Version classiqueVersion mobile

Genre et savoirs

 | 
Hélène Guétat-Bernard
, 
Magalie Saussey

Partie 3. Savoirs et agrobiodiversité

Chapitre 8. Les liens entre genre, agrobiodiversité et gestion des semences

Emily Oakley et Janet Henshall Momsen

Texte intégral

1Quel est l’enjeu de la conservation des semences et de l’agrobiodiversité ; en quoi le genre intervient-il ? Quelle que soit l’aire culturelle, la connaissance des diverses espèces cultivées et le degré d’implication dans la gestion des semences varient en fonction du sexe. Les hommes et les femmes exécutent généralement des tâches agricoles et domestiques différentes, ce qui leur confère des savoirs et des préférences distincts. « Avoir négligé le savoir des femmes et le travail qu’elles accomplissent dans le domaine des cultures pour préserver la biodiversité a contribué à la disparition des ressources génétiques » (Sachs et al., 1997 : 179). Si la question du genre, tout comme celle de la gestion des semences, a été largement absente des discours sur l’agrobiodiversité, des recherches récentes proposent des études descriptives du savoir des femmes, ainsi que des analyses quantitatives de leur participation dans 1) la sélection, 2) la transformation, 3) le stockage, et 4) l’échange de semences.

2Les recherches sur les femmes et les semences ont commencé par une investigation ethnographique des rôles sociétaux (Burling, 1963 ; Gay et Cole, 1967 ; Merchant, 1989). La féminisation du développement agricole a mis en exergue l’importance du travail féminin dans l’agrobiodiversité. Les approches participatives de la conservation des ressources génétiques des cultures se sont également centrées sur les femmes, souvent par le biais de programmes de sélection. Les généticiens sont de plus en plus conscients de la richesse des informations et du germoplasme détenus par ces sélectionneuses de semences (Sperling, 1992). En outre, il est reconnu que les femmes jouent un rôle clé dans l’adoption de variétés de cultures, rendant indispensable leur participation aux essais sur les cultures afin de garantir que les nouvelles variétés possèdent les caractéristiques désirées par les femmes (Defoer et al., 1997 ; Kitch et al., 1998). Dans son étude sur la culture des haricots en Colombie, Ashby (1994 : 138) soulignait que « même lorsque les femmes ne prennent pas activement part à la culture, elles influencent l’acceptation ou non de nouveaux cultivars ». Les femmes peuvent aider à la collecte en identifiant pour les banques de gènes, l’étendue de la diversité intraspécifique au sein d’une variété. La cueillette des plantes sauvages comestibles qu’elles effectuent peut orienter les chercheurs vers les ancêtres sauvages de la même famille que les plantes cultivées. Les méthodes employées dans la culture sont parfois déterminantes pour la conservation à la ferme. Les utilisations faites de variétés individuelles et les raisons de ces choix peuvent aider les chercheurs à identifier des gènes importants. La gestion des semences est donc un enjeu social, économique et environnemental.

3La régularité avec laquelle les femmes, partout dans le monde, s’occupent de certains aspects de la gestion des semences suggère bien plus qu’une simple coïncidence. Certains auteurs relient les rôles traditionnels des femmes dans la cueillette et la domestication des plantes à ce travail sur les semences (Fowler et Mooney, 1990). Fowler et Mooney (1990) suggèrent que c’est leur rôle de cueilleuse au cours de l’histoire qui a mené les femmes tout naturellement vers la domestication des plantes, en sélectionnant les tiges les plus résistantes pour la graine lors de la récolte. D’autres font le lien entre la production de subsistance et les « cultures de femme » (Mulatu et Zelleke, 2002 ; Song et Jiggins, 2003 ; Voss, 1992). Dans presque toutes les sociétés, les femmes se chargent des tâches domestiques. La destination finale des récoltes est le foyer. La transformation et le stockage des semences apparaissent comme une extension des responsabilités domestiques quotidiennes. En tant que transformatrices, préparatrices et préservatrices de nourriture, les femmes sont intéressées par les types de culture et leurs propriétés, ce qui expliquerait leur influence dans la sélection de cultures et de variétés. Les femmes entretiennent souvent de vastes réseaux sociaux avec d’autres femmes par le biais desquels elles partagent et introduisent de nouveaux aliments, de nouvelles recettes et semences.

4Les femmes prennent part, à différents degrés, à la sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences à travers l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine. Ce chapitre propose d’abord un rapide développement théorique et historique sur la recherche en agriculture selon une perspective de genre. La nécessité d’intégrer le genre à la recherche en agrobiodiversité est ensuite abordée, en explorant la relation entre gestion des semences et diversité génétique. Le travail féminin dans les semences est documenté, en montrant comment ce travail est occulté, à l’aide d’études plus générales sur les femmes et l’agriculture et de récits recueillis sur le terrain. Des études consacrées aux femmes dans leurs propres jardins et la sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences sont aussi présentées. Les recherches analysant l’impact des variétés à haut rendement (VHR) sur les femmes et leur rôle dans la production de riz sont examinées. L’exemple du Bangladesh est développé pour son intérêt tout particulier à l’égard des questions de genre et d’agrobiodiversité.

Genre et agrobiodiversité

  • 1 Les premières politiques de la Révolution verte ont ignoré les rôles des femmes dans l’agriculture (...)

5La recherche en matière de genre et d’agrobiodiversité relève d’un débat plus large sur les ressources phytogénétiques et la préservation de la biodiversité. La plupart des études sur la diversité génétique des cultures et sur la volonté de préserver l’agrobiodiversité n’incluent pas le genre comme variable de recherche. Ces omissions ne sont pas anecdotiques. Les erreurs de politiques commises, et bien documentées, dans le cadre de la Révolution verte, qui n’intégraient pas l’utilisation faite par les femmes de la terre, du travail ou des ressources1 sont en passe de se répéter dans le mouvement pour la préservation de la diversité génétique des cultures. Lorsque les études documentant la connaissance des différentes variétés cultivées se centrent exclusivement sur les agriculteurs hommes, les informations détenues par les femmes sont souvent occultées. Toute hypothèse émise sur la diversité variétale, la taxonomie populaire, les utilisations des plantes, les méthodes de culture, la sélection végétale et les pratiques culturelles et religieuses, si elle n’est pas informée par le point de vue des femmes comme celui des hommes, sera incomplète ; non seulement la préservation du savoir local est partielle, mais il en résulte parfois la marginalisation des races primitives que les études tentent justement de préserver.

6Même si la situation évolue, le rôle des femmes dans la gestion des semences continue d’être occulté dans de nombreux cas. Peu d’études sur l’agrobiodiversité intègrent la gestion des semences comme partie intégrante des stratégies de préservation, malgré le fait que les aspects socio-culturels de la diversité génétique des cultures soient aussi importants que les facteurs agro-écologiques. Lorsque la gestion des semences est étudiée, il s’agit plutôt de documenter la sélection, sans tenir compte du travail de transformation, de stockage et d’échange. La transformation des semences est pratiquement inexplorée dans les travaux de recherche. Or, il s’agit d’une science qui requiert des compétences et des connaissances particulières. C’est une composante essentielle de la préservation des variétés et de la viabilité et qualité des semences, qui mériterait une étude plus approfondie.

7Les recherches liées à la division sexuée du travail ou à l’allocation du temps dans le domaine agricole omettent fréquemment la sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences des catégories d’activités, même lorsque l’on sait que les femmes consacrent beaucoup de temps à la production après récolte dans telle région ou culture (Adesina, 1992 ; Rubin, 1992). Cela s’explique par l’amalgame fait de la gestion des semences avec les activités générales de transformation après récolte. Il en résulte qu’une grande partie des recherches sur le rôle des femmes dans la gestion des semences manque de précision. Certaines études tentent d’élargir leurs conclusions sur le travail agricole des femmes pour suggérer une association naturelle avec l’agrobiodiversité, selon le principe que la place des femmes dans la production de subsistance et le bien-être familial, la transformation après récolte et la préservation de la nourriture, fait naturellement d’elles des banques de semences traditionnelles (Merchant, 1989 ; Shiva, 1988).

8Certains universitaires font référence aux « contributions cachées » à l’agrobiodiversité des femmes (Tapia et de la Torre, 1997 ; Shiva, 1995). À l’inverse, leur travail est facilement repérable et identifiable lorsqu’il inclut les études sur la communauté et le foyer. Abramovitz (1994 : 198) déclare que le rôle des femmes dans « la compréhension et la gestion de la diversité vivante de leur environnement » n’a pas reçu l’attention méritée dans les sphères académiques ou développementales. Elle assimile les menaces à la stabilité de la biodiversité à une diminution de statut social et à un accès plus limité aux ressources pour les femmes. En vue d’intégrer celles-ci au débat sur l’agrobiodiversité, elle plaide pour un changement d’optique institutionnel, l’identification claire du rôle des femmes, la collecte de données sur les savoirs des femmes et la création d’outils de recherche souples et réactifs capables de cerner leur travail (ibid. : 206-208).

9« La majorité de la littérature portant directement sur la gestion et la connaissance en matière de phyto-biodiversité peut encore être définie comme “ignorant la spécificité de genre” » (Howard-Borjas, 2001 : 9). Les chercheurs se réfèrent généralement aux agriculteurs sans précision de sexe, limitant ainsi notre compréhension des niveaux distincts de connaissance et de participation des hommes et des femmes. Dans un article sur la sélection participative des semences effectuée auprès d’agriculteurs du Zimbabwe, les données ne sont pas ventilées par sexe, malgré le fait que les femmes composent la majorité des participants. Il suffit au lecteur d’observer la photographie et sa légende accompagnant l’article pour apprendre que « les femmes représentent la majorité des agriculteurs au Zimbabwe » (Mushita, 1992 : 67). De la même façon, un article portant sur une banque de gènes communautaire en Éthiopie omet de mentionner que les femmes sont des membres actifs, proposant leurs variétés de sorgho, et ce n’est qu’en examinant les photographies du projet qu’il est possible de se rendre compte de leur contribution (Worede, 1992 : 68).

