Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 1. Histoires de partenariat

L’expérience d’un partenariat entre deux institutions muséales à caractère scientifique

Fabienne Galangau-Quérat

Texte intégral

1L’expérience relatée est celle d’un partenariat entre deux musées nationaux d’histoire naturelle, le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (MNHN) et le National Museum of Namibia (NMN) à Windhoek. En 2002, la directrice du Musée national de Namibie venait faire un séjour à Paris pour visiter les musées français et rencontrer des professionnels de musée. Au Muséum national d’Histoire naturelle, elle fut accueillie par un enseignant-chercheur en muséologie (l’auteur de ce texte). De cette rencontre de quelques jours, est né le projet d’un partenariat dont nous allons montrer le déroulement et analyser ce qui à moyen terme se révèle être le processus normal d’une collaboration ne s’appuyant sur aucun passé institutionnel, scientifique, historique… Pour cette analyse, nous nous appuierons sur le concept de continuum de collaboration, formulé par Zorich, Waibel et Erway dans une étude qu’ils ont menée sur les bibliothèques, les archives et les musées en 2008 (Zorich et al., 2008). Dans cette étude, ils font émerger que si le concept de collaboration est assez vague, les expériences de collaboration se conçoivent le plus souvent selon un processus – le continuum de collaboration – se développant en cinq étapes.

La mise en place de la collaboration : des premiers contacts à la coopération

2Le NMN a une histoire mouvementée qui commence en 1903 avec la colonisation allemande et se développe depuis avec les difficultés inhérentes à ce type de structure : dispersion des collections, manque de ressources, personnel très réduit. Le National Museum est actuellement placé sous la responsabilité du Ministry of Basic education, sport and culture et dépend au sein de ce ministère du Directorate national heritage and culture programs. La directrice du musée est également membre du National heritage council of Namibia, conseil créé en 2005 et dont l’objectif est de promouvoir le patrimoine national. Le NMN est composé de galeries d’exposition (Alte feste et Owela display center) et possède des collections d’importance et de qualité variables ; quelques rares conservateurs sont en charge de ces collections. La direction scientifique du musée est assurée par le responsable des collections d’entomologie. Le MNHN est une institution dont l’histoire se déploie sur plusieurs siècles avec un développement de collections parmi les plus importantes au monde. C’est aujourd’hui une structure où recherche, collection, enseignement, diffusion et expertise sont les missions fondamentales.

3Le MNHN a également une histoire longue et complexe. Créé en 1635 sous le nom de Jardin du Roi, il devient sous la Convention, Muséum d’histoire naturelle en 1793. Son histoire se confond avec celle de l’histoire des sciences naturelles. Avec près de 70 millions de spécimens, ses collections sont parmi les plus importantes au monde avec celles du British Museum et après celles de la Smithsonian Institution. Les recherches qui y sont menées aujourd’hui s’attachent à inventorier, classer et comprendre la diversité du vivant et son histoire ainsi qu’à étudier les relations des hommes à leur environnement. Le MNHN, c’est bien évidemment un vaste ensemble de galeries et d’expositions scientifiques. C’est aussi un établissement qui propose une école doctorale et six spécialités de master parmi lesquelles la spécialité « Muséologie des sciences » qu’il a été parmi les premiers établissements français à créer, il y a vingt ans. Mais nous verrons plus loin que cette discipline peine encore à y trouver sa place.

