Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Expériences du partenariat au Sud

 | 
Laurent Vidal

Introduction. Cadres et quotidiens du partenariat

Laurent Vidal

Texte intégral

  • 1 Au-delà des ouvrages évoquant le partenariat et mentionnés dans la bibliographie, je rappellerai i (...)

1Il en est du partenariat comme de ces références qui tantôt rassurent, tantôt inquiètent, ou de ces « mots d’ordre » ou « slogans » fonctionnant comme un idéal, tant on l’espère atteignable. En d’autres termes tout un pan de la recherche scientifique ne peut s’énoncer, s’exposer sans évoquer le « partenariat », ni ne peut se dérouler sans bâtir, construire « un partenariat ». Forte présence du partenariat, dans les mots, dans les pratiques, qui tend à saturer la réflexion qui lui est consacrée. Non que toute pensée sur ses formes, ses effets ou ses enjeux n’existe1, mais dans des proportions bien moins importantes que l’affichage dont ce partenariat est l’objet. Aussi la recherche qui ne se conçoit pas sans collaborations, sans interactions patiemment construites, sans façons de faire partagées, voire institutionnalisées, bref sans « partenariat » court, me semble-t-il, le risque que ce qui en constitue son point central en devienne son point aveugle.

2Le regard du chercheur ne doit donc pas uniquement se déployer depuis un partenariat pour penser un projet de recherche, mais bien se tourner vers ce partenariat : le décrypter, le poser comme objet de réflexion et non comme acquis impensable. Tel est le projet de cet ouvrage volontairement cantonné à un double espace : celui des sciences sociales et celui des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Le premier relève d’une forme de « test », celui de la capacité des chercheurs en sciences sociales à appliquer leur démarche réflexive – souvent vantée – à la question précise de leurs pratiques en matière de partenariat. Retour sur une pratique qui résonne singulièrement pour les chercheurs dont l’objet de réflexion est, souvent, la construction de l’altérité, approchée ici non dans la relation à l’« enquêté » mais dans celle au « partenaire ». Nous sommes donc en présence d’un sujet potentiellement instructif pour tout chercheur en sciences sociales, bien au-delà de ce qu’il peut nous apprendre sur la construction, donc, du partenariat. Le second espace en jeu est celui d’un organisme de recherche dédié à l’étude des sociétés du Sud avec l’exigence, pour ce faire, de mener des recherches avec des collègues et des institutions de ces pays. Et pour l’IRD, on perçoit sans peine que ce partenariat relève à la fois d’une éthique de la recherche (comment peut-on faire de la recherche dans/pour/sur le Sud sans la fonder sur des partenariats et sans partenaire ?) et d’une nécessité institutionnelle (sans ce partenariat que resterait-il d’une spécificité forte de l’IRD qui est de mener des recherches ancrées dans le temps et dans l’espace des sociétés du Sud ?).

3Dans ce cadre général, la sollicitation de chercheurs pour contribuer à cette réflexion a d’emblée posé l’existence d’une pluralité d’expériences du partenariat. Cette diversité des situations et des pratiques qui « font » le partenariat est liée à des éléments « de contexte » généraux (le contexte scientifico-politique du pays dans lequel les recherches sont menées, les disciplines en jeu, le cadre institutionnel de l’IRD avec la mise en place des Unités mixtes de recherche et, donc, la cohabitation de « cultures » de recherche potentiellement différentes, notamment sur cette question du partenariat), mais aussi plus individuels (l’expérience du chercheur dans son métier et dans le pays en question, la nature de la relation pré-existante avec les personnes considérées comme « partenaires », les propres conceptions de cette relation élaborées par le chercheur). Partant de ce simple constat s’imposait une réflexion sur la nature, la construction et le devenir du partenariat, explicitement ancrée dans des expériences, des témoignages précis. Cela passe par une interrogation des évolutions ressenties de la notion de partenariat : les transformations sociales et politiques des pays du Sud de ces dernières décennies ne peuvent en effet que redéfinir ce que l’on entend par « partenaire ». Simultanément doivent être décrites les pratiques individuelles de mise en place du partenariat par les chercheurs : comment décide-t-on de nouer un partenariat avec tel ou tel ? Quelles sont les attentes réciproques qui s’expriment ? Dans quelle mesure ces attentes ne sont-elles pas évolutives au fil de la « vie » de ce partenariat, difficilement anticipables dans leurs différentes caractéristiques ? Qu’est-ce qui conduit le chercheur à poser tel collègue comme « partenaire » ou telle démarche comme « en partenariat » ?

