Version classiqueVersion mobile

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 3. Formes et devenirs du partenariat

« Je ne veux pas être un patron »

Construire des partenariats équilibrés à partir d’attentes et d’univers socioéconomiques différents

Fred Eboko

Texte intégral

Introduction

1Les recherches entre partenaires du Sud et du Nord sont consubstantielles à l’existence de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Pour autant, elles concernent depuis toujours une multitude d’autres acteurs institutionnels. Dans l’ensemble, tous ces acteurs soulignent une commune volonté de construire des partenariats Nord-Sud ou Sud-Nord qui respectent l’autonomie, l’intégrité scientifique et la liberté des acteurs, notamment du Sud. Il suffit d’effectuer ce rappel pour sentir le poids d’une histoire inégale entre les pays du Nord et du Sud et en particulier, entre les chercheurs dont les pays sont liés par l’histoire coloniale. La reconfiguration d’un monde globalisé modifie également les dynamiques de ces partenariats Nord-Sud.

2L’intervention d’une constellation de nouveaux partenariats, de pays, et d’échanges échappe peu ou prou à des volontés de coordination, aux plans international et national, malgré les efforts accomplis pour gagner en cohérence et en collaboration efficace au niveau scientifique. Ma contribution vise à questionner les efforts exceptionnels observés depuis une vingtaine d’années en France pour établir des échanges équilibrés (projets « ANRS », projets « Corus » du MAEE-IRD, par exemple) ou pour soutenir des équipes du Sud, y compris en leur donnant la possibilité de ne pas avoir de partenaires scientifiques au Nord (projets « Aires-Sud » du MAEE-IRD, par exemple).

3À partir de mon expérience de chercheur dans le cadre de la participation aux projets cités plus haut, je voudrais discuter l’hypothèse du poids de l’histoire dans les partenariats et des nouveaux modèles de coopération qui font des Suds des univers différents les uns des autres. Dans ce contexte, le poids de la provenance des financements constitue le fil d’Ariane de cette démonstration qui voudrait mettre en lumière les apories et les succès des partenariats portés par la commune ambition du respect et de la reconnaissance de l’altérité scientifique. À travers des exemples liés à mon expérience et à ceux observés sur divers terrains africains, je voudrais montrer les deux faces du débat. La première est la volonté des pays du Nord et en particulier, de la France de « sortir du pacte colonial ». La seconde est liée aux positions des chercheurs des Suds portés par la volonté générale de la reconnaissance scientifique internationale et confrontés aux inégalités socio-économiques qui séparent certains chercheurs du Sud de leurs collègues du Nord. De la sorte, il est question dans ce texte de montrer qu’au Nord comme au Sud, l’enjeu matériel et le poids de l’histoire sont des variables dont la conjonction pourrait expliquer le choix des « priorités » des recherches partenariales, dans un contexte où c’est parfois le chercheur « Nord » qui voudrait rappeler qu’il est un chercheur soucieux de partager et de collaborer sans aspirer à être « un patron ».

  • 1 « Coopération pour la recherche universitaire et scientifique » (Corus).
  • 2 Appuis intégrés pour la recherche scientifique du Sud (Aires-Sud). J’en profite pour remercier ici (...)

4À partir du dispositif de l’IRD, le ministère des Affaires étrangères et européennes a financé une série de programmes de recherches en partenariat dont l’évolution de la réflexion me semble emblématique de la prise de conscience de l’asymétrie des collaborations Nord-Sud. Ces programmes de recherche constituent une tentative de réponse aux écueils soulignés plus haut (Hamelin et al., 2012) et aux apories de la recherche en partenariat Nord-Sud. Ayant pris part en tant que chercheur et responsable Nord à plusieurs projets de recherche en partenariat, dont un projet « Corus 21 », puis en tant qu’» expert » au programme « Aires-Sud2 », je voudrais mettre en lumière deux phénomènes. En premier lieu, il faut insister sur la volonté générale, au Nord comme au Sud, de participer à la construction de partenariats scientifiques et institutionnels équilibrés ; le second élément stipule l’hypothèse de l’ambivalence ontologique liée à l’origine des financements de ces projets et des modalités de la coordination générale (l’IRD donc la France). Ce second phénomène constitue la pierre angulaire de la régulation du partenariat et tend à limiter l’impact des réflexions et des efforts incontestables visant à promouvoir des dynamiques d’échanges équitables.

