Version classiqueVersion mobile

Partir et cultiver

 | 
Anaïs Vassas Toral

Partie 3. Systèmes de mobilité et ancrage communautaire

Chapitre 6. Cycles migratoires et système de mobilité d’hier à aujourd’hui

Texte intégral

1Si l’Altiplano sud est traditionnellement un espace de circulation, les territoires de la mobilité ont évolué en fonction de la finalité des déplacements (échanges, troc ou travail salarié), des opportunités économiques et des destinations privilégiées. L’évolution des systèmes migratoires tient également aux profils des individus mobiles et aux configurations des espaces résidentiels familiaux qui, selon les périodes, s’élargissent ou se rétractent au sein d’un espace régional, national, voire international.

2Mobilité résidentielle et mobilité professionnelle individuelle se combinent pour définir les cycles migratoires, c’est-à-dire les grandes étapes de la migration et des systèmes d’activités qui ont rythmé la vie de ces territoires depuis le début du siècle. L’histoire longue de chacune des communautés étudiées montre déjà la variété des réponses des populations locales à l’évolution des conditions économiques qui les conditionnent.

San Juan de Rosario : une complémentarité transfrontalière historique

3La communauté de San Juan de Rosario – municipe de Colcha « K » – est dans une position très périphérique à l’échelle de l’espace national, mais elle est fortement intégrée à l’espace transfrontalier Bolivie-Chili, et relativement proche de la frontière boliviano-argentine. À San Juan, émergent cinq cycles migratoires en termes de destinations et de formes de mobilités (fig. 22).

Figure 22. Les cycles migratoires de la communauté de San Juan de Rosario de 1900 à 2008.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

4Historiquement, les populations de San Juan ont toujours entretenu des liens d’échange et de troc avec les vallées inter-andines situées au sud-est, en particulier avec la région de Tupiza. Nombreux sont les hommes de San Juan âgés de plus de 50 ans qui se remémorent leur longue marche avec les caravanes de lamas :

  • 51 Il y a sur le territoire de San Juan un petit salar : le salar de Patana.

« Au mois de juillet, il nous fallait 12 jours de marche pour aller à Tupiza, nous y restions une semaine pour faire les achats et nous reposer, et puis nous remontions sur l’Altiplano. Il nous fallait encore 12 jours de marche. On emportait du sel de Patana51, des pommes de terre, de la quinoa et on sacrifiait des lamas sur place. On revenait avec du maïs. » (Evaristo Cruz)

5Un autre témoignage indique qu’à l’époque :

« Certains communautaires de San Juan cultivaient un peu de quinoa, mais tous ne la cultivaient pas. Ils vivaient en partie du troc avec les vallées. Ils apportaient du sel de Patana, partaient en caravane de lamas dans les vallées de Tupiza et échangeaient le sel, la viande de lamas sacrifiés contre du maïs. Il y avait aussi un commerce avec l’Argentine, les gens de San Juan échangeaient la laine de lama. » (Félix Yucra)

6À cette époque, le sel et le bétail représentaient toute la richesse de San Juan. Avec l’arrivée des camions, ces caravanes se sont arrêtées (on peut signaler quelques tentatives de les relancer aujourd’hui dans un but touristique).

7Parallèlement à la conduite de ces caravanes qui garantissaient la sécurité alimentaire des populations par le biais des échanges entre étages écologiques, les habitants de San Juan ont pratiqué le commerce de plantes combustibles dès la mise en service du chemin de fer reliant Antofagasta (port du Chili) à Potosí. En effet, la ligne de chemin de fer passe à proximité du village.

  • 52 La yareta (Azorella yareta Hauman) est une plante que l’on trouve dans le sud de l’Altiplano sud ; (...)
  • 53 Chiguana se situe à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la communauté de San Juan.

« Les gens vivaient du commerce de yareta52 et un peu de thola. Ils partaient dans la montagne, deux fois par mois avec les lamas et y restaient chaque fois une semaine. D’abord, il fallait couper la yareta pour qu’elle sèche pendant deux à quatre mois. Ensuite, on la chargeait sur les lamas, puis on descendait jusqu’à la station de train de Chiguana53. C’était pour les fonderies de la grande mine de Pulacayo. » (Evaristo Cruz)

Puis « la yareta s’est épuisée, on a trouvé le charbon et le pétrole, cette activité s’est arrêtée. » (Félix Yucra)

8S’ajoutait au troc et au commerce de ressources naturelles le travail dans les mines de soufre à la frontière du Chili (Amincha, Kilcha, Santa Rosa, Puqios, Cavana). Les hommes partaient travailler la semaine et revenaient le week-end. Ces mobilités de proximité ont été pratiquées par tous les anciens de la communauté. Le ménage était constitué et fixé à San Juan et l’homme partait temporairement pour le troc, pour l’exploitation de yareta ou pour travailler à la mine.