4Autant d’interrogations qui incitent à penser le quotidien du partenariat, en dépassant – sans bien entendu les ignorer – les considérations générales sur la nécessité, la « valeur » du principe partenarial.

5Suivant ce canevas, trois ensembles de contributions ont émergé. Le premier, rassemblé dans la partie intitulée « Histoires de partenariat », tout en prenant la forme de récits de la construction de la relation avec d’autres chercheurs et institutions, en relate la genèse, l’histoire, parfois longue. Cette partie comprend les deux chapitres formellement les plus atypiques de ce volume. Tout d’abord, j’ai souhaité l’introduire par un dialogue entre un chercheur français (Ph. Antoine) et un chercheur sénégalais (A. S. Fall) qui confrontent leurs souvenirs et leurs lectures de leur rencontre et de leur cheminement intellectuel depuis plus de vingt ans : leur choix d’évoquer leur partenariat sous forme d’un dialogue est bien évidemment emblématique de ce qu’est cette relation partenariale. Au-delà, on saisit – ce qui sera largement repris et illustré dans les chapitres suivants – que des logiques intellectuelles, institutionnelles, mais aussi individuelles (des carrières sont à bâtir !) se mêlent pour « faire le partenariat ». Les textes suivants, au format plus académique, nous amèneront à Madagascar (P. Méral), en Indonésie (P. Levang), au Sénéral (F. Laloë) et au Kenya (F. Galangau Querat), où les chercheurs composent avec des demandes de structuration du partenariat révélatrices de cultures de la recherche inévitablement composites. Cette partie se clôt par le second texte au format particulier, par sa longueur : P. Gubry propose en effet un retour approfondi sur sa double et longue expérience de recherche en partenariat, tant au Cameroun qu’au Vietnam, nous livrant ce faisant une histoire de la recherche dans ces pays, enrichie du regard de collègues camerounais et vietnamiens qui, en miroir, livrent leurs analyses sur les évolutions des relations intellectuelles et institutionnelles avec l’IRD.

6La deuxième partie, « Rencontres partenariales », tout en conservant l’exigence de « raconter » des expériences singulières, met plus spécifiquement l’accent sur la relation qui se noue entre chercheurs de disciplines différentes, ou entre chercheurs et acteurs/décideurs (par exemple, dans le champ de la santé). La diversité des disciplines des sciences sociales et des contextes nationaux de la première partie se retrouve ici discutée en liaison avec des réflexions sur les enjeux de la rencontre de disciplines (J. Riaux, entre anthropologie, hydrologie et économie ; P. Hancart-Petitet, entre anthropologie et santé publique), et de rapports à l’action différents (dans le domaine de la santé, au Cambodge – F. Bourdier et D. Ménard – et au Sénégal – B. Taverne, É. Delaporte et I. Ndoye). Rencontres non dénuées d’ambiguïté et de malentendus, comme en témoigne F. Ouattara, chercheure d’une institution française (l’IRD, donc) et travaillant dans son pays d’origine (le Burkina Faso) avec des « partenaires » qui la renvoient tantôt à sa différence, tantôt à sa proximité.

