Version classiqueVersion mobile

Partir et cultiver

 | 
Anaïs Vassas Toral

Conclusion générale. Le devenir incertain d’un territoire

Texte intégral

Une région en profonde mutation

1La mondialisation est un vecteur de changements profonds dans la plupart des régions du monde. L’Altiplano sud de Bolivie, région jusque-là restée en marge des axes stratégiques de développement dans le pays, voit aujourd’hui son agriculture engagée dans un processus d’insertion dans le marché mondial et devient, du même coup, un espace-enjeu dans les stratégies de développement territorial tant au niveau régional que national. Au delà de ces enjeux politiques, l’essor de la quinoa engendre des impacts locaux, en particulier des mutations territoriales et des transformations rurales en lien avec les systèmes d’activité et les pratiques de mobilité des populations. L’essor de la quinoa pour l’exportation, déclenché depuis plus d’une vingtaine d’années, interroge en effet de multiples dimensions du changement social et spatial. L’Altiplano sud est aujourd’hui à un tournant de sa « trajectoire territoriale », terme qui renvoie à des mutations multidimensionnelles resituées dans une dynamique socio-spatiale de long terme. Car, si l’essor de la quinoa questionne en premier lieu le passage rapide d’une agriculture familiale d’autosubsistance à une agriculture familiale d’exportation, et donc les modèles de développement agricole au Sud, il est source de mutations plus profondes, plus complexes aussi, qui touchent tout autant aux dimensions environnementales, économiques, sociales ou encore identitaires. En somme, parler de trajectoire territoriale permet de s’interroger sur la transformation de l’essor de la quinoa en un processus plus durable de développement. Cela suppose alors de repositionner ce dernier dans un faisceau d’interactions entre des événements, des inflexions, des ruptures de nature diverse et qui, cumulés au fil du temps, ont participé à la métamorphose de ces territoires ruraux. Une chronologie à plusieurs entrées (fig. 48) met en parallèle les changements survenus à différents niveaux : contexte national, migrations, acteurs, commercialisation de la production agricole, élevage, techniques et pratiques agricoles, usage et gestion du territoire, impacts environnementaux et sociaux.

Figure 48. Chronologie des changements autour de la production de quinoa dans l’Altiplano sud bolivien.
Source : VASSAS et VIEIRA PAK, 2010 : 8, modifie par A. Vassas Toral

Une réorganisation des systèmes d’activités et de mobilité

2L’essor de la quinoa a engendré un profond changement territorial qui se joue à long terme, touchant à la fois à la fonction économique et productive de ces espaces, aux organisations sociales inter et intrafamiliales, aux rapports d’identification et d’appartenance des populations au territoire local, aux systèmes d’activités et de mobilité.

3Comme dans la plupart des campagnes andines, les familles de l’Altiplano sud ont recours, depuis longtemps, à une stratégie de dispersion des risques (agroclimatiques, économiques) via la pratique combinée de plusieurs activités. Si, autrefois, agriculture et élevage étaient les deux activités dominantes et complémentaires, l’élevage a peu à peu été abandonné au profit de la culture de quinoa, mais aussi d’autres activités développées à l’extérieur des communautés rurales. La pluriactivité multi-localisée est plus que jamais, aujourd’hui, le fondement des économies des familles rurales et de leur rapport à l’espace.

4La pluri-activité garantit une certaine sécurité des revenus et signifie donc moins d’expectatives portées sur chaque activité. Pourtant, cette sécurité peut s’amenuiser dès lors que de nouveaux facteurs de risques interviennent, comme dans le cas de la production de quinoa sur des terres soumises à de fortes pressions environnementales. La pluri-activité permet, par ailleurs, des transferts monétaires au sein du système d’activité. À ce titre, les revenus de la migration ont financé, dans certains cas et à un certain moment, les coûts ou les investissements liés à la production de quinoa. Inversement, les revenus agricoles sont transférés aujourd’hui vers d’autres secteurs d’activités (tourisme, commerce…).

5La réorganisation des systèmes d’activités est inséparable de celle qui concerne les pratiques de mobilité. Jusqu’aux années 1970, la quinoa était une production vouée à l’autoconsommation et au troc. Les agriculteurs étaient contraints de chercher ailleurs des sources de revenu et des compléments pour leur approvisionnement alimentaire. La mobilité était donc au cœur des stratégies de reproduction économique et sociale des familles. Celle-ci était temporaire ou saisonnière, parfois circulaire (double résidence) dans le cas du travail dans les mines ou des emplois agricoles au Chili. Une partie de ces mouvements se sont convertis ensuite en migrations « définitives » dans le cas des déplacements vers les villes du pays.