4Le premier contact entre le MNHN et le NMN se prolongea dans les mois suivants par une mission en Namibie au cours de laquelle les possibilités de partenariat furent explorées dans une perspective très large. Cette première mission permit à l’auteur d’appréhender la réalité de cette institution nationale. À ce moment-là, le musée envisageait la rénovation de ses galeries d’exposition, espérait s’agrandir en récupérant de nouveaux espaces et entamait une réflexion sur la rénovation des présentations muséales consacrées à l’histoire naturelle. Un taxidermiste finlandais avait même été embauché par le musée pour l’élaboration d’un programme muséologique et muséographique montrant par là même l’absence de connaissance de la discipline muséologique et des besoins inhérents à la conception et la réalisation d’une exposition. Aussi les perspectives de rénovation, l’état des collections, en particulier la richesse des collections d’archéologie et le potentiel qu’offrait celle d’ethnologie orientèrent les demandes de la direction du NMN vers les domaines attendus de l’expertise muséale classique, ethnologique et archéologique. Si la collaboration dans le domaine de la conception et la rénovation des galeries d’exposition pouvait facilement prendre la forme de l’expertise (choix des thématiques, écriture du synopsis, élaboration de questionnaires pour une meilleure connaissance des publics du musée), ce qui pouvait être fait dans les domaines de l’archéologie et de l’ethnologie devait être approfondi par des spécialistes. Quelque temps plus tard, deux enseignants-chercheurs, récemment recrutés au MNHN et représentant l’un l’ethno-écologie et l’autre l’archéologie, étaient missionnés au NMN pour analyser les possibilités de travail dans leurs disciplines, sur la base des collections du NMN. Au cours de cette seconde mission du Nord au Sud, c’est avec, cette fois, le responsable scientifique du musée que les chercheurs du Nord eurent des échanges. Celui-ci insista en particulier sur son inquiétude concernant les formations universitaires en archéologie et ethnologie en Namibie et l’impossibilité d’y réaliser un doctorat. En effet, les étudiants namibiens doivent s’expatrier, le plus souvent en Afrique du Sud ou en Allemagne, pour faire un troisième cycle universitaire.

5Cette première phase de rencontres et échanges peut être considérée a posteriori comme la première étape du continuum de collaboration ; appelée étape de contact (ibid.), c’est celle au cours de laquelle les partenaires se rencontrent pour explorer les points communs et les besoins mutuels. Dans ce cas, nous noterons que si la muséologie était bien une discipline inconnue de notre partenaire, c’est le chef d’établissement qui fait la première démarche en vue d’une collaboration dans la perspective d’une amélioration des galeries d’expositions du NMN. Cette démarche amorce donc un dialogue tout d’abord sous l’angle de l’expertise muséographique, puis ensuite sous l’angle de la formation. Les attentes en termes de recherche sont, elles, formulées par le Nord.

6De ces rencontres et échanges, il résulta une convention de partenariat avec trois objectifs :

  • contribuer à former des étudiants namibiens dans ces trois disciplines (ethnologie, muséologie et archéologie) ;
  • développer une collaboration scientifique dans les domaines de l’archéologie et de l’ethnologie ;
  • réaliser une expertise dans le domaine des publics, des collections et de la mise en place d’un réseau culturel et pédagogique namibien.
  • 1 Comité international de l’Icom (International Council of Museums) pour la muséologie.

7Le projet de coopération scientifique alors rédigé ne prend officiellement en considération que deux des trois disciplines du projet, à savoir l’ethnologie et l’archéologie ; comme nous l’avons vu, la muséologie est en effet une discipline relativement jeune en France en regard des deux autres. Dans cette convention, elle est assimilée pour les deux établissements à sa forme d’expertise plutôt qu’à une discipline de construction de savoirs. Comme nous le rappelle l’Icofom1, « Étymologiquement, la muséologie est l’étude des musées et non sa pratique. En fait la muséologie recouvre un champ très large comprenant l’ensemble des tentatives de théorisation ou de réflexion critique liées au champ muséal. Le commun dénominateur de ce champ pourrait être désigné par une relation spécifique entre l’homme et la réalité caractérisée comme la documentation du réel par l’appréhension sensible directe » (Desvallées et Mairesse, 2011). Cette définition inclut un discours critique sur le rôle social et politique du musée.

8Le financement des projets de coopération devait être trouvé par les deux signataires. Enfin, le NMN s’engageait à autoriser l’accès aux collections à des fins de recherche aux chercheurs du Muséum, et également aux galeries et expositions du NMN. Ce dernier point devait permettre aux chercheurs en muséologie de construire auprès du partenaire Sud, une autre représentation de la muséologie en valorisant les connaissances issues des recherches dans ce domaine, ce qui pouvait également contribuer à faire évoluer celle qui sévissait alors encore dans l’institution muséale du Nord.