5Les programmes « Corus 2 » et « Aires-Sud » se sont achevés en 2011. Chacun d’eux témoigne d’une évolution du paradigme du partenariat et de l’évolution de la réflexion pour que les partenaires du Sud tirent profit de ces financements sans souffrir d’une inféodation à leurs partenaires dits du Nord. Les projets « Corus 2 » se distinguaient déjà de leurs prédécesseurs en faisant du partenaire/d’un des partenaires du Sud le coordinateur principal du projet sélectionné. Les projets relevant du programme « Aires-Sud » allaient encore plus loin dans cette logique de renforcement de l’autonomie des équipes du Sud et de leur choix de partenariat en laissant la possibilité à ces équipes de choisir ou non d’avoir un partenaire au Nord ou au Sud. En d’autres termes, les projets « Aires-Sud » présentaient une posture philosophique, politique, voire éthique qui visait à éviter définitivement l’obligation pour un partenaire du Sud de se sentir sous la tutelle du Nord et en particulier, de partenaires français. Dans le premier cas (« Corus 2 »), le partenariat se construit sur le principe de l’impulsion et de la coordination générale du partenaire du Sud, en collaboration avec le partenaire du Nord. Dans le second registre (« Aires-Sud ») il n’y a de partenaire au Nord que si le partenaire du Sud le souhaite. Dans les deux cas, un Secrétariat exécutif (SE) basé à l’IRD assure l’organisation administrative de tous les projets.

6Il est intéressant d’illustrer à partir d’exemples concrets cette armature de la recherche en partenariat, même s’ils n’ont pas vocation à être représentatifs d’une réalité qu’ils incarnent en partie. La petite anecdote qui suit vise à souligner les apories qui peuvent s’immiscer dans les desseins résumés plus haut et à montrer les difficultés que des procédures administratives légitimes peuvent induire.

De quoi « le Nord » est-il responsable ?

Le contexte procédural d’une contrainte partenariale : « la date de la clôture budgétaire »

  • 3 Je reprends ici le titre d’un roman de Romain Gary, Au-delà de cette limite votre ticket n’est plu (...)

7Les projets « Corus 2 » ont pris fin en 2011. Le SE a averti les différents responsables, Sud et Nord, de la date de la fameuse « clôture budgétaire » qui signifie à l’IRD une chose aussi simple d’un point de vue comptable qu’elle est problématique du point de vue du chercheur, notamment pour les partenaires internationaux (dont les Africains) qui connaissent d’autres procédures comptables : « Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable »3. La limite de l’utilisation des budgets est fixée entre le mois d’octobre ou de novembre pour les projets qui arrivent à échéance dans l’année en cours. De fait, il faut que tous les partenaires adaptent leurs agendas à cette échéance qui ne figure nulle part, à ma connaissance, dans les appels d’offres et que les chercheurs IRD, censés connaître, peuvent indiquer au début des projets à leurs collègues et qu’ils oublient bien entendu de signaler, portés par d’autres préoccupations.

8Ces considérations comptables et administratives peuvent sembler anecdotiques, sauf quand elles entraînent une concaténation de contradictions, de malentendus et de crispations entre les différentes parties.

  • 4 http://gouvernancesida.canalblog.com
  • 5 Politiques publiques, sociétés et mondialisation en Afrique subsaharienne (Polmaf) est un programm (...)

9En organisant à Marseille l’atelier international de synthèse du projet « Corus 2 », dont j’étais le coordinateur Nord, l’équipe constituée depuis bientôt quatre ans (2007-2011) allait clore un travail d’équipe et lancer un nouveau projet4. Cette double échéance attestait de la qualité des relations tissées autour du projet initial sur l’action publique en santé, à partir du Burkina Faso, du Cameroun et du Botswana. Cette réunion scientifique confirmait également l’ouverture de l’équipe, ainsi constituée, à d’autres partenaires autant en France qu’en Afrique subsaharienne. Cette dynamique initiée grâce à l’expérience acquise au cours de trois ans de travail et d’échanges s’est ensuite enluminée par l’inscription de l’équipe dans une des orientations stratégiques de l’IRD, les programmes pilotes régionaux (PPR), à travers le programme « Polmaf5 » dont l’équipe en question constitue « l’axe santé ». Cette synergie et les acquis humains autant que scientifiques donnent l’impression d’un parcours « idéal » qui pourrait représenter une satisfaction pour le SE. Chacun gère des priorités différentes. Après avoir péniblement trouvé la date idéale de la rencontre marseillaise, l’atelier a eu lieu et a tenu ses engagements scientifiques.

