Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 1. Histoires de partenariat

Trente années de partenariat en Indonésie

De la coopération bilatérale à la collaboration internationale

Patrice Levang

Texte intégral

1Par choix personnel autant que par obligation, la recherche en partenariat a toujours représenté une constante forte de mon engagement professionnel. Privilégiant l’utilité des recherches entreprises sur des préoccupations d’ordre plus académique, j’ai totalement adhéré à ce qui fait la spécificité de l’IRD : la recherche pour le développement. Ce choix personnel fut encore renforcé à l’occasion de mon affectation en Indonésie au tout début de ma carrière, en 1980. En effet, en Indonésie tout programme de recherche doit obligatoirement s’insérer dans un cadre officiel. Les autorisations de recherche, permis de séjour, visas d’entrée et de sortie, etc. ne peuvent être obtenus que par l’intermédiaire d’un partenaire officiel indonésien. Dans ces conditions, il était exclu d’implanter l’Institut en Indonésie sur le modèle des centres Orstom encore en vigueur en Afrique à la fin des années 1970.

Recherche et ministère technique sont-ils antinomiques ?

2La première convention signée entre l’Orstom et le gouvernement indonésien stipulait que tous les agents de l’Orstom seraient hébergés par le ministère de la Transmigration. Ce ministère était chargé du recrutement de migrants originaires des îles les plus peuplées de l’archipel (Java, Bali, Lombok) et de leur installation au sein de projets de développement agricole dans les îles périphériques moins peuplées (Sumatra, Kalimantan, Sulawesi, Irian Jaya). Les termes de référence de la convention s’inspiraient directement du cahier des charges habituellement imposé aux bureaux d’études, les agents de l’Orstom étaient d’ailleurs considérés comme des consultants et non des chercheurs. L’équipe mise en place était composée de pédologues, de géographes et d’agronomes. Les pédologues devaient établir les cartes des sols d’une zone couvrant environ neuf millions d’hectares à l’échelle du 1 250 000 en plein centre de Bornéo, en l’absence de cartes topographiques fiables, de cartes géologiques précises et de photos aériennes. Les géographes étaient chargés des études de sciences sociales dans les villages de la zone, toujours en l’absence de données fiables. Seul agronome de l’équipe, mon rôle consistait à établir des cartes d’aptitudes des sols à diverses cultures, une notion déjà totalement désuète à l’époque, mais encore fortement ancrée dans l’imaginaire des donneurs d’ordre. Un sol était considéré comme ayant une « vocation intrinsèque », sol à riz ou sol à blé, à manioc ou à hévéa. En raison de l’objectif national d’autosuffisance en riz affiché par le président Suharto, le ministère de la Transmigration était surtout à la recherche de sols à riz que les migrants javanais devaient mettre en valeur. En 1980, le Comité technique d’agronomie était peu favorable à l’affectation d’un jeune chercheur en Indonésie. Ses réticences étaient motivées par l’incompatibilité supposée entre ministère technique et recherche fondamentale. Dans un premier temps, il est vrai, les méthodes de l’Orstom surprirent nos interlocuteurs plus habitués aux pratiques expéditives des bureaux d’études. Nous nous révélions incapables de répondre rapidement aux questions les plus simples : « Où installer le plus grand nombre de migrants au moindre coût, tout en assurant leur subsistance ? ». Nos préoccupations de chercheurs avaient le don d’agacer nos interlocuteurs. Plutôt que de répondre aux questions simples, voire simplistes, qui nous étaient posées, nous insistions pour expliquer que les questions étaient mal formulées, que la réalité était plus compliquée, qu’il n’y avait pas une seule réponse, que celle-ci dépendait des conditions locales, pas seulement écologiques, mais aussi économiques et sociales, etc.

