Version classiqueVersion mobile

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 2. Rencontres partenariales

Première affectation : « partenariat institutionnel » ou « collaborations scientifiques » ?

Jeanne Riaux

Texte intégral

Introduction

1La réflexivité sur les conditions de production de connaissances, la manière de s’interroger et de construire ses questions de recherche est une étape essentielle de toute recherche dite qualitative en sciences sociales. En anthropologie notamment, cette forme de réflexivité appliquée aux pratiques et conditions de mise en œuvre du travail de terrain fait aujourd’hui l’objet de nombreuses publications (Ghasarian, 2004 ; Leservoisier et Vidal, 2007). Il semble que l’auto-analyse et le dévoilement des pratiques du chercheur participent désormais du double processus de mise en œuvre et de validation scientifique du travail ethnographique. Dès lors, être anthropologue à l’IRD devrait conduire à s’interroger sur les conditions spécifiques de la recherche « au Sud » et notamment sur la pratique du « partenariat » érigée en étape obligée de toute recherche en coopération. Outre les relations construites avec les interlocuteurs de terrain, le travail en partenariat repose sur la construction d’interactions avec le monde de la recherche du pays d’accueil. Quelles sont les implications de la construction de ce partenariat sur nos manières de travailler « au Sud » ? Comment ce type de relation « obligée » oriente-t-il notre manière d’envisager le « terrain » et d’élaborer nos démarches de recherche ? Pour répondre à ces questions, j’ai choisi de décrire les premières étapes de construction d’interactions scientifiques dans le cadre de mon affectation en Tunisie. À travers ce dévoilement, je m’interroge sur mon propre positionnement, sur ce qui relève de choix scientifiques ou de stratégies institutionnelles, sur les contraintes et atouts de ces interactions en cours d’élaboration.

  • 1 J’ai été recrutée en 2008 en tant qu’anthropologue affectée au département Ressources environnemen (...)

2Récemment recrutée, puis intégrée à l’IRD en tant « qu’anthropologue des hydrologues »1 et affectée pour la première fois au Sud (Tunis depuis le 1er janvier 2012), je me suis posée la question du partenariat avant même le départ. Bien sûr, le rôle premier du partenariat est de travailler avec les collègues chercheurs et enseignants du pays d’affectation. Mais ce sont d’autres objectifs qui se sont d’abord présentés à moi. À travers la question du partenariat, il s’agissait avant tout de découvrir les fonctionnements de l’IRD (« Il faut un partenaire ») et ceux de mes collègues déjà longuement investis sur mon nouveau lieu de travail (« Notre partenaire en Tunisie est déjà identifié »). Il s’agissait également de m’approprier des possibilités formidables en termes de moyens de travailler sur le terrain, de réseaux de connaissances et parfois d’amitiés, et de me couler au mieux dans ma nouvelle peau d’Irdienne. Il s’agissait enfin de décrypter un ensemble de pratiques associées à la recherche en affectation et qui fondent en partie l’identité et l’expérience de mes collègues plus anciens (vocabulaire, expériences des circonvolutions administratives, anecdotes et astuces, etc.). Ensuite seulement, la question du partenariat s’est posée en termes de découverte d’un nouveau terrain de recherche, de développement de nouvelles interrogations et collaborations scientifiques.

3La construction du partenariat s’est déroulée, avec l’aide et les conseils de collègues plus expérimentés, à la fois au cours de la préparation de l’expatriation, puis à travers les premiers pas en affectation. La relation que j’ai construite avec de nouveaux collègues tunisiens a pris deux formes bien distinctes, mais de manière simultanée. Il s’agissait d’une part d’organiser mon arrivée en Tunisie (remplir les multiples formulaires de demande d’affectation, de préparation des missions, de conventions, etc.) ; pour cela il fallait trouver un « partenaire ». Il s’agissait en parallèle de débuter une recherche sur un nouveau terrain et d’identifier des personnes que mon projet de recherche pourrait intéresser, qui pourraient m’aider à enrichir mes hypothèses de recherche, voire y contribuer et, en contrepartie, à qui je pourrais apporter un appui sur leurs propres questions de recherche, des personnes bien sûr avec lesquelles j’ai envie de travailler ; pour cela je cherchais des « collègues » de travail. Cette dualité « partenaires »/» collègues » s’est exprimée tout au long des premières étapes de l’affectation (préparation, découverte, premières phases de travail). Toute récente et encore en cours, mon expérience du partenariat est celle des débuts, mêlant un peu de naïveté (Le partenariat « rêvé »), quelques désillusions (Le partenariat « institutionnel ») et des adaptations plus ou moins contraignantes (Les partenariats « en pratique »).

Le partenariat « rêvé » : version idéale et premières collaborations de recherche

4La situation de l’anthropologie en Tunisie présente plusieurs spécificités qui ont orienté de façon importante la manière dont j’envisage le partenariat, en tant que jeune anthropologue débutant une recherche sur et dans ce pays.

  • 2 Au Maroc, par exemple, l’abondante littérature anthropologique sur les structures sociales (Montag (...)

5Au premier abord, les collaborations avec des chercheurs tunisiens m’apparaissent incontournables pour des raisons allant bien au-delà de la seule injonction de l’IRD à travailler en partenariat. Il s’agit bien sûr, comme pour tout autre jeune chercheur, de bénéficier du savoir de ses pairs, et en particulier des plus expérimentés d’entre eux. Aborder un nouveau terrain d’étude, dans un pays encore peu connu de l’observateur, implique d’avoir recours aux conseils et aux critiques de connaisseurs. D’autant plus que l’anthropologie tunisienne ne dispose pas d’un corpus bibliographique historiquement balisé par les débats internes à la discipline2. Il apparaît dès lors difficile de s’orienter dans des publications diversifiées et relativement dispersées, dont une partie est rédigée en langue arabe.

