Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 1. Histoires de partenariat

La construction d’un partenariat universitaire à Madagascar autour du développement durable

Philippe Méral

Texte intégral

L’expérience

  • 1 Le PRE-COI est le programme régional en environnement de la commission de l’océan Indien. Ce progr (...)

1L’émergence du partenariat dont il est question ici date de 1999. À cette époque, l’UMR C3ED (IRD et université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), en cours de création, cherche à développer un programme de recherche à Madagascar sur les politiques environnementales et la gestion de la biodiversité dans une optique de développement durable. L’idée initiale en revient à Christian Chaboud, économiste à l’IRD, sur la base de l’expérience du PRE-COI1. Les travaux engagés à l’époque dans ce programme qui visait la promotion d’une politique de gestion durable des ressources naturelles, ainsi que l’existence d’une politique environnementale ambitieuse visant à concilier les trois piliers du développement durable, créent à ses yeux une opportunité intéressante pour développer un programme de recherche sur ces thématiques. Personnellement, venant juste d’être recruté à l’Orstom-IRD, je suis affecté dans cette nouvelle UMR. Mon souhait est de connaître une première expérience d’expatriation. Le choix de Madagascar est donc intimement lié aux relations amicales entretenues avec certains chercheurs de l’IRD qui travaillent dans ce pays depuis longtemps (Christian Chaboud déjà cité, mais aussi dans une moindre mesure Michel Langlois et Emmanuel Fauroux dont je ferai la connaissance lors de ma toute première mission).

2Cette première mission, justement, est réalisée en novembre 1999. Elle sera suivie d’une autre, en mai 2000. L’une et l’autre nous permettent de jeter les bases d’un partenariat avec l’université d’Antananarivo, et plus particulièrement avec le département Économie de la faculté Droit, économie, gestion et sociologie (DEGS). Ce partenariat a été amorcé par un jeune enseignant-chercheur malgache, Hugues Rajaonson, dont Christian Chaboud avait été rapporteur de sa thèse, à l’Ensar (École nationale supérieure agronomique de Rennes, actuellement Agrocampus ouest) de Rennes, quelques années plus tôt. Les liens amicaux qu’il entretient avec Christian Chaboud, mais aussi avec la directrice de la future UMR C3ED, Sylvie Faucheux, nous permettent de construire un partenariat avec l’université au sein de laquelle il est devenu enseignant-chercheur. Il dirige un DESS d’analyse des politiques environnementales et fait intervenir de nombreux chercheurs (non économistes) avec lesquels il collabore depuis quelque temps dans le cadre de recherches pluridisciplinaires sur la gestion communautaire de l’environnement.

3La création d’un laboratoire miroir à celui de l’UMR C3ED est envisagée dès 2000 et se concrétisera, notamment grâce à l’appui du représentant de l’IRD de l’époque (François Rivière), en mars 2001. Il prend le nom de C3EDM pour Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement à Madagascar.

4Lors des missions de 1999 et 2000, je rencontre d’autres chercheurs malgaches qui vont composer le C3EDM. Ces chercheurs ont tous été impliqués dans un précédent laboratoire dirigé par un professeur, Mamy Razafindrabe, décédé il y a quelques années. L’équipe s’est retrouvée sans leader ; chacun a alors repris sont travail d’enseignant au quotidien laissant la dynamique collective en sommeil. Ensemble, nous élaborons le programme scientifique avec plus de précision. Jusqu’alors, il ne l’était que dans ses grandes lignes. Celui-ci, dénommé « politiques environnementales et gestion locale des ressources » (avec l’acronyme Eger 1), se décline en deux axes : un axe dédié à l’analyse de la politique environnementale au niveau macroscopique mettant en avant les relations avec les bailleurs de fonds, les politiques internationales (dans la continuité du Sommet de la terre à Rio, en 1992…). Un second axe porte sur les déclinaisons locales (la valorisation économique de la biodiversité dans la forêt des Mikea).