10Quelques mois après cette réunion, je reçois un message électronique du Secrétariat exécutif. Le message est sincère et agacé, le fond témoigne du caractère excédé de l’auteur du message envers moi. Les partenaires d’un des pays du projet ont effectué leur déplacement après la date fatidique dite de « la clôture budgétaire ». Par conséquent, le SE se retrouve dans un embarras qui relève de la gestion d’un problème comptable dans le cadre d’un programme dont le budget est clos. Les collègues du pays en question sont partis avec l’onction de la régie IRD sur place et ont scrupuleusement respecté leurs dates de départ et de retour chez eux. Les uns et les autres – y compris moi – avaient été avertis de la fameuse date. C’est une histoire kafkaïenne dans laquelle tout le monde a de bons arguments qui justifient le respect des procédures. À la réflexion, l’embarras du SE se comprend. Le travail de coordination a été titanesque en ce qu’il a dû gérer : 8 millions d’euros pour les programmes « Corus » et « Aires-Sud », 82 projets, à travers 30 pays d’Afrique, 150 équipes, 1 200 chercheurs et étudiants (Hamelin et al., 2012 : 7).

11Dans ce contexte, il est même tout à fait possible que ma modeste personne n’ait pas été assez scrupuleuse sur le respect des procédures que je suis censé connaître mieux que mes partenaires africains. La question de fond que je pose en tant que chercheur est la suivante : peut-on construire un partenariat équilibré lorsque les financements et les normes administratives qui les accompagnent viennent d’un seul et même pays ?

12Aurais-je agi différemment si j’avais été à la place du Secrétariat exécutif ? À cette dernière question, je réponds que j’aurais sans doute agi de la même manière. Cette réponse que je propose est aussi sincère qu’elle dit l’absurdité d’une situation où le « responsable » est nécessairement du côté de la gestion des finances et des procédures, au-delà de l’effort politique qui a été réalisé par le MAEE et le SE pour que la coordination scientifique et administrative soit au Sud. Je suis donc, par hypothèse, en tant que chercheur IRD « le patron » de toutes les contraintes administratives et, de fait, de toutes les contradictions qui en découlent. Dans ces cas, la reconnaissance des responsabilités de coordination portée par le Sud n’est-elle pas un vœu pieux ?

13Cet imbroglio administratif pourrait laisser penser que le travail de recherche peut être amoindri ou altéré du fait des pesanteurs structurelles de l’administration de la recherche. En réalité, les chercheurs construisent leurs partenariats les plus féconds à partir de rencontres et de relations interpersonnelles et scientifiques qui transcendent les aléas des procédures quand elles sont profondes. Dans le cas contraire, il arrive que les différends administratifs ruinent l’ambiance entre partenaires du Nord et du Sud et finissent par sonner le glas de la construction de nouveaux projets. C’est dans ce cadre que je propose de montrer, dans une perspective qui commence par la fin d’un programme, comment plusieurs partenariats ont construit des filiations qui se poursuivent et dont les procédures représentent des jeux d’obstacles que la qualité des relations permet d’appréhender avec du recul, voire de l’imagination.

Quand Marseille éclaire les Suds

14L’atelier de synthèse d’un projet est un moment phare pour les partenaires, en ce qu’ils se retrouvent pour clore un projet, en tirer les leçons et, souvent, penser à de nouveaux projets qui fondent la continuation et le renouvellement du travail collectif, voire du renforcement du partenariat. L’atelier de synthèse du projet « Corus 2 » en question correspond à cette logique.

  • 6 Projet Corus n° 6091 « Les recompositions de l’action publique à partir de la lutte contre le sida (...)
  • 7 Projet ANRS contrat d’initiation 12251 « Gouvernance et sida en Afrique. Accès universel, différen (...)

15Les questions qui ont présidé à la problématique du projet « Corus 2 » qui s’est achevé6 et de celui du projet « Gouvernance7 » qui se construit constituent le nœud gordien d’une situation historique charnière. Pensé et organisé en pleine période de « passage à l’échelle », dans l’accès aux ARV (antirétroviraux) en Afrique subsaharienne, le projet « Corus 2 » visait à comprendre et à rendre intelligibles les processus politiques et socio-historiques qui guidaient et orientaient l’action publique transnationale contre le sida dans cette décennie 2000, à partir de trois pays : le Burkina Faso, le Cameroun et le Botswana. Entre l’espérance portée par l’accès aux soins des populations les plus éprouvées par la pandémie du sida d’une part, et les questions de mise en œuvre et d’organisation concrète de ce « passage à l’échelle » d’autre part, nous avons étudié trois configurations différentes d’une « révolution thérapeutique » en Afrique subsaharienne. L’amorce du projet « Gouvernance et sida en Afrique » en 2011 intervient au moment précis où la crise financière internationale tendrait à remettre en cause les progrès exceptionnels accomplis par la solidarité internationale et les pays africains face au sida, à partir de quatre pays : le Sénégal, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Le premier projet s’est déroulé dans un contexte d’espoir ; le second s’ouvre sur un environnement international lourd d’inquiétudes, du fait de la plus grave crise économique que le monde ait connu depuis 1929.

