Version classiqueVersion mobile

Genre et savoirs

 | 
Hélène Guétat-Bernard
, 
Magalie Saussey

Partie 3. Savoirs et agrobiodiversité

Introduction

Marlène Elias

Texte intégral

1Les chercheurs, les environnementalistes, les institutions multilatérales et les firmes multinationales se sont tardivement intéressés aux nombreux répertoires de savoirs écologiques traditionnels permettant aux populations locales d’assurer leur subsistance (Berkes et al., 2000). Dès lors, le développement rapide des biotechnologies ainsi que l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC, en anglais, Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights : TRIPS) de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) ont créé « un marché des savoirs autochtones » qui a suscité chez les populations locales des craintes de détournement et de récupération de leurs connaissances (Lettington et Manek, 2000). Les savoirs écologiques traditionnels apparaissent désormais dans de nombreuses conventions et déclarations internationales, dont la Convention sur la diversité biologique de 1992 et la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones de 2007. De plus, les projets d’aide au développement visant la conservation de la biodiversité s’appuient de plus en plus sur les savoirs traditionnels pour promouvoir des moyens de subsistance durables chez les populations locales (Gadgil et al., 1993 ; Nabhan, 2000).

2Néanmoins, la dimension fortement genrée des savoirs écologiques traditionnels comme le rôle spécifique des femmes dans la gestion et la conservation de la biodiversité suscitent beaucoup moins d’attention et d’intérêt dans ces débats. À l’échelle mondiale, l’utilisation et la gestion des ressources naturelles sont régies par des règles socioculturelles, façonnées par le genre, qui diffèrent dans le temps, mais aussi selon la région et l’appartenance ethnique, entre autres facteurs (Pélissier, 1980). Ainsi, « la subsistance est intimement liée à l’utilisation des ressources naturelles et s’organise par conséquent, d’un point de vue écologique, non seulement en fonction des saisons et de l’environnement physique, mais aussi en fonction des multiples strates des institutions et des autres relations sociales » (Goebel, 2003 : 177, traduction de l’auteure). Compte tenu du fait qu’à travers le monde les sociétés attribuent des rôles et des responsabilités distinctes aux hommes et aux femmes, incluant une forte division sexuelle du travail, l’utilisation des ressources est avant tout organisée selon le genre (Goebel, 2003 ; Howard, 2003a). Comme l’explique Leach, « étudier le genre aide à comprendre comment d’autres formes de différenciation sociale comme l’âge, le niveau de vie ou les origines influencent la gestion de l’environnement rural non seulement à titre d’indicateur, mais aussi parce qu’elles opèrent de manière différenciée selon le genre » (Leach, 1994 : 22, traduction de l’auteure). Les femmes et les hommes peuvent soit valoriser, collecter et utiliser différentes espèces végétales, soit cueillir les mêmes produits dans des espaces différents ou encore utiliser les mêmes produits à des fins distinctes (Fortmann, 1996 ; Wangari et al., 1996 ; Rocheleau et Edmunds, 1997). Leurs « savoirs distincts, partagés et imbriqués » reflètent, de manière genrée et socialement prescrite, leur compréhension et leurs responsabilités vis-à-vis du monde naturel (Rocheleau, 1991 : 163, traduction de l’auteure ; Raffles, 2002).

3En tant que principales exploitantes et transformatrices des plantes, les femmes rurales détiennent un riche corpus de connaissances concernant la sélection, la gestion, la transformation, l’entreposage, la conservation et les techniques traditionnelles d’amélioration des espèces végétales (Shiva, 1993 ; Howard, 2003a ; Zimmerer, 2003). Dans les pays du Sud notamment, les femmes et les filles effectuent en moyenne 43 % du travail agricole, soit 20 % en Amérique latine et jusqu’à 50 % en Asie de l’Est et en Afrique subsaharienne (FAO, 2011). Dans ces mêmes régions, les femmes et les filles collectent jusqu’à 80 % des légumes sauvages et détiennent des savoirs spécialisés sur les plantes de fourrage et sur celles ayant des fonctions médicinales (FAO, 1999). Elles cultivent et conservent également de multiples espèces sous-utilisées, qui ne satisfont pas une grande part des besoins alimentaires à l’échelle globale, mais qui augmentent de manière significative la biodiversité du milieu agricole tout en contribuant à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance des populations locales (Sasvari et al., 2010).