5La décision de travailler sur un site en particulier, la forêt des Mikea, est prise afin de renforcer le programme Gerem (Gestion des espaces ruraux et de l’environnement à Madagascar) dirigé par P. Milleville (IRD). Ce programme est en phase finale, et l’idée d’avoir un complément en économie de l’environnement nous permet d’élaborer un premier terrain tout en profitant des données accumulées par cette équipe depuis plusieurs années.

6Ce choix, bien que cohérent pour l’IRD et faisant sens sur le plan scientifique, va créer des problèmes en termes de partenariat. Une première mission avec des étudiants de 3e cycle est réalisée en juin 2001. Mais très vite, je me rends compte que mon partenaire (chercheurs et étudiants) est des hautes terres (ethnies des Merina), alors que le terrain d’application est côtier (ethnies des Masikoro et Vezo). Les relations sont souvent tendues et ces derniers accusent à demi-mot les premiers d’ingérence, de comportements dominateurs, traduisant en cela le poids de l’histoire de ce pays. Par ailleurs, le programme Gerem travaille avec un partenaire national, le Centre national de recherche en environnement (CNRE) qui a autorité pour intervenir dans l’ensemble du pays. Quant à nous, nous intervenons avec l’université d’Antananarivo, la capitale, alors qu’il existe une université régionale plus proche de la forêt des Mikea (université de Tuléar). Le partenaire est donc assez réticent à poursuivre ces recherches là-bas. De fait, les chercheurs malgaches du programme Eger 1 (Économie et gouvernance de l’environnement et des ressources) vont développer d’autres terrains plus à proximité de la capitale (Arivonimamo et Manjakandrina).

7Le partenariat revêt également une caractéristique plus institutionnelle puisqu’il s’agit de créer physiquement un laboratoire au département d’économie. Affecté en mars 2001 dans ce département, mon rôle va consister à créer physiquement le centre de recherche. Au-delà du programme de recherche que je mène parallèlement, je coordonne la rénovation de la pièce (40 m2) censée nous accueillir, et je m’occupe de l’équipement informatique et bureautique, de la création d’un fonds documentaire et du recrutement d’une secrétaire.

8Quelques mois plus tard, le centre de recherche devient opérationnel. La dynamique collective s’instaure rapidement autour d’une vingtaine de membres, à l’implication variable… Certains sont très impliqués, d’autres plus dans une position d’attente (soit de réel lancement du laboratoire, soit d’opportunités telles que les missions…). Pour animer le collectif, nous élaborons ensemble une première lettre d’information, en décembre 2001. Nous réalisons un atelier sur la gouvernance locale (« gouvernance locale à Madagascar : représentation, participation, modélisation »), en septembre 2002. Cette initiative a permis à ces chercheurs malgaches de valoriser plusieurs travaux antérieurs à notre venue. Le choix des thèmes, des personnes… a vraiment été co-construit.

9Malgré l’appui financier de l’UMR, le souhait de tous est de rapidement trouver des sources additionnelles de financement. En effet, si l’appui institutionnel est assuré, au moins dans un premier temps, le financement des recherches proprement dites (missions de terrain, enquêteurs…) ne l’est que pour ceux qui travaillent directement sur nos objets de recherche. Par exemple, le projet de recherche Eger 1, que je coordonne, rassemble plusieurs universitaires français (Géraldine Froger, Audrey Aknin, Jean-Marc Douguet) et chercheurs de l’IRD (Christian Chaboud, Michel Langlois) et associe quelques membres du C3EDM (Vestalys Herimandimby, Lucie Rabaovolonona et Daniel Jules Randriamanalina), mais pas tous. Sur les dix-neuf enseignants-chercheurs officiellement membres du laboratoire, seuls quelques-uns sont directement impliqués dans des travaux de recherche spécifiquement appuyés par l’UMR.