9À partir des années 1970, les systèmes de mobilité de la communauté de San Juan vont changer en profondeur. Le premier bouleversement tient au déclenchement des migrations féminines, tout au moins pour les générations nées à partir des années 1960. Ces migrations des femmes, par ailleurs, deviendront plus individuelles et plus autonomes, liées à la quête de revenus complémentaires. Celles-ci deviennent un acteur clé de l’obtention du revenu des ménages par leur entrée dans les circuits de l’économie monétaire (Guétat-Bernard, 2006). La migration vers l’Argentine devient également plus importante, les jeunes partant travailler comme employés agricoles dans les exploitations de Mendoza, Salta ou Jujuy. Ces migrations circulaires, faites d’allers et retours, deviendront pratiquement définitives pour certains qui s’installeront de façon durable en Argentine.

10À partir de 1980, et jusqu’à aujourd’hui, les mines du sud de l’Altiplano vont devenir un autre pôle d’emploi pour les hommes de San Juan et de toute cette région. La grande mine de borax d’Apacheta continue à être un gros employeur régional. D’autres sites deviennent également attractifs : la mine de chaux de Rio Grande et de Julaca dans les années 1970 ainsi qu’au début des années 1990, la mine d’Amincha et de la Laguna Verde à la fin des années 1980, Horsu à la fin des années 1970 et enfin San Cristobal depuis 2005. Un point commun entre les migrations plus récentes et les mobilités des anciens est le fait que la famille réside à San Juan, tandis que les hommes sont en double résidence entre San Juan et le centre minier.

  • 54 On a relevé des départs au Chili à partir des années 1960, mais le mouvement massif se situe dans (...)

11À partir du milieu des années 1990, les migrations vers l’Argentine s’intensifient et s’élargissent aux centres urbains, notamment à la ville de Buenos Aires. Les départs à destination des ateliers clandestins de couture vont se poursuivre jusqu’à la crise de 2001. Celle-ci va déclencher un retour dans la communauté mais surtout une réorientation des flux, notamment vers le Chili. Les migrations vers les villes chiliennes de Calama et Antofagasta et la mine de Chuquicamata, en pleine expansion, vont en effet se développer à cette époque en lien avec la croissance économique du pays54 : travail comme manœuvres dans la construction et dans les ports pour les hommes, travail d’employées domestiques pour les femmes. Certains migrants sont restés au Chili et y ont constitué leur ménage. Durant les années 1990, la formation de couples mixtes est rare : les couples boliviens se rencontrent et se forment dans le Lipez, puis repartent ensemble au Chili. En revanche, la proportion de couples mixtes tend à augmenter ces dernières années sachant qu’il s’agit surtout de mariages entre jeunes migrants de nationalité bolivienne et enfants de migrants de la première génération installés au Chili. Ces derniers sont nés au Chili et sont donc de nationalité chilienne. Ainsi, la majorité des jeunes de San Juan continuent aujourd’hui de migrer au Chili, faisant des allers-retours en fonction des visas qu’ils parviennent à obtenir. Ces circulations concernent également les jeunes collégiens qui, pendant les vacances scolaires, partent se faire embaucher pour quelques semaines. Cette génération, en revanche, ne connaît pas l’Argentine.

12Pendant longtemps, la communauté de San Juan n’a eu que très peu de connexions avec la ville d’Uyuni, pourtant assez proche. À partir des années 1995, celle-ci va devenir un nouveau pôle d’attraction, en particulier pour les études des enfants. Des logiques de double résidence liée à l’éducation vont alors se développer :

« La migration à Uyuni date des années 1995-2000 car, grâce à la quinoa, on peut faire étudier les enfants et donc les gens s’achètent une maison. » (Demesia Yucra)

13Finalement, les changements survenus à San Juan, communauté à longue tradition de mobilité, tiennent à une diversification des destinations migratoires : depuis les années 1970, elles sont plus nombreuses et surtout plus lointaines. Le changement tient aussi aux formes d’insertion dans les lieux de migration. Aujourd’hui, les hommes ne sont plus mineurs, ils sont employés dans les mines, assumant diverses fonctions dans ce secteur. Mais ils sont aussi maçons, artisans, entrepreneurs indépendants… Les femmes, quant à elles, assument de plus en plus des migrations en solitaire dès leur adolescence. La complexification des systèmes résidentiels et des systèmes d’activités est donc un trait marquant des mutations contemporaines à San Juan.

