Version classiqueVersion mobile

Partir et cultiver

 | 
Anaïs Vassas Toral

Annexe 7. Activités professionnelles sur les lieux de migration

Texte intégral

Tableau 1. Activités professionnelles exercées par les hommes au cours de leur trajectoire migratoire (en % du nombre d’hommes migrants par communauté)

Tableau 1. Activités professionnelles exercées par les hommes au cours de leur trajectoire migratoire (en % du nombre d’hommes migrants par communauté)

Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

Tableau 2. Activités professionnelles exercées par les femmes au cours de leur trajectoire migratoire (en % du nombre de femmes migrantes par communauté)

Tableau 2. Activités professionnelles exercées par les femmes au cours de leur trajectoire migratoire (en % du nombre de femmes migrantes par communauté)

NB : A Candelaria, nous avons rencontre une seule femme migrante, mais qui n’a pas exerce d’activité professionnelle.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

1Concernant les activités exercées par les hommes dans deux communautés, San Juan et Candelaria, le travail dans les mines est le plus souvent cité, suivi par l’agriculture. À Chilalo, on rencontre une prédominance pour le travail dans le bâtiment puis dans les mines. À Palaya, à l’inverse, le travail dans l’agriculture arrive en première position, tandis que le secteur minier est très peu cité. Viennent ensuite l’emploi dans l’administration, les services de commerce et de restauration qui tiennent une place relativement importante. Le profil d’Otuyo est plus spécifique puisque le secteur tertiaire est dominant, en particulier les transports, le commerce et la restauration.

2Les secteurs d’insertion professionnelle des femmes sur les lieux de migration sont plus réduits puisque seulement 5 champs d’activité sont représentés contre 8 chez les hommes. Ce chiffre cache des disparités puisqu’à San Juan, 80 % des femmes ont pratiqué le service domestique pour seulement 5 champs d’activités recensés. À Chilalo, 5 champs d’activités sont cités avec une prédominance du commerce indépendant dans une proportion quasi équivalente au service domestique. À Otuyo, parmi les 4 champs d’activités cités, le commerce indépendant est également plus cité que le service domestique, tandis que le secteur secondaire (textile et artisanat) est absent. Enfin, à Palaya, 4 champs d’activités sont cités par les femmes migrantes, avec très majoritairement le commerce ou la restauration. Il est paradoxal de constater dans cette communauté, en revanche, qu’aucune femme n’ait déclaré avoir fait des études sur le lieu de migration. Car c’est précisément à Palaya où les hommes partent le plus pour étudier.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search