10Afin de couvrir l’ensemble des travaux du C3EDM, un projet de JEAI (jeune équipe associée de l’IRD) est élaboré au printemps 2002. Sa construction fait l’objet d’un vaste chantier. L’initiative est laissée au partenaire qui définit cinq axes de travail correspondant à cinq grandes thématiques de travail portées par les enseignants-chercheurs. Grâce à une sélection qui nous est favorable, le C3EDM bénéficie pour deux ans d’un statut de jeune équipe ; ce qui en fait, me semble-t-il, un des premiers partenaires à bénéficier de ce nouveau dispositif.

11Un des points marquants de ce partenariat est également l’apport des doctorants. La publicité autour de la création du C3EDM et l’important réseau créé par les membres (et leur connaissance croissante des dispositifs de l’IRD) conduisent plusieurs chercheurs à postuler pour des bourses de thèse de l’IRD ou de l’université de Versailles, voire de l’AUF. Leur arrivée est le résultat de plusieurs processus : certains sont des enfants de chercheurs déjà implantés à l’université, d’autres sont des étudiants qui nous sont recommandés par les collègues malgaches (étant sortis premiers des promotions de DEA, par exemple), d’autres se présentent spontanément à nous. Le processus est toujours le même : une fois identifié, l’étudiant postulant est mis à contribution pour son mémoire de DEA ou pour une vacation particulière au sein de mon programme Eger 1 ou de la JEAI ou pour le C3EDM. À l’issue, nous évaluons sa capacité à poursuivre en thèse. À ce moment-là, nous proposons, avec les professeurs malgaches, un sujet de thèse et nous identifions les sources potentielles de financement. Par la suite, les doctorants entament leurs recherches en interactions avec le chercheur français. Les relations de suivi de thèse avec les collègues malgaches sont moindres. Seul le choix des terrains, les protocoles d’enquêtes, les grandes lignes de la problématique sont définis en commun. Ces jeunes chercheurs vont, tout au long de leur thèse, être les chevilles ouvrières du C3EDM. Il est vrai que la dynamique collective est rapidement mise à mal par les événements politiques de la Grande Île lors de l’élection présidentielle de décembre 2001. La lutte que se livrent les deux protagonistes, Didier Ratsiraka (président sortant) et Marc Ravalomanana (challenger et maire de la capitale), pour l’accession à la présidence du pays et le blocage économique qui s’ensuivit jusqu’en mai 2002 ralentissent l’activité du centre de recherche. Les jeunes doctorants, dans une phase de travail intense, peuvent se concentrer sur leur état de l’art propre à leur sujet. Les plus anciens sont plus aspirés dans la tourmente politique et dans le renouvellement des cadres de l’administration qui suivra l’accession de Marc Ravalomanana au pouvoir à la mi-2002.

  • 2 L’Institut de l’énergie de l’environnement de la francophonie (IEPF) est une institution de l’Orga (...)

12De 2002 à la mi-2005, nos activités sont davantage consacrées au travail de terrain en province, qu’il s’agisse des travaux liés spécifiquement aux programmes de l’UMR ou ceux de la JEAI. Parallèlement, grâce à nos connections avec des chercheurs travaillant au Canada, le C3EDM devient partenaire de l’IEPF et de son programme Moged2. Cela lui permet d’organiser un atelier régional sur l’économie de l’environnement, puis de participer à d’autres ateliers au Canada. Ce rayonnement international naissant permet à plusieurs doctorants malgaches de présenter leurs travaux lors de la VIIIe Conférence internationale de l’association d’Économie écologique (ISEE : International Society for Ecological Economics), à Montréal, en juillet 2004. L’une de nos étudiantes, Vahinala Raharinirina, obtient même le prix de la meilleure présentation d’étudiants…

13La restitution publique de nos travaux aura lieu le 25 mars 2005, à Antananarivo, et mon affectation prend fin quelques mois plus tard en juin. De retour en France, le partenariat prend une tout autre nature. Les doctorants entrent dans une phase de rédaction de leur thèse ; le C3EDM lui-même, sous l’impulsion de son directeur, Jeannot Ramiaramana, parvient à décrocher un contrat de recherche auprès du Pnud (Programme des Nations unies pour le développement), et les chercheurs du programme Eger 1 s’engagent également dans une phase rédactionnelle pour la valorisation des travaux. Un ouvrage intitulé Madagascar face aux enjeux du développement durable paraîtra début 2007, chez Karthala (Chaboud et al., 2007). Les activités du C3EDM deviennent largement distinctes de mon propre agenda scientifique.