4En tant qu’agricultrices, collectrices de plantes, d’eau et de bois de chauffe, guérisseuses, transformatrices de l’agro-alimentaire, conservatrices de semences ou encore maraîchères, les femmes rurales jouent un rôle clé dans la gestion de la biodiversité, « non seulement dans les espaces marqués par le genre, comme les exploitations agricoles, les forêts, les rivières et les fleuves, mais également dans les espaces, eux aussi marqués par le genre, qui se trouvent dans et autour du foyer (où la nourriture et les plantes médicinales sont transformées et préparées et où les espèces de plantes et d’arbres sont souvent maintenues dans des jardins potagers), au marché où ce sont particulièrement les femmes qui achètent, vendent et échangent la nourriture, les semences et les végétaux et au sein des organisations locales et dans les réseaux sociaux où femmes et hommes tentent d’améliorer leurs accès aux ressources biologiques et sociales » (IDRC, 1998 : 2, traduction de l’auteure).

5Pourtant de nombreux espaces féminins, comme les terres marginales ou les interstices entre les champs cultivés, ont suscité moins de recherches et d’actions de développement que les terres cultivées contrôlées par les chefs de ménages, qui sont généralement des hommes. Ces espaces féminins regorgent d’une biodiversité extrêmement riche, de même les femmes y collectent et gèrent des espèces végétales importantes d’un point de vue culturel, économique et nutritif pour leurs communautés. Par exemple, le jardin potager, qui relève généralement du domaine des femmes, est un espace privilégié pour la conservation de l’agrobiodiversité. Les espèces végétales rares et les autres variétés que les femmes exploitent, gèrent et s’échangent sont donc conservées dans ces jardins. Ces derniers « fournissent aux familles des variétés végétales précoces lors de la période de soudure, jusqu’à ce que les récoltes principales arrivent à terme, en tant que réserves de matières végétales dans le cas où les rendements des récoltes principales sont faibles, en tant que sites de conservation pour des variétés particulières ou privilégiées, et en tant que sols expérimentaux où de nouvelles variétés et pratiques agricoles sont testées » (Jiggins, 1986 : 11, traduction de l’auteure). La composition du jardin est spécifique à chaque culture et reflète la sélection et la gestion par les femmes pour des plantes jugées utiles dans leur contexte culturel précis. Les jardins potagers sont ainsi un exemple de l’indéniable rôle que jouent les femmes en tant que phytogénéticiennes et conservatrices des ressources végétales génétiques.

6Avec le temps, les pratiques traditionnelles d’amélioration des espèces végétales ainsi que la gestion, la culture et la sélection des plantes par les femmes – aussi bien dans les jardins potagers qu’en dehors – ont favorisé la régénération, la domestication et la dissémination de plusieurs espèces importantes (Turner et al., 2000 ; Zimmerer, 2003), ainsi que la conservation in situ de substance végétale génétique dans les champs cultivés et en brousse (Greenberg, 2003 ; Carney et Elias, 2006). Ces pratiques ont influencé l’évolution de la structure des communautés écologiques (Gadgil et al., 1993 ; Turner et al., 2000) et créé des paysages anthropogéniques possédant une riche diversité biologique, même dans des environnements qui pouvaient paraître « vierges » (Hecht et Posey, 1989 ; Denevan, 1992 ; Anderson, 1993). Ces processus montrent bien qu’« il n’est pas possible de séparer l’étude de l’agrobiodiversité de l’étude de la culture qui en prend soin » (Bedigian, 2004 : S23, traduction de l’auteure).