6L’essor de la quinoa d’exportation entraîne aujourd’hui un réel changement dans les trajectoires migratoires de cette région. En premier lieu, il a induit un mouvement de contre-migration avec le retour à l’agriculture d’anciens migrants, ceux partis à La Paz, Oruro, Cochabamba, Santa Cruz ou encore dans le Haut Beni, ceux qui avaient été licenciés des mines dans les années 1980, ou ceux encore qui avaient tenté leur chance au Chili ou en Argentine. Les nouveaux modes de production, et la mécanisation en particulier, ont engendré, en deuxième lieu, une complexification des formes migratoires et des pratiques de mobilité. En effet, ces mouvements de retour à l’agriculture n’ont pas signifié des installations résidentielles systématiques dans les communautés rurales. Ils se sont accompagnés plutôt d’une intensification de la mise en mobilité des populations, à l’échelle régionale surtout, qui s’est traduite par le déploiement de logiques de double résidence, de circulation, de mouvements d’allées et venues.

7Les systèmes de mobilité des agriculteurs et de leur famille ayant leur résidence permanente dans la communauté indiquent, en revanche, des tendances assez contradictoires. Les revenus de la quinoa et la pluri-activité locale associée ont permis, d’un côté, la réduction des circulations liées au travail temporaire ou saisonnier en dehors des communautés. Et dans certains cas, la quinoa a permis à des jeunes de construire leur avenir dans la communauté. Mais d’un autre côté, les aspirations en matière d’éducation et de formation des enfants ont réactivé les stratégies de mobilité vers la ville. Car l’élévation du niveau de vie, grâce aux revenus de la quinoa, a incité de nombreuses familles à préférer une scolarisation de leurs enfants en ville et à déployer des stratégies résidentielles urbaines qui se sont traduites, là aussi, par le développement de la multi-résidence. Les motivations guidant les mobilités ont donc changé puisque ce n’est pas, en tant que telle, la recherche d’une source de revenu qui prime pour ces familles, mais une quête d’ascension et d’une mobilité sociale pour leurs enfants. Ceci étant, la scolarisation et les études supérieures ayant des coûts élevés, ces familles, en plus de la culture de la quinoa, ont recours à d’autres activités en ville (commerce, en particulier).

Complexification des territorialités

8L’essor de la quinoa a modifié et complexifié les territorialités individuelles et familiales. Si les retours ont entraîné des ré-ancrages dans les communautés d’origine, ce sont surtout les logiques de multi-ancrages qui deviennent les plus prégnantes. La dispersion des membres de la famille maintenant des liens de solidarité et de complémentarité, et la mobilisation d’un réseau de lieux qui tisse un espace élargi, fondent l’organisation sociale à la fois intrafamiliale et interfamiliale. Ces dispositifs socio-spatiaux permettent également, dans un contexte où les systèmes de production agricole n’impliquent pas une activité à temps plein, de développer des stratégies de mise en culture « à distance » de la quinoa.

9La plasticité des formes de territorialisation des populations de l’Altiplano sud tient donc à leur inscription dans des espaces de vie multiples. Les trajectoires de vie des individus et des familles, au sein desquels les événements de mobilité relèvent plus de déplacements que de migrations au sens classique du terme, ont montré la capacité des populations à élargir ou réduire sans cesse leur espace résidentiel, en intégrant à leur espace de vie des lieux nouveaux ou déjà familiers (Domenach et Picouet, 1987 ; Courgeau, 1988 ; Sassonne, 2008). Dans ces dispositifs, les fonctions des espaces changent, les logiques d’investissement matériel ou immatériel glissent d’un lieu à l’autre, l’organisation des déplacements quotidiens, ainsi que les temps de présence dans les lieux, sont sans cesse réaménagés. L’organisation polycentrique de nombreuses familles, qui déploient leurs stratégies quotidiennes au sein d’un territoire multi-situé, rompt ainsi avec la conception d’un monde rural « unicentré », c’est-à-dire fondé sur un ancrage et un référentiel uniques. Ces formes de multi-localisation, qui ne fragmentent pas les multiples lieux de l’espace de vie, se révèlent être une ressource spatiale au sens où l’entend E. Ma Mung (1999), même si la dispersion familiale comporte également des coûts et des risques sociaux : instabilité, séparation et éclatement des familles. Celles-ci « jouent » ainsi sur plusieurs activités et plusieurs espaces, elles se ménagent plusieurs assises territoriales, naviguant entre ville et campagne. Parce qu’elle est circulation plutôt que migration, cette forme de mobilité est finalement un substitut à la fois au retour résidentiel stable dans la communauté et à l’exode définitif en ville.