14Une autre chercheure, Florence Galletti, juriste nouvellement recrutée à l’IRD, est affectée au C3EDM en 2006, puis ce sera au tour d’un enseignant-chercheur économiste de l’université de Versailles, Jérôme Ballet, d’être affecté en 2009. À chaque fois, les thématiques se complètent si bien que le C3EDM développe de nouvelles compétences, attire de nouveaux étudiants, etc.

  • 3 Serena (Services environnementaux et usage de l’espace rural, 2009-2013) est un programme financé (...)

15Personnellement, l’appui au partenaire va se faire sur des projets financés sur appel d’offres, traduisant une tendance assez générale à la recherche de fonds extérieurs compétitifs. Cette nouvelle manière d’aborder la recherche invite au comparatisme entre pays, chaque partenaire institutionnel possédant ses propres terrains (et pays) de recherche. Ainsi, le premier contrat de recherche est obtenu avec le concours du ministère français de la Recherche. Associés au Gemdev (Groupement d’intérêt scientifique pour l’étude de la mondialisation et du développement) et le Credal (Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine), nous participons à un programme de recherche dédié à l’analyse des politiques environnementales dans une perspective évolutionniste (historique et institutionnelle). Le partenaire C3EDM est également impliqué avec les nouveaux docteurs qui viennent de soutenir leur thèse (Fano Andriamahefazafy et Hery Rakotovoa). Par la suite, le programme ANR Serena3 nous permettra de poursuivre le partenariat avec le C3EDM.

16Au final, le C3EDM existe toujours, onze ans après sa création ; ce qui d’ailleurs n’est plus le cas de l’UMR C3ED (stoppée en 2010). Il est toujours dirigé par le professeur Jeannot Ramiaramana et animé par quelques jeunes chercheurs, tous économistes. Créé de toutes pièces sur la base d’une collaboration entre l’IRD, l’université de Versailles et celle d’Antananarivo, ce partenaire est reconnu. Il travaille avec de nombreuses institutions nationales et est devenu partenaire de la nouvelle UMI Résiliences, dont de nombreux chercheurs étaient précédemment à l’UMR C3ED (Jean-Luc Dubois, Isabelle Droy, Jérome Ballet, etc.).

Les enseignements

17Cette expérience, encore en cours, est riche d’enseignements. J’en dégagerai quatre principaux.

De la spécificité du partenariat universitaire

18L’idée de créer ce laboratoire à l’université d’Antananarivo est le résultat de plusieurs dynamiques. En premier lieu, une dynamique institutionnelle : l’IRD et l’université de Versailles souhaitaient développer un partenaire universitaire. De plus, la représentation de l’IRD insistait pour que les chercheurs soient directement affectés chez les partenaires. Enfin, il n’existait pas de centres de recherche en environnement disposant de compétences en économie, ce qui était la discipline d’entrée de l’UMR. Mais l’idée de créer ce laboratoire était également le résultat de dynamiques plus personnelles liées à « un courant qui passe bien » entre les principaux chercheurs et enseignants-chercheurs, français et malgaches.

19Cette convergence de dynamiques a apporté a contrario son lot de problèmes. Tout d’abord, l’université était (et est toujours) dans une situation difficile, tant humainement, que financièrement. Ainsi, l’absence de recrutements d’enseignants-chercheurs (titulaires de leur poste) a été préjudiciable durant toutes ces années. Ce n’est que très récemment que les bailleurs de fonds ont apporté les financements permettant de nouveaux recrutements, donnant un peu d’air à un corps d’enseignants vieillissant. De même, les salaires étant bas, l’incitation à obtenir des contrats d’expertise est forte. La recherche, permettant plus facilement d’acheter du matériel informatique que de financer les chercheurs, n’est pas forcément perçue comme prioritaire. Les clés USB ne nourrissant pas la famille, il est difficile d’aller au-delà de certains engagements de la part des partenaires.

