Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Partie 1. Histoires de partenariat

De la Maison de l’Amiral au camp Jeremy

25 ans de relations partenariales à Dakar

Philippe Antoine, Abdou Salam Fall e Khadidiatou Diagne

Testo integrale

  • 1 Le centre IRD (ex-Orstom) de Bel Air, tout comme le camp Jeremy, annexe de l’université de Dakar, (...)

1Ce texte offre l’occasion à deux chercheurs de croiser leurs regards sur 25 ans de relations partenariales à Dakar. Divers instruments du partenariat ont été mis à profit sur toute cette période pour conforter les relations scientifiques. De l’accueil d’un jeune doctorant dans les locaux de l’Orstom à Bel Air, puis à la Maison de l’Amiral en 1988, en passant par la réponse conjointe à des appels d’offres, par la création d’une jeune équipe, et enfin, par l’accueil de chercheurs IRD dans un laboratoire de l’Ifan (Institut fondamental d’Afrique noire), le Lartes (Laboratoire de recherches sur les transformations économiques et sociales), au camp Jeremy1. À travers cette histoire, divers instruments du partenariat ont été mobilisés au profit de projets scientifiques et ont conforté des relations de confiance. Plutôt que de livrer nos réflexions sous la forme d’un article, nous avons préféré retranscrire un entretien conduit par une doctorante du Lartes, Khadidiatou Diagne. Deux chercheurs, l’un du Nord, l’autre du Sud, avec des approches scientifiques différentes – l’un habitué des enquêtes quantitatives et l’autre familier des démarches anthropologiques – confrontent leurs analyses et interprétations d’une histoire conjointe.

K. D. – « Comment est né ce partenariat ?

Ph. A. – Le premier projet qui nous a réunis est un projet qu’on a élaboré conjointement en 1988 et qui venait en réponse à un appel d’offres du ministère des Affaires étrangères français. Tout a démarré, en fait, d’un séminaire organisé à l’Ifan au cours duquel on avait davantage fait connaissance. En effet, à partir de 1987, un groupe informel de réflexion sur l’urbain se réunissait deux fois par mois à l’Ifan et rassemblait des chercheurs d’horizons différents, en particulier de l’IRD et de l’Ifan. Peu à peu, des affinités et des convergences scientifiques se sont dégagées entre certains membres du groupe, qui ont ensuite élaboré le projet de recherche. C’est cette dynamique créée autour du séminaire qui a permis de répondre rapidement et valablement à l’appel d’offres. Ce qui a marché dans ce partenariat, c’est que ce n’était pas les chercheurs du Nord qui venaient démarcher ceux du Sud, mais plutôt des chercheurs eux-mêmes qui ont pris l’initiative de répondre conjointement à un appel d’offres.

K. D. – Mais comment vous êtes-vous rencontrés ?

  • 2 Le professeur Abdoulaye Bara Diop a été directeur de l’Ifan de 1986 à 1995.

A. S. F. – À l’origine, c’est Abdoulaye Bara Diop, à l’époque directeur de l’Ifan2, qui dirigeait mon mémoire de maîtrise, qui m’a intégré dans une équipe Orstom qui travaillait sur les systèmes agraires sérères. Dans cette équipe, je m’occupais du volet migrations vers les villes. Après la soutenance de mon mémoire de maîtrise, il s’est dessiné clairement une vocation vers la recherche en ville, et comme Philippe s’intéressait aux questions relatives à l’urbain, j’avais ma place dans leur équipe. Les recherches urbaines n’étaient pas très privilégiées par les chercheurs. Le domaine urbain était peu exploité, les chercheurs se tournaient souvent vers le rural, certes, sur d’autres problématiques, mais surtout sur le rural. Le fait est que nous voulions bâtir une recherche à vocation urbaine, et Philippe a eu l’intuition de mobiliser les différents chercheurs qui avaient de l’intérêt pour les questions urbaines, aussi bien à l’Orstom qu’à l’Ifan.

Ph. A. – J’étais à Dakar depuis 1985, je travaillais avec la direction de la Statistique du Sénégal sur un projet de santé urbaine. Au début, j’avais peu de contacts avec l’université. Peu à peu, je me suis rapproché de l’Ifan en collaborant, à partir de 1986-1987, avec Jeanne Nanitelamio que j’avais connue par le biais du CRDI (Centre de recherches sur le développement international), via Sidiki Coulibaly, et je travaillais avec elle sur des questions de nuptialité. Youssouph Mbargane Guissé, de l’Ifan, était en lien avec Jean Copans qui l’accueillait dans son équipe et m’avait mis en rapport avec lui. Abdou Salam était dans la mouvance d’André Lericollais et d’Abdoulaye Bara Diop, et je le croisais à l’Orstom Bel Air. Toutes ces personnes travaillaient sur des questions urbaines, mais même à l’Ifan, Jeanne, Abdou Salam et Youssouph n’étaient pas en relation de travail.