10Ainsi, les pratiques de mobilité, étroitement liées aux systèmes d’activités familiaux, se sont ajustées aux effets de conjonctures et d’opportunités révélant de fortes capacités de réactivité et d’adaptation au nouveau contexte d’une quinoa mondialisée. Par la plasticité de leur organisation sociale et de leur inscription spatiale, les populations de l’Altiplano sud ont une grande capacité de réponse face aux champs des possibles. Elles peuvent et savent saisir des opportunités de travail et d’activité, en adaptant sans cesse leurs pratiques du quotidien, leur manière de résider et leur mode d’habiter.

11La multi-polarisation territoriale des populations, si elle n’est pas nouvelle en soi, et plus encore dans le contexte des sociétés andines, a été renforcée. Rappelons enfin que ces territoires multi-situés se fabriquent dans des temporalités longues, tout au long des cycles de vie. En effet, la multi-polarisation territoriale n’est rendue possible que par la permanence des liens qu’entretiennent les migrants avec leur communauté d’origine, au fil de leur parcours migratoire. Cette continuité du lien communautaire, condition même de l’appartenance et de la préservation de l’accès aux ressources locales, a permis à de nombreux originaires de revenir cultiver, ou de pouvoir constituer un patrimoine foncier.

Reformulation d’un continuum ville-campagne

12Pour les populations de l’Altiplano sud, ville et campagne ne sont pas des mondes disjoints. L’économie de la quinoa repose en effet sur une organisation territoriale où la dispersion résidentielle des agriculteurs donne lieu à des communautés rurales « translocales » (Gundermann Kröll et GonzálezCortéz, 2008). Les réseaux sociaux y structurent les circulations et tissent un continuum entre mondes urbain et rural qui sont totalement imbriqués et complémentaires, liés entre eux par une « interdépendance réticulaire » (Antheaumeet al., 1987). Tous les individus originaires de communautés de la région du salar d’Uyuni, en effet, ont une expérience de la ville soit pour le travail, soit pour d’autres activités (commerce, éducation, etc.). Par ailleurs, toute l’organisation sociale autour du travail agricole et de la mobilisation de la main-d’œuvre familiale repose sur l’interdépendance ville-campagne et, plus précisément le recours aux migrants. Autrement dit, la campagne puise ses ressources dans la ville mais, inversement aussi, puisque les citadins-agriculteurs trouvent une nouvelle source de revenus dans leur communauté d‘origine.

  • 89 Ce processus est souvent observé dans le cas des migrations internationales où les communautés de (...)

13Le succès de la quinoa doit beaucoup, en fin de compte, à ce capital extra-communautaire (ArriazaGajardo, 2007) que représentent les membres des communautés qui vivent à l’extérieur, mais qui s’identifient à leur espace d’origine, cultivent, participent à la vie locale, aux travaux collectifs, aux fêtes… Le capital extra-communautaire apparaît bien comme une ressource et une force mobilisable. Mais il peut être aussi source de profonde transformation et fragilisation des formes collectives de gestion du territoire local. Le processus pourrait être celui d’une extra-territorialisation, c’est-à-dire le passage d’une communauté translocale à une communauté extra-locale, se traduisant par le glissement du centre de décision vers l’extérieur, avec le risque d’une prise de pouvoir et de contrôle des ressources locales par les migrants89. Il semble cependant que nous soyons loin d’un tel processus, même si certains signes peuvent émerger dans quelques communautés. Les résidents permanents, circulants ou non, les doubles résidents, tout autant que l’instance communautaire qui permet l’appropriation foncière dans une certaine limite, entendent garder un droit de regard sur les modes d’usage des ressources locales. Les tensions ou conflits autour de la terre en sont le révélateur. Il est vrai aussi que la dispersion des lieux de migration, à l’échelle nationale et internationale, peut freiner une éventuelle organisation des migrants en vue d’une action extra-locale concertée.

14Un autre élément majeur, et qui s’est affirmé au cours des dernières années, tient à l’accumulation monétaire permise par la culture de la quinoa. Outre l’augmentation du niveau de vie des populations, cette épargne, lorsqu’elle est réinvestie localement, permet en effet de renforcer la pluri-activité, par exemple par l’achat d’un tracteur ou la construction d’infrastructure touristique. Ainsi, la différenciation sociale liée aux niveaux de revenus, qui pouvait être autrefois en faveur des migrants ayant pu se former et s’insérer en ville, adopte de nouvelles formes. Désormais, les producteurs résidents permanents peuvent être mieux dotés que ceux qui résident à l’extérieur. Depuis l’essor de la quinoa, il est possible de gagner plus d’argent dans l’agriculture que dans une activité en ville. Celui qui a réinvesti une part des gains de la quinoa dans l’achat d’un tracteur est plus riche que le maçon à Oruro. Cette revalorisation de l’activité agricole est un renversement majeur des ruralités de ces régions andines.