20Enfin, les étudiants, très nombreux, n’ont pas toujours le niveau requis pour atteindre les standards internationaux, ce qui est préjudiciable pour l’obtention de bourses de thèse notamment. La période socialiste des années 1980 (1972-1989) a impliqué un recul de la pratique de la langue française, si bien qu’il n’est pas rare de discuter avec le personnel (âgé) d’entretien de l’université parlant et écrivant mieux le français que certains étudiants de deuxième cycle…

21À cela s’ajoutent les innombrables grèves, tantôt liées au statut des enseignants, tantôt aux bourses des étudiants, tantôt aux raisons politiques décrites plus haut. En cinq années universitaires passées à l’université, je ne suis pas sûr d’avoir connu une année universitaire complète, si bien qu’il m’est difficile, encore aujourd’hui, de connaître les dates normales d’entrée et de sortie de promotion.

22Toutefois, cette spécificité est gage d’opportunités. La France, un des pays les plus actifs dans le partenariat universitaire à Madagascar, développe ainsi depuis de nombreuses années, à travers le Scac (le Service de coopération et d’action culturelle), un partenariat couvrant le soutien à certaines filières, l’accompagnement vers le système LMD, le développement des TIC, etc. Notre présence, combinée à celle des équipes du Scac, a ainsi permis d’améliorer le partenariat sur le plan logistique. Nous avons pu, par exemple, câbler le laboratoire, financer certaines formations plus techniques sur des logiciels de traitement de données…

23De même, la présence d’étudiants a également été bénéfique aux différents programmes de recherche réalisés. Systématiquement nous adossons à des stages français, des binômes malgaches. Parfois même, les étudiants malgaches interviennent seuls pour la conduite de leurs travaux de stage. L’existence d’un centre de recherche au cœur même de l’université avec les moyens mis à disposition permet aussi de créer un point de repère pour les étudiants, une sorte de pépinière pour des vocations à la recherche.

De la difficulté de pérenniser le partenariat

24La spécificité de ce partenariat implique également des difficultés pour la pérennisation. Dans le domaine spécifique qui est le nôtre, la distanciation des politiques et de leurs acteurs (administrations, ONG, bailleurs de fonds…) est une nécessité. Sans cette posture critique, il n’est pas possible d’analyser scientifiquement la politique environnementale (sa genèse et ses évolutions, ses applications locales…). L’intérêt des bailleurs de fonds est alors faible si on ne s’inscrit pas, sans réserve, dans leurs actions. À moins de basculer dans l’expertise, il est difficile pour le partenaire de trouver des financements spécifiquement orientés recherche (du moins pour les SHS). L’analyse des politiques environnementales de manière historique et transcalaire est peu « vendable » à Madagascar.

25En l’absence de fonds spécifiques pour la recherche, le partenaire est tenté de poursuivre sa quête de fonds vers les instances internationales. Mais pour un laboratoire naissant, et compte tenu des effectifs statutaires réduits, il est difficile d’apparaître crédible sur la scène internationale. Les réseaux les plus utilisés sont alors ceux, traditionnels, utilisés par le partenaire IRD, à savoir l’ANR ou la FRB (Fondation de la recherche sur la biodiversité). Mais là encore, les embûches sont nombreuses. À titre d’anecdote, nous avons eu les pires difficultés à financer le laboratoire C3EDM lors du programme Serena, l’ANR refusant de faire apparaître des partenaires étrangers comme partenaires à part entière, mais seulement comme « prestataires de services » : « Seuls pourront être bénéficiaires des aides de l’ANR les partenaires résidant en France, les laboratoires associés internationaux des organismes de recherche et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche français ou les institutions françaises implantées à l’étranger. La participation de partenaires étrangers est néanmoins possible dans la mesure où chaque partenaire étranger assure son propre financement dans le projet, ou bien, si les partenaires étrangers sont financés en prestation de services d’une équipe française dans les conditions prévues dans le règlement financier de l’ANR » (ANR, 2008 : 18).