6Par ailleurs, l’héritage colonial de l’anthropologie maghrébine pose de manière sous-jacente des cas de conscience pour une anthropologue issue de l’ex-pays colonisateur. C’est particulièrement vrai lorsque l’on travaille sur l’eau, domaine dans lequel les héritages coloniaux sont encore très prégnants, que ce soit dans le paysage physique, scientifique et juridique, ou dans la mémoire des populations rurales. Dans ce contexte, et sans aller plus loin dans l’exposé de ces difficultés rencontrées, je sens une nécessité de travailler « avec » des Tunisiens et pas seulement « sur » leur pays. Collaborer avec des chercheurs qui ont réfléchi à cette relation coloniale et participé à la construction d’une anthropologie décolonisée (Melliti, 2006), qui ont mené leurs propres recherches – hors des sentiers balisés par l’anthropologie coloniale – m’apparaît de fait nécessaire. Je ne conçois pas mon arrivée en affectation comme une manière d’apporter un savoir et des compétences, mais bien comme un séjour destiné à partager des méthodes et des points de vue. Cette gêne et l’importance donnée à la construction de relations équilibrées avec les chercheurs tunisiens reposent aussi sur le fait que l’asymétrie coloniale n’a pas complètement disparu. Comme me l’exprimait un collègue tunisien : « Elle disparaîtra le jour où un anthropologue tunisien fera son terrain en France… ». Les écarts de moyens et de conditions de travail qui existent entre les chercheurs tunisiens et français prolongent également cette asymétrie. Je n’y suis pour rien et je n’y peux pas grand-chose. Pour autant, c’est la situation d’asymétrie dans laquelle s’inscrit mon affectation à Tunis.

7Dès les premiers temps de ce nouveau projet de recherche, les collaborations avec des scientifiques tunisiens me paraissent à la fois nécessaires et légitimes. Mais leur construction apparaît bien difficile à mettre en œuvre pour plusieurs raisons.

  • 3 Un master d’anthropologie sociale et culturelle a existé entre 2005 et 2008 à l’université de Tuni (...)

8Il y a d’abord une difficulté à identifier des interlocuteurs. L’anthropologie sociale tunisienne, plus encore que la sociologie (Melliti et Mahfoudh-Draoui, 2009 ; Ben Salem, 2009), a vécu un affaiblissement considérable avec les « règnes » de Bourguiba (1959-1987), puis de Ben Ali (1989-2011). Jusque récemment, il n’y avait pas de département d’anthropologie en Tunisie3. Cela ne signifie pas que l’anthropologie y soit absente. Mais elle demeure peu visible, abritée dans les départements d’histoire ou de sociologie (cf. Melliti et Mahfoudh-Draoui, op. cit.), expatriée (beaucoup d’étudiants tunisiens s’inscrivent en doctorat en France) et dispersée dans des thématiques très diversifiées, donc difficilement identifiable. Une autre caractéristique de l’anthropologie tunisienne est sa focalisation sur le fait urbain, comme en témoignent les thématiques de recherche portées notamment par l’Institut de recherches sur le Maghreb contemporain. À la suite de la Révolution, l’analyse et le décryptage des dynamiques sociales et politiques rurales sont plébiscités (Gana, 2012 ; Elloumi, 2012), mais le manque d’effectifs dans le domaine de la sociologie ou de l’anthropologie du rural semble constituer un écueil important. C’est l’un des constats principaux effectués par des sociologues de l’université 9 avril de Tunis dont je me suis rapprochée à travers l’encadrement d’un étudiant en master qui travaille sur les Groupements de développement agricole (GDA). Le contexte de post-révolution marque une volonté de reconstruire des enseignements en anthropologie, et notamment sur le rural, avec une forte dimension « terrain ». Dans ce cadre, mes compétences de « ruraliste » et d’anthropologue de terrain me permettent d’envisager une insertion dans les milieux universitaires. Un bémol toutefois, la forte dimension « enseignement » de ce type de collaboration apparaît difficilement conciliable avec une activité intense de recherches sur le terrain.