7La troisième et dernière partie, « Formes et devenirs du partenariat », tout en relatant des expériences de partenariat (par exemple P. Livenais, P. Alvarez et H.F. Reyes au Chili), propose des analyses de portée générale sur sa signification, ses points d’achoppement (F. Eboko) et ses nécessaires évolutions (B.F. Bationo, M.-É. Gruénais, F. Le Marcis et A. Soubeiga). S’affirme dans ces textes le souci de prendre en compte le contexte épistémique (J.-C. Castella) et institutionnel de la recherche en France en général, et à l’IRD en particulier (D. Couret et S. Hardy), le tout pouvant s’accompagner d’un fort utile exercice de typologie de la relation partenariale (C.-É. de Suremain).

8Sans prétendre, ici, dresser un bilan de ces réflexions sur le partenariat, deux ensembles d’enseignements me paraissent émerger.

9Le premier est celui du caractère extrêmement composite du partenariat. Non pas uniquement parce qu’il met en scène des chercheurs d’origine et de cultures intellectuelles différentes, ou même de disciplines variées ou encore ayant des intérêts mutliples. Le partenariat est certes le résultat de ces différences, cela a été dit. Je voudrais plus précisément souligner ici que le partenariat s’incarne – et donc prend forme – dans une multiplicité d’» occasions ». J’entends par là que le partenariat doit s’incarner aussi bien dans des gestes et des comportements (de respect, d’écoute…), que dans des personnes (peut-on imaginer un partenariat qui ne soit qu’entre institutions, ou que ce faisant, il puisse faire abstraction des personnes qui le portent ?), des techniques de gestion de la recherche (la gestion financière au Nord ne biaise-t-elle pas la relation partenariale ?) ou encore des murs (au Sénégal, le partenariat des équipes travaillant sur le sida a pris une autre forme dès lors que fut construit le CRCF). Liste non exhaustive, et dont les textes de cet ouvrage témoignent, qui rappelle la difficulté de l’entreprise partenariale tant les « conditions à remplir » ou les écueils à éviter sont nombreux. Pour autant, il ne s’agit pas d’effrayer l’apprenti chercheur en quête du partenariat idéal qui se verrait confronté à une somme rédhibitoire de conditions à respecter. Me semblent plus importantes à cerner les intentions que recèlent ces témoignages de construction de partenariat. J’en verrais deux. La première est d’éviter, par angélisme, de penser une relation égalitaire en tout domaine. Nous le savons, les revenus, les carrières, les accès aux publications sont parfois fort différents entre chercheurs du Nord et du Sud. Vouloir y mettre un terme, simultanément et immédiatement, est une illusion avec ce que cela peut générer de comportement paternaliste. Par contre, et c’est le second point qui me paraît important, il est essentiel de construire la relation partenariale sur une discussion, en amont de l’élaboration de la recherche, des attentes et exigences de chacun : il y a une obligation de concertation.

10En somme, les textes rassemblés dans cet ouvrage permettent de penser à la fois les caractéristiques, sous forme de typologie, du partenariat, mais aussi les tensions, voire les ambiguïtés que celui-ci révèle et doit assumer. Ainsi – premier point – il est banal de dire que, pour tous, le partenariat est une relation, que le terme même suggère aussi égalitaire que possible (il est de ce point de vue moins équivoque que celui de « coopération ») ; mais aussitôt on saisit combien cette revendication « égalitaire » se heurte à l’asymétrie des situations (institutionnelles, financières…) des partenaires en présence. L’enjeu est alors de ne pas nier ces différences, mais d’essayer de les intégrer dans la relation (appui financier, accès aux revues internationales…), pour que celle-ci perdure. Deuxième point important à relever, le partenariat est tout à la fois un projet, voire un idéal, et une pratique, nettement incarnée dans le quotidien du chercheur, cela a été évoqué ci-dessus, lorsqu’il a été question de gestes ou de dispositifs (y compris des locaux) qui « fixent » le partenariat. Dit autrement, et c’est en cela aussi que penser le partenariat c’est aussi penser la recherche, il s’agit pour le chercheur d’agir, d’être dans l’élaboration (de cette relation partenariale) avec ce que cela suppose d’aléas, d’ajustements, de difficile anticipation des événements et de maintien d’un projet, d’un cadre d’action. Nous avons là, appliqués à cette question précise du partenariat, les termes du débat connu en anthropologie entre normes pratiques et normes théoriques que, précisément, la réflexion sur le partenariat peut permettre d’enrichir. Enfin, troisième point, le partenariat est simultanément scientifique et institutionnel, mettant en jeu une relation interindividuelle et entre structures. Équilibre classique entre la préservation de la relation entre « pairs » et la construction de la relation entre institutions, mais que l’on peut, là aussi, lire en termes peut-être plus sociologiques comme la tension entre ce qui est sien et ce qui est commun : tension potentielle, en effet, dans la mesure où le chercheur ne peut accepter d’altérer la nature de sa relation à l’autre chercheur/partenaire sous prétexte de construction d’un partenariat entre institutions : l’idéal, encore une fois, se confronte à la réalité.

