Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 2. Rencontres partenariales

L’espace et le temps pour travailler ensemble

Construction d’un centre de recherche sur le VIH au Sénégal

Bernard Taverne, Ibra Ndoye et Éric Delaporte

Texte intégral

Introduction

1Loin des déclarations d’intention et des discours politiques, le partenariat scientifique est d’abord une manière de travailler ensemble. Selon les époques, les équipes, les disciplines, les institutions et les pays, le partenariat scientifique s’organise de manière différente. La collaboration s’effectue parfois par les seuls échanges d’informations lorsque « chacun reste chez soi », mais travailler ensemble signifie le plus souvent partager un espace commun. Dans cet espace, et dans le jeu des interactions quotidiennes qu’il permet, se développent des relations sociales dont la sociologie des sciences a montré combien elles étaient le véritable creuset des faits scientifiques (Latour et Woolgar, 1979 ; Latour, 1989).

2Travailler ensemble conduit le plus souvent à l’accueil des chercheurs les moins bien lotis par ceux qui disposent des meilleures infrastructures. Ce fut longtemps à l’IRD une pratique habituelle. Il est plus rare que des équipes s’associent pour construire ensemble l’espace matériel de leur collaboration. Dans les années 2000, l’équipe de recherche regroupant des cliniciens et chercheurs sénégalais et français sous la direction d’Ibra Ndoye, secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le sida du Sénégal, et d’Éric Delaporte, directeur d’une unité de recherche de l’IRD (UR 36, devenue UMR 145, puis UMI 233), a construit un centre de recherche clinique où elle s’est installée ; il s’agit du CRCF, le Centre régional de recherche et de formation à la prise en charge clinique de Fann.

3Dès le début du chantier, puis dans les discours d’inauguration, et jusqu’à présent, le CRCF a été présenté comme la manifestation tangible du partenariat établi entre diverses institutions de recherche sénégalaises et françaises. Le bâtiment apparaît comme une sorte de « preuve en béton » du partenariat scientifique, affranchi de l’histoire et des acteurs qui ont conduit à sa construction. La construction immobilière correspond-elle pour autant à une forme aboutie de partenariat ? Quels furent les éléments les plus déterminants du partenariat autour du VIH au Sénégal ?

4Partant d’un bref rappel de cette histoire et du rôle des différents acteurs impliqués, ce texte vise à révéler les différents niveaux du partenariat – individuel, institutionnel, politique –, et en propose une définition circonstanciée à partir de son exercice quotidien sur une période de près de 25 ans. En conclusion sont envisagés les éléments qui ont favorisé le développement de ce partenariat scientifique particulier.

Le CRCF dans le paysage de la recherche sur le VIH au Sénégal en 2012

5Abordons le partenariat par « ses murs », en suivant les pas des quelques centaines de personnes qui, médecins, malades ou chercheurs, fréquentent le CRCF chaque mois en 2012.

6Situé à proximité du service des maladies infectieuses et tropicales, dans le vaste espace du centre hospitalier universitaire de Fann, le CRCF est un bâtiment comprenant deux niveaux offrant environ 1 000 m2 de surface utile organisés autour d’un patio fleuri. L’espace du rez-de-chaussée est dédié à la prise en charge médicale des patients ; il comprend six bureaux de consultation médicale, un laboratoire d’analyse biologique, une pharmacie, une chambre d’hospitalisation de jour, un bureau pour le service social et un autre pour les associations ; l’étage est occupé par les bureaux de l’administration, du service informatique et des chercheurs, une bibliothèque équipée d’un matériel de visioconférence et une grande salle de réunion. Entretenu avec attention – les locaux ont été entièrement repeints en 2012 – le bâtiment flatte le regard. Les visiteurs sont toujours surpris par l’espace et la luminosité des bureaux et jugent souvent les lieux comparables à ceux des centres de recherche dans les pays du Nord.

  • 1 Les autres structures de référence sont le service des Maladies infectieuses et tropicales de Fann (...)

