Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 1. Histoires de partenariat

Quand la pêche artisanale sénégalaise se définit comme un point de rencontres durables

Francis Laloë

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au point même que lors d’une discussion, longue et conviviale, un collègue de « SHS » (J.-P. Chauv (...)

1Ce texte décrit une expérience singulière de partenariat avec mon collègue Alassane Samba de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra), sans donc prétendre, a priori, lui donner une valeur générale. Mais bien sûr, cette expérience n’a pu se dérouler que grâce au contexte « favorable » plus large de partenariat avec l’affectation de chercheurs au sein d’un centre de recherches sénégalais – le centre de recherches océanographiques de Dakar Thiaroye (CRODT) – où collaboraient des chercheurs sénégalais de l’Isra et des chercheurs d’autres pays, pour la plupart français affectés par l’Orstom. Cette diversité s’accompagnait d’une pluralité disciplinaire impliquant une diversité des points de vue à partir desquels un objet complètement a-disciplinaire, la pêche artisanale sénégalaise, pouvait être défini et observé. Il était ainsi possible de parler de la pêche artisanale avec des biologistes, des sociologues, des économistes, des géographes et des écologues… Et nous ne parlions pas de la même chose1.

  • 2 Aucun chercheur « orstomien » n’a été affecté en pêche artisanale avant 1977, en dehors du premier (...)
  • 3 Exemples d’espèces étudiées : pageot, rouget, galeoides, sole, thonine, thon blanc… qui ont fait l (...)

2En fait, la relation de partenariat engagée à partir de 1979 avec mon collègue ne peut pas se réduire à un partenariat Sud-Nord, entre un Sénégalais et un Français. Il s’agit également d’une relation entre un biologiste et un statisticien devant discuter d’un objet, la pêche artisanale, insaisissable pour l’un comme pour l’autre. Cette insaisissabilité est probablement un des éléments nécessaires à la mise en place de cette expérience, imposant à chacun de sortir de son domaine disciplinaire. Ces sorties ont sans doute d’abord été favorisées par les statuts individuels d’un statisticien (discipline sans objet dans le contexte présenté ici) et d’un biologiste se voyant confier, au Sénégal, l’étude du secteur d’exploitation halieutique le plus important pour ses aspects biologiques, sociaux et économiques, mais par ailleurs, secteur auparavant délaissé2, sans doute parce que son observation est difficile à réaliser, puis à restituer selon des réponses à des questions de sciences de la nature. De fait, la recherche en biologie halieutique, au CRODT, était essentiellement organisée selon des programmes, chacun dédié à l’étude de la biologie, de la pêche et de la gestion « rationnelle » d’une espèce donnée3, avec la collecte et l’analyse de données issues de l’observation du sous-secteur industriel exploitant l’espèce étudiée.

3Un contexte de diversité disciplinaire et un objet commun, s’ils peuvent être favorables, restent insuffisants. Nous avons eu une grande liberté d’action, et nous avons reçu un grand soutien de la part de la direction du CRODT.

4Le partenariat n’est pas une assimilation, et sortir de son domaine reste un acte individuel et disciplinaire. Pour un statisticien, il est lié au constat d’une incapacité à synthétiser les observations faites selon des réponses aux questions auxquelles ses interlocuteurs lui ont demandé de s’intéresser. Pour un biologiste – en l’occurrence celui qui a posé ces questions – l’élargissement du domaine est légitimé par la finalité de la recherche. Nous n’avons en aucun cas construit une sorte de discipline commune et « ad hoc ». Nous avons, par contre, essayé d’identifier quelques questions qui n’ont pas d’identité disciplinaire claire, mais une légitimité pouvant être trouvée dans la finalité de la recherche.

5Si ce partenariat est une expérience singulière, il peut être, malgré tout, utile d’en rendre compte dans la mesure où il s’est directement traduit par des résultats concrets – publications et doctorat communs – et qu’il s’est prolongé dans le temps, en particulier dans le cadre de co-encadrements ultérieurs de doctorats, eux-mêmes caractérisés par une forte diversité disciplinaire, les plus récents ayant été soutenus en 2009.