16En organisant un double atelier et en réunissant des chercheurs constituant l’intersection entre ces deux projets, nous avons, ensemble, rassemblé des contributions qui se situent au cœur de cette situation historique charnière à laquelle le monde et l’Afrique font face. D’une période à l’autre et d’un projet à l’autre, un glissement historique et scientifique s’est opéré au cœur d’une problématique de santé publique. Entre hasard et nécessité, la filiation du second projet vis-à-vis du premier place notre travail collectif face à un défi de santé publique auquel nos travaux proposent des pistes scientifiques ambitieuses. Ouvertes aux exemples béninois et ougandais, les présentations ont donc concerné sept pays, plusieurs niveaux d’analyse (du niveau international au niveau microsociologique en passant par le noyau dur des dimensions politiques nationales) et plusieurs disciplines des sciences sociales (science politique, sociologie, anthropologie, économie, géographie et santé publique). Inspiré par un regard et les apports sociohistoriques, l’ensemble des présentations met en exergue des analyses diachroniques et synchroniques.

17En abordant d’autres pathologies que le sida, les travaux novateurs menés respectivement sur l’organisation de la prise en charge de la co-infection VIH-TB (Vidal et Kuaban, 2011) d’une part, et du paludisme (Same Ekobo, 2011) d’autre part, ont permis d’éclairer les enjeux multiples de santé publique que doivent affronter un monde en mutation et les pays africains sujets à une incertitude financière sans précédent depuis la découverte des ARV. Les acquis scientifiques d’une décennie pendant laquelle il s’est agi d’analyser les avancées et les limites de modèles d’action publique multiniveaux (international, national, local), portés par des acteurs transnationaux, ont donc éclairé les pistes heuristiques et méthodologiques permettant de rendre compte, au niveau des sciences sociales, de l’Afrique face au sida dans « un monde nouveau ».

18Un regard transversal sur notre atelier permet de classer la progression de ces deux journées en deux thématiques : acteurs, usages et systèmes de santé en Afrique ; gouvernance en recomposition dans un monde en mutation.

Étudier le Botswana à partir d’une doctorante est un partenariat difficile

19Fanny Chabrol est à l’origine de l’ouverture de notre travail sur le Botswana. Les difficultés liées simultanément à l’administration universitaire du Botswana et aux procédures de l’IRD, puis sans doute à des variables personnelles ont expliqué que, en dehors de Fanny Chabrol, qui était au début du projet doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), personne n’ait pu rencontrer physiquement le collègue botswanais. Malgré ces rendez-vous manqués lors des trois ateliers successifs (Yaoundé en 2008, Ouagadougou en 2009 et Marseille en 2011), le relais que devait assurer Fanny Chabrol a porté ses fruits tant au niveau collectif, grâce à ses missions de terrain à Gaborone, qu’au niveau individuel. Cette jeune chercheure a en effet réalisé la première thèse de sciences sociales en France sur le sida au Botswana. Il n’est pas inutile de rappeler la construction de ce travail et la manière avec laquelle, pas à pas, ce travail de recherche individuel s’est enrichi dans le collectif, tout en nourrissant l’approche comparée qui unissait tous les partenaires du projet.

Paris-Gaborone

20Ce que Fanny Chabrol, via une bourse de l’ANRS, puis de Sidaction, a livré à la communauté des chercheurs (Eboko et Chabrol, 2005) et des jeunes chercheurs travaillant sur le sida exprime plusieurs qualités qui ont renforcé différents partenariats sur tous les terrains où elle s’est rendue dans le cadre des ateliers organisés par le projet : son sens exceptionnel du collectif et une capacité précieuse à apprendre son métier et à accompagner les autres (Chabrol, 2008). Son apport à l’animation de la recherche du réseau des jeunes chercheurs de l’ANRS souligne la succession des réseaux auxquels un jeune peut apporter sa contribution (Chabrol et Girard, 2010). La maîtrise du temps et la gestion de l’espace font de cette thèse (Chabrol, 2012) le fruit de nombreux échanges et collaborations qui ont conduit Fanny Chabrol dans une kyrielle de pays dont je retiens avec plaisir les passages à Yaoundé et à Ouagadougou. Dans ce contexte, la complicité de son directeur de thèse Didier Fassin constitue une ouverture importante pour la facilitation de la collaboration de Fanny Chabrol à notre projet et l’apport au collectif qu’ils caractérisent l’un et l’autre dans ce qui constitue une dynamique qui peut s’appeler le sens de la continuité et de la filiation épistémique, de la sociologie politique de l’action publique à l’anthropologie de la santé en temps de sida en Afrique.