7Le CRCF a l’ambition d’être une « plateforme de recherche et de formation, un pôle d’excellence national et régional ». Les activités se répartissent entre : la prise en charge médico-sociale de personnes vivant avec le VIH, les activités de recherches scientifiques sur le VIH dans diverses disciplines (biologie clinique, santé publique, sciences sociales) et la formation sur divers aspects de l’épidémie à VIH, pour des professionnels de santé, étudiants ou chercheurs du Sénégal ou d’autres pays d’Afrique. Une trentaine de personnes travaillent au CRCF. En 2011, environ 4 100 consultations médicales ont été effectuées pour un peu plus de 1 000 personnes recevant des médicaments antirétroviraux ; une dizaine de programmes de recherche (recherches cliniques et recherches en sciences sociales) sont en cours sur des financements internationaux. Dans le paysage national de lutte contre le sida, le CRCF a acquis la réputation d’être la structure de référence en matière de recherche pluridisciplinaire sur le VIH1. La renommée internationale du CRCF est acquise dans le microcosme de la lutte contre le sida en Afrique.

L’histoire d’une idée et sa concrétisation dans la construction d’un bâtiment

8La construction d’un centre de recherche clinique à proximité du service des maladies infectieuses de Fann a été une première fois évoquée en juin 2001, lors d’une réunion à Dakar du conseil scientifique de l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS). Cette proposition se fondait sur le constat de l’exiguïté et la vétusté des locaux disponibles et des avantages que constituerait une structure permettant une organisation rationnelle du suivi des patients et une centralisation des recherches cliniques. L’idée a été reprise et inscrite dans les recommandations du conseil scientifique suivant, en octobre 2002. La responsabilité en a été confiée à Papa Salif Sow (médecin chef du service des maladies infectieuses et professeur à l’UCAD), Ibra Ndoye et Éric Delaporte ; le Conseil national de lutte contre le sida étant le maître d’ouvrage.

9Le financement principal a été apporté par I. Ndoye et É. Delaporte (150 000 €) obtenu dans le cadre d’un appel d’offres de l’UE (DG DEV), complété par l’ANRS (93 000 €), tandis que le centre hospitalier s’engageait à fournir le terrain. Par la suite, l’équipement initial a nécessité un investissement supplémentaire d’environ 245 000 € apportés par le CNLS (100 000 €), l’IRD (75 000 €), l’ANRS (50 000 €) et l’Institut de médecine et d’épidémiologie appliquée – Iméa – (20 000 €).

  • 2 Isabelle Lanièce, médecin épidémiologiste, assistante technique du MAEE français, remplacée par Va (...)

10Les étapes préalables administratives et organisationnelles ont nécessité une année (2003), les travaux ont débuté en mars 2004, le bâtiment a été inauguré en mai 2005. En pratique, l’ensemble des travaux, de la définition du cahier des charges jusqu’aux visites de chantier, a été suivi par trois membres de l’équipe de recherche de l’IRD2 auxquels s’associaient selon les circonstances P.-S. Sow et un représentant du CNLS. Pendant l’année de construction, puis l’année suivante de mise en route, les chercheurs de l’IRD ont consacré environ un quart de leur temps de travail à ces activités.

11L’inauguration marquait une étape majeure, mais le CRCF n’était pas encore totalement fonctionnel. Une année supplémentaire a été nécessaire pour mettre en place les équipements, définir le cadre juridique et l’organisation administrative. À la fin de l’année 2006, huit programmes de recherche étaient localisés au CRCF, on pouvait admettre que la structure était fonctionnelle. En pratique, la mise en marche d’une telle structure est un long processus en constante adaptation ; ainsi, l’harmonisation des procédures entre les différents programmes et activités aura nécessité des ajustements jusqu’en 2011. Au total, près de 430 000 € et cinq années ont été nécessaires pour concrétiser l’idée initiale ; il a fallu une durée équivalente pour parfaire son fonctionnement.

