Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 3. Formes et devenirs du partenariat

Pour le Sud, un partenariat renforcé au Nord

Bouma Fernand Bationo, Marc-Éric Gruénais, Frédéric Le Marcis et André Soubeiga

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les contextes de travail en Amérique du Sud, en Asie et en Océanie nous sont inconnus et sont sans (...)
  • 2 Les raisons de cette évocation du seul secteur public apparaîtront plus clairement ci-dessous.

1Le contexte de collaboration entre enseignants-chercheurs du Nord et du Sud dont il s’agira ici a trait à l’Afrique subsaharienne francophone1. Les réflexions que nous proposons ne sauraient être généralisées : elles se limitent à des expériences de partenariat impliquant des institutions françaises d’une part, dans le domaine de l’anthropologie sociale et de la sociologie d’autre part, et enfin se réfèrent plutôt à des relations entre des institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche2. Elles ont pour « toile de fond » l’idée peu originale selon laquelle au Sud comme au Nord les recherches innovantes se fondent beaucoup sur le travail des doctorants dans une dynamique, s’agissant des pays africains, de généralisation du dispositif de Bologne validé par l’Union européenne d’une licence en trois ans, d’un master en deux ans, et d’un doctorat en trois ans, ainsi que de la mise en place d’écoles doctorales liées à un regroupement de laboratoires de recherche. Si l’on peut retenir une telle perspective comme l’un des enjeux importants des partenariats Nord-Sud, le défi est considérable si on le mesure à l’aune du niveau de développement des institutions publiques d’enseignement et de recherche en Afrique francophone subsaharienne. Un tel défi, et ce sera l’objet de nos réflexions, semble pouvoir être relevé aussi grâce à un partenariat renforcé au Nord et une meilleure prise en considération des institutions régionales et nationales.

  • 3 Par l’IRD, mais aussi par les services de coopération et d’action culturelle des postes diplomatiq (...)

2Les dispositifs mis en place3 pour favoriser le partenariat avec les équipes du Sud (bourses de thèse, financement de séjours au Nord d’enseignants-chercheurs du Sud, fléchages de crédits vers le Sud, etc.) sont, sans conteste, des « outils » jouant un rôle décisif pour développer et maintenir l’attrait d’un partenariat avec des équipes françaises. Néanmoins, on peut se demander dans quelle mesure, notamment dans un « marché » de plus en plus concurrentiel, ces outils centrés sur des équipes au Sud, essentiellement dans le contexte de travail au Sud sont suffisants. Trois points seront évoqués ici : i) le développement de co-encadrements universitaires ; ii) l’attractivité des séjours en France d’enseignants-chercheurs du Sud ; iii) le renforcement d’une pratique européenne de l’enseignement et de la recherche. Auparavant, nous justifierons notre perspective limitée au partenariat entre institutions publiques.

Privilégier un partenariat avec des institutions publiques

  • 4 Pour un bilan récent des conditions de travail des enseignants-chercheurs en Afrique et de leur in (...)

3Les difficiles conditions de travail des enseignants-chercheurs en Afrique sont connues et ont déjà été bien documentées4 : salaires peu élevés des enseignants-chercheurs, structuration insuffisante en laboratoires, effectifs d’étudiants pléthoriques et sous-encadrement des étudiants, locaux inadaptés, bibliothèques universitaires aux fonds non renouvelés, etc. La liste est longue. Les conditions de travail sont telles que l’attrait pour la consultance privée est important ; et on se détourne fréquemment de la recherche et de l’enseignement pour une position plus enviable, plus reconnue, plus rémunératrice auprès de divers organismes internationaux ou publics. Consultation et recherche ne sont certes pas incompatibles, notamment lorsque les termes de référence de la consultation sont écrits et/ou négociés comme dans le cas du Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local (Lasdel) au Niger (Olivier de Sardan, 2012). Mais le plus souvent, les bailleurs de fonds proposent des consultations dont les termes de référence sont peu ou pas du tout négociables avec des objectifs utilitaires qui éloignent le consultant universitaire de la recherche ; dès lors, en règle générale, le temps consacré à la consultation est autant de temps passé à ne pas faire de recherche pour sa carrière universitaire, sans compter les perturbations au niveau de ses enseignements. Néanmoins, la consultation peut être une opportunité pour l’enseignant-chercheur (en l’absence de programme de recherche inscrit dans un laboratoire) de réinterroger ou d’élaborer une problématique en relation avec les objectifs de la consultation et le phénomène étudié. Cette démarche n’est nullement remise en cause par des commanditaires d’une étude, et c’est alors l’occasion pour le chercheur et le commanditaire de négocier des accords concernant l’utilisation des données à des fins de publications scientifiques.