10Dans la présente analyse, les textes sont autant d’anecdotes fugitives dans le cadre plus large de la recherche ethnographique et des ouvrages théoriques sur les femmes et l’agriculture. Le rôle des organisations internationales dans le développement d’outils de recherche sur les femmes et la préservation de la diversité génétique des cultures est ensuite abordé, l’accent est mis sur la préservation in situ. Enfin, le rapport entre jardins privés et agrobiodiversité, comportant les études qui ciblent l’activité féminine dans la sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences est mis en exergue.

Le travail caché des femmes dans le domaine des semences

11Alors que de nombreux projets de recherche sur la gestion des semences collaborent avec des femmes agricultrices, les rapports et les publications omettent très souvent de ventiler les données par sexe. L’ouvrage de Robert Tripp (2001), qui passe en revue la documentation consacrée à la gestion des semences par les agriculteurs, les systèmes de semences commerciaux et publics, et les projets de développement des semences, illustre la dominance de cette littérature non sexospécifique. Dans une bibliographie de plusieurs centaines d’articles, moins de dix d’entre eux soulignent spécifiquement le rôle des femmes (ibid.). Howard-Borjas (2003) explique que la littérature sur les femmes et les semences « est très dispersée sur un grand nombre de domaines thématiques et de disciplines, et s’avère difficile à identifier car très rarement centrée sur les femmes, dépourvue de titres, de mots-clés, et de descripteurs qui révèlent son contenu sexospécifique ». Cela complique l’identification des études sur les femmes et l’agrobiodiversité, et l’évaluation du savoir existant. En effet, Jiggins (1986) signale ce problème dans son analyse : « Impacts sexospécifiques et le travail des centres internationaux de recherche agricole ». Elle déclare que « les références documentaires à la connaissance technique des femmes [en matière de semences] sont nombreuses mais dispersées, perdues dans des monographies ethnographiques et les documents éphémères de séminaires et d’ateliers » (ibid. : 17). Si nous constatons une augmentation des études liées à la place de la technologie féminine dans l’agrobiodiversité depuis l’étude de Jiggins il y a 25 ans, son analyse demeure étonnamment pertinente.

12Les documents ethnographiques sur les femmes et l’agrobiodiversité représentent une riche source d’informations. Jiggins rend compte des conclusions de l’anthropologue John Gray dans son étude sur le peuple Kpelle au Liberia central (Jiggins, 1986). Il affirme que ce sont « les femmes qui préservent la semence de la récolte et sélectionnent ensuite ce qui doit être planté lors de la nouvelle saison, selon la terre cultivée » (cité dans Jiggins, 1986 : 17 ; voir également Gay et Cole, 1967 : 11). Gay a étudié la capacité des femmes à reconnaître les différentes variétés de riz, et a découvert qu’elles en utilisaient, et pouvaient en reconnaître, plus de 100, par « balle et couleur de grain, longueur du poil de riz (arête), taille du grain, facilité de retrait de la balle, temps de cuisson requis, et adaptabilité à différents types de terre » (cité dans Jiggins, 1986 : 18). D’autres études sur les Kpelle corroborent les conclusions de Gay selon lesquelles les femmes sont quasi entièrement responsables de la transformation du riz (Bledsoe, 1980).

13Dans sa recherche sur la tribu des Garo au nord-est de l’Inde au début des années 1960, Burling (1963 : 40) a constaté que « les hommes le renvoyaient invariablement vers leurs femmes lorsqu’il posait des questions sur les variétés de riz, puisque les femmes étaient en charge de la sélection et de la préparation des semences à planter, et chacune devait passer au moins une journée à les trier et les préparer ». Les conclusions de Burling illustrent les données importantes qui peuvent être glanées à partir des descriptions ethnographiques sur l’agriculture traditionnelle.

14D’autres références ethnographiques concernant la préservation des semences par les femmes, comme l’examen historique par Merchant des agriculteurs natifs américains, fondent leurs conclusions sur des probabilités. Merchant (1989 : 76) reconnaît que, même si la preuve archéologique ne peut le démontrer avec certitude, il est probable « qu’avec le temps, les femmes aient sélectionné les types de variétés de semences précoces lors des courts étés de la Nouvelle-Angleterre », grâce à leur rôle d’horticultrice.

Références à la préservation des semences dans les études de portée plus générale

15Il existe relativement peu d’études complètes sur les femmes et la gestion des semences, si l’on met en regard les recherches plus générales sur la répartition du travail entre hommes et femmes dans le secteur agricole. La plupart des discussions restent vagues et essentialisantes, comme dans l’article de Bennet-Lartey et Akromah (1996) sur les femmes et la biodiversité au Ghana. L’auteur déclare ici « qu’en tant qu’agricultrices de subsistance, les femmes ghanéennes sont les gardiennes de la plupart des germoplasmes et sont fières de conserver autant de variétés possibles » (ibid. : 8). Zwiefel (1997) s’inspire également de descriptions naturalistes du rôle des femmes, compilant des anecdotes d’articles précédents dans le but de relier les femmes à la gestion des semences et à la préservation de la biodiversité.

16Un grand nombre de références aux rôles attribués à chaque sexe dans les activités liées aux semences ont uniquement pour but de compléter des études plus générales sur les femmes dans l’agriculture. Dans son livre retraçant les origines africaines du riz en Amérique, Carney (2001 : 49) aborde le rôle traditionnel des femmes en tant que gestionnaires des semences, et déclare qu’« à travers la région rizicole d’Afrique de l’Ouest, la sélection des semences incombe aux femmes ». Elle poursuit en indiquant que la « sélection des semences en particulier nécessite une compréhension fine des exigences spécifiques des différents microenvironnements du riz : la disponibilité en eau, l’influence de la salinité, les niveaux d’inondation, et l’état des sols » (ibid. : 8). Sachs (1996) aborde la question des femmes et la préservation des semences en examinant le rôle de celles-ci comme responsables de la subsistance familiale, pour expliquer leur contribution au travail des semences. Elle précise que le travail des semences est considéré comme le prolongement des tâches domestiques.

17Dans une étude menée dans la région de l’Himalaya en Inde, Mehta (1996) maintient que l’érosion génétique résultant de l’adoption de variétés améliorées (VA) a eu une incidence négative sur les femmes. Alors que dans le passé « les graines étaient sélectionnées et stockées d’une récolte à l’autre » par les femmes, aujourd’hui les agriculteurs sont de plus en plus tributaires de l’achat d’hybrides modernes pour chaque période de plantation (ibid. : 186). Elle affirme que les anciennes « parlent avec fierté de leur expertise dans la différenciation des qualités de semences, sachant lesquelles devaient être préservées pour le semis de la prochaine saison et lesquelles gardées pour la consommation, ce qui aidait souvent leurs familles en périodes difficiles » (ibid. : 199). « L’érosion génétique est donc synonyme d’érosion culturelle et d’une perte de statut social pour les femmes » (Momsen, 2004 : 151). Une femme déclare, « il faut un œil aiguisé, un toucher sensible et beaucoup de patience pour différencier ces semences » (Mehta, 1996 : 200). Mehta évoque « la tension entre les nouveaux et les anciens systèmes de connaissance » en affirmant que les semences sont aujourd’hui perçues par la jeunesse locale comme le rappel d’un mode de vie « archaïque » (ibid. : 199).

18Les recherches de Saradomoni (1991) au Tamil Nadu, Kerala, et au Bengale occidental, mettent en exergue le lien entre les travaux après récolte des femmes et leur rôle dans la gestion des semences. Dans un journal tenu par une informatrice clé, une femme déclarait que la préservation des semences « incombait exclusivement aux femmes » (ibid. : 105). Lors d’une enquête menée auprès de sept villages du Népal sur le statut de la femme, Acharya et Bennett (1982) ont proposé, dans la partie consacrée à la répartition des tâches agricoles, une question sur la sélection et le stockage des semences. Cela leur a permis de conclure que la sélection de semences était généralement effectuée par les femmes plutôt que les hommes, et que parmi les activités générales de gestion agricole dans les sept villages, les femmes « étaient particulièrement sollicitées dans la sélection des semences » (ibid. : 42). Une étude menée en Indonésie sur les critères de sélection pour les semences de soja, de maïs, de manioc et de patate douce, a révélé que les hommes s’occupaient des travaux des champs, alors que les femmes étaient en charge du séchage, du nettoyage et du stockage des semences et des cultivars végétatifs (van Dorp et Rulkens, 1993). Chacune de ces études souligne le potentiel de recherches plus approfondies.

Institutions internationales, genre et agrobiodiversité

19Les initiatives institutionnelles visant à cerner ces savoirs féminins sont en plein essor. Les publications de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) commencent à reconnaître la place centrale qu’occupent souvent les femmes dans la sélection et la gestion des semences. Elles conservent les semences pour leur goût, leur qualité de cuisson et leur valeur nutritive (FAO, 1998), et sont les « utilisatrices, gestionnaires et conservatrices de la biodiversité » (FAO, 2001). « Il est généralement reconnu que les femmes jouent un rôle clé dans la domestication d’espèces sauvages, sélectionnant, transformant, stockant et échangeant des semences » (Friis-Hansen et Sthapit, 2000 : 21). Fernandez et al. (2000) proposent d’adapter les analyses sexospécifiques standards d’activité, d’accès et de bénéfices, afin d’appréhender les modalités de contrôle et de corréler les bénéfices pour le développement avec les modes de connaissance et d’utilisation des semences. En argumentant en faveur des droits de propriété intellectuelle sur les ressources génétiques des plantes pour les agriculteurs, Bunning et Hill (1996) soulignent l’importance d’une approche qui tienne compte du genre. Ils affirment que différentes priorités sont observables entre hommes et femmes au niveau de la préservation, et que c’est cette différence qui offre l’occasion de valoriser le savoir unique des femmes.