3Le mécontentement fit place à une heureuse surprise lorsque les premiers travaux de l’Orstom furent remis aux autorités… avec deux ans de retard. Ce retard était dû en partie à l’incapacité du ministère à nous fournir les photographies aériennes indispensables aux travaux de cartographie. La couverture promise lors de la signature du contrat ne devait finalement être disponible que deux ans après la fin des travaux. Nous parvînmes cependant à débloquer la situation en utilisant les premières images satellites de Landsat disponibles sur Bornéo, une technique encore peu développée à l’époque. Cette nouvelle technique couplée à un intense travail de terrain devait nous permettre de fournir au ministère des documents d’une qualité et d’une précision auxquelles ils n’étaient pas accoutumés. Les rapports de nos homologues confirmaient l’importance des travaux de terrain et la qualité des données recueillies. Le ministère comprit que nous étions des chercheurs et non des experts, et que nous pouvions lui être utiles. Le contact quotidien avec les employés du ministère au sein de leur propre structure facilita l’échange et l’apprentissage de la langue indonésienne. L’usage exclusif de l’indonésien comme langue de travail favorisa encore davantage notre insertion. La formation à la recherche de nombreux ingénieurs et les discussions fréquentes avec les responsables du ministère eurent sûrement plus d’impact que nos publications. Notre connaissance du terrain, mais aussi notre indépendance financière firent de nous des interlocuteurs privilégiés. Dans un premier temps les agents du ministère nous questionnaient souvent sur le but réel de nos recherches. Comme nous étions gratuits alors que tous les consultants étaient grassement rémunérés, nous devions trouver notre intérêt ailleurs. Pourquoi mettre tant d’acharnement à parcourir Bornéo de part en part ? On nous soupçonnait de recherches géologiques stratégiques, or ou uranium, voire d’espionnage. Nos homologues, qui sous couvert de formation ne nous quittaient pas d’une semelle, devaient fournir des rapports réguliers à leur hiérarchie. Finalement, il fallut se rendre à l’évidence, ces chercheurs français étaient aussi fous qu’ils en avaient l’air !

4Il fallut cinq ans de coopération active avant que nos recommandations essentielles soient prises au sérieux. Avec le temps, les erreurs de planification que nous avions dénoncées se révélèrent au grand jour, les choix malheureux de sites ou de systèmes de production furent confirmés. Nos homologues, une fois formés, prenaient du galon et devenaient chefs de projets. Les messages serinés à longueur de temps avaient fini par convaincre. Peu à peu, le ministère s’appropria nos recommandations. La formulation des questions du ministère changea, les critères qualitatifs l’emportant sur les aspects jusque-là exclusivement quantitatifs. Un exemple parmi d’autres concerne l’importance de la fertilité des sols dans le choix d’un site de transmigration. Au départ, le ministère nous demandait de localiser de vastes zones aptes à accueillir un grand nombre de transmigrants. L’aptitude en question se limitait surtout à l’absence d’occupants préalables. Lorsque nous faisions remarquer que les caractéristiques physico-chimiques de la grande majorité des sols de Bornéo étaient peu adaptées à une agriculture vivrière familiale (lessivage intense, forte acidité et désaturation), on nous rétorquait que ce n’était pas notre problème et que le ministère fournirait les engrais si les sols étaient peu fertiles. À l’époque, la croyance en la technique était forte, le succès de la Révolution verte à Java avait marqué tous les esprits. Cette Révolution verte ne demandait qu’à être étendue à Bornéo grâce à la Transmigration. Quelques années plus tard, les mêmes agents du ministère de la Transmigration expliquaient à leurs homologues des Travaux publics que le succès d’un site de transmigration dépendait moins des infrastructures développées que de la fertilité intrinsèque du sol.

5Notre insistance à nous intéresser aux systèmes de culture développés par les populations autochtones de Bornéo avait également été très critiquée en son temps. Quel intérêt pouvait-on trouver à étudier ces populations Dayak primitives ? Les systèmes de culture extensifs pratiqués par les populations autochtones n’étaient-ils pas la preuve de leur arriération ? Ne convenait-il pas de mettre fin à leur sous-développement ? Les transmigrants javanais étaient investis d’une mission civilisatrice sacrée, ils devaient enseigner les techniques de la riziculture intensive à ces populations marginales, promouvoir une agriculture moderne et mettre fin à la culture sur brûlis. Quelques années plus tard, nos interlocuteurs devaient reconnaître l’intérêt d’étudier les savoirs indigènes. Les premiers échecs des sites de transmigration, l’adoption des techniques autochtones par les migrants, et non l’inverse, avaient fini de les convaincre.