  • 5 Il n’y a là rien de spécifique aux situations africaines : en France, nombre d’acteurs du secteur (...)

4Cependant, les institutions publiques apparaissant difficilement réformables, les perspectives d’amélioration des conditions de recherche et d’enseignement sont parfois bien éloignées, surtout s’agissant de l’université, et chercheurs et bailleurs de fonds peuvent préférer constituer des structures ad hoc, disposant de l’autonomie nécessaire pour permettre de réaliser la recherche dans de bonnes conditions. Les exemples ne manquent pas de ces organisations qui peuvent parfois avoir le statut d’association, ou d’ONG, voire de bureau d’études5.

5Mais de telles organisations sont souvent peu reliées aux départements universitaires et elles constituent rarement des laboratoires universitaires au sens administratif du terme. Cette création de structures ad hoc pour la recherche, donc relativement indépendantes des établissements publics d’enseignement supérieur, ne conduit-elle pas, dans une certaine mesure, à une « privatisation » de la recherche et de l’enseignement au Sud ? Cette tendance s’observe déjà avec la création d’institutions d’enseignement et de recherche privées qui bénéficient parfois de l’apport de fonds publics étrangers. En soi, l’existence de telles institutions ne constitue sans doute pas un problème, et l’autonomie dont elles disposent permet une plus grande souplesse et, partant, une plus grande réactivité pour la réalisation d’activités de recherche. À moins d’une reconnaissance comme laboratoire d’accueil pour les doctorants, donc reconnu comme tel par l’université, ces institutions ad hoc contribueront-elles réellement, à long terme, au renforcement des capacités des pays du Sud ? Des contrats doctoraux pourront-ils être attribués à des jeunes chercheurs qui ne seraient rattachés qu’à ces seules institutions ad hoc ? Quel sera le devenir des chercheurs contractuels de ces institutions autonomes ? De plus, les relations de ces chercheurs contractuels avec les universités (qui restent pourvoyeuses d’étudiants par exemple, pour la réalisation des enquêtes) sont souvent conflictuelles, si ce n’est concurrentielles. Ce sont toutes ces interrogations qui conduisent à proposer de privilégier, avec toutes les difficultés que l’on connaît, un adossement systématique de toutes les initiatives de partenariat sur les universités et, de manière plus générale, sur les institutions publiques existantes.

Développer les co-encadrements de diplômes universitaires

  • 6 Ses statuts et son organisation ont été adoptés en 1972 ; les textes juridiques encadrant son acti (...)

6Au Nord comme au Sud, des perspectives de promotion sont nécessaires au développement et à la pérennité des équipes de recherche. L’Afrique francophone, en matière d’évaluation, s’est dotée dès 1968 d’un puissant outil régional : le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames)6. Le Cames regroupe aujourd’hui dix-neuf pays d’expression française d’Afrique subsaharienne et de l’océan Indien. On peut regretter que le Cames reconnaisse pour l’heure toujours les grades de l’ancien système français (assistant, maître-assistant, maître de conférences, etc.), ce qui ne facilite pas toujours, aujourd’hui, les correspondances avec les deux grades désormais reconnus en France (chargé de recherche/ maître de conférences ; directeur de recherche/professeur) par exemple pour définir le traitement (rang A ou B) à réserver en cas d’invitation. Mais au niveau européen, l’harmonisation en la matière est loin d’être toujours exemplaire entre les différents pays. Saluons surtout l’existence du Cames comme instance d’évaluation et de promotion à compétence régionale, même si certains pays membres du Cames (Cameroun, Gabon, Mali, etc.) maintiennent parallèlement un dispositif national de gestion des carrières des enseignants-chercheurs (l’Europe est encore très loin du compte en la matière). L’évaluation par le Cames donne l’assurance que les avancements ne relèvent pas de l’autopromotion spécifique à une institution nationale, et que dans les dix-neuf pays qui relèvent du Cames on est assuré que l’ensemble des enseignants-chercheurs à un grade donné a bien le même niveau.