9Mon objectif de tisser des liens de collaboration avec des chercheurs en sciences sociales rencontre une difficulté supplémentaire liée à mon profil de spécialiste de la gestion de l’eau travaillant avec des hydro(géo)logues. Au premier abord, la richesse anthropologique d’un sujet aussi technique que l’eau et l’aménagement rural n’apparaît pas évidente. Il faut dire que, en Tunisie, cet objet central de l’organisation des sociétés rurales a été enfermé depuis plusieurs décennies dans le domaine de l’expertise technique. Pourtant, l’anthropologie de l’eau doit beaucoup aux travaux menés dans le sud de la Tunisie par Bédoucha (1987), Kilani (1992) ou Battesti (2005). Cette difficulté « thématique » se double d’un autre écueil. Je construis ma recherche au sein d’une équipe de sciences « dures », les réseaux en sciences sociales me sont donc assez peu accessibles. Heureusement, d’autres collègues de l’IRD ayant travaillé en Tunisie m’aident à déchiffrer ces réseaux et à identifier des interlocuteurs. C’est dans ce cadre que j’ai eu la chance de rencontrer Habib Belaïd, un historien de l’université de La Manouba spécialisé dans l’étude de l’hydraulique coloniale. À travers l’écriture d’une communication commune (Belaïd et Riaux, 2011), nous avons engagé une collaboration fructueuse et équilibrée. Il s’agit là d’une véritable collaboration de travail porteuse de résultats et pas seulement d’un affichage érigé en justification du travail « avec le Sud ». Habib Belaïd m’a accompagnée aux Archives nationales de Tunis où nous avons travaillé côte à côte. Nous avons identifié ensemble un corpus de documents que l’on a ensuite interprété. Habib Belaïd m’a aidée à positionner les informations ainsi recueillies dans leur contexte historique – me guidant ainsi à travers la bibliographie incontournable de l’histoire tunisienne. En contrepartie, j’ai mis en commun les documents recueillis préalablement aux Archives diplomatiques de Nantes. J’ai partagé des données ethnographiques issues de mes premiers travaux de terrain et permettant d’éclairer la situation passée à travers des discours contemporains. Ce travail d’échange, de réflexion commune et interdisciplinaire se poursuit par l’écriture d’un article commun. Cette collaboration inattendue a bien sûr infléchi de manière importante la façon dont j’aborde mon terrain tunisien. L’entrée par les archives et par une démarche sociohistorique fait désormais partie de la « toile de fond » du travail ethnographique, notamment parce que les paroles des personnes rencontrées sur le terrain font écho aux informations issues des archives. Cela m’amène à questionner les différences observées entre la « mémoire du papier » et la « mémoire des sociétés », entre ce que les services hydrauliques du Protectorat ont souhaité conserver et ce que les individus d’une société se transmettent ou oublient. Je m’interroge désormais sur les différents regards portés sur une situation par les cadres de l’administration coloniale puis contemporaine et par les communautés rurales. L’émergence de cet angle de recherche est le fruit du travail mené sur l’hydraulique coloniale avec Habib Belaïd. J’espère maintenant partager le travail de terrain avec ce collègue pour approfondir l’étude de la mémoire locale de l’histoire coloniale et confronter les sources d’archives aux sources ethnographiques.

  • 4 Au départ, mon affectation était programmée en 2009, donc avant la révolution de janvier 2011. Mes (...)

10Ainsi, je vois se dessiner petit à petit des collaborations solides avec des chercheurs tunisiens en sciences sociales. Elles infléchissent peu à peu mes orientations de recherche et la manière dont je construis ma démarche scientifique. C’est bien sûr l’une des richesses du travail d’équipe et l’un des résultats importants du travail en collaboration avec les chercheurs du pays d’affectation. Toutefois, la construction de ces collaborations se fait doucement, pas à pas. Il me faudra encore du temps pour identifier d’autres collègues plus spécialisés dans l’étude des ruralités contemporaines. De fait, la formalisation de relations scientifiques à travers une convention de recherche s’avérait (s’avère encore) prématurée dans ce contexte. Le « Partenariat », avec un grand « P », ne pouvait donc reposer sur ces collaborations-là. Mes collègues hydrologues, familiers de la Tunisie, ont mis en avant différents arguments allant dans le sens d’un partenariat qui soit plus directement opérant. D’après eux, en effet, il était inenvisageable d’élaborer une convention de recherche avec une université tunisienne en raison des délais que cela aurait exigés. Il était également important pour les responsables de mon UMR que je sois proche des autres collègues de l’équipe affectés en Tunisie et avec lesquels nous travaillons sur un terrain commun. Ce dernier argument faisait d’ailleurs écho aux enjeux spécifiques de la recherche « socio-hydrologique » que je propose de mener avec les hydrologues. Enfin, les conditions administratives et politiques actuelles et passées4 de la Tunisie confirmaient l’intérêt que j’avais à me fondre dans une équipe d’hydro(géo) logues et de m’insérer dans leurs propres réseaux de partenaires.

Le partenariat « institutionnel » : chroniques d’une convention à venir

  • 5 Il s’agit de chercheurs en hydrogéologie, hydrologie et télédétection qui représentent une large m (...)

11Le partenaire « historique » et « exclusif » de mes collègues hydrologues de l’UMR G-eau en Tunisie est l’Institut national d’agronomie de Tunis (Inat). Des collaborations de recherche ont été initiées en particulier avec deux enseignants-chercheurs du Génie rural, département Ressources hydrauliques et aménagement rural, l’un étant hydrologue, l’autre étant spécialisé en télédétection. Depuis une quinzaine d’années, les programmes de recherche sur les ressources et usages de l’eau dans le bassin du Merguellil ont permis de donner corps à ces collaborations, en particulier à travers des dizaines de stages d’étudiants et plusieurs doctorats. Travaillant sur le même terrain d’étude, à la suite des programmes précédemment menés, il apparaissait logique que je m’insère dans ce dispositif bien rodé (les interlocuteurs sont identifiés, les personnes se connaissent) et bien cadré (une convention-cadre existe entre l’IRD et l’Inat, la représentation de l’IRD-Tunis actuelle entretient de bonnes relations avec le directeur de l’Inat). D’ailleurs, depuis quelques mois, la quasi-totalité des chercheurs de l’IRD affectés à Tunis est accueillie dans les locaux de l’Inat5.

12Par ailleurs, le partenariat avec l’Inat étant déjà construit, il apparaissait plus simple d’inscrire mon affectation dans cette continuité. En effet, pour demander une affectation à l’étranger, l’IRD demande que le partenaire soit déjà identifié et que la collaboration présente une solidité certaine. Au jeu des arbitrages, même en étant jeune recrutée, donc « prioritaire », il s’agissait d’attester du bien-fondé de ma démarche. Il était donc plus risqué de proposer un partenariat scientifiquement pertinent, mais administrativement hasardeux. Dès lors, l’opportunité stratégique du partenariat « historique » avec l’Inat s’imposait à moi.