9Cette seconde étape, dite étape de coopération, peut schématiquement être résumée par le processus au cours duquel les partenaires s’accordent pour travailler ensemble ; dans notre cas, l’élaboration et la signature d’une convention offraient un cadre général de travail et peu de contraintes aux deux partenaires.

La coordination du projet

10Le développement de cette première collaboration entre les deux établissements a énormément bénéficié des structures françaises locales : ainsi, dès 2002, l’ambassade de France en Namibie a encouragé le développement de la collaboration, notamment en présentant l’opportunité d’un programme de financement de recherches ; plus tard, ce sera également un acteur important qui interviendra pour régler des problèmes administratifs locaux ou encore qui mettra à disposition des locaux – au Centre culturel franco-namibien – pour les formations d’été.

11Le projet scientifique a néanmoins été élaboré par les acteurs du projet autour de questions fondamentales de la muséologie qui concernent le patrimoine et l’identité. Ce qui avait pour originalité de faire converger pour la première fois dans un même programme scientifique, les regards de l’archéologie, de l’ethnologie et de la muséologie. En effet, bien que les trois disciplines aient en commun de questionner plus ou moins directement le patrimoine, elles n’avaient pas eu au MNHN l’occasion de collaborer scientifiquement malgré des proximités administratives ; en particulier, le recrutement réalisé par une commission composée d’enseignants chercheurs représentant les trois disciplines. Ce projet était là le moyen pour les partenaires au Nord de développer une collaboration inédite en France comme en Namibie, initiative qu’il faut attribuer aux muséologues dont l’idée était de faire émerger quelque chose de nouveau dans les pratiques de recherche en décloisonnant les disciplines sur le terrain. En particulier, le rôle de l’archéologie comme discipline créatrice de patrimoine auprès des communautés locales était une question sous-jacente. Le deuxième enjeu de ce projet visait au renforcement des capacités de formation de la Namibie, notamment par le biais d’une formation de courte durée (summer school) destinée à des étudiants namibiens de niveau licence et à des professionnels de structures culturelles au Sud s’intéressant au patrimoine et à sa valorisation. L’idée était de profiter de cette formation pour identifier les étudiants, et dans la mesure du possible, de proposer à certains d’entre eux une bourse pour venir en France réaliser un doctorat, ou un emploi au NMN.

12Si, au cours des deux premières étapes, la collaboration entre les partenaires Nord et Sud s’était déroulée de façon très souple, cette étape a permis aux partenaires Nord de construire un vrai projet scientifique validé sans difficulté par le partenaire au Sud, de faire des choix, notamment un terrain commun, et de définir précisément les étapes, les enjeux et le rôle de chacun des membres Nord et Sud. En gros qui fait quoi, quand et où.

13Cette troisième étape est celle de coordination du continuum de collaboration. Dans le cas décrit ici, elle a donc pris la forme d’un travail d’écriture au Nord (tous les membres de l’équipe constituée ont réellement participé à l’écriture du projet), puis d’un déplacement au Sud pour préciser, négocier et s’entendre sur les modalités de travail et la bonne répartition des budgets. Cette étape de coordination a bénéficié de la volonté collective de travailler ensemble et de trouver les moyens adaptés et n’a supporté aucune lourdeur administrative. Tous les acteurs poursuivaient le même objectif, à savoir aboutir à un projet réellement collaboratif. Il faut surtout noter qu’en raison de l’abandon temporaire du projet d’extension des galeries du musée namibien, la mission d’expertise muséologique sur les collections et sur la création de nouvelles galeries, souhaitée lors des premières rencontres par la directrice du NMN et précisée dans la convention de partenariat entre les établissements, a été abandonnée au profit de la rédaction du projet de recherche interdisciplinaire sur le patrimoine et de la mise en place de la formation de courte durée centrée sur les questions du patrimoine naturel et culturel et de sa valorisation.