21Cette collaboration et le relais assuré par Fanny Chabrol entre notre équipe et les collègues de l’University of Botswana ont mis en exergue le « modèle botswanais ».À savoir, la reconfiguration de la politique de prise en charge du sida dans ce pays via un leadership politique exceptionnel, comparé à d’autres pays (Eboko et al., 2009). Dans cette logique, nous renforçons ensemble le travail interdisciplinaire, tout en construisant un nouveau socle paradigmatique qui s’appuie sur la science politique et en particulier, la sociologie politique de l’action publique. Cette manière de procéder est issue de la conjugaison progressive des partenariats et des projets.

L’apport de la science politique dans les partenariats et la fécondation interdisciplinaire8

  • 8 Ce titre illustre les orientations de mes travaux qui ont suivi mon recrutement à l’IRD en mars 20 (...)
  • 9 Voir Fred Eboko, Une saison à Bondy. Rapport en vue de la titularisation (mars 2004 – mars 2005), (...)

22Ma « saison à Bondy9 » marque une transition paradigmatique et institutionnelle. Cette période de renouveau individuel a permis, avec les collègues cités plus haut, de tenter de questionner des avancées théoriques et pratiques via de multiples collaborations qui concernent l’analyse des politiques publiques (APP).

La grille séquentielle de Jones : entre la « boîte noire » et le « point aveugle » de l’analyse interdisciplinaire d’une politique publique

  • 10 « Politique publique et sida en Afrique (Cameroun). Pour une contribution interdisciplinaire, empi (...)
  • 11 Le premier atelier du projet dit ACI (Action concertée incitative) s’est tenu à Bordeaux, le 1er j (...)

23C’est donc à la faveur de la réflexion sur la construction des politiques publiques en Afrique, à partir des réponses à la question du sida, que sont initiés les partenariats qui fondent notre programme collectif actuel. La transition s’est effectuée en associant le responsable de la première étude comparative sur les programmes de lutte contre le sida en Afrique (M.-É. Gruénais) à des politistes spécialistes des politiques publiques en Afrique à travers un travail collectif, sous ma coordination10. Entre le travail collectif mené par Marc-Éric Gruénais jusqu’aux travaux empiriques et théoriques des politistes, je proposais un lien à travers un partenariat concret entre des chercheurs et des recherches dont la proximité heuristique me paraissait intéressante. Lorsque Dominique Darbon (professeur de science politique à Sciences Po Bordeaux) a estimé, lors de notre premier atelier, que la présentation de M.-É. Gruénais était la plus « politiste » de toutes11, il confirmait l’apport de l’anthropologie à l’étude des politiques publiques. C’est dans ce registre que les séquences concernant la mise en œuvre des politiques publiques d’inspiration internationale en Afrique servent d’interface aux disciplines des sciences sociales dans le champ du sida.

24L’analyse des séquences qui permettent la mise en œuvre d’une politique publique tient une place centrale dans la sociologie politique de l’action publique (Hassenteufel, 2005, 2011). En étudiant les politiques publiques édictées ou inspirées par les organisations internationales, puis en comparant différents « États en action », nos travaux portent in fine sur l’analyse de politiques dites « transnationales ».

25En soulignant le fait que les travaux d’inspiration socio-anthropologique du type Organiser la lutte contre le sida en Afrique auxquels j’ai été associé (Gruénais, 1999) ne faisaient pas explicitement référence aux notions et concepts issus de l’analyse des politiques publiques (APP), j’ai proposé de construire un « pont » entre les deux approches, à partir d’un partenariat Nord-Sud (Eboko, 2005a). Il ne s’est pas agi de stigmatiser une carence, ce qui aurait été une impasse au vu de la richesse et de la diversité de thématiques et paradigmes dans chaque discipline. Ce type de tentative de rapprochement interdisciplinaire et paradigmatique est assez récurrent, dès lors qu’une équipe ou un chercheur se retrouve à l’interface de deux ou plusieurs orientations disciplinaires. Pour rester dans les politiques transnationales, Andy Smith (Smith, 2013) tente un rapprochement similaire, dans le contexte européen, entre les relations internationales (RI) et les APP. Dans un cas comme dans l’autre, il est question d’essayer de trouver des cadres d’analyse qui rendent intelligibles des situations de telle sorte que ces efforts de conceptualisation soient reproductibles ou pas dans des recherches similaires, qu’ils permettent d’émettre des hypothèses falsifiables ; en d’autres termes, qu’ils nourrissent et fassent avancer la réflexion scientifique et critique dans un ou plusieurs champs.