7Dans la perspective de promotion des enseignants-chercheurs du Nord comme du Sud, et cela dans un contexte de développement du partenariat et, partant, de rapprochement des institutions Nord et Sud, le co-encadrement de diplômes universitaires peut constituer un levier. Il convient ici de bien distinguer entre le fait de participer informellement au suivi du travail d’un étudiant, ce qui se fait couramment mais sans que cela ne « compte » pour les institutions respectives des co-encadreurs, d’une reconnaissance officielle des co-encadrements. Celle-ci peut se faire au niveau du master et/ou du doctorat.

8Au niveau master, une possibilité est la co-diplomation. Parvenir à la co-diplomation pose des problèmes nullement spécifiques au partenariat Nord-Sud : s’entendre sur un projet, sur un calendrier, sur une mobilité étudiante du Sud vers le Nord, mais aussi du Nord vers le Sud, sur les droits d’inscription, sélectionner les étudiants qui pourront envisager un master co-diplômé. Cela exige surtout que les universités partenaires délivrent le même diplôme, or certaines universités en Afrique subsaharienne francophone (il en était de même il y a encore très peu de temps en Europe) n’ont pas adopté, ou sont en cours d’adoption du système licence/master/ doctorat, et, pour le point qui nous préoccupe ici, ne délivrent pas, ou pas encore, de master. Cela constitue alors un obstacle supplémentaire (qui sera progressivement levé à court terme) pour parvenir à une co-diplomation d’un master.

9A priori, dans le domaine du co-encadrement de diplôme, il pourrait être relativement plus facile d’envisager des cotutelles de thèse, c’est-à-dire avec deux directeurs de thèse reconnus officiellement comme tels par leurs institutions d’origine respectives : la question de la sélection des étudiants se pose évidemment beaucoup moins eu égard au très faible nombre d’aspirants à un doctorat par rapport à un master, il est beaucoup plus facile de trouver des bourses pour des doctorants (et pour assurer leur mobilité) que pour les étudiants en master. De plus, pour les chercheurs (non enseignants) du Nord habilités à diriger des recherches, s’engager dans l’encadrement d’un doctorant suppose une moindre insertion dans le système universitaire et est plus conforme à l’activité attendue du chercheur. Mais ici, s’agissant des relations entre un enseignant-chercheur français et un de ses collègues d’une université d’Afrique subsaharienne, peut venir se poser l’épineuse question de l’habilitation à diriger des recherches (HDR), soit ce diplôme « très français », peu valorisé par le Cames qui, par ailleurs, n’en fait nullement un prérequis pour la direction de thèse. D’une manière générale, la question se pose de l’intérêt pour un enseignant-chercheur africain de l’obtention d’une HDR.

10La réalisation d’une HDR, donc en France, peut apparaître pour l’enseignant-chercheur africain comme un moyen d’obtenir un diplôme dont au fond il n’a pas besoin, mais dont la préparation lui donne accès à la fois à des bourses de séjour en France et à des autorisations d’absence dans sa propre université. L’obtention d’une HDR permet aussi à un enseignant-chercheur, titulaire d’un doctorat de troisième cycle, d’échapper à la thèse d’État pour son inscription aux fonctions de maître de conférences et de compléter son dossier quant au nombre de productions scientifiques exigées par le Cames pour changer de grade. Mais ces deux raisons ne sont pas suffisamment incitatives pour que les enseignants-chercheurs africains se satisfassent de la seule obtention d’une HDR ; il faut, en plus, qu’ils puissent tirer d’autres dividendes de l’HDR comme la possibilité de codiriger officiellement des thèses en cotutelles pour des étudiants français et africains qui s’inscrivent alternativement dans une université française et africaine, ou encore la possibilité de présider des jurys de thèse en France sans avoir le titre de professeur.

