Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 2. Rencontres partenariales

À l’épreuve d’une proximité

Anthropologie « chez soi » appliquée en contexte de partenariat

Fatoumata Ouattara

Texte intégral

« Même si les conditionnements directs, venant de la société du chercheur et des sociétés des “objets”, constituent une préoccupation familière du chercheur en sciences sociales, il n’en reste pas moins que son histoire personnelle, tant familiale que scolaire et universitaire, ses compétences professionnelles (le degré de maîtrise du métier, la culture scientifique générale, les qualités d’expression et les modes de diffusion des résultats, les expériences pédagogiques), et pour finir l’ethos, les sociabilités quotidiennes qui le contextualisent, les cultures nationales et de position sociale, influencent à des degrés divers la fabrique même des diverses sociétés d’appartenance, d’origine ou au contraire temporaires et provisoires, des lieux mêmes des enquêtes »
(Jean Copans, 2010 : 62).

Des liens d’implication posés…

  • 1 En effet, j’ai été d’abord allocataire d’une bourse postdoctorale de l’Agence nationale de la rech (...)

1Dans un article rédigé il y a quelques années sur les modalités pratiques d’une anthropologie « chez soi » du fait des liens de parenté – par voie de conséquence d’appartenance culturelle avec mes interlocuteurs sur le terrain –, il a été notamment question des difficultés méthodologique et épistémologique qui découlent d’une telle proximité et de la nécessité de construction de liens de distanciation pour rendre possible l’intelligibilité et la compréhension des conduites locales des acteurs (Ouattara, 2004). Il s’agissait, en l’occurrence, des pratiques de paysans senufo sur la notion de honte et des contenus ambivalents qu’elle recouvre. Consécutivement à cette ethnographie en milieu rural (Ouattara, 1999), mes enquêtes de terrain se sont inscrites dans le même cadre national du Burkina Faso, mais dans des contextes urbains. Ce déplacement de cadre méthodologique (du rural à l’urbain) s’est aussi accompagné d’un changement de statut professionnel. De fait, après avoir été doctorante, je pratique, depuis une dizaine d’années, l’anthropologie auprès d’acteurs en milieu urbain en tant qu’anthropologue statutaire au sein de l’IRD, institution1 où j’ai été recrutée en tant qu’ingénieur de recherche en décembre 2003 dans une unité de recherche à laquelle j’étais préalablement associée comme postdoctorante (2001-2003). En tant qu’ingénieur de recherche, la mission qui m’était confiée était définie dans les termes suivants : « L’agent assure la coordination de deux nouveaux axes de recherche de l’UR. À ce titre, il conduit des études scientifiques en collaboration avec des spécialistes en santé publique, des épidémiologistes, des historiens et des sociologues. Un autre volet de sa mission consiste à développer et organiser le transfert vers les utilisateurs potentiels des connaissances et des méthodes acquises dans le cadre de ces axes de recherche ». La description des fiches de poste recèle bien souvent un caractère abstrait. Au-delà du caractère très général de la définition d’une telle mission, on retiendra ici la dimension collaborative avec des professionnels d’autres disciplines et des interventions, notamment sur des aspects de méthode en formation continue. Ce qu’il me semble nécessaire de retenir néanmoins pour la compréhension de la suite de mon propos, c’est l’idée selon laquelle mon insertion professionnelle marque aussi le début d’une expérience nouvelle dans le champ du développement, et plus précisément de la recherche et de son application. Ainsi, pendant plusieurs années (2003-2011), j’ai été tour à tour associée à, et impliquée dans, des projets et programmes de recherche au Burkina Faso en tant qu’anthropologue intervenant au nom d’une institution française – l’IRD –, dont l’action est placée sous le label du développement et de l’éthique de la collaboration et du partenariat avec les pays du Sud.

2Il n’est pas non plus anodin de mentionner ici que ma formation académique s’est achevée par l’obtention d’un doctorat en anthropologie soutenu à l’EHESS. D’aucuns diront donc que j’ai été formée à l’école française, sans toutefois omettre que cette formation et cette inscription professionnelle dans le milieu français peuvent parfois susciter des critiques. N’est-ce pas ce qu’un collaborateur ressortissant d’un pays européen me lança un jour alors qu’il était à court d’arguments lors d’un de nos échanges intellectuels : « De toute façon, toi, tu as trop été formatée par les Français, tu n’as pas l’esprit africain… ». N’est-ce pas aussi ce que recouvrait la remarque d’un éminent professeur africain enseignant dans une université américaine à la suite d’un exposé que je venais de faire sur une analyse du fonctionnement d’un centre de santé : selon lui, j’analysais les choses selon une ornière trop française à partir de laquelle je devais prendre de la distance.

…dans une culture du partenariat institutionnel

  • 2 L’Orstom (Institut français de recherche scientifique et technique pour le développement en coopér (...)

