Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Postface

Yvan Droz

Texte intégral

1Écrire une postface à un ouvrage aussi foisonnant relève d’une gageure que j’ai acceptée avec inconscience, à moins que ce ne soit en raison d’une témérité insoupçonnée. Il n’est bien sûr pas question ici de proposer une synthèse des différentes contributions, encore moins de tenter de les résumer. Tout au plus, je profiterai de cette tribune – que Laurent Vidal m’a offerte fort imprudemment – pour reprendre quelques interrogations sur le partenariat, souligner certaines questions soulevées par les auteurs des contributions et suggérer quelques pistes pour poursuivre la réflexion suscitée par la lecture de ce riche ouvrage collectif.

2En tant qu’anthropologue et ancien enseignant et chercheur du défunt IUED, les questions de développement m’ont harcelé pendant de nombreuses années. Je me suis interrogé dans le sillon tracé par Gilbert Rist, Marie-Dominique Perrot et Fabrizzio Sabelli sur le sens de cette notion et sur son efficacité sociale qui voisine celle de la croyance durkheimienne (Perrot et al., 1992 ; Rist et Sabelli, 1986). Mais comme l’ont suggéré ces auteurs, les termes s’usent et se transforment rapidement dans la vulgate – ou la langue de coton – de la coopération internationale (Rist, 2002). Ainsi, le développement semble passé de mode et l’on parle aujourd’hui pudiquement d’une globalisation qui remplace bien curieusement les espoirs que plusieurs générations avaient placés dans le développement socio-économique des pays du Sud – ou des Suds comme l’on dit aujourd’hui : un petit « s » paraît renouveler les vieilles antiennes.

3Pourtant, il ne s’agit pas seulement de grammaire. À diluer le Sud dans les Suds, ne perd-on pas une certaine unité dans l’objet analysé ? De même, le développement ne perd-il pas de sa force dans une globalisation – ou mondialisation francophone – déclinée selon les caractéristiques de chacun des pays des Suds, voire selon les couches sociales, les « ethnies » ou les genres qu’elle affecte. Plus d’unité chez ces non-alignés qui partageaient pourtant la qualité de se trouver « en voie de développement » ! Puis, soudain apparaît dans le carrousel des termes « in » de la coopération internationale, le « partenariat scientifique » entre les chercheurs du Nord et des Suds. Les préoccupations des agences de financement des recherches au Sud en font vite un impératif catégorique, en tout premier lieu en Suisse.

4Ainsi, pour la Commission suisse pour le partenariat scientifique avec les pays en développement (KfPE), ce partenariat devient une condition sine qua non pour obtenir un financement de recherche. Cette institution publie ses onze principes du partenariat scientifique dès 1998 et ceux-ci s’imposent progressivement à l’ensemble des financements de recherche pour le développement en Suisse. C’est pourquoi dès l’an 2000, la Société suisse d’études africaines a organisé un colloque sur le thème du partenariat Nord-Sud à Genève, ouvrant ainsi une réflexion sur cette nouvelle notion promise à un bel avenir (Dòæÿ et al., 2001). Au vu du succès qu’a connu le partenariat scientifique, nous avons souhaité poursuivre cette réflexion de façon plus critique en interrogeant le partenariat scientifique avec l’Afrique en 2007 lors d’un autre colloque.

  • 1 Une ironie fort peu goûtée par un obscur employé de l’ambassade de France au Mali et qui y a vu un (...)

5Nous l’avions intitulé ironiquement1 la « Suissafrique » pour souligner les parallèles que nous croyions voir entre la mise en valeur des territoires coloniaux français, sein du pré carré de la Françafrique et – peut-être – les nouvelles préoccupations suisses concernant le partenariat scientifique. Reconnaissons que l’initiative était sans doute prématurée, car le discours des institutions de coopération suisse que nous avions invitées resta fort convenu et l’éthique du partenariat scientifique asseyait, sans aucune réflexivité, son hégémonie sur le monde de la recherche pour le développement. En effet, comme le montrait Gilbert Rist pour le développement ou la croissance économique, personne ne pouvait décemment s’opposer au partenariat tant il recouvrait de valeurs positives et partagées, donc fort peu critiquables (Rist, 1996). Pourtant, certains des exemples de partenariat présenté lors de ce colloque permirent déjà de discerner quelques-uns des travers que recouvrait ce terme et – surtout – son application dans la réalité concrète de la recherche en partenariat (Droz, 2009a ; Droz et Mayor, 2009).

