Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 3. Formes et devenirs du partenariat

La construction d’un partenariat au Chili

Les programmes de recherche-formation sur le thème « Société, agriculture et environnement »

Patrick Livenais, Pablo Alvarez et Hector Fabian Reyes

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour l’IRD, ces recherches sur le biome « Milieux arides et méditerrannéens » furent initiées au C (...)

1Depuis une vingtaine d’années, l’IRD et plusieurs institutions chiliennes développent en partenariat dans les zones arides méditerranéennes du Chili des recherches pluridisciplinaires sur le thème « Société, agriculture et environnement »1 et au travers, successivement, des programmes :

  • Limarí : « Environnement et développement durable de la zone aride du Chili », 1992-1996 ;
  • Coquimbo : « Transformations des espaces ruraux et processus d’intégration régionale dans la IVe région du Chili », 1998-2003 ;
  • SEM-Chili : « Société, environnement et mondialisation dans le Chili aride », programme en cours depuis 20092.

2Ces recherches sont fondées sur l’étude des relations entre les populations et leur environnement, à partir d’une analyse pluridisciplinaire des écosystèmes centrée sur trois facteurs essentiels de la production : la terre, l’eau et le travail. Elles mobilisent des chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants des sciences agronomiques au sens large (agronomie, hydrologie, pédologie), des sciences sociales (économie, démographie, géographie, sociologie) et des sciences de l’ingénieur (géomatique, télédétection et statistique).

3Ce texte retrace et analyse l’expérience de partenariat scientifique partagée par des chercheurs français et chiliens, à travers les programmes de recherche-formation mis en place par l’IRD et trois institutions chiliennes : l’université du Chili (« La U »), l’université de La Serena (ULS) et le Centre d’information de ressources naturelles (Ciren) dépendant du ministère de l’Agriculture. Les arguments qui suivent concernent les programmes Coquimbo et SEM-Chili dans lesquels nous avons été et sommes encore impliqués. Mais la recherche est un processus cumulatif et nous souhaitons souligner que nos travaux ont amplement bénéficié des résultats du programme Limarí dirigé par Jean Pouget. Nous allons aborder dans ce qui suit la construction du partenariat, c’est-à-dire ce qui motive les choix de partenaires, et ensuite la force d’orientation de ces choix tout au long des programmes, qu’il s’agisse des thématiques de recherche, des activités de formation, des recherches de financement, et jusqu’à la stratégie finale de restitution et de publication des résultats.

La construction du partenariat

4Les programmes Coquimbo et SEM-Chili, suivant des modalités propres, nous parlent de construction du partenariat, dans le sens où, à un partenaire de départ, sont venus s’ajouter de manière déterminante un ou plusieurs autres partenaires. Nous ne traiterons ici que des partenariats principaux (ayant fait l’objet de la signature de convention) développés par les parties françaises ou chiliennes à l’occasion de ces programmes.

5S’agissant du programme Coquimbo, qui prenait le relais du programme Limari, le partenariat de départ a concerné l’IRD (Laboratoire population-environnement-développement, LPED) et l’université du Chili de Santiago (la faculté d’agronomie et plus spécialement son centre Agricultura y Medioambiente, Agrimed, centre transversal commun à plusieurs départements de cette faculté). Ce choix initial signifiait à la fois une continuité, par rapport au programme Limarí, et un ajustement, car le centre Agrimed, créé en 1997, correspondait bien à la démarche de recherche pluridisciplinaire visée.

  • 3 INE (Instituto Nacional de Estadísticas), Indap (Instituto de Desarrollo Agropecuario), SAG (Servi (...)