3Dans une première proposition de projet de l’Orstom2 présentée en septembre 1990, Gérard Winter, alors directeur général de l’institution décrivait le partenariat comme une modalité essentielle d’intervention et de collaboration avec les pays du Sud. Selon lui, la politique de l’Orstom passait par un projet d’établissement englobant une double interrogation : « Où voulons-nous aller et comment y parvenir ? ». Il va sans dire que le partenariat avec les pays du Sud s’inscrit dans la seconde séquence de cette interrogation. Une des légitimités de l’IRD passe par une application de la science dans le cadre d’une coopération avec les pays partenaires : « Les pays partenaires attendent de lui que son utilité soit palpable, et sa légitimité passe par là » (Winter, 1990 : 14). À cet effet, l’utilité de l’IRD pour le développement est également un enjeu soumis à la réflexion : « L’état de fait, c’est le suivant. Le partenariat, de nombreux Orstomiens en font depuis longtemps et n’ont pas attendu ce mot pour en vivre pleinement les exigences. Ils le pratiquent bien, avec ténacité, désintéressement et aussi avec la discrétion qui s’impose en pareille matière. C’est loin d’être facile. Partager une recherche, sous quelque forme que ce soit, c’est donner une partie de soi-même (de son temps, de son expérience, de sa problématique, de ses tout premiers résultats) […]. Le partenariat c’est certes d’abord une relation privilégiée entre personnes mais qui doit être assumée par l’institution » (Winter, 1990 : 49).

4La traduction de cette mission qu’est le partenariat auprès des pays du Sud consisterait en un dialogue avec des « représentants éminents » et préconiserait différents niveaux de contractualisation avec les pays hôtes.

5En faisant abstraction de l’évolution de cette idée de partenariat au sein de l’IRD (CCDE, 2012b ; CCDE, 2012a ; Winter, 1991), on retiendra pour mon propos que les projets auxquels j’ai été associée étaient affiliés à cette dimension du partenariat.

6Cependant entre le format institutionnel et le cadre des pratiques professionnelles, il y a un pas. De fait, les contextes d’intervention, les acteurs collaborant à une action de recherche, ainsi que les conditions dans lesquelles l’activité de recherche est menée sont autant de facteurs qui agissent sur le cours des échanges induits par une recherche en collaboration : « Tout projet d’aide publique ou, plus généralement, toute politique dite de développement procède d’une conjoncture donnée et, en tout cas, de divers arbitrages comptables qui n’ont pas de relations directes avec le problème en cause […]. Un anthropologue travaillant sur un projet de développement le fait donc dans un cadre administratif déterminé, si lointaine puisse être cette détermination, et quelle que soit la variété des médiations qui l’informent. Il se trouve dès lors confronté à un ou plusieurs commanditaires participant de chaînes de décisions relativement autonomes du projet lui-même, et comptables auprès des sources de financement de deniers dont l’enveloppe globale a généralement été calculée sans lui ; or, la variabilité de la somme a, de toute évidence, des implications sur la forme du projet » (Baré, 1995 : 162-163).

7Outre un contexte d’application de l’anthropologie, le cadre institutionnel dans lequel elle s’élabore est loin d’être neutre : « Une anthropologie appliquée au développement ne saurait certainement pas s’inscrire dans une sorte de vide institutionnel qui n’attendrait plus qu’elle pour s’y installer […]. Dans ce cadre, l’anthropologue doit donc intérioriser les contraintes propres aux appareils institutionnels pour lesquels il travaille, fût-ce pour contribuer à les réformer » (Baré, 1995 : 162). Dans un institut comme l’IRD, le chercheur évolue dans un milieu dans lequel un questionnement subsiste sur son rapport à l’altérité. « C’est donc un “monde” institutionnel et humain qu’une anthropologie appliquée au “développement” est d’abord condamnée à découvrir, avant de songer à exister, un monde dont on ne sait s’il est politique, administratif, “ethnocentriste” ou les trois ; un monde où il lui faut trouver des coudes auxquels frotter les siens… » (Baré, 1995 : 164).

8Dans les situations où la recherche est conviée dans l’arène du développement, les liens de proximité du chercheur à son terrain semblent avoir des incidences sur l’utilité de ses résultats. Dans des contextes de crises économiques et de précarité de l’emploi, des spécialistes de sciences sociales natifs du pays – et qui sont par ailleurs fort dépendants des mannes financières d’institutions et d’ONG internationales et/ou d’agence de coopération bilatérale – peinent souvent à prendre de la distance par rapport à des programmes/projets dont les fondements sont contestables. Dans une verve pour le moins pessimiste, mais réaliste, Jean Copans a souligné l’amenuisement des sciences sociales en Afrique – exception faite, note-t-il, du Lasdel (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local) au Niger – au profit de la consultance et de l’application : « En Afrique noire, la soi-disant recherche sur le développement mobilise toutes les énergies et produit des clivages insurmontables, de moins en moins remis en cause, entre une dynamique qui serait sous le contrôle direct des chercheurs ou de leurs institutions nationales et une “marée” d’appels d’offres à court terme aux seules finalités administratives ou alimentaires. Toutes les sciences sociales ont été transformées de fait en disciplines pour le développement et les points de vue critiques, très innovants méthodologiquement et disciplinairement, développés en Europe et aux États-Unis, sont peu partagés » (2010 : 10).

9La rigueur méthodologique qui caractérise l’enquête empirique s’est désagrégée et a fait place à une certaine culture de l’expertise, la consultance dont les résultats relèvent peu de l’évaluation scientifique par des pairs. « Le modèle de la consultance évite la sanction académique et appauvrit de fait les réflexions non seulement théoriques mais surtout méthodologiques » (Copans, 2010 : 52). Il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas être d’accord avec un tel constat général.