11Chaque cotutelle de thèse est un cas particulier et les enseignants chercheurs non français ne sont pas tenus d’être détenteurs d’une HDR pour être codirecteur d’une thèse avec une université française. Rien ne s’opposerait alors, en principe, qu’un maître de conférences du Cames qui, en tant que tel peut diriger une thèse dans une université africaine, soit codirecteur d’une thèse (en cotutelle) avec une université française s’il ne dispose pas d’une HDR. Reste à savoir si une école doctorale d’une université française accepterait. D’autant qu’en France un directeur de thèse, qui doit nécessairement désormais être détenteur d’une HDR pour pouvoir diriger des doctorants, est rattaché à un laboratoire de recherche qui lui-même est partie prenante d’une école doctorale ; dans le cadre d’une cotutelle de thèse, il sera sans doute attendu l’existence d’une configuration analogue dans l’institution partenaire.

12Certains esprits chagrins (en France, notamment parmi les chercheurs, comme ailleurs) peuvent sans doute penser que l’HDR est un dispositif que les universités françaises ont mis en place pour se « protéger » et n’accréditer des directeurs de thèse qu’à ses propres conditions (françaises). D’autres considéreront que pour diriger des thèses il convient de démontrer à ses pairs ses compétences scientifiques évaluées à partir de son parcours de recherche, c’est-à-dire aussi de ses publications, et également de ses capacités à diriger des projets et à s’engager dans un travail collectif en permettant, entre autres, à des enseignants-chercheurs qui n’ont pas le titre de professeur de diriger des doctorants. En tout état de cause, étant donné la faible valeur attribuée à l’HDR par le Cames, l’obtention d’une HDR, en soi, n’est pas suffisante et doit être accompagnée d’un appui à la mise en place de laboratoires de recherche au Sud, et également d’une réciprocité s’agissant de l’encadrement d’étudiants du Nord et du Sud, au Nord comme au Sud.

13D’une manière générale, une connaissance accrue réciproque des systèmes français et africains ne pourrait qu’être bénéfique pour mieux évaluer dans quel sens il convient de développer des initiatives (en termes de copublications, d’encadrement universitaire, de directions d’équipe, etc.) afin que des jeunes doctorants et enseignants- chercheurs disposent de part et d’autre des prérequis nécessaires à un partenariat équilibré qui pourrait notamment être évalué à partir des niveaux de co-encadrements. Cette connaissance accrue permettrait également aux partenaires du Nord de mieux cibler les initiatives à prendre pour contribuer à la promotion des partenaires du Sud au sein de leur propre système public d’enseignement et de recherche.

Accroître l’attractivité des équipes françaises

14Les connaissances réciproques accrues des équipes Nord et Sud passent aussi, bien sûr, par les séjours de doctorants et d’enseignants- chercheurs du Sud dans les institutions du Nord. L’ensemble des institutions universitaires et de recherche et des organismes de coopération des pays européens proposent ainsi des bourses de doctorat et de séjours scientifiques pour favoriser les mobilités vers le Nord. Les difficultés pour l’obtention de visas pour l’entrée en France, notamment pour les enseignants-chercheurs, figurent parmi les éléments dissuasifs de l’attrait des équipes françaises ; on peut à cet égard déplorer parfois le manque de relations entre des représentants des institutions d’enseignement et de recherche françaises et du ministère de l’Intérieur.