20Le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) a publié en 1998 une série de directives de recherche en matière de genre et d’agrobiodiversité, indiquant que ventiler les activités par sexe permet de déterminer qui est responsable de la collecte, de la transformation et du stockage des semences, ainsi que de leur vente sur le marché. Parmi les questions importantes à poser lors de travaux de recherche :

  1. Qui est le principal responsable de la sélection, de la transformation et de la préservation des variétés de semences ?
  2. Quels critères sont utilisés dans la sélection de semences et dans les activités de sélection végétale ? Ces critères sont-ils différents pour les femmes et les hommes ?
  3. Qui a accès aux nouvelles informations sur les méthodes de sélection végétale et de conservation génétique (ibid. : 16-17) ?
  4. Une analyse genrée peut également déterminer qui participe au partage et à l’échange des semences ?

21Dans son ouvrage Cultural Memory and Biodiversity, Nazarea (1998) propose d’interroger la mémoire liée aux variétés de cultures traditionnelles en fonction du genre. En effet, selon elle, si les banques de gènes capturent les matières premières génétiques de l’agrobiodiversité, elles ne peuvent documenter les utilisations culturelles, les coutumes et les méthodes de plantation essentielles à rendre chaque variété unique.

Genre, agrobiodiversité et jardin familial

  • 2 Pour une liste complète de la littérature analysée par Jiggins, se référer aux six travaux cités à (...)

22Les jardins familiaux des femmes sont souvent des réservoirs de germoplasme. Les femmes préservent l’agrobiodiversité dans les jardins familiaux en « collectant, gérant et échangeant les variétés ‘populaires’ (Howard-Borjas, 2003). Jiggins (1986 : 11)2 indique que des études menées à Grenade, au Zimbabwe, en Afrique occidentale, à Jakarta, en Asie du Sud-Est et au Pérou évoquent toute l’importance des jardins privés des femmes comme « sources de variétés précoces pour accompagner les familles tout au long des saisons de disette jusqu’à la maturation des cultures, comme réserves de matériel phytogénétique en cas de baisse de rendement des principales cultures, comme site de conservation pour les variétés spéciales ou préférées, et comme banc d’essai pour de nouvelles variétés ». Les jardins familiaux cultivés par les femmes au nord-est de la Thaïlande servent ainsi de sites d’expérimentation pour l’adaptation de variétés indigènes, dont près de la moitié ne sont pas domestiquées. Ninez (1984) fait le lien entre ces jardins de femmes et leur rôle historique de mère nourricière, signalant que lorsque les familles migrent, les femmes apportent souvent avec elles des semences de chez elles, participant ainsi à la dispersion de la diversité des cultures.

Les femmes et la sélection de semences

23La question du genre commence seulement à être reconnue comme variable importante parmi les universitaires établis travaillant sur les ressources génétiques des cultures (Bellon, 1996). Les chercheurs ont mis en garde contre l’exclusion des femmes des programmes de sélection des plantes (Due, 1988). Il en résulte que la sélection des semences est peut-être le domaine de recherche le plus étudié en genre et agrobiodiversité. La « sélection des semences » a lieu dans les champs ou au jardin parmi les plantes, ou bien à la maison parmi les grains et fruits cueillis, et parmi les graines séchées et séparées. La documentation portant sur la sélection de semences fut l’un des tout premiers domaines de recherche sur la diversité des cultures à reconnaître les cultures spécifiques des femmes et des hommes, ainsi que leurs préférences divergentes quant aux caractéristiques des végétaux. Les travaux pionniers de Boster (1985) sur les expériences perceptuelles distinctes du manioc d’Aguaruna dans le bassin amazonien du Brésil furent parmi les premiers à identifier les participants à son étude comme des agricultrices. Dans son étude, elle faisait remarquer que les femmes possèdent des « termes bien établis » pour désigner la couleur de la tige et du pétiole, la forme de la feuille, la couleur des jeunes feuillages, le modèle de ramification, et utilisent ceux-ci pour décrire et identifier les cultivars (ibid. : 317).

24Prain (1993 : 106) affirme que la « phytosélection au ralenti » des femmes est fondée sur une observation dans la durée permettant la sélection de nouvelles variétés primitives. Les critères féminins peuvent enrichir les programmes de sélection officiels (Iriarte et al., 2000). La phytosélection participative (PPB) a été proposée comme moyen de combiner les informations de phytosélection modernes et traditionnelles afin de créer des variétés qui répondent aux besoins particuliers de groupes d’agriculteurs, notamment les femmes (Sperling et al., 2000).

Les haricots

25L’une des études les plus communément citées sur la phytosélection participative et la sexospécificité est le rapport de Sperling (1992) sur les programmes participatifs de sélection de haricots au Rwanda. Les femmes spécialisées dans la culture du haricot furent invitées à participer au développement variétal à la ferme, et à l’identification de variétés, sur trois sites expérimentaux, dont elles jugeaient les caractéristiques bien adaptées à leurs conditions agronomiques et attentes culturelles. En réalité, l’expertise locale est si clairement le domaine des femmes que celles-ci préfèrent envoyer leurs filles participer aux projets plutôt que leurs maris (ibid. : 101). Lors d’essais à domicile, à trois niveaux d’altitude différents, visant à déterminer les attributs intéressants pour les différents microclimats, les femmes « ont identifié deux périodes déterminantes d’évaluation : lors de la floraison/ apparition de la cosse, et à maturité physiologique, la temporalité dépendant d’étapes clés de croissance ainsi que des utilisations faites des plantes par les participantes » (ibid. : 112). Il en ressort que le rendement et la maturité précoce étaient les éléments primordiaux, suivis du comportement dans « une diversité de situations » : parcelles en polyculture, sols plus pauvres, milieu très pluvieux (ibid.). Dans sa recherche sur les agriculteurs rwandais où les tâches de production de haricots étaient ventilées par sexe, Voss (1992) a également constaté que c’étaient les femmes qui sélectionnaient les semences 100 % du temps, et accomplissaient toutes les tâches de stockage des semences. En utilisant une approche participative à la sélection du niébé au Cameroun, Kitch et al. (1998) signalent que les femmes montrent plus d’intérêt que les hommes pour les caractéristiques qualitatives. Les femmes sont deux fois plus préoccupées que les hommes par l’appétence des feuilles, source traditionnelle de nourriture (ibid. : 482-483).

Le riz

26Sthapit et al. (1996 : 494) ont observé dans une étude sur la sélection participative du riz au Népal que « les agricultrices étaient particulièrement douées dans l’évaluation de caractéristiques après récolte, comme le rendement à la mouture, les qualités culinaires et nutritionnelles », alors que les hommes étaient plus aptes à évaluer les cultures sur pied pour « leur potentiel de rendement et les impératifs de gestion ». Les femmes évaluent le riz en fonction du pourcentage blanchi, du pourcentage de grains brisés, de la capacité de rétention d’eau et d’élongation, des qualités d’arôme, de séchage, de texture, de goût, enfin de la sensation de satiété. En effet, malgré son rendement élevé, une variété introduite fut rejetée en raison de l’odeur dégagée lors de la cuisson. Les femmes préfèrent le riz blanc aux variétés à péricarpe rouge en raison de l’économie de temps lors du broyage (ibid. : 488). Dans les communautés Mende, vivant parmi les rizières d’Afrique de l’Ouest, les femmes « prennent souvent soin de panacher le sanganya (introduire de l’O. glaberrima dans un champ cultivé de O. sativa) lors des récoltes » (Richards, 1996 : 221) étant donné que les glaberrimas sont plus difficiles à décortiquer. Une hybridation des deux types s’est produite et a été promue par les femmes lors d’un programme d’essai à la ferme, qui sélectionnait et cultivait les croisements spontanés (ibid. : 223). Lors de la sélection du riz à Bornéo, les femmes Dayak choisissent les plantes aux grains les mieux formés et de bonne taille, de bonne tenue quant à la maturité et la couleur de la balle et la glume, selon la longueur de poil et/ou la forme de l’épillet, et au goût du grain cru (Setyawati, 1997 : 85). Elles maintiennent une grande diversité de variétés afin de garantir une base génétique substantielle dans laquelle puiser d’une année sur l’autre.

Le millet perlé

27Les travaux de Christinck (2002) au Rajasthan, en Inde, qui examinent le point de vue des agriculteurs sur les variétés de millet perlé, leur qualité, leur gestion, et les réseaux de semences traditionnels, adoptent une approche attentive à la dimension de genre (com. pers. Christinck, 2003). Christinck a trouvé que les femmes utilisaient les races primitives et les variétés améliorées dans leurs stratégies d’amélioration afin de créer leurs propres variétés uniques.

Les pommes de terre

28Tapia et de la Torre (1997) dans leur étude sur les femmes agricultrices andines et les semences, relient la participation traditionnelle des femmes andines à la sélection de semences à leur rôle actuel de conservatrices, de facto, de ressources phytogénétiques. Cette étude prend l’exemple d’une seule agricultrice qui peut cultiver jusqu’à 32 variétés de pommes de terre (8 d’origine commerciale et 24 sélectionnées par elle-même).

29Certaines aînées des communautés andines quechua continuent de sélectionner de nouvelles variétés de pommes de terre à l’aide des semences, plutôt que par propagation végétative, ce qui leur procure une meilleure maîtrise de la sélection des caractéristiques désirées. « Les femmes cueillent les fruits et les stockent dans de gros plats en céramique en dehors de la maison, où ils resteront jusqu’au printemps suivant » pour être ensuite plantés pour la production de semences (Quiroz, 1994). Zimmerer (1996 : 199) signale qu’au Pérou, la sagesse populaire veut que les agriculteurs ne sélectionnent méticuleusement les pommes de terre de race primitive que pour les champs, certains producteurs sélectionnant « en mélange, plutôt que de les sélectionner spécifiquement comme variantes seules ».