15Le modèle centre-périphérie, qui oppose classiquement ville et campagne, est donc ici inversé. Les logiques de transfert d’argent expriment cette inversion puisque, si ces transferts s’opéraient autrefois de l’extérieur vers les communautés (d’ailleurs parfois investis dans la culture de quinoa…), ce sont aujourd’hui les producteurs de quinoa qui investissent en ville dans un logement, un commerce, ou l’éducation de leurs enfants, voire même qui envoient de l’argent aux migrants. En comparaison, les investissements dans des projets productifs au sein même des communautés demeurent relativement limités, tant pour les producteurs circulants que permanents qui, tous, donnent l’impression de préparer leur « sortie » des communautés. En d’autres termes, les retombées économiques à l’échelle locale sont minimes au regard des bénéfices liés à la production de quinoa dont la plus-value est, pour la plus grande part, transférée vers la ville.

Un autre rapport a l’espace rural d’origine ?

16L’analyse des formes d’ancrage, au travers des trajectoires de mobilité et des rapports au lieu d’origine, a montré que les producteurs de quinoa attribuent des fonctions à l’espace rural qui peuvent être fort diverses. En effet, la communauté d’origine peut être la base de la reproduction économique, sociale et culturelle. Mais elle peut aussi ne fournir qu’un complément de revenus, dès lors que l’agriculture est essentiellement destinée à l’autoconsommation et que l’argent est trouvé à l’extérieur. Dans d’autres cas, notamment pour les citadins-agriculteurs, la communauté d’origine peut être réduite à sa seule fonction productive. Prévalent alors un rapport pécuniaire à l’espace et une logique « extractiviste », sans identification forte au lieu d’origine. À l’inverse, la communauté peut être le lieu d’une stratégie patrimoniale et identitaire. C’est le cas de nombreux migrants-circulants ou résidents temporaires qui trouvent un moyen de rester ayants droit, malgré leurs absences. En confiant leurs parcelles et leur cheptel, sans chercher à en retirer de bénéfices économiques conséquents, ils préservent leurs droits d’accès aux ressources locales, maintiennent leur appartenance à la communauté et anticipent un éventuel retour.

17Cette pluralité des rapports à l’espace d’origine est à mettre en parallèle avec la complexification de l’échiquier social local. En effet, l’essor de la quinoa s’accompagne d’une multiplication et d’une diversification des acteurs locaux. Tout d’abord, les profils des producteurs sont plus divers qu’autrefois du fait de la multiplicité de leurs trajectoires de vie et de leurs aspirations. Ensuite, les intermédiaires commerciaux (que ce soit des indépendants, des entreprises privées ou des coopératives), même lorsqu’ils viennent de loin pour acheter la quinoa, sont devenus des acteurs de première importance à travers les normes de production qu’ils imposent (Carimentrand et Ballet, 2008). Enfin, l’essor de la quinoa intervient au moment où se produisent des changements politiques majeurs au niveau national avec le rôle croissant de projets et programmes de développement autour de la production de quinoa. Cette multiplication des acteurs participe là aussi d’une mutation profonde du tissu social des campagnes de l’Altiplano où le paysan-éleveur aymara ou quechua n’est plus la seule figure de ces hauts plateaux.

Ils reviennent… mais resteront-ils ?

18Aujourd’hui, les communautés de l’Altiplano sud vivent des pulsations démographiques au cours de l’année, dépendantes des cycles productifs de la quinoa, mais aussi de la vie festive et collective locale. Les mobilités circulaires des producteurs se traduisent par une alternance de pleins et de vides démographiques. L’essor de la quinoa a permis en cela un repeuplement au moins saisonnier des communautés rurales. Un renouveau démographique plus pérenne, plus stable semble toutefois difficile à concevoir dans la mesure où les conditions économiques, sociales et écologiques d’une durabilité agricole ne sont pas réunies.

19En moins d’une quinzaine d’années, la flexibilité territoriale de ces populations a permis aux familles de l’Altiplano sud de saisir l’opportunité que représente aujourd’hui la quinoa. La longue tradition de mobilité spatiale et de pluri-activité de cette société est incontestablement un facteur d’adaptabilité aux changements externes. Mais cette capacité d’adaptation peut aussi se traduire par des logiques « opportunistes », individualistes, allant à contresens d’une organisation collective. Par exemple, les producteurs de quinoa vendent à l’acheteur le plus offrant au détriment parfois de la mise en place ou de l’existence d’organisations collectives de producteurs qui peuvent représenter une force face au marché. Par ailleurs, cette même flexibilité incite à penser que, lorsque l’essor de la quinoa sera passé, les populations se redéploieront vers d’autres opportunités. Inutile pour elles, dans ce cas, de s’investir localement, de se projeter dans une installation pérenne dans la communauté. À ce titre, les populations n’expriment pas de vision très claire des conditions nécessaires à cette pérennisation, notamment des conditions économiques, sociales et écologiques d’une durabilité agricole et ce, dans le contexte nouveau d’une économie locale mondialisée en rupture avec les pratiques antérieures.

