Version classiqueVersion mobile

Genre et savoirs

 | 
Hélène Guétat-Bernard
, 
Magalie Saussey

Partie 2. Mobilisations des femmes et dynamiques des rapports de pouvoir

Chapitre 5. Dynamiques associatives et autonomie des paysannes de Garbey-Kourou (ouest du Niger)

Hadizatou Alhassoumi et Anne-Marie Granié

Texte intégral

  • 1 République du Niger, 2004 : 5e Rapport sur le développement humain au Niger.

1Au Niger, les femmes rurales sont très présentes dans les activités agricoles qui occupent plus de 80 % de la population active1. Ce sont des actrices très dynamiques aussi bien au sein du ménage que dans la vie communautaire. À Garbey- Kourou (département de Téra, carte 1), un terroir du pays songhay dans l’ouest du Niger, les femmes sont soutenues dans leurs initiatives d’activités collectives par des projets de développement. En effet, un groupement créé par les femmes de ce village pour la mise en valeur des bords de l’affluent Sirba du fleuve Niger par des activités agricoles va évoluer vers une coopérative maraîchère affiliée à la Fédération nationale des coopératives maraîchères du Niger, FCMN-Niya. La place active occupée par les femmes au sein de cette organisation contribue à l’émergence de dynamiques associatives aussi bien à Garbey-Kourou que dans les autres villages de la zone. À partir de cette coopérative maraîchère, un réseau de sept caisses d’épargne et de crédit ainsi que trois autres caisses ont été mis en place au sein de ce village. Il s’en est suivi un projet de mise en valeur de la culture du sésame à travers une trentaine de groupements créés dans trente villages de la commune, notamment celui de Garbey-Kourou. La culture du sésame est une activité ancienne traditionnellement réservée aux femmes.

  • 2 Thèse réalisée dans l’UMR Dynamiques rurales à l’école doctorale TESC de l’université de Toulouse (...)

2Notre contribution apprécie l’impact social de la participation des femmes de ce village aux initiatives collectives agricoles et socio-économiques sur leurs conditions de vie, à partir de données recueillies lors d’enquêtes de terrain réalisées entre 2007-2010, dans le cadre d’une thèse de doctorat (Alhassoumi, 2012)2. La méthodologie de recherche adoptée est de type compréhensif et s’appuie essentiellement sur l’observation directe et des entretiens conversationnels (Granié, 2005).

Carte 1. Localisation du département de Téra au Niger.
Source : Fond de carte : Pnud Yonlihinza (2010)

3En effet, la promotion d’activités permettant à quelques femmes d’acquérir une certaine autonomie par l’accès à des revenus monétaires et à la parole suscite des questionnements au vu du contexte social dans lequel elles occupent d’abord une place de subordination.

4Qu’est-ce qui a permis l’entreprise de telles initiatives ? Quelles sont les motivations réelles qui poussent les femmes à s’engager collectivement dans ces formes sociales d’actions ? Ces pratiques collectives féminines ont-elles un impact sur les rapports de genre ?

5Pour répondre à ces questions, nous proposons d’abord d’analyser les circonstances à l’origine des initiatives collectives féminines, mais aussi les positions sociales qui les ont favorisées. Ensuite, l’analyse des interactions sociales suscitées par de telles initiatives est essentielle pour appréhender la dynamique sociale qui les accompagne. L’étude du groupement comme cadre approprié d’apprentissage et d’acquisition de compétences est importante pour appréhender les effets sur le rôle productif des femmes. Enfin, nous allons saisir le sens de ces dynamiques sur les normes sociales, notamment celles concernant les rapports de genre (analysés comme rapports de pouvoirs et d’inégalités entre hommes et femmes).

Des initiatives collectives féminines

6Dans la Sirba, les femmes de Garbey-Kourou revendiquent d’être à l’origine d’initiatives collectives ayant conduit aux groupements de projets. Plusieurs facteurs semblent impulser ces initiatives. Il s’agit, d’abord du contexte sociopolitique et économique qui a entraîné en Afrique au cours des décennies 1980 et surtout 1990 un mouvement général de mobilisation des sociétés civiles qui ont favorisé l’émergence des organisations collectives. Ce nouveau phénomène associatif, plus présent en ville, s’est répandu en milieu rural, notamment à travers l’avènement du multipartisme et de la démocratisation qui a réaffirmé et réorganisé les échanges et les liens entre les parents de la ville et ceux du village. À cette occasion, en ville comme au village, les femmes ont largement démontré leurs capacités d’« agir ensemble » en se mobilisant massivement au cours des campagnes politiques.