Le maïs

30Dans une étude participative sur la sélection du maïs par les femmes du village de Wenteng en Chine du Sud-Ouest, Song et Jiggins (2003) ont découvert que lors de la sélection des semences, les femmes choisissaient les plantes les plus vigoureuses du milieu du champ, les épis les plus gros avec le plus de grains, puis sélectionnaient les grandes spathes du centre de l’épi présentant la meilleure taille, forme et couleur. Elles utilisaient des techniques de sélection pour acclimater les variétés améliorées aux conditions agroécologiques locales, dispersant ces variétés adaptées par le biais d’échanges sociaux et familiaux. Une comparaison des critères de sélection a révélé que les femmes, plus que les hommes, identifiaient la résistance à la verse, la conservation autonome des semences, la couleur des grains, les qualités de cuisson, les faibles taux de fertilisation, et le temps de maturation. Song et Jiggins déclarent que « deux systèmes de semences parallèles étaient en place : un soutenu par le secteur formel de la sélection végétale, et l’autre entretenu par ces simples agricultrices elles-mêmes » (ibid. : 644).

31Defoer et al. (1997) ont étudié le genre et la sélection variétale des variétés de maïs locales et améliorées dans deux zones du sud du Mali. Ils ont conclu que les qualités de transformation prévalaient pour les femmes sur le rendement. Ces femmes utilisent huit méthodes de transformation différentes et sont intéressées par les variétés faciles à décortiquer, la tolérance à l’humidification, les qualités de cuisson, la facilité de broyage, et les faibles taux de brisures du grain. De plus, les femmes sont plus préoccupées que les hommes par les caractéristiques organoleptiques et la qualité de stockage. Les femmes, dans les deux zones, préfèrent les variétés locales (VL) sur les variétés améliorées. « Le fait que ces variétés étaient encore cultivées malgré leur plus faible potentiel de rendement comparé aux vieilles variétés améliorées [OIV] montre que celles-ci ont probablement influencé la décision du chef de foyer concernant le choix de variétés à cultiver » (ibid. : 74).

32L’étude de Mulatu et Zelleke (2002) portant sur les critères de sélection des agriculteurs pour le maïs des montagnes, en Éthiopie de l’Est, montre des préférences de genre distinctes pour différentes caractéristiques des plantes et semences. En tant que culture de subsistance familiale, le maïs est préféré par les femmes plutôt que le sorgho, considéré comme une culture d’homme. Lors des essais sur le terrain pour les cultivars de maïs de variété améliorée, il fut demandé aux femmes d’évaluer chaque variété au stade de pâte molle (associé à la consommation de maïs vert), à celui de la maturité physiologique, ou plus tard dans l’année, lors de la transformation des grains séchés en farine. Les essais sur le terrain furent menés dans trois villages différents, et dans chacun, les femmes devaient évaluer la vitesse de maturation, la résistance aux dégâts causés par les charançons, la quantité de farine utilisable, et le parfum du maïs vert, autant de caractéristiques importantes pour la sélection variétale. Le principal critère était la quantité de farine, ou le rapport entre péricarpe et endosperme. Dans l’ensemble, les femmes sélectionnaient les variétés qui réunissaient une maturation tardive, des graines de type cristallin, un maïs vert goûteux, des spathes bien enveloppées, et de grandes quantités de farine de qualité. En effet, les femmes ont choisi certaines variétés rejetées par les hommes (ibid.). Une enquête menée dans quatre villages du centre du Mexique (Chambers et Momsen, 2007) a montré que les variétés de maïs préférées par les femmes étaient les plus résistantes aux extrêmes du climat local, les plus nutritives et permettant de fabriquer les meilleures tortillas. Les agriculteurs cependant, connaissaient moins de variétés que les femmes et n’étaient généralement intéressés que par le maïs hybride cultivé à des fins commerciales.

Le sorgho

33L’étude de Van Oosterhout (1993) portant sur les agriculteurs du Zimbabwe révélait que les femmes cultivaient entre huit et treize variétés uniques de sorgho, utilisant des critères gastronomiques, de maturation précoce et agronomiques lors de la sélection des semences. Selon ces femmes, « la facilité de vannage, de transformation et de broyage, les qualités gustatives pour la bière et le sadza (une denrée de base traditionnelle), la couleur des préparations alimentaires, le temps de cuisson requis, les qualités de conservation du grain cuit, la texture de l’endosperme, des utilisations culinaires multiples, et les qualités de stockage » étaient parmi les critères utilisés pour déterminer les variétés à cultiver (ibid. : 90).

34Berg (1993) signale sa découverte des rôles sexospécifiques dans la sélection traditionnelle de semences pour le sorgho au Soudan du Sud par pur accident. Après avoir prélevé des semences du champ avant même la sélection effectuée, les chercheurs se sont attiré les foudres de la mère de famille (ibid. : 75). L’auteur poursuit en indiquant que les femmes connaissent les meilleures plantes à choisir compte tenu de leur implication depuis l’enfance dans la sélection des semences (ibid.). Tsegaye (1997 : 223), dans une étude sur l’importance de l’agrobiodiversité dans le soutien à l’agriculture éthiopienne, a observé que les femmes rurales distinguaient les variétés de sorgho par « couleur, taille, goût du grain, qualité de cuisson, souplesse ou dureté pour le meulage, durée de vie de stockage et qualité nutritionnelle » pour choisir les semences de la récolte de l’année suivante.

Le blé

35Worede et Mekbib (1993) confirment le rôle important des femmes éthiopiennes dans la sélection des semences de blé. Les femmes sélectionnent en fonction des caractéristiques souhaitées pour leurs recettes traditionnelles. De ce fait, « le rôle des femmes dans la sélection des semences est central à la production agricole, comme à la conservation et à l’amélioration des ressources génétiques (ibid. : 80). Ils ont découvert que les femmes cultivent différentes variétés de blé, certaines pour le pain et d’autres pour les pâtes, les gâteaux, le porridge et les boissons alcoolisées. Elles utilisent le T. turgidum conv. Dioccon pour préparer la soupe pour les femmes enceintes et les mères en sevrage (ibid.).

Les femmes et la transformation des semences

36La transformation des semences nécessite le séchage, la séparation, le nettoyage et le calibrage des semences. Chacune de ces tâches à leur tour comporte plusieurs étapes. Le séchage se fait souvent plusieurs fois au cours de la transformation : juste après la récolte, après la séparation, et encore avant le stockage. La séparation prend différentes formes, le broyage à la main/au pied, avec du bétail, ou la machine et le batteur. La « séparation » est définie comme le procédé consistant à retirer la semence de la balle végétative et reproductive (tiges, panicules, enrobage des semences, etc.). Le nettoyage implique le vannage soit par déversement, soit avec une vanneuse, et le tamisage. Le calibrage peut être effectué manuellement ou à l’aide de paniers ou d’écrans de tailles différentes.

37Une ONG travaillant avec les femmes rurales en Inde a découvert qu’il existait parmi les femmes locales un très grand intérêt pour la restauration des races primitives (Satheesh, 2000). Selon elles, les VL leur apportaient les qualités suivantes : adaptation au sol et à la pluviométrie locaux, valeur marchande, adaptation à l’agriculture mixte, fourrage, chaume, fibre, aliments pour plats de fêtes, entreposage, médecine, protection contre les parasites, carburant, et régénération renforcée du sol (ibid. : 183). Dans cette optique, les femmes sont partie prenante de la conservation de l’agrobiodiversité à travers leur culture de variétés rares et uniques. D’autres chercheurs suggèrent que des modifications dans la répartition du travail, qui augmentent généralement la charge de travail des femmes, pourraient engendrer un appauvrissement de la diversité des cultures au fur et à mesure que les femmes optent pour des cultures qui demandent moins de travail (Cromwell et van Oosterhout, 1999).

38Zimmerer (1996) signale qu’une femme agricultrice dans les Andes péruviennes conserve 25 variétés primitives différentes de pommes de terre farineuses. Il déclare que « les agricultrices quechua du Puacartambo détenaient l’essentiel des savoirs en matière de qualité des semences » au sein de la communauté (ibid. : 109). Ces agricultrices sont particulièrement diligentes et constantes dans leur allocation annuelle d’une partie de leur récolte à l’ensemencement. Responsables de la sélection des semences, ces femmes jouent aussi un rôle important dans le « choix de la diversité » (ibid. : 189). L’augmentation de la migration masculine vers des travaux à l’extérieur et leur plus grande tendance à planter des cultures commerciales signifient que « les agricultrices deviennent les véritables conservatrices de la biodiversité » (ibid. : 231).

Les femmes et le stockage des semences

39Tout comme la sélection et la transformation de semences, le stockage des semences est une tâche comportant différentes étapes. Avant même le stockage des semences, il convient de nettoyer et de sécher les zones de stockage et les containers. Des conservateurs sont parfois ajoutés aux containers, nécessitant de la dextérité pour réunir, transformer et ajouter les ingrédients végétaux ou chimiques. Les containers doivent être fermés hermétiquement et protégés de l’humidité, des insectes, des rongeurs, et des maladies. Les semences sont fréquemment retransformées à mi-parcours du cycle annuel ou pendant les saisons sèches. Les variétés de semences doivent être conservées séparément et les agriculteurs doivent pouvoir identifier les variétés conservées dans chaque container.

40Au Ghana, les femmes utilisent des techniques de stockage différentes, notamment la conservation des semences sur les parcelles, le recouvrement par des cendres, et l’accrochage de fruits et d’épis de maïs secs au-dessus du feu pour améliorer la viabilité (Bennet-Lartey et Akromah, 1996). Tsegaye (1997) note que les femmes éthiopiennes utilisent des fosses souterraines, des silos à grain traditionnels, et des pots ou gourdes en argile pour le stockage des semences. Zimmerer (1996 : 208) observe que les femmes mettent en garde les hommes pour qu’ils « se tiennent à distance des zones de stockage », leur interdisant de retirer les épis à des fins de consommation ou de plantation. Leurs pratiques de stockage minutieuses sont essentielles au maintien de la diversité des variétés primitives. En Éthiopie, Worede et Mekbib (1993) recommandent la promotion des petites unités de stockage utilisées par les femmes éthiopiennes pour les sélections de semences spéciales comme moyen de conserver la diversité génétique des variétés primitives à la ferme. Des cérémonies spirituelles ou religieuses accompagnent certaines pratiques de stockage. Dans les zones Hindu d’Inde méridionale, Ramprasad (1999) signale que les femmes s’adonnent à des rituels avant le stockage des semences espérant favoriser leur viabilité.