6Les missions de terrain réalisées tout au long de la première année du programme dans la région d’étude (région de Coquimbo, située à 400 km au nord de Santiago) ont progressivement montré qu’une collaboration avec l’université de La Serena s’imposait. Trois éléments ont été décisifs dans l’établissement d’un partenariat nouveau avec cette université : en premier lieu ses rapports étroits avec la société civile locale, c’est-à-dire en particulier avec les organisations publiques ou privées impliquées dans tout ce qui concerne les questions de développement rural3 ; en deuxième lieu le fait que ses enseignants chercheurs, et particulièrement ceux du département d’agronomie installé à Ovalle (capitale de la province du Limarí, en pointe pour le domaine agricole), sont remarquablement au fait des réalités régionales concernant les questions foncières et d’usage de la ressource en eau ; en troisième lieu la curiosité, puis l’attrait de ces enseignants-chercheurs pour notre proposition de recherche pluridisciplinaire.

7Ce partenariat avec l’université de La Serena, envisagé au départ comme un complément du partenariat avec l’université du Chili, a rapidement pris de l’ampleur, et son influence a été décisive sur le déroulement du programme Coquimbo : orientation des thématiques de recherche ; élaboration d’un plan de formation comprenant, d’une part, la formation diplômante au niveau doctoral pour les cadres de l’université de La Serena et, d’autre part, l’accueil permanent des étudiants français et chiliens participant au programme dans des locaux mis à disposition sur le campus d’Ovalle ; proposition d’une JEAI (voir plus loin) à la fin du programme Coquimbo.

  • 4 Le satellite Fasat-Charlie est une commande du Chili à EADS Astrium. Le satellite a été lancé par (...)

8S’agissant du programme SEM-Chili, le partenariat IRD-université de La Serena, en tant que partenariat principal, a été reconduit. Il continue de donner toute satisfaction aux parties. Il se développe aujourd’hui en synergie avec un nouveau partenariat noué à Santiago en 2010, avec le Ciren (Centre d’information de ressources naturelles du ministère de l’Agriculture), et plus spécifiquement avec son département de géomatique. Le Ciren centralise depuis vingt-cinq ans un ensemble de données statistiques et cartographiques concernant les ressources naturelles et les productions agricoles nationales, et il vient de se voir confier le monopole d’exploitation et de diffusion des données civiles du satellite Fasat-Charlie4. Ce partenariat avec le Ciren est stratégique pour l’accès direct à des données essentielles et de qualité, à une échelle globale, que nous croisons avec les données propres collectées à l’échelle locale.

  • 5 Le CEAZA (Centro de Estudios Avanzados en Zonas Áridas) est un centre d’excellence mis en place pa (...)

9La construction des partenariats principaux a eu et a des effets d’entraînement. Les programmes Coquimbo et SEM-Chili ont été et sont l’occasion du développement de réseaux de partenariat plus amples, à partir d’expériences nouvelles conjointes ou séparées (mais transparentes entre les parties du fait de la confiance instaurée), dans les domaines de la recherche, de la formation, ou de l’expertise : avec l’université de Cordoba (Argentine), avec la région Hérault (coopération décentralisée entre la région Hérault/Agropolis et la région de Coquimbo/CEAZA5), avec l’ITT (Institute for Technology and Resources Management in the Tropics and Subtropics de Cologne, Allemagne), avec AgroParisTech (France).

  • 6 Au cours de ces missions, le programme de visite et les activités furent coordonnés, à partir du c (...)

10D’autres effets d’entraînement sont intervenus qui ont à voir avec le lien déjà évoqué que l’université de La Serena entretient avec la société civile. On signalera par exemple les missions réalisées en France (région Centre), en 2004 et 2005, par des délégations associant des chercheurs de l’université de La Serena et de l’INIA (Instituto Nacional de Investigación Agraria), des fonctionnaires du SAG, des responsables des associations d’irrigation et des producteurs privés. Ces missions, financées respectivement par le Fonds national de développement régional (FNDR) et par Innova-Corfo (Programme innovation de la Corporación de Fomento de la Producción), ont permis des échanges sur les questions relatives à l’élevage caprin et sur les questions de gestion intégrée de la ressource en eau au niveau des bassins-versants6.

