Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

Avant-Propos

Le voyageur français

Éric Caumess

Texte intégral

1Le profil des voyageurs français à l’étranger est mieux connu depuis la publication des résultats issus de l’étude « suivi de la demande touristique », publiés par la direction du tourisme. Cette évaluation repose sur une enquête mensuelle, réalisée par la Sofres, auprès d’un panel de 20 000 personnes représentatives de la population française, pour le compte de la direction du tourisme. Les derniers résultats disponibles concernent le profil des voyageurs français en 2006 (Armand, 2007).

PROFIL DU FRANÇAIS VOYAGEUR

2Sur l’ensemble des touristes (définis par un séjour d’au moins une nuit en dehors du domicile), en 2006, 31 % ont choisi une destination à l’étranger, ce qui correspond à 11,5 millions de personnes. La classe d’âge qui part le plus souvent en voyages est la classe 50-64 ans (taux de départ : 26 %). La catégorie socioprofessionnelle la plus voyageuse est celle des cadres supérieurs et professions libérales (taux de départ : 47 %), mais le volume le plus important se compose avant tout d’inactifs (33 % de l’ensemble des touristes français en dehors de France). Les étudiants représentent 11 % des touristes français en dehors de France. Le voyage à l’étranger est le seul dans l’année pour plus de 70 % des voyageurs mais 25 % des touristes en réalisent deux et moins de 10 % en effectuent au moins trois. Les « grands voyageurs » (plus de trois voyages dans l’année) sont estimés à environ 1,15 million et se trouvent près de 6 fois sur 10 dans les tranches d’âge les plus actives (35-49 ans, 50-64 ans).

SÉJOURS DES FRANÇAIS À L'ÉTRANGER

3En 2006, on estimait à 22,5 millions le nombre de séjours touristiques effectués par les Français à l’étranger. Ce nombre a doublé en 20 ans puisqu’il était de 10 millions il y a plus de 20 ans. La part des nuits passées à l’étranger a fortement augmenté depuis 1997, passant de 14 % à près de 17 % du total. La tendance globale est de partir de plus en plus souvent à l’étranger pour des voyages qui sont de moins en moins longs.

4La majorité des séjours à l’étranger se fait en Europe : elle représente 52 % des nuitées et 64 % des séjours en dehors de France en 2005. Les principales destinations européennes sont l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.

5Les séjours en dehors de l’Europe représentent 36 % des séjours à l’étranger. La principale destination est l’Afrique du nord (Maroc, Tunisie, Algérie) qui représente à elle seule 89 % des séjours en dehors d’Europe (12 % des séjours à l’étranger). Dans le reste de l’Afrique (2 % des séjours), la seule destination importante est le Sénégal avec 151 000 séjours (soit 34 % des séjours africains en dehors du Maghreb). En Asie (7 % des séjours), les pays les plus visités sont la Turquie (450 000 séjours), la Russie (200 000), la Chine (200 000), le Viêtnam (110 000), la Thaïlande (100 000), l’Inde et le Japon. Dans les Caraïbes (4 % des séjours), la Guadeloupe et la Martinique avec 550 000 séjours représentent 55 % des séjours dans cette partie du monde. L’Amérique du Nord (4 % des séjours) représente 960 000 séjours dont 71 % aux USA. En Amérique latine (2 % des séjours), les principaux pays concernés sont le Mexique (185 000 séjours), le Brésil (90 000) et le Pérou. Les principales destinations au Moyen-Orient (Israël, Émirats arabes unis) et en Océanie (Polynésie française, Australie) attiraient moins de 100 000 voyageurs chacune.

6Les durées moyennes de séjour varient de 7 jours (Europe, Maghreb) à 14 jours (Amérique latine, Moyen-Orient, Océanie, océan Indien). La tendance, observée au cours des cinq dernières années, était une augmentation importante des séjours en Europe et une augmentation modérée des séjours en Afrique et en Amérique latine alors que l’Asie restait une destination stable.

7La principale période de voyage est l’été, le pic étant atteint au milieu du mois d’août avec plus de 1,5 million de Français résidant à l’étranger le 13 août 2005.

PRINCIPALES RAISONS DE VOYAGER POUR LES EUROPÉENS

8Les différentes catégories de voyageurs sont les touristes (personnes nées en France et partant voyager en dehors de France pour des raisons touristiques), les migrants (personnes nées en dehors de France, ayant immigré en France et revenant dans leur pays d’origine pour les vacances) et les expatriés (personnes nées en France, ayant grandi en France, et vivant à l’étranger).