10Les relations de collaboration entre les chercheurs du Nord et ceux du Sud francophone sont inégalitaires. D’aucuns parleraient même de « faux partenariats Nord-Sud » : les ressources financières, les ressources scientifiques et les capacités de publication sont quasiment centralisées au Nord, et au Sud, il reste bien souvent une main-d’œuvre relayée aux tâches d’exécution de recueil de données de première main (Ridde et Capelle, 2011 : Copans, 2010). On en vient à constater que : « Les équipes du Nord se satisfont le plus souvent d’avoir comme partenaires en Afrique des chercheurs isolés qui apparaissent alors comme leur caution, leur protégé ou leur “client”, ou, sinon, de passer des conventions avec des institutions formelles […], dont ils mettent en doute en privé le dynamisme scientifique, la capacité à travailler en équipe et la fiabilité, mais qui leur servent de paravents ou de couvertures. Pourtant, une coopération scientifique internationale saine, sur des bases d’un partenariat non pas rhétorique mais réel, est indispensable » (Olivier de Sardan, 2011 : 513).

  • 3 Cette réflexion sur les relations de partenariat est consécutive à un texte que j’ai récemment écr (...)
  • 4 Selon Yvan Droz (2009a), l’apparition du terme partenariat en français est récente (1984) et recou (...)
  • 5 L’auteur prévient : « Le terrain fait se superposer pour un temps une entreprise circonscrite de r (...)

11C’est cette part réelle placée sous le signe des relations de partenariat vécues dont il s’agit ici3. Le partenariat4 : voici un mot qui m’est devenu familier depuis que j’ai fait mon entrée dans le monde professionnel en tant qu’anthropologue. Il ne s’agit en aucun cas de faire une confusion de genres entre « séquence biographique du chercheur » à travers la mise en évidence du « je » dans le récit et des « règles du jeu méthodologiques », comme le dit Jean-Pierre Olivier de Sardan5 (2000 : 442). Le « moi » joue un rôle important dans la « fabrique de l’anthropologie » et la production des données. Et ce, d’autant plus que la personnalité du chercheur, ainsi que la nature de ses relations avec les acteurs de terrain sont des dimensions qui marquent le mode de production des données (Olivier De Sardan, 2000 : 425). Le pari de mise en évidence de relations avec des acteurs s’entreprend ici dans la perspective d’une réflexivité. Comment faire entre le risque d’un « je » qui fait l’économie de la pudeur et celui du mutisme pesant sur les modalités de collaboration avec des incidences sur la méthodologie ? Ici, l’implication est posée de fait par des liens de proximité et de familiarité avec des acteurs. Et ces liens sont en amont de l’action anthropologique. En prenant le parti de rendre compte des expériences associées à l’implication personnelle du chercheur à travers ses relations de familiarité avec des acteurs au cours d’une recherche-action, l’ambition qui prévaut est celle des enjeux qui découlent de ces rapports : les enjeux de la méthode anthropologique, les enjeux de la place du chercheur.

12Que signifie le partenariat pour une anthropologue employée – et ce, de façon durable – par une institution du Nord, originaire du pays du Sud dans lequel elle est associée aux projets ? Quelles incidences les relations de proximité nationale, de familiarités linguistiques et sociales ont-elles sur l’élaboration de l’anthropologie et des liens de coopération auprès des différents acteurs ? Notons que les rapports de proximité sont de natures différentes : proximité culturelle, proximité linguistique, rapports de génération, rapports de sexe, de connaissance, de sociabilité…

Quand la proximité au terrain suscite du soupçon

13La réalisation d’enquêtes au sein des associations de lutte contre le VIH dans une ville où je suis familière débouche nécessairement sur des enjeux méthodologiques. C’est une évidence quasiment tautologique d’admettre que le fait de parler la langue des informateurs soit un avantage. La familiarité confère un avantage pour établir les premiers contacts avec ses interlocuteurs. Cependant, l’enquête de longue durée pose les limites de cette familiarité (Ouattara, 2004). De 2001 à 2003, j’ai réalisé une enquête de terrain au sein d’associations de lutte contre le VIH dans la ville de Bobo-Dioulasso. La problématique de la stigmatisation était le fondement de ces investigations de terrain. À l’époque, outre l’acuité des situations de stigmatisation à l’égard des personnes infectées par le VIH, les antirétroviraux n’étaient guère disponibles et accessibles par les malades dans le contexte burkinabè. Le recours aux associations apparaissait comme une voie de secours inespérée pour les personnes séropositives et notamment les femmes. L’enquête me permit donc de nouer des contacts avec des jeunes femmes de ma génération. La proximité linguistique permit de tisser une relation de confiance. Ma présence et mes rapports de proximité suscitèrent des soupçons sur mon statut sérologique : étais-je affectée (pour avoir perdu un proche, par exemple) ou infectée par le virus ? Ce soupçon venait de personnes qui m’avaient aperçue à plusieurs reprises en compagnie de connaissances sur lesquelles circulait la rumeur de leur infection et incidemment de leur amoralité sexuelle. Faire la rencontre d’un « parent » dans une association contraint au maintien d’une discrétion sur le lieu de cette rencontre dans les sphères familiales. L’anthropologue, dont la proximité à ses interlocuteurs est préalable à l’enquête, doit jouer le jeu de son adhésion aux codes de la morale locale. Dès lors qu’il entreprend de s’intéresser à des thématiques suscitant la réprobation sociale selon les normes locales, son engagement au terrain devient problématique. On peut donc s’interroger sur les conditions de l’engagement d’un anthropologue citoyen dans un tel contexte.