Le contexte initial

6J’ai été affecté, dès mon recrutement à l’Orstom en 1979, au CRODT à l’époque dirigé par André Fontana, chercheur de l’Orstom (la direction du CRODT est assurée par des chercheurs sénégalais depuis la fin des années 1980). Le CRODT est l’un des centres de recherches de l’Isra. Cette affectation dans une structure nationale sénégalaise était originale dans la mesure où les chercheurs étaient en général affectés au sein de structures de l’Orstom (par exemple, le centre Orstom de Dakar au Sénégal).

7J’avais été affecté, en tant que statisticien, au sein de la « section » de recherche du CRODT, dédiée aux études sur la pêche artisanale avec un point de vue initial de biologie des pêches. Cette section était depuis peu dirigée par un jeune collègue sénégalais, Alassane Samba qui avait été envoyé en terrain presque inconnu pour le CRODT. Cette responsabilité était très importante dans la mesure où la pêche artisanale était – et est encore – la composante de l’exploitation des ressources halieutiques la plus importante, réalisant deux tiers des captures, et constituant l’un des plus importants secteurs d’emploi au Sénégal. Mais, d’un point de vue scientifique, ce département était dans une situation assez « compliquée » à au moins deux titres.

8En premier lieu, si la pêche artisanale constituait le secteur d’exploitation le plus important, son observation est la plus difficile et la plus coûteuse pour plusieurs raisons. L’activité s’exerce à partir de plusieurs dizaines de sites pouvant, pour les plus importants, accueillir plusieurs centaines de pirogues utilisées pour réaliser des sorties d’une journée, en général. Les observations sont donc réalisées selon un plan complexe d’échantillonnage stratifié, avec plusieurs niveaux d’observations dans chaque strate. Par ailleurs, il existe de nombreuses méthodes de pêche associées à des engins différents, chacun pouvant être utilisé de plusieurs façons selon les espèces recherchées. Il est apparu, en outre clairement, que chaque unité de pêche pouvait choisir parmi plusieurs méthodes possibles, engendrant des impacts différents sur la ressource… L’observation de l’activité et des résultats de la pêche artisanale impliquait une connaissance de terrain et des contacts suivis avec les acteurs. Expliciter ces choses, et les étudier, relevait pour une large part de la statistique avec la conception de systèmes d’enquêtes, leur mise en place, et l’analyse des données collectées pour l’estimation des impacts de la pêche (captures). Ces activités constituaient une bonne partie des opérations menées par la section de recherches.

9En second lieu, l’analyse de ces données était nécessaire pour estimer les captures annuelles réalisées par la pêche artisanale pour les diverses espèces exploitées, mais on ne pouvait guère en attendre beaucoup plus. En effet, cette pêcherie est incontrôlable (en définissant la contrôlabilité comme la fixation possible par une institution d’une mortalité par pêche à un niveau identifié par la recherche – en l’occurrence biologique ou écologique) et les rendements obtenus par les unités de pêche sont de piètres indicateurs de l’état des ressources, dans la mesure où leurs variations reflètent celles de l’abondance des espèces étudiées, mais aussi les décisions des pêcheurs qui peuvent effectuer des choix parmi plusieurs méthodes engendrant, justement, des impacts différents sur ces espèces.

10Il résultait de cette situation que l’analyse des pêcheries industrielles était plus intéressante parce que les rendements de pêche des unités industrielles, en général « fidèles » à une espèce cible, étaient de meilleurs indicateurs de l’abondance de cette espèce. Le suivi de ces rendements permettait l’étude de la dynamique de cette espèce sous l’impact de son exploitation. De plus, le faible nombre de ports de débarquement de pêche industrielle, et un nombre également beaucoup plus réduit d’unités de pêche, offrent de bien meilleures possibilités d’observation. Parallèlement aux activités de la section 41 pêche artisanale, une autre section s’est créée en 1980, sous l’impulsion d’un chercheur économiste de l’Orstom, Jacques Weber. Au vu de l’extrême importance socio-économique de la pêche artisanale, il est naturel que cette section de recherche ait consacré une grande part de son activité aux études sur ce secteur d’exploitation, avec la participation de chercheurs sénégalais (M. Kebe, M. Dème, C. Diaw…) et de l’Orstom (J.-P. Chauveau, M.-C. Cormier-Salem, C. Chaboud…).