A. S. F. – Disons que c’était Philippe le trait d’union.

Ph. A. – Peu à peu l’idée est venue de formaliser nos échanges dans le cadre d’un séminaire.

K. D. – Mais comment d’un séminaire, êtes-vous arrivé à une équipe ?

A. S. F. – La réponse à l’appel d’offres était la concrétisation, l’aboutissement du séminaire au cours duquel, chaque chercheur présentait son travail, même à l’étape de projet afin de discuter de la méthodologie, et pas seulement des résultats. Donc, il y avait quelques chercheurs, dont Jean François Werner, qui venaient participer aux séminaires sur l’urbain. Il y avait d’autres pôles de l’Orstom qui travaillaient également sur la ville, mais qui ne s’inscrivaient pas dans la même dynamique. Ce qui était intéressant, c’était la nécessité de créer une vocation urbaine d’une part, et d’autre part, de créer des affinités et de bâtir une équipe sur la qualité des relations pour un partenariat solide.

Ph. A. – Ce que dit Abdou Salam est important, parce qu’il faut la qualité intrinsèque du chercheur, et nous étions entourés de chercheurs de qualité, mais cela ne suffit pas. Il y a des équipes constituées de bons chercheurs qui ne survivent pas, car ils ne partagent pas des affinités interpersonnelles. Peut-être, ce qui a facilité la réussite de ce projet, outre ces affinités, c’est qu’il a été bâti en tenant compte des préoccupations scientifiques de chacun. On a réussi à répondre à l’appel d’offres conjointement, ce n’était pas un projet importé. De plus, chaque chercheur investissait dans le collectif en même temps qu’il investissait dans son projet personnel. En particulier, pour Abdou Salam et Philippe Bocquier, leur projet personnel était une thèse, mais ils s’investissaient aussi énormément dans le projet de l’équipe. C’est à la fois un investissement au service du collectif, mais il faut que le collectif te permette de réaliser ton projet personnel, les deux allant de pair.

A. S. F. – Il y a deux figures marquantes de ce partenariat, à la fois Philippe et Abdoulaye Bara Diop. Abdoulaye Bara n’était pas spécialiste de l’urbain, mais avait ressenti la nécessité de créer un creuset pour être à l’écoute des chercheurs et des processus émergents. Et Philippe, lui qui avait un intérêt plus marqué pour les questions urbaines, avait une certaine facilité à réunir ; il était un habile animateur qui a cette capacité de mettre ensemble les chercheurs et d’additionner les forces. Ce qui était marquant pour notre période, même si nous étions dans le besoin d’intégrer des équipes pour faire nos thèses ; en même temps, je pense que la confiance qui s’installait venait des approches et des méthodes mises en place par les seniors. Et comme Abdoulaye Bara était directeur de l’Ifan, c’était plus Philippe qui était aux avant-postes avec sa manière d’additionner des forces et de créer une dynamique.

Ph. A. – Quand on veut réaliser un partenariat durable, il y a bien sûr les liens interpersonnels qui comptent, mais il faut aussi inscrire cela dans des rapports institutionnels. Le fait qu’Abdoulaye Bara, avec qui je m’entendais très bien, soit à la tête de l’Ifan, qu’on soit sur la même longueur d’onde, a permis rapidement de concrétiser un accord de collaboration entre l’Ifan et l’Orstom, et d’établir la première convention entre les deux institutions. Il aurait été plus difficile de travailler sans cet accord. Je me souviens avoir fait du lobbying auprès de la présidence et la DG de l’Orstom pour aboutir à cette convention.

A. S. F. – Ce qu’il est important de relever, c’est que l’approche utilisée était une approche ascendante. Habituellement, les rapports entre les institutions sont assez autoritaires et rigides. Cette fois-ci, ce n’était pas l’université ou l’Orstom qui s’était levé pour dire : “Attendez, on fait ceci ou cela”, ce sont les chercheurs eux-mêmes qui ont commencé à organiser des séminaires en commun autour de l’urbain, avec la volonté de construire un partenariat durable ; de mobiliser les forces pour créer une dynamique.

K. D. – Qui portait le projet, Philippe ou Abdoulaye Bara Diop ?

A. S. F. – C’est Philippe qui s’occupait du projet et le portait pour l’Orstom, mais c’est Abdoulaye Bara qui portait le projet au plan institutionnel côté Ifan, mais il n’était pas dans l’équipe de recherche. Même pour le premier projet auquel je participais avec André Lericollais, Abdoulaye Bara n’était pas impliqué dans la recherche, il supportait le projet institutionnellement. Mais, dès qu’on a monté le partenariat avec l’appel d’offres, il nous a laissé faire notre recherche, et c’était Philippe qui était le chef d’équipe.

Ph. A. – Autant que je me souvienne, à l’époque, il y avait peu de partenariat entre l’Orstom et l’université de Dakar. On était dans une période où il existait une méfiance réciproque.