  • 6 Pour des études anthropologiques conduites notamment dans des pays d’Afrique de l’Ouest (Jaffré et (...)

14L’incidence de la proximité se joua aussi au moment de la mise en place d’une recherche-action sur la santé maternelle financée par le ministère des Affaires étrangères français. Projet pour lequel la contribution des anthropologues était notamment attendue pour créer un espace de dialogue entre les populations et les personnels de santé afin de contribuer à la qualité de l’offre des soins. Notons que cet objectif avait été élaboré à partir des études anthropologiques indiquant la « mauvaise » qualité des relations entre les prestataires et les usagers de la santé6.

15Selon le mode d’intervention consistant à privilégier la dimension organisationnelle des soins dans une aire de santé circonscrite, le projet ne pouvait être élaboré sur toute l’étendue d’un pays. Il fallait donc choisir un district sanitaire. Mon implication dans le projet commença avec cette phase d’identification du site pour l’élaboration du projet. Je n’avais participé ni au montage de la matrice du projet ni aux premières discussions réunissant les partenaires institutionnels de l’initiative. Pour revenir à la phase d’identification du site, mon responsable me sollicita pour la prise de multiples rendez-vous auprès d’acteurs du ministère de la Santé et des professionnels de santé. À travers les échanges de courriels à propos de ces rendez-vous, je compris que le responsable du volet « santé publique » du projet connaissait bien de nombreux responsables de services du ministère de la Santé du pays pour avoir participé à leur formation en santé publique en Europe. Quand j’en venais donc à énoncer le nom de cet acteur du projet durant les échanges, très souvent mes interlocuteurs marquaient leur confiance dans cet acteur du projet. De fait, ces contacts ont marqué à proprement parler ma connaissance des acteurs des services du ministère de la Santé.

16Mais toutes les personnes contactées pour l’organisation de cette mission exploratoire n’ont pas marqué les mêmes signes de reconnaissance. Dans une ville où je présentais les grandes lignes du projet à un gynécologue, responsable d’une maternité, celui-ci me rétorqua : « Ma sœur, allons droit au but, qui finance cette affaire ? C’est la France ou les États-Unis ? si c’est la France, ce n’est pas la peine, ils sont trop emmerdants, le moindre truc, il faut justifier, moi je ne travaille plus avec eux. Les Américains, dès que tu es d’accord, ils te laissent travailler tranquillement… ». Ces propos ont une dimension caricaturale, certes, mais ils énoncent un mode opératoire d’implication des acteurs-clés dans les programmes sur des critères autres que ceux qui justifient des actions pertinentes… La structure de soins dont cet interlocuteur était responsable n’a pas finalement été retenue comme site d’intervention du programme. En dépit de l’état de délabrement du matériel et la déliquescence dans la gestion des dossiers des patients, la structure de soins ne sera pas retenue sur la base du critère de défaut de motivation de l’équipe dirigeante. En effet, le gynécologue obstétricien qui m’avait lancé la boutade ci-dessus afficha son désintérêt pour ce projet français quand il finit par nous fixer un rendez-vous dans son cabinet privé. Il savait bel et bien (pour avoir participé à l’une des premières réunions initiales qui s’était tenue quelques mois auparavant dans un pays d’Afrique de l’Ouest) que l’initiative ne concernait que le secteur public. Notons toutefois que plusieurs mois après le démarrage du projet, le même responsable ne se privera pas d’exprimer son intérêt à l’égard d’une des activités initiées par les acteurs du projet.

  • 7 Parmi les autres critères de sélection apparut d’abord l’idée d’axer l’intervention sur un centre (...)
  • 8 Un autre critère – plutôt d’ordre technique – était le fait que le centre médical avec antenne chi (...)

17Un autre district sanitaire avait été identifié à l’issue de la mission exploratoire à laquelle j’avais participé. Un des critères de sélection du district sanitaire7, qui devait être le site du projet, reposait sur l’engagement explicite des responsables de la maternité de l’hôpital de district. Un critère qui n’était pas des moindres. Le gynécologue était connu des médecins et des spécialistes en santé publique européens du projet. En effet, il avait participé en tant qu’étudiant à une enquête quantitative importante sur la mortalité maternelle dont le Burkina Faso était l’un des sites. Son nom figurait dans la liste d’auteurs de publications associées à cette enquête aux côtés d’autres partenaires du projet. Notons que les résultats de cette enquête posaient aussi les bases justificatrices du projet dont les jalons étaient en train de se définir. En outre, il semblait y avoir un consensus autour de ses compétences techniques. Il était, confiait-on, jeune, dynamique et porteur d’ambitions professionnelles pour s’engager dans une telle initiative8. Si la perspective du partenariat s’articule autour de « l’association et de l’échange [voire] de la notion de jeu dans lequel s’engagent les partenaires » (Bellier, 2002 : 144), il devient donc compréhensible que la connaissance des individus peut profiter au partenariat contrairement à l’anonymat source de malentendus. Les anthropologues de l’initiative recherche-action sur la santé maternelle étaient dès lors engagés dans ce que Jean-François Baré qualifie d’» anthropologie de l’innovation institutionnelle », et autour de laquelle l’anthropologue se positionne comme un médiateur, social ombudsman (Baré, 1995 : 166), si tant est que la position de médiation soit un continuum entre savoir et action (Bako-Arifari, 2007 : 166).