6Le retour à l’autosuffisance en riz de l’Indonésie, fêté en grande pompe en 1983-1984, allait également changer les mentalités. Désormais, l’accent pouvait être mis sur le développement des cultures d’exportation, hévéa et palmier à huile. Nos rapports, qui préconisaient le développement de ces cultures à Bornéo à l’époque où le ministère privilégiait les cultures vivrières, allaient enfin trouver toute leur utilité. L’évolution de la situation nous donnait régulièrement raison et les moqueries des premiers temps se transformèrent en « L’Orstom l’avait bien dit ! ».

7Peu à peu nous devions trouver notre place au sein du ministère, une place à part, de conseiller indépendant, de formateur et d’animateur. Enfin, une position plus délicate, nous l’avons dit, celle de messager de mauvaises nouvelles. La structure pyramidale et descendante du pouvoir en Indonésie excluant toute remontée de l’information vers le sommet, nous nous sommes souvent retrouvés – en tant qu’étranger au système – dans la position délicate de faire remonter les messages désagréables de la base vers le sommet de la hiérarchie. Cette position de confiance devait nous permettre de rencontrer régulièrement le ministre et les directeurs généraux, et d’essayer autant que possible d’influer sur les grandes décisions. Un rôle ingrat et parfois dangereux.

8Les vicissitudes du fameux projet du « million d’hectares » en sont une illustration. En 1994, après dix années d’autosuffisance en riz, l’Indonésie fut contrainte de reprendre les importations de riz pour combler son déficit de production. Véritable obsession du chef de l’État, le retour à l’autosuffisance en riz était une priorité nationale. Devant la difficulté à accroître des rendements déjà élevés, un calcul économique sommaire arrivait à la conclusion que l’autosuffisance passait par le développement d’environ un million d’hectares de rizières supplémentaires. Curieusement, le centre de Bornéo où nous avions commencé nos travaux en 1980 fut retenu comme le futur grenier à riz de l’archipel. Tous les ministères furent sommés de participer au développement de ce projet pharaonique et des enveloppes budgétaires énormes furent mises à disposition. Nos recherches avaient pourtant démontré que la zone retenue était constituée de dômes de tourbes fossiles d’une épaisseur pouvant dépasser dix mètres et recouvrant des couches de sable blanc. Ces sols acides, totalement organiques, étaient pratiquement impropres à toute culture, surtout à celle du riz. Toutefois, des essais de plantations de palmiers à huile menés à Sumatra sur des tourbes peu épaisses surmontant des argiles marines avaient été concluants. Il suffisait de drainer la tourbe et de fertiliser abondamment pour obtenir des rendements plus que corrects. Ignorant ces distinctions entre différents types de tourbe, les technocrates des ministères s’employèrent à drainer massivement les tourbes fossiles du centre de Bornéo. Des milliers de kilomètres de canaux furent creusés en quelques mois, près d’un demi-million d’hectares de forêts sur tourbe défrichés, des milliers de maisons de transmigrants furent installées… À l’intérieur comme à l’extérieur du pays, les chercheurs et les ONG se mobilisaient contre le projet. Folie démesurée, gaspillage éhonté, catastrophe écologique, tous les superlatifs étaient de mise. Mais comme s’opposer au projet signifiait s’opposer au chef de l’État, l’opposition restait confinée aux assemblées scientifiques et aux cénacles autorisés. Les doyens de plusieurs universités en appelèrent au ministre de la Transmigration pour arrêter le projet. Le ministre leur proposa d’organiser un rendez-vous avec le chef de l’État où ils seraient en mesure d’exposer leurs griefs. L’affaire en resta là. L’un des doyens, ami de longue date, proposa de faire intervenir un chercheur de l’Orstom qui connaissait bien la région… Je me demande toujours s’il plaisantait ou s’il était sérieux. Heureusement, la crise financière asiatique de 1997 et les troubles sociaux qui suivirent eurent raison du projet. Les sources de financement se tarirent aussi vite que la tourbe drainée s’assécha. La tourbe prit feu en été 1997 et brûla pendant de longs mois recouvrant toute la région d’une épaisse fumée jusqu’en Malaisie et Singapour. Le site et la plupart des villages de migrants furent abandonnés. La catastrophe écologique annoncée arriva, « L’Orstom l’avait bien dit ! ». De 1978 à 1999, le ministère de la Transmigration a renouvelé par sept fois la convention le liant à l’Orstom. Les différentes équipes qui se sont succédé ont démontré qu’il était possible d’effectuer un travail scientifique sérieux au sein d’un ministère technique et de lui être utile. En contrepartie, le ministère, sans jamais exercer de pression politique, nous a accordé plus de moyens qu’aucun institut de recherche local n’aurait jamais pu nous octroyer. Bien que fructueuse, la coopération s’est cependant déroulée dans un environnement scientifique peu stimulant. Nos homologues indonésiens, ingénieurs du ministère, ont toujours été d’excellents exécutants. Malheureusement, une fois formés aux techniques de recherche, ils étaient régulièrement promus à des fonctions administratives. Aucun d’entre eux n’étant chercheur, la nécessité de publier dans des journaux scientifiques ne s’imposait pas. Notre propre activité de production scientifique s’en ressentit également.