  • 6 En réalité, les démarches se sont considérablement complexifiées au cours des dernières années. Co (...)

13En outre, l’ajout d’un avenant à une convention déjà existante promettait une certaine rapidité de mise en œuvre6. Cet argument supplémentaire était de poids, puisqu’en Tunisie la convention de recherche est le sésame permettant de vivre et de travailler paisiblement pour un chercheur étranger. D’une part, cette convention permet d’obtenir une carte de séjour (donc un visa de longue durée, une immatriculation tunisienne, l’autorisation de sortir du territoire sans véhicule, etc.). D’autre part, l’attestation de recherche donnant lieu à l’autorisation de recherches sur le terrain dépend elle aussi de l’obtention d’une convention. Il semblait donc important que la convention soit déjà quasiment prête avant mon arrivée en affectation, puisque les démarches qui en dépendent peuvent ensuite prendre du temps. Ce fait est particulièrement important lorsque l’on est anthropologue et que l’on envisage de s’investir rapidement dans le travail de terrain. Autrement dit, la convention est un sésame de poids et l’on est amené à s’intéresser plus au contenant qu’au contenu.

14Toutefois, l’évidence administrative d’une convention avec l’Inat ne supprime pas son intérêt scientifique. En effet, étant donné mon objectif de construire un « regard socio-hydrologique sur le bassin du Merguellil », je souhaite demeurer proche de mes collègues hydrologues de l’IRD, puis identifier et associer progressivement des hydrologues tunisiens à la construction de cette démarche interdisciplinaire. De fait, être accueillie à l’Inat, auprès de mes collègues hydrologues, revient pour moi à « habiter sur le terrain », puisqu’un pan entier de mes recherches concerne la relation qui se construit entre spécialistes de la ressource et spécialistes des sociétés. D’ailleurs, je fais l’hypothèse que seule la proximité géographique favorise des relations d’interconnaissance, de compréhension mutuelle propres à susciter le développement d’une recherche interdisciplinaire. Cohérence de mon projet de recherche et facilité des transactions avec les hydrologues ont donc été invoquées pour justifier ce partenariat et le rendre « évident ». Après discussions avec les responsables de mon équipe en France, nous avons préparé un avenant à la convention déjà en cours avec le département Génie rural de l’Inat. Mon « interlocutrice officielle » devait être la même que celle de mes collègues hydrologues ; un partenaire plutôt institutionnel puisque cette personne est très impliquée dans l’organisation des enseignements à l’Inat, alors que le travail sur le terrain mobilise d’autres enseignants-chercheurs et étudiants de son équipe. L’avantage de ce montage scientifico-institutionnel à dominante administrative était de me laisser le temps et la liberté, une fois arrivée, d’identifier des interlocuteurs plus appropriés en fonction de mes propres intérêts de recherche et affinités. Cette façon de procéder était sous-entendue dans le montage institutionnel. Il n’y avait donc là aucun risque de commettre des impairs diplomatiques en diversifiant mes interlocuteurs en dehors du partenariat « officiel ». Mais quelques jours avant mon départ pour Tunis, les choses se sont compliquées.

15En effet, alors que la convention était presque signée, le projet de m’intégrer « chez » les hydrologues de l’Inat s’est révélé problématique. La multiplication des chercheurs en affectation à Tunis, liée notamment aux événements en Syrie, se traduisait par un trop grand nombre de conventions avec notre principale interlocutrice de l’Inat. Cela commençait à provoquer des critiques au sein de l’Inat. Dans un contexte post-révolutionnaire tendu (renouvellement très rapide des différents postes à responsabilité), le directeur de l’Inat, en accord avec le représentant de l’IRD-Tunis, a décidé de diversifier les interlocuteurs de l’IRD à l’Inat. En raison de mon profil « sciences sociales », il est apparu légitime de m’orienter vers le département « Économie et développement rural » de l’Institut. Le départ en retraite de la professeure de sociologie rurale constituait une justification supplémentaire à mon insertion dans ce département (« L’anthropologie c’est un peu de la sociologie, non ? », me demandera-t-on à mon arrivée dans le département d’Économie). Il a donc fallu, au dernier moment avant mon départ (pendant les vacances de Noël), que j’identifie quelqu’un du département d’Économie qui accepterait de signer ma convention d’accueil à l’Inat. Mes collègues de l’UMR G-eau m’ont adressée à un économiste avec lequel ils avaient déjà travaillé sur le bassin du Merguellil dans le cadre de différents programmes de recherche pluridisciplinaires, un autre « interlocuteur historique », autrement dit. Cette réorientation semblait logique à tout le monde… bien que la dimension socio-hydrologique de mon projet de recherche permette difficilement de légitimer mon insertion dans une équipe d’économistes. Je retrouvais là encore ce problème de balancier entre les dimensions administrative-politique et scientifique de la question du partenariat. La situation m’est apparue d’emblée plus difficile : alors que j’avais mobilisé une somme importante d’énergie et de temps pour comprendre les démarches et méthodes de l’hydrologie (hydrogéologie et hydraulique), on m’adressait à un spécialiste en économie expérimentale. Les frontières disciplinaires me semblaient encore plus difficiles à franchir… ce qui se confirma au cours des premiers échanges scientifiques. Mais revenons à la convention qui n’était pas encore signée.

  • 7 Dans tous les cas, une convention est un contrat liant deux parties. Mais je m’aperçois ici que, s (...)
  • 8 Ma démarche scientifique repose sur une construction inductive des problématiques de recherche. C’ (...)