11Ce contexte était donc riche d’une interdisciplinarité potentielle (SHS et biologie des pêches), avec la possibilité, pour un statisticien, de connaître de nombreux points de vue différents sur les données à collecter et sur les objectifs de leurs traitements statistiques (production de synthèses selon une grande diversité de questions).

12En tant que statisticien, l’observation de la pêche artisanale était une chose tout à fait passionnante. Pour établir la qualité des estimateurs demandés, il fallait caractériser un assez grand nombre de sources de variations. C’est en étudiant ces sources de variation que la caractéristique, déjà évoquée des unités de pêche artisanale, à savoir leur capacité de changer d’espèce cible, s’est imposée comme déterminante. En effet, les strates d’échantillonnage définies dans le système d’enquête devaient regrouper des actions de pêche ayant engendré des impacts similaires. En pouvant choisir parmi des actions de pêche ciblant différentes espèces, chaque unité de pêche choisit la strate à laquelle appartiendra l’action qu’elle va entreprendre. Dès lors, l’effectif des strates devient une variable de décision à court terme, caractéristique de la dynamique du secteur d’activité. Il en résulte qu’en étudiant la qualité d’estimateurs permettant d’étudier la dynamique d’une ressource, on est amené à étudier celle de son exploitation.

13Ici, la personnalité de mon collègue sénégalais, A. Samba, était particulièrement intéressante, avec une appartenance disciplinaire aux sciences de la nature et de la vie, accompagnée de connaissances très approfondies sur le secteur de la pêche artisanale, connaissances assez mal valorisables, et perceptibles dans le domaine de la biologie des pêches parce que de nature à soulever les difficultés évoquées plus haut. Cette « culture générale » faisait de lui, pour les collègues d’autres disciplines, un interlocuteur déterminant.

Une thèse en partenariat Nord-Sud

14Il en a résulté, pour un statisticien, une assez grande liberté et une bonne complémentarité avec A. Samba, au point que nous avons imaginé, au bout de quelques années, de pouvoir faire une thèse commune. Cette idée assez originale (il n’existe qu’extrêmement peu de thèses à deux, impliquant une collaboration interdisciplinaire et un partenariat Sud-Nord) a bénéficié du soutien déterminant du directeur du CRODT, A. Fontana.

15Au bout de quelque temps, nous avons constaté que nous n’avancions guère et que le projet ne pouvait être mené à terme qu’à la condition de pouvoir nous « isoler » dans le cadre d’une affectation commune, en dehors de l’Orstom et du CRODT. Cela a pu se faire à l’université Paris Sud (Orsay), à partir de septembre 1987, où nous avons passé deux années, accueillis au laboratoire de statistique mathématique du professeur Bretagnole, et au laboratoire de zoologie du professeur Genermont (ces deux laboratoires du campus d’Orsay m’avaient accueilli lors de stages de DEA pendant mes études).

16Nous avons soutenu notre thèse commune le 19 juin 1989. Il s’agit en fait, formellement, de deux thèses individuelles, mais avec un mémoire commun. Le mémoire a été publié dans la collection Études et Thèses de l’Orstom (Laloë et Samba, 1990). Les chapitres constituant ce mémoire commun étaient annoncés en note préliminaire comme rédigés par un des deux auteurs (trois chapitres pour chacun en fonction des domaines disciplinaires abordés), ou bien comme rédigés en commun (pour deux chapitres de synthèse, ainsi que pour l’introduction et la conclusion…).