  • 9 Dans l’établissement d’un tel lien entre sciences sociales et le pouvoir politique, Jean Copans va (...)

18Consécutivement au choix du site, une analyse situationnelle avait été faite. Une restitution des résultats de cette analyse fut organisée auprès des personnels de santé. Au-delà de la présentation des résultats, l’objectif recherché était de tendre vers un consensus entre anthropologues et personnels de la santé sur les pistes d’actions. La discussion consécutive à la présentation des résultats de l’analyse situationnelle s’est focalisée sur certains points tels que l’importance et les causes des accouchements à domicile, les évacuations et la pertinence de la contre-référence, les relations entre les personnels de santé et, finalement, les conditions de travail des personnels de santé. Mon responsable hiérarchique émit alors l’idée selon laquelle il fallait introduire une dimension de formation à notre travail pour permettre à des étudiants « sérieux et motivés » de réaliser leurs mémoires de maîtrise sur certains de ces thèmes9. L’idée fut soumise au département de sociologie auprès de collègues responsables d’enseignements en sociologie de la santé. Il n’y eut pas d’objection à notre demande, et c’est ainsi que le thème relatif à l’analyse sociologique des accouchements à domicile, et plus tard un autre sur l’appréhension des évacuations sanitaires furent « confiés » à des étudiantes (Zongo, 2005 ; Ouédraogo, 2006). Étant résidente dans le pays, j’officiais ainsi dans le rôle de référent local du projet pour la partie anthropologique.

19Cependant, l’acceptation d’une collaboration officielle avec des collègues enseignants n’est pas exempte de réticences individuelles de leur part, elles s’exprimeront particulièrement à l’occasion de soutenances de mémoire de maîtrise auxquelles je fus associée pour avoir co-encadré ces travaux. Les critiques se cristalliseront sur le fait que les étudiants avaient été privilégiés par rapport à leurs camarades pour avoir travaillé dans de meilleures conditions, ou bien sur le fait que je n’aurais pas dû avoir le privilège d’être membre du jury alors que j’avais choisi de travailler dans une institution du Nord. Après le soupçon initial, des sentiments de jalousie émailleront donc les relations de collaboration scellées sur des liens préalables de proximité et d’interconnaissance.

Quand la proximité n’exclut pas la méfiance

  • 10 Sur le rapport entre les sciences sociales et le monde du développement, Jean- Pierre Olivier de S (...)

20Si nous partons du postulat qu’il y a en somme deux « écoles » sur les rapports entre anthropologie et développement – l’une intéressée par le développement comme objet anthropologique, l’autre présentant l’anthropologie comme partie prenante d’actions de développement –, notre idée consiste alors à s’inscrire dans une troisième voie qui pense l’intervention sur la base d’une analyse des processus de construction de l’action de développement. Notre propos concerne l’implication du chercheur dans le cours d’un projet de développement. C’est ce lieu où l’anthropologue est convié à s’engager avec d’autres acteurs pour « faire de l’anthropologie » dans un projet de recherche-action. Et si, comme le souligne Jean- François Baré, le développement est une anthropologie de ceux qui participent au développement, alors l’anthropologue participant à une telle œuvre est lui aussi acteur de ce processus. Pour utiliser des formules familières, il s’agit ici de situations où l’anthropologue se « mouille », « met la main dans le cambouis ». C’est ce réel qui nous intéresse ici. Les acteurs englobent aussi les acteurs locaux, destinataires au sens propre de l’action de développement, et les acteurs extérieurs qu’ils soient financeurs ou développeurs du projet. Le cadre institutionnel dans lequel j’ai pratiqué l’anthropologie depuis une dizaine d’années se combine avec un cadre réflexif du rapport entre anthropologues et développeurs où l’idée d’un « chaînon manquant » s’amenuise10. De fait, nombreux sont les anthropologues dont les pratiques sont ou ont été marquées par des collaborations étroites avec des développeurs (Lavigne Delville, 1997 ; Lavigne Delville, 2007 ; Le Meur, 2007 ; Mathieu, 2002, 2012).