20Les activités agricoles des populations de l’Altiplano sud ont toujours été conçues de façon à prendre en compte les risques climatiques. Cette gestion du risque a conduit à mettre en place un calendrier agricole et des pratiques spécifiques à cette région. De plus, ces activités agricoles ont le plus souvent été intégrées dans un ensemble d’activités beaucoup plus larges. Le développement extraordinaire de la culture de quinoa depuis quelques décennies n’a pas modifié fondamentalement cette vision. De toute évidence, pas plus aujourd’hui qu’hier, la culture de quinoa, à la fois aléatoire et incertaine, n’est considérée par les habitants de ces régions comme la seule source régulière de revenu pour les familles. Trop aléatoire à cause des accidents climatiques (sécheresse, grêle, gel), la récolte de quinoa n’est pas garantie chaque année, et trop incertaine dans le futur du fait de l’évolution du climat (Pouteau, 2008), de la volatilité du marché et de l’émergence de la concurrence commerciale de pays proches (Équateur, Pérou, Chili, Argentine) ou lointains (les États-Unis et le Canada commencent à produire de la quinoa de façon significative, et des projets naissent au Maroc, en Inde, au Vietnam et ailleurs).

21Par ailleurs, les potentialités d’accroissement de la production agricole ne sont plus aussi grandes qu’au début de la période d’expansion de la quinoa. En effet, jusqu’à présent, l’augmentation de la production a été basée avant tout sur l’accroissement des superficies cultivées, et non pas sur l’amélioration des rendements à l’hectare. Mais l’extension du territoire agricole atteignant ses limites, notamment dans les zones les plus anciennes de cette expansion, la poursuite du processus devra passer par une phase d’intensification du système de production (pratiques de culture plus soignées, fertilisation du sol, lutte contre les ravageurs). Les pratiques agricoles actuelles ont d’ores et déjà un fort impact sur le milieu très fragile de l’Altiplano sud : érosion éolienne, faible renouvellement de la fertilité de la terre, prolifération des ravageurs, etc. Ainsi, une véritable réflexion sur le développement agricole de l’Altiplano sud devra intégrer ces éléments, autant pour l’activité agricole que pour l’élevage car la reconstitution de la couverture végétale nécessaire à la reconversion des cultures en pâturages exigera de longues années (Joffre et Acho, 2008).

22Parallèlement, les nouvelles différenciations liées aux modes d’accès au foncier vont se répercuter sur les générations futures. Si la constitution du capital foncier était jusque-là basée sur la transmission par héritage et l’attribution communautaire des terres, elle est actuellement, en grande partie, issue de l’accaparement individuel des terres collectives. On peut déjà entrevoir le scénario de demain : lorsque les limites de l’avancée des cultures seront atteintes, l’ensemble des terres collectives aura été « approprié » et le patrimoine foncier communautaire ne pourra plus répondre à une régulation des inégalités d’accès à la terre. Celles-ci seront dès lors entérinées par la transmission des terres par héritage, puisque le fractionnement du domaine foncier laissera peu de terres aux enfants des familles qui n’auront pas pu s’accaparer de grandes superficies (avec, peut-être cependant, un droit acquis pour les femmes si leurs revendications aboutissent).

23Dans ce contexte, le lien entre mobilités et développement rural est complexe à appréhender. La relation relève, pour une part, d’un cercle vicieux. D’un côté, les familles sont contraintes de continuer à diversifier leurs activités, car la seule production agricole est trop aléatoire. De l’autre, les possibilités pour diversifier l’économie locale sont très réduites. La diversification des sources de revenus et la pluri-activité impliquent donc de recourir à d’autres lieux et à la mobilité spatiale. À leur tour, la migration et l’instabilité résidentielle des familles, la dispersion de leurs membres et les pratiques circulatoires, même si elles prennent un caractère stratégique du point de vue de la conduite de l’activité agricole, freinent l’impulsion d’un véritable développement local lié à l’implantation d’activités non agricoles, de commerce ou de services. Qui plus est, en l’absence d’un maillage de bourgsrelais et de petites villes dans cette région de Bolivie, les populations de l’Altiplano sud ont développé une habitude de mobilité quotidienne tant pour la commercialisation de leur production que pour leur approvisionnement, l’éducation de leurs enfants ou le travail temporaire. Si les bourgs de Salinas et de Llica connaissent une certaine croissance et un dynamisme sous l’effet de l’essor de la quinoa, leur offre d’équipements et de services reste très limitée.