17Une valorisation s’en est suivie de façon durable, même si nous n’avons plus été affectés dans un même site depuis notre soutenance de thèse, sous la forme d’articles et chapitres d’ouvrages. Une interrogation de la base Horizon avec les auteurs « Laloë ET Samba » indique dix-huit résultats, dont cinq articles (1998, 2001, 2006, 2010, 2012), six chapitres d’ouvrages (entre 1991 et 2004), six « littératures grises » (entre 1981 et 1986) et un diplôme (1990). Les dates de publications indiquent une certaine évolution des supports de ces publications…

Partenariat durable

  • 4 En fait, pour la publication des actes, les communications sous forme de poster n’avaient droit qu (...)

18Cette valorisation commune a d’abord consisté en un certain nombre de publications reprenant les parties communes de notre travail, principalement sous forme de chapitres d’ouvrages (ou actes de colloques). En fait, le flou disciplinaire de nos résultats communs s’est traduit par un accès restreint aux revues internationales à comités de lecture… notre publication la plus citée (quarante et une citations selon une consultation du programme « Harzing’s Publish or Perish ») est ainsi une note (Laloë et Samba, 1991) publiée en un format très réduit de six pages4 accordé dans les actes d’un colloque international tenu en 1989 sur les pêcheries multispécifiques dans lequel notre proposition de communication avait été acceptée sous la forme de poster. Dans le même temps, des articles « individuels », traitant de questions plus réduites, ont été acceptés dans des revues plus huppées, tout en étant moins cités par ailleurs.

19Notre partenariat se poursuit encore aujourd’hui. Un bon indicateur en est sans doute le co-encadrement de doctorats. Quatre thèses ont été ainsi réalisées, portant directement sur la pêche artisanale au Sénégal. Elles sont listées ci-après dans l’ordre chronologique.

  • Nicolas Pech, 1998. Approche statistique d’une exploitation halieutique : le cas de la pêche artisanale au Sénégal. Université Montpellier 2.
  • Jonathan Stilwell, 2008. Sustainable Development and the Governance of Fisheries Frequented by Heterogeneous User Groups : A Political Economy Perspective on the Case of European Union Participation in the Senegalese Marine Fishery. Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Djiga Thiao, 2009. Un système d’indicateurs de durabilité des pêcheries côtières comme outil de gestion intégrée des ressources halieutiques sénégalaises. Université de Versailles Saint-Quentinen- Yvelines.
  • Massal Fall, 2009. Pêcherie démersale côtière au Sénégal – Essai de modélisation de la dynamique de l’exploitation des stocks. Université Montpellier 2.

20Cette liste fait apparaître à nouveau plusieurs diversités :

  • origine disciplinaire : la première thèse relève de la statistique, la deuxième de l’économie politique, la troisième de l’économie de l’environnement et la quatrième de l’halieutique (en fait de l’écologie, mais il s’est agi, principalement, de décrire et comprendre la dynamique de l’exploitation…) ;
  • origine des doctorants : N. Pech était un étudiant français, maintenant maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille ; Jonathan Stilwell était un étudiant sud-africain, maintenant « Corporate Governance and Sustainability Executive at First Rand Limited », Djiga Thiao et Massal Fall étaient, et sont toujours collègues sénégalais du CRODT, respectivement en charge du système d’enquêtes sur la pêche artisanale et des études relatives à la pêche démersale.

21Ces quatre doctorats constituent eux-mêmes quatre partenariats différents. Ils peuvent cependant être tous quatre présentés en relation avec notre partenariat initial, dans la mesure où ils en constituent des prolongements, et que nous y avons été tous deux impliqués. Comme cela a été le cas pour nos activités initiales, chacun (co-encadrants et doctorants) est intervenu en cohérence avec son identité disciplinaire et en considérant des questions posées sur un objet commun, ici encore la pêche artisanale. Ces partenariats sont bien entendu également des expériences singulières ; ils en constituent un échantillon dans la sélection duquel le hasard a pris une place importante. La façon dont ces travaux ont été initiés, dont les sujets ont été construits, et la façon dont nous y avons été impliqués permet donc d’illustrer la diversité de ces prolongements.

