Kenya, le DEET utilisé à la dose de 34 mg/m2 en imprégnation de l’intérieur des tentes par aspersion avec pompe manuelle offrait une protection de 99 % (diminution des piqûres) jusqu’à 4 semaines après traitement (Sholdt et al., 1977).

Le DMP

18Utilisé à la dose de 2 580 mg/m2 en imprégnation industrielle de l’intérieur et l’extérieur des tentes contre les piqûres d’Ae. aegypti, le DMP n’a eu aucun effet knockdown (KD) au cours de l’année d’étude (tentes exposées en extérieur aux variations climatiques) et offrait une protection contre les piqûres de seulement 50 % et ce, uniquement au cours des 3 premiers mois (Schreck, 1991).

La perméthrine

19Utilisée à la dose de 2 580 mg/m2 en imprégnation industrielle de l’intérieur des tentes contre les piqûres d’Ae. aegypti, la perméthrine avait montré un effet KD de 95 % jusqu’à 5 mois et offrait une protection contre les piqûres supérieure à 90 % durant 9 mois (Schreck, 1991). En 1996, une étude de terrain réalisée avec une dose de 963 mg/m2 en imprégnation par aspersion avec pompe manuelle de l’intérieur et l’extérieur des tentes, à partir d’un concentré émulsionnable (EC), montrait une diminution des piqûres (Aedes sp. sauvages : Ae. canadensis, Ae. stimulans, Ae. euedes, etc.) allant de 94 % au début de l’étude à 89 % au bout des 42 jours dans les tentes traitées et de 82 % à 43 % du début à la fin de l’étude à l’extérieur des tentes traitées (Heal et al., 1995). Des bio-essais réalisés régulièrement sur des moustiques capturés sur site et forcés au contact des toiles montraient une mortalité de 100 % en 20 minutes maximum tout au long de l’étude. En 1990, l’imprégnation de la surface intérieure des tentes intérieures à partir d’un EC à la dose de 500 mg/m2 par aspersion avec pompe manuelle a été réalisée pour protéger des réfugiés afghans au Pakistan contre les vecteurs locaux endophiles de paludisme (An. culicifacies et An. stephensi) dont la sensibilité à la perméthrine avait été vérifiée auparavant (Bouma et al., 1996a). En fin de saison de transmission, l’augmentation de la prévalence des infections à Plasmodium falciparum chez les nomades afghans était en moyenne significativement plus faible (passage de 6,4 % à 15,3 %) que chez les résidents pakistanais (passage de 3,2 % à 45,6 %). Les enquêtes réalisées à la fin de la saison de transmission chez les écoliers du primaire l’année précédente et l’année de l’essai ont montré que la prévalence des infections à P. falciparum chez les enfants nomades avait diminué de façon significative (de 46,9 % à 16,3 %), tandis qu’une augmentation avait été observée chez les enfants pakistanais de la région. Les dosages réalisés constataient une diminution de 50 % du taux de perméthrine à 6 mois et les bio-essais utilisant les vecteurs locaux ont montré une mortalité de 100 % à 2 mois et de 80 % à 4 mois et d’environ 60 % à 6 mois en fin de saison de transmission. Une étude réalisée simultanément sur une tente à simple toit, imprégnée de l’intérieur à la dose de 2 000 mg/m2 avec une pompe manuelle montrait par contre une baisse très rapide de la concentration en perméthrine : environ 100 mg/m2 à 2 mois et 24 mg/m2 à 6 mois et la mortalité chutait à 20 % au bout de deux mois (Bouma et al., 1996b). Les pyréthrinoïdes ne sont pas photo-stables et sont rapidement détruits par les rayonnements solaires. Il est reconnu que la baisse de concentration de la perméthrine affecte très rapidement son effet insecticide alors que son effet répulsif persiste jusqu’à de plus faibles concentrations. Dans cette étude, la diminution des piqûres n’a pas été mesurée.

20En 1995, une étude complémentaire a été menée en pulvérisant de la perméthrine (EC) à la dose de 500 mg/m2 sur la surface intérieure de tentes dans lesquelles étaient installés des appâts animaux (Hewitt et al., 1995). Une diminution du taux d’entrée (effet déterrent) de 40 % a été constatée pour An. stephensi mais pas pour les autres espèces de moustiques présentes (Anophèles et autres genres). La perméthrine entraînait une inhibition du gorgement de 60 % pour An. stephensi et de 20 % seulement pour les autres moustiques. Des bio-essais réalisés sur des femelles d’An. stephensi ont montré une persistance à 90 % de la mortalité à 24 heures durant un an après une exposition de 30 minutes pour les tentes à double toit tandis que pour des tentes à un toit, la mortalité diminuait fortement après 20 semaines. Ni l’évolution de l’effet déterrent, ni celle de l’inhibition du gorgement n’ont été suivies au cours du temps. En 2003, une étude randomisée en double aveugle a été réalisée dans des camps de toile d’été aux USA pour tester la protection conférée par des toiles de tentes imprégnées contre les piqûres d'Aedes sp. et d’Ochlerotatus sp. à l’intérieur des tentes et à l’extérieur (Boulware et Beisang, 2005). Les tentes étaient imprégnées par aspersion avec un pulvérisateur manuel à la dose de 200 mg/m2. L’imprégnation des tentes entraînait une diminution de 44 % du nombre de piqûres dans les camps traités par rapport aux camps contrôles en prenant en compte les différences d’agressivité culicidienne et l’usage de répulsifs. Cet effet s’est maintenu durant les 9 semaines d’étude. En 2005, une étude de terrain en Australie a testé l’effet de l’imprégnation par perméthrine sur le taux d’entrée de moustiques sauvages (essentiellement Ae. vigilax et Cx annulirostris) dans des tentes (Frances, 2007). L’imprégnation a été faite manuellement à l’aide d’un pulvérisateur thermique à l’intérieur et à l’extérieur des tentes. La quantité de matière active par m2 n’a pas été dosée. L’effet déterrent était de 80 % après imprégnation puis chutait rapidement à 50 % puis 30 % respectivement à 4 et 6 semaines. Des bio-essais réalisés sur une souche d’Ae. aegypti d’élevage montraient après exposition de 3 minutes un effet KD à 1 heure qui diminuait rapidement au cours du temps de 100 % à 24 % au bout de 2 semaines et un effet insecticide à 24 heures qui diminuait de la même manière de 78 % à 27 % en 2 semaines. Une étude expérimentale a été réalisée pour évaluer en laboratoire l’effet de l’exposition d'Ae. aegypti à des toiles de tente imprégnées par aspersion à l’aide de vaporisateurs à pompe à différentes concentrations de perméthrine : 110 mg/m2, 257 mg/m2 et 273 mg/m2 (Frances et al., 2008). L’inhibition du gorgement était respectivement pour les 3 concentrations de 14 %, 60 % et 93 %. Après une exposition de 3 minutes, l’effet KD à 1 heure était respectivement pour les trois concentrations de 6 %, 37 % et 59 %. La mortalité à 24 heures était respectivement pour les trois concentrations de 24 %, 35 % et 54 %.

La deltaméthrine (INRS, 2007)

21En 1995, une étude a été menée en pulvérisant de la deltaméthrine (EC) à la dose de 30 mg/m2 sur la surface intérieure des tentes dans lesquelles étaient installés des appâts animaux (Hewitt et al., 1995). Une diminution du taux d’entrée (effet déterrent) de 40 % a été constatée pour An. stephensi mais pas pour les autres espèces de moustiques présentes (Anophèles et autres genres). La deltaméthrine entraînait une inhibition du gorgement de 40 % pour An. stephensi, de moins de 20 % pour An. subpictus et de 50 % pour les autres moustiques. Des bio-essais réalisés sur des femelles d'An. stephensi ont montré une persistance à 90 % de la mortalité à 24 heures durant un an après une exposition de 30 minutes pour les tentes à double toit. Aucun test n’a été réalisé pour des tentes à simple toit et ni l’évolution de l’effet déterrent, ni celle de l’inhibition du gorgement n’ont été suivies au cours du temps. En 2003, une étude a été conduite au Pakistan pour tester la protection conférée par une toile de tente dans laquelle avaient été incorporés des fils de polyéthylène imprégnés de deltaméthrine, contre les moustiques sauvages (dont vecteurs locaux du paludisme) et une souche d’élevage d’un vecteur local du paludisme (An. stephensi) (Graham et al., 2004). Pour les anophèles sauvages, la mortalité induite était de seulement 25 % mais l’inhibition du gorgement était de 80 %. Pour la souche d'An. stephensi d’élevage, la mortalité induite était de 75 % mais l’inhibition du gorgement était faible à seulement 56 %. Dans cette étude, des moustiques capturés ou élevés étaient introduits artificiellement dans des tentes. L’effet déterrent n’était pas évalué. Ces mesures étaient ponctuelles et l’évolution dans le temps de la mortalité et de l’inhibition du gorgement n’a pas été mesurée. Néanmoins, des bioessais (exposition forcée de 3 minutes d’An. stephensi sensible à la deltaméthrine) réalisés sur les tentes exposées aux aléas climatiques durant 3 mois montraient une stabilité de l’effet insecticide des toiles. De la mise en place au 3e mois d’usage, l’effet KD à 1 heure passait de 100 % à 82 % et la mortalité à 24 heures passait de 93 % à 83 %.

La bifenthrine (INRS, 2009)

22En 2005, une étude de terrain en Australie a testé l’effet de l’imprégnation par bifenthrine sur le taux d’entrée de moustiques sauvages (essentiellement Ae. vigilax et Cx annulirostris) dans des tentes (Frances, 2007). L’imprégnation a été faite manuellement à l’aide d’un pulvérisateur thermique à l’intérieur et à l’extérieur des tentes. La quantité de matière active par m2 n’a pas été dosée. L’effet déterrent était de 78 % après imprégnation puis chutait rapidement jusqu’à 34 % à 6 semaines. Des bio-essais réalisés sur une souche d’Ae. aegypti d’élevage montraient après exposition de 3 minutes un effet KD à 1 heure de 100 % qui disparaissait totalement à 2 semaines et un effet insecticide à 24 heures qui diminuait de la même manière de 100 % à 20 % en 2 semaines. Une étude expérimentale a été réalisée pour évaluer en laboratoire l’effet de l’exposition d’Ae. aegypti à des toiles de tente imprégnées par aspersion à l’aide de vaporisateurs à pompe à différentes concentrations de bifenthrine : 6,7 mg/m2, 17,7 mg/m2 et 28,7 mg/m2 (Frances et al., 2008). L’inhibition du gorgement était respectivement pour les 3 concentrations de 5 %, 28 % et 63 %. Après une exposition de 3 minutes, l’effet KD à 1 heure était nul pour les trois concentrations et une faible mortalité à 24 heures (21 %) était retrouvée pour la concentration la plus élevée. Au cours d’une étude réalisée en 2003 (publiée en 2008) en Australie en fin de saison humide (période d’agressivité culicidienne maximale), des tentes ont été imprégnées à l’aide de pulvérisateurs thermiques sur l’intérieur et l’extérieur (McGinn et al., 2008). La dose de traitement a été estimée à 96 mg/m2 en fonction de la quantité de matière active utilisée et de la surface traitée, mais aucun dosage n’a été réalisé. Durant 10 nuits, des pièges à moustiques ont été placés à l’intérieur de tentes traitées et de tentes non traitées. L’essentiel des captures était constituées de Cx annulirostris et d’Ae. normanensis. Le nombre moyen par nuit de moustiques capturés dans les tentes traitées était de 86 contre 467 dans les tentes non traitées, soit une réduction de 81 % du taux d’entrée. En captures sur hommes, le nombre moyen de moustiques capturés par nuit était de 5,6 dans les tentes traitées contre 67 dans les tentes non traitées, soit une réduction de 94 % du taux de piqûre. Aucune donnée sur l’évolution à moyen terme de la protection conférée par la bifenthrine n’est disponible.