7Dans le chapitre 7, Patricia Howard s’intéresse à cette thématique, en montrant que si l’interrelation entre diversités culturelle et biologique est de plus en plus reconnue, la sphère domestique – espace de travail largement non monétarisé permettant la reproduction du ménage (maintien et soin du ménage et de ses membres) – en tant que pilier de cette relation demeure, quant à elle, relativement peu prise en compte. Howard établit un lien entre, d’une part, les traditions culinaires qui sont inextricablement associées à l’identité culturelle et aux processus de transformation des plantes qui permettent de fournir une nourriture comestible correspondant aux critères de goût locaux et, d’autre part, les savoirs des femmes qui leur permettent d’exploiter et de gérer des ressources génétiques végétales. L’auteure montre que le rapport étroit des femmes avec les plantes est nourri par leurs responsabilités de jardinage, de cueillette, de collecte et de transformation, de préservation et d’entreposage des plantes. Étant donné le rôle central des femmes dans le contrôle de la circulation de la nourriture au sein de la sphère domestique, Howard souligne que la grande majorité des facteurs sur lesquels reposent la sélection et la conservation des plantes sont plutôt liés aux qualités domestiques des espèces (comme leurs propriétés de transformation, d’entreposage, de goût ou encore leurs valeurs nutritives), qu’à leurs caractéristiques agroécologiques, leurs résistances aux ravageurs ou à la sécheresse. En tant qu’espace spécifiquement féminin permettant aux femmes d’acquérir et de mobiliser des savoirs innovants et spécialisés sur les plantes, la cuisine est inextricablement liée au maintien à la fois de la culture et de l’agrobiodiversité tout en demeurant le lieu le plus sous-valorisé de la conservation des ressources végétales génétiques.

8La participation des femmes à la gestion et la conservation de l’agrobiodiversité est également liée à leurs savoirs et pratiques concernant les semences. En Afrique, Asie et Amérique latine, où les paysans sélectionnent et préservent jusqu’à 90 % des semences et du germoplasme formant la base de leurs cultures, la sélection et le stockage des semences sont d’abord et avant tout le domaine des femmes (FAO, 1999). La sélection, l’amélioration et l’adaptation des variétés végétales sont des processus complexes qui cherchent à améliorer certaines caractéristiques des plantes comme la résistance aux ravageurs, l’adaptation au sol ou aux conditions agroclimatiques, les qualités nutritives et le goût ou les propriétés de cuisson, de transformation ou d’entreposage. Les femmes, qui sont responsables des processus de transformation agro-alimentaire et qui assurent la sécurité alimentaire de leur ménage, utilisent généralement les plantes de manière plus diversifiée que les hommes (Howard, 2003b). Par exemple, elles préparent le riz pour plusieurs types de plats, elles transforment les feuilles du riz en condiment, elles utilisent sa paille et son enveloppe respectivement comme chaume et fertiliseur, et conjointement comme combustible et fourrage (Jiggins, 1986). La sélection des semences reflète les nombreuses utilisations que possède chaque plante et répond habituellement à plus de critères lorsqu’elle est effectuée par des femmes que par des hommes (Howard, 2003b). Le processus de sélection exige une expertise que les femmes acquièrent par la transmission intergénérationnelle des savoirs écologiques traditionnels et par les années d’expérience.