A. S. F. – Et surtout en sciences sociales, il n’y avait pas de partenariat organisé institutionnellement.

Ph. A. – On sait déjà la spécificité des sciences sociales de travailler individuellement plutôt que collectivement. Je ne sais pas à quoi tenait cette méfiance réciproque entre les deux institutions ?

A. S. F. – Je crois que les gens ne se connaissaient pas suffisamment, d’une part, et, d’autre part, les chercheurs Orstom avaient bâti leur programme à eux. Disons, ils étaient connus des autres chercheurs universitaires, mais c’était leurs projets personnels de recherche. Il y avait plusieurs chercheurs de l’Orstom qui avaient mené leur terrain au Sénégal et qui étaient considérés comme des spécialistes du Sénégal, mais qui n’avaient pas bâti de partenariat. En ces temps-là, peut-être le partenariat n’était pas clairement affiché institutionnellement à l’Orstom. Et donc, il y avait cette méfiance d’être toujours au service d’un projet, qui n’est pas un projet de partenariat, où des chercheurs du Nord venaient mettre à contribution les autres pour avoir l’information et avoir accès aux circuits de terrain.

K. D. – Quels ont été les points positifs de cette collaboration ?

A. S. F. – Pour le séminaire, je trouve que c’était très ouvert, il n’y avait pas de compétition, et puis, les gens tiraient un intérêt réciproque pour avoir un horizon plus ouvert sur les questions urbaines.

Ph. A. – Je pense que notre partenariat fonctionnait et renvoyait une belle image parce qu’on a reçu assez rapidement l’appui de l’Orstom. Pas tellement au plan local, mais plutôt au niveau de la direction générale. Il y avait un réel intérêt du directeur général de l’époque, Gérard Winter, pour ce projet qui articulait quantitatif et qualitatif. Notre enquête faisait partie des premières enquêtes biographiques et nous avons sorti des résultats innovants. Un autre point positif, c’est que les deux thésards “embarqués” ont pu faire chacun une bonne thèse dans leur domaine respectif. On n’aurait pas pu effectuer la même étude si l’enquête n’était réalisée que par des démographes ou que par des sociologues. Le questionnaire a été élaboré conjointement. Si l’on prend le thème d’Abdou Salam sur les réseaux, chaque module du questionnaire a été influencé par la problématique du réseau portée par Abdou Salam et cela a enrichi la recherche. D’un point de vue scientifique et institutionnel, le projet s’est bien déroulé.

K. D. – Et les points faibles ?

Ph. A. – Avec le temps, je n’en vois plus trop, parce qu’ensuite, d’autres bonus sont venus se greffer, comme le séminaire-atelier qu’on a organisé à Saly Portudal, un temps fort, à la fois pour l’Orstom et l’Ifan, où l’on a fait venir plusieurs chercheurs d’Afrique et d’Europe travaillant sur les questions urbaines.

A. S. F. – Nous avons fait un séminaire international à Saly en 1991. Beaucoup de chercheurs de l’Orstom sont venus, ainsi que le directeur du département des sciences sociales à l’époque, Joel Bonnemaison qui appuyait ce projet.

Ph. A. – À l’époque, les locaux de l’équipe étaient situés à la Maison de l’Amiral, à l’Orstom Bel air, et Abdou Salam avait son bureau là-bas, tandis que Jeanne etYoussouph avaient leur bureau à l’Ifan. Nous alternions les réunions entre la Maison de l’Amiral et l’Ifan. Abdou Salam, aussi, avait un statut à l’Orstom.

A. S. F. – J’étais chercheur allocataire à l’Orstom et, ensuite, j’ai eu le statut de chercheur associé, comme Youssouph qui l’avait déjà. Et moi, pour faire la thèse, j’ai eu une bourse pré-doctorale pour écrire ma thèse au Ceped, à Paris, et une bourse post-doctorale au Cerpod (Centre d’études et de recherche sur la population pour le développement), au Mali. Peut-être, il faut ajouter le fait que l’avantage d’avoir ce partenariat est que Philippe était relié à des réseaux internationaux qui avaient de l’intérêt pour l’insertion urbaine et/ou l’enquête biographique. Et du coup, nous avons fait nos thèses en étant reliés à des équipes pluridisciplinaires à Montréal, au Cerpod à Bamako, et des réseaux internationaux, pas nécessairement formalisés, comme le Grab (Groupe de réflexion sur l’approche biographique), à l’Ined (Institut national d’études démographiques). Il y avait un groupe de chercheurs qui étaient, d’une part, sur l’insertion urbaine et, d’autre part, d’autres chercheurs qui étaient sur les biographies.

Ph. A. – Je ne sais pas si c’est grâce à moi ou pas, mais je note que tous les chercheurs ont rapidement participé à des colloques internationaux. On était tous ensemble à celui de l’UEPA (Union pour l’étude de la population africaine), en 1990, à Ouagadougou, et bien d’autres ensuite.

A. S. F. – Déjà en 1988, nous avons participé à la conférence sur la population, co-organisée par l’UIESP et l’UEPA, à Dakar, puis à celle de Ouagadougou, et à la réunion de l’UEPA sur les migrations et l’urbanisation en 1991, à Nairobi. Ensuite, j’ai eu ma bourse du Cerpod au Mali.