23Au total, les études présentées ci-dessus ont des protocoles très disparates et des critères d’évaluation très différents : effet répulsif (diminution du taux d’entrée, diminution du nombre de piqûres), et/ou effet insecticide (effet knock down et mortalité) et, pour une seule étude, la prévalence des infections plasmodiales. Certaines études évaluent les effets immédiats après traitement, d’autres évaluent l'efficacité à court, moyen ou long terme. Dans la présentation des études précédentes, deux indicateurs (taux d’inhibition du gorgement et mortalité corrigée) ont été recalculés quand ils n’étaient pas fournis et que les données permettaient ce calcul.

24Pour des voyageurs, en dehors de toute considération altruiste, l’effet insecticide immédiat ou retardé n’est pas forcément nécessaire, le primordial étant d’éviter la piqûre. En ce sens, deux critères d’évaluation sont à retenir : diminution du taux d’entrée et diminution du taux de piqûres ou inhibition du gorgement à l’intérieur ou à l’extérieur. Les imprégnations par le DEET ne sont plus réalisées à l’heure actuelle. Plusieurs études montrent clairement la protection immédiate conférée par l’imprégnation des tentes avec un pyréthrinoïde, mais la preuve de l’efficacité au cours du temps varie selon la molécule et les dosages utilisés. Pour la bifenthrine, aucune étude sur des vecteurs africains ou asiatiques n’a été menée et, bien qu’à la dose de 96 mg/m2, la protection à 10 jours soit bonne, aucune donnée sur l’évolution à moyen terme de la protection conférée n’existe. Pour la deltaméthrine, de la même manière, aucune donnée longitudinale n’existe sur la durée de protection conférée. La persistance des effets insecticides ne permet pas d’inférer sur la persistance des propriétés répulsives. La perméthrine est, parmi les pyréthrinoïdes, celui ayant le plus d’effet répulsif. De nombreuses études montrent son efficacité longitudinale (maintien de la réduction d’entrée, diminution du taux de piqûre, inhibition du gorgement) tant à l’intérieur des tentes qu’à l’extérieur. Mais les doses à utiliser varient selon les études et l’impact des ultra-violets sur la perméthrine diminue fortement la durée de la protection. Pour les tentes à double toit, l’imprégnation doit être réalisée sur les toiles intérieures (intérieur et extérieur) et la dose de 1 000 mg/m2 semble suffisante pour assurer une protection d’au moins deux mois. Pour les tentes à simple toit, une imprégnation à la dose de 2 000 mg/m2 permettrait sans doute d’offrir la même protection.

25Pour des voyageurs nomades ou itinérants en milieu isolé, les tentes imprégnées d’insecticide offrent une protection contre les moustiques nuisants et certains vecteurs. L’imprégnation à base de perméthrine à la dose de 1 000 mg/m2 (tente à double toit) ou 2 000 mg/m2 (tente à simple toit) peut offrir une protection pour deux mois et devra être renouvelée. Une limite de ce système est l’absence de tentes pré-imprégnées dans le commerce. Les imprégnations devront donc être réalisées par les utilisateurs, ce qui induit des risques de sous-dosage des produits mais aussi les risques inhérents aux manipulations d’insecticide par des personnes non entraînées (exposition, contrôle des effluents).

26L’imprégnation des tentes peut être recommandée aux voyageurs extrêmes et aux professionnels du tourisme proposant des hébergements en camps de toile mobiles ou permanents à partir des solutions d’insecticides disponibles dans le commerce pour l’imprégnation des rideaux ou vêtements.

RIDEAUX IMPRÉGNÉS D'INSECTICIDE

27Les rideaux imprégnés de pyréthrinoïdes sont couramment utilisés dans la lutte contre la dengue ou le paludisme. Ils ont été aussi proposés en prévention de la transmission des agents des leishmanioses de l’ancien et du nouveau monde ainsi que de la maladie de Chagas.

Dans le cadre de la prévention du paludisme

28Les rideaux imprégnés d’insecticides ont été développés à la fin des années 1980 en Afrique de l’Ouest puis en Afrique de l’Est, ils ont été ensuite utilisés en Inde. Leur efficacité dans la prévention du paludisme a fait l’objet de revues de la Cochrane Library en 1998, 2000 et 2004 (Lengeler, 2004). Elles ont conclu à l’efficacité des rideaux imprégnés dans la prévention du paludisme. Différentes molécules ont été utilisées avec succès à différents dosages.

La perméthrine

29En 1985, une étude a été menée au Burkina Faso. Les rideaux imprégnés de perméthrine à 1 000 mg/m2 ont eu une efficacité durant un an sur An. funestus et An. gambiae. L’efficacité a été mesurée sur la diminution du taux d’entrée, la mortalité, l’effet excito-répulsif, la diminution de la faune résiduelle (Majori et al., 1987). À la même période, au Mali, à la même dose de 1 000 mg/m2, des bio-essais ont montré une rémanence et une mortalité à 92 % contre An. gambiae s.l. Les taux d’entrée ainsi que l’agressivité intradomiciliaire ont été réduits de 97 % (Doumbo et al., 1991). Au Kenya, une étude identique a été conduite avec des rideaux imprégnés de perméthrine à 100 et 500 mg/m2 versus des rideaux non imprégnés et l’absence de rideaux. Les rideaux non imprégnés, dosés à 100 mg/m2 et ceux dosés à 500 mg/m2 entraînaient une diminution du nombre de piqûres par nuit et respectivement une réduction des entrées de 60 %, 97,7 % et 97 % (Oloo et al., 1993). Une autre étude en 1991, toujours au Kenya a montré une diminution de plus de 95 % du nombre d’An. gambiae et d'An. funestus se posant à l’intérieur des maisons et une diminution du taux d’inoculation entomologique (nombre de piqûres infectées reçues par un individu au cours d’une période) de 75 % (Oloo et al., 1996). Au Mozambique, des rideaux imprégnés de perméthrine à 500 mg/m2 diminuaient significativement les piqûres d’An. gambiae et d’An. funestus à l’intérieur des maisons (Crook et Baptista, 1995). À Madagascar, des rideaux imprégnés de perméthrine ont réduit l’agressivité & An. funestus de 64 % en 1993 puis 39 % en 1994 par rapport aux maisons sans rideaux imprégnés (Rabarison et al., 1997). Plus tard au Burkina Faso durant deux années (1994-1995), des essais comparatifs randomisés, à grande échelle, ont été menés sur une population d’un peu moins de 100 000 personnes dans 158 villages, répartis sur 1 000 km2 pour évaluer l’impact des rideaux imprégnés de perméthrine à 1 000 mg/m2 sur la transmission du paludisme. L’étude a confirmé l’impact entomologique (diminution de 95 % des densités anophéliennes dans les maisons traitées, diminution du taux d’inoculation entomologique) et l’impact parasitologique (Cuzin-Ouattara et al., 1999 ; Diallo et al., 1999 ; Habluetzel et al., 1999).

La deltaméthrine

30En Inde, des rideaux imprégnés de deltaméthrine à la dose de 50 mg/m2 placés aux portes d’entrée de cases à pièce unique, ont significativement diminué le nombre de piqûres, et le nombre d’An. stephensi et de Cx quinquefasciatus se reposant à l’intérieur (Poopathi et Rao, 1995).

Le carbosulfan

31Devant la montée des résistances aux pyréthrinoïdes, une étude a été conduite en 2003 au Burkina Faso dans une zone de résistance aux pyréthrinoïdes où An. gambiae formes moléculaires M. et S ainsi qu'An. arabiensis étaient en sympatrie. L’étude comparait rideaux imprégnés d’un carbamate, le carbosulfan, à la dose de 200 mg/m2, rideaux imprégnés de perméthrine à la dose de 1000 mg/m2, rideaux non imprégnés et absence de rideaux. Les interventions avec rideaux étaient significativement supérieures en termes de baisse de la densité anophélienne par rapport aux cases sans rideaux. Dans cette zone de résistance, les rideaux imprégnés de perméthrine n’étaient pas plus efficaces que les rideaux non imprégnés. Les bio-essais ont confirmé un haut niveau de résistance aux pyréthrinoïdes dont les mécanismes étaient complexes et concernaient tous les membres du complexe gambiae présents. Le carbosulfan est un bon candidat à l’imprégnation dans les zones de résistance sous réserve de s’assurer de son innocuité (Fanello et al., 2003).

Dans le cadre de la prévention des leishmanioses

La perméthrine

32Dans les années 1990, des études ont été menées pour évaluer l’efficacité de rideaux imprégnés de perméthrine à la dose de 1000 mg/m2 contre les phlébotomes. Une étude a montré l’efficacité en laboratoire (mortalité supérieure à 90 %, diminution du nombre de piqûres) contre un phlébotome européen Phlebotomuspemiciosus. Des études de terrain en Italie et au Burkina Faso ont montré que ces rideaux diminuaient l’entrée des phlébotomes endophiles et permettaient de contrôler ces populations (Maroli et Majori, 1991).

La deltaméthrine

33Une étude a été menée en Colombie pour évaluer l’efficacité de rideaux imprégnés de deltaméthrine à 26 mg/m2 contre la nuisance causée par 3 espèces de phlébotomes : Lutzomyia columbiana, Lu. lichyi et Lu. young. Il n’y avait pas de différence significative entre le nombre de phlébotomes capturés avec ou sans rideau imprégné (Alexander et al., 1995). En 2003, une première étude a eu lieu dans un foyer de leishmaniose zoonotique en Iran pour évaluer l’efficacité de rideaux imprégnés de deltaméthrine à la dose de 25 mg/m2 contre P. papatasi. Les bio-essais ont confirmé la sensibilité du vecteur. Les rideaux imprégnés diminuaient significativement les densités de phlébotomes jusqu’à pouvoir arrêter la transmission (Yaghoobi-Ershadi et al., 2006). Une autre étude menée en Iran, a montré l’efficacité de ces rideaux pour protéger les habitations contre l’intrusion de P. sergenti, vecteur de la leishmaniose anthroponotique. La rémanence évaluée par bio-essais était de 3 mois (Moosa-Kazemi et al., 2007).