Les femmes et l’échange de semences

41« L’échange de semences » signifie le partage et l’échange des semences mais aussi la diffusion d’informations culturelles et agroécologiques les concernant. L’échange a lieu de façon formelle ou informelle, entre parents, amis, voisins, ou inconnus. Il peut avoir lieu localement dans un voisinage ou un village, ou entre villages et entre plusieurs régions. « Les systèmes d’échange de semences informels appartiennent souvent à la sphère féminine, et comportent des mécanismes tels que la dot, le don, les obligations de parenté, mais aussi les transactions marchandes et les opérations de troc » (Howard-Borjas, 2001 : 20).

42Parmi les Dayak de Bornéo, Setyawati (1997) a trouvé que les agricultrices cultivaient 35 variétés locales distinctes de riz. Malgré le caractère isolé du site de recherche d’Apua Ping, les femmes des 42 foyers enquêtés prenaient part à la diffusion du riz par le biais de réseaux de parenté. Parmi les 202 sources de dispersion identifiées, 59,9 % se faisaient par les liens du mariage. Les femmes apportent souvent de nouvelles variétés « d’un foyer à l’autre lors de leur mariage, et apportent de nouvelles semences de riz à planter dans les nouveaux champs de leur foyer » (ibid. : 80). Le voisinage représente une autre source importante au sein du village, représentant 33,7 % des réponses. L’échange a également lieu dans les groupes de travail collectif.

43En Sierra Leone, Longley (2000) signale que les jeunes femmes apportent les semences de leurs villages natals lors de leur mariage, facilitant ainsi la distribution de semences. Shrestha (1998 : 146), dans une analyse des systèmes traditionnels d’approvisionnement en semences indique que les femmes népalaises jouent un rôle central dans les réseaux d’échange de semences en échangeant avec amis, voisins et parents, et en « apportant des semences de différentes cultures et variétés de chez leurs parents comme présent pour la belle-famille ». Dans « les communautés tibéto-birmanes, comme les Gurung et les Magar, la tradition requiert l’offrande de nouvelles semences lors de la visite de parents, participant ainsi au transfert de semences d’un village à un autre » (ibid.).

44Le rapport de Dey (1985 : 440) rédigé d’après ses visites effectuées en lien avec les projets de développement de riz en Gambie, en Côte d’Ivoire, en République de Haute-Volta, au Sénégal, en Mauritanie, au Zanzibar et à Madagascar, déclare que les femmes « possèdent des réseaux extensifs et efficaces pour la dissémination d’information et l’échange d’échantillons de nouvelles semences à tester ». Les femmes apportent souvent des semences de leur village natal vers les communautés où elles se marient. Le commerce entre la Gambie et le Burkina Faso a donné lieu à la culture et à l’échange de variétés transnationales.

45Dans une étude sur la production de pommes de terre au Pérou, les femmes distribuaient des semences de pomme de terre comme présents aux jeunes mariés (Orjeda, repris dans Quiroz, 1994). Tapia et Rosas (1993) examinent l’importance des foires aux semences dans les Andes, dans le cadre de l’échange et de la conservation de la diversité génétique. Ils déclarent que « dans plusieurs lieux, les femmes ont été désignées responsables de la sélection des semences, puisqu’elles savent comment cultiver différentes variétés et les utiliser pour la préparation alimentaire, et elles entretiennent le matériel pour la conservation des semences » (ibid. : 117). Le rôle des femmes comme sélectrices de semences peut donc aussi influencer leur participation aux mécanismes d’échange des semences.

Les femmes et les VHR

46La majorité des recherches sur les femmes et la production de VHR (variété à haut rendement) se sont intéressées aux effets des nouvelles technologies sur le travail des femmes au niveau de la transformation après-récolte (Agarwal, 1985 ; Begum, 1985 ; IRRI, 1988). D’autres études se penchent sur la sélection des cultures pour les VHR, examinant les différences entre les critères des scientifiques et ceux des femmes. Par exemple, les femmes du Bangladesh attribuent plusieurs fonctions au riz. Le grain est bouilli, cuit à la vapeur en riz soufflé, roulé en flocons et moulu en farine pour les gâteaux de riz. De plus, la paille est utilisée pour le fourrage, le carburant, le chaume des toitures, et les matériaux artisanaux. Les balles sont utilisées comme combustible, pour le fourrage et les engrais. Cependant, le riz provenant de VHR est essentiellement cultivé pour le rendement en grains, la réceptivité aux engrais, et la résistance à la verse. La courte croissance des VHR crée un ratio grain/paille de 0,45 : 0,55 ; les VL (variété locale) ont généralement un ratio de 0,30 : 0,70 (Khush, 1985). Par conséquent, si les VHR produisent plus de grains, elles limitent la quantité de paille produite, ce qui a des conséquences sur la production de carburant, de fourrage et de matériaux de construction.

47Peu d’études évaluent l’impact des VHR et des semences hybrides sur la participation des femmes dans la gestion des semences. L’impact du maïs hybride sur une femme du Zimbawe illustre la manière dont la nouvelle technologie en matière de semences peut altérer les rapports qu’entretiennent les femmes avec la conservation des semences. « Le fait qu’aujourd’hui j’utilise une semence hybride signifie que je ne peux pas la réutiliser, [et] je dois revenir vers celui qui contrôle la semence » (Sithembiso, 1991 : 13). Il en résulte que les femmes sont moins enclines à planter du maïs hybride que les hommes, et les agriculteurs continuent de cultiver du maïs de VL pour leur consommation personnelle alors qu’ils/elles vendent du maïs hybride comme culture commerciale (Kumar, 1994). La dissémination accrue des semences hybrides implique le besoin d’orienter les recherches sur les changements qui auront lieu au niveau du travail des femmes dans la sélection, la transformation et le stockage des semences.

Les femmes et les semences au Bangladesh

Contexte

48La recherche dans une perspective de genre au Bangladesh a accordé, de façon inattendue, beaucoup d’attention aux femmes et aux semences comparée à la plupart des études menées dans d’autres pays. Cela résulte sans doute de l’effet conjugué de normes sociales qui confinent une grande partie du travail féminin au foyer et du volume de recherches portant sur leur travail familial. De nombreux auteurs concluent que les idéologies culturelles et religieuses sur l’isolement des femmes, ou purdah, ont ajouté à « l’invisibilité » du travail productif des femmes au Bangladesh, encourageant les chercheurs à examiner le travail agricole et domestique de façon plus détaillée. Il est possible que ces circonstances uniques aient contribué à l’attention accordée à la gestion des semences.

  • 3 Bari signifie maison ou foyer en bengali.

49« Les femmes rurales du Bangladesh sont responsables de… 100 % de la transformation des aliments » (Mahtab, 1989 : 226). Appelée « activité à base de bari »3, la gestion des semences a été reconnue grâce au temps considérable que les femmes allouent aux activités après récolte. Le travail des femmes dans la transformation après récolte est important pour leur implication dans le domaine des semences puisque transformer les grains pour la consommation comme pour la conservation sont deux gestes intimement liés. Toutes deux ont lieu immédiatement après la récolte et nécessitent des compétences similaires. Howard-Borjas (2003) explique ce phénomène global : « ces tâches sont la plupart du temps indivisibles : la même personne sélectionne, sépare, transforme et stocke simultanément les produits végétaux pour la récolte suivante, pour la consommation personnelle et pour la vente ».

50L’étude de Safilios-Rothschild et Mahmud (1989) fut l’un des premiers projets de recherche à souligner la gestion des semences dans le travail agricole des femmes au Bangladesh. Ils signalent que le stockage des semences et leur préservation pour les grandes cultures sont effectués soit exclusivement par les femmes, soit par les hommes et les femmes conjointement. En outre, sauf dans les grandes exploitations familiales, les femmes s’occupent en grande partie de la conservation des semences pour le jardin potager. Dans une étude novatrice de femmes bangladaises dans 12 villages ruraux du district de Comilla, Abdullah et Zeidenstein (1982 : 69) déclarent que les femmes étaient « responsables de la préparation, du stockage, et de la germination des semences [de riz] ». Les auteurs ont découvert que la prise de décision des femmes au niveau de la gestion des semences était décisive pour le maintien des stocks de semences, en particulier en ce qui concerne l’attention portée à la transformation et au battage, ainsi qu’à la préparation des containers de stockage (ibid. : 30). Huq (1979) décrit de façon détaillée les huit phases de la transformation du grain de riz : broyage, battage, étuvage, séchage, décorticage, vannage, tamisage et stockage, en soulignant la nécessité de stocker et de transformer les semences destinées au grain séparément. En plus de leur gestion des semences pour les grandes cultures, les femmes sont également responsables de la sélection, de la transformation et du stockage des semences pour leurs jardins potagers. Scott et Carr (1985 : 18) notent que « comme pour le riz, les femmes sont responsables de la sélection et du stockage des semences pour la plupart des cultures [végétales] ». En outre, les arbres fruitiers du potager sont également entretenus par les femmes. Elles préfèrent les variétés indigènes, comme le jacquier, le cocotier et le manguier, et leur participation dans la sélection de semis est essentielle à la survie de nouvelles plantations d’arbres (Hocking et al., 1996).