26Malheureusement, à Madagascar, la représentation de l’IRD appelle « prestataire de services » les personnes ou organismes qui fournissent des prestations de nature technique et non scientifique. Le partenaire scientifique n’est pas un prestataire. Il ne s’agit pas simplement d’une terminologie, car cela signifie qu’il nous a été très compliqué de déléguer au laboratoire malgache une dotation qui était prévue dans le programme scientifique…

27Finalement, la pérennité du partenaire est centrale. Elle n’est pas simplement liée à une question financière, mais compte tenu des difficultés évoquées plus haut, il est évident que celui-ci reste un levier essentiel afin de maintenir et d’encourager les vocations à la recherche et d’éviter les « pertes en ligne » de l’expertise privée.

De la difficulté de réaliser la pluridisciplinarité

28Une autre spécificité de notre approche a été la pluridisciplinarité. Dans la lignée des travaux de René Passet qui a initié la pluridisciplinarité en économie de l’environnement en France, l’UMR C3ED et les partenaires malgaches ont cherché à bâtir un centre de recherche rassemblant des compétences scientifiques multiples.

29Ainsi, à son début, le C3EDM comptait parmi ses membres outre des économistes, des linguistes, géographes, anthropologues, agronomes, juristes, écologues, chimistes et physiciens. L’idée, par exemple, d’associer économistes, anthropologues et physiciens pour l’analyse des modalités de développement des énergies renouvelables (fours solaires pour la cuisson des aliments à la place de la cuisson sur feu de bois, par exemple) était tout à fait inédite et pertinente, ceci notamment dans le cadre des mécanismes de développement propre issus de la convention sur le changement climatique. De même, l’implication de chimistes, au départ surprenante, a présenté un intérêt pour l’analyse des composés polluants issus de l’industrie du textile et de leur impact sur les produits alimentaires (riz, légumes) dans l’agriculture périurbaine d’Antananarivo. Cette compétence a ainsi permis au C3EDM de participer à un programme de recherche (Adurra) mené par une chercheure de l’Inra (Institut national de la recherche agricole), Christine Aubry, et d’y associer plusieurs étudiants malgaches.

30Cependant, au fil du temps, l’implication de ces chercheurs dans un laboratoire issu du département économie de la faculté DEGS a suscité des critiques à peine voilées. Pourquoi un enseignant-chercheur de la faculté des Sciences ou des Lettres s’investirait dans un programme de recherche et un laboratoire estampillés faculté Droit, économie, gestion et sociologie ? De même, le département d’économie n’était pas toujours très enthousiaste à l’idée de soutenir des mémoires d’étudiants issus d’une formation en économie sur des thématiques aussi transversales, et donc jugés par des scientifiques d’autres disciplines.

31Enfin, les bailleurs de fonds et les ONG de conservation de la biodiversité, très intéressés par des compétences en économie, ont poussé pour le développement d’une expertise économique qui leur serait utile. Aussi, progressivement, pour ces diverses raisons, le partenaire s’est recentré sur la discipline économique. Certes, une économie ouverte, proche de la socio-économie, mais centrée sur des approches et des méthodes toutefois propres à l’économie.

De l’opportunité de l’appui de l’IRD

32L’un des points forts de cette expérience a été l’adéquation entre les besoins du partenaire pour exister et se développer et l’offre partenariale que propose l’IRD. Que ce soit à travers les moyens mis à disposition par la représentation de l’IRD à Madagascar ou par les dispositifs de soutien de l’ex-DSF, le partenariat a grandement profité de l’action de l’Institut. Par exemple, sans les deux bourses de thèse accordées par le DSF (Département soutien et formation) et sans la JEAI, le laboratoire n’aurait probablement pas survécu. Les équipements n’auraient pas existé, et les doctorants, aujourd’hui titulaires de leur poste comme maître de conférences, responsables de formation de 3e cycle… n’auraient pas pu amorcer leur carrière de chercheurs. Et nous n’aurions sans doute pas pu mener à bien les différents programmes de recherche.