La lambdacyalothrine

34Une étude contrôlée randomisée en cluster a été menée au Venezuela durant 12 mois. Une moitié des foyers a reçu des rideaux imprégnés de lambdacyalothrine à la dose de 12,5 mg/m2 et l’autre moitié a reçu des rideaux non imprégnés. Les rideaux ont été réimprégnés au bout de 6 mois. Après l’intervention, l’incidence de la leishmaniose avait significativement chuté dans les zones traitées de même que la densité des phlébotomes (Kroeger et al., 2002).

Dans le cadre de la prévention de la maladie de Chagas

35Une étude a été menée au Venezuela dans une zone où une étude préliminaire avait montré que l’on retrouvait des triatomes dans 80 % des foyers (Herber et Kroeger, 2003). Dans cette zone, la maladie de Chagas est transmise essentiellement par des vecteurs selvatiques non domestiqués (Rhodnius robustus et R. prolixus) qui rentrent la nuit dans les maisons pour prendre un repas de sang et en repartent au petit matin. Sur 37 foyers choisis au hasard, vingt ont reçu des rideaux imprégnés de lambdacyalothrine à la dose de 12,5 mg/m2 tandis que les dix-sept autres étaient dotés de rideaux non imprégnés. L’attribution des traitements a été faite par tirage au sort. Durant 30 jours après la mise en place des rideaux, une enquête entomologique était réalisée tous les matins à la recherche de triatomes dans les maisons et leur statut mort/vivant ainsi que leur localisation dans la maison (pièces avec ou sans rideaux imprégnés) étaient enregistrés. Les triatomes vivants étaient conservés durant 72 heures et la mortalité à l’issue était enregistrée. Aucune différence dans le taux d’entrée des vecteurs n’a été mise en évidence, mais la mortalité des insectes était significativement plus élevée dans les maisons avec rideaux imprégnés (70 % vs 20 %, P < 0,001). L’étude a été conduite sur un petit nombre de foyers et manque de puissance pour mettre en évidence une différence d’entrée des triatomes dans les habitations. Les résultats de cette étude sont encourageants mais demandent à être confirmés sur la durée et à une plus grande échelle.

36De 2006 à 2008, une étude a été menée au Mexique pour tester à long terme différentes méthodes de protection contre l’intrusion de triatomes non domiciliés dans les maisons. Parmi les méthodes testées, on retrouvait l’utilisation de rideaux imprégnés de deltaméthrine à 30 mg/m2 à l’aide de K-O tab 123 tabletsTM (Ferral et al., 2010). Dans cette région du Yucatan, la transmission de la maladie de Chagas est assurée par des populations non domiciliées de Triatoma dimidiata. Une variation saisonnière des infestations a été mise en évidence avec la majorité des entrées ayant lieu de mars à juillet. Des rideaux de laine imprégnés artisanalement par trempage ont été placés aux fenêtres de différentes maisons dans 4 villages. La mise en place de rideaux imprégnés de deltaméthrine a réduit les infestations de triatomes lors de deux saisons successives, respectivement de 96,7 % [81,8-100] et de 90,8 % [76,4-97,7]. Cette étude confirme l’intérêt de l’utilisation de rideaux imprégnés de deltaméthrine dans la protection à « long terme » (deux ans) contre les vecteurs non domiciliés de Trypanosoma cruzi.

Dans le cadre de la prévention de la dengue

37Deux études randomisées en clusters ont été réalisées dans deux sites au Mexique et au Venezuela (Kroeger et al., 2006). Les objectifs étaient de mesurer l’impact de l’association rideaux imprégnés d’insecticide et lutte antilarvaire sur la population de vecteurs de dengue (Ae. aegypti) et sur la transmission de la maladie.

38Dans chaque pays, les études ont été menées sur 18 secteurs urbains qui représentaient 1 095 logements, soit 4 743 habitants à Veracruz (Mexique) et 1 122 logements, soit 5 306 habitants à Trujillo (Venezuela). Les secteurs ont été appariés selon les indices entomologiques, et un secteur de chaque paire a reçu de façon aléatoire des rideaux traités et de quoi traiter l’eau des containers. À Veracruz, l’intervention englobait des rideaux imprégnés de lambdacyalothrine à 15 mg/m2 et un traitement de l’eau avec des copeaux de pyriproxyfène. À Trujillo, l’intervention comprenait des rideaux traités avec de la deltaméthrine 50 mg/m2 (Vestergaard®, Danemark : PermaNet™), et des couvercles de la même matière pour les conteneurs d’eau couverts. Un suivi mensuel des indices entomologiques (indice de Breteau, indice d’habitation, indice de container) a été réalisé durant 12 mois à Veracruz et 9 mois à Trujillo. Dans les deux sites, une réimprégnation des rideaux avec de la lambdacyalotrhine à 15 mg/m2 a été réalisée entre le 5e et le 6e mois. Dans chaque site, des mesures étaient menées en parallèle dans des zones non incluses dans l’étude. En fin d’étude, les indices de Breteau avaient chuté de manière significative dans les deux bras de l’étude sur chaque site sans qu’il n’existe de différence entre les deux groupes tandis que dans les zones situées à distance de la zone d’étude, les indices entomologiques avaient augmenté. Les auteurs concluent à un effet des traitements qui protégent les zones contiguës des zones de traitement.

39Les rideaux imprégnés par lambdacyalothrine ou deltaméthrine ont montré leur efficacité pour diminuer les densités des populations d’Ae. aegypti dans les habitations traitées mais aussi les zones adjacentes.

40Au total, les rideaux imprégnés de pyréthrinoïdes ont montré leur efficacité pour protéger de l’intrusion de différents vecteurs dans les domiciles. Pour le paludisme, les études anciennes avant la diffusion des résistances aux pyréthrinoïdes sont très favorables mais l’étude de Fanello et al., (2003) montre la baisse d’efficacité dans les zones de résistance sans qu’il existe à l’heure actuelle d’alternative validée. Les rideaux imprégnés représentent une alternative aux moustiquaires imprégnées et sont parfois plus acceptables pour les populations. La moustiquaire imprégnée semble plus indiquée pour les voyageurs. Par contre, la mise en place de rideaux imprégnés peut faire partie de la stratégie de contrôle du risque vectoriel pour des complexes touristiques.

DRAPS OU COUVERTURES IMPRÉGNÉS

41L’utilisation de couvertures, draps ou pièces de tissu imprégnés a été étudiée pour la protection contre les acariens mais aussi contre les moustiques, les phlébotomes et les triatomes. L’utilisation de couvertures, draps, pièces de tissus imprégnés a été proposée en alternative pour des populations essentiellement nomades dont les conditions ou habitudes de vie rendent difficile l’utilisation ou l’acceptation des moustiquaires imprégnées.

La béta-cyperméthrine

42En Argentine, l’efficacité de pièces de tissu imprégnées a été testée au laboratoire puis sur le terrain (Wood et al., 1999). Les études préliminaires menées sur des nymphes de triatomes ont montré que la béta-cyperméthrine avait des propriétés répulsives plus importantes que la cyperméthrine et la deltaméthrine et que 200 mg/m2 était une dose insecticide efficace (imprégnation par trempage). L’efficacité et la durée de protection variaient en fonction du type de tissu du fait de la plus ou moins grande bio-disponibilité de l’insecticide selon le tissu. Seuls trois types de tissu imprégné présentaient une mortalité résiduelle des triatomes supérieure à 80 % à 3 mois : laine, rayonne-coton et coton-polyester. Dans des habitations infestées par Triatoma infestans, des tissus imprégnés ont été mis en place sous les matelas et d’autres simultanément utilisés comme sous-plafond. Une première étude a été menée à la dose de 200 mg/m2. L’étude entomologique était réalisée tous les 2 mois et au bout d’une année d’étude, aucune maison traitée n’était infestée par les triatomes. Une deuxième étude de terrain avec imprégnation sur place à la dose de 1 000 mg/m2 a montré les mêmes résultats.

La perméthrine

43En 1989, une première étude a été menée au Mali pour évaluer l’efficacité de rideaux et de « couvertures » imprégnés de perméthrine aux doses respectives de 1 000 mg/m2 et 200 mg/m2 (Doumbo et al., 1991). Rideaux et « couvertures » étaient fabriqués localement à partir de tulle. L’efficacité des « couvertures » n’a pu être évaluée, les habitants du village n’ayant pas adhéré à ce mode de protection.

44En 1996, une étude randomisée a été réalisée dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan pour évaluer la protection conférée contre le paludisme par des tchadors imprégnés par trempage de perméthrine à la dose de 1 000 mg/m2 (Rowland et al., 1999). Ces tchadors sont portés par les femmes en journée et sont utilisés le soir par la famille comme drap de dessus. 10 % des sujets du camp étaient inclus dans un bras d’étude avec imprégnation de leurs tchadors à la perméthrine et 10 % dans un bras avec imprégnation par un placebo. Le critère d’évaluation était l’enregistrement passif des cas de paludisme survenus dans chaque groupe. Parallèlement, une étude entomologique était réalisée pour évaluer l’effet sur des moustiques sauvages de tchadors imprégnés de perméthrine aux doses de 500 mg/m2, 1 000 mg/m2 et 2 000 mg/m2 à l’aide de moustiquaires pièges et de bio-essais sur An. stephensi. Ces mesures ont conféré une protection de 62 % contre le paludisme à P. falciparum aux enfants âgés de moins de 10 ans, la protection pour les groupes plus âgés n’était pas significative. L’efficacité observée contre les accès à P. vivax n’était que de 38 %. Avec les moustiquaires pièges, les mortalités induites par le traitement étaient faibles pour les culicinés et pour les anophèles quel que soit le dosage de perméthrine (maximum 40 % de mortalité induite à 2 000 mg/m2). L’inhibition du gorgement était statistiquement significative pour les culicinés (70 %) et An. nigerrimus (60 %) à tous les dosages mais n’était pas retrouvée pour les vecteurs du paludisme (An. stephensi et An. superpictus). Les bio-essais montraient une baisse du KD médian du plus faible dosage au plus élevé. Les auteurs concluent à une même efficacité entomologique de l’imprégnation à 500 mg/m2. L’étude clinique montre une efficacité de cette imprégnation à 1 000 mg/m2 alors que la mortalité induite et l’inhibition du gorgement sont faibles. Le concept de l’étude entomologique ne permettait de mesurer ni l’effet déterrent (diminution du taux d’entrée des vecteurs), ni l’effet excito-répulsif (fuite des vecteurs entrés sans prendre de repas sanguin), qui sont peut-être à l’origine de la diminution du contact homme-vecteur induit par des tchadors imprégnés de perméthrine et de la protection conférée.