51Une étude de Shah et Nuri (2000) quantifie la participation des femmes au stockage de semences végétales par tâches exécutées et nombre de semences stockées. Les résultats ayant trait aux semences végétales stockées, aux méthodes locales de stockage, aux essais de germination, et à la participation relative au stockage de semences mesurée en termes de fréquence étaient stratifiés par groupe économique et démontrent une implication considérable des femmes malgré des variations de classe. Il en ressort que les femmes participaient à la conservation de tout un ensemble de légumes feuillus, de haricots de gourdes, dans des bouteilles, des sacs plastiques, et dans des cosses de fruits secs, et que cette semence stockée à la ferme est la principale source de semence pour la production familiale de végétaux.

52Wilson (2003) a découvert que les jardins potagers des femmes étaient plus petits et situés à l’intérieur de la maisonnée, là où les femmes pouvaient pratiquer le purdah. Wilson a montré que les femmes ont tendance à favoriser une grande diversité de cultures traditionnelles. Les hommes, en revanche, en cultivent moins dans l’ensemble et préfèrent les variétés introduites. Les femmes préfèrent les variétés indigènes pour leur qualité en termes de temps de cuisson et de vitamines fournies. Wilson conclut que « les jardins potagers des femmes contribuent à l’entretien de la diversité phytogénétique et perpétuent l’identité culturelle » (ibid.).

L’étude menée en 2001

53Il existe un lien logique entre la transformation après récolte et la gestion des semences effectuées par les femmes. Cependant, peu d’études ont été menées sur le rapport entre le travail des femmes dans la transformation après récolte, la gestion des semences, et l’agrobiodiversité. Notre étude de 2001 centrée sur deux villages ruraux du district de Tangail, au Bangladesh, prend en compte les différents facteurs en jeu dans la gestion des semences et l’agrobiodiversité, en lien avec le rôle des femmes rurales (Oakley, 2004 ; Oakley et Momsen, 2005 ; 2007). La recherche visait une vue d’ensemble afin d’évaluer la relation entre femmes et agrobiodiversité, en rendant compte de leurs activités dans la prise de décision, la sélection, la transformation, le stockage et l’échange des semences par le biais d’une comparaison entre les grandes cultures et les jardins potagers individuels et les facteurs affectant le choix des variétés cultivées.

54Les villages de Bishnapur et de Baushite ont fait l’objet d’un ensemble de 75 enquêtes aléatoires menées auprès de femmes chefs de foyer, de 11 entretiens approfondis, et de quatre groupes de réflexion répartis par sexe. La conservation des semences était un élément omniprésent parmi les interviewés. La grande majorité des graines semées sont conservées à la ferme par les femmes. La majorité des interviewés des deux villages conservaient l’intégralité des semences utilisées, et la majorité était destinée à la consommation familiale. Les semences provenaient initialement des marchés locaux, d’héritages, et de réseaux d’échange entre parents ou voisins.

55L’autorité de prise de décision au niveau du foyer sur les types de cultures et les graines utilisées était partagée entre les champs et le jardin potager. Les résultats de l’enquête montrent qu’en ce qui concerne les grandes cultures, ce sont généralement les hommes qui prennent les décisions liées aux choix de culture et de variétés, même si les femmes sont impliquées dans un tiers des cas. En ce qui concerne les jardins potagers, la prise de décision et l’exécution des tâches incombent uniquement aux femmes. Les hommes prennent part à la sélection des zones agricoles où les cultures seront préservées, alors que les femmes sont exclusivement responsables de la transformation, du stockage et de l’échange de ces semences qu’elles effectuent dans leur foyer. La conservation des semences est considérée par les hommes et les femmes comme le « travail des femmes ».

56Les personnes interrogées ne présentaient aucune aversion pour la technologie, et avaient en réalité très vite adopté de nouvelles technologies de semences. 94 % de tous les répondants cultivaient une variété ou plus de riz amélioré, mais très peu étaient utilisées pour les potagers. Presque l’intégralité des cultures au potager étaient des VL, tout comme les autres grandes cultures (légumineuses, graines oléagineuses, et petites graines). Plus des deux tiers des répondants, ou plus, cultivaient une variété de riz locale (Oakley et Momsen, 2005).

57Les femmes décrivaient des méthodes complexes et sophistiquées pour la sélection, la transformation et le stockage de semences (Oakley et Momsen, 2007). Ce sont essentiellement leurs mères et belles-mères qui leur enseignaient la conservation des semences, et la plupart disaient reproduire le même schéma avec leurs filles ou belles-filles. Peu de femmes prenaient part à des organisations formelles de conservation des semences, se reposant plutôt sur les réseaux d’échange informels.

Interprétation des résultats

58Les répondants des deux villages ont déclaré que le riz de VL avait meilleur goût que le riz de variété améliorée ; cependant, le rendement était, dans les deux villages, le facteur déterminant la décision de cultiver du riz de variété améliorée. Aucun des villages ne dispose d’espace pour développer sa zone cultivée, ce qui explique que le riz de variété améliorée soit le seul moyen d’augmenter les rendements. Le goût était la principale raison pour la conservation du riz de variété améliorée ; les femmes préfèrent de loin les saveurs du riz de VL. L’importance des utilisations culinaires et du goût dans les critères de préférence des femmes a également été remarquée dans d’autres études menées dans d’autres pays, en particulier en relation avec les VL (Defoer et al., 1997 ; Mulatu et Zelleke, 2002 ; Smale et al., 1999 : 21 ; Song et Jiggins, 2003 ; Tsegaye, 1997 ; Chambers et Momsen, 2007). Le rôle des femmes en tant que préparatrices de nourriture influence indéniablement l’utilisation continue du riz de VL dans les deux villages. Celles-ci préfèrent le riz de VL qu’elles utilisent dans certains plats et pour les fêtes, ce qui a également été observé dans d’autres études (BRRI, 1999 : 33 ; Mustafi et al., 2001 : 198).

59Les jardins potagers sont l’unique responsabilité des femmes dans les deux villages. L’autorité des femmes dans le choix des cultures et des variétés à exploiter est extrêmement importante pour la conservation de l’agrobiodiversité, en particulier puisque les femmes utilisent et préfèrent sans conteste les VL pour la production de fruits et de légumes. Le goût était de loin la raison qui primait, expliquant les cultures de VL dans les potagers. Les VL étaient aussi cultivées pour leur adaptabilité au sol local et leur résistance aux inondations, pour leurs multiples usages culinaires, leur valeur nutritionnelle, mais aussi pour leur bon rendement et longue saison cultivable. Les graines apportées par les mariages, et le partage de graines entre communautés, augmentent la diversité (Oakley, 2004). Les femmes dépendent bien davantage des réseaux de semences pour les potagers que pour le riz et d’autres grandes cultures, comme le font remarquer d’autres chercheurs (Hannan, 1988 : 43).

60Les femmes effectuent toutes les activités de préparation et de gestion pour les potagers. Les seules exceptions impliquant la participation des hommes sont les vastes potagers situés en dehors du domaine familial, comme constaté dans de précédentes recherches (Wilson, 2003). Les femmes sont responsables de toutes les tâches de gestion des semences dans les potagers familiaux, y compris la sélection, la transformation, le stockage et l’échange. L’implication des femmes dans le stockage des graines pour les potagers au Bangladesh est confirmée par plusieurs études (Bard, 1988 ; Karim, 1996 ; Shah et al., 1994 ; Shah et Nuri, 2000). Les femmes sont les principaux, sinon exclusifs, membres de la famille à se charger du séchage et du nettoyage des semences pour les potagers.

61La sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences faits à la ferme pour les grandes cultures faisaient presque toujours partie des tâches affectées aux femmes dans les deux villages. Le rôle important des femmes dans la gestion des semences de grandes cultures est confirmé par d’autres chercheurs au Bangladesh (Hannan, 1988 : 40 ; Safilios-Rothschild et Mahmud, 1989 : 10). Là où les femmes participent moins à la production agricole, leur travail dans la sélection des semences avait été considéré comme négligeable auparavant ; les chercheurs prennent conscience cependant que leur contribution est bien plus conséquente que l’on imaginait (Rice et al., 1998). La majorité des femmes de chaque village participaient à la sélection de riz et d’autres grandes cultures à destination des champs ou des terres familiales, de façon individuelle ou avec des hommes de la famille.

62Les femmes étaient en charge de la gestion des semences, car ces activités sont considérées comme une extension de leurs tâches domestiques. Les femmes de cette étude décrivaient une science complexe de techniques utilisées pour gérer les semences de riz et de potagers. La transformation et le stockage de semences sont des activités particulièrement importantes qui demandent beaucoup de temps et de compétence. Les méthodes locales de vérification du taux d’humidité des semences ont été documentées dans d’autres études régionales (Bandyopadhyay et Saha, 1998 ; Hannan, 1988 : 40).

63Les femmes rurales bangladaises entretiennent des « banques » de semences familiales qui stockent et préservent des variétés de cultures uniques. Il existe deux systèmes de semences qui opèrent de façon simultanée au Bangladesh : l’un est promu par les sélectionneurs commerciaux, l’autre entretenu par les femmes en tant que conservatrices et responsables des semences (Song et Jiggins, 2003).

64Les résultats des entretiens indiquent que les femmes utilisent pléthore de techniques de préservation du stockage. Certaines femmes utilisent du sable ou des cendres comme conservateurs traditionnels de stockage des semences. Ces techniques ont également été enregistrées en Inde (Sethi et Malaviya, 2000). Les femmes emploient différentes technologies autochtones de conservation, notamment le séchage au soleil de semences destinées à la transformation et le stockage de semences dans des containers pour les protéger des rongeurs, des pratiques confirmées par une recherche préalable menée au Bangladesh (Kashem et Islam, 1999 : 33-55).