Ph. A. – Ce qui était intéressant, c’est que s’était mis en place un partenariat solide, tant sur le plan institutionnel, que sur le plan inter-personnel. Quand j’ai quitté le Sénégal en 1991, et Philippe Bocquier l’année suivante, deux personnes devaient prendre la relève et étaient présentes au séminaire de Saly. Je ne sais pas ce qui s’est passé par la suite, mais ça n’a pas perduré. Malgré la volonté institutionnelle, celle-ci n’était pas suivie de volonté personnelle, car des liens interpersonnels nouveaux ne se sont pas créés.

Je n’étais plus au Sénégal, mais nous continuions à travailler ensemble avec les chercheurs de l’Ifan. On a organisé un grand séminaire de formation à l’analyse des biographies au Cerpod, à Bamako en 1992, où Philippe Bocquier était le formateur. Abdou Salam et Jeanne étaient venus à cette formation. Institutionnellement, l’équipe n’existait plus au Sénégal, mais l’équipe fonctionnait autrement…

A. S. F. – Virtuellement.

Ph. A. – Internet débutait… Moi, j’étais au Canada à cette période.

K. D. – Vous avez continué malgré tout à collaborer ?

Ph. A. – Oui, parce qu’il y avait des choses à finaliser.

A. S. F. – Justement, le livre nous l’avons fait après. Le livre issu de ce programme, Les familles dakaroises face à la crise, a été publié en 1995. On était relié à des réseaux internationaux avec plus de possibilités de nous habituer au standard international pour faire nos recherches.

K. D. – Quels ont été les bénéfices à travailler avec une équipe aussi jeune ?

A. S. F. – L’équipe n’était pas aussi jeune que ça. Nous, on n’était que deux à faire nos thèses, les autres chercheurs étaient plus âgés que nous, c’étaient des chercheurs seniors.

Ph. A. – Le bénéfice que j’en retire, c’est le fait d’avoir impulsé une équipe qui marche. Dans le milieu de la recherche, les gens font vite la différence entre chercheur individuel ou animateur d’un groupe.

A. S. F. – Voilà, donc, lui, il animait un groupe, mais il faisait aussi du travail de terrain. Grâce aux réseaux, on avait des ouvertures.

Ph. A. – Un regret, on aurait pu publier davantage.

A. S. F. – Moi, par exemple, ma thèse n’a pas été publiée. Certes, il y a eu des articles extraits de la thèse qui l’ont été, trois en particulier. Je me souviens une fois que ma thèse a été déposée, quand je suis passé au Ceped, la documentaliste m’a dit que ma thèse faisait partie des documents les plus fréquemment consultés…

K. D. – Et quels autres points forts ?

A. S. F. – C’est l’allocation de recherche, attribuée par l’Orstom, qui m’a retenu dans le milieu universitaire, parce qu’en son temps, avec le niveau du DEA, on pouvait déjà intégrer les structures de développement. Moi, à l’époque, j’étais déjà dans le milieu du développement, une institution m’avait contacté et m’offrait un salaire élevé. Il n’y aurait pas eu l’allocation, j’aurais pris une autre voie.

Ph. A. – Un autre aspect à souligner, c’est l’intérêt porté par d’autres équipes à notre expérience.

A. S. F. – Effectivement, il y a eu le projet, Insertion urbaine à Bamako, conduit par l’université de Montréal et le Cerpod, qui répliquait l’expérience de l’étude qu’on a conduite sur Dakar. Nous avons appuyé leur projet. À partir de ces deux études, on a rédigé un livre collectif en 1997 intitulé Trois générations de citadins au Sahel. 30 ans d’histoire sociale. D’une part, ce livre a été publié, a été bien accueilli, et fréquemment cité. Et, d’autre part, la thématique, peu abordée par les sciences sociales, s’avère innovante ; elle est axée sur la ville, les migrations, les dynamiques et évolution des familles. Disons, autre point positif, que nous avons fini nos thèses, moi, en 1991, et Philippe Bocquier, en 1992.

Ph. A. – Le fait qu’on ait reçu l’appui de la direction générale de l’Orstom au début des années 1990 a facilité l’ouverture de postes sur le projet, en termes d’allocation, et ensuite, de chercheurs. À l’Ifan, cela aussi a beaucoup joué en facilitant le recrutement d’Abdou Salam dès la fin de son post-doctorat. Philippe Bocquier a été également recruté à l’Orstom et nous avons continué à travailler ensemble. On a également, assez facilement, trouvé du financement pour le colloque organisé à Saly Portudal (co-édité en 1995 par l’Orstom et l’Ifan, La ville à guichets fermés) et ensuite, pour les deux colloques internationaux qu’on a organisés au Mali, avec le soutien substantiel de l’AUF (Agence universitaire de la francophonie) et le ministère des Affaires étrangères. Ceci tenait au fait que notre équipe et notre réseau fonctionnaient. En fait, d’une équipe sénégalo-française, on est passé à un réseau international.