45En 1997, une étude randomisée a eu lieu dans un quartier de Kaboul pour évaluer l’efficacité de trois actions de lutte vectorielle (moustiquaires imprégnées de perméthrine 500 mg/m2, aspersions intra-domiciliaires de lambda-cyalothrine et imprégnation des tchadors par la perméthrine 1000 mg/m2) contre la leishmaniose cutanée anthroponotique (Reyburn et al., 2000). Deux mois après le début de l’intervention, une visite de contrôle dans les groupes « tchador » et moustiquaire a eu lieu ; les moustiquaires et tchadors ayant été lavés ont été réimprégnés. À 15 mois, un recueil par questionnaire des nouveaux cas de leishmaniose survenus (définis comme trois mois minimum après le début de l’étude) a été réalisé. Il y avait significativement moins de cas de leishmaniose dans les groupes moustiquaires imprégnées (OR 0,31, IC 95 % 0,2-0,5), tchadors imprégnés (OR 0,33, IC 95 % 0,2-0,6) et pulvérisations intradomiciliaires (OR 0,60, IC 95 % 0,3-0,95). L’efficacité observée était équivalente à celle des moustiquaires imprégnées avec une réduction de la prévalence de 65 % quels que soient l’âge et le sexe. Aucun effet indésirable sérieux n’est rapporté dans les trois groupes. Cependant, les moustiquaires sont mieux acceptées de la population et elles n’ont pas besoin d’être aussi souvent ré-imprégnées que les tchadors qui sont régulièrement lavés. Aucune étude entomologique n’a été réalisée pour évaluer l’effet sur les phlébotomes (taux d’entrée dans les maisons, abondance) et aucun dosage n’a été réalisé pour évaluer les dosages réels de perméthrine et leur évolution au cours du temps.

46Une étude entomologique a eu lieu au Pakistan dans un camp de réfugiés pour évaluer la protection conférée contre le paludisme par des tchadors utilisés la nuit comme draps de dessus imprégnés par trempage avec 3 différents pyréthrinoïdes : perméthrine à la dose de 500 mg/m2, deltaméthrine à la dose 25 mg/m2 et alpha-cyperméthrine 25 mg/m2 (Graham et al., 2002b). Dans cette étude, des moustiques capturés autour de moustiquaires pièges étaient introduits artificiellement dans ces moustiquaires pièges où dormaient des volontaires utilisant les draps de dessus imprégnés d’un pyréthrinoïde ou d’eau salée (contrôle). L’effet déterrent n’était pas évalué. Parallèlement, des bio-essais étaient réalisés. Pour les moustiques du genre Culex, la mortalité induite était faible pour les trois traitements (non significativement plus élevée avec la perméthrine) et l’inhibition du gorgement identique pour les trois traitements (environ 40 %). Pour les anophèles, la mortalité induite était faible pour les trois traitements (environ 40 %) et l’inhibition du gorgement significative seulement pour la deltaméthrine. Ces mesures étaient ponctuelles et l’évolution dans le temps de la mortalité et de l’inhibition du gorgement n’a pas été mesurée. Les bio-essais réalisés avec des manches imprégnées lavées et non lavées (exposition de 15 minutes de spécimens d’An. stephensi) ont montré une efficacité équivalente des trois traitements en termes de mortalité et d’inhibition du gorgement avant lavage, mais après un lavage aucune inhibition du gorgement ou mortalité induite n’a été retrouvée pour les trois traitements. Une étude d’acceptabilité réalisée par questionnaire a montré l’absence d’effets secondaires dans les familles ayant utilisé les draps imprégnés de perméthrine ou d’alpha-cyperméthrine tandis que certains sujets des « familles deltaméthrine » rapportaient des effets secondaires mineurs (irritation cutanée, irritation des yeux, du nez). Les auteurs concluaient sur l’efficacité identique à dose plus faible d’autres molécules que la perméthrine et écartaient la deltaméthrine pour l’imprégnation de tissu en contact avec la peau du fait de son effet irritant. Devant l’absence de résistance aux lavages, ils soulignaient l’intérêt de développer des imprégnations de longue durée.

47En 2002, une étude a été menée au Kenya pour évaluer si l’imprégnation par trempage des « shukas » — pièces de tissu faites de différentes matières utilisées comme pèlerine le jour et draps de lit la nuit — offrait une protection contre les vecteurs du paludisme (McIntyre et al., 2003). Une étude randomisée au niveau de petites communautés d’habitations « manyattas » a été réalisée. Le critère de jugement était la survenue d’accès palustres. Chez les plus de 5 ans (enfants et adultes), l’imprégnation conférait une protection contre le paludisme (RR = 0,187 [0,046-0,770]). Aucun effet n’était retrouvé chez les enfants de moins de 5 ans. Les auteurs rapportaient cette absence d’effet à un manque de puissance et au fait que trois des enfants de moins de 5 ans malades dans le groupe traité ne disposaient pas de « shuka » personnelle et que la famille du quatrième avait refusé l’imprégnation. Malheureusement, dans cette étude clinique, aucune donnée entomologique n’est disponible mais surtout ni la quantité attendue ou observée de perméthrine au m2 n’est fournie.

48Au total, il faut considérer deux scénarios : (i) les tissus en contact direct et prolongé avec la peau et (ii) les tissus en contact occasionnel (faux plafonds, sous-matelas, rideaux, etc.). En imprégnation de tissu, différents pyréthrinoïdes peuvent être utilisés mais pour un contact direct avec la peau, seule la perméthrine est utilisée. Bien que l’alpha-cyperméthrine semble bien tolérée, le recul avec la perméthrine est beaucoup plus important. Les études citées supra montrent une efficacité de la perméthrine en imprégnation pour protéger contre différents arthropodes vecteurs et nuisants. Les voies potentielles d’exposition sont l’inhalation, la transmission de résidus d’insecticide à la peau, par contact direct, et la voie orale (mains contaminées mises à la bouche, et pour les enfants et les bébés le masticage). Dans certaines études, la perméthrine semble être efficace à la dose de 500 mg/m2 mais, compte tenu de la faible persistance au lavage dans des tissus imprégnés par trempage ou aspersion et aussi des différences de bio-disponibilité selon le type de tissu, ce dosage ne devrait pas être retenu. Une imprégnation à la perméthrine à 1 000 mg/m2 semble être un dosage efficace d’après les études précédentes et sans risque toxicologique selon les scénarios d’exposition chez l’homme et l’enfant (Gupta et al., 1989). Une limite de ce système est l’absence de produits pré-imprégnés et de produits à imprégnation permanente d’efficacité validée par des études indépendantes dans le commerce, ce qui implique la réalisation des imprégnations initiales et des imprégnations itératives par les utilisateurs avec les risques de sous-dosage mais aussi les risques inhérents aux manipulations d’insecticides par des personnes non entraînées (exposition, risque environnemental).

49Pour des voyageurs nomades ou itinérants en milieu isolé, des couvertures ou voiles imprégnés de perméthrine à 1 000 mg/m2 offrent une protection contre les moustiques nuisants et différents vecteurs. Il n’existe aucune étude sur ces tissus pour connaître la cinétique après lavage de la quantité de perméthrine ou de l’efficacité répulsive. L’étude de Graham et al. (2002b) suggère une perte d’efficacité après un premier lavage mais avec une dose initiale de 500 mg/m2. Dans le domaine similaire des vêtements imprégnés, il est admis que la perte après imprégnation par trempage ou aspersion de perméthrine est de 50 % de matière active à chaque lavage (lavage à chaud en machine) mais que, si l’effet insecticide initial diminue très rapidement, une action répulsive suffisante persiste après plusieurs lavages pour protéger le porteur (Eamsila et al., 1994 ; Faulde et al., 2003 ; Faulde et al., 2006 ; Frances et al., 2003 ; Gupta et al., 1989). Avec un dosage de 1000 mg/m2, une réimprégnation tous les cinq lavages semble suffisante pour offrir une protection. Ce nombre de lavages est celui retenu par les différentes forces armées occidentales pour les imprégnations par trempage ou aspersion initiale de vêtements non imprégnés ou les réimprégnations de vêtements (imprégnation initiale industrielle ou manuelle) et aussi par les fournisseurs de produits d’imprégnation.

50Pour des séjours courts, d’une durée inférieure à 30 jours, les voyageurs devraient si possible éviter de laver ces pièces de tissu imprégnés. Pour des séjours plus longs, les rinçages à froid sont possibles jusqu’à 50 fois sans perte d’efficacité. Si un lavage est nécessaire, il faut éviter les lavages à sec qui détruisent la perméthrine contenue dans les tissus. La réimprégnation doit avoir lieu au-delà de cinq lavages par trempage ou aspersion avec une solution de perméthrine à 4 %. Différents kits sont disponibles dans le commerce.

VÊTEMENTS IMPRÉGNÉS

51Les premières imprégnations de vêtements ont eu lieu au cours de la Seconde Guerre mondiale avec les répulsifs développés par les forces armées américaines (McCain et Leach, 2007). Le Diméthyl phthalate (DMP) utilisé en imprégnation était efficace contre les trombiculidés (vecteurs du typhus des brousailles ou « scrub-typhus ») durant une semaine mais cette protection disparaissait avec un seul rinçage à l’eau froide. Il fut remplacé ensuite par le benzoate de benzyle qui avait l’avantage de résister à deux lavages à l’eau et au savon, puis en 1951 par le M-1960, cocktail de différentes molécules répulsives qui conférait une protection de 100 % contre les trombiculidés, 90 % contre les moustiques, puces et tiques durant plus d’une semaine mais nécessitait aussi une réimprégnation après un lavage. À partir des années 1960, le DEET est utilisé en imprégnation et des blousons imprégnés de DEET ou d’autres répulsifs sont testés avec succès contre différents vecteurs et nuisants. Mais la volatilité du DEET, sa faible résistance au lavage et sa faible durée d’action le font délaisser à partir des années 1980 au profit de la perméthrine après des essais avec d’autres pyréthrinoïdes (alléthrine, tétraméthrine, resméthrine). L’analyse de la littérature récente retrouve cinq molécules utilisées par des voyageurs ou des populations autochtones ou ayant été testées : le limonène, le DEET, l’étofenprox, la bifenthrine et la perméthrine. Devant la montée des résistances des vecteurs du paludisme, des travaux ont été réalisés sur la possibilité de combiner répulsif et insecticide en imprégnation sur des vêtements de la même manière que sur les moustiquaires imprégnées (Pennetier et al., 2005 ; Pennetier et al., 2008). Une étude menée au Bénin a testé l’efficacité d’une imprégnation industrielle à la perméthrine, d’une imprégnation au KBR 3023 (picaridine ou icaridine) et d’une imprégnation conjuguée KBR 3023 et Pirimiphos-méthyl (ΡΜ) contre les piqûres d'Ae. aegypti. L’efficacité des tenues imprégnées de KBR 3023 était équivalente à celle des treillis imprégnés de perméthrine. L’imprégnation mixte KBR 3023-PM offrait une protection supérieure (Pennetier et al., 2010). Ces combinaisons ne sont pas encore validées et l’utilisation d’un organophosphoré en contact direct avec la peau devra passer la barrière des études toxicologiques, de même la qualité de la protection à long terme après lavage n’a pas été étudiée.