16Le « partenaire » que l’on me désignait comme « le plus naturel après celui des hydrologues » ne concevait pas l’écriture et la signature d’une convention d’accueil comme une simple formalité administrative. Il entendait au contraire que je propose un programme de travail réaliste nous impliquant pleinement tous les deux. J’ai alors produit un texte reposant sur les problématiques institutionnelles de la gestion de l’eau. Le concept d’institution permet en effet de relier l’économie et l’anthropologie, même si ces disciplines ont des approches très différentes de la question. Mon interlocuteur a accepté de signer la convention après que j’en ai modifié plusieurs fois le texte en fonction de ses suggestions. Dans l’urgence, je n’ai pris aucun recul sur les conditions de production de cet avenant à la convention qui s’apparente à un véritable « contrat »7. À travers ce texte, je me suis engagée à travailler sur des thématiques proposées hâtivement et quasiment sans connaissance préalable du terrain d’étude et des questions de recherche qu’il suscitera8. Alors que je souhaitais seulement obtenir au plus vite un sésame administratif, j’ai posé, sans vraiment m’en rendre compte, les fondements d’une relation interdisciplinaire plutôt difficile à mettre en œuvre. Je me suis également engagée dans une relation de collaboration avec un enseignant-chercheur que je connaissais à peine. Bien sûr, la façon de réagir qu’a eue ce nouveau partenaire était fondée : cette convention l’engageait au même titre que moi. Si je cherchais un sésame administratif, lui voyait probablement dans cette convention un programme de travail pour débuter une véritable collaboration. Sa réaction était donc bien plus légitime que la mienne.

  • 9 La différence de sexe a peut-être aussi joué, mais je n’ai aucun élément concret pour étayer cette (...)

17À mon arrivée à Tunis, ma convention était dans les circuits administratifs, tandis que l’on me préparait un bureau au département d’Économie de l’Inat. Après quelques semaines, je m’y suis installée. Je me suis alors aperçue que l’on avait sommé les économistes du département de libérer un bureau pour moi, alors que la majorité d’entre eux pensait que j’étais une hydrologue pour laquelle il n’y avait plus de place dans les bâtiments du Génie rural. Les débuts ont été difficiles. Jusqu’à aujourd’hui, il m’apparaît compliqué de nouer des relations scientifiques avec ces nouveaux collègues, même si ces derniers s’avèrent très sympathiques et accueillants. J’ai finalement peu à leur proposer en échange de leur accueil. Les cours que je suis susceptible de donner sont très éloignés des modules d’économie dispensés aux étudiants ; je me sens tout à fait démunie à propos des sujets de stage en économie pour lesquels on me propose d’intervenir. À l’inverse, ma façon de travailler, très exploratoire et sans cadre théorique préalablement fixé, interpelle mon « partenaire » qui me propose des conseils pour structurer ma démarche scientifique et pour recadrer une étudiante en stage dont j’ai la responsabilité. Les écarts de méthode qui existent entre économie et anthropologie se font sentir avec rudesse, d’autant plus dans un contexte d’asymétrie d’âge et d’expérience9 qui caractérise ma présence auprès des économistes de l’Inat. Heureusement, des espaces de collaboration plus larges sont ouverts à travers différents programmes de recherche impliquant les hydrologues, mon partenaire économiste et moi-même. Les ateliers pluridisciplinaires que nous avons initiés dans ce cadre permettent à chacun de trouver une place en fonction de ses propres démarches et questions de recherche. D’autres collègues ayant plus l’habitude du travail avec les agronomes et les économistes contribuent à atténuer des écarts disciplinaires qui pourraient se révéler difficiles à gérer. Je pense aussi que le travail de terrain pourrait être l’occasion de trouver des terrains d’entente. En effet, si mon partenaire économiste développe des démarches scientifiques très éloignées de celles que j’envisage, sa connaissance du terrain et son expérience des problématiques de l’agriculture irriguée en Tunisie constituent une richesse dont je dois m’imprégner.

Le(s) partenariat(s) « en pratique » : bilan d’étape

18Mon expérience toute neuve du « partenariat au Sud » me permet d’identifier plusieurs formes de collaboration, distinctes dans leur mise en œuvre et dans leurs objectifs. Mes relations avec la communauté scientifique tunisienne s’articulent en effet autour de trois formes de « partenariat ».

19Il y a d’abord des collaborations de travail qui se construisent avec mes pairs, chercheurs en sciences sociales. C’est en particulier avec un collègue historien que des questions scientifiques complémentaires ont permis d’engager un travail de recherche et d’écriture commun. Cette relation n’est pas institutionnalisée et dépend d’un intérêt mutuel à travailler ensemble. Il me semble que l’on peut alors parler de « collaboration scientifique ». Bien sûr, la vocation de recherche au Sud de l’IRD a joué dans la construction de cette collaboration, que ce soit à travers les réseaux scientifiques de mes collègues IRDiens ou les moyens logistiques et financiers que l’on met à ma disposition. En effet, toute initiative de ma part allant dans le sens de l’animation de recherches en collaboration en Tunisie, particulièrement avec les sciences sociales, est soutenue par les responsables de mon UMR. De fait, l’injonction de l’IRD à travailler « en partenariat » n’est qu’indirectement à l’origine de cette relation-là.