9Dans le chapitre 8, Emily Oakley et Janet Momsen montrent que cette expertise féminine des semences a été négligée par les chercheurs, et elles démontrent l’importance des pratiques de gestion des semences des femmes pour la conservation des ressources phytogénétiques. Critiquant l’absence de prise en compte du genre dans la majorité des travaux de recherche sur l’agriculture, les auteures mettent à jour les complexités des pratiques féminines « invisibles » dans la sélection, la transformation, le stockage et les échanges de semences. En s’appuyant sur un riche corpus de données empiriques provenant de différents lieux à travers le monde, elles illustrent que les préférences et les priorités des femmes et des hommes sont souvent distinctes lorsqu’il s’agit des caractéristiques recherchées dans la sélection des plantes. Par exemple, les femmes préfèrent généralement les variétés locales de plantes qui sont adaptées aux conditions climatiques et agroécologiques locales et qui répondent à d’autres besoins comme les utilisations rituelles, alimentaires ou médicinales. Inversement, les hommes s’intéressent habituellement aux variétés introduites qui produisent de bons rendements et ayant une valeur marchande. Le maintien du pouvoir décisionnel des femmes en matière de sélection des semences est alors déterminant pour assurer la conservation d’une diversité de plantes locales et de variétés rares et uniques qui tendent à être cultivées à petite échelle pour satisfaire des besoins de consommation locale.

10Oakley et Momsen mettent à jour également le vaste répertoire de savoirs écologiques traditionnels qui permet aux femmes d’accomplir les nombreuses étapes de transformation et d’entreposage des semences. La quantité de travail requise pour effectuer ces tâches varie selon les espèces et les variétés végétales, ce qui peut avoir une influence dans la sélection et la conservation de certaines d’entres elles. Les échanges de semences sont souvent réalisés de manière informelle, en se basant sur les liens d’alliance ou de parenté. Ce sont les femmes qui contrôlent ces réseaux de circulation des semences qui peuvent être données, échangées ou commercialisées. Ces échanges favorisent non seulement l’entraide et la réciprocité, mais ils consolident aussi les réseaux sociaux des femmes et enfin ils permettent de conserver la biodiversité locale (Turner et al., 2000 ; Ertug, 2003 ; Wilson, 2003 ; Elias et Carney, 2007). Ces « processus agrosociaux » liés à la gestion des semences montrent donc l’importance du rôle des femmes pour le maintien et la conservation des semences (Oakley et Momsen, chapitre 8).

11Dans le chapitre 9, Carine Pionetti propose une analyse genrée des différents paradigmes dans lesquels la logique de gestion paysanne des semences et celle de la gestion industrielle des semences sont enchâssées. D’une part, les processus de gestion paysanne des semences sont largement informels et dominés par les femmes qui produisent et échangent des semences destinées principalement à la production de cultures vivrières. Ce système permet aux paysans de se tenir à l’écart d’un marché considéré comme aléatoire et de préserver une gamme variée de semences, en plus ou moins grandes quantités, pour la culture de céréales et de condiments nutritifs faisant partie de la culture culinaire locale. La variété génétique promue par ce système permet aux paysans de s’adapter aux contraintes agro-écologiques telles que le stress hydrique et les sols appauvris, mais aussi d’exploiter plusieurs niches ou micro-environnements dans les systèmes agricoles et enfin d’adapter leur production aux changements climatiques qui se montrent de plus en plus menaçants. En tant que « gardiennes » de ces semences, les femmes détiennent un pouvoir décisionnel sur la sélection des cultures puisqu’elles préparent les mélanges de semences et les mettent en terre.

12D’autre part, l’industrie des semences se caractérise par une logique de productivité, de rentabilité et de qualité qui s’étend sur le plan international via la dissémination des semences améliorées, hybrides et transgéniques. Les industriels imposent plusieurs niveaux de contrôle sur la libre production et circulation des semences qui pénètrent même jusqu’au système informel de petite échelle de gestion paysanne des semences décrit ci-dessus. La prévalence des variétés améliorées, des semences transgéniques et des monocultures réduit la variété génétique des récoltes et augmente leur vulnérabilité aux pathogènes. Les paysans qui achètent des semences industrielles – qui sont habituellement stériles et doivent être rachetées chaque année – en plus d’une gamme d’intrants requis pour générer les bons rendements promis par un oligopole de compagnies semencières, buttent contre l’importante hausse de leurs coûts de production.