Les molécules testées pour l'imprégnation des vêtements

52Le DEET a été utilisé jusque dans les années 1980 pour l’imprégnation des tissus à la dose de 250 mg/m2, il n’est plus recommandé actuellement dans cette indication. Des études ont montré son efficacité contre différents vecteurs ou nuisants : moustiques, glossines, tiques, culicoïdes, simulies et mouches (Catts, 1968 ; Evans et al., 1990 ; Frommer et al., 1975 ; Harlan et al., 1983 ; Lindsay et McAndless, 1978 ; Mount et Snoddy, 1983 ; Schreck et al., 1986 ; Sholdt et al., 1975). Actuellement, le développement de nouvelles formes galéniques de DEET (microencapsulation) devrait permettre de diminuer la volatilité de la molécule, d’augmenter la résistance au lavage, tout en maintenant une bio-disponibilité suffisante (Fei et Xin, 2007). Une nouvelle formulation du DEET (DEET-MC) a été testée en imprégnation de moustiquaires. Les moustiquaires imprégnées avec ce produit protégeaient efficacement contre les vecteurs du paludisme avec un maintien durant 6 mois d’un effet KD, d’une inhibition du gorgement et d’une létalité (N’guessan et al., 2008). À l’avenir, ce type de formulations pourrait être utilisé pour imprégner les vêtements, notamment dans les zones où les vecteurs ont développé des résistances aux pyréthrinoïdes, sous réserve de la réalisation d’études de la résistance au lavage.

53L’étofenprox a été proposée en alternative à la perméthrine mais aucune étude sur des vêtements n’a été publiée à ce jour. L’étofenprox fait partie, à la dose de 200 mg/m2, des produits recommandés par le WHOPES (WHO Pesticide Evaluation Scheme) pour l’imprégnation des moustiquaires (WHOPES).

54Le limonène est un hydrocarbure terpénique présent dans de nombreuses huiles essentielles et, en grande quantité, dans les agrumes. Le D-limonène possède des propriétés insecticides. Une étude a été réalisée en 2008 en imprégnant des tissus avec différents dosages de limonène et différents modes de fixation de l’insecticide dans du tissu coton (Hebeish et al., 2008). Les bio-essais montraient une efficacité supérieure à l’imprégnation par trempage d’une solution alcoolique de limonène à 1 000 mg/m2 pour des dosages équivalents et même très inférieurs. De la même manière, la résistance au lavage et au vieillissement était très supérieure. Néanmoins, comme toutes les huiles essentielles, le limonène est potentiellement allergisant. Il est connu comme responsable de dermatites dans des expositions chroniques ou aiguës. Ce produit est en cours de développement et n’est pas encore disponible.

55La bifenthrine a été étudiée en laboratoire sur des souches d’élevage d'An. farauti et d’Ae. aegypti, il s’agissait de tester deux formulations de bifenthrine par rapport à trois formulations de perméthrine utilisées pour imprégner un tissu d’uniforme (Frances et al., 2003). L’effet de lavage à froid (Pennetier et al., 2008) a également été testé. Respectivement après 1 et 3 lavages, 60 % et 80 % de matière active ont été éliminés. La bifenthrine induit une mortalité supérieure à la perméthrine sur An. farauti et Ae. aegypti mais a un effet KD moindre sur An. farauti. À partir de deux lavages, l’inhibition du gorgement sur volontaire humain semble plus faible avec la bifenthrine (pas de test statistique). Il n’existe aucune donnée sur une résistance au lavage à chaud ou au-delà de 3 lavages. L’armée australienne qui a commandé cette étude utilise pour l’instant des uniformes imprégnés de perméthrine (Frances et Cooper, 2002).

56La perméthrine, molécule insecticide synthétique de la famille des pyréthrinoïdes, a une faible toxicité pour les mammifères comme la plupart des pyréthrinoïdes utilisés en santé publique (US-EPA). Elle présente l’avantage par rapport aux autres pyréthrinoïdes d’avoir une plus grande photo-stabilité et de posséder un effet répulsif plus marqué. La perméthrine est utilisée par de nombreuses armées pour l’imprégnation des treillis mais elle est également utilisée pour protéger les touristes, les promeneurs et les populations contre les maladies à transmission vectorielle.

57Utilisée en imprégnation des vêtements, la perméthrine protège des piqûres de moustiques par un double effet : répulsif et insecticide avec un effet KD (Lane et Anderson, 1984 ; Lillie et al, 1988). C’est un produit insecticide et insectifuge selon la concentration.

58Une concentration de 1 gramme à 1,25 gramme par m2 de tissu est considérée comme suffisante pour assurer la protection des porteurs de vêtements imprégnés. Aux plus fortes concentrations, la perméthrine a un effet KD qui non seulement protège le porteur mais peut réduire de 90 % le taux de piqûres aux environs des personnes portant des vêtements traités (Schreck et al, 1984). Il y a alors une protection collective. Aux faibles concentrations, l’effet KD ne se fait plus sentir mais l’effet répulsif demeure, le moustique peut se poser sur le vêtement traité, il absorbe alors une quantité de produit suffisante pour l’empêcher de piquer. Il persiste pour le porteur une protection personnelle. Cet effet répulsif a l’intérêt de persister à des concentrations plus faibles de perméthrine et permettre par conséquent un maintien de l’efficacité malgré les lavages. Si les rinçages à l’eau froide (jusqu’à 50) ne diminuent pas l’efficacité des tissus imprégnés, les lavages à l’eau chaude diminuent sérieusement l’efficacité, tandis qu’un seul lavage à sec ôte toute protection.

59Dans ce contexte, le mode d’imprégnation et la résistance au lavage sont deux paramètres importants à prendre en compte pour l’usage des vêtements imprégnés avec la perméthrine. Il existe en effet deux grands types d’imprégnation : manuelle ou industrielle.

  • L’imprégnation manuelle se fait soit par trempage dans une solution de perméthrine, soit par aspersion avec une solution de perméthrine. Des kits d’imprégnation individuelle (solution de perméthrine à 4 % en spray ou liquide) sont disponibles dans le commerce. Les imprégnations collectives peuvent être réalisées par aspersion avec des pulvérisateurs à main à pression préalable. Le séchage doit être fait à l’ombre et à plat. Il faut attendre que le vêtement soit complètement sec avant de le porter. Le premier lavage d’un tissu imprégné par aspersion ou par trempage entraîne une perte d’au moins 50 % du produit initial : 60 % (Frances et al., 2003 ; Miller et al., 2004), 50 % (Faulde et al., 2003). Eamsila et al. (1994) retrouvent une perte de 40 à 70 % au bout de trois lavages. Selon Miller et al. (2004) la quantité résiduelle reste stable jusqu’à 20 lavages, mais ce résultat n’est pas retrouvé par Faulde et al. (2003). Gupta et al. (1989) considèrent que la perte de perméthrine entraîne une perte rapide de l’effet KD mais qu’il persiste un effet répulsif suffisant pour la protection du combattant. La plupart des auteurs et des fournisseurs industriels considèrent que la protection conférée par l’imprégnation manuelle ne dépasse pas cinq lavages. C’est pourquoi, des tissus à imprégnation permanente ont été développés sur le modèle des moustiquaires à imprégnation permanente pour optimiser la résistance de la perméthrine au lavage, tout en maintenant sa bio-disponibilité.
  • L’imprégnation industrielle de vêtements à imprégnation permanente a d’abord été développée par et pour les forces armées (France, États-Unis, Allemagne, Italie) et s’est ensuite étendue au milieu civil (Deparis et al., 2004 ; Faulde et Uedelhoven, 2006 ; MHS, 2007 ; Romi et al., 2005). Jusqu’à la mise en place de tenues avec un traitement anti-feu, les forces armées des États-Unis utilisaient un treillis imprégné industriellement pour lesquels une efficacité jusqu’à 50 lavages était alléguée. Les forces armées allemandes considèrent que la protection conférée par leur treillis à imprégnation permanente est équivalente à la durée de vie du vêtement (Faulde et al., 2006). Le treillis développé pour l’armée française procure une protection identique jusqu’à 20 lavages, ce qui correspond aux spécifications demandées par le WHOPES (WHO Pesticide Evaluation Scheme) pour les moustiquaires à imprégnation permanente (PAGÈS, 2003). Des produits civils à imprégnation permanente (tee-shirt à longues manches, pantalons, chaussettes) sont vendus en ligne pour les pêcheurs, chasseurs ou voyageurs sur des sites anglo-saxons ou français.

60(Exemples de sites marchands :

61http://www.insectshield.com/​Work/​Default.aspx

62http://www.buzzoffoutdoorwear.com/​products.htm#-

63http://www.insectrepellentwear.com/​index.php

64http://www.smivs.com/​category.php?id_category=30)

65Certains allèguent une protection pour la durée de vie du produit ou de 20 lavages, mais aucune référence n’est fournie et aucune étude indépendante (efficacité ou tolérance) n’est effectuée contrairement aux autres produits par imprégnation permanente disponibles dans le commerce et recommandés par le WHOPES (moustiquaires, bâches).

66Depuis les années 1980, de nombreuses études sur l’efficacité de l’imprégnation manuelle des vêtements ont été réalisées en laboratoire (populations d’insectes d’élevages) ou sur le terrain (insectes sauvages) pour évaluer l’efficacité de l’imprégnation par la perméthrine. Différentes méthodes ont été utilisées et les critères d’évaluation ont varié suivant les études, ce qui rend la comparaison des résultats difficile tant pour les études de laboratoire que pour les études de terrain. Pour les études de laboratoire, les critères d’évaluation les plus souvent utilisés ont été l’effet KD, la létalité immédiate, la létalité à 24 heures et, plus rarement, l’inhibition du gorgement. Les méthodes de mesure varient selon les études : test en cônes OMS standards avec durée d’exposition limitée, test en cylindres OMS avec durée d’exposition limitée, contact forcé avec la pièce de tissu imprégné durant un temps limité mais aussi contact prolongé jusqu’à 100 % d’effet KD avec mesure du temps nécessaire, etc. Des études sur l’action répulsive ont rarement été réalisées. Pour les études de terrain, les critères d’étude ont été soit des mesures entomologiques (nombre de piqûres évitées, piqûres à travers les treillis, nombre de moustiques chassés, nombre de moustiques se posant), soit des mesures cliniques de morbidité (nombre de cas, nombre de séroconversions avec ou sans treillis imprégnés). La plupart des études indiquent une protection supérieure conférée par l’imprégnation (Breeden et al., 1982 ; Evans et al., 1990 ; Frances et al., 2003 ; Frost et al., non publié ; Harbach et al., 1990 ; Kimani et al., 2006 ; Gupta et al., 1987 ; Sholdt et al., 1975 ; Sholdt et al., 1988 ; Solo et al., 1995 ; Young et Evans, 1998), mais cette protection n’est pas toujours retrouvée (Faulde et al., 2003 ; YOUNG et Evans, 1998). Les vêtements imprégnés de perméthrine ont prouvé leur efficacité pour protéger contre les piqûres de moustiques vecteurs d’arbovirus ou de Plasmodium, moustiques nuisants, tiques molles, tiques dures, phlébotomes, poux, glossines, trombiculidés (Breeden et al., 1982 ; Fryauff et al., 1996 ; Fryauff et al., 1998 ; Harbach et al., 1990 ; Kimani et al., 2006 ; Schreck et McGovern, 1989 ; Sholdt et al., 1988 ; Sholdt et al., 1989a ; Sholdt et al., 1989b ; Solo et al., 1995). Selon plusieurs études, l’utilisation sur les parties découvertes d’un répulsif cutané optimise la protection conférée par les treillis imprégnés (Young et Evans, 1998 ; Sholdt et al., 1989b). Dans les dix dernières années, plusieurs études de laboratoire ou de terrain ont été menées pour évaluer l’efficacité de l’imprégnation industrielle de vêtements à imprégnation permanente sur les tiques (Faulde et al., 2008 ; Ho-Pun-Cheung et al., 1999) et les moustiques (Deparis et al., 2004 ; Faulde et Uedelhoven, 2006 ; Faulde et al., 2006).