20En parallèle, je développe avec mes collègues hydrologues de l’IRD des axes de recherche interdisciplinaires. À travers cette construction, des relations se tissent progressivement avec leurs propres partenaires institutionnels de l’Inat. Ce travail en commun ne peut encore être qualifié de « collaboration scientifique », même s’il est déjà porteur de perspectives de travail motivantes avec les hydrologues de l’IRD. Avec les hydrologues de l’Inat, il semble que la volonté interdisciplinaire rencontre moins d’échos ; la construction de collaborations « socio-hydrologiques » prendra probablement du temps.

21Enfin, les règles de départ en affectation émises par l’IRD et le contexte administratif tunisien m’ont amenée à construire un « partenariat institutionnel ». J’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie à essayer de donner un contenu scientifique à ce partenariat, mais il semble difficile à mettre en œuvre. Pourtant, c’est là mon partenariat « officiel », celui qui apparaît dans les documents administratifs et celui par lequel je suis identifiée en Tunisie. Je travaille au sein du département d’Économie de l’Inat, en convention avec l’un de ses enseignants chercheurs, que ce soit vis-à-vis de l’IRD ou vis-à-vis des administrations tunisiennes. Peut-être faut-il ici mettre en cause la forme très officielle, très administrative et très cadrée que prend le partenariat tel qu’envisagé entre l’IRD et l’Inat, en particulier avec l’obligation d’élaborer une convention nominative entre deux individus. La convention- cadre entre l’IRD et l’Inat qui suffisait il y a quelques années à officialiser la venue d’un chercheur de l’IRD à l’Inat était de mon point de vue mieux adaptée à la réalité des constructions de collaborations scientifiques, qui sont par nature appelées à évoluer et à se diversifier à travers le déroulement d’une affectation.

22Mises bout à bout, les relations ainsi initiées avec les scientifiques tunisiens doivent constituer ce que l’on appelle « partenariat » à l’IRD. À partir de ma propre expérience, il me semble de fait plus légitime d’exprimer cette notion au pluriel (« les partenariats »). L’existence de ces formes multiples de relations présente des inconvénients, mais aussi des avantages dont je peux dès à présent dresser un premier bilan.

23Le premier problème est celui de la multiplication des « partenaires », « collaborateurs » et « collègues ». Cette multiplication des interlocuteurs se traduit par une multiplication des charges de cours que l’on me propose et auxquelles je me sens plus ou moins obligée de répondre, par une multiplication des stages que l’on me propose de co-encadrer et surtout par une multiplication des projets et programmes de recherche dans lesquels je suis impliquée. En effet, chaque collaboration induit de nouvelles perspectives scientifiques, chaque chercheur ayant une approche et des questionnements qui lui sont propres. La conjonction de plusieurs regards sur un même fait produit de nouvelles questions, de nouvelles pistes de recherche, toutes motivantes, mais pas nécessairement faciles à articuler entre elles. Je vais devoir faire une belle gymnastique intellectuelle pour trouver une cohérence globale à l’ensemble des « axes » de recherche qui ont émergé au cours de mes premiers pas en affectation.

24Dans la pratique, il me reste peu de temps pour développer des collaborations qui seraient pertinentes au regard de mon projet de recherche originel, que ce soit avec des hydrologues d’autres instituts tunisiens ou avec des chercheurs en sciences sociales. En ce qui concerne les sciences sociales, le problème se double d’une réticence de certains universitaires par rapport à mon ancrage dans le monde des ingénieurs. Quand j’explique que je suis en convention avec l’Inat, école d’ingénieurs avant tout, mes interlocuteurs universitaires ont du mal à comprendre ce choix. Il y a probablement aussi des réseaux d’amitiés et d’inimitiés entre institutions tunisiennes que je n’ai pas encore identifiés. Un autre problème, plus spécifique à mon profil « interdisciplinaire », est de faire comprendre aux « partenaires » ce que je peux et souhaite faire. En particulier, dans le domaine de la gestion de l’eau, une anthropologue ne s’intéresse pas nécessairement aux questions de genre, de « représentations » et d’eau potable. Il m’est également difficile d’expliquer que l’évolution des « ressources » m’intéresse autant que celle des « usages » et que c’est la raison pour laquelle je souhaite travailler avec les hydrologues. Le changement de partenaire lors de la signature de la convention d’accueil à l’Inat illustre un peu les difficultés qui se présentent à moi dans ce domaine : je crois ne pas avoir su affirmer clairement et faire entendre à mes interlocuteurs l’objectif interdisciplinaire (socio-hydrologique) que je poursuis. À l’inverse, je dois aussi faire comprendre à mes nouveaux interlocuteurs des sciences sociales que le travail interdisciplinaire mené à l’Inat ne me cantonne pas nécessairement à une anthropologie « appliquée ». Les problématiques relatives à l’eau et à l’hydraulique relèvent bien d’un objectif large de compréhension des sociétés et de leurs dynamiques, de la même manière que tout travail anthropologique sur des sujets peut-être plus classiques. Là encore, ce que je fais doit être argumenté, explicité, avec plus de force qu’auprès de collègues français dont j’ai l’impression qu’ils se familiarisent avec ces mariages disciplinaires insolites. Pour autant, cet effort d’explicitation et la nécessaire réflexivité qui l’accompagne se révèlent stimulants et féconds (Riaux, à paraître).

  • 10 Dans la plupart des cas, je me présente comme chercheur travaillant à l’Inat et mobilisant des app (...)