Remarques conclusives

33Quels enseignements tirer, en termes d’éthique partenariale, d’une telle expérience ? Pour répondre succinctement à une telle question, je choisis de les présenter sous la forme de préceptes.

34– Raisonner sur le temps long et s’appuyer sur les jeunes. Ce que je retire de cette expérience est qu’on peut la concevoir comme un investissement. De fait, approcher le partenariat sur le temps long en s’appuyant notamment sur les plus jeunes est sans doute un gage de réussite. Les aléas créés par nos propres agendas (quadriennaux d’UMR, notamment) doivent interférer au minimum avec le partenaire. L’éthique partenariale consiste sans doute à accepter les effets de nos propres évolutions institutionnelles sur nos partenaires, afin de les minimiser.

35– Ouvrir rapidement à l’international, seul garant d’une autonomie financière et d’une dynamique de publication. Compte tenu du point précédent, il apparaît utile, voire stratégique, d’impliquer très tôt le partenaire (s’il ne l’a pas fait par lui-même, bien sûr) vers des réseaux internationaux. Cela doit lui permettre d’être plus rapidement autonome vis-à-vis de nos structures et de démultiplier les opportunités pour ses membres (bourses de thèse notamment, mais aussi publications, participations à des projets collectifs tels que les ouvrages ou numéros spéciaux de revues). Cela implique de ne pas raisonner sous forme de « chasse gardée », tout en veillant à la propriété intellectuelle des travaux réalisés avec l’IRD. L’équilibre n’est pas simple à réaliser. Il nécessite une bonne entente entre partenaires, et finalement, d’adopter une éthique réciproque.

36– Anticiper les effets produits par l’élaboration du partenariat universitaire au moment du montage des projets. S’implanter « chez le partenaire » est évidemment une entreprise louable, mais elle possède des effets induits sur les partenaires eux-mêmes ; ces derniers pouvant développer des barrières à l’entrée pour d’autres chercheurs issus d’universités, de facultés, de départements différents… À l’inverse, nous pouvons, par la spécificité de nos propres problématiques, créer des « appels d’air » pour certaines compétences au détriment d’autres. L’éthique partenariale consiste aussi à bien cerner ces modalités au moment du lancement du programme en identifiant ce qui relève d’une dynamique collective qui doit faire sens sur le plan scientifique, tout en évitant l’esprit « bunker », de ce qui relève de programmes plus individuels du ou des chercheur(s) français ou national (aux).

37– Mieux combiner expertise et recherche. À défaut de pouvoir financer les chercheurs partenaires, il convient d’accepter le recours à l’expertise… qui est d’ailleurs souhaité par les partenaires non scientifiques comme les bailleurs de fonds (Banque mondiale, Pnud…). Mais il importe également que le cœur de l’activité partenariale soit centré sur le développement scientifique. Autrement dit, c’est un équilibre à trouver et un état d’esprit à avoir (celui d’accepter que le partenaire développe à partir de nos recherches communes une expertise propre).

38Ces réflexions sont évidemment le résultat d’une expérience particulière, celle qui a consisté à créer de toutes pièces un centre de recherche en milieu universitaire dans un pays très démuni. Elle correspond cependant à une facette très stimulante de notre métier de chercheur à l’IRD.

Notes

1 Le PRE-COI est le programme régional en environnement de la commission de l’océan Indien. Ce programme pluridisciplinaire s’est déroulé de 1995 à 2000.

2 L’Institut de l’énergie de l’environnement de la francophonie (IEPF) est une institution de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). L’IEPF a développé plusieurs programmes dont celui sur la Maîtrise des outils de gestion pour le développement durable (Moged).

3 Serena (Services environnementaux et usage de l’espace rural, 2009-2013) est un programme financé par l’ANR dans le cadre de son appel d’offres Systerra 2008.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540