A. S. F. – Nous étions un réseau qui continuait à travailler à distance, et cela a peut-être gêné les nouveaux arrivants.

Ph. A. – La force de nos liens interpersonnels a fait que les autres avaient des problèmes pour s’intégrer. Il faut reconnaître que c’était très difficile, pour un jeune chercheur, d’avoir à prouver ses compétences, à la fois dans son institution, et en même temps, intégrer une équipe partenariale, déjà en place, et qui bénéficiait d’une reconnaissance au niveau international et au sein de son institution.

K. D. – Que s’est-il passé ensuite ?

Ph. A. – Le destin a voulu que je revienne en 1999 au Sénégal. Et, en 2000, nous avons eu un nouveau projet en commun.

A. S. F. – Avant cela, j’ai travaillé avec Laurent Vidal.

Ph. A. – Quand je suis revenu en 2000, tu ne travaillais pas aussi avec Olivier de Sardan ?

A. S. F. – Oui, j’ai travaillé avec eux dans le cadre d’un programme sur la santé en ville. Là aussi, c’était une réponse à un appel d’offres. Il y a eu un ouvrage, La médecine inhospitalière. Et puis, immédiatement après, j’ai enchaîné avec un partenariat avec Laurent Vidal, et on a repris le même modèle que celui par lequel je suis entré à l’IRD : on a recruté deux jeunes thésards, l’une, de l’université de Saint-Louis (Fatoumata Hane), et l’autre, de Dakar (Tidiane Ndoye), qui ont tous les deux soutenu leur thèse d’anthropologie et sont successivement entrés à l’université de Ziguinchor et à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Ph. A. – En ce qui concerne notre collaboration, on a répondu ensemble à l’appel d’offres Codesria (Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique)-IRD, mais le statut d’Abdou Salam n’était plus le même. Abdou Salam était bien plus connu que moi au niveau national, et engagé dans de multiples activités. En 2000, on a essayé de renouveler notre approche, on a changé un peu de sujet, et essayé de voir les transformations sociales, douze ans après notre première étude. Nous avions toujours une articulation quantitatif/qualitatif. Le rôle d’Abdou Salam avait changé ; il portait le projet avec moi. Sa bonne connaissance du milieu des étudiants en sociologie a aidé à renouveler l’équipe. Donc là, il y a eu en DEA, Tidiane Ndoye, Tidiane Touré et Mame Khady Ba, et en thèse, Fatou Binetou Dial et Alioune Diagne. Une autre chercheure de l’IRD participait au projet et était particulièrement impliquée, Agnès Adjamagbo, socio-démographe. D’autres thésards nous ont rejoints un peu plus tard, comme Donatien Beguy et Laure Moguerou.

A. S. F. – Il y avait, en plus, un certain nombre de chercheurs qui gravitaient autour du réseau.

K. D. – Vous aviez conservé le premier réseau ?

A. S. F. – Il ne restait que Philippe et moi. Disons, qu’on est reparti sur l’image du premier réseau pour le renouveler et le rajeunir.

Ph. A. – Et ça a joué parce que les gens savaient déjà, en particulier au Codesria, que nous avions mis en place une équipe qui avait marché, donc ils investissaient dans cette nouvelle équipe. Mais surtout, la grande différence, c’est que cette fois, l’équipe avait des locaux propres, prêtés par l’université à l’IRD, qui les a réhabilités et rendus opérationnels. Ces locaux se situaient au camp Jérémy, face à l’université. L’existence de ces locaux, tout près de l’université, a joué un grand rôle dans la dynamique et dans l’insertion de l’équipe dans le tissu universitaire.

K. D. – Est-ce vous qui donniez des allocations aux étudiants ?

A. S. F. – Non, c’était des allocations de l’IRD pour conduire leur thèse, voire leur DEA (cela était encore possible). Sur le programme, sur notre propre budget de recherche, nous avons également financé les deux Tidiane pour leur DEA. La dynamique, ainsi créée, a permis à l’équipe d’accueillir aussi d’autres jeunes doctorants pour des séjours plus courts. L’intérêt de cette dynamique est qu’il y avait plusieurs thèses qui étaient en préparation et qui ont été soutenues dans des universités étrangères, en France ou ailleurs. D’autres ont soutenu un peu plus tard, comme Aminata Ndiaye, à l’université Laval à Québec.

K. D. – Quels ont été les points positifs de cette équipe, située à Jeremy ?

Ph. A. – Des locaux indépendants près de l’université. Le fait d’avoir des locaux donnait une dynamique d’équipe. L’autre point, c’est la qualité des travaux de recherche et le fait qu’ils aient soutenu leur thèse avec les meilleures mentions. Il faut ajouter la participation des thésards aux colloques internationaux avec l’opportunité de constituer leurs propres réseaux. Et tous, plus ou moins rapidement, ont trouvé du travail par la suite.