25La façon dont se construisent mes multiples partenariats constitue aussi un atout, en particulier pour ce qui concerne les recherches de terrain. J’ai en effet entamé un travail sur les « acteurs de l’eau » qui sont à la fois les utilisateurs de l’eau agricole (agriculteurs, gestionnaires locaux), les administrations en charge de la gestion et de la planification et les scientifiques qui produisent des connaissances elles-mêmes mobilisées (ou non) par les administrations. Mon travail d’enquête se déroule donc dans plusieurs arènes, notamment les administrations de l’eau, qu’elles soient nationales, régionales ou locales. Dans ce cadre, être identifiée comme « travaillant avec l’Inat » (et avec des chercheurs aux approches très « scientifiques ») représente un atout. Il s’agit d’un véritable visa d’entrée. Introduite dans ces administrations par mes collègues hydrologues, je suis accueillie avec bienveillance, bénéficiant de relations de confiance anciennement construites. L’accès au « terrain » m’est également facilité. Suivant les conseils de collègues tunisiens, je ne me présente pas d’emblée comme étant anthropologue10. Il faut rappeler que l’anthropologie est une discipline qui a quasi totalement disparu des programmes d’enseignement et de recherche en Tunisie jusqu’à récemment. Les approches qualitatives de terrain demeurent visiblement suspectes ou, pour le moins, inhabituelles. De fait, m’inscrire dans la continuité des recherches menées par ou avec l’Inat permet d’atténuer l’originalité (dans le sens négatif du terme) de l’approche que je propose. Je n’ai rencontré aucun problème pour me rendre sur le terrain et pour y déployer une démarche ethnographique intensive. Bien sûr, les événements politiques récents rendent possible une telle approche, mais le fait que ma zone d’étude ait été historiquement balisée par le travail conjoint des chercheurs de l’IRD et de l’Inat facilite encore le travail. Par exemple, on ne m’a jamais demandé de présenter une autorisation de recherche sur le terrain dans la région de Kairouan, ce qui n’a pas été le cas pour d’autres chercheurs en sciences sociales de l’IRD sur d’autres terrains. De la même manière, les démarches nécessaires à l’arrivée d’une étudiante sur le terrain et au sein des administrations régionales ont été réalisées très rapidement. Cela aurait été beaucoup plus difficile dans le cadre d’une convention avec une université. Concrètement, pourtant, ma convention de recherche était encore dans les circuits de signature… huit mois après mon arrivée en affectation, mes recherches n’avaient alors aucun cadre « légal ». Cette attente représente probablement l’une des composantes du rite de passage de l’affectation au Sud de tout chercheur IRD.

Réflexivité sur la pratique de recherche au Sud

  • 11 Le propos de ce texte n’est pas de réfléchir à l’interdisciplinarité. Pourtant, il semble évident (...)

26Le contexte pluridisciplinaire élargi dans lequel je mène mes recherches ainsi que la volonté interdisciplinaire de mon programme scientifique impriment très probablement une orientation spécifique à la manière dont se déroule la construction de mes partenariats en Tunisie. Il m’est difficile pour l’instant de discerner ce qui relève de contraintes spécifiquement liées à mon profil d’anthropologue travaillant avec les hydrologues11. Il m’est également difficile de distinguer si certaines contraintes rencontrées relèvent plus généralement des évolutions du métier de chercheur. En effet, avec la recherche financée sur (gros) projets, les partenariats prennent de l’importance ; ils deviennent une étape obligée de la construction des programmes. Dans ce cadre, argumentaires scientifique et financier se mêlent et l’on ne sait plus si le partenariat est une justification ou un objectif du projet scientifique. Il est fort probable aussi que certaines difficultés rencontrées soient imputables à mon inexpérience du travail au Sud. Les problèmes rencontrés sont-ils communs à tous les jeunes chercheurs de l’IRD ? Enfin, le pays d’affectation imprime sûrement aussi une marque particulière à la construction de ces collaborations. Quelle est la place des héritages historiques, de la culture et des relations sociales, de l’histoire politique du pays d’affectation dans la construction du partenariat ? Quels sont aussi les héritages de la représentation de l’IRD à Tunis en matière de simplification ou de complexification des démarches auprès des administrations tunisiennes ?

27Quelles que soient les réponses à ces questions, être chercheur à l’IRD me permet de bénéficier de certaines routines de travail au Sud, même si elles s’accompagnent de quelques pesanteurs. L’implantation ancienne de l’IRD en Tunisie, l’existence de réseaux scientifiques et d’une logistique matérielle constituent de formidables moyens pour initier et mettre en œuvre des recherches sur le terrain. Bien sûr, le « forçage » institutionnel m’amène à des contorsions relationnelles. Mais je pense que finalement ces contorsions sont porteuses d’originalités et d’innovations dans la construction de mon questionnement scientifique. Ne dit-on pas que c’est dans la contrainte que l’on se révèle le plus créatif ?

28Le travail réflexif sur le partenariat au Sud se révèle fructueux. S’interroger sur ces dimensions de l’activité scientifique conduit à prendre du recul par rapport à nos propres pratiques de recherche… plus de recul peut-être qu’envisagé au départ de l’écriture de ce texte. D’abord, dévoiler l’arrière-cuisine de nos pratiques n’est pas chose aisée. Que faut-il dire ou ne pas dire ? Jusqu’à quel point faut-il dévoiler la démarche qui sous-tend des interactions en construction ? Quels seront les effets de cette mise à nu sur les conditions de recherche à venir, sur l’évolution de ces interactions ? J’ai l’habitude de dire que le métier d’anthropologue consiste à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. M’appliquer à moi-même ce traitement m’amène à réfléchir aussi sur la manière dont je pratique ce dévoilement. De ce point de vue, le travail réflexif s’est avéré perturbant : l’écriture contribue à révéler et partager des points laissés sous silence, des impensés de relations parfois difficiles. Avais-je vraiment conscience du degré d’artificialité de certaines interactions construites ? Cela me renvoie à la réalité des relations et collaborations construites au Sud, à des questions plus profondes de légitimité de la recherche « pour le développement », d’asymétrie des relations entre chercheurs du Sud et chercheurs du Nord, à la pertinence d’une recherche tournée vers des « partenaires » qui ont leurs propres questions de recherche et qui ne nous attendent pas pour les déployer. Au terme de cette réflexion, je pense que la légitimité de nos recherches et de notre présence au Sud se construit dans le cadre de « collaborations scientifiques (sincères) ». Le « partenariat officiel et obligé » viendrait plutôt perturber cette construction, même s’il se révèle incontournable pour des raisons institutionnelles.