14San Juan est une communauté très étendue et très peuplée où, traditionnellement, les mobilités étaient saisonnières. La culture de la quinoa à grande échelle n’y a fait son apparition que tardivement. Les conditions climatiques peu favorables limitent son extension, mais elle procure aujourd’hui d’importants revenus. San Juan est située sur une route touristique très empruntée en Bolivie, ce qui autorise une activité locale touristique non négligeable pour de nombreux foyers. Finalement, cette communauté est avantagée par une diversification des activités (quinoa, tourisme, élevage) qui permet à la population de rester en partie sur place.

Otuyo : de la tradition minière a la connexion urbaine

15Otuyo est proche du bourg de Salinas. Elle a donc accès à un réseau plus dense de moyens de communication, même s’il est rustique (pistes carrossables).

Figure 23. Les cycles migratoires de la communauté d’Otuyo de 1900 à 2008.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

16Bénéficiant de sources d’eau abondantes sur son territoire, elle s’est spécialisée dans les cultures irriguées telles que la luzerne et le petit maraîchage. Les habitants échangeaient ou vendaient leurs productions aux communautés voisines.

  • 55 Les Yungas sont les vallées chaudes et humides qui se situent au nord-est de la Paz, à la retombée (...)

17Otuyo est marquée, parallèlement, par une grande tradition minière (fig. 23). Avant les années 1940, les hommes partaient déjà dans les mines de Quechilsa à Potosí et de Siete Suyos. Mais c’est surtout lors de la grande sécheresse de 1941-1942 que les familles partirent s’installer dans les centres miniers de Pulacayo et de Siete Suyos. Ces ménages, s’ils ont continué à cultiver à Otuyo pour leur propre consommation, ne sont pas pour autant revenus à la fin de la sécheresse. De même, moins de la moitié des enfants nés dans les mines dans les années 1940 à 1960, sont venus s’installer à Otuyo. Les autres sont partis vers d’autres destinations : Argentine dans les années 1950-1970, Yungas55 des années 1955 à 1990. Mais ce sont surtout les capitales départementales qui vont les attirer : Oruro, Santa Cruz, La Paz notamment et, plus marginalement, Cochabamba. Ceux revenus ne resteront que peu de temps à Otuyo, ils repartiront aussi vers les mêmes destinations à partir des années 1970.

  • 56 Caranavi est situé dans les Yungas, département de La Paz.

« Vingt personnes d’Otuyo voulaient partir à Caranavi56 créer une coopérative, car on leur donnait des terres. Le père de Berta est parti en éclaireur avec d’autres personnes, mais deux sont revenus malades. Finalement, ceux qui étaient au départ intéressés, sont tous partis ailleurs. Nous sommes les seuls avec ma femme à être partis, de façon non organisée. » (Primo Gonzales)

18La particularité d’Otuyo tient au fait que de nombreux membres de la communauté sont nés dans les centres miniers, lieux à partir desquels les départs en migration se sont déployés. Par ailleurs, Otuyo est très peu concernée par la migration internationale : seules quelques familles ont des liens avec l’Argentine, mais aucune avec le Chili. La succession des cycles migratoires à Otuyo est donc marquée par un modèle relativement simple, à savoir le passage de migrations de proximité vers les centres miniers situés plus au sud à des migrations rurales-urbaines, orientées vers les villes du pays.

19Otuyo fait partie des communautés qui se sont « vidées » de leur population relativement tôt, avec les départs vers les mines. Malgré le développement important de la culture de quinoa, elle n’a pas connu de renouveau démographique. En effet, les migrants engagés dans la culture de quinoa pratiquent préférentiellement la double résidence ou même ne résident pas du tout dans la communauté, car ils réalisent tous les travaux à distance.

Figure 24. Les cycles migratoires de la communauté de Chilalo de 1900 à 2008.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

Chilalo : de la tradition minière aux liens avec le Chili

20La communauté de Chilalo, comme celle d’Otuyo, est dotée de sources d’eau permanentes. Elle s’est donc spécialisée dans les micro-cultures irriguées (luzerne, fèves) et l’élevage d’ânes. Les habitants de Chilalo faisaient du commerce avec leurs voisins qui montaient à Chilalo pour acheter de la viande de lama et des ânes. Les anciens (de 75 à 80 ans aujourd’hui) se souviennent également avoir fait plusieurs fois le voyage jusqu’au Chili (Noasa), avec des ânes et des lamas chargés de quinoa et de sel pour les échanger contre des poires.