La collaboration tout au long du projet

14Un financement de trois ans a été obtenu pour ce projet, il devait permettre la venue au Sud d’enseignants-chercheurs du Nord pour la formation et les missions de recherche sur le terrain. La première grosse difficulté a été rencontrée lorsque le partenaire Sud a été sollicité par l’opérateur du financement pour des informations d’ordre administratif. Il a fallu l’assistance énergique de l’ambassade de France pour y remédier.

15Pour ménager le budget du programme, l’objectif des équipes était de conjuguer, dans la mesure du possible, les missions de formation avec les missions de terrain. Ce programme a, dans une très large mesure, bénéficié du réseau du NMN constitué par les acteurs locaux namibiens, les différents services du ministère de l’Éducation, des Archives nationales ou de l’école Polytechnique de Namibie. Malheureusement, aucun lien officiel n’a pu être tissé dans ce cadre avec l’Université nationale. Pourquoi ? Pour des raisons complexes et temporaires au Sud, que nous avons regrettées, mais dont il était important de prendre la mesure pour éviter tout incident.

16Mais outre le constat du passé (les difficultés liées à la distance, l’inégale répartition des forces humaines entre Nord et Sud, des attentes peut-être trop ambitieuses pour un premier projet, par ailleurs largement « dévoré » par l’enseignement), il faut regarder ce qui se passe ensuite, c’est-à-dire aujourd’hui. En effet, le projet de partenariat ne se limite pas aux trois années de financement, il va plus loin. Aujourd’hui, nous abordons l’étape finale du processus du continuum de collaboration : il s’agit de la convergence. Selon les auteurs, c’est l’étape qui voit naître les projets « d’évidence », à savoir ceux pour lesquels les partenaires n’ont plus besoin de passer par toutes les étapes précédentes : apprendre à se connaître, définir les enjeux communs, les priorités, les faiblesses et les forces des partenaires. Ces nouveaux projets collaboratifs peuvent également s’appuyer sur les ressources identifiées du réseau du NMN. Près de deux ans après la fin du programme de financement, de nouveaux programmes interdisciplinaires entre les partenaires se mettent en place, par exemple celui associant l’archéologie et la muséologie et mobilisant moins de partenaires au Nord. Ce qui par ailleurs montre que le décloisonnement des disciplines, expérimenté par le Nord dans ce projet, favorise l’élaboration de nouveaux projets de recherche.

17Ainsi, le continuum collaboratif expérimenté ici entre les deux institutions muséales nationales, qui n’avaient jusque-là aucune pratique ni histoire commune, a permis de construire ce que nous appellerons une culture commune sur laquelle peuvent prendre appui les convergences d’intérêt. Cette culture commune nous paraît être un préalable indispensable à une véritable coopération entre deux institutions muséales du Nord et du Sud, aux histoires si différentes. Du point de vue de la muséologie, les sessions de formation qui s’adressaient tout autant aux étudiants et aux professionnels des musées namibiens qu’au partenaire Sud ont été l’occasion de parler largement de muséologie, d’aborder au cours d’ateliers des questions qui lui sont propres, voire susciter des vocations parmi les étudiants, et indirectement de réorienter la représentation des partenaires Sud et Nord vers ce que la muséologie est réellement, à savoir « l’étude des musées ». Ainsi, sur la base de cette nouvelle représentation et de l’expérience d’une culture commune, des projets de recherche en muséologie peuvent être dorénavant développés avec le partenaire du Sud et entre partenaires du Nord, prouvant ainsi que l’expérience au Sud peut également être bénéfique pour de nouvelles collaborations au Nord.

Notes

1 Comité international de l’Icom (International Council of Museums) pour la muséologie.

Auteur

Muséologue
MNHN
UMR 208 Paloc « Patrimoines locaux et gouvernance »
57 rue Cuvier
75005 Paris, France
fabiegal@orange.fr

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site