Notes

1 J’ai été recrutée en 2008 en tant qu’anthropologue affectée au département Ressources environnement de l’IRD (UMR G-eau). Mon programme de recherche repose sur la construction d’un regard socio-hydrologique associant étroitement hydrogéologie et anthropologie. L’objectif est de comprendre les dynamiques de la gestion de l’eau dans le bassin du Merguellil en Tunisie centrale, terrain d’étude historique d’hydrologues et d’hydrogéologues de l’IRD. Le fait que je sois la seule anthropologue dans une équipe d’hydro(géo)logues a conduit mes collègues à me désigner comme « leur anthropologue », position que je m’approprie en m’auto-désignant – avec un peu d’ironie, j’en conviens – « anthropologue des hydrologues ».

2 Au Maroc, par exemple, l’abondante littérature anthropologique sur les structures sociales (Montagne, 1931 ; Berque, 1955 ; Gellner, 1969) est venue alimenter les débats sur la théorie segmentaire. À ce titre, les travaux anthropologiques sur le Maroc ont été identifiés, diffusés, discutés et critiqués par les universitaires contemporains (Hammoudi, 1974 ; El Qadéry, 2010), favorisant ainsi une mise en visibilité des différents travaux auxquels se référer. Comme l’a remarqué Berque (1956), ce type de littérature et le débat qui l’accompagne n’existent pas en Tunisie. À première vue, ce constat déjà ancien de J. Berque semble toujours d’actualité.

3 Un master d’anthropologie sociale et culturelle a existé entre 2005 et 2008 à l’université de Tunis El Manar, sous la responsabilité de M. Kerrou. Il existe également une Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle qui apparaît assez confidentielle pour l’instant.

4 Au départ, mon affectation était programmée en 2009, donc avant la révolution de janvier 2011. Mes conditions d’affectation avaient donc été réfléchies en fonction du contexte politique de l’époque où il valait mieux faire profil bas en tant qu’anthropologue de terrain.

5 Il s’agit de chercheurs en hydrogéologie, hydrologie et télédétection qui représentent une large majorité des chercheurs actuellement affectés à Tunis. Les autres chercheurs de l’IRD-Tunis sont accueillis de manière individuelle dans différents établissements de recherche ou universités.

6 En réalité, les démarches se sont considérablement complexifiées au cours des dernières années. Contrairement à ce qu’ont vécu mes collègues il y a quelques années, l’ajout d’un avenant à l’accord-cadre ne suffit plus. Une convention d’accueil spécifique doit être signée entre le chercheur en affectation et un représentant (le partenaire) de l’institution d’accueil. Ces complexifications administratives sont peut-être à considérer comme résultant d’un héritage irdien de procédures et de pratiques qui ne sont peut-être plus les plus simples ni les plus rapides. Les collègues du Cirad accueillis en Tunisie suivent des circuits moins bien balisés politiquement (donc diplomatiquement), mais apparemment plus rapides.

7 Dans tous les cas, une convention est un contrat liant deux parties. Mais je m’aperçois ici que, selon la manière dont ce contrat est envisagé, il peut se constituer en « simple formalité » ou en « obligation contractuelle ». La forme de partenariat qui découle de ces deux options est assez différente en pratique, même si c’est la même chose en théorie.

8 Ma démarche scientifique repose sur une construction inductive des problématiques de recherche. C’est à partir des observations de terrain que se dessineront mes questions de recherche. Cette démarche se situe à l’extrême opposé des méthodes de travail adoptées en économie expérimentale pour laquelle la question de recherche et le cadre théorique constituent un préalable à tout travail d’enquête. Cela constituera ensuite l’une des principales difficultés du dialogue interdisciplinaire avec mon « partenaire ».

9 La différence de sexe a peut-être aussi joué, mais je n’ai aucun élément concret pour étayer cette hypothèse.

10 Dans la plupart des cas, je me présente comme chercheur travaillant à l’Inat et mobilisant des approches complémentaires de celles de mes collègues hydrologues, agronomes ou économistes. Un enseignant d’une école d’ingénieurs agronomes m’a clairement recommandé de ne pas me présenter directement comme anthropologue : « ce que les gens pourraient ne pas comprendre ».

11 Le propos de ce texte n’est pas de réfléchir à l’interdisciplinarité. Pourtant, il semble évident qu’une grande partie des frustrations ressenties dans la construction des partenariats relève d’une question de positionnement interdisciplinaire : je souhaite me rapprocher des sciences sociales, mais mon sujet de recherche me conduit vers les hydrologues. Le problème est de devoir choisir entre les deux. Peut-être la solution se présentera-t-elle à travers une seconde convention de recherche (ou bien un « accueil scientifique ») auprès d’une institution de recherches en sciences sociales ?

Auteur

Anthropologue
Inat, département d’Économie
43, av. Charles Nicolle
1082 Tunis, Tunisie
jeanne.riaux@ird.fr

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search