À la recherche de meilleurs partenaires

9C’est pour rompre cet isolement scientifique qu’à partir de 1988 nous avons approché le BPPT (Badan Pengkajian dan Penerapan Teknologi, une émanation du ministère de la Recherche indonésien), puis le Biotrop (Biologi Tropikal), l’un des instituts de recherche régionaux dépendant du South-East Asian Ministries of Education Organization. Malheureusement, malgré des efforts soutenus, nous ne sommes jamais parvenus à intéresser nos homologues à collaborer activement à un programme de recherche pourtant accepté par les deux parties. À chaque fois, les négociations menées avec la direction scientifique de ces instituts se révélaient fructueuses. Nos interlocuteurs étaient plus qu’intéressés par une collaboration avec un institut de renommée internationale comme l’Orstom. Pour une contrepartie modique, en général le simple hébergement des chercheurs affectés, l’institut d’accueil bénéficiait de la participation à un projet de recherche international (recherches de terrain, séminaires, publications, etc.), de l’accès à des outils de partenariat, éventuellement de moyens logistiques et de financements supplémentaires. Mais si l’intérêt de la structure était manifeste, le désintérêt des acteurs individuels ne l’était pas moins. Les chercheurs indonésiens, fonctionnaires mal payés, menaient toujours de front des activités administratives, d’enseignement et de recherche, de manière officielle et informelle. Il n’était pas rare que le même chercheur assurât des fonctions d’enseignement dans le secteur public, des modules de cours dans des universités privées et des consultances pour le secteur privé. Dans ces conditions, on comprend qu’ils préféraient conserver leur indépendance. Pardessus tout, ils étaient réticents à effectuer des séjours prolongés sur le terrain, surtout pour effectuer des recherches non directement rémunérées. L’opposition n’était jamais directe, car il était hors de question de heurter sa hiérarchie. Par contre, les fièvres inopinées, les réunions primordiales, les séminaires importants ou autres cérémonies religieuses… empêchaient souvent le chercheur indonésien de participer au travail de terrain. On apprenait ces contretemps de bon matin à l’aéroport, en attendant vainement notre homologue.