6Ainsi, nous avions alors proposé de considérer le partenariat comme une forme d’injonction paradoxale : « Soyez partenaire ! Je vous l’ordonne ». Comment sortir de cette contradiction imposée par les bailleurs de fonds ? Certes, les expériences sont fort diverses et certaines s’en accommodent fort bien. C’est en particulier le cas des collaborations ancrées dans des histoires personnelles où des intérêts scientifiques se rencontrent de façon inattendue et permettent de développer un partenariat efficace fondé sur de solides amitiés soudées par des valeurs partagées. L’impératif catégorique du partenariat est alors instrumentalisé par et pour les chercheurs qui y participent de toute manière, que les agences de développement ou de financement des recherches l’exigent ou non.

7Toutefois, les équipes de recherche qui se créent de toutes pièces sous la contrainte du partenariat sont nombreuses aujourd’hui et ces collaborations représentent bien souvent des malentendus fort peu créateurs. Ceux-ci se concrétisent souvent en des inimitiés personnelles et apportent de l’eau au moulin du soupçon de néocolonialisme, lorsqu’il ne s’agit pas de relent de racisme. Les mécompréhensions que peut susciter le partenariat imposé déploient alors leurs effets néfastes entre les chercheurs des Suds et du Nord. En effet, bien souvent, les différentes conditions socio-économiques ou les contraintes scientifiques ou institutionnelles auxquelles ils sont soumis induisent des effets divergents qui ne permettent que rarement la réalisation d’un partenariat scientifique fertile. Bref, nous nous heurtons ici à une situation classique de rencontre interculturelle dans un contexte de développement, plus particulièrement de « collaboration » scientifique où des systèmes de valeurs – explicites et implicites – se rencontrent dans une situation spécifique. C’est pourquoi nous proposons de saisir cette rencontre en termes d’analyse éthique (Droz et Lavigne, 2006).

8L’analyse éthique explore les systèmes de représentation sans préjuger de leur validité « objective ». Il s’agit de comprendre les systèmes de valeurs des différents acteurs, leurs interventions et leurs interactions. Dans le conflit entre ces différents systèmes de valeurs, un déséquilibre apparaît. Lorsque le poids symbolique d’un acteur dominant se conjugue avec son poids stratégique, son système de valeurs s’impose de façon hégémonique. C’est le cas de l’éthique du partenariat qui bénéficie, outre de la puissance financière et politique des institutions de développement et de financement de la recherche au Sud, d’une grande force de conviction. L’analyse éthique tient compte de l’inégalité des partenaires et répond à deux exigences : rendre compte des systèmes de valeurs de chacun et dévoiler les processus qui hiérarchisent ces systèmes de valeurs. L’analyse éthique cherche donc à révéler les paradigmes du bien, du juste et du beau que chaque acteur développe dans une situation particulière et au nom desquels il parle, agit, et déploie des stratégies par rapport aux autres : c’est-à-dire l’éthique qu’il affiche, l’ethos scientifique qu’il incarne et la moralité locale qui l’informe (Massé, 2009).

9En premier lieu, il convient de définir les termes, ce qui permet de comprendre la formation du système de valeurs, donc la grille d’interprétation des acteurs et le sens qu’ils donnent aux choses. La démarche éthique repose sur trois concepts : éthique, ethos et habitus. Ils offrent la possibilité, lorsqu’on les articule, d’analyser des situations où différents systèmes de valeurs se rencontrent ou entrent en conflit.

10L’ethos – ou la moralité locale – est un « réservoir » non structuré (ou peu structuré) de principes d’actions tenus pour légitimes et reconnus intuitivement comme justes, de concepts idéaux lestés par des aspects moraux ou symboliques. Cet ethos se constitue grâce aux expériences de chacun et aux processus d’apprentissage : il s’incorpore progressivement pour devenir une seconde nature. L’ethos rassemble les pratiques sociales déterminées par des connotations morales et les intègre au sein d’un système implicite de valeurs. C’est la présence des valeurs qui le distingue de l’habitus, véritable précipité d’un ensemble des pratiques sociales. L’habitus informe donc toutes les pratiques sociales, alors que l’ethos ne s’applique qu’aux pratiques lestées de valeurs, souvent implicites.

11D’un point de vue opératoire, il convient de distinguer éthique et ethos, car il est possible d’étudier l’éthique d’un groupe – lorsqu’elle existe sous la forme de charte, de constitution, de prise de position, etc. – alors que l’ethos est un construit sociologique issu de l’observation des pratiques sociales et de l’analyse des discours. En d’autres termes, l’éthique est une rationalisation de l’ethos ; elle le structure de façon cohérente et explicite. Cette élaboration conceptuelle déploie des effets de pouvoir, car elle s’impose d’elle-même à tout individu rationnel. Mais c’est oublier que cette conception de l’individu provient de conditions sociales particulières qui autorisent l’existence d’une position scolastique (Bourdieu, 1997). Or, l’urgence de la pratique et les incertitudes face à l’avenir n’autorisent que rarement l’exercice d’une telle activité. Dans la plupart des situations, les acteurs sociaux ne rationalisent qu’a posteriori les décisions issues de leur ethos. L’éthique servirait donc de principe de justification rationnel de décisions prises implicitement et permettrait ainsi de les imposer rhétoriquement, par la force d’une argumentation rationnelle dégagée des contraintes sociales propres aux situations de prise de décision.