24Tenter d’anticiper sur le devenir des espaces ruraux de l’Altiplano sud conduit à s’interroger, par ailleurs, sur les attentes et les projections des jeunes générations. À ce titre, un facteur limitant une éventuelle fixation des populations et un véritable développement local tient à ce que P. Hamelin (2004) appelle le « désir d’urbanité ». Au-delà des nouvelles expectatives offertes par l’essor de la quinoa, les populations ne souhaitent pas perdre leur assise urbaine. Les profils des agriculteurs se diversifient – résidents permanents, doubles résidents, citadins-agriculteurs – et de jeunes producteurs n’ont pas vécu leur enfance dans leur communauté d’origine, ce qui les rend moins enclins à s’installer dans leur communauté. C’est le cas notamment des jeunes qui sont nés ou ont été élevés dans les centres miniers, c’est le cas également des enfants éduqués en ville dont les parents sont doubles résidents. La question du référentiel territorial de ces actuels ou futurs producteurs, et de leur investissement social en milieu rural, est largement posée.

25Parallèlement, le « désir d’éducation », qu’il faut relier à une nette progression de l’alphabétisation et à l’amélioration des possibilités et conditions d’accès à l’école en milieu rural, projette l’avenir des jeunes en dehors de la communauté. Les enquêtes de terrain ont montré que la réussite sociale ne s’entrevoit pas dans l’agriculture, si ce n’est peut-être dans le négoce ou les services à l’agriculture (comme tractoriste, par exemple). Ainsi, s’éduquer n’est pas rester car, même si les emplois en milieu urbain relèvent souvent du secteur informel et sont marqués par la précarité, il est peu probable que les jeunes diplômés reviennent à la campagne pour y vivre, s’ils ne peuvent exercer une activité correspondant à leur qualification.

26Ainsi, sans doute faut-il renoncer à une conception de la ruralité fondée sur la sédentarité et la fixité territoriale comme modèle d’un futur développement de l’Altiplano sud. L’entre-deux, entre ville et campagne, est le mode de vie qui anime aujourd’hui ces campagnes, et sans doute celles de nombreuses régions au Sud.

Une mise en tension de l’instance communautaire

27Les mutations qui animent les espaces ruraux andins de l’Altiplano sud renvoient à un questionnement autour du développement territorial et des acteurs collectifs engagés dans la régulation sociale et la gestion des ressources locales. L’instance communautaire, si importante dans les formes d’organisation sociale, est le premier acteur concerné.

28Au niveau local, la communauté vit une période de mise en tension du point de vue à la fois de son rôle, de son fonctionnement et de sa place à venir. Les jeux d’appartenances multiples des populations, que l’intensification des mobilités et des retours tendent à complexifier, comme la course à la terre et les conflits qui en résultent, impliquent un réajustement des normes de gestion des ressources et du territoire. Dans ce contexte, quel espace, social et physique, restera sous l’autorité de l’instance communautaire ? Quelles obligations est-elle en mesure d’imposer dans un contexte d’individualisation croissante des prises de décisions ?

29Les normes de régulation et de gestion collective des ressources ne sont pas écrites et surtout, elles sont flexibles et évolutives, fondées sur la recherche permanente d’un consensus. La communauté – à l’image des familles qui la composent – s’adapte aux changements. Avant l’essor de la quinoa, elle gérait un territoire marqué par une faible pression démographique et une grande disponibilité des ressources. Elle pouvait donc octroyer des terres à des non-originaires, voire les intégrer en tant que membres à part entière de la communauté. Par ailleurs, l’absence des migrants, gardant cependant leurs droits, est une réalité anciennement admise au sein des communautés. Et dans ce cadre, la terre des absents était toujours respectée et préservée de toute forme d’appropriation. L’essor de la quinoa introduit désormais de nouvelles contraintes et une rupture forte dans le rapport aux ressources locales. La communauté est aujourd’hui confrontée à la nécessité de trouver des réponses sociales face à la pression sur la terre.

30La communauté reste l’entité gestionnaire du domaine foncier, la gardienne des terres, et jusqu’à présent, elle n’autorise pas la vente, ni même la location de terres à des membres non originaires de la communauté. Mais parallèlement, elle a accompagné la dynamique de changement d’usage du foncier et, même si les terres restent de statut communautaire et d’usufruit familial, l’accaparement de leur usage est une réalité admise. Concrètement, le changement majeur réside dans la part prise par les terres cultivées au sein du territoire communautaire. Les terres d’usufruit familial sont aujourd’hui plus étendues que celles d’usufruit collectif, traditionnellement dédiées aux troupeaux. L’usage familial de l’espace cultivé et la diminution de l’usage collectif des terres posent ainsi très directement la question du rôle à venir de la communauté. Peut-elle subsister, en tant qu’instance de régulation sociale, sans un territoire à gérer ? Quelles seront ses prérogatives en termes de devoirs et d’obligations ?