  • 5 Ainsi, l’adaptabilité des unités de pêche est-elle de nature à favoriser la reconstruction de stoc (...)

22Le travail avec Nicolas Pech a débuté par défaut. J’avais en effet proposé un sujet de stage au DEA de statistique de l’université Montpellier 2, parce qu’il y avait dans la promotion un étudiant sénégalais dont le dossier était très prometteur. Mais cet étudiant avait préféré un stage sur la culture du coton proposé par des collègues du Cirad. J’avais eu ensuite la surprise de recevoir un jour N. Pech (titulaire d’une maîtrise de mathématiques) me disant avoir choisi ce stage sur la pêche artisanale sénégalaise par curiosité autant que par intérêt statistique. À la suite du stage de DEA, nous avons identifié un sujet de doctorat en collaboration avec A. Samba, prolongeant notre propre travail en l’améliorant de manière déterminante. Dans notre thèse, après une analyse des données ayant conduit à décrire l’adaptabilité des unités de pêche, nous avions fabriqué un modèle intégrant, avec une simplification outrancière, cette caractéristique de la pêche pour en montrer, à l’aide de simulations, les conséquences possibles en termes de résilience5, par exemple. Le travail de Nicolas Pech a consisté en la construction d’un cadre explicitant les caractéristiques (stratégies) des unités de pêche définies à partir des méthodes (tactiques) de pêche qu’elles peuvent décider de mettre en œuvre, méthodes définies quant à elles par leurs impacts sur les différentes composantes (stocks) de la ressource… En articulant des modèles (biologiques) de dynamique des stocks avec des modèles (micro-économétriques) de dynamique des choix tactiques individuels, il s’est avéré possible de proposer un système dynamique paramétré, produisant des sorties sous forme de séries chronologiques de captures et d’efforts de pêche, ayant la même structure que celles disponibles dans les bases de données issues du système d’enquêtes. Il était alors possible de rechercher les valeurs (estimations) des paramètres selon un critère de ressemblance (moindres carrés) entre séries observées et séries modélisées.

23Ce travail est résumé dans un article de revue (Pech et al., 2001) dont la liste des auteurs mérite un rapide commentaire. En effet, outre N. Pech, A. Samba et F. Laloë, apparaît Robert Sabatier, professeur de statistique à l’université Montpellier 1 qui a également dirigé cette thèse. La présence d’un garant de la discipline dans la direction de ce doctorat était à mon sens nécessaire. Laurent Drapeau, également co-auteur, ingénieur statisticien-informaticien de l’IRD, avait réécrit de façon « ergonomique » le programme d’ajustement du modèle initialement conçu par Nicolas Pech. Alassane Samba avait au départ défini les typologies (flottes de pêche, méthodes de pêche et espèces exploitées) articulées au sein du cadre général, puis conçu et construit le jeu de données constitué de séries chronologiques d’efforts (nombre de sorties de pêche selon les strates du système d’enquêtes) et de rendements de pêches (prises par sorties selon une sélection d’espèces, par quinzaines de jours sur dix-neuf années). Il a suivi ce travail tout au long de son déroulement, en particulier en accueillant Nicolas Pech au Sénégal, lors d’une nécessaire mission.