21Tout au long du projet, la confiance à l’égard de notre approche fut mise à l’épreuve. Pour stimuler une « culture de service » professionnelle chez les soignants à l’égard de possibles erreurs et dans l’optique d’une meilleure prise en compte des points de vue des usagers, nos collègues de santé publique entreprirent l’instauration de réunions de soignants autour de revues de cas, appelées également audits cliniques. Ces séances avaient été introduites dans la maternité de référence avec l’assistance technique de notre collègue expatriée qui coordonnait le projet au Burkina Faso et qui représentait l’équipe de santé publique (Richard et al., 2009 ; Gruénais et al., 2012). La séance consistait à exposer au sein d’un petit groupe de soignants le contenu d’un dossier clinique d’une patiente et à discuter des modalités techniques de la prise en charge de la femme. Les cas à « auditer » étaient sélectionnés pendant les réunions de service. Ils concernaient les dossiers de femmes évacuées des centres de santé périphériques vers l’hôpital de référence, les situations de complications obstétricales graves ou les situations de mort-nés frais. La séance de discussion était guidée par le principe de l’anonymat. Ni le nom de la patiente, ni celui des membres de l’équipe l’ayant prise en charge n’étaient mentionnés. L’objectif des revues de cas était de pouvoir susciter une autocritique sur la qualité de l’offre de soins de la part des soignants. Après quelques séances, notre collègue nous sollicita pour combler le vide des dossiers médicaux en informations sur les patientes. Le recueil de ces données fit l’objet d’entretiens aux domiciles des femmes. Afin que l’approche soit pérenne et que les soignants eux-mêmes puissent se l’approprier, une sage-femme fut associée par la suite aux anthropologues pour la réalisation des entretiens avec les patientes. L’entretien abordait le déroulement des grossesses et des accouchements précédents, le déroulement et le suivi de la grossesse actuelle, les frais qui avaient été engagés pour le transport et l’hospitalisation, la connaissance de l’hôpital avant le séjour, la perception des soignants et des soins reçus ainsi que les propositions d’amélioration. Une synthèse de ces différentes informations était alors effectuée et présentée au cours de la séance de revue de cas.

22Au cours des discussions, le résumé clinique ou les raisons qui avaient contribué à une sous-notification des informations étaient bien souvent tacitement acceptés par les participants aux séances de revues de cas, tandis que les données rapportées par les anthropologues étaient souvent âprement discutées, voire contestées. Les comptes rendus d’entretiens faisaient certes l’objet d’une grande écoute, suscitaient parfois l’émotion, notamment pour les cas de mort-né, mais ces moments de restitution des discours des femmes et de leurs proches suscitaient, après coup, de vives réactions à l’égard des femmes ou des anthropologues. Pour les soignants, ces propos reflétaient des mensonges, des excès de langage, ou l’incompréhension des femmes ou de leurs proches à l’égard de l’offre de soins et des conduites des prestataires de soins. Le doute sur la véracité des propos rapportés était affiché. Pour remédier à cela, nous avons alors décidé de faire écouter les discours des usagers rencontrés. Mais cette disposition entraîna un autre doute : celui des conditions dans lesquelles ces propos avaient été recueillis. Les soignants estimaient que les questions avaient été mal posées par les anthropologues : comment s’était-on pris pour recueillir de telles confessions ? Ces synthèses ne mettaient-elles pas en évidence le parti pris des anthropologues pour les parturientes et leurs accompagnants ? Peu à peu, le rôle initial accordé aux anthropologues ainsi que leur démarche furent contestés, de même que la légitimité de leur implication dans un projet pluridisciplinaire. Le soupçon des soignants sur la partie « jouée » par les anthropologues était d’autant plus insistant que j’étais bien impliquée dans l’organisation de groupes de discussion entre prestataires de soins et usagers. La marque de la violence dans le cadre de l’offre des soins a été documentée dans les univers de soins publics d’Afrique francophone (Jaffré et Olivier de Sardan, 2003). Initié sur l’hypothèse que ces mauvaises relations entre soignants et usagers pouvaient avoir des incidences sur la qualité des soins, l’objectif de ces séances d’échanges de groupe visait un travail réflexif de ces catégories d’acteurs. En dépit des précautions prises pour la tenue de ces séances (choix du lieu, sélection des soignants, etc.), la méfiance et les crispations subsistaient chez les soignants conviés à ces échanges. L’équipe engagée pour l’organisation des séances était composée de femmes, d’âges différents. L’animatrice bénéficiait d’une meilleure crédibilité que semblait lui conférer son statut de sage-femme et de responsable administratif dans une école de formation de professionnels de santé. Les anthropologues, plus jeunes, étaient – tout comme l’animatrice – originaires du pays, mais elles furent soupçonnées ou accusées de soutenir et de défendre les points de vue des femmes.

23In fine, si l’on observe la trame des collaborations qui se sont tissées à travers ce projet, on retiendra que le partenariat implique une diversité d’acteurs. En outre, les collaborations se fondent sur des relations personnelles et des relations disciplinaires. En l’occurrence, un lien de collaboration entre spécialistes de santé publique a permis/facilité l’assise du partenariat avec l’ensemble des acteurs d’un projet. Toutefois, les relations établies engendrent des rapports de sexe et de génération. Et c’est l’ensemble de ces fils relationnels qui tissent le réel du partenariat au quotidien.

Le chercheur autochtone comme intermédiaire ?