13Pionetti décrit l’endettement, l’érosion des savoirs écologiques traditionnels et les renégociations conjugales qui accompagnement l’adoption des semences améliorées et hybrides dans les communautés villageoises du plateau du Deccan, en Inde. Chez les paysans vivant dans une économie de plus en plus monétarisée et devenant progressivement plus dépendants des semences industrielles, le pouvoir décisionnel que détiennent les femmes dans la sélection des semences s’érode.

14Les trois chapitres de cette partie montrent que les menaces pour l’agrobiodiversité sont également des menaces pour les savoirs et le statut des femmes. La diminution des savoirs spécifiquement féminins dans la gestion des plantes s’accompagne d’une perte de la reconnaissance sociale des femmes. Le développement de marchés engendrant des systèmes agraires dépendant d’intrants externes constitue une réelle menace pour les populations locales. En approvisionnant le marché local de semences industrielles (ce qui a permis notamment la Révolution verte), ces systèmes politico-économiques ont contourné les femmes et modifié leurs activités agricoles. Comme l’explique Wooten (2003), la substitution des cultures vivrières locales par la culture d’espèces végétales pour la culture de rente a d’importantes répercussions sur les rôles des hommes et des femmes, ainsi que sur la division spatiale du travail agricole. Par exemple, sur le plateau Mande du centre-sud du Mali, les monocultures de rente que les hommes contrôlent ont supplanté la production féminine d’une diversité de plantes et céréales servant à la préparation de sauces nutritives pour l’alimentation locale. De plus, le maraîchage, qui est une activité traditionnellement féminine produisant une variété des légumes pour l’autoconsommation, devient graduellement une entreprise masculine favorisant la culture et la vente de légumes non traditionnels et exotiques (Wooten, 2003).

15En outre, alors que le nombre d’hommes diminue en milieu rural – (migrations urbaines, guerre, maladies et décès liés au VIH/Sida) – le nombre de femmes chefs de ménages augmente, entraînant d’importantes transformations dans les systèmes agraires (Bisilliat, 1996 ; FAO, 2011). Ces phénomènes accroissent la charge de travail agricole des femmes, ce qui les amène par conséquent à assumer un plus grand rôle dans la gestion de la biodiversité, mais aussi à acquérir, contrôler, développer et transmettre un répertoire de savoirs écologiques encore plus vastes (Rocheleau, 1995 ; Zimmerer, 1996). Néanmoins, cette charge de travail accrue réduit le temps que les femmes peuvent consacrer à la production et à la transformation de l’alimentation, ce qui les encourage à cultiver des espèces exigeant le moins de travail possible. Il en va de même pour le travail rémunéré des femmes, qui affecte le temps qu’elles peuvent consacrer à la cuisine et qui est associé à une consommation réduite de légumes et légumineuses traditionnels (Malaza, 2003). La globalisation des marchés et des produits alimentaires engendre donc également des changements dans les pratiques alimentaires locales (Lykke et al., 2002 ; Daniggelis, 2003 ; Malaza, 2003). Cette perte des habitudes culinaires valorisant une riche variété de plantes, affaiblit le savoir, l’usage, la gestion, la conservation de l’agrobiodiversité et menace la sécurité alimentaire des paysans et des paysannes (Cromwell et van Oostenhout, 1999 ; Howard, 2003a, b). Comme l’affirme Howard dans le chapitre 7, ce phénomène démontre que la diversité biologique peut tout aussi bien être menacée par sa sous-exploitation que par sa surexploitation.