67Sur le plan toxicologique, le passage de la perméthrine à travers la peau est connu et a été étudié pour les vêtements à imprégnation manuelle (notamment après la première guerre du Golfe) et pour les vêtements à imprégnation permanente de même que l’effet de la combinaison avec le DEET (Appel et al., 2008 ; Richards, 1996 ; Roy, 2006 ; Snodgrass, 1992). De la même manière, les contaminations de linges non imprégnés et lavés concomitamment ont été étudiées (Faulde et al., 2006). En 2007, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail a réuni un groupe de travail sur l’évaluation des risques liés à l’utilisation des produits insecticides d’imprégnation des moustiquaires et des vêtements (Afsset, 2007). Une évaluation des risques liés à l’usage de perméthrine a été menée en considérant un scénario maximal en fonction de l’âge et des activités : les expositions orales, cutanées et par inhalation pour les porteurs, l’exposition des sujets réalisant les imprégnations et l’usage concomitant d’une moustiquaire imprégnée de perméthrine : « Au bilan, l’évaluation du risque est favorable pour les nouveau-nés et les adultes. Dans le cas de l’enfant, l’évaluation du risque n’est pas favorable. L’exposition cutanée est la principale exposition de l’enfant de 10 kg. Or il faut rappeler que les hypothèses concernant l’exposition cutanée surestiment la part de cette exposition et donc influencent fortement le résultat. Étant donné les valeurs obtenues et l’utilisation d’hypothèses d’expositions maximalisantes, on peut raisonnablement considérer que le risque est acceptable pour l’enfant de 10 kg ». Une étude a été menée en 2010 pour estimer l’absorption de perméthrine par des porteurs de treillis à imprégnation permanente développés par l’armée allemande (Rossbach et al., 2010). L’exposition interne de chaque participant a été évaluée par dosage de métabolites urinaires de la perméthrine chez des sujets porteurs de treillis imprégnés en comparaison avec des sujets porteurs de treillis non imprégnés pour prendre en compte l’exposition environnementale. Bien que les niveaux d’exposition chez les porteurs de treillis imprégnés de perméthrine soient du même ordre que ceux de personnels réalisant des applications de perméthrine, ils restent en dessous de la dose maximale journalière acceptable même en cas d’exposition prolongée. Les effets sur la santé humaine à ces doses sont peu probables et à mettre en regard du risque de maladie à transmission vectorielle en zone d’endémie ou lors d’épidémie.

68Au total, pour l’imprégnation des vêtements, la molécule de référence est la perméthrine. Les imprégnations permanentes sont efficaces plus longtemps, du fait de leur plus grande résistance aux lavages. Elles ont l’avantage de limiter les manipulations d’insecticide et donc de limiter les expositions et le risque environnemental. Les produits développés par les forces armées de différents pays ont fait la preuve de leur efficacité sur le terrain et en laboratoire et sont utilisés pour certains avec près de 10 ans de recul, sans problème de tolérance. Il existe maintenant des produits équivalents proposés à la vente en milieu civil pour les forestiers, pêcheurs, chasseurs ou touristes mais aucune donnée n’est disponible sur leur efficacité ni sur leur tolérance.

69Les imprégnations par aspersion ou trempage sont efficaces et ont fait la preuve de leur innocuité. Elles ont l’inconvénient de devoir être renouvelées au bout de cinq lavages.

70Quel que soit le type d’imprégnation utilisée, les vêtements imprégnés de perméthrine doivent être utilisés en combinaison avec un répulsif cutané sur les parties découvertes. Ils sont un outil complémentaire en journée et en début de nuit, mais ne saurait remplacer l’usage d’une moustiquaire imprégnée la nuit.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Afpmb, 2007 : http://www.afpmb.org/meetings/TriService2007/Presentations/Wednesday/BOQMorning/CMAVEWedMorn/Kline.ppt

Afsset, 2007 — Évaluation des risques liés à l’utilisation des produits insecticides d’imprégnation des moustiquaires et des vêtements. Saisine 2006-2007. Rapport du groupe de travail Afsset « Produits d’imprégnation des moustiquaires et des tissus » avril 2007. AFSSET (http://www.afsset.fr/upload/biblio-theque/195384928692886651335612143875/moustiquaires_vdef.pdf)

Alexander B., Usma M. C., Cadena H., Quesada B. L., Solarte Y., Roa W., Travi B. L., 1995 - Evaluation of deltamethrin-impregnated bednets and curtains against phlebotomine sandflies in Valle del Cauca, Colombia. Med. Vet. Entomol., 9: 279-83.

Ansari M. A., Kapoor N., Sharma V. P., 1998 - Relative efficacy of synthetic pyrethroid-impregnated fabrics against mosquitoes under laboratory conditions. J. Am. Mosq. Control Assoc., 14: 406-9.

Appel Κ. E., Gundert-Remy U., Fischer H., Faulde M., Mross K. G., Letzel S., Rossbach B., 2008 - Risk assessment of Bundeswehr (German Federal Armed Forces) permethrin-impregnated battle dress uniforms (BDU). Int. J. Hyg. Environ. Health, 211: 88-104.

Argueta T. B. O., Kawada H., Takari M., 2004 - Spatial repellency of metofluthrin-impregnated multilayer paper strip against Aedes albopictus under outdoor conditions, Nagasaki, Japan. Med. Entomol. Zool., 55: 211-6.

Asilian A., Sadeghinia A., Shariati F., Imam Jome M., Ghoddusi A., 2003 - Efficacy of permethrin-impregnated uniforms in the prevention of cutaneous leishmaniasis in Iranian soldiers. J. Clin. Pharm. Ther., 28: 175-8.

Boulware D., Beisang A., 2005 - Passive prophylaxis with permethrin-treated tents reduces mosquito bites among North American summer campers. Wilderness Environ. Med., 16: 9-15.

Bouma M. J., Parvez S. D., Nesbit R., Sondorp H. E., 1996b - Rapid decomposition of permethrin in the outer fly of an experimental tent in Pakistan. J. Am. Mosq. Control Assoc., 12: 125-9.

Breeden G. C., Schreck C. E., Sorensen A. L., 1982 - Permethrin as a clothing treatment for personal protection against chigger mites (Acarina: trombiculidae). Am. J. Trop. Med. Hyg., 31: 589-92.

Gatts E. P., 1968 - Deet-Impregnated Net Shirt Repels Biting Flies. J. Econ. Entomol., 61: 1765.

Crook S. E., Baptista A., 1995 — The effect of permethrin-impregnated wall-curtains on malaria transmission and morbidity in the suburbs of Maputo, Mozambique. Trop. Geogr. Med., 47: 64-7.

Curtis C. E, Myamba J., Wilkes T. J., 1996 - Comparison of different insecticides and fabrics for anti-mosquito bednets and curtains. Med. Vet. Entomol., 10: 1-11.

Cuzin-Ouattara N., Van den Broek A. H., Habluetzel A., Diabaté A., Sanogo-Ilboudo E., Diallo D. A., Cousens S. N., Esposito E, 1999 - Wide-scale installation of insecticide-treated curtains confers high levels of protection against malaria transmission in a hyperendemic area of Burkina Faso. Trans. R. Soc. Trop. Med. Hyg., 93: 473-9.

Deparis X., Frere B., Lamizana M., N’guessan R, Leroux F., Lefevre P., Finot L., Hougard J. M., Carnevale P., Gillet P., Baudon D., 2004 - Efficacy of Permethrin-Treated Uniforms in Combination with DEET Topical Repellent for Protection of French Military Troops in Côte d’Ivoire. J. Med. Entomol., 41: 914-21.

Diabaté A., Chandre F., Rowland M., N’guessan R, Duchon S., Dabire K. R, Hougard J. M., 2006 - The indoor use of plastic sheeting pre-impregnated with insecticide for control of malaria vectors. Trop. Med Int. Health., 11: 597-603.

Diallo D. A., Habluetzel A., Cuzin-Ouattara N., Nebié I., Sanogo E., Cousens S. Ν., Esposito F., 1999— Widespread distribution of insecticide-impregnated curtains reduces child mortality, prevalence and intensity of malaria infection, and malaria transmission in rural Burkina Faso. Parassitologia, 41 : 377-81.

Doumbo O., Traore S. F, Sow Y., Dembele M., Soula G., Coulibaly A., Dolo A., Sangare O., Κοιτα O., Pichard E., Toure Y. T., 1991 - Impact des rideaux et couvertures imprégnés de perméthrine sur les indices paludométriques et le nombre d’accès palustres par enfant dans un village d’hyperendémie palustre de savane malienne (Résultats préliminaires de la 1er année d’étude). Bull. Soc. Pathol. Exot., 84: 761-74.

Eamsila C., Frances S. R, Strickman D., 1994 - Evaluation of permethrin-treated military uniforms for personal protection against malaria in northeastern Thailand. J. Am. Mosq. Control Assoc., 10: 515-21.

Evans S. R, Korch G. W, Lawson M. A., 1990 - Comparative field evaluation of Permethrin and deet-treated military uniform for personal protection against ticks (Acari). J. Med. Entomol., 27: 829-34.

Fanello C., Carneiro I., Ilboudo-Sanogo E., Cuzin-Ouattara Ν., Badolo A., Curtis C. F., 2003 - Comparative evaluation of carbosulfan- and permethrin-impregnated curtains for preventing house-entry by the malaria vector Anopheles gambiae in Burkina Faso. Med. Vet. Entomol., 17: 333-8.

Faulde Μ. Κ., Uedelhoven W. M., Robbins R. G., 2003 - Contact toxicity and residual activity of different permethrin-based fabric impregnation methods for Aedes aegypti (Diptera: Culicidae), Ixodes ricinus (Acari: Ixodidae), and Lepisma saccharina (Thysanura: Lepismatidae). J. Med. Entomol, 40: 935-41.

Faulde Μ. Κ., Uedelhoven W. M., 2006 - New clothing impregnation method for personal protection against ticks and biting insects. Int. J. Med. Microbiol., 296 Suppl 40: 225-9.