24En dépit de son rattachement institutionnel à une institution du Nord, l’anthropologue proche des acteurs locaux par l’origine culturelle est souvent perçue par des partenaires du Nord dans une situation intermédiaire entre le Nord et le Sud. C’est sans doute l’intériorisation d’une telle perception qui peut expliquer qu’un des responsables de mon institution d’appartenance oublie de me présenter comme membre de l’IRD à des expatriés français, alors qu’il le fait explicitement pour un collègue d’» origine française ». Dans la même veine, à la fin de cette séance de présentation, un des visiteurs me sollicitera pour faire remonter des informations des partenaires locaux. L’anthropologue « du cru », en situation de partenariat, peut être « encliquée », « prise » dans les mailles du partenariat. La question de la confiance se trouve au cœur des mécanismes et des stratégies qui ont été exposés dans ce texte. Le déficit de confiance et les craintes d’instrumentalisation réciproques qui règnent entre les parties prenantes des projets de développement sont incontournables (Giovalucchi et Olivier de Sardan, 2009 : 401 ; Lavigne Delville, 2012 : 163). Comme le note Philippe Lavigne Delville : « Les projets de développement au Sud posent des problèmes de régulation de l’offre dans un contexte où il y a déconnexion entre les fournisseurs de ressources (les financeurs) et les utilisateurs des services et où les relations entre les différents acteurs sont hiérarchiques et linéaires : elles vont des fournisseurs de ressources, qui fixent des orientations, à la direction (de l’organisme mettant en œuvre le service) qui définit les objectifs, aux producteurs de services qui traitent les utilisateurs comme « objets du service rendu » (Lavigne Delville, 2012 : 164).

25Peut-on vraiment échapper au point de vue de Jean Copans quand il avance que « la culture professionnelle est donc en creux, […]. Certes, de nombreux chercheurs font l’expérience, plus ou moins positive, de recherches collectives internationales initiées par des chercheurs du Nord au travers de multiples relations de cooptation et de collaboration. Mais même dans ces cas, le correspondant local est rarement l’initiateur du projet et, sans être réduit au rôle du « nègre » de service, il sert plutôt de guide local pour collègues étrangers que de chef d’équipe » (Copans, 2010 : 39). Difficile d’échapper à une telle caractéristique dans la mesure où l’on est souvent pris dans une organisation administrative qui fait de l’anthropologue, expatriée originaire du pays, la représentante d’une unité de recherche dont le responsable d’équipe effectue régulièrement des missions dans le pays pour, non sans ironie, « relever les compteurs ». Ma position devient bien souvent celle jouée par un intermédiaire à qui le partenaire du Sud peut dire ce qu’il craint de dire à son homologue européen du Nord, intermédiaire que l’on peut aussi éviter quand les enjeux de la collaboration sont mis en jeu. Si l’intermédiaire est celui qui est censé comprendre les manifestations d’insatisfaction, il est aussi suspecté de ne pas pouvoir défendre les intérêts (financiers et scientifiques) de ses partenaires du Sud dont il est par ailleurs proche de par ses origines culturelles.

26Les questions soulevées par la pratique de l’anthropologue effectuant des recherches auprès d’acteurs dont elle est culturellement proche, mais distanciée par l’institution d’appartenance, ont à voir avec la légitimité et la reconnaissance de l’anthropologie en tant que discours critique et engagé sur des faits sociaux. Toutefois, cet enjeu de légitimité se joue sur des sentiments de méfiance, de suspicion à l’égard de l’anthropologue qui s’avère proche de certains de ses interlocuteurs. La grille d’analyse que nous livre l’anthropologie des faits de sorcellerie peut sans doute aider à une lecture des relations qui se nouent autour de l’anthropologue pratiquant des recherches dans un contexte national dont il est issu, tout en étant perçu à travers l’ornière du partenariat. La méfiance des collaborateurs nationaux envers l’anthropologue du cru n’est-elle pas analogue à la dangerosité de certains liens interindividuels au sein d’une famille, selon les représentations de la sorcellerie en Afrique ? Nous avons là une « double affiliation » qui complexifie l’intégration cognitive de l’anthropologie comme point de vue critique et engagé sur le « réel des autres ».

27On peut arguer ici que, au fond, les questions soulevées par la pratique de la recherche auprès d’acteurs dont le chercheur est culturellement proche, mais distancié par l’appartenance institutionnelle, sont propres à la pratique de tout discours critique anthropologique engagé sur des faits sociaux. Dans une telle mesure, l’interpellation interrogative d’une collègue sud-africaine « But why are you working in South Africa ? » à l’égard de Didier Fassin (engagé avec des collègues français et sud-africains dans un partenariat collaboratif de recherche sur l’offre de soins en contexte d’infection à VIH), pour lui rappeler ainsi l’imposture induite par son extranéité, est une situation à laquelle peut être confronté tout anthropologue agissant par le biais d’une externalité institutionnelle – et ce, quel que soit son lien (culturel, affectif, social) à son terrain (Fassin, 2008).

  • 11 Pour de telles expériences, voir Le Pichon et Sow, 2011.

28La perception de l’anthropologue et l’acceptation de sa place qui en découle posent aussi la question de l’application de l’anthropologie d’une manière générale. Comment suspendre des valeurs locales au nom de la réflexion et de la distance critique requises pour la recherche ? Cette tension est-elle soutenable et productrice dans un contexte d’application de l’anthropologie ? Même en adhérant à la proposition selon laquelle « des anthropologues puissent travailler sur des sujets qui n’ont rien à voir avec ce qui serait le développement » (Baré, 1995 : 170), il semble assez compliqué que des anthropologues du cru et du Sud continuent à axer invariablement leurs regards sur leurs sociétés d’appartenance. L’idée de voir des anthropologues africains travailler dans d’autres sociétés, voire d’autres pays, devrait être productive, à tout le moins du point de vue de la légitimité de leur pratique dans le champ scientifique11.