15Une des questions qui se pose, une fois les modalités administratives, financières et logistiques réglées, est l’organisation des activités des invités en France, qu’il s’agisse des doctorants ou des enseignants-chercheurs. L’intérêt des mobilités est, nous semble-t-il, d’une part de faire connaître ses travaux, et d’autre part de se confronter au quotidien aux expériences, questionnements et aux travaux de ses pairs. Même dans le contexte d’un séjour à l’étranger dont l’objectif principal est la rédaction (d’une thèse ou d’un ouvrage), l’échange avec les pairs reste important. L’isolement professionnel du doctorant ou de l’enseignant-chercheur invité, et qui par définition se trouve loin de son environnement familier auprès duquel il peut toujours trouver un réconfort dans un environnement professionnel peu satisfaisant, peut être contre-productif et amener l’invité à abréger son séjour, voire à ne pas désirer réitérer l’expérience d’une autre invitation. L’attractivité d’une équipe dépend alors de sa capacité à organiser les termes de l’échange scientifique, notamment dans le cadre universitaire. La qualité de l’accueil des chercheurs invités repose sur l’intérêt des membres de l’équipe accueillante. Or, bien souvent les chercheurs invités mènent des recherches qui n’intéressent que le chercheur individuel qui a été à l’initiative du partenariat et non son équipe. Il convient alors de favoriser des partenariats avec une équipe plutôt qu’avec un individu, et dans le même temps d’améliorer l’accueil.

16Sur le moyen terme, il n’existe guère d’autre lieu de possibilité d’échange que le milieu universitaire. Les doctorants invités peuvent trouver satisfaction par la participation aux séminaires organisés dans le réseau de l’équipe invitante. Mais l’organisation de l’invitation d’un enseignant-chercheur pendant un séjour de plusieurs semaines, voire plusieurs mois, est plus complexe. Outre des interventions ponctuelles à des séminaires, c’est dans l’intérêt des deux parties de faire en sorte que l’enseignant-chercheur invité prenne part aux activités d’enseignement et de recherche de l’équipe invitante. Celle-ci devrait pouvoir prendre la forme de participation à des modules d’enseignement existant, voire de délivrer un enseignement complet sur un sujet spécifique dans le cadre d’une formation universitaire. À cet égard, un établissement comme l’École des hautes études en sciences sociales, dont on sait que les enseignements sont organisés sous forme de séminaires, offre davantage de libertés que les établissements universitaires qui ont des calendriers beaucoup plus contraints. Mais il n’y a aucune raison a priori que les universités ne puissent proposer une participation plus active des enseignants-chercheurs invités aux enseignements.

17Échanger lorsque l’on est invité ne doit cependant pas se limiter à des activités d’enseignement, qu’il s’agisse de cours ou de séminaires. La participation à des instances d’évaluation peut être aussi attendue. On peut penser en particulier à la participation à des jurys de master ou de doctorat. Finalement, les deux parties tireraient avantage à considérer que l’enseignant-chercheur invité a les mêmes droits et les mêmes devoirs que l’enseignant-chercheur de l’équipe invitante.

  • 7 Nous faisons allusion ici à l’expression consacrée dans les formulaires de projet de l’Agence nati (...)
  • 8 Quel rédacteur d’un projet de recherche en sciences sociales sur le Nord s’aventurerait à envisage (...)