Construction du partenariat et thématiques de recherche

11La collaboration construite entre chercheurs de l’IRD et enseignants-chercheurs de l’université de La Serena, à partir de leurs domaines de compétences respectifs (sciences sociales et sciences agronomiques), a été déterminante pour la définition de l’approche et des thématiques de recherche abordées lors des programmes Coquimbo et SEM-Chili. Pour l’essentiel, elle a signifié une prise de distance face à la vision communément admise associant aridité et désertification. Elle a conduit à centrer les recherches sur les conditions objectives de production agricole en milieu aride, c’est-à-dire sur les dynamiques des différents systèmes agraires identifiés (communautés agricoles des interfluves côtiers, communautés agricoles de la haute cordillère, petite agriculture des vallées irriguées, agriculture d’exportation autour des barrages), et sur leurs interactions. Par interaction il faut entendre concurrence pour trois facteurs essentiels de la production : le travail, la terre et l’eau.

12À l’arrivée, les recherches ont montré qu’il n’existait pas de progression inexorable de la désertification, et que l’aridité devait être considérée comme un contexte contraignant, plutôt que comme une malédiction stérilisante. Elles ont montré aussi les origines anciennes de l’état actuel du complexe sol-végétation. Elles ont montré encore que globalement les systèmes agraires actuels sont tout autant orientés vers la conservation des ressources naturelles que vers leur dégradation. Elles ont montré enfin que la viabilité socio-économique des systèmes agraires tournés vers le marché national était menacée, et que les politiques obsessives encourageant systématiquement les agricultures à produire pour l’exportation devaient être questionnées.

13La plus grande partie des travaux réalisés par les chercheurs, enseignants- chercheurs et étudiants, participants permanents des programmes Coquimbo et SEM-Chili, traduit cette vision. Il convient de faire ressortir l’importance donnée sur la période aux recherches sur la disponibilité, le renouvellement, les usages et les conflits concernant la ressource en eau, facteur décisif de la production en milieu aride. Ces questions sont en constante évolution, et la décision récente de l’État de privatiser la propriété des infrastructures majeures de stockage de l’eau (grands barrages alimentés par la fonte des neiges de la cordillère) montre que le sujet n’est pas clos.

Construction du partenariat et activités de formation

14Au cours des programmes Coquimbo et SEM-Chili un accent particulier a été donné aux questions de formation. Face à un partenariat multiple, notre souci a été de satisfaire à la fois la demande chilienne et la demande française, en l’organisant. Le partenariat, construit avec l’université de La Serena, a été l’occasion de définir un cadre structuré et fonctionnel (unité géographique d’étude : la région de Coquimbo ; unité de structure d’accueil : le campus d’Ovalle) répondant à ces demandes. On distinguera, dans ce qui suit, la formation diplômante et la formation à la recherche par la recherche pour les étudiants en cursus universitaire.

La formation diplômante

15Au cours des programmes Coquimbo et SEM-Chili 19 étudiants ont été encadrés, 8 de nationalité française, 11 de nationalité chilienne. En termes de diplômes, il s’agit de 6 thèses de doctorat (1 français, 5 chiliens), 5 DESS ou master (4 français, 1 chilien) et 8 stages d’ingénieur (3 français, 5 chiliens). On trouvera dans l’annexe II un récapitulatif des étudiants encadrés, selon la nationalité et le diplôme, en rapport à ces programmes.

16Deux commentaires pour mieux regarder ces chiffres :

  • la demande chilienne en formation est forte. On a pris rapidement la mesure que dans le domaine de la formation diplômante elle consiste avant tout dans la réalisation de thèses de doctorat. Cet élément a été privilégié, et effectivement, 5 des 6 thèses réalisées dans le cadre de nos programmes l’ont été par des Chiliens, dont 4 à l’université d’Orléans sont le fait de participants institutionnels à ces programmes (université du Chili : 1 ; université de La Serena : 2 ; Ciren : 1). La cinquième concerne une étudiante chilienne de l’EHESS ;
  • la stratégie d’encadrement pour les étudiants français a évolué avec le temps, dans le sens où même si l’ouverture subsiste envers diverses formations (en particulier, pour la réalisation de thèse), un choix privilégié existe depuis le programme SEM-Chili pour des stagiaires de longue durée (6 mois) en provenance d’AgroParis- Tech, institution avec laquelle une collaboration durable s’est installée (3 stagiaires depuis 2009).