10Toute tentative musclée pour lutter contre ce manque d’enthousiasme provoquait des réactions plus vives pouvant aller jusqu’au sabotage. La seule solution à ce problème, récurrent dans de nombreux pays en voie de développement, aurait consisté à payer directement et correctement nos homologues. Les budgets de l’Orstom et notre philosophie du partenariat ne le permettaient pas. Éléments rapportés dans une structure refusant de nous intégrer, nous nous retrouvions finalement plus isolés qu’auparavant et avec des moyens de travail bien moindres que dans un ministère. Certains d’entre nous choisirent de retourner au ministère de la Transmigration. Personnellement, je choisis de rentrer en France et de mettre à profit ces dix années d’expérience en Indonésie par la rédaction d’une thèse consacrée à la Transmigration.

La quadrature du cercle : un partenaire international implanté localement

11Bien que de retour en métropole, je devais rester impliqué dans l’organisation de la recherche menée par l’Orstom en Indonésie. L’installation d’une antenne de l’Icraf (International Centre for Agroforestry Research) en Indonésie, puis l’implantation du Cifor (Centre international de recherche forestière) à Bogor en 1993 allaient nous permettre d’éviter de tomber de Charybde en Scylla. En tant que centres internationaux dépendant du CGIAR (Consultative Group for International Agricultural Research), l’Icraf et le Cifor disposent d’un statut diplomatique leur permettant d’obtenir plus facilement les autorisations de recherche et les divers visas sans obtenir au préalable l’aval d’un partenaire officiel indonésien (ou en suivant une procédure simplifiée). En tant que centres de recherche internationaux, ils disposent d’infrastructures de qualité, d’un personnel technique et d’une administration efficaces, d’accès à l’information et de moyens de diffusion modernes. Contacts privilégiés des donneurs internationaux, intermédiaires des centres de recherche nationaux, ils sont également bien insérés dans les réseaux scientifiques les plus prestigieux. En revanche, le mode de financement relativement aléatoire des centres du CGIAR d’une année sur l’autre ne leur permet ni de sécuriser le recrutement ni d’assurer des recherches sur le long terme. L’accueil de chercheurs issus d’un EPST présente donc d’énormes avantages autant pour les centres du CGIAR que pour l’IRD. Sorte de quadrature du cercle, il permet aux chercheurs de l’Institut d’assurer leur double mission – souvent contradictoire – de partenariat avec le Sud et d’excellence scientifique.

12La qualité du partenariat varie d’un centre à l’autre, en fonction bien sûr des cultures d’entreprise et des expériences préalables. L’intégration dans un centre comme le Cifor peut être très forte, surtout si le chercheur accepte de prendre des responsabilités dans l’administration de la recherche. Mais la qualité de l’accueil d’un chercheur affecté dans un centre du CGIAR dépend surtout des budgets disponibles. En période de vaches grasses l’accueil peut être somptueux, en période de vaches maigres les chercheurs « seconded » (i. e. de l’IRD) passent bien logiquement au second plan.

13À partir de 1996, l’IRD allait affecter régulièrement un à deux chercheurs au Cifor. Personnellement, j’ai rejoint le Cifor en octobre 1999. Dès mon arrivée, le centre m’a confié un budget de 100 000 $ pour mettre en œuvre des recherches de terrain à Kalimantan-Est, recruter une équipe d’enquêteurs et former des étudiants de mastère et des thésards. Je n’avais jamais connu de telles conditions de travail. Le très efficace service de l’information et de la communication du Cifor (ISG) allait se charger de la diffusion des premiers résultats sous diverses formes. Avec le temps, ISG allait investir sur des formes plus modernes de communication : lettres informatiques, blogs, Facebook, Twitter, etc. Le Cifor est également présent dans toutes les manifestations internationales concernant la forêt : congrès scientifiques (IUFRO – International Union of Forestry Research Organizations, World Forestry Congress, UICN – Union internationale pour la conservation de la nature,ATBC – Association for Tropical Biology and Conservation, etc.), COP (Conference of Parties), SBSTA (Subsidiary Body for Scientific and Technological Advice) et autres initiatives des Nations unies, Forest Days, etc. La présence du Cifor à ces diverses manifestations est le plus souvent massive (trente personnes présentes à la COP de Copenhague), elle donne lieu à des présentations scientifiques, des stands distribuant gratuitement des ouvrages en anglais, français, espagnol et indonésien, des lancements de livres, des séminaires parallèles, des forums de discussion, etc. Le budget alloué à ces opérations de communication est très élevé, surtout en comparaison avec ce qui a cours à l’IRD. Environ 20 % du budget des projets de recherche est attribué à la communication. Cette politique est payante, puisqu’en moins de vingt ans d’existence le Cifor est devenu la principale référence internationale en matière de recherche en foresterie tropicale, un acteur incontournable, et cela avec seulement soixante chercheurs permanents, l’équivalent d’une UMR de l’IRD.