16En somme, les savoirs féminins qui guident la gestion de l’agrobiodiversité ont été accumulés, affinés et transmis par d’innombrables générations de femmes. Ces savoirs sont une source de reconnaissance et de fierté, ainsi qu’une composante essentielle de l’identité féminine. La reconnaissance et la valorisation du rapport étroit entre les femmes et les plantes sont une première étape nécessaire pour assurer la conservation aussi bien des savoirs écologiques féminins que de la biodiversité qu’elles ont gérée et façonnée. Les trois chapitres suivants apportent de riches analyses dans ce domaine.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson K., 1993 – «Native Californians as Ancient and Contemporary Cultivators». In Blackburn T. C., Anderson K. (eds): Before the Wilderness: Environmental Management by Native Californians, Menlo Park, CA, Ballena Press: 151-174.

Bedigian D., 2004 – Slimy Leaves and Oily Seeds: Distribution and Use of Wild Relatives of Sesame in Africa. Economic Botany, 58 (Supplement): s3-s58.

Berkes F., Colding J., Folke C., 2000 – Rediscovery of Traditional Ecological Knowledge as Adaptive Management. Ecological Applications, 10 (5): 1251-1262.

Bisilliat J. (éd.), 1996 – Femmes du Sud, chefs de famille. Paris, Karthala.

Carney J., Elias M., 2006 – Revealing Gendered Landscapes: Indigenous Female Knowledge and Agroforestry of African Shea. Canadian Journal of African Studies, 40 (2): 235-267.

Cromwell E., van Oostenhout S., 1999 – «On-farm Conservation of Crop Diversity: Policy and institutional lessons from Zimbabwe». In Brush S. B. (ed.): Genes in the Field: On-farm Conservation of Crop Diversity, Boca Raton, FL, Lewis Publishers, IDRC, IPGRI: 217-238.

Daniggelis E., 2003 – «Women and ‘Wild’ Foods: Nutrition and Household Security among Rai and Sherpa Forager-Farmers in Eastern Nepal». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 83-99.

Denevan W., 1992 – The Pristine Myth: The Landscape of the Americas in 1492. Annals of the Assocation of American Geographers, 82 (3): 369-381.

Elias M., Carney J., 2007 – African Shea Butter: A Feminized Subsidy from Nature. Africa, 77 (1): 37-62.

Ertug F., 2003 – «Gendering the Tradition of Plant Gathering in Central Anatolia (Turkey)». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 183-196.

FAO, 1999 – Women – Users, Preservers and Managers of Agrobiodiversity. SD Dimensions, Gender and development fact sheets. Rome, consulté en ligne le 10 novembre 2012: http://www.fao.org/sd/2001/PE1201a_en.htm.

FAO, 2011 – The State of Food and Agriculture 2010-2011. Women in Agriculture: Closing the Gender Gap for Development. Rome, FAO.

Fortmann L., 1996 – «Gendered Knowledge: Rights and Space in Two Zimbabwe Villages: Reflections on Methods and Findings». In Rocheleau D., Thomas-Slayer B., Wangari E. (eds): Feminist Political Ecology: Global Issues and Local Experiences, New York, Routledge: 211-233.

Gadgil M., Berkes F., Folke C., 1993 – Indigenous Knowledge for Biodiversity Conservation. Ambio, 22 (2-3): 151-156.

Goebel A., 2003 – Gender and Entitlements in the Zimbabwean Woodlands: A Case Study of Resettlement. In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 115-129.

Greenberg L. S. Z., 2003 – «Women in the Garden and Kitchen: The Role of Cuisine in the Conservation of Traditional House Lot Crops among Yucatec Mayan Immigrants». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 51-65.

Hecht S. B., Posey D. A., 1989 – Preliminary results of soil management techniques of the Kayapo Indians. Advances in Economic Botany, 7: 174-188.

Howard P. L., 2003a – «Women and the Plant World: An Exploration». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 1-47.

Howard P. L., 2003b – The Major Importance of ‘Minor’ Resources: Women and Plant Biodiversity. Gatekeeper Series No. 112: International Institute for the Environment (IIED).

IDRC (International Development Research Centre), 1998 – Guidelines for Integrating Gender Analysis into Biodiversity Research. Sustainable Use of Biodiversity Program Initiative. Ottawa, IDRC.