La formation à la recherche par la recherche pour les étudiants de l’université de La Serena en cursus universitaire

  • 7 Le volet socio-démographique était centré sur le groupe familial : le chef de famille, son conjoin (...)

17Les programmes Coquimbo et SEM-Chili ont signifié, pour chaque système agraire étudié, la réalisation d’enquêtes quantitatives et qualitatives lourdes (en moyenne auprès de 300 familles). Le questionnaire de ces enquêtes comportait un volet socio-démographique et un volet agronomique7.

18Dans le cadre du partenariat IRD-université de La Serena, un module de formation à la recherche par la recherche a été mis en place pour la réalisation de ces enquêtes. Ce module a concerné les étudiants de 5e année du diplôme d’ingénieur agronome délivré par cette université. Les étudiants ont effectué la collecte des données (comme enquêteurs) et la mise en forme ultérieure de ces données (codification et saisie informatique). Une formation aux logiciels Data Entry et SPSS a été dispensée à cette occasion. Au total, 18 étudiants ont suivi ce module.

19Outre l’aspect formation pour ces étudiants, il est clair que cette pratique a représenté également un gain de fiabilité pour la recherche.

Construction du partenariat et recherche de financement

20Ce point est une évidence : la recherche de financement a répondu aux orientations en matière de thématique de recherche et d’exigence de formation définies dans le cadre du partenariat, en postulant à des appels d’offres ad hoc.

21S’agissant de la recherche de financement concernant les orientations thématiques, un programme GEF (Global Environnement Facilities) a été obtenu en 1998 auprès du Pnud, dont l’objectif était « La mise au point d’indicateurs biophysiques et sociaux pour l’étude des milieux arides et de la désertification au Chili ». L’année suivante (1999) un financement a été obtenu de la Fondation IBM pour le même objectif d’étude.

  • 8 La double direction du programme Ecos a été assurée par Jean-Paul Deléage (université d’Orléans), (...)

22Pour satisfaire la forte demande de formation diplômante, et en particulier pour financer la réalisation de doctorats en France, nous avons choisi de postuler au programme Ecos de la collaboration bilatérale franco-chilienne entre le MAEE et la Conicyt. En rapport avec le programme Coquimbo, un programme Ecos a donc été obtenu en 2000 : « Suivi de la désertification, connaissance des systèmes d’élevage caprin, gestion de la ressource en eau : trois aspects pour la définition d’une politique environnementale dans la IVe région du Chili ». Ce programme Ecos a conduit à un lien fort avec l’université d’Orléans8 et à la réalisation de 2 thèses (1 française, 1 chilienne).

23La réalisation des trois thèses de doctorat préparées par des Chiliens dans le cadre du programme SEM-Chili a été possible grâce à trois financements obtenus en postulant au programme JEAI de l’IRD (voir plus loin), au programme de bourses de thèse de l’IRD, et au programme de mobilité de l’ambassade de France à Santiago.

24S’agissant toujours du domaine de la formation, mais cette fois en ce qui concerne la réalisation d’enseignements, nous avons obtenu en 2004 un programme Premer. Premer (une déclinaison du programme Prefalc) est un programme régional du MAEE qui a pour objectif de favoriser le partenariat interuniversitaire entre la France et le Conosur. Il correspond à la mise en place d’un module d’enseignement de niveau master II, dispensé en alternance au sein des universités latino-américaines participantes. Le module d’enseignement que nous avons proposé – « Les méthodes de collecte, de traitement et d’analyse de l’information dans les études des systèmes socio-économiques et environnementaux » – s’est inspiré directement des pratiques de recherche mises en œuvre lors du programme Coquimbo. Son objectif était de former des étudiants à la conception et à la réalisation de travaux expérimentaux pour l’étude des relations entre société, agriculture et environnement. Les aspects suivants étaient abordés : conception des études et stratégies de collecte ; méthodes statistiques et informatiques de traitement et d’analyse de l’information ; systèmes de représentation spatiale de l’information ; modélisation.