Une collaboration entre deux personnes, puis une équipe mixte autour d’un programme de recherche majeur

12En fait, l’histoire du CRCF démarre bien avant sa construction. Elle s’inscrit dans le prolongement de la collaboration établie dès 1987 entre I. Ndoye et É. Delaporte autour des programmes de formation qu’ils coordonnent pour les professionnels de santé sur les IST en 1989, puis sur le management des programmes sida en 1994.

13En 1998, leur collaboration se renforce lors de la mise en place de l’Initiative sénégalaise d’accès aux médicaments ARV (l’ISAARV). I. Ndoye engage le Programme national de lutte contre le sida du Sénégal (PNLS) sur la voie de l’utilisation des médicaments antirétroviraux en dépit du consensus international défavorable à l’usage de ces médicaments dans les pays du Sud. I. Ndoye et É. Delaporte organisent alors l’accompagnement scientifique du programme national, avec le soutien financier de l’ANRS, de l’UE et de l’IRD. Un ensemble de recherches pluridisciplinaires en sciences médicales et sciences sociales est mis en place autour d’une cohorte de patients recevant des traitements ARV. Ce programme de recherches est dénommé « ANRS 1215 ». Ces recherches sont réalisées par une équipe rassemblant des professionnels de santé et chercheurs sénégalais et français. La cohorte regroupera finalement les 400 premiers patients sénégalais traités par les médicaments ARV, dont les premiers ont débuté leur traitement en 1998.

  • 3 La synthèse de ces recherches a été publiée sous la forme d’un ouvrage (Desclaux et al., 2002).

14Dès 2001, le caractère innovant et précurseur de ces recherches est souligné par l’intérêt accordé par l’OMS et l’Onusida aux premiers résultats qui démontraient la faisabilité et l’efficacité des traitements3. Les agences onusiennes ont utilisé ces résultats pour soutenir leurs orientations stratégiques en cours d’élaboration en faveur de l’accès aux traitements ARV pour les pays du Sud. Par la suite, la cohorte ANRS 1215 est apparue comme l’une des plus anciennes cohortes de patients traités par ARV en Afrique ; les thématiques de recherche se sont progressivement développées et les études ont été prolongées jusqu’en 2011.

  • 4 Cf. Taverne et al., 2012.

15De nombreux autres programmes de recherche sur le VIH ont été réalisés au Sénégal par diverses équipes, mais le programme « ANRS 1215 » par son antériorité, sa durée, le grand nombre de chercheurs sénégalais et français qui y ont participé, et la visibilité internationale qu’il a conférée à l’ISAARV, a acquis un statut d’exception4. Le maintien de ce dispositif de recherche sur douze ans a contribué à la constitution d’une expertise en sciences médicales, en santé publique et en sciences sociales de niveau international dans le domaine du VIH. Ce programme a eu un effet structurant sur de nombreux aspects, notamment sur la prise en charge des patients, le pilotage du programme national de traitement, le développement de la recherche clinique sur le VIH ; la construction du CRCF s’inscrit dans son prolongement.

16À l’origine de ce partenariat, la relation entre I. Ndoye et É. Delaporte a été décisive. Ils se sont engagés ensemble dans un projet scientifique en faveur de l’accès aux médicaments ARV pour les pays du Sud, porteur d’une réelle ambition politique et éthique. Les enjeux de ce projet dépassaient le Sénégal pour concerner l’Afrique de l’Ouest : au cours des années 2000, les dispositifs expérimentés au Sénégal dans une démarche de recherche appliquée ont servi de trame à des décisions de santé publique et des recommandations internationales. L’histoire de la collaboration entre les équipes dirigées par I. Ndoye et É. Delaporte s’est par la suite inscrite dans cet engagement, à des degrés variables selon les personnes, mais dans le respect de cette ambition.

Du partenariat individuel au partenariat institutionnel et politique

17Par-delà la relation initiale entre les équipes dirigées par I. Ndoye et É. Delaporte, ce partenariat scientifique s’est progressivement inscrit dans un cadre institutionnel plus large qui a subi plusieurs transformations entre 1987 et 2012. Ces transformations sont venues à la fois de l’intérieur de leurs institutions d’appartenance, mais aussi d’institutions externes ayant une capacité d’influence sur l’organisation globale de la recherche sur le VIH au Sénégal.