26En comparant les politiques publiques de lutte contre le sida, sous forme de « programmes verticaux » de santé, M.-É. Gruénais avec ses collègues et ses doctorants ont abordé quatre des six séquences proposées par les disciples de Harold Lasswell, sans que ces auteurs se réfèrent aux APP. Les quatre des six séquences ont été abordées et mises en perspective par les travaux fondateurs sur les politiques du sida en Afrique cités plus haut. Ces six séquences sont : 1) la définition du problème ; 2) le classement des problèmes en termes de préférence ; 3) la sélection d’une solution ; 4) la mise en œuvre de « la solution » ; 5) l’évaluation ; 6) l’achèvement de la politique publique.

  • 12 Je rappelle ici que ma thèse avait été dirigée par Jean-François Médard, professeur de science pol (...)

27De même, des « entrées » classiques proposées par les politistes des APP ont été rigoureusement abordées. En effet, ces recherches sur le Congo, le Cameroun (Afrique centrale), la Côte d’Ivoire, le Sénégal (Afrique de l’Ouest) et le Kenya (Afrique de l’Est) ont pris pour entrées successives : les processus, les institutions, les acteurs. Les tenants des « 3I » (les « idées », les « institutions » et les « intérêts » : Palier et Surel, 2005) en APP se seraient sans doute retrouvés dans la dynamique de ces travaux comparatifs et multidisciplinaires (anthropologie, sociologie, science politique, histoire).À partir de la participation à cette recherche collective, mon ambition et mes projets, renforcés par ma double tutelle académique12, ont consisté à cadrer mes analyses sur les APP, en associant dans les projets les doctorants et chercheurs de disciplines et d’institutions différentes, en France et en Afrique subsaharienne. En intégrant l’Institut de recherche pour le développement, j’ai choisi de prolonger cette réflexion théorique et empirique, dans une perspective comparative. Pour cela, j’ai choisi de confronter les APP à des approches en termes de « cultures politiques » (Céfaï, 2001), appréhendées sur un mode dynamique (Eboko, 2005a, b, c).

28Dans le même temps, l’accélération de l’accès aux polythérapies antirétrovirales, par le biais de la baisse du prix de ces médicaments, m’a amené à me poser la question de « l’institutionnalisation » de la lutte contre le sida en Afrique, près de vingt ans après la reconnaissance de l’épidémie (Eboko, 2005d).

  • 13 Cette phase est marquée par les projets construits à Bondy pendant la période 2004-2005. Il s’agit (...)

29C’est dans le but de réaliser ces ambitions et confronter ces idées à d’autres expériences, que les projets de recherche collectifs, sous ma co-coordination ou non, ont été présentés. Chacun d’eux marque une étape et une progression dans la construction des partenariats, pour une contribution interdisciplinaire, empirique et théorique à l’analyse des politiques publiques13.

  • 14 « Politique publique et sida en Afrique (Cameroun) ». Projet cité ; voir note n° 10.
  • 15 Voir Nay, 2009 et 2010.
  • 16 Louis Pizarro est enseignant à Sciences Po Paris et directeur général de l’ONG « Solthis » (Solida (...)

30Un premier projet prit forme avec, entre autres, la collaboration de Dominique Darbon (Sciences Po Bordeaux), Maurice Enguéléguélé (Curapp, Amiens) et Mathias Éric Owona Nguini (ex-CEAN, université de Yaoundé 2)14. Je fus affecté, au titre de l’expatriation requise pour les chercheurs IRD, à Yaoundé, à la Fondation Paul Ango Ela pour la géopolitique en Afrique centrale (FPAE) dont M.-É. Owona Nguini assurait la coordination scientifique. Le cercle vertueux des collaborations, des rencontres ou des retrouvailles a contribué à dessiner le mouvement des frontières disciplinaires que je souhaitais franchir, grâce aux partenariats cumulatifs présentés dans ce texte. À ce jour, le fait d’être rejoint par un professeur de science politique non africaniste et spécialiste des organisations internationales, Olivier Nay15, comme par des représentants d’ONG, tel Louis Pizarro16, ouvre des perspectives en termes paradigmatiques et renforce les capacités d’encadrement des étudiants de ce qui constitue actuellement un réseau de chercheurs et de doctorants dans les pays cités dans le projet. Aux yeux de tous, ce sont sans doute les soutenances de thèse, y compris celles qui avaient l’air d’être des « cas témoins » de nos projets (Demange, 2010 ; Chabrol, 2012), qui constituent les moments les plus satisfaisants de ces réseaux qui n’auraient pas existé de cette manière sans l’impulsion des programmes « Corus ». Finir une collaboration avec un Secrétariat exécutif qui a soutenu et accompagné des projets qui se poursuivent, sur un message ne concernant que les courroux et les méandres des procédures administratives, en dit long sur le pouvoir des comptables et le règne des contrôles de toutes sortes sur la science made in France. Ce type de litige qui peut nuire aux partenariats est moindre lorsque nous sommes en présence d’une pluralité de financements et, de fait, d’une autonomie de l’organisation matérielle des activités par les chercheurs des pays dits en « développement ». De plus, « les chercheurs du Sud constatent que les priorités de la recherche sont trop souvent définies par le Nord, tant au niveau des méthodes que des thèmes, tandis que les besoins des pays du Sud ne sont pas assez pris en compte. Pour y remédier, il faudrait permettre aux chercheurs du Sud d’infléchir le contenu des appels d’offres étatiques africains ou internationaux » (Hamelin et al., 2012 : 67).