24Jonathan Stilwell était, quant à lui, étudiant de l’université du Kwazulu Natal en Afrique du Sud, désireux de faire un doctorat en économie politique en France sur un sujet relatif aux accords de pêche entre pays développés et pays en développement. Les relations entre l’Union européenne et le Sénégal pouvaient être, à ce titre, un bon sujet, avec la présence d’une pêche artisanale très importante exploitant une ressource convoitée par des pêcheries industrielles étrangères. Il avait pris contact avec l’IRD, et rencontré J. Charmes, directeur de recherche économiste, qui était alors en détachement comme professeur d’économie à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et membre, comme moi-même, de l’UMR C3ED (Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement - IRD, UVSQ). J. Charmes et D. Requier-Desjardins, également professeur d’économie au C3ED, m’ont proposé de diriger ce travail. Cette proposition m’a évidemment surpris, n’ayant pas de compétence dans la discipline. Mais, dans la mesure où elle était faite par des économistes, je l’ai acceptée. Par contre, j’ai formé un comité de thèse auquel participaient des économistes (H. Rey-Valette de l’université Montpellier 1, Christian Chaboud de l’IRD, Jérome Ballet de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines…). La participation d’Alassane Samba a été ici déterminante en accueillant J. Stilwell au Sénégal et lui ouvrant son réseau permettant une description très complète des parties prenantes à des niveaux local, national et international dans la gouvernance des pêches au Sénégal, et par la suite, d’en proposer une analyse approfondie. Cette analyse s’est largement portée sur une comparaison des différents secteurs d’exploitation (artisanal, industriel national, industriel étranger) selon de nombreux critères associés aux piliers du développement durable. Ce travail a fait l’objet d’un article dans la revue Marine Policy (Stilwell et al., 2010) dont A. Samba et F. Laloë sont co-auteurs, ainsi que P. Failler, économiste, enseignant chercheur de l’université de Portsmouth (Angleterre) avec qui des collaborations avaient été établies dans le cadre d’un projet européen.

  • 6 Cela permet d’énoncer l’objet de la statistique, tel que proposé par R. Fisher (1922) : « The obje (...)
  • 7 C’est la possibilité d’utiliser le système d’indicateurs pour des analyses particulières qui montr (...)

25Djiga Thiao était ingénieur au CRODT, en charge du système d’enquêtes sur la pêche artisanale. Djiga Thiao est ingénieur des Travaux statistiques (diplôme de l’ENEA, École nationale d’économie appliquée de Dakar), et par ailleurs, titulaire d’un DESS en Politique économique et analyse de projets (université Cheick Anta Diop de Dakar). Alassane Samba, son supérieur hiérarchique, nous a mis en contact pour échanger sur le système d’enquêtes qui doit faire l’objet d’adaptations permanentes en fonction des changements observés dans la pêche. En cohérence avec sa formation en économie appliquée et en statistique, D. Thiao a désiré valoriser son activité relative aux systèmes d’enquêtes avec un doctorat portant sur la recherche d’un système d’indicateurs de durabilité des pêcheries pour la gestion intégrée. Ce sujet relève d’une démarche statistique, avec la volonté de construire et mettre à disposition une synthèse de la masse considérable de données disponibles de diverses origines, synthèse contenant le maximum d’informations que les données contiennent, et pouvant, à ce titre, leur être substituées pour la réponse à des questions, dont toutes ne sont pas a priori connues. La qualité ainsi recherchée de ce système d’indicateurs est purement statistique, correspondant dans l’idéal à celle d’exhaustivité (sufficiency en anglais) ainsi définie par R. Fisher (1925) : « [a sufficient statistic] is equivalent for all subsequent purpose of estimation to the original data from which it was derived ». Évidemment, la complexité des systèmes d’enquête et celle du système d’exploitation observé font que cette qualité reste inaccessible, et le système d’indicateurs est un nécessaire compromis reposant sur des représentations arbitraires, forcément simplifiées selon divers points de vue disciplinaires de l’offre et de la demande d’information6. Ces points de vue relèvent nécessairement de disciplines de sciences de la nature et de sciences humaines et sociales, aussi bien pour ce qui concerne la construction de l’offre d’information (estimations de paramètres de modèles et représentations des dynamiques en interactions), que la demande (portant sur l’état des divers capitaux usuellement identifiés dans les définitions du développement durable). Ce sujet portait sur une meilleure identification et un meilleur usage potentiel des systèmes d’enquêtes, en particulier celui relatif à la pêche artisanale, et était à ce titre une prolongation naturelle des activités de la section pêche artisanale au sein de laquelle j’avais été initialement affecté avec Alassane Samba. Ce travail a fait l’objet de deux publications parues en 2012. L’une d’elles, publiée par l’African Journal of Marine Science, rend compte d’une utilisation du système d’indicateurs7 avec une analyse de l’effondrement du thiof, espèce de mérous emblématique du Sénégal. Elle fait intervenir les données de rendements par sortie en poids, avec une baisse extrêmement importante, et en prix, avec une stabilité liée à l’augmentation du prix par unité de poids compensant la chute des captures pondérales. Cette stabilité peut s’expliquer par la forte demande à l’exportation pour cette espèce, et elle peut expliquer le maintien de la recherche de cette espèce cible par les pêcheurs… Une telle analyse peut être utile en termes d’aide à la décision. Outre D. Thiao, A. Samba et F. Laloë, C. Chaboud et P. Cury, économiste et écologue de l’IRD, sont également co-auteurs de cet article. L’autre publication, parue dans le journal Marine Resources Economics, est essentiellement consacrée à la présentation de la démarche statistique et ne comporte « à ce titre » que deux auteurs, D. Thiao et F. Laloë.