14Pour un chercheur de l’IRD affecté au Cifor, l’intérêt est évident. Non seulement il peut disposer d’un budget de recherche opérationnel conséquent, mais l’impact de ses travaux est assuré par une structure qui l’encourage à produire sur toutes sortes de supports, allant des journaux scientifiques aux ouvrages grand public, en passant par les « policy briefs », qui dissémine ses résultats dans plusieurs langues, et lui permet de les présenter dans les forums internationaux les plus prestigieux. Le Cirad ne s’y est pas trompé, puisqu’il affecte en permanence cinq à six chercheurs au Cifor en Asie, Afrique et Amérique latine.

15Loin d’être considéré comme une pièce rapportée, le chercheur IRD peut se voir offrir des responsabilités dans l’institut. Ainsi, j’ai pu diriger pendant près de deux ans le programme Forests and Livelihoods, l’un des trois programmes du Cifor. L’IRD m’ayant affecté au Cameroun à partir d’octobre 2010, j’ai dû renoncer à la direction du programme. Toutefois, en raison des excellentes relations nouées avec le Cifor au long d’une décennie, il m’a été proposé de rester affecté au Cifor, mais à son antenne régionale de Yaoundé au Cameroun. Le bilan de treize années passées au Cifor, à Bogor et à Yaoundé, toujours en tant que chercheur IRD affecté, est très positif. En matière de partenariat avec le Sud, l’affectation dans un centre de recherche international présente de nombreux avantages. Elle permet d’éviter au chercheur de se retrouver installé dans des centres de recherche nationaux souvent mal équipés (nombreuses coupures d’électricité, d’eau, d’accès internet) et isolé au sein de chercheurs nationaux sans réels moyens de travail. Les centres internationaux sont en mesure de recruter les meilleurs chercheurs nationaux, de leur assurer des salaires corrects et des moyens de travail. L’appartenance à l’international permet de s’affranchir des suspicions de néocolonialisme en particulier dans nos anciennes colonies. La contrepartie, bien évidemment, est une moindre visibilité de l’IRD au profit de l’institution internationale, ce qui peut être perçu comme un point négatif dans un cadre diplomatique soucieux du rayonnement de la France. Mais il ne faut pas se leurrer, au vu de l’évolution récente des budgets de coopération bilatéraux, il n’y a plus guère de pays (à l’exception de la Chine peut-être) en mesure d’assurer une présence décisive et marquante dans de nombreux pays en voie de développement, et encore moins dans les pays émergents. La coopération internationale ne se fait plus uniquement entre anciennes puissances coloniales et pays du Sud, elle se fait également entre pays du Nord intervenant au Sud. Pour ce faire, parmi les divers cadres institutionnels existants, les centres du CGIAR offrent des opportunités de collaboration qui permettent une meilleure efficacité de nos actions de recherche et un meilleur impact auprès des décideurs nationaux.

16En conclusion, j’estime qu’en matière de partenariat avec le Sud, le fait de s’associer à un centre international du CGIAR comme le Cifor est une véritable solution gagnant-gagnant, présentant à l’évidence plus d’avantages que d’inconvénients.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540