  • 9 Ce programme Premer a été initié avec quatre partenaires : le LPED (IRD/université de Provence) et (...)

25Notre participation à ce programme a correspondu à notre volonté de donner une dimension régionale à nos travaux, et a permis de jeter les bases d’une collaboration Sud-Sud entre le Chili et l’Argentine9.

  • 10 La direction du LPED pour Patrick Livenais (2004-2007) ; la direction du CEAZA pour Pablo Alvarez (...)

26Un programme JEAI de l’IRD a été obtenu par nos partenaires de l’université de La Serena en 2006 « Acteurs, processus et conséquences du développement de la gestion privée des droits d’eau dans le Chili aride (Saaza) ». Cette implication s’est située dans le prolongement du programme Coquimbo, à un moment où nous étions appelés à d’autres tâches10. Le projet JEAI est donc intervenu, comme c’est son objectif, en tant que nouvelle étape de partenariat visant l’autonomisation. Mais il est intervenu aussi en tant que projet scientifique transversal : il s’agissait de permettre à nos partenaires chiliens d’approfondir la question du modèle de gestion privé des ressources hydriques dans le Limarí, comme thème d’une particulière importance pour le devenir de l’ensemble des systèmes agraires suivis par le programme Coquimbo et qui ont été repris ensuite par le programme SEM-Chili.

27Au cours de ce programme JEAI, comme il a été signalé antérieurement, un doctorat a été réalisé par un enseignant-chercheur chilien, et une bourse IRD (DSF : département soutien et formation) a été obtenue pour la réalisation d’un autre doctorat, cette fois par une étudiante chilienne de l’EHESS.

Construction du partenariat et stratégie de restitution et de publication des résultats de la recherche

28Une caractéristique commune aux trois programmes conduits en partenariat (Limarí, Coquimbo, SEM-Chili) a été et est d’opter pour des restitutions publiques dans la IVe région du Chili des résultats des recherches lors de colloques, et pour des publications finales et principales de ces résultats sous forme d’ouvrages collectifs, et en langue espagnole :

  • programme Limarí : « Ambiente árido y desarrollo sustentable : la provincia de Limarí ». Pouget Marcel, Caviedes Eugenio, Hamelin Philippe, Rémy Dominique, Mathieu Renaud, Lira Veronica, Alvarez Daniel, Santiago : universidad de Chile, Orstom, 1996, 103 p ;
  • programme Coquimbo : « Dinámicas de los sistemas agrarios en Chile árido : la región de Coquimbo ». Livenais Patrick y Aranda Ximena. (eds). LOM Ediciones, Santiago, 2003, 502 p. http://horizon.documentation.ird.fr/​exl-doc/​pleins_textes/​divers11-03/​010033862.pdf

29À l’initiative de la représentation IRD/CNRS au Chili, cet ouvrage épuisé a été réédité sous forme digitale (CD) en 2011 : http://fciencias.userena.cl/​index.php/​noticias/​ver/​noticia/​instituto_franc_lanza_libro_digital_sobre_vida_agraria_regional/​departamento/​facultad_de_ciencias

30La publication en langue espagnole des résultats de synthèse signifie une garantie de lecture qui va au-delà des milieux académiques et vise, dans la société civile, un éventuel impact des recherches. Elle représente in fine, mieux que tout autre signe, le pacte de partenariat de développement.

31Il reste que les chercheurs et enseignants-chercheurs, français comme chiliens, sont aussi évalués dans leurs systèmes nationaux respectifs à partir de la publication dans des revues. Le pacte de partenariat a donc consisté aussi à faire face à cette exigence, à partir d’un choix de revues en langue française, anglaise, et… espagnole.