9Les principales raisons pour voyager sont le tourisme, les affaires, le volontariat (mission humanitaire), les études, la médecine (tourisme médical), et visiter des amis ou la famille. Elles ont été évaluées dans une étude européenne dans laquelle aucun Français n’a été inclus (van Herck et al., 2004). Mais faute d’étude française, les résultats européens sont mentionnés. Parmi 5 465 voyageurs internationaux, les raisons de voyager étaient le tourisme (70,9 % ; 25,9 % de routards), aller visiter des amis ou de la famille (25,4 %), les affaires (9,0 %), des raisons religieuses (2,3 %) ou d’éducation et de recherche (2,8 %). La durée de séjour est de 1 à 7 jours chez 22 %, 8 à 14 jours chez 39 %, 15 à 28 jours chez 23 % et plus d’un mois chez 23 %.

PROTECTION DU VOYAGEUR

10L’augmentation importante des voyages à l’étranger expose une part croissante de la population française à des risques, infectieux ou autres, différents de ceux observés en France. Pourtant, les rares enquêtes disponibles montrent l’insuffisance de leur protection.

11Une enquête a été menée par l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) en collaboration avec l’institut de Veille Sanitaire (InVS) sur un échantillon représentatif de la population française (Jeannel et al., 2007). Elle a concerné 4112 personnes dont 48 % avaient voyagé au moins une fois au cours des trois dernières années (69 % en Europe, 13 % en zone tropicale). Plus de la moitié (53 %) pensaient que le risque de contracter une maladie infectieuse pendant un voyage à l’étranger était grand et 75 % qu’il était justifié de consulter son médecin avant un voyage. Parmi les voyageurs, 57 % ont déclaré s’être renseignés sur les mesures de prévention avant un voyage, la proportion montant à 87 % pour les pays tropicaux. Pour les voyageurs en pays tropical, 56 % avaient bénéficié de vaccinations, 53 % de chi- mioprophylaxie antipaludique, 39 % avaient dormi sous une moustiquaire (versus 10 % pour les voyageurs en dehors des zones tropicales) et 75 % avaient utilisé des répulsifs (versus 31 % pour les voyageurs en dehors des zones tropicales).

12À partir d’un échantillon sélectionné dans l’étude « Suivi de la demande touristique » effectuée par le ministère du Tourisme (Armand, 2007), une enquête a été réalisée chez les personnes qui avaient accompli au moins un voyage en zone d’endémie palustre entre janvier 2004 et août 2005 (Genty et al., 2007). Au total, 518 voyageurs étaient concernés et 401 voyageurs ont été interrogés. Les principales destinations étaient l’Afrique subsaharienne (26 %) et la région Amérique latine/Caraïbes (26 %). Les principales sources d’information (plusieurs réponses possibles) étaient le médecin généraliste (47 %), l’agence de voyages (50 %), les guides touristiques (44 %), internet (44 %), l’entourage (32 %), et les médias (20 %). La durée moyenne de séjour était de 12 nuits ; 28 % des voyageurs n’avaient utilisé aucune protection personnelle antivectorielle ; 26 % avaient utilisé une protection antivectorielle de façon continue et 46 % de façon discontinue. En Afrique, 44 % s’étaient protégés en permanence et 17 % étaient restés sans protection. La chimioprophylaxie antipaludique était suivie par 41 % des personnes interrogées dont 76 % des voyageurs vers l’Afrique.

13À l’échelle européenne, les résultats ne sont guère plus encourageants. Parmi 2 498 voyageurs européens à destination de pays ou de régions où le paludisme est endémique, si 78 % des voyageurs avaient l’intention d’utiliser des répulsifs, seuls 49 % en transportaient avec eux ; si 50 % d’entre eux avaient l’intention de dormir sous une moustiquaire, seuls 30 % d’entre eux en transportaient dans leurs bagages (van Herck et al., 2004). Pour les autres mesures de protection antivectorielle, 50 % avaient l’intention d’utiliser l’air conditionné, 58 % un insecticide et 71 % une bonne couverture vestimentaire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Armand L., 2007 - Le tourisme français à l’étranger en 2006 : résultats issus du suivi de la demande touristique (direction du Tourisme). BEH, 25-26 : 218-221.

Genty S., Legros F., Bouchaud O., 2007 - Connaissances, attitude et pratiques des voyageurs français face au paludisme, 2004-2005. BEH, 25-26 : 229-230.

Jeannel D., Lassel L., Dormlans F., Gautier A., Jauffret-Roustide M., 2007 - Perception des risques infectieux lors des déplacements à l’étranger, attitudes et pratiques des Français métropolitains, 2006. BEH, 25-26 : 221-224.

Van Herck Κ., Castelli F., Zuckerman J., Nothdurft H., Van Damme P., Dahlgren A. L., Gargalianos P., Lopez-Velez R., Overbosch D., Caumes E., Walker E., Gisler S., Steffen R., 2004 - Knowledge, attitudes and practices in travel-related infectious diseases : the European airport survey. Journal of Travel Medicine, 11 : 3-8.

Auteur

Professeur, président de la Société de médecine des voyages

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search