Faulde Μ. Κ., Uedelhoven W. M., Malerius M., Robbins R. G., 2006 - Factory-based permethrin impregnation of uniforms: residual activity against Aedes aegypti and Ixodes ricinus in Batde dress uniforms worn under field conditions, and cross contamination during the laundering and storage process. Mil. Med., 171: 472-7.

Faulde Μ. Κ., Scharninghausen J., Tisch M., 2008 - Preventive effects of permethrin-impregnated clothing to Ixodes ricinus ticks and associated Borrelia burgdorferi s.l. in Germany. Int. J. Med. Microbiol., 298 (SI): 321-4.

Fei B., Xin J. H., 2007 - N,N-diethyl-m-toluamide Containing Microcapsules for Bio-Cloth Finishing. Am. J. Trop. Med. Hyg., 77: 52-7.

Ferral J., Chavez-Nunez L., Euan-Garcia M., Ramirez-Sierra M. J., Najera-Vazquez M. R., Dumonteil E., 2010 - Comparative field trial of alternative vector control strategies for non-domiciliated Triatoma dimidiata. Am. J. Trop. Med. Hyg., 82: 60-6.

Frances S. P., 2007 - Evaluation of bifenthrin and permethrin as barrier treatments for military tents against mosquitoes in Queenland, Australia. J. Am. Mosq. Control Assoc., 23: 208-12.

Frances S. P., Cooper R. D., 2002 - Personal protective measures against mosquitoes: insecticidetreated uniforms, bednets and tents. ADF Health, 3: 58-63.

Frances S. P., Watson Κ., Constable B. G., 2003 - Comparative toxicity of permethrin- and bifenthrin-trated doth fabric for Anopheles farauti and Aedes aegypti. J. Am. Mosq. Control Assoc., 19: 275-8.

Frances S. P., Huggins R. L., Cooper R. D., 2008 - Evaluation of the inhibition of egg laying, larvicidal effects, and bloodfeeding success of Aedes Aegypti exposed to permethrin and bifenthrin-treated military tent fabric. J. Am. Mosq. Control Assoc., 2: 598-600.

Frommer R. L., Carestia R. R., Vavra R. W., 1975 - Field evaluation of deet-treated mesh jacket against black flies (simuliidae). J. Med. Entomol, 5: 558-61.

Frost J. M., Southwell G., Spaans L. B., non publié - A field assesment of a permethrin-based insect repellent for army clothing. Material research laboratory DSTO: 6.

Fryauff D. J., Shoukry M. A., Hanafi A. A., Choi Y. M., Kamel K. E., Schreck C. E., 1996 - Contact toxicity of permethrin-impregnated fabric to Culex pipiens (Diptera: Culicidae) and Phlebotomus papatasi (Diptera: psychodidae): effects of laundering and exposure and recovery times. J. Am. Mosq. Control Assoc., 12: 84-90.

Fryauff D. J., Shoukry M. A., Wassef H. Y., Gray G., Schreck C. E., 1998 - Contact toxicity of permethrin-impregnated fabric to Hyalomma anatolicum excavatum (Acari: Ixodidae): effects of laundering and exposure and recovery times. J. Med. Entomol., 35: 335-9.

Graham Κ., Mohammad N., Rehman H., Nazari A., Ahmad M., Kamal M., Skovmand O., Guillet P., Allan R., Zaim M., Yates A., Lines J., Rowland M., 2002a - Insecticide-treated plastic tarpaulins for control of malaria vectors in refugee camps. Med. Vet. Entomol., 16: 404-8.

Graham Κ., Mohammad N., Rehman H., Farhan M., Kamal M., Rowland M., 2002b- Comparison of three pyrethroid treatments of top-sheets for malaria control in emergencies: entomological and user acceptance studies in an Afghan refugee camp in Pakistan. Med. Vet. Entomol., 16: 199-206.

Graham Κ., Rehman H., Ahmad M., Kamal M., Khan I., Rowland M., 2004 - Tents pre-treated with insecticide for malaria control in refugee camps: an entomological evaluation. Malar. J., 15: 3-25.

Gupta R K, Sweeney A. W., Rutledge L. C., Cooper R D., Frances S .P., Westrom D. R, 1987 - Effectiveness of controlled-release personal-use arthropod repellents permethrin-impregnated clothing in the field. J. Am. Mosq. Control Assoc., 3: 556-60.

Gupta R Κ., Rutledge L. C., Reifenrath W. G., Gutierrez G. A., Korte D. W., 1989 - Effects of weathering on fabrics treated with permethrin for protection against mosquitoes. J. Am. Mosq. Control Assoc., 5: 176-9.

Habluetzel A., Cuzin N., Diallo D. A., Nebié I., Belem S., Cousens S. N., Esposito E, 1999 - Insecticide-treated curtains reduce the prevalence and intensity of malaria infection in Burkina Faso. Trop. Med Int. Health, 4: 557-64.

Harbach R. E., Tang D. B., Wirtz R. A., Gingrich J. B., 1990 - Relative reppellency of two formulations of N,N-diethyl-3-methylbenzamide (deet) and permethrin-treated clothing against Culex sitiens and Aedes vigilax in Thailand. J. Am. Mosq. Control Assoc., 6: 641-4.

Harlan H. J., Schreck E., Kline D. L., 1983-Insect repellent jacket tests against biting Midges (diptera: culicoides) in Panama. Am. J. Trop. Med Hyg., 32: 185-8.

Heal J. D., Surgeoner G. A., Lindsay L. R., 1995 - Permethrin as a tent treatment for protection against field populations of Aedes mosquitoes. J. Am. Mosq. Control Assoc., 11: 99-102.

Hebeish A., Moustafa M. G., Fouda A., Hamdy I. A., El-Sawy S. M., Abdel-Mohdy F. A., 2008 - Preparation of durable insect repellent cotton fabric: Limonene as insecticide. Carbohydrate Polymers, 74: 268-73.

Herber O., Kroeger A., 2003 - Pyrethroid-impregnated curtains for Chagas’ disease control in Venezuela. Acta Trop., 88: 33-8.

Hewitt S., Rowland M., Muhammad N., Kamal M., Kemp E., 1995 - Pyrethroid-sprayed tents for malaria control: an entomological evaluation in Pakistan. Med. Vet. Entomol., 9 : 344-52.

Ho-Pun-Cheung T., Lamarque D., Josse R, Perez-Eid C., Niel L., Martenot G., Auzanneau G., Rey J. L., 1999 - Effet protecteur de vêtements imprégnés de perméthrine vis-à-vis de D. reticulatus et D. marginatus dans un biotope ouvert du centre-ouest de la France. Bull. Soc. PathoL Exot., 92: 337-40.

Hougard J. M., Duchon S., Darriet F., Zaim M., Rogier C., Guillet P., 2003 - Comparative performances, under laboratory conditions, of seven pyrethroid insecticides used for impregnation of mosquito nets. Bull. World Health Organ., 81: 324-33.

Inrs, 2007 - http://www.inrs.fr/: fiche toxicologique Deltaméthrine.

inrs, 2009 - http://www.inrs.fr/ : fiche toxicologique Bifenthrine.

Kapoor N., Ansari M. A., 2002 - Laboratory evaluation of etofenprox-treated fabrics against vector species of mosquitoes. International pest control, 44: 301-03.

Kawada H., Maekawa Y., Tsuda Y., Takagi Μ., 2004 — Laboratory and field evaluation of spatial repellency with metofluthrin-impregnated paper strip against mosquitoes in Lombok Island, Indonesia. J. Am. Mosq. Control Assoc., 20: 292-8.

Kawada H., Maekawa Y., Takagi M., 2005a - Field trial on the spatial repellency of metofluthrin- impregnated plastic strip for mosquitoes in shelters without walls (beruga) in Lombok, Indonesia. J. Vect. Ecology, 30: 181-5.

Kawada H., Yen N. T., Hoa N. T., Sang T. M., Dan N. V., Takagi M., 2005b - Field trial of spatial repellency or metofluthrin-impregnated plastic strips against mosquitoes in Hai Phong city, Vietnam. Am. J. Trop. Med. Hyg., 73: 350-5.

Kawada H., Iwasaki T., Loan L. L., Tien T. Κ., Mai Ng. T. N., Shono Y., Katayama Y., Takagi M., 2006 - Field evaluation of spatial repellency of metofluthrin-impregnated latticework plastic strips against Acdes aegypti (L.) and analysis of environmental factors affecting its efficacy in My Tho city, Tien Giang, Vietnam. Am. J Trop. Med. Hyg., 75: 1153-7.

Kawada H., Temu E. A., Minjas J. N., Matsumoto O., Iwasaki T., Takagi M., 2008 - Field evaluation of spatial repellency of metofluthrin-impregnated plastic strips against Anopheles gambiae complex in Bagamoya, Coastal Tanzania. J. Am. Mosq. Control Assoc., 24: 404-9.

Kimani E. W., Vulule J. M., Kuria I. W., Mugisha F., 2006 - Use of insecticide-treated clothes for personal protection against malaria: a community trial. Malar. J., 5: 63 doi:10.1186/1475-2875-5-63.

Kroeger A., Avila E. V., Morison L., 2002 - Insecticide-impregnated curtains to control domestic transmission of cutaneous leishmaniasis in Venezuela: cluster randomised trial. BMJ., 325: 810-3.

Kroeger A., Lenhart A., Ochoa M., Villegas E., Levy M., Alexander N., McCall P.J., 2006 - Effective control of dengue vectors with curtains and water container covers treated with insecticide in Mexico and Venezuela: cluster randomised trials. BMJ., 332: 1247-52.

Lane R. S., Anderson J. R., 1984 - Efficacy of permethrin as repellent and toxicant for personal protection against the Pacific coast tick and the pajaroello tick (Acari: Ixodidae et Argasidae). J. Med. EntomoL, 21: 692-702.

Lengeler C., 2004 - Insecticide-treated bed nets and curtains for preventing malaria. Cochrane Database Sys.t Rev., (2): CD000363.

Lillie T. H., Schreck C. E., Rahe A. J., 1988 - Effectiveness of Personal Protection against Mosquitoes in Alaska. J. Med. EntomoL, 25: 475-8.

Lindsay I. S., McAndless J. M., 1978 - Permethrin-treated jackets versus repellent treated jackets and hoods for personal protection against black flies and mosquitoes. Mosq. News, 38: 350-6.

Lucas J. R., Shono Y., Iwasaki T., Ishiwatari T., Spero N., Benzon G., 2007 - U.S. laboratory and field trials of metofluthrin (SumiOne) emanators for reducing mosquito biting outdoors. J. Am. Mosq. Control Assoc., 23: 47-54.

Lukwa N., Chiwade T., 2008 - Lack of insecticidal effect of mosquito coils containing either metofluthrin or esbiothrin on Anopheles gambiae sensu lato mosquitoes. Trop. Biomed., 25: 191-5.

Majori G., Sabatinelli G., Coluzzi M., 1987 - Efficacy of permethrin-impregnated curtains for malaria vector control. Med. Vet. EntomoL, 1: 185-92.