  • 2 Cet encadré représente une synthèse de notre cadre d’analyse éthique (Droz, 2009b ; Droz et Lavign (...)

12L’ethos est donc construit par le chercheur en sciences humaines à partir de l’étude approfondie d’un groupe social, alors que l’éthique est le fruit des réflexions des penseurs moraux à partir de structures argumentatives rationnelles. Dans les deux cas, il s’agit de constructions sociologiques ou philosophiques destinées à comprendre la réalité ou à guider les pratiques sociales. Lorsqu’un groupe – ou certains de ses membres – prend ce système de valeurs implicites comme objet de réflexion et rend explicites les valeurs au nom desquelles il agit, on peut voir apparaître une éthique qui ordonne ces valeurs en système. C’est dire que l’éthique est le résultat d’une approche réflexive des moralités locales ou de l’ethos2.

13En premier lieu, il s’agirait de préciser le contenu de cette éthique du partenariat scientifique. Pour cela, il convient de s’inspirer des principes définis par la KfPE et qui furent, dans leur esprit tout au moins, repris par une partie des agences de coopération et de financement des recherches au Sud. Si nous parlons ici d’éthique, c’est bien parce que ces principes sont issus d’une réflexion collective destinée « à dire le bien » d’une pratique scientifique, tant pour les chercheurs du Nord que du Sud. Elle se placerait ainsi symboliquement au-dessus des systèmes de valeurs incorporées que constituent les ethos scientifiques des chercheurs du Nord, comme du Sud et leur système de valeur incorporé plus général que nous tenons pour une moralité locale.

14Une démarche éthique appliquée au partenariat scientifique déclinerait ensuite les différents ethos scientifiques, ainsi que les « moralités locales » des acteurs en présence. Il conviendrait donc d’expliciter les valeurs en jeu dans le contexte du partenariat. Et c’est bien ce que font nombre des textes présents dans cet ouvrage. Ils soulignent les contraintes – matérielles et institutionnelles – qui pèsent sur les chercheurs. Ainsi en est-il des inégalités économiques qui conduisent nombre de chercheurs du Sud à mener de front différents emplois pour nourrir leur famille : enseignement, recherche, consultance et bien d’autres. Sans expliciter les valeurs des ethos en présence, comment saisir les conséquences de cet état de fait sur l’importance que chacun accorde à l’éthique de la recherche ? À l’opposé, les impératifs de « production scientifique » qui pèsent sur les chercheurs du Nord – et du Sud – induisent parfois des publications hâtives ou peu consensuelles et une forme de morgue face aux pratiques plus « alimentaires » de certains chercheurs du Sud. Une forme de collaboration où les chercheurs du Sud se croient devenir les pourvoyeurs de données, alors que ceux du Nord rédigent des articles dans des revues reconnues est une situation décrite dans les textes de cet ouvrage. Ceux-ci soulignent le soupçon de colonialisme scientifique et extractiviste qui hante certains chercheurs et les stratégies qui sont développées pour contrer cette situation nocive.

15Grâce à l’analyse éthique, un dialogue entre chercheurs pourrait donc s’établir afin de « négocier » les valeurs du partenariat dans le contexte précis d’une recherche spécifique où différentes moralités locales se conjuguent. Car la diversité des situations concrètes de partenariat – que ce soit sur le plan historique, personnel, institutionnel, politique, etc. – constitue bien un deuxième enseignement que l’on peut retenir des articles réunis ici. Il ne semble donc pas imaginable de proposer une éthique partenariale applicable partout et en tout temps. Il paraît donc nécessaire d’expliciter les principes de cette éthique hégémonique du partenariat qui s’impose à tous les chercheurs et – surtout – de la « localiser » en tenant compte du dialogue des ethos scientifiques et des moralités locales qui guident la pratique des chercheurs au sein d’une forme de partenariat. Ainsi, il paraît alors possible de « déminer » les mécompréhensions que suscite l’éthique du partenariat scientifique et de construire, dans la durée et le dialogue des ethos, un partenariat de la pratique quotidienne de la recherche scientifique pour le développement.

Notes

1 Une ironie fort peu goûtée par un obscur employé de l’ambassade de France au Mali et qui y a vu un prétexte pour tenter de refuser un visa pour l’une des intervenantes…

2 Cet encadré représente une synthèse de notre cadre d’analyse éthique (Droz, 2009b ; Droz et Lavigne, 2006).

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540