26Massal Fall est officier vétérinaire dans l’armée sénégalaise depuis 1987. Après avoir exercé son métier de vétérinaire militaire, il a repris des études universitaires (DEA en biologie animale à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, puis Certificat d’études supérieures en halieutique à l’école nationale d’agronomie de Rennes, en 2001). Il est détaché au CRODT, en charge des études relatives aux espèces démersales (espèces de fond, contrairement aux espèces pélagiques vivant en surface ou en pleine eau). Massal Fall s’est inscrit en thèse à Montpellier, à l’école doctorale Sibaghe (Systèmes intégrés en biologie, agronomie, géosciences, hydrosciences, environnement), sous la co-direction du professeur T. Do Chi et de moi-même, avec un sujet portant sur l’écologie et l’exploitation des espèces démersales, en particulier par la pêche chalutière industrielle sénégalaise. Il s’avère qu’Alassane Samba était de fait le seul chercheur participant à son encadrement au CRODT et, ici encore, l’importance majeure de la pêche artisanale a imposé un élargissement du sujet avec la prise en compte de la dynamique de l’exploitation des divers secteurs de pêche. Ce travail a alors été l’occasion d’une application des outils développés par N. Pech audelà de la seule pêche artisanale. Il a été également l’occasion d’actualiser ces travaux en utilisant des données disponibles jusqu’en 2006. Ces données ont pu être réunies et mises en forme grâce au travail accompli par Djiga Thiao. Ici encore, l’apport d’Alassane Samba a été déterminant pour la définition des typologies d’unités de pêche et de méthodes de pêche, en complément ou confirmation des résultats obtenus à l’aide de l’usage d’outils statistiques de classification… Un article (Fall et al., 2006) a été publié dans la revue Aquatic Living Resources, reprenant la première partie de ce travail ayant conduit à construire une typologie des unités de pêches chalutières industrielles sénégalaises fondée sur les compositions d’espèces qu’elles peuvent choisir de rechercher.

Conclusion

27Comme annoncé, les expériences rapportées ici sont singulières, tout en étant liées par des fils conducteurs. Il en est de même pour toutes les expériences de partenariat, et il est probablement vain, et sans doute dangereux de rechercher une quelconque exemplarité pouvant se traduire par l’énoncé de règles générales si celles-ci peuvent devenir contraignantes. Dans ce qui précède, tous les sujets traités sont différents, mais ont en commun l’acceptation d’un objet commun dont l’observation et la restitution posent problème à chaque partenaire, problèmes qu’il ne peut identifier dans son seul cadre disciplinaire, quel qu’il soit.

28Ces partenariats n’ont donc pu exister que parce que nous étions, d’une part, très différents en termes d’appartenances et de démarches disciplinaires, et d’autre part, tous d’accord pour essayer de parler de la même chose, la pêche artisanale. Pour mon premier travail mes collègues biologistes m’avaient ainsi demandé de « traiter » des données collectées lors d’une enquête au cours de laquelle pendant six jours consécutifs, plusieurs centaines de pirogues de retour de pêche avaient fait l’objet d’observations (déroulement de la sortie, captures réalisées…). C’est ce travail qui a conduit à notre première copublication (Laloë, et al., 1981). L’objet de cette enquête était d’évaluer les sources spatio-temporelles de variabilité affectant les rendements, afin de mettre en place un système d’enquêtes régulières permettant d’utiliser les estimations de ces rendements comme indices d’abondances des espèces pêchées.