18De fait, dans le laps de temps de collaboration institutionnelle, les relations de partenariat sont davantage orientées du Nord vers le Sud, laissant peu de place à une « anthropologie symétrique » (Latour, 1997). Le chercheur du Nord est accueilli, voire accompagné sur le terrain par le chercheur du Sud ; il dispose de ressources financières et logistiques qui lui permettent de s’adjoindre des étudiants du Sud, par l’intermédiaire de son collègue du Sud, pour la collecte des données. Les chercheurs du Sud apparaissent souvent de fait dans le partenariat comme des acteurs d’exécution, des « prestataires de services »7. En « échange », le chercheur du Nord accueillera celui du Sud en bibliothèque, dans des séminaires, etc. Or, une attente légitime des chercheurs du Sud est de participer aussi à des recherches au Nord : on peut penser, par exemple dans le domaine de la santé, à des questions transversales comme la prise en charge des maladies chroniques, les inégalités dans l’accès aux soins, etc. On pourrait alors tout à fait envisager que les chercheurs du Sud viennent renforcer les compétences au Nord des équipes menant un projet de recherche en France, les premiers étant alors envoyés en mission de recherche au Nord. Ce serait sans doute là l’occasion de concrétiser un projet d’anthropologie réciproque dont certains ont rappelé récemment l’intérêt (Le Pichon et Sow, 2011). Cependant, force est de constater aujourd’hui que les institutions qui œuvrent en faveur du développement et du partenariat considèrent que les institutions du Sud ont besoin d’être renforcées par les équipes du Nord, mais que les institutions du Nord n’ont pas besoin d’être renforcées par celles du Sud8.

Renforcer les liens avec les institutions européennes

19L’équipe française invitante n’a pas toujours les moyens (financiers et matériels), ni les compétences les plus adaptées à des demandes spécifiques de ses partenaires du Sud. Les réponses adaptées à de telles demandes spécifiques peuvent être trouvées auprès d’autres institutions d’enseignement et de recherche françaises, mais surtout d’autres pays européens. La mise en relation d’étudiants et d’enseignants-chercheurs du Sud avec des institutions européennes est souvent réalisée de fait à partir des réseaux personnels et d’interconnaissances d’enseignants chercheurs et de collègues. Néanmoins, faute de formalisation des relations entre acteurs de ces réseaux euro-africains, l’équipe ou le chercheur français relais qui aura contribué à établir les liens entre une équipe Sud et une équipe Nord européenne risque de « disparaître » en tant que promoteur du lien ainsi établi si celui-ci aboutit à un accord de partenariat. Sachant que dans la majorité des pays européens (hormis en France) la recherche n’est pas dissociée de l’enseignement universitaire, les accords en question se font alors préférentiellement sur une base universitaire et, partant, autour d’activités de formation et d’encadrement universitaires. On peut aisément supposer également que l’attractivité d’une équipe française invitante potentielle sera d’autant plus grande que ses partenaires, au Sud en particulier, seront assurés d’une inscription de leurs activités dans des réseaux européens par le biais de l’équipe invitante.

  • 9 Il s’agit là d’un projet maintes fois évoqué et jamais réalisé. Au début de l’année 1992, alors qu (...)

20Les avantages retirés par tous (partenaire du Sud, partenaire français invitant, partenaire européen) d’un renforcement des réseaux européens au Nord ne pourraient qu’être amplifiés par une meilleure assise de ces réseaux européens au Sud. En la matière, la transformation des quelques centres IRD restant en plateformes européennes, par exemple sur le mode des anciennes unités de service, pourrait dynamiser tout particulièrement les partenariats Nord-Sud9. D’expérience, nous savons que des chercheurs d’autres pays européens que la France sont particulièrement demandeurs de pouvoir bénéficier de plateformes scientifiques en Afrique subsaharienne. Outre les bénéfices stratégiques à envisager de celles-ci (pour afficher les ambitions résolument européennes de l’IRD, comme argument favorable à la réalisation de projets soutenus par l’UE pour des apports scientifiques, mais aussi financiers d’autres institutions européennes), elles seraient la concrétisation d’une ambition de décliner le partenariat Sud-Nord sur le mode européen, en ce qui concerne le Nord. Là encore, l’attractivité d’une institution française comme l’IRD vis-à-vis de partenaires du Sud ne pourrait qu’être accrue.