  • 90 Avec les contractualisations al partir, les tractoristes ont accès à de nombreuses terres, mais po (...)

31De fait, la communauté, en tant qu’institution, est de plus en plus contournée, voire contestée. Elle est contournée lorsque des ayants droit s’accaparent des terres collectives sans son aval ; quand des ayants droit prêtent des terres à leurs enfants afin qu’ils n’assument pas de charges ; elle est contournée encore quand un ayant droit confie sa charge à un parent pour éviter de revenir résider en permanence dans la communauté. Enfin, elle est contournée par les tractoristes qui, faute de pouvoir accumuler des terres dans leur propre communauté, cultivent des terres par contractualisation dans un large rayon géographique90. L’institution communautaire commence également à être contestée lorsqu’elle applique le principe de la participation égale aux travaux ou aux contributions financières pour tous les ayants droit, quels que soient leurs biens en usufruit.

32Les populations de l’Altiplano sud vivent une tension paradoxale. Car si la communauté peut être perçue comme un frein ou une contrainte au développement individuel/familial, ces mêmes populations sont conscientes que la communauté est aussi la garante d’un droit d’usage de la terre et d’une certaine cohésion socio-identitaire. Si le statut collectif des terres empêche aujourd’hui que les membres originaires ne se fassent déposséder de leur patrimoine par des individus extérieurs à la communauté, il n’est pas une barrière contre l’individualisation des pratiques agricoles. De fait, aujourd’hui, ce sont les organisations de producteurs et les organismes certificateurs, à travers leurs normes de production, qui assument de plus en plus souvent cette régulation des pratiques individuelles.

33La composante culturelle et les représentations liées à la cosmovision andine interviennent également dans cette mise en tension de la communauté et ce rapport ambivalent que les populations sont amenées à nouer avec leur territoire. Si la continuité des rituels en référence à la Pachamama ne fait aucun doute, expression forte du lien entre les hommes et la terre, les populations expriment très clairement le fait que leurs actions ne sont pas en concordance avec cette pensée, qu’il n’est pas bon de ne pas laisser de place aux animaux, qu’il n’est pas bon de ne pas laisser la terre se reposer, etc.

34En réalité, la question du devenir de la communauté rurale en Bolivie fait l’objet depuis longtemps de multiples débats. À ce titre, X. Albó identifiait dans les années 1990 trois types de tensions : « 1. L’avalanche de structures organisationnelles plus modernes ; 2. La tension entre propriété communautaire et individuelle de la terre ; 3. La différenciation socio-économique croissante au sein de la communauté » (Albó, 1994 : 105). L’essor de la quinoa, en somme, exacerbe ces tensions. Si le devenir de l’instance communautaire au sein de ces sociétés rurales renvoie très clairement aux nouvelles formes de différenciation sociale, aux rapports complexes qui mettent en tension logiques individuelles et collectives, il s’inscrit également dans le contexte plus large des transformations sociopolitiques qui se jouent depuis une dizaine d’années en Bolivie : processus de décentralisation, réorganisation du maillage territorial, force prise par les populations indigènes avec les risques que l’on connaît de fracture territoriale entre hautes et basses terres.

  • 91 Territorio Indígena Originario Campesino.

35Dans le contexte global de la mondialisation des échanges, mais aussi de la multiplication des structures administratives et des échelons de pouvoir liée au processus de décentralisation, les défis à relever sont nombreux pour les populations locales. Car si leurs spécificités culturelles sont des forces héritées d’une tradition multiséculaire, elles doivent aussi s’adapter aux nouvelles conjonctures. À ce titre, ces populations hyper-réactives, dont les formes d’arrangements sociaux permettent une permanente adaptabilité, doivent jouer et « bricoler » avec l’espace. Elles doivent désormais composer avec de multiples structures organisationnelles et territoriales qui, certes, les appellent à plus de participation à la vie politique mais qui, en même temps, leur laissent moins de créativité et de liberté dans la gestion de leur territoire local. Ces populations et leurs communautés doivent s’articuler aux autres échelons du pouvoir territorial que représentent les municipalités, les départements qui, de leur côté, sont en charge de programmes de développement, de plans de gestion et d’aménagements. Ceci étant, les réformes entreprises par l’actuel gouvernement bolivien mettent au cœur des enjeux de développement la question fondamentale de l’autonomie territoriale. La loi-cadre sur l’autonomie et la décentralisation de 2010, suite à la nouvelle Constitution de 2009, définit nouvellement les Territoires indigènes originaires paysans (TIOC91). S’il s’agit d’un nouvel échelon de la décentralisation qui ne supprime pas les anciens, cette loi laisse entrevoir plus d’autonomie à l’échelle locale.