29En fait, l’analyse de ces rendements au cours d’une même semaine a montré que leur variabilité était considérable et très largement associée aux changements d’espèces cibles décidés par les pêcheurs… Dans ces conditions, en considérant l’objectif initial, la décision pouvait être soit de nier le problème, soit de ne pas utiliser les observations sur la pêche artisanale pour l’évaluation des stocks en leur préférant celles faites auprès des pêches industrielles, ou mieux encore à partir de navires scientifiques.

30Mais le choix pouvait être aussi de considérer que ces décisions des pêcheurs traduisaient une adaptabilité peut-être déterminante pour la viabilité de l’exploitation. Il convenait alors d’essayer d’inclure l’existence de ces décisions dans nos questionnements et nos représentations.

31Un tel choix impliquait bien sûr d’identifier et d’adopter des questions relevant d’autres domaines, en particulier de sciences sociales. Mais si cela pouvait rendre utiles des collaborations, ce que permettait le contexte extrêmement favorable du CRODT, ces questions ne trouvaient leur légitimité que par rapport à notre objet commun, en dehors de ces disciplines. Cela ne signifiait donc en aucun cas une adhésion à d’autres disciplines, nouvelles ou non.

32Évidemment, cette expérience n’a pu se faire que grâce au contexte du CRODT. Je ne sais pas s’il existe (encore) beaucoup de lieux tels que celui-là, où un jeune chercheur inexpérimenté dans le domaine d’application qu’on lui demande d’aborder peut en discuter avec des collègues d’origines disciplinaires aussi diverses.

33Mais la chose peut-être la plus difficile à exposer et à évaluer est la qualité des relations personnelles qui ont pu être construites entre les protagonistes. Disons simplement que la qualité de ces relations est évidemment essentielle.

Notes

1 Au point même que lors d’une discussion, longue et conviviale, un collègue de « SHS » (J.-P. Chauveau) a fini par me convaincre que la pêche artisanale, dont je lui avais dit qu’elle était mon objet d’étude…, n’existe tout simplement pas.

2 Aucun chercheur « orstomien » n’a été affecté en pêche artisanale avant 1977, en dehors du premier directeur du CRODT, Christian Champagnat qui embrassait tous les thèmes et s’intéressait à une espèce emblématique de la pêche artisanale d’alors, le tassergal.

3 Exemples d’espèces étudiées : pageot, rouget, galeoides, sole, thonine, thon blanc… qui ont fait l’objet de thèses de doctorat.

4 En fait, pour la publication des actes, les communications sous forme de poster n’avaient droit qu’à trois pages. L’éditeur nous en a finalement accordé le double au vu de l’originalité de la présentation.

5 Ainsi, l’adaptabilité des unités de pêche est-elle de nature à favoriser la reconstruction de stocks dont l’abondance devient dangereusement faible, si constatant les faibles rendements des méthodes ciblant ce stock, les unités de pêche reportent leurs efforts sur d’autres composantes de la ressource ?

6 Cela permet d’énoncer l’objet de la statistique, tel que proposé par R. Fisher (1922) : « The object of statistical methods is the reduction of data. A quantity of data, which usually by its mere bulk is incapable of entering the mind, is to be replaced by relatively few quantities which shall adequately represent the whole, or which, in other words, shall contain as much as possible, ideally the whole, of the relevant information contained in the original data. »

7 C’est la possibilité d’utiliser le système d’indicateurs pour des analyses particulières qui montre que le système est bien à l’interface entre l’offre et la demande d’information… En ce sens, notre travail de doctorat avait conduit à un même type d’utilisation à propos de l’évolution de l’exploitation du tassergal (Samba et Laloë, 1991).

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site