  • 5 D’autres seront créés par la suite, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Cameroun, en Égypte.
  • 6 Il regroupe alors le laboratoire de bactério-virologie de l’hôpital A. Le Dantec (Pr S.Mboup), le (...)

18La première évolution apparaît en 1995, lors de la mise en place par l’ANRS de sa « politique de site de recherche en Afrique ». L’objectif de l’ANRS est de concentrer les efforts de recherche (et donc les financements) afin de créer des « pôles d’expertise et de faciliter les synergies entre les programmes de recherche ». Les sites associent l’ensemble des équipes locales de recherche sur le VIH financées par l’ANRS avec les équipes de recherche françaises impliquées. Le site ANRS de Dakar est le premier créé sur le continent5,6. Les sites sont dirigés par un binôme de coordonnateurs Sud et Nord, les premiers coordonnateurs à Dakar seront I. Ndoye et J.-P. Coulaud (Iméa), remplacé à partir de 2001 par É. Delaporte. Au Sénégal, la politique de site a conduit l’ANRS à financer un poste de médecin épidémiologiste, assistant technique du MAEE, et des équipements qui ont vocation à être utilisés simultanément pour plusieurs programmes de recherche. La construction du CRCF fait partie de l’objectif de « renforcement du site ANRS ». Le « site » constitue un cadre à partir duquel l’ANRS présente de manière globale l’impact de ses financements. Les divers partenariats scientifiques institutionnels sont présentés comme relevant de l’action du seul partenariat promu par l’ANRS.

  • 7 UMI 233 de l’IRD « Recherches translationelles dans le domaine du VIH et des maladies infectieuses (...)

19À partir de 2003, l’IRD s’est impliqué de manière progressive et croissante, tout d’abord à travers l’affectation d’un chercheur de l’IRD dans le service des maladies infectieuses, puis en encourageant le projet de construction qui est considéré comme une expression de la politique institutionnelle. L’étape la plus récente des transformations institutionnelles est liée à la création des Unités mixtes internationales (UMI) de recherche par l’IRD. Depuis le début de l’année 2011, le CRCF est constitutif de l’UMI 233 de l’IRD7.

20La dimension institutionnelle du partenariat se retrouve jusque dans l’organisation légale du CRCF. Le CRCF a un statut d’association à but non lucratif de droit sénégalais. L’IRD et l’Iméa ont la qualité de membres fondateurs, l’ANRS membre associé de droit, ces trois organismes sont donc représentés dans le conseil d’administration dans lequel se trouvent également un représentant du MAEE français et deux chercheurs de l’IRD en tant que membres associés. Ainsi, sur les treize postes du conseil d’administration, cinq reviennent à des représentants ou chercheurs français. Cette répartition traduit l’engagement fort des diverses institutions.

21À travers les engagements de l’IRD, après ceux de l’ANRS et du MAEE, le CRCF est inscrit de manière formelle dans la coopération scientifique entre l’État français et l’État sénégalais, et à ce titre est aussi un objet politique. L’inauguration du bâtiment par Monsieur Macky Sall, alors Premier ministre du Sénégal accompagné de plusieurs ministres et ambassadeurs, en témoigne. Les usages politiques du CRCF se retrouvent clairement dans la mise en scène de la science qu’il permet. Depuis son inauguration, le CRCF n’a cessé d’être inscrit dans la liste des lieux de visites qui sont proposés aux personnalités politiques de passage au Sénégal.

Partenariat-inside

22Si le CRCF apparaît comme le produit d’un partenariat scientifique solide, il constitue aussi un lieu qui permet une élaboration encore plus aboutie de la relation partenariale. Au quotidien, le CRCF est un espace de travail qui favorise les relations sociales entre l’ensemble des personnes qui y travaillent. L’unité de lieu et l’histoire de l’équipe ont créé des conditions de relations durables ; la culture militante associée au VIH a également joué un rôle important dans le sentiment d’appartenance à une communauté de recherche.