Notes

1 En effet, j’ai été d’abord allocataire d’une bourse postdoctorale de l’Agence nationale de la recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), un organisme français. Cette bourse d’une durée de deux ans (2001-2003) m’a permis d’élaborer en collaboration avec des collègues burkinabè un projet de recherche fondamentale sur la question de la stigmatisation associée à l’infection à VIH. En tant qu’allocataire de cette bourse, j’émargeais institutionnellement à une équipe de recherche de l’IRD. Ce rapprochement statutaire me faisait du même coup apparaître aux yeux de mes collègues comme un partenaire de l’IRD, institution bien connue de la communauté de chercheurs en Afrique francophone et au Burkina Faso, en particulier.

2 L’Orstom (Institut français de recherche scientifique et technique pour le développement en coopération) deviendra l’IRD (Institut de recherche pour le développement) en 1998.

3 Cette réflexion sur les relations de partenariat est consécutive à un texte que j’ai récemment écrit avec Valéry Ridde (Ouattara et Ridde, 2013).

4 Selon Yvan Droz (2009a), l’apparition du terme partenariat en français est récente (1984) et recouvre le sens d’associé et de partage. Toutefois, il n’en demeure pas moins que formé à partir du terme « partenaire », le terme recouvre une charge affective.

5 L’auteur prévient : « Le terrain fait se superposer pour un temps une entreprise circonscrite de recherche (avec ses “règles du jeu” méthodologiques) et une séquence biographique du chercheur (avec ses règles du “je” personnelles, et ses formes d’implication particulières, selon des modalités tour à tour poétiques ou émotionnelles, affectives ou affectées, baroques ou burlesques, etc.). Ces deux registres, malgré leurs évidentes interactions, gagnent à ne pas être confondus, et l’explicitation de leurs relations ne se justifie, si l’on y réfléchit bien, qu’à une faible dose, méthodologiquement parlant » (Olivier de Sardan, 2000 : 442).

6 Pour des études anthropologiques conduites notamment dans des pays d’Afrique de l’Ouest (Jaffré et Olivier de Sardan, 2003 ; Hahonou, 2000 ; Ouattara, 2002 ; Zongo, 2005).

7 Parmi les autres critères de sélection apparut d’abord l’idée d’axer l’intervention sur un centre de référence pour pouvoir ainsi travailler sur l’organisation et l’amélioration du parcours des femmes entre le niveau périphérique et le niveau central. La perspective était donc de pouvoir cerner ce qui se passait dans des maternités publiques de statuts différents. En outre, le fait que les autorités municipales s’engagent pour la conduite du projet était une condition qui pouvait permettre le travail de plaidoyer, une des dimensions de ce projet sur la santé maternelle.

8 Un autre critère – plutôt d’ordre technique – était le fait que le centre médical avec antenne chirurgicale de ce district bénéficiait d’un appui technique important de la coopération italienne. Le bloc opératoire et le matériel médico-chirurgical résultaient des acquis de la coopération avec un pays européen. La spécificité de l’initiative ne résidait donc guère dans l’apport en matériel, et encore moins dans la rétribution de prestataires de soins pour les inciter à participer au projet, comme c’est le cas pour certaines opérations de développement. Il n’empêche que le contexte d’intervention de ce programme sur la santé maternelle était marqué par une superposition d’interventions, mais chacune de ces interventions avait des rapports différents avec les personnels de santé ; tandis que l’intervention italienne s’était limitée à un apport de « gros » matériel, « notre » projet proposait de travailler au plus près des prestataires de soins. Ils étaient des populations- cibles du projet au même titre d’ailleurs que les usagers des services de soins.

9 Dans l’établissement d’un tel lien entre sciences sociales et le pouvoir politique, Jean Copans va jusqu’à imaginer une incertaine et impensable insoumission d’étudiants africains participant à la hiérarchisation des tâches de la recherche : « […] que se passerait-il s’il n’y avait plus d’un coup un seul étudiant mobilisé en vue de la rédaction d’un mémoire de master ou d’une thèse de doctorat, documents si utiles à la promotion des recherches des chercheurs malgré le caractère confidentiel de ces productions une fois soutenues ? » (Copans, 2010 : 65). De façon pragmatique, on voit là comment un travail collectif sert peut à nourrir une réflexion personnelle. Cette part individuelle adoptée dans l’écriture s’entreprend dans une perspective de réflexivité du fait que le chercheur, engagé dans le développement et le partenariat, entretient également des liens de familiarité avec des acteurs locaux. Une des conditions de la réflexivité découle de son caractère individuel.

10 Sur le rapport entre les sciences sociales et le monde du développement, Jean- Pierre Olivier de Sardan après avoir évoqué l’idée d’un chaînon manquant s’est interrogé sur comment réduire la distance pour ouvrir la voie à une réelle collaboration : « Comment combler ce fossé ? […]. Comment forger ce chaînon manquant, non dans le confort de formules rhétoriques, mais dans la pratique quotidienne de tentatives réformatrices sérieuses ? C’est là un des défis majeurs proposés à la collaboration présente et future entre chercheurs en sciences sociales et professionnels du développement. Cette collaboration, bien plus complexe qu’on ne le croit, reste largement à construire, et exige comme condition préalable un réel professionnalisme des deux côtés (et non de simples bonnes intentions, ou de communes illusions populistes) » (Olivier de Sardan, 2004 : 38-39).

11 Pour de telles expériences, voir Le Pichon et Sow, 2011.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site