Conclusion

65La division sexuée du travail a donné lieu à des relations distinctes aux semences et cultures entre les hommes et les femmes. Le rôle particulier des femmes et leurs interactions à l’égard de la diversité des cultures représentent les processus agrosociaux d’entretien et de conservation des semences. Longtemps noyées dans des études plus larges, les références à la participation des femmes dans la sélection, la transformation, le stockage et l’échange de semences deviennent de plus en plus détaillées et inspirent des travaux universitaires centrés sur la sexospécificité et l’agrobiodiversité. Les institutions internationales ont participé à la promotion de cadres d’analyse du genre et de la conservation des ressources génétiques des cultures. La documentation liée à la gestion des semences par les femmes au Bangladesh est particulièrement riche et offre une opportunité d’explorer de façon plus approfondie le rôle assumé par les femmes en lien avec la conservation de l’agrobiodiversité.

Bibliographie

Bibliographie

Abdullah T., Zeidenstein S., 1982 – Village Women in Bangladesh: Prospects for Change. Oxford, Pergamon for ILO.

Abramovitz J. N. 1994 – «Biodiversity and Gender Issues: Recognizing Common Ground». In Harcourt W. (ed.): Feminist Perspectives on Sustainable Development, London, Zed Books: 198-212.

Acharya M., Bennett L., 1982 – «Women in the Subsistence Sector-Economic Participation and Household Decision-making in Nepal». World Bank Staff Working Papers Number 256, Washington, D.C., World Bank.

Adesina A. A., 1992 – «Village-level Studies and Sorghum Technology Development in West Africa: Case Study in Mali». In Moock J., Rhoades R. (eds): Diversity, Farmer Knowledge, and Sustainability, Ithaca, Cornell University Press: 147-168.

Agarwal B., 1985 – «Rural Women and High Yielding Variety Rice Technology in India». In IRRI (ed.): Women in Rice Farming, England, Gower Publication: 307-336.

Ashby J. A., 1994 – «Evaluation of Bean Varieties by Men and Women in Small Farm Systems». In Feldstein H. S., Jiggins J. (eds): Tools for the Field: Methodologies Handbook for Gender Analysis in Agriculture, West Hartford, Kumarian Press: 138-142.

Bandyopadhyay A. K., Saha G. S., 1998 – Indigenous Methods of Selection and Preservation on the Andaman Islands in India. Indigenous Knowledge and Development Monitor, 6 (1).

Bard (Académie du Bangladesh pour le développement rural), 1988 – Women’s Contribution to Homestead Agricultural Production Systems in Bangladesh. Comilla, Associate Printers, multigr.

Begum S., 1985 – «Women and Technology: Rice Processing in Bangladesh». In IRRI (ed.): Women in Rice Farming, England, Grower Publication: 221-242.

Bellon M., 1996 – The Dynamics of Crop Intraspecific Diversity: A Conceptual Framework at the Farmer Level. Economic Botany, 50 (1): 26-39.

Bennet-Lartey S. O., Akromah R., 1996 – The Role of Women in Plant Genetic Resources Activities in Ghana. Plant Genetic Resources Newsletter, 106, IPGRI et FAO.

Berg T., 1993 – «The Science of Plant Breeding Support or alternative to traditional practices?». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 72-77.

Bledsoe C. H., 1980 –Women and Marriage in Kpelle Society. Stanford, Stanford University Press.

Boster J. S., 1985 – Selection for Perceptual Distinctiveness: Evidence from Aguaruna Cultivars of Manihot esculenta. Economic Botany, 9 (3): 310-325.

BRRI (Institut International de recherche sur le riz), 1999 – BRRI Annual Report for January 1998 to June 1999. BRRI, Gazipur, multigr.

Bunning S., Hill C., 1996 – Farmers’ rights in the conservation and use of plant genetic resources: a gender perspective. Rome, FAO, multigr.

Burling R., 1963 – Rengsanggri: Family and Kinship in a Garo Village. Philadelphia, University of Philadelphia Press.

Carney J., 2001 – Black Rice: The African origins of rice cultivation in the Americas. Cambridge, Harvard University Press.

Chambers K., Momsen J. H., 2007 – From the Kitchen and the Field: gender and maize diversity in Mexico. Singapore Journal of Tropical Geography, 28: 39-56.

Christinck A., 2002 – This Seed Is Like Ourselves: A case study from Rajasthan, India on the social aspects of biodiversity and farmer’s management of pearl millet seed. Weikersheim, Margraf Publishers.

Christinck A., 2003 – Communication personnelle, multigr.

CRDI (Centre de recherche pour le développement international), 1998 – Gender and Biodiversity Research Guidelines, www.idrc.ca/biodiversity/tools/gender_e.cfm. Consulté 20 novembre 2002.

Cromwell E., van Oosterhout S., 1999 – «On-farm Conservation of Crop Diversity: Policy and institutional lessons from Zimbabwe». In Brush S. B. (ed.): Genes in the Field: On-farm Conservation of Crop Diversity, Boca Raton, IPGRI, IDRC, et Lewis Publishers: 217-238.

Defoer T., Kamara A., de Groote H., 1997 – Gender and Variety Selections: farmers’ assessment of local maize varieties in Southern Mali. African Crop Science Journal, 5 (1): 65-76.

Dey J., 1985 – «Women in African Rice Farming Systems». In IRRI (ed.): Women in Rice Farming, Angleterre, Grower Publication: 419-444.

Dorp M. van, Rulkens T., 1993 – «Farmer Crop-selection Criteria and Genebank Collections in Indonesia». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 119-127.

Due J. M., 1988 – «Intra-Household Gender Issues in Farming Systems in Tanzania, Zambia, and Malawi». In Poats S. V., Schmink M., Spring A. (eds): Gender Issues in Farming Systems Research and Extension, Boulder, Westview Press.

FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), 1998 – State of the World’s Plant Genetic Resources for Food and Agriculture. Rome, FAO, multigr.

FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), Website: www.fao.org/Gender/en/agrib1-e.htm, Consultation 28 novembre 2001.

Fernandez M., Shrestha P., Eyzaguirre P., 2000 – «Integrating Gender Analysis for Participatory Genetic Resource Management: technical relevance, equity, and impact». In Friis-Hansen E., Sthapit B. (eds): Participatory Approaches to the Conservation and Use of Plant Genetic Resource, Rome, IPGRI: 44-52.

Fowler C., Mooney P., 1990 – Shattering: Food, Politics, and the Loss of Genetic Diversity. Tucson, University of Arizona Press.

Friis-Hansen E., Sthapit B. (eds), 2000 – Participatory Approaches to the Conservation and Use of Plant Genetic Resource. Rome, IPGRI.

Gay J., Cole M., 1967 – The New Mathematics and an Old Culture: A study of learning among the Kpelle of Liberia. New York, Holt, Rinehart and Winston.

Hannan F. H., 1988 – Resources Untapped: An Exploration into Women’s Role in Homestead Agricultural Production System. Dhaka, BARD.

Hocking D., Hocking A., Islam K., 1996 – Trees on Farms in Bangladesh. 3. Farmer’s species preferences for homestead trees, survival of tree planting, and main causes of death. Agroforestry Systems, 33: 231-247.

Howard-Borjas P. L., 2001 – «Women In the Plant World: the significance of women and gender bias for botany and for biological diversity». Wageningen Universiteit, discours d’ouverture.

Howard-Borjas P. L. (ed.), 2003 – Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation. New York and London, Zed and St. Martin’s Press.

Huq J., 1979 – «Women in Economic Sphere: Rural». In Women for Women (ed.): The Situation of Women in Bangladesh, Dhaka, BRAC: 139-182.

Iriarte L. et al., 2000 – «The Role of Gender in the Conservation, Location, and Management of Genetic Diversity in Potatoes, Tarwi, and Maize in Pocoata, Bolivia». In Friis-Hansen E., Sthapit B. (eds): Participatory Approaches to the Conservation and Use of Plant Genetic Resource, Rome, IPGRI: 131-137.

IRRI (Institut international de recherche sur le riz), 1988 – Filipino Women in Rice Farming Systems. University of the Philippines, IRRI, et The Philippine Institute for Development Studies (eds).

Jiggins J., 1986 – Gender-Related Impacts and the Work of the International Agricultural Research Centers. Document de réflexion du GCRAI No. 17, Washington, La Banque mondiale, multigr.

Karim N. A., 1996 – «Role of Women in Vegetable Agribusiness». In Chadha M. L. (ed.): Vegetable Crops Agribusiness: Proceedings of a Workshop held at BRAC, Farmgate, Dhaka, Bangladesh 2-4 May 1995, Taiwan, Centre asiatique de recherche et de développement des légumes, multigr.

Kashem M. A., Islam M. M., 1999 – Use of Indigenous Agricultural Technologies by the Rural Men and Women Farmers in Bangladesh. Journal of Sustainable Agriculture, 14 (2/3): 27-43.

Khush G. S., 1985 – «Improved Rice Varieties in Retrospect and Prospect». In IRRI (ed.): Women in Rice Farming, England, Grower Publication: 455-460.

Kitch L., Boukar O., Endondo C., Murdock C., 1998 – Farmer Acceptability Criteria In Breeding Cowpea. Experimental Agriculture, 34 (4): 475-486.

Kumar S., 1994 – Adoption of Hybrid Maize in Zambia: Effects on Gender Roles, Food Consumption, and Nutrition. Rapport de recherche No. 100m, Washington, IPGRI, multigr.

Longley C., 2000 – A Social Life of Seeds: Local Management of Crop Variability in northwestern Sierra Leone. Thèse de doctorat, University College London.

Mahtab N., 1989 – «The Household-State Interface: Health, Education, and Nutrition of Rural Women in Bangladesh». In Raj M. K., Chanana K. (eds): Gender and the Household Domain: Social and Cultural Dimensions, New Delhi, Sage Publications: 210-227.

Mehta M., 1996 – «Our Lives Are No Different From That of Our Buffaloes: Agricultural change and gendered spaces in a central Himalayan valley». In Rocheleau D. et al. (eds): Feminist Political Ecology: Global issues and local experiences, London, Routledge: 180- 208.

Merchant C., 1989 – Ecological Revolutions: Nature, Gender, and Science in New England. Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Momsen J. H., 2004 – Gender and Development. New York, Routledge.