Maroli M., Majori G., 1991 - Permethrin-impregnated curtains against phlebotomine sandflies (Diptera: Psychodidae): laboratory and field studies. Parassitologia, 33 Suppl: 399-404.

McCain W. C., Leach G. J., 2007 - « Repellents Used in Fabric: The Experience of the U.S. Military ». In: Insects repellents principles, methods and uses, Chap XIII: 261-271. (DPMIAC reprint)

McGinn D., Frances S. P., Sweeney A. W., Brown M. D., Cooper R D., 2008 - Evaluation of Bistar 80SC (bifenthrine) as a tent treatment for protection against mosquitoes in Northern Territory, Australia. J. Med. EntomoL, 45: 1087-91.

McIntyre Κ., Sosler S., Letipila F., Lochigan M., Hassig S., Omar S. A., Githure J., 2003 - A new tool for malaria prevention? Results of a trial of permethrin-impregnated bedsheets (shukas) in an area of unstable transmission. Int. J. Epidemiol., 32 : 157-60.

MHS, 2007 - http://mhs.osd.mil/Content/docs/pdfs/policies/2007/07-007.pdf.

Miller R. J., Wing J., Cope S. E., Klavons J. A, Kline D. L., 2004-2001 - Repellency of permethrin-treated batde-dress unifroms during Operation Tandem Thrust J. Am. Mosq. Control Assoc., 20: 462-4.

Moosa-Kazemi S. H., Yaghoobi-Ershadir M. R, Akhavan A. A, Abdou H., Zahraei-Ramazani A R, Jafari R, Houshmand B., Nadim A., Hosseini M., 2007 - Deltamethrin-impregnated bed nets and curtains in an anthroponotic cutaneous leishmaniasis control program in northeastern Iran. Ann. Saudi Med, 27: 6-12.

Motabar M., 1974 — Malaria and nomadic tribes of southern Iran. Cahiers Orstom, Série entomologie médicale et parasitologic, 12 : 175-8.

Mount G. A., Snoddy E. L., 1983 - Pressurized sprays of permethrin and DEET on clothing for personal protection against the Lone Star tick and the American dog tick (Acari: Ixodidae). J. Econ. EntomoL, 76: 529-31.

N’guessan R., Knols B. G., Pennetier C., Rowland M., 2008 - DEET microencapsulation: a slow-release formulation enhancing the residual efficacy of bed nets against malaria vectors. Trans. R. Soc. Trop. Med. Hyg., 102: 259-62.

Oloo A J., Mudegu J. V., Ngare D. Κ., Ogutu R. O., Ondijo S. O., Odada P. S., Adungo N. I., Githeko A. Κ., Ekisa W. S., Mahadevan S., 1993 - The effect of permethrin-impregnated sisal curtains on vector density and malaria incidence: a pilot study. East Afr. Med. J., 70: 475-7.

Oloo A. J., Githeko A. K, Adungo N. I., Karanja D., Vulule J., Kisia-Αβοκ I., Seroney I., Ayisi J., Ondijo S. O., Koech D. Κ., Abdullah M. S., 1996 - Field trial of permethrin-impregnated sisal curtains in malaria control in western Kenya. East Afr. Med. J., 73 : 735-40.

Pagès F., 2003 - Efficacité biologique des tenues de combat imprégnées industriellement deperméthrine : analyse en laboratoire et propositions. Doc n° 784/IMTSSA/DESP/UE/2003.

Pennetier C., Corbel V., Hougard J. M., 2005 - Combination of a non-pyrethroid insecticide and a repellent: a new approach for controlling knockdown-resistant mosquitoes. Am. J. Trop. Med. Hyg., 72: 739-44.

Pennetier C., Costantini C., Corbel V., Licciardi S., Dabiré R. Κ., Lapied B., Chandre F., Hougard J. M., 2008 - Mixture for controlling insecticide-resistant malaria vectors. Emerg. Infect. Dis., 14: 1707-14.

Pennetier C., Chabi J., Martin T., Chandre F., Rogier C., Hougard J. M., Pagès F., 2010 - New protective batde-dress impregnated against mosquito vector bites. Parasit. Vectors, 3: 81.

Poopathi S., Rao D. R., 1995 - Pyrethroid-impregnated hessian curtains for protection against mosquitoes indoors in south India. Med. Vet. Entomol., 9 : 169-75.

Rabarison P., Ramambanirina L, Laventure S., Lepers J. P., Jambou R., Roux J., 1997 - Impact des rideaux imprégnés avec de la deltamethrine sur les vecteurs et la morbidité du paludisme ; résultats à Ankazobe, sur les hauts plateaux de Madagascar. Santé, 7: 39-45.

Rapley L. P., Russell R. C., Montgomery B. L., Ritchie S. A., 2009 - The effects of sustained release metofluthrin on the biting, movement, and mortality of Aedes aegypti in a domestic setting. Am. J. Trop. Med. Hyg., 81: 94-9.

Reyburn H., Ashford R., Mohsen M., Hewitt S., Rowland M., 2000 - A randomised controlled trial of insecticide-treated bednets and chaddars or top sheets, and residual sraying of interior rooms for the prevention of cutaneous leishmaniasis in Kabul, Afghanistan. Tram. R. Soc. Trop. Med. Hyg., 94: 361-6.

Richards R. J., 1996 - The effect of N,N-diethyl-m-toluamide on the migration of permethrin from the military battle dress uniform. A thesis purdue university, 75 p.

Romi R., Lo Nostro P., Bocci E., Ridi F., Baglioni P., 2005 - Bioengineering of a cellulosic fabric for insecticide delivery via grafted cyclodextrin. BiotechnoL Prog., 1: 1724-30.

Rossbach B., Appel K. E., Mross K. G., Letzel S., 2010 - Uptake of permethrin from impregnated clothing. Toxicol. Lett., 192: 50-5.

Rowland M., Durrani N., Hewitt S., Mohammed N., Bouma M., Carneiro I., Rozendaal J., Schapira A, 1999 - Permethrin-treated chaddars and top-sheets: appropriate technology for protection against malaria in Afghanistan and other complex emergencies. Trans. R Soc. Trop. Med. Hyg., 93: 465-72.

Roy M. J., 2006 - Initial evaluation of N,N-diethyl-m-toluamide and permethrin absorption in human volunteers under stress conditions. Mil. Med., 171: 122-7.

Schreck C. E., 1991 - Permethrin and dimethyl phthalate as tent fabric treatments against Aedes aegypti. J. Am. Mosq. Control Assoc., 7: 533-55.

Schreck C. E., Mount G. A., Carlson D. A., 1982 - Wear and wash persistence of permethrin used as a clothing treatment for personal protection against the Lone Star tick (Acari: Ixodidae). J. Med. Entomol, 19: 143-6.

Schreck C. E., Haile D. G., Kline D. L., 1984 — The effectiveness of permethrin and DEET, alone or in combination, for protection against Aedes taeniorhynchus. Am. J. Trop. Med. Hyg., 33: 725-30.

Schreck C. E., Snoddy E. L., Spielman A., 1986 - Pressurized sprays of permethrin or DEET on military clothing for personal protection against Ixodes dammini (Acari: Ixodidae). J. Med. Entomol., 23: 396-9.

Schreck C. E., McGovern T. P., 1989 - Repellents and other personal protection strategies against Aedes albopictus. J. Am. Mosq. Control Assoc., 5: 247-50.

Sholdt L. L., Grothaus R. H., Schreck C. E., Gouck H.K., 1975 - Field studies using repellent- treated wide-mesh net jackets against Glossina morsitans in Ethiopia. East African Med J., 52: 277-83.

Sholdt L. L., Holloway M. L., Chandler J. A., Fontaine R. E., Van Elsen A., 1977 - Dwelling space repellents: their use on military tentages against mosquitoes in Kenya, East Africa. J. Med. Entomol., 14: 252-3.

Sholdt L. L., Schreck C. E., Qureshi A., Mammino S., Aziz A., Iqbal M., 1988 - Field bioassays of permethrin-treated uniforms and a new extended duration repellent against mosquitoes in Pakistan. J. Am. Mosq. Control Assoc., 4: 233-6.

Sholdt L. L., Rogers E. J., Gerberg E. J., Schreck C. E., 1989a - Effectiveness of permethrin- treated military uniform fabric against human body lice. Mil. Med., 154: 90-3.

Sholdt L. L, Schreck C. E., Mwangelwa M. I., Nondo J., Siachinjp V. J., 1989b -Evaluation of permethrin-impregnated clothes and three topical repellent formulations of deet against tsetse flies in Zambia. Med. Vet. Entomol., 3: 153-8.

Snodgrass H. L., 1992 - Permethrin transfer from treated cloth to the skin surface: potential for exposure in humans. J. Toxicol. Environ. Health, 35: 91-105.

Solo J., Medina F., Dember N., Berman J., 1995 - Efficacy of permethrin-impregnated uniforms in prevention of malaria and leishmaniasis in Colombian soldiers. Clin. Infect. Dis., 1: 599-602.

Ujihara Κ., Mori T., Iwasaki T., Sugano M., Shono Y., Matsuo N., 2004 - Metofluthrin: a potent new synthetic pyrethroid with high vapor activity against mosquitoes. Biosc. Biotechno. Biochem., 68: 170-4.

US-EPA - http://www.epa.gov/oppsrrdl/REDs/factsheets/permethrin_fs.htm US-EPA - http://www.epa.gov/opprd001/fkctsheets/metofluthrin.pdf

Vatandoost H., Shamspour S., Abai M. R., 2006 - Relative efficacy of different synthetic perythroids-impregnated fabrics (ITNs) against An. stephensi in Iran. Pak. J. Biol. Sci. 9: 503-6.

Vestergaard®: http://www.vestergaard-frandsen.comzerofly-e-brochure.pdf WHOPES - http://www.who.int/whopes/en/

Wood E., de Licastro S. A., Casabé N., Picollo M. I., Alzogaray R., Nicolas Zerba E., 1999 - A new tactic for Triatoma infestans control: fabrics impregnated with beta-cypermethrin. Rev. Panam. Salud Publica, 6: 1-7.

Yaghoobi-Ershadi M. R, Moosa-Kazemi S. H., Zahraei-Ramazani A. R, Jalai-Zand A. R., Akhavan A. A., Arandain M. H., Abdoli H., Houshmand B., Nadim A., Hosseini M., 2006 - Evaluation of deltamethrin-impregnated bed nets and curtains for control of zoonotic cutaneous leishmaniasis in a hyperendemic area of Iran. Bull. Soc. Pathol. Exot., 99: 43-8.

Young D. G., Evans S. R, 1998 - Safety and efficacy of Deet and Permethrin in the prevention of arthropod attack. Mil. Med., 163 : 324-30.

Auteur

Coordinateur
Groupe de travail pour ce chapitre : Frédéric Pagès, Nathalie Boulanger, Anne Demantké, Florence Moulin, Aurélie Prangé.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search