Pour conclure : favoriser et soutenir la diversité des financements, c’est soutenir la liberté de nos partenaires

31Dans le cadre de la dernière génération de projets « Gouvernance et sida/santé en Afrique », que je co-construis avec mes collègues d’Afrique, nous avons bénéficié d’un contrat d’initiation financé par l’ANRS. À cette occasion, notre nouveau partenaire co-coordinateur de cette recherche en cours, sis à Dakar, l’Institut africain de la gouvernance (IAG), devait bénéficier d’une part du financement alloué à cette phase de construction d’un projet d’envergure. Dans ce contexte, un épisode révélateur illustre le malaise qui entoure la relation entre la France et ses partenaires d’Afrique. Pour des raisons liées au ton que le secrétariat lui aurait imposé au cours d’échanges administratifs pour clore le dossier de transfert des subsides, le responsable de notre projet au Sénégal a refusé de recevoir le financement de cette phase d’initiation. Il a organisé sur les fonds de son institution et dans la logique de l’organisation de rencontres mensuelles (« les vendredis de l’IAG »), les réunions qui permettaient d’inviter les représentants des institutions avec lesquelles nous avons décidé de travailler à Dakar. Cette situation, assez rare où une institution poursuit activement une collaboration en évitant de recevoir les fonds qui lui sont dus, illustre ce qu’un partenaire qui reçoit une grande variété de financements (Pnud, Union africaine, Coopération française, Banque africaine de développement, etc.) peut adopter comme posture. Au-delà des humeurs ou des susceptibilités personnelles ou relationnelles, la surprise de l’institution française en question et la fermeté du représentant de l’IAG dans cet échange attestent d’un fait. Briser la chaîne de la dépendance financière unilatérale offre une liberté sans laquelle la recherche perd ce qui lui est spécifique : la capacité de choisir ses orientations, ses priorités et de fixer des « limites ». Je peux donc mesurer l’intérêt que porte mon partenaire à nos travaux communs, au-delà de ce qu’impose la soumission à la source du financement. Je suis persuadé, de la même manière, que notre projet ne relève pas d’une simple opportunité, mais d’une volonté commune depuis plusieurs années de construire ensemble une sociologie de l’action publique en Afrique (Enguéléguélé, 2008). Bien entendu, j’aurais bien voulu faire l’économie d’un message électronique qui a déclenché le courroux de mes collègues dakarois, mais il a mis en exergue un mécanisme ambivalent qui veut que celui qui finance puisse s’adresser ou penser à ses interlocuteurs en oubliant quelquefois ce qui fait la qualité des partenariats : le respect mutuel. Pour l’heure, le spectacle de la liberté partenariale se poursuit à Dakar, dans la mesure où, au moment où j’écris ces lignes, le partenaire qui m’accueille à Dakar et qui va coordonner nos activités portant sur six pays africains manifeste la plus grande prudence quant aux ressources qui lui sont dues dans le cadre de mon affectation. Bien qu’étant dans une situation scientifique tout à fait intéressante (l’IAG est une plate-forme panafricaine de partages d’expériences et d’informations qui impliquent l’essentiel des institutions au cœur de notre projet de recherche) et une situation administrative équivoque, du fait d’un accueil pour lequel l’apport matériel de mon institution (l’IRD) n’est pas sollicité, contre toute attente, j’avoue qu’il n’est pas désagréable d’envisager des publications de premier plan, des réunions et séminaires des plus riches avec des partenaires qui ne nous doivent que ce qu’ils attendent de nous : le respect.