A. S. F. – Nous avons été une sorte de bassin de préparation de thésards. De telle sorte que, lorsque l’université a voulu s’engager dans la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat), et se constituer en école doctorale, le recteur a proposé au conseil scientifique de me coopter pour diriger une des formations doctorales. Et ça, c’était pour inverser le fait que la quasi-totalité des thèses en sciences sociales étaient soutenues à l’étranger.

Ph. A. – Le fait que j’organise, aussi, des journées de jeunes chercheurs à l’université de Dakar, nous a donné une certaine reconnaissance auprès du recteur. Ce qui fait que, quand j’ai dû partir en 2007, Abdou Salam a géré la transition des locaux qui étaient prêtés à l’IRD, il fallait donc que les locaux restent à l’équipe. Et d’un point de vue institutionnel, Abdou Salam et moi avons veillé à un transfert des locaux au nom de l’équipe. C’était important de pouvoir matérialiser une équipe en un lieu.

K. D. – Que sont devenues les données d’enquête ?

Ph. A. – On a les bases de données, mais les questionnaires papier ont été victimes des inondations.

A. S. F. – On aurait dû offrir à plus de gens la possibilité de travailler à partir de notre base de données. C’est une limite, me semble-t-il.

Ph. A. – Oui, mais cela pose la question de la capacité à bien maîtriser l’analyse biographique quantitative. Il y avait un volet quantitatif de l’étude, mais à part Donatien et moi, personne d’autre dans l’équipe ne maîtrisait totalement la base de données. Je trouve qu’effectivement c’était une limite. Ceux qui réalisaient du qualitatif n’avaient pas une maîtrise des données quantitatives, et nous devions leur fournir les tableaux. Il manquait un gestionnaire de base de données à ce projet. Qualitativistes et quantitativistes collaboraient, mais tout le monde n’a pu devenir autonome dans le traitement des données. Pourtant, on avait organisé un séminaire de formation à Mbour. On avait aussi accueilli d’autres jeunes chercheurs qui ont mené leurs travaux à partir de ces données. Le gros point positif est qu’il y avait beaucoup de gens qui étaient formés à la recherche par la recherche, grâce à cette étude, et grâce aux échanges avec les autres chercheurs.

A. S. F. – Le grand atout que je retiens, est le fait que de jeunes chercheurs entrent dans la recherche par des travaux en partenariat, par les dynamiques d’équipe. On a appris à travailler en équipe en faisant la recherche. Ainsi, on a réussi à renouveler régulièrement les équipes. Même quand Philippe n’était pas là, et qu’il a été affecté ailleurs, j’ai collaboré avec Jean-Pierre Olivier de Sardan, Laurent Vidal, et plus tard, Marc-Éric Gruénais, et j’ai enchaîné, ensuite, avec des universitaires canadiens, puis des Hollandais, des Belges, des Anglais, etc. Sur le plan international, j’ai procédé à une diversification des liens et à un renouvellement du partenariat avec des universités et des institutions de développement.

K. D. – Qu’est-ce qui a permis ce renouvellement du partenariat ?

A. S. F. – Il y avait certaines habiletés qui étaient développées au moment d’apprendre à faire la recherche. L’idée de fonder, sur des affinités personnelles, des recherches d’envergure avec des chercheurs engagés, reconnus dans leur domaine. Par exemple, au Canada, j’ai collaboré avec des chercheurs d’envergure internationale, reconnus, dont un titulaire de chaire fédérale de recherche en développement des collectivités. En Hollande, j’ai fondé le programme sur l’économie sociale et les tontines, avec le célèbre professeur Abram de Swan, un sociologue de renom. En gros, comme point positif, on a eu des chercheurs de pointe, reconnus au niveau local comme international, et puis, une rotation des jeunes chercheurs, dont une quinzaine ont pu, à l’arrivée, soutenir de bonnes thèses.

Ph. A. – C’est en cela que le rôle d’Abdou Salam a été majeur, ayant une bonne connaissance du vivier des jeunes étudiants à l’université, il proposait à ses collaborateurs du Nord de bons éléments. Cela évite d’aller à l’aventure et d’essayer de nouer des collaborations dans tous les sens. Il y a une espèce de présélection opérée par Abdou Salam au départ.

K. D. – Comment s’opérait votre collaboration ?

Ph. A. – Notre collaboration n’était plus de même nature en 2000 qu’en 1990, parce que son rôle n’était plus le même. Il avait changé de statut et d’envergure scientifique. Abdou Salam était en même temps dans plusieurs projets. Et moi, par égoïsme, j’aurais souhaité qu’il se concentre davantage sur notre projet. Et en même temps, c’était ma vision. Moi, je bénéficie d’un salaire substantiel pour me consacrer à plein temps au projet de recherche. Tous les chercheurs au Sénégal n’ont pas cette possibilité de vivre seulement avec le salaire d’un projet.