Conclusion

32Nous avons essayé dans ce texte de « rendre compte » de la manière dont nous avons construit notre partenariat de recherche. Il y est question surtout du choix de partenaires privilégiés et de ses implications sur l’ensemble des activités menées : orientation des thématiques de recherche, plan de formation, recherche de financement, valorisation des résultats ; mais aussi de contacts avec la société civile conduisant à des partenariats public-privé ; et enfin d’une volonté chilienne d’extension en réseau de ce partenariat principal. Nous allons en guise de réflexion finale et de perspective revenir sur ces trois points.

  • 11 Point souligné par le Conseil scientifique de l’IRD : « Les chercheurs de l’IRD, qui travaillent “ (...)

33Des choix de développement de nouveaux partenariats privilégiés sont intervenus au cours des programmes Coquimbo et SEM-Chili dont on a présenté les motivations. Ces choix nous ont conduits d’abord vers une université régionale (université de La Serena), moins prestigieuse que les grandes universités de Santiago, mais plus efficace pour nos objets de recherche. Ces choix nous ont fait revenir ensuite à Santiago (Ciren), technologie centralisée oblige… Si ces choix ont pu intervenir, c’est en grande partie du fait de l’existence du régime d’expatriation en vigueur à l’IRD qui autorise une prospection, et conduit à un partenariat diversifié, en constante construction11. « Ojalá » qu’est-ce que cela veut dire ? Sa permanence, y compris pour les pays émergents !

34Une caractéristique forte du Chili émergent est que ses universités, encore plus en province qu’à Santiago, entretiennent un lien fort avec la société civile. Ce lien s’explique en grande partie par la recherche permanente de financement à laquelle ces universités sont soumises (le budget des universités repose sur l’apport des familles, il n’existe pas de crédits récurrents, le succès aux appels d’offres du Conicyt reste aléatoire). Ce lien conduit à des expériences sans cesse renouvelées de partenariats public-privé. Notre pratique de partenariat avec l’université de La Serena, et ce fut nouveau pour nous, a souvent consisté à participer à de telles expériences.

35Ici d’un point de vue chilien, et ceci concerne les trois institutions principales impliquées dans les programmes Coquimbo et SEM Chili : université du Chili, université de La Serena, Ciren, un élément ressort qui synthétise les attentes : le partenariat doit permettre de progresser sur un diagnostic des réalités locales, mais dans une perspective globale. Le pacte de partenariat est donc un défi conjoint qui consiste en un élargissement qui va au-delà du territoire national, considère l’analyse comparative, propose une perspective Sud-Sud, comme un regard Sud-Nord, et conduit pour les enseignants- chercheurs chiliens à de nouveaux réseaux de recherche et formation, des possibilités de publications conjointes, et de valorisation de la recherche dans le contexte international.

Annexes

Annexe I. Institutions partenaires et participants permanents des programmes

Programme Limarí (1992-1996)

Programme Limarí (1992-1996)

Programme Coquimbo (1998-2003)

Programme Coquimbo (1998-2003)

Programme SEM-Chili (depuis 2009)

Programme SEM-Chili (depuis 2009)

Annexe II

Formation diplômante :

Récapitulatif des étudiants encadrés selon la nationalité et le diplôme

Programme Limarí (1992-1996)

Programme Limarí (1992-1996)

Programme Coquimbo (1998-2003)

Programme Coquimbo (1998-2003)

Programme SEM-Chili (depuis 2009)

Programme SEM-Chili (depuis 2009)

Notes

1 Pour l’IRD, ces recherches sur le biome « Milieux arides et méditerrannéens » furent initiées au Chili, en comparaison à d’autres recherches conduites en Tunisie ou au Mexique, dans le cadre du département Milieu et activité agricoles (MAA) dirigé dans les années 1990 par Antoine Cornet.