32Dans des configurations de crise où la gestion des ressources matérielles entraîne une pression importante chez les responsables administratifs et financiers dont le pouvoir n’est pas moindre auprès des chercheurs, il faut maintenir la vigilance la plus extrême pour que le fait d’être réputé « un bon gestionnaire » ne soit pas le meilleur des compliments adressés à un chercheur, car ce « compliment » peut masquer le temps exorbitant que cela demande aux chercheurs, au détriment de la recherche. Les partenariats se construisent bien au-delà de l’argent qui doit être et rester un moyen et non pas une fin, notamment dans le contexte postcolonial des relations Nord- Sud ouvertes à une compétition scientifique accentuée par de nouveaux partenariats sans passif historique. Il revient aux pays partenaires de réaliser un effort financier. Ce dernier constitue également un travail d’imagination, afin que les partenariats se nourrissent surtout d’ambitions scientifiques pour que la hantise française de la Cour des comptes ne soit pas une phobie internationale.

Notes

1 « Coopération pour la recherche universitaire et scientifique » (Corus).

2 Appuis intégrés pour la recherche scientifique du Sud (Aires-Sud). J’en profite pour remercier ici tout le Secrétariat exécutif (SE) de ces programmes : Philippe Hamelin, Penda Bary, Sébastien Huber, Julie Croizille et Virginie Pac.

3 Je reprends ici le titre d’un roman de Romain Gary, Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable (1975), Paris, Folio-Gallimard, 264 p.

4 http://gouvernancesida.canalblog.com

5 Politiques publiques, sociétés et mondialisation en Afrique subsaharienne (Polmaf) est un programme de recherche coordonné par Marie-France Lange (IRD), Emmanuel Grégoire (IRD) et Jean-François Kobiane (ISSD, Ouagadougou).

6 Projet Corus n° 6091 « Les recompositions de l’action publique à partir de la lutte contre le sida. Approche interdisciplinaire pour une recherche opérationnelle en santé en Afrique (Cameroun, Burkina Faso, Botswana) », coordonné par M. E. Owona Nguini (Fondation Paul Ango Ela, FPAE, Yaoundé) et F. Eboko (IRD, UMR 912, Marseille).

7 Projet ANRS contrat d’initiation 12251 « Gouvernance et sida en Afrique. Accès universel, différentiels nationaux. Limites, obstacles et perspectives (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal) ». Entre-temps, ce projet s’est ouvert à deux nouveaux pays, le Niger et le Bénin.

8 Ce titre illustre les orientations de mes travaux qui ont suivi mon recrutement à l’IRD en mars 2004 au sein de l’unité de recherche R 002 « Acteurs et systèmes de la santé en Afrique », dirigée à l’époque par Marc-Éric Gruénais.

9 Voir Fred Eboko, Une saison à Bondy. Rapport en vue de la titularisation (mars 2004 – mars 2005), Bondy, IRD, UR 002 « Acteurs et systèmes de la santé en Afrique », site secondaire de l’UR 002, centre de recherche d’Île-de-France, mars 2005, 66 p. (sans les annexes).Parrain scientifique : Laurent Vidal.

10 « Politique publique et sida en Afrique (Cameroun). Pour une contribution interdisciplinaire, empirique et théorique à l’analyse des politiques publiques ». Recherche menée et financée dans le cadre de la réponse à l’appel à propositions Action concertée incitative (ACI), ministère délégué à la Recherche, Paris. Partenaires : IRD (UR 002), CEAN (Bordeaux), Curapp (Amiens), Graps (Yaoundé).

11 Le premier atelier du projet dit ACI (Action concertée incitative) s’est tenu à Bordeaux, le 1er juin 2005. Il a réuni des politistes et des anthropologues, des chercheurs et des doctorants, de France et du Cameroun.

12 Je rappelle ici que ma thèse avait été dirigée par Jean-François Médard, professeur de science politique à l’IEP de Bordeaux et par Claude Raynaut, anthropologue, directeur de recherche CNRS à l’université de Bordeaux 2.

13 Cette phase est marquée par les projets construits à Bondy pendant la période 2004-2005. Il s’agit notamment du projet « ACI » cité précédemment. Voir note n° 10. Le titre de ce paragraphe reprend le titre du projet en question.

14 « Politique publique et sida en Afrique (Cameroun) ». Projet cité ; voir note n° 10.

15 Voir Nay, 2009 et 2010.

16 Louis Pizarro est enseignant à Sciences Po Paris et directeur général de l’ONG « Solthis » (Solidarité thérapeutique et initiatives contre le sida : http://www.solthis.org/

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search