A. S. F. – Alors que moi, je trouvais que le budget qu’on avait obtenu sur notre projet était suffisant pour démarrer la recherche, mais que c’était insuffisant pour m’épanouir au plan scientifique ; j’ai dû créer des ouvertures ailleurs et développer d’autres programmes. Le plus important, c’est que j’avais appris à travailler en transdisciplinarité et à ne pas rester sur une thématique. Autour de l’urbain, que ce soit en agriculture péri-urbaine, en économie sociale, en santé, collectivités locales, réseaux sociaux, j’ai dû entrer par de nombreuses portes en nouant de nouveaux partenariats.

K. D. – Que s’est-il passé quand Philippe est parti en 2007 ?

Ph. A. – Dans mon esprit, mon départ n’était pas prévu si tôt. On a mis fin un peu brutalement à mon affectation. Il fallait régler le statut des locaux du camp Jeremy et essayer de conforter l’existence d’une équipe. Un autre temps fort de notre partenariat, c’est la reconnaissance du statut de jeune équipe associée à l’équipe située au camp Jeremy. Comme je quittais le Sénégal, il fallait un mécanisme pour permettre de conforter la mise à disposition de ces locaux à l’équipe, et trouver des moyens pour assurer son fonctionnement ; Abdou Salam et moi avons saisi l’opportunité du programme de jeune équipe associée de l’IRD qui a couvert la période allant de 2008 à 2010.

A. S. F. – Normalement, le projet était de trois ans, mais c’est le financement qui a permis de prolonger l’appui jusqu’en 2011, avec les reliquats de crédit. Ce qui est intéressant, c’est que le programme jeune équipe associée intervient pour consolider les locaux que nous avions et la reconnaissance dont on avait bénéficié. Les gens nous reconnaissaient en équipe dynamique. Les locaux de Jeremy ont été affectés officiellement à l’Ifan qui les a attribués à notre équipe. Par ailleurs, nous nous sommes inscrits dans la réforme LMD, à l’université de Dakar, avec la mise en place de la formation doctorale qui devait s’appuyer sur des laboratoires existants. C’est ainsi qu’est né le Lartes, en 2008.

Ph. A. – Il y a une certaine cohérence entre l’attente de l’IRD et celle de l’université. Nous avions de la chance, si je peux m’exprimer ainsi, de connaître les dirigeants de l’université de l’époque, et d’avoir fait une réponse favorable à la mise en place d’une jeune équipe associée. Le projet correspondait aux attentes à la fois des deux institutions, l’IRD et l’université, à savoir, la création d’un laboratoire, lieu d’accueil des nouveaux doctorants.

A. S. F. – En plus, la mise en place de la jeune équipe associée a créé un déclic et a facilité l’obtention de plusieurs financements. Par exemple, le programme qu’on est en train de finir sur les dynamiques de la pauvreté et qui a été financé par l’université de Manchester sur trois ans, de 2008 à 2010.

K. D. – On peut donc dire que votre premier projet de 1988 a beaucoup servi ?

A. S. F. – Oui, c’est une identité qui nous a “poursuivis” tout au long de notre parcours.

Ph. A. – Je constate que les rôles se sont inversés. Il y a une progression dans notre partenariat, en 1988, c’est moi le leader, en 2000, nous sommes coleaders, et en 2010, c’est Abdou Salam le leader, et moi, je ne joue plus qu’un rôle ponctuel au sein de l’équipe, je viens en appui à l’analyse biographique et à la formation à cette méthodologie.

A. S. F. – Parce que moi, en 2006, je passe l’équivalent de ce qu’ils appellent le DR2 au Cames (Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur – universitaire de rang A), ce qui me pousse à m’affirmer comme senior pour diriger une formation doctorale et animer un laboratoire de recherche. Et puis, le laboratoire a commencé à sortir ses premiers doctorants dans le nouveau système.

Ph. A. – C’est ce qui a permis à Abdou Salam de dire, le jour de la soutenance du premier doctorant du Lartes, qu’on collabore depuis un quart de siècle.

A. S. F. – En fait, j’avais le même jury de thèse que Rokhaya Cissé (allocataire de recherche IRD), quand j’ai soutenu en 1991, avec Abdoulaye Bara Diop, Boubacar Ly et Philippe, à la différence d’une seule personne, Andy Mckay qui a remplacé Souleymane Bachir Diagne.

Ph. A. – C’est un indicateur, aussi, du changement de statut, par le fait que tu passais du statut de doctorant à celui de directeur de thèse.

A. S. F. – C’était ma première direction de thèse. Jusqu’ici, je n’étais que codirecteur ou membre de jury ; donc, c’était la première fois que j’étais directeur de thèse.

K. D. – Quels enseignements tirez-vous de tout cela ?

Ph. A. – Si c’était à refaire, on l’aurait refait. Mais je ne pensais pas que cela allait durer aussi longtemps, et évoluer aussi bien, avec la concrétisation d’un laboratoire de l’Ifan et l’agrandissement des locaux.