23Cet espace partagé produit une manière particulière de « faire de la science ensemble » : la confrontation des points de vue qui se réfèrent à des rationalités différentes y est permanente. Ces confrontations concernent tant des aspects triviaux liés au fonctionnement du centre, tel l’entretien des locaux, que des aspects plus fondamentaux liés aux recherches elles-mêmes (thèmes, méthodes, etc.) ; elles entraînent des ajustements permanents des points de vue.

  • 8 À travers des interventions spécifiques mises en œuvre par C. Desclaux-Sall dans le cadre du proje (...)

24La diversité des programmes de recherche réalisés dans le centre – les programmes ne sont plus seulement français ou financés par l’ANRS – favorise la rencontre de pratiques de recherche définies en référence à des cultures variées de la recherche scientifique (nord -américaines, européennes, africaines) dont la cohabitation génère diverses adaptations et l’intégration de nouvelles normes (Couderc, 2011). L’harmonisation des procédures d’éthique de la recherche a constitué une part importante dans l’élaboration d’une culture commune de la recherche au CRCF. Elle s’est manifestée notamment par une démarche active d’information sur la recherche à l’intention des associations de personnes vivant avec le VIH, par l’intégration de certains membres associatifs dans le personnel du centre en tant qu’enquêteurs, personnel d’accompagnement, médiateurs, et par l’appui à la constitution du Réseau communautaire pour la promotion de l’éthique de la recherche et des soins au Sénégal (RECERS)8. Plus largement, la compétence des membres de l’équipe de recherche s’est renforcée au cours de ces années conduisant à une professionnalisation et à l’émergence de métiers de la recherche (technicien d’étude clinique, médiateur éthique) qui n’existaient pas encore dans le pays (Couderc, 2011).

25La solidité apparente des murs ne doit pas occulter les difficultés à maintenir l’équilibre du fonctionnement de la structure. Celui-ci tient à des contributions de diverses natures, le centre hospitalier fournit l’eau et l’électricité, le service des maladies infectieuses a affecté quelques personnes (infirmières), le CNLS assure les salaires de deux agents administratifs. La part principale des ressources est obtenue auprès de l’ANRS dans le cadre d’un financement annuel spécifique, et dernièrement par l’IRD, en soutien à l’UMI. Le CRCF ne reçoit pas de dotation de la part des ministères de la Recherche et de la Santé. Aussi la majeure partie du personnel médical et de recherche est employée sous la forme de contrats à durée déterminée, liés à la durée des programmes de recherche. Il est dès lors difficile de stabiliser le personnel dans une perspective de carrière professionnelle : le départ des personnes qui ont acquis un bon niveau de qualification est une menace constante par rapport au maintien d’un haut niveau de compétence.

Conclusion

26Les spécificités du projet scientifique qui a été à l’origine du partenariat (longue durée, multidisciplinarité) et la réalisation de la construction immobilière (par le cadre matériel et institutionnel qu’elle a produit) ont fourni le substrat d’un partenariat original autour du VIH au Sénégal.

27Le CRCF est né d’une convergence d’intérêts scientifiques, institutionnels et politiques liés au contexte particulier de l’épidémie à VIH dans les années 2000. Les perceptions de « l’ampleur » de l’épidémie sur le continent africain, des conséquences économiques et sociales, y compris en termes de sécurité internationale ont contribué à accorder un statut d’exception à la lutte contre cette maladie et permirent un accroissement spectaculaire des financements à cette époque. En 2012, alors que l’exceptionnalisme du sida n’est plus de mise et que se raréfient les financements, un tel projet ne serait sûrement plus réalisable. Pourtant, la forme de partenariat dans la recherche qu’il institue pourrait valoir de modèle.