Jiggins J., 1986 – Gender-Related Impacts and the Work of the International Agricultural Research Centers. CGIAR Study Paper No. 17. Washington, D.C., Banque mondiale.

Leach M., 1994 – Rainforest Relations. Londres, Edinburgh University Press.

Lettington R., Manek M., 2000 – Indigenous Knowledge Rights: Recognizing Alternative Worldviews. Cultural Survival Quarterly, 24 (4). Consulté en ligne le 10 novembre 2012: http://www.culturalsurvival.org/publications/cultural-survival-quarterly/none/indigenous-knowledgerights- recognizing-alternative-wo.

Lykke A. M., Mertz O., Souleymane G., 2002 – Food consumption in rural Burkina Faso. Ecology of Food and Nutrition, 41 (2): 119-153.

Malaza M., 2003 – «Modernization and Gender Dynamics in the Loss of Agrobiodiversity in Swaziland’s Food System». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 243-257.

Nabhan G. P., 2000 – Interspecific Relationships Affecting Endangered Species Recognized by O’Odham and Comcaac Cultures. Ecological Applications, 10 (5): 1288-1295.

Pélissier P., 1980 – L’arbre en Afrique tropicale : la fonction et le signe. Cahiers Orstom, XVII (3-4) : 127-130.

Raffles H., 2002 – Intimate knowledge. International Social Science Journal, 54 (173) : 325- 335.

Rocheleau D., 1991 – Gender, Ecology, and the Science of Survival: Stories and Lessons from Kenya. Agriculture and Human Values, 8 (1-2): 156-165.

Rocheleau D., 1995 – Gender and Biodiversity: A Feminist Political Ecology Perspective. IDS Bulletin, 26 (1): 9-16.

Rocheleau D., Edmunds D., 1997 – Women, Men and Trees: Gender, Power and Property in Forest and Agrarian Landscapes. World Development, 25 (8): 1351-1371.

Sasvari A., Aguilar L., Khan M., Schmitt F., 2010 – Guidelines for Mainstreaming Gender into National Biodiversity Strategies and Action Plans. Gland, Switzerland, IUCN.

Shiva V., 1993 – «Women’s Indigenous Knowledge and Biodiversity Conservation». In Mies M., Shiva V. (eds): Ecofeminism, Londres, Zed Books: 164-173.

Turner N. J., Ignace M. B., Ignace R., 2000 – Traditional Ecological Knowledge and Wisdom of Aboriginal People in British Columbia. Ecological Applications, 10 (5): 1275-1287.

Wangari E., Thomas-Slayter B., Rocheleau D., 1996 – «Gendered Visions for Survival: Semi- Arid Regions in Kenya». In Rocheleau D., Thomas-Slayter B. Wangari E. (eds): Feminist Political Ecology: Global Issues and Local Experiences, New York, Routledge: 127-154.

Wilson M., 2003 – «Exchange, Patriarchy and Status: Women’s Homegardens in Bangladesh». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 211-225.

Wooten S., 2003 – «Losing Ground: Gender Relations, Commercial Horticulture, and Threats to Local Plant Diversity». In Howard P. L. (ed.): Women and Plants: Gender Relations in Biodiversity Management and Conservation, New York, Zed Books: 229-242.

Zimmerer K., 1996 – Changing Fortunes-Biodiversity and Peasant Livelihood in the Peruvian Andes. Berkeley, University of California Press.

Zimmerer K., 2003 – Geographies of Seed Networks for Food Plants (Potato, Ulluco) and Approaches to Agrobiodiversity Conservation in the Andean Countries. Society and Natural Resources, 16: 583-601.

Auteur

Géographe. Bioversity International, PO Box 236, UPM Post Office, Serdang, 43400 Selangor Darul Ehsan, Malaysia
marlene.elias@cgiar.org

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search