2 On trouvera, en annexe 1, des tableaux présentant les institutions partenaires, ainsi que les participants permanents de ces trois programmes (chercheurs, enseignants- chercheurs et étudiants).

3 INE (Instituto Nacional de Estadísticas), Indap (Instituto de Desarrollo Agropecuario), SAG (Servicio Agricola y Ganadero), Conaf (Corporación Nacional Forestal), Bienes Nacionales, Dirección de Aguas, Dirección de Riego, Inia (Instituto Nacional de Investigación Agraria), Juntas de Vigilancia de los ríos, Asociaciones de canalistas, Federación de Comunidades Agrícolas del Limarí, Museos de La Serena y Ovalle, Municipalidades y Conservadores de Bienes y Raíces.

4 Le satellite Fasat-Charlie est une commande du Chili à EADS Astrium. Le satellite a été lancé par une fusée Soyouz depuis le centre de l’Agence spatiale européenne en Guyane française en décembre 2011.

5 Le CEAZA (Centro de Estudios Avanzados en Zonas Áridas) est un centre d’excellence mis en place par la Conicyt (Comisión Nacional de Investigación Científica y Tecnológica) dans la IVe région à partir d’une mise en synergie des principales institutions de recherche régionales. L’université de La Serena y participe.

6 Au cours de ces missions, le programme de visite et les activités furent coordonnés, à partir du centre IRD d’Orléans, par Yveline Poncet.

7 Le volet socio-démographique était centré sur le groupe familial : le chef de famille, son conjoint, ses enfants, ses ascendants, ses collatéraux. Les thèmes abordés pour chaque individu étaient l’activité, la formation et la mobilité. Le volet agronomique était centré sur l’exploitation agro-pastorale : la tenure de la terre, la main-d’œuvre employée, la production agricole et la commercialisation, les pratiques d’élevage, l’utilisation de la ressource en eau et les formes d’accès au crédit.

8 La double direction du programme Ecos a été assurée par Jean-Paul Deléage (université d’Orléans), puis par Yveline Poncet (directrice du centre IRD d’Orléans) pour la partie française et par Fernando Santibañez (université du Chili) pour la partie chilienne.

9 Ce programme Premer a été initié avec quatre partenaires : le LPED (IRD/université de Provence) et l’université d’Orléans, pour la France ; l’université du Chili au Chili et l’université nationale de Córdoba en Argentine, pour le Mercosur. Il a ensuite été étendu à l’université de La Serena.

10 La direction du LPED pour Patrick Livenais (2004-2007) ; la direction du CEAZA pour Pablo Alvarez (2006-2009).

11 Point souligné par le Conseil scientifique de l’IRD : « Les chercheurs de l’IRD, qui travaillent “sur” et “pour” les Suds, le font “dans” les Suds, à partir d’un usage approprié des diverses formes de l’expatriation : affectation, mission de longue durée, mission courte. Là encore, on ne soulignera jamais assez l’apport fondamental de ce dispositif d’expatriation “made in IRD” qui favorise une assimilation rapide des réalités locales, et enrichit la collaboration avec le partenariat (nos collègues des Suds ne s’y trompent pas, qui distinguent sur ce point la France, via l’IRD, des autres pays présents sur le marché de la coopération scientifique) » (L’IRD demain, contribution du Conseil scientifique à la réflexion stratégique, juin 2010).

Table des illustrations

Titre Programme Limarí (1992-1996)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Programme Coquimbo (1998-2003)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Programme SEM-Chili (depuis 2009)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Programme Limarí (1992-1996)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Programme Coquimbo (1998-2003)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Programme SEM-Chili (depuis 2009)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

Démographe
IRD
Correo Central Santiago 1, Chili
patrick.livenais@ird.fr

Agronome
Campus Limarí, Avenida La Paz #1108
Ovalle, Chili
pabloa@userena.cl

Agronome
Campus Limarí
Avenida La Paz #1108
Ovalle, Chili
freyes@userena.cl

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540