A. S. F. – Oui, le principe d’avoir un partenariat qui dure un quart de siècle, à mon avis, est révélateur de la qualité des relations que nous avions entretenues, mais surtout, la solidité du projet scientifique. Aujourd’hui, le Lartes est l’un des principaux laboratoires en sciences sociales de l’université de Dakar, et il tire 90 % de son budget de fonctionnement de réponses à des appels d’offres extérieurs. En même temps, on s’est appuyés sur des institutions pour se développer, mais on est toujours allés chercher des ressources ailleurs, pour nous renforcer.

Ph. A. – Je pense aussi que ce partenariat se concrétise par le fait, que plus d’une fois, j’ai été sollicité par des gens de l’IRD qui veulent nouer des partenariats avec l’équipe qu’anime Abdou Salam. C’est le cas avec les nutritionnistes, et d’autres. Ce qui concrétise aussi la reconnaissance de ce partenariat, c’est qu’Abdou Salam soit nommé pour faire partie de la commission scientifique des sciences sociales à l’IRD.

A. S. F. – Et Philippe, au comité scientifique de l’école doctorale Ethos (Études sur l’Homme et la société), au titre du laboratoire ! L’enseignement majeur que je voulais tirer, ce sont trois points. Le premier, un chercheur isolé n’est pas aussi productif qu’une équipe organisée en partenariat. C’est cela qui nous permet de nous projeter sur des réseaux nationaux et internationaux. Le deuxième élément est que la recherche et l’enseignement vont ensemble. Et le fait qu’on ait pris le parti d’accompagner des thésards ou des étudiants préparant leur mémoire de DEA ou leur Master, ce lien entre la recherche et la formation est, peut-être, une clé de voûte du partenariat. Le dernier élément que je voulais citer est qu’un chercheur ne doit pas être dépendant, mais plutôt entreprenant. Je pense que l’entreprenariat est indispensable, parce que les institutions auxquelles on participe sont des institutions en construction, et donc les capacités de leadership, d’innovation et d’entreprenariat sont des qualités gagnantes.

Et enfin, le fait qu’on existe en tant que laboratoire reconnu permet désormais de jouer des rôles de conseil à l’endroit des gouvernements nationaux et locaux, mais aussi à l’endroit des institutions internationales de développement. On commence par une équipe de recherche, puis un réseau de chercheurs, et ensuite, une sorte de think tank. Nous sommes membres de sociétés savantes et de réseaux internationaux. Nous réunissons les moyens institutionnels de réaliser la recherche partenariale, c’est-à-dire, bâtir les objets de recherche avec les utilisateurs éventuels des résultats de la recherche, et les amener à suivre le cheminement de la recherche pour faciliter leur adhésion aux résultats.

Ph. A. – Je peux ajouter que par rapport aux expériences de partenariat que je connais entre l’IRD et des chercheurs du Sud, c’est que souvent, le chercheur du Sud s’enferme dans ce partenariat IRD, et en même temps, cela devient son partenariat exclusif et il attend tout de cette collaboration. Parfois même, il est enfermé dans un partenariat exclusif avec une seule équipe IRD, voire un seul chercheur, alors que les moyens de l’IRD sont relativement limités. Et donc, ce qui est important dans l’activité d’Abdou Salam, c’est cet aspect entreprenant de la recherche, comme il le dit lui-même. Un seul partenariat n’est pas possible pour un chercheur du Sud pour faire de la recherche, il lui faut diversifier les partenariats. Et comme on ne peut pas attendre des gouvernements, aussi bien du Nord que du Sud, tous les moyens de fonctionnement, il faut trouver comment diversifier ses ressources.

Le partenariat qu’on a eu ensemble a permis de donner un élan. Et le bilan s’avère très positif. Cela a été une réussite, et les attentes, par rapport à ce partenariat, ont été largement dépassées ; cela se traduit aussi dans des réalités matérielles, avec l’ampleur des constructions et des rénovations qui ont été réalisées à Jeremy par le Lartes. Je connais peu d’équipes qui investissent avec leur propre budget de fonctionnement. »

En guise de conclusion

2Notre partenariat a toujours su lier affinités personnelles et insertion institutionnelle. À différentes reprises, nous avons su inscrire notre collaboration dans les structures de nos institutions réciproques. À l’IRD, nous avons pu bénéficier des allocations pour les doctorants (7 allocations de thèse pour nos équipes). Le financement, comme jeune équipe associée, a permis de conforter le démarrage du Lartes. L’appui de l’université de Dakar a été également très important, grâce à la mise à disposition des locaux permettant d’ancrer l’équipe dans l’espace universitaire, et la reconnaissance de la formation doctorale au sein de l’école doctorale Ethos à l’université de Dakar.

Note

1 Le centre IRD (ex-Orstom) de Bel Air, tout comme le camp Jeremy, annexe de l’université de Dakar, sont situés sur d’anciens terrains militaires de l’époque coloniale.

2 Le professeur Abdoulaye Bara Diop a été directeur de l’Ifan de 1986 à 1995.

© IRD Éditions, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Freemium

open access

Offerto da L’éditeur de ce site