21Jusque dans les années 1980, les habitants de Chilalo partaient exclusivement dans les mines (Atocha principalement et les soufrières de la frontière chilienne) (fig. 24). Les hommes étaient mineurs et la famille résidait sur le lieu de la mine mais, le plus souvent, les femmes continuaient de cultiver à Chilalo. Après la fermeture de l’entreprise étatique des mines (Comibol) en 1985, qui a touché de nombreux ménages de cette communauté, certaines familles sont revenues s’installer à Chilalo, alors que d’autres sont parties vers Oruro, Uyuni ou Cochabamba. Les enfants nés dans les mines sont partis à l’âge adulte soit vers les villes boliviennes, soit plus récemment vers Iquique. La migration vers le Chili est donc récente, puisqu’elle s’est diffusée surtout à partir de 1995, les femmes partant travailler comme employées domestiques et les hommes, dans une moindre mesure, comme mécaniciens ou chauffeurs. Si les hommes ont ainsi diversifié leur champ d’activité, les femmes sont aujourd’hui encore très centrées sur le travail domestique et le commerce.

22La population de Chilalo est probablement celle qui a le plus long vécu dans les mines : Siete Suyos, Atocha, San Pablo de Napa, et plus marginalement Aramayo, Chorolque et Santana. Une grande part des Chilaleniens de plus de 20 ans ont été mineurs à un moment de leur vie. La rupture avec le vécu des jeunes générations, fortement connectées aux espaces urbains du pays, est donc radicale.

23Chilalo est une petite communauté de montagne où le travail agricole ne peut être réalisé que de façon manuelle. La quinoa n’y étant pas cultivée à grande échelle, les originaires de cette communauté sont peu enclins à s’y installer de façon permanente.

Candelaria de Viluyo : des liens anciens avec l’est (du pays)

24Candelaria de Viluyo est une communauté de salar. Apparemment mieux située sur le trajet Oruro-Uyuni, elle ne se trouvait cependant pas tout à fait sur le chemin de transport des minerais. En revanche, il y avait une mine exploitée par les Espagnols sur son territoire. Le troc a démarré très tôt avec les vallées inter-andines de Potosí et de Sucre, et il s’est maintenu jusque dans les années 1970. Les habitants de Candelaria s’y rendaient en caravanes de lamas, chargés de sel, pour l’échanger contre du maïs. Les voyages duraient trois mois.

Figure 25. Les cycles migratoires de la communauté de Candelaria de Viluyo de 1900 à 2008.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

25Les habitants de Candelaria vendaient aussi la viande de leurs troupeaux à Uyuni (pour approvisionner les mines), ce qu’ils continuent à faire, mais à Challapata.

  • 57 Le Chaparé se situe dans la partie orientale du département de Cochabamba.

26Dans les années 1940-1950 et jusqu’à la fin des années 1960, les hommes migraient temporairement dans les soufrières de la frontière du Chili (Quilcha, Ollagüe, Santa Rosa, Abra de Napa, Desiertos) et la mine de cuivre de Kollawasi, du côté chilien (fig. 25). À partir des années 1950, les politiques de colonisation dans le Chaparé57 et les terres basses boliviennes attireront certains habitants de Candelaria. Certains reviendront mais beaucoup, à partir des années 1990, prolongeront plus loin leur migration vers les villes des basses terres, à Santa Cruz notamment.

27De 1970 à 1985, les hommes ou des familles entières partirent également vers les mines de l’intérieur bolivien (Chorolque, Animas, Siete Suyos, San Vicente, Tatasi) et, après leur fermeture en 1985, le redéploiement se fait vers les villes de Cochabamba et de Santa Cruz. Les migrations vers les mines ne vont pas pour autant s’interrompre, puisqu’on observe de nombreux départs vers les centres miniers de Porco et de Potosí depuis les années 1980 et ils se poursuivent aujourd’hui. Enfin, depuis 1995, la double résidence se développe avec Challapata et Uyuni.

28Ainsi, Candelaria est également une communauté de mineurs (on les trouvait dans toutes les mines du pays et ce, depuis les années 1940), mais qui sont devenus ensuite des entrepreneurs agricoles regardant vers les terres basses. Si Candelaria est la seule communauté étudiée qui a des liens avec les terres basses, elle n’a en revanche aucun lien avec le Chili et peu avec l’Argentine.

29Cette zone est du salar est entrée tardivement dans la dynamique de la culture de la quinoa à grande échelle. On observe donc des changements dans les comportements migratoires (des retours résidentiels permanents ou temporaires) depuis une période très récente.