En guise de conclusion

21Le renforcement du partenariat Nord-Sud devrait être davantage envisagé en fonction d’un renforcement des partenariats en direction du Nord. Pour autant que l’effort continue d’être porté sur la recherche et l’enseignement publics, il conviendrait d’envisager le développement des activités de recherche en lien étroit avec l’enseignement universitaire, avec évidemment un appui particulier aux niveaux master et doctorat. Les modalités d’évaluation et de promotion des enseignants-chercheurs du Sud mériteraient d’être mieux connues au Nord afin d’envisager une offre plus attrayante. Une dynamique plus collective au sein des départements universitaires et des équipes de recherche partenaires du Nord permettrait également d’en accroître l’attrait, surtout si l’on considère, dans une perspective d’anthropologie « réciproque » et/ou « symétrique », que les équipes du Nord ont aussi besoin d’un renforcement des équipes du Sud. Une telle perspective constitue une garantie supplémentaire pour les chercheurs et doctorants du Sud de trouver au Nord les lieux d’échanges scientifiques attendus et inversement. Une telle dynamique sera amplifiée, pour le plus grand bénéfice de tous les acteurs, par son inscription européenne, et qui passe donc par un renforcement institutionnel des réseaux universitaires et de recherche au Nord au niveau européen. Mais cela ne saurait se faire sans une meilleure coordination avec les instances d’évaluation en Afrique, et plus précisément avec le Cames.

Notes

1 Les contextes de travail en Amérique du Sud, en Asie et en Océanie nous sont inconnus et sont sans doute très différents de ceux de l’Afrique subsaharienne. De même, mais dans une moindre mesure, pour les contextes de travail dans les pays d’Afrique anglophone ou lusophone qui disposent, pour certains d’entre eux, d’institutions de recherche et/ou d’enseignement supérieur dont la taille et l’assise internationales peuvent apparaître parfois sans commune mesure avec leur équivalent en Afrique francophone (que l’on songe, bien évidemment à l’Afrique du Sud, mais aussi au Kenya ou au Mozambique).

2 Les raisons de cette évocation du seul secteur public apparaîtront plus clairement ci-dessous.

3 Par l’IRD, mais aussi par les services de coopération et d’action culturelle des postes diplomatiques français, ou par des agences de financement de la recherche, comme l’Agence nationale de la recherche sur le sida.

4 Pour un bilan récent des conditions de travail des enseignants-chercheurs en Afrique et de leur influence sur les modalités du partenariat, on pourra se reporter à Droz et Mayor (éd.), 2009.

5 Il n’y a là rien de spécifique aux situations africaines : en France, nombre d’acteurs du secteur public sont amenés à créer des associations pour une plus grande facilité d’utilisation des fonds publics. Certaines ONG deviennent alors paradoxalement des organisations non gouvernementales organisées par le service public.

6 Ses statuts et son organisation ont été adoptés en 1972 ; les textes juridiques encadrant son activité ont été actualisés en 2000.

7 Nous faisons allusion ici à l’expression consacrée dans les formulaires de projet de l’Agence nationale de la recherche (ANR) qui ne prévoit pas, y compris pour les projets destinés au Sud, que puisse figurer comme équipe à part entière une équipe du Sud, la seule manière de faire apparaître dans le projet un chercheur du Sud étant de le faire figurer comme « prestataire de services ».

8 Quel rédacteur d’un projet de recherche en sciences sociales sur le Nord s’aventurerait à envisager des missions d’appui à la recherche de collègues africains en France ?

9 Il s’agit là d’un projet maintes fois évoqué et jamais réalisé. Au début de l’année 1992, alors que l’Orstom venait d’organiser le « Forum des partenaires », le président de l’Orstom de l’époque, Michel Levallois, évoquait déjà cette possibilité de transformation des centres Orstom en campus scientifiques internationaux (cf. Recherches scientifiques en partenariat. Journal des anthropologues, 46, 1992).

Auteurs

Socio-anthropologue
Département de sociologie
Université de Ouagadougou, 03
BP 7021
Ouagadougou 03, Burkina Faso
fbationo@hotmail.com

Anthropologue
ENS de Lyon
Ifé, Triangle UMR 5206
15 parvis René Descartes
69007 Lyon, France
frederic.lemarcis@ens-lyon.fr

Socio-anthropologue
Université de Ouagadougou
BP 7021
Ouagadougou, Burkina Faso
soubeira@yahoo.Com

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540