Version classiqueVersion mobile

Protection personnelle antivectorielle

 | 
Gérard Duvallet
, 
Ludovic de Gentile

Préface

Éric Caumes et Marie-Laure Dardé

Texte intégral

La Protection personnelle antivectorielle (PPAV) est l'affaire de tous !

1L’intérêt pour la Protection personnelle antivectorielle (PPAV) était autrefois limité aux voyageurs et aux spécialistes des tropiques car elle était nécessaire lors de voyages ou de missions plus ou moins longues dans les régions à climat chaud.

2Aujourd’hui, nous sommes tous concernés à double titre. Pour les autorités sanitaires françaises (et les Français), l’apparition dans le sud-est de la France en 2009 des premiers cas de transmission autochtone « par le moustique Aedes albopictus », d’infections par les virus du chikungunya et de la dengue est une source d’inquiétude légitime. Ce vecteur est venu s’ajouter à la liste des autres vecteurs déjà connus (tiques, anophèles, ...) et des nuisances (moustiques, ...) rencontrées lors d’excursions en France ou ailleurs en Europe.

3Une expertise collégiale sur la Lutte antivectorielle (LAV), à l’échelon collectif, en France, a déjà été coordonnée par l’IRD (Institut de recherche pour le développement) en 2008-2009.

4Cette expertise avait impliqué de nombreux spécialistes (entomologistes médicaux, épidémiologistes, opérateurs de terrain). Cette lutte à l’échelle collective met en œuvre des moyens techniques importants et reste ainsi du domaine de la collectivité et de l’État.

5Mais l’intérêt pour une protection antivectorielle est grandissant sur le plan individuel. Les épidémies récentes de maladies à transmission vectorielle dans nos départements d’outre-mer, ou plus simplement la présence de vecteurs et de nuisances en métropole, ont poussé nos concitoyens à se protéger en recourant à divers moyens disponibles. Or la plupart de ces moyens, regroupés sous l’appellation PPAV, n’ont fait l’objet ni d’évaluation de leur efficacité ni de contrôles de leur innocuité. De plus, les voyageurs, les personnels envoyés en mission ou en affectation, sont toujours à la recherche d’informations précises sur les moyens de protection pour eux- mêmes ou leurs familles.

6Les personnels de santé avaient jusqu’à présent à leur disposition des indications très variables. Il a donc semblé important à la Direction générale de la santé (DGS) de proposer aux sociétés savantes spécialisées, en particulier la Société de Médecine des voyages (SMV) et la Société française de Parasitologie (SFP), d’initier une réflexion sur ce thème. Cette réflexion a pris la forme de Recommandations pour la pratique clinique (RPC), en suivant le schéma élaboré par la Haute Autorité de santé (HAS).

7Trois personnes sont à l’origine de cet ouvrage : un entomologiste Gérard Duvallet, un parasitologue Ludovic de Gentile et un épidémiologiste, féru de parasitologie et d’entomologie, Fabrice Legros, malheureusement décédé prématurément peu après avoir posé les fondations de cet ouvrage. Ce livre est une occasion de lui rendre un dernier hommage. Ces auteurs ont réuni des collègues compétents, ont trouvé des institutions ayant contribué à financer ce travail (aux côtés de la DGS, de la SMV et de la SFP), et ont su associer à ce travail de nombreuses Sociétés savantes et Institutions partenaires.

8L’objectif était de rassembler toutes les informations pertinentes, vérifiées et validées, et de les mettre en forme pour être utilisées non seulement par les personnels de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers), mais aussi par les agents de voyage motivés et les particuliers.

9Les chercheurs, médecins, entomologistes, épidémiologistes, ayant participé à ce travail, ont élaboré ce document publié par les éditions de l’IRD. Il a déjà été décliné en plusieurs publications : un résumé exécutif de 36 pages mettant en exergue les 31 recommandations proposées et disponible sur les sites Internet des sociétés savantes ; un article de synthèse publié dans la revue de la SFP « Parasite » ; un document abrégé de 16 pages, disponible chez les médecins, dans les centres de vaccinations ou de consultations spécialisées, et dans les agences de voyage ; et enfin une feuille d’information à très large diffusion, notamment dans les pharmacies.

10Ce livre, mis à disposition du plus grand nombre, a une double fonction. C’est un document d’information sur la problématique des vecteurs, des maladies à transmission vectorielle et des nuisances liées aux arthropodes hématophages. C’est aussi un guide de recommandation sur la conduite à tenir vis-à-vis des arthropodes en fonction du type de voyage, des régions visitées, et des personnes (enfants, adultes, femmes enceintes, présence de lésions cutanées, etc.). Il prend en compte les risques liés aux maladies à transmission vectorielle (dont certaines sont mortelles), et le bénéfice des différentes méthodes de protection personnelle. Le choix des méthodes de protection est clairement orienté vers celles dont l’efficacité a été prouvée et les risques éventuels évalués (et considérés comme négligeables). Le document propose deux arbres décisionnels en fonction du type d’exposition vectorielle (diurne ou nocturne) et du type de séjour (court ou itinérant, long et fixe). La PPAV concerne les voyageurs, mais aussi les expatriés, les résidants et les nomades.

11Ce livre a toutes les qualités pour devenir une référence. Il sera nécessaire à ceux amenés à donner des conseils aux voyageurs et aux expatriés. Il sera aussi utile à ceux confrontés aux piqûres d’insectes ou de tiques dans leur travail ou leurs loisirs.

Auteurs

Président de la SMV

Présidente honoraire de la SFP

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search