Palaya : du transfrontalier à la proximité régionale

30Les cycles migratoires de la communauté de Palaya (fig. 26), située dans le municipe de Llica, doivent beaucoup à sa position frontalière puisque, relativement isolés à l’échelle nationale, les habitants de toute cette petite région ont toujours « regardé » vers le Chili. Malgré des politiques nationales boliviennes pour qu’ils « restent » Boliviens (politique éducative préférentielle, construction de l’École Normale à Llica, etc.), les échanges puis les départs ont toujours été intenses. La pratique du troc avec les populations des oasis du Chili est ancienne et les liens avec ce pays sont encore forts aujourd’hui. Les oasis agricoles de Pica et Matilla sont peuplées en forte majorité de Boliviens ou de descendants de Boliviens, originaires de cette région. Beaucoup d’hommes de Palaya y sont allés dans leur jeunesse, pendant plusieurs années, et certains continuent de s’y rendre pour travailler comme ouvriers agricoles. Ces oasis agricoles sont souvent des destinations de jeunesse (pour les vacances scolaires), destinations qui tendent cependant à être remplacées, depuis les années 1960 et surtout 1980, par les villes chiliennes alors en pleine croissance, où les jeunes partent travailler en particulier comme ouvriers dans la construction ou comme manutentionnaires dans les ports. Quasiment toutes les femmes âgées de moins de 50 ans que nous avons rencontrées ont travaillé à l’extérieur de la communauté, dans les villes boliviennes à partir des années 1960, puis au Chili à partir des années 1980, pour la très grande majorité comme employées domestiques.

Figure 26. Les cycles migratoires de la communauté de Palaya de 1950 à 2008.
Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008

31Depuis sa création en 1962 l’École Normale à Llica recrute dans la région et le professorat rural constitue une alternative de formation pour certains membres de la communauté. Ils exercent généralement dans le municipe de Llica ou dans les municipes voisins du département de Potosí (Tahua, Uyuni, Colcha « K »). Chaque professeur est muté dans une communauté différente tous les 2 à 4 ans. Si le professorat n’est pas réservé aux hommes, ceux-ci sont largement plus représentés que les femmes. Ce type d’activité donne lieu à un système familial bipolarisé : femme et enfants résident à Palaya, alors que le mari rejoint sa famille le week-end. Enfin, on trouve des Palayeniens installés dans les grandes villes de Bolivie : La Paz, Uyuni, Oruro, Santa Cruz depuis les années 1960. Finalement, l’attrait des terres basses a été minime pour cette partie frontalière de la Bolivie et nous n’avons pas observé de liens avec l’Argentine.

32Palaya fait partie des communautés où l’on produit aujourd’hui le plus de quinoa. Les producteurs sont souvent doubles résidents.

33Ainsi, chaque communauté est différente du point de vue de sa géographie et de son histoire migratoire, que ce soit en termes de lieux, d’activités, ou de temporalités. Chacune a connu une évolution singulière de son aire de polarisation migratoire entre Chili, Argentine et Bolivie. Les communautés rurales de l’Altiplano sud ont été particulièrement sensibles aux conjonctures et cycles économiques de la Bolivie ou des pays voisins. Si jusque dans les années 1980-1990, l’emploi dans les centres miniers a joué un rôle fondamental dans les stratégies du quotidien pour les populations rurales de l’Altiplano, il ne reste important que pour deux communautés étudiées : Candelaria de Viluyo (mines de Potosí et Porco) et San Juan de Rosario (mines de borax).

Notes

51 Il y a sur le territoire de San Juan un petit salar : le salar de Patana.

52 La yareta (Azorella yareta Hauman) est une plante que l’on trouve dans le sud de l’Altiplano sud ; elle était utilisée comme combustible dans les fonderies de minerais.

53 Chiguana se situe à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la communauté de San Juan.

54 On a relevé des départs au Chili à partir des années 1960, mais le mouvement massif se situe dans les années 1990.

55 Les Yungas sont les vallées chaudes et humides qui se situent au nord-est de la Paz, à la retombée des Andes.

56 Caranavi est situé dans les Yungas, département de La Paz.

57 Le Chaparé se situe dans la partie orientale du département de Cochabamba.

Table des illustrations

Légende Figure 22. Les cycles migratoires de la communauté de San Juan de Rosario de 1900 à 2008.Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 23. Les cycles migratoires de la communauté d’Otuyo de 1900 à 2008.Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 24. Les cycles migratoires de la communauté de Chilalo de 1900 à 2008.Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Figure 25. Les cycles migratoires de la communauté de Candelaria de Viluyo de 1900 à 2008.Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure 26. Les cycles migratoires de la communauté de Palaya de 1950 à 2008.Source : élaboration propre, entretiens 2007-2008
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/9188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search