Moreno-Black G., Somnasang P., Thamthawan S., 1994 – Women in Northeastern Thailand: Preservers of Botanical Diversity. Indigenous Knowledge and Development Monitor, 2 (3).

Mulatu E., Zelleke H., 2002 – Farmers’ High Maize (Zea mays L.) Selection Criteria: Implications for maize breeding for the Haraghe highlands of eastern Ethiopia. Euphytica, 127: 11-30.

Mushita A., 1992 – «Zimbabwean Farmers as the Starting Point». In Cooper D., Vellve R., Hobbelink H. (eds): Growing Diversity: Genetic resources and local food security, London, Intermediate Technology Publications: 69-77.

Mustafi B. A. A., Alam S. M., Jabber M. A., 2001 – «Socio-economic Aspects of MV Rice Cultivation at the Farm Level». In BRRI (ed.): Proceedings of the Workshop on Modern Rice Cultivation in Bangladesh 14-16 February, 1999, Gazipur, BRRI: 189-202.

Nazarea V. D., 1998 – Cultural Memory and Biodiversity. Tucson, The University of Arizona Press.

Ninez V. K., 1984 – Household Gardens: Theoretical considerations on an old survival strategy. Potatoes in Food Systems Research Series, Rapport No. 1. Centre international de la pomme de terre, multigr.

Oakley E., 2004 – Home Gardens: A cultural responsibility. Leisa, 20 (1): 22-23.

Oakley E., Momsen J. H., 2005 – Gender and Agrobiodiversity: A case study from Bangladesh. Geographical Journal, 171 (3): 195-208.

Oakley E., Momsen J. H., 2007 – Women and Seed Management: A study of two villages in Bangladesh. Singapore Journal of Tropical Geography, 28: 90-106.

Oosterhout van S., 1993 – «Sorghum Genetic Resources of Small-scale farmers in Zimbabwe». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 89-95.

Prain G., 1993 – «Mobilizing Local Expertise in Plant Genetic Resource Research». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 102-110.

Quiroz C., 1994 – Biodiversity, Indigenous Knowledge, Gender, and Intellectual Property Rights. Indigenous Knowledge and Development Monitor, 2 (3).

Ramprasad V., 1999 – Women and Biodiversity Conservation. COMPAS Newsletter: 24-25.

Rice E., Smale M., Blanco J. L., 1998 – Farmers’ Use of Improved Seed Selection Practices in Mexican Maize: Evidence and Issues from the Sierra de Sanata Marta. World Development, 26 (9): 1625-1640.

Richards P., 1996 – «Culture and Community Values in the Selection and Maintenance of African Rice». In Brush S. B., Stabinsky D. (eds): Valuing Local Knowledge: Indigenous people and intellectual property rights, Washington, Island Press: 209-229.

Rubin D. S., 1992 – «Labor Patterns in Agricultural Households: A Time-use Study in Southwestern Kenya». In Moock J., Rhoades R. (eds): Diversity, Farmer Knowledge, and Sustainability, Ithaca, Cornell University Press: 169-188.

Sachs C., 1996 – Gendered Fields: Rural Women, Agriculture, and Environment. Westview Press, Boulder.

Sachs C., Gajurel K., Bianco M., 1997 – «Gender, Seeds, and Biodiversity». In Sachs C. E. (ed.): Women Working in the Environment, Washington, Taylor and Francis: 177-192.

Safilios-Rothschild C., Mahmud S., 1989 – Women’s Roles in Agriculture: Present trends and potential for growth. PNUD et UNIFEM-Bangladesh Agricultural Sector Review, multigr.

Saradomoni K., 1991 – Filling the Rice Bowl. New Delhi, Sangam Books.

Satheesh P. V., 2000 – «Linking to Community Development: Using participatory approaches to in situ conservation». In Friis-Hansen E., Sthapit B. (eds): Participatory Approaches to the Conservation and Use of Plant Genetic Resource, Rome, IPGRI: 181-187.

Scott G. L., Carr M., 1985 – The Impact of Technology Choice on Rural Women in Bangladesh: Problems and opportunities. Document de travail du personnel de la Banque mondiale, Numéro 731, Washington, Banque mondiale, multigr.

Sethi N., Malaviya A., 2000 – Scientific Rationality of Indigenous Grain Storage Practices Practiced By Rural Women. Indian Journal of Agricultural Research, 34 (3): 188-190.

Setyawati I., 1997 – «Knowledge and Use of Rice Varieties in Apua Ping». In Sorensen K. W., Morris B. (eds): Peoples and Plants of Kayan Mentarang, London, Programme indonésien du Fonds mondial pour la nature: 75-99.

Shah W. A., Rukshana Y., Rezaul K., Karim M. M. A., 1994 – Participation of Rural Women in the Homestead Vegetable Farming Systems of Bangladesh. Journal for Farming Systems Research-Extension, 4 (2): 83-92.

Shah W. A., Nuri S. J., 2000 – «Local Vegetable Seed Storage Methods and Women’s Participation in Development». In Sillitoe P. (ed.): Indigenous Knowledge Development In Bangladesh: Present and Future, London, Intermediate Technology Publications: 91-96.

Shiva V., 1988 – Staying Alive. Delhi, kali for women.

Shiva V., 1995 – Monocultures of the Mind. London, Zed Books.

Shiva V., Dankelman I., 1992 – «Women and Biological Diversity: Lessons from the Indian Himalaya». In Cooper D., Vellve R., Hobbelink H. (eds): Growing Diversity: Genetic resources and local food security, London, Intermediate Technology Publications: 44-50.

Shrestha P. K., 1998 – «Gene, Gender, and Generation: The role of traditional seed supply systems in the maintenance of agrobiodiversity in Nepal». In Partap T., Sthapit B. R. (eds): Managing Agrobiodiversity: Farmers’ changing perspectives and institutional responses in the HKH Region, Katmandu. Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes et IPGRI: 143-152.

Sithembiso N., 1991 – Africa’s Food Crisis: Price of Ignoring Women. Women in Action, 4: 12-13.

Smale M. et al., 1999 – Farmer Management of Maize Diversity in the Central Valleys of Oaxaca, Mexico: CIMMYT/INIFAP 1998 Baseline Socioeconomic Survey. Document de travail, département de science économique 99-09. CIMMYT, Mexique, multigr.

Song Y., Jiggins J., 2003 – «Women and Maize Breeding: The Development of New Seed Systems in a Marginal Area of Southwest China». In Howard P. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York and London, Zed and St. Martin’s Press.

Sperling L., 1992 – «Farmer Participation and the Development of Bean Varieties in Rwanda». In Moock J., Rhoades R. (eds): Diversity, Farmer Knowledge, and Sustainability, Ithaca, Cornell University Press: 96-112.

Sperling L., Ashby J. A., Smith M. E., Weltzien E., Mcguire S., 2000 – A Framework for Analyzing Participatory Plant Breeding Approaches and Results. Euphytica, 122: 439-450.

Sthapit B. R., Joshi K. D., Witcombe J. R., 1996 – Farmer Participatory Crop Improvement. III. Participatory Plant Breeding, A Case Study for Rice in Nepal. Experimental Agriculture, 32: 479-496.

Tapia M. E., de la Torre A., 1997 – Women Farmers and Andean Seeds. Rome, IPGRI.

Tapia M. E., Rosas A., 1993 – «Seed Fairs in the Andes: A strategy for local conservation of plant genetic resources». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 111-118.

Tripp R., 2001 – Seed Provision and Agricultural Development: The institutions of rural change. London, Overseas Development Institute.

Tsegaye B., 1997 – The Significance of Biodiversity for Sustaining Agricultural Production and the Role of Women in the Traditional Sector: the Ethiopian experience. Agriculture, Ecosystems, and Environment, 62: 215-227.

Voss J., 1992 – «Conserving and Increasing On-farm Genetic Diversity: Farmer Management of Varietal Bean Mixtures in Central Africa». In Moock J., Rhoades R. (eds): Diversity, Farmer Knowledge, and Sustainability, Ithaca, Cornell University Press: 34-51.

Wilson M., 2003 – «Exchange, Patriarchy, and Status: Women’s Homegardens in Bangladesh». In Howard P. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York and London, Zed and St. Martin’s Press.

Worede M., 1992 – «Ethiopia: A genebank working with farmers». In Cooper D., Vellve R., Hobbelink H. (eds): Growing Diversity: Genetic resources and local food security, London, Intermediate Technology Publications: 78-94.

Worede M., Mekbib H., 1993 – «Linking Genetic Resource Conservation to Farmers in Ethiopia». In Amanor K., Wellard K., Boef W., Bebbington A. (eds): Cultivating Knowledge: Genetic diversity, farmer experimentation, and crop research, London, Intermediate Technology Publications: 78-84.

Zimmerer K. S., 1996 – Changing Fortunes: Biodiversity and Peasant Livelihood in the Peruvian Andes. Berkeley, University of California Press.

Zweifel H., 1997 – The Gendered Nature of Biodiversity Conservation. NWSA Journal, 9 (2).

Notes

1 Les premières politiques de la Révolution verte ont ignoré les rôles des femmes dans l’agriculture et ont, au contraire, investi en formation, capital et technologie presque intégralement au bénéfice des hommes. Cela n’a pas seulement désavantagé les femmes, mais a engendré l’échec d’initiatives en matière de développement en n’incluant pas les actrices clés (Sachs, 1996).

2 Pour une liste complète de la littérature analysée par Jiggins, se référer aux six travaux cités à la page 11 dans « Impacts sexospécifiques et le travail des centres internationaux de recherche agricole » (1986).

3 Bari signifie maison ou foyer en bengali.

Auteurs

Géographe. 1114 E. Mcleod Avenue, Sapulpa, OK 74066, USA E-
eaoakley@lycos.com

Géographe. Department of Human and Community Development, University of California, Davis, One Shields Avenue, Davis, CA 95616, USA E
jdmomsen@ucdavis.edu

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search