11Le second enseignement – énoncé ci-dessus dans le déroulé des caractéristiques du partenariat qui suggèrent autant de sujets de recherche – sur lequel je souhaiterais insister de façon très préliminaire – consiste donc à dire que la démarche partenariale est aussi un laboratoire de la recherche en général. J’ai déjà indiqué que cette construction d’une relation n’est pas sans rappeler celle que le chercheur, sur le terrain, doit nouer avec ses interlocuteurs. Mais il est d’autres situations instructives pour nos propres pratiques : la discussion sur les signatures d’un article (qui recèle des enjeux particuliers dans le cadre du partenariat), l’implication dans l’action ou la prise de décision (du partenaire qui peut avoir une position d’acteur : ce à quoi le chercheur du Nord ne peut être indifférent), le rôle de formateur lorsque le chercheur du Nord est amené à encadrer des étudiants du Sud, découvrant ce faisant d’autres conceptions de sa discipline et de façons de la transmettre. Et de ce point de vue, pouvoir penser ses recherches au prisme de la relation partenariale constitue un levier précieux pour que ces principes – rarement contestés – s’incarnent dans le quotidien du chercheur. Simultanément, il devient impératif de considérer le travail de recherche en partenariat comme un objet de recherche à part entière. Cela participe certes d’une démarche réflexive, mais reconnaissons qu’elle n’est pas effectuée de façon aussi systématique par toutes les disciplines, y compris dans les sciences sociales. Si l’anthropologie – non sans quelques excès introspectifs parfois – en fait un « passage obligé », c’est peut-être moins le cas d’autres sciences sociales comme l’économie ou la démographie. Cela étant précisé, construire comme objet de recherche le partenariat déborde cette exigence de réflexivité car cela interroge successivement nos méthodes, et en particulier l’interdisciplinarité, nos rapports à la demande (précisément celle pouvant émaner des « partenaires ») et donc autant de points de discussion qui s’inscrivent dans un projet épistémologique large passant par – mais ne se limitant pas à – un exercice de réflexivité (les textes de la troisième partie s’inscrivent dans cette logique et contribuent, ce faisant, pleinement à la réflexion sur le partenariat).

12Dès lors que le partenariat est exploré dans ce qu’il est au quotidien, compris comme un construit, pensé comme générant en lui-même des questions de recherche, alors il sera entendu – et c’est salutaire – comme n’étant jamais définitivement acquis ni figé dans un projet défini a priori. C’est finalement de cette conception-là du partenariat que témoignent les dix-sept contributions de cet ouvrage.

Notes

1 Au-delà des ouvrages évoquant le partenariat et mentionnés dans la bibliographie, je rappellerai ici une réflexion menée en 1999 par la Commission des sciences sociales de l’IRD sur cette question et, toujours à l’IRD, plus récemment, en 2012, d’une part l’élaboration d’une « Charte du partenariat de la recherche pour le développement », ajoutée aux conventions et signée par ses parties et, d’autre part, la réflexion du Comité consultatif de déontologie et d’éthique (CCDE) qui contient notamment un utile historique de l’approche des questions partenariales, sous leur aspect éthique, à l’IRD.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540