Enjeux d’un développement maîtrise et durable

36Certes, les populations de l’Altiplano sud ont toujours saisi les opportunités économiques au coup par coup, en se réadaptant lorsque ces opportunités disparaissaient. Elles ont ainsi suivi les cycles économiques de la Bolivie ou des pays voisins, celui du travail dans les mines, celui du travail sur les exploitations agricoles de l’Oriente, du Chili ou de l’Argentine. Mais la production de quinoa pour l’exportation est la première opportunité économique qui repose sur la maîtrise de leur propre ressource territoriale. Maîtrise de la terre, des plantes, des savoirs et savoir-faire, de la main-d’œuvre et maîtrise du marché pour partie. Les paysans de l’Altiplano sud ont la main sur ce nouveau cycle productif et sa base territoriale leur appartient. C’est un retournement de l’histoire pour eux qui étaient jusqu’alors contraints de travailler pour les autres, dans des conditions misérables. Ils sont maîtres de la ressource, même s’ils sont dépendants du marché, et si cette ressource est aujourd’hui fortement convoitée.

  • 92 Est actuellement en débat la protection de la production locale par une appellation géographique. (...)

37L’enjeu à venir, dont ont pleinement conscience les producteurs, mais aussi le gouvernement bolivien, est donc de garder la maîtrise de la ressource et d’en défendre la spécificité sur le marché mondial92. Le passage d’un système agropastoral à un système agro-exportateur spécialisé implique l’intégration des agriculteurs dans une filière de production et de commercialisation de plus en plus organisée, mais de plus en plus dépendante aussi de la demande des pays importateurs et des exigences des consommateurs occidentaux qui sont parfaitement invisibles par les communautés rurales de ces hauts plateaux. Pour les producteurs de l’Altiplano sud, cela suppose des choix et des décisions individuels contractualisés à l’extérieur de la communauté, et non plus négociés en interne. On peut alors supposer que leurs marges de manœuvre tendront à se réduire. Un premier pas a déjà été franchi avec la mécanisation : le savoir-faire d’une pratique agricole ancestrale ne guide plus le labour et le semis. Si la récolte demain se mécanise, il en sera de même pour cette opération. En parallèle, le marché dicte les variétés à semer et les producteurs certifiés « agriculture biologique » doivent suivre un cahier des charges strict. L’évolution vers une filière de production de plus en plus intégrée laisse présager une perte d’autonomie des décisions agricoles de l’agriculteur pouvant aller même jusqu’à une réelle dépendance totale : imposition des types de semences à acheter, des traitements à appliquer, des temps de jachère à respecter, des volumes de production à fournir. La perpétuation et la transmission des savoirs locaux, tout comme le maintien de l’agrobiodiversité, seraient alors profondément remis en cause.

38Avec les cycles productifs antérieurs, les populations de l’Altiplano sud ne se posaient pas la question de la durabilité de leur forme d’organisation sociale, de leur manière de cultiver et produire, de leur façon de gérer et d’habiter leur territoire. Si cette préoccupation anime les débats des experts et agents du développement, des ONG, ou encore des chercheurs, elle prend des formes tangibles et vécues au quotidien pour les producteurs eux-mêmes. Il s’agit là d’un changement crucial de la perception par le bas des potentialités du territoire et des futurs possibles.

39Au final, l’essor de la quinoa est loin d’être une simple parenthèse dans la trajectoire territoriale de l’Altiplano sud. Par les profondes transformations qu’il engendre, par les contradictions et les multiples tensions qu’il suscite, il constitue pour cette région une véritable mise à l’épreuve de ce que chacun appelle aujourd’hui le développement durable. Comment, dans cette périphérie des « périphéries du monde » pour reprendre les termes de L. Arreghini (2011), la quinoa peut-elle être le levier d’un développement fondé sur une véritable durabilité économique, sociale et écologique ?

Notes

89 Ce processus est souvent observé dans le cas des migrations internationales où les communautés de migrants à l’étranger acquièrent un prestige social dans leur communauté d’origine et un pouvoir de contrôle des ressources locales, du fait de leur niveau de revenus et de leur capacité d’épargne.

90 Avec les contractualisations al partir, les tractoristes ont accès à de nombreuses terres, mais pour une durée limitée. Certaines communautés ont décidé d’interdire la présence de tractoristes venant d’autres communautés pour éviter que l’argent ne « fuie ».

91 Territorio Indígena Originario Campesino.

92 Est actuellement en débat la protection de la production locale par une appellation géographique. Voir à ce propos le travail de J. Bourliaud et M. Chevarria Lazo (2011) dans le cadre du programme Equeco.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search