28L’histoire du CRCF, et du partenariat qui s’y déploie, met en exergue l’importance des éléments suivants, en plus de la pertinence d’un projet scientifique, dans le développement du partenariat :

  • le temps : la réalisation du CRCF (en termes de construction et de mise en fonctionnement) aura nécessité une dizaine d’années, alors même qu’elle s’inscrit dans une relation déjà solidement établie depuis quinze ans. Le temps est un des éléments cardinaux de ce partenariat. La longue durée et la constance des engagements ont permis une connaissance réciproque des équipes de recherche nécessaire au jeu des complémentarités. Le temps consacré par les chercheurs au fonctionnement quotidien d’une telle structure est aussi une condition du travail ensemble ;
  • les ressources : un financement récurrent minimal est nécessaire ; l’activité générée par les programmes de recherche ne permet pas en elle-même d’assurer un fonctionnement de base. Des ressources spécifiques doivent être apportées ;
  • les personnes : la dynamique partenariale se nourrit de la présence des personnes, de leurs échanges et confrontations quotidiennes ; elle nécessite une présence minimale et constante indépendamment des durées administratives de séjours du personnel étranger ;
  • la stabilité des règles institutionnelles et la simplification des procédures administratives sont nécessaires ; les modifications fréquentes des règles sont des entraves à leur adoption et contribuent à l’incompréhension des exigences des institutions.

29Ces diverses conditions interrogent directement le fonctionnement de l’IRD et de l’ensemble des institutions de recherche des pays du Nord qui conduisent des activités de partenariat scientifique, dans leurs rapports à la temporalité de la durée des unités de recherche, aux modes de financement des équipes, à la durée d’affectation des personnels dans les pays d’accueil et, enfin, à l’impact des reconfigurations institutionnelles.

Notes

1 Les autres structures de référence sont le service des Maladies infectieuses et tropicales de Fann pour les hospitalisations, le Centre de traitement ambulatoire de Fann (CTA) pour les consultations ambulatoires, l’Institut d’hygiène sociale pour les populations vulnérables, et le laboratoire de bactério-virologie de l’hôpital Le Dantec pour les recherches en virologie.

2 Isabelle Lanièce, médecin épidémiologiste, assistante technique du MAEE français, remplacée par Vanina Cilotte, médecin assistante technique du MAEE français ; Jean-François Étard, épidémiologiste à l’IRD et Bernard Taverne, anthropologue à l’IRD.

3 La synthèse de ces recherches a été publiée sous la forme d’un ouvrage (Desclaux et al., 2002).

4 Cf. Taverne et al., 2012.

5 D’autres seront créés par la suite, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Cameroun, en Égypte.

6 Il regroupe alors le laboratoire de bactério-virologie de l’hôpital A. Le Dantec (Pr S.Mboup), le service des maladies infectieuses et tropicales de Fann (Pr A.M. Coll Seck, puis le Pr P. S. Sow), le service de médecine interne de l’hôpital principal de Dakar, l’institut Pasteur de Dakar et le centre P. Coréa de l’Institut d’hygiène sociale ; les équipes françaises qui sont liées à l’Iméa, l’Inserm, l’université d’Aix-Marseille et l’IRD. Les orientations de recherche sont les recherches cliniques, épidémiologiques et virologiques, auxquelles sont associées à partir de 2000 les recherches en sciences sociales.

7 UMI 233 de l’IRD « Recherches translationelles dans le domaine du VIH et des maladies infectieuses », IRD/Université de Montpellier 1/U. de Yaoundé/U. Cheikh Anta Diop de Dakar, Directeur : Éric Delaporte, Directeurs adjoints : Dr Sinata Koulla- Shiro (Cameroun), Pr P. S. Sow puis Pr C. T. Ndour (Sénégal-CRCF).

8 À travers des interventions spécifiques mises en œuvre par C. Desclaux-Sall dans le cadre du projet Éthique du CRCF (Desclaux-Sall et al., 2012).

Auteurs

Anthropologue, médecin
Centre Norbert Elias-EHESS la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13236 Marseille cedex 02, France
bernard.taverne@ird.fr

Médecin
CRCF - Service des maladies infectieuses
CHNU de Fann
BP 45690 Dakar-Fann, Sénégal
indoye@cnls-senegal.org

Infectiologue
IRD-UMI Trans VIHMI
911 av. Agropolis
BP 64501
34394 Montpellier cedex 5, France
eric.delaporte@ird.fr

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540