7Les femmes de Garbey-Kourou affirment déjà être regroupées au sein d’un collectif informel et posséder une caisse de solidarité dont les versements hebdomadaires de 50 FCFA (0,08 €) constituent un fonds destiné à financer des besoins collectifs ponctuels, notamment des manifestations à caractère social ou politique comme l’accueil des hôtes en visite dans le village. Pour dynamiser le groupe, les parents de la ville les encouragèrent à faire le maraîchage sur les bords de la Sirba. Les femmes sont restées réticentes à l’idée d’entreprendre des activités maraîchères, mettant en doute leur capacité à réussir.

« Ce sont nos enfants habitant ailleurs qui sont venus une fois au village nous demander pourquoi nous ne faisions pas de travail de contre-saison. Interrogatives, nous leur avions rétorqué : que pouvions-nous entreprendre au bord de cette Sirba asséchée, nous des faibles femmes (woyboro kayna) ? Ils nous ont dit d’essayer pour voir ce que ça va donner » (entretien le 23-08-2008 avec une femme-mère de Garbey-Kourou, 66 ans).

8En effet, le terme woyboro kayna est très utilisé chez les Songhay et Zarma pour signifier la faiblesse et l’infériorité des femmes, woyboro voulant dire « femme » et kayna « petite ». Quand les femmes l’utilisent, c’est souvent sous une forme d’autodépréciation liée à l’intériorisation de la domination masculine qu’elles subissent et qui se manifeste sous la forme de violence symbolique (Bourdieu, 1998).

9Cette mise en interrogation sur leurs capacités semble justifiée à leurs yeux, car même les hommes du village ne pratiquent pas le maraîchage à cause de la décrue précoce. Pendant l’hivernage, les bords de l’affluent sont essentiellement cultivés en céréales comme le sorgho et le maïs. Après les récoltes, ces terrains sont abandonnés jusqu’aux pluies de la saison agricole prochaine.

10Il est intéressant de noter que les propositions viennent d’abord de la ville, considérée comme lieu de pouvoir, de savoir et d’innovation ; que ce sont les hommes qui font les propositions de groupements, mais aussi des couples et des femmes qui ont un statut social particulier en lien avec le capital économique, social et culturel.

11Les femmes ont pris le temps de s’interroger sur les intérêts que peuvent avoir leurs enfants à leur conseiller de faire du maraîchage au bord de ce cours d’eau dont les eaux tarissent très vite. La validation de l’idée passe par une appréciation objective nécessaire à son appropriation. Ainsi, les femmes essayent de comprendre ce que peuvent leur rapporter de telles activités dans leur situation. C’est avant tout le sens du devoir et de la responsabilité qui va les motiver. Leur autoreprésentation et la nécessité de se rendre utile vont être déterminantes :

« À l’époque, nous les femmes-mères n’avions rien d’autre à faire que de croiser les bras après les récoltes des champs. Nous en avons eu marre alors que nos garçons, nos filles et nos petits-enfants avaient besoin de nous. C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous investir dans ce travail » (entretien le 18-08-2008 avec la présidente adjointe de la coopérative, 68 ans).

12Bien que ces femmes aient atteint un âge qui les autorise à se retirer du travail domestique et qui les dédouane de toute obligation sociale de participation productive familiale, elles sont fortement impliquées dans les activités agricoles et le petit commerce, au nom d’un devoir familial qu’elles s’imposent. Après les activités agricoles, bien qu’elles soient occupées par la vente de leurs produits sur les marchés, ces femmes ont l’impression de ne rien faire. En effet « faire les marchés » ne signifie pas travailler pour des femmes qui ont l’habitude de faire des efforts physiques comme le pilage, l’exhaure d’eau et les travaux agricoles. L’altruisme est mis en avant pour donner sens aux initiatives collectives car, en général, pour les femmes « la dignité ne trouve pas sa source dans la liberté, mais dans le dévouement envers autrui » (Guérin, 2003 : 51). Aussi, le statut que leur donne l’arrêt des travaux domestiques n’a de sens et de valeur que s’il permet de les responsabiliser davantage dans un travail rémunérateur pour la famille.

  • 3 Avant, la cellule familiale songhay était composée de trois générations vivant sous l’autorité de (...)

13Nous sommes dans une société virilocale dans laquelle le conjoint, en théorie, doit assurer l’intégralité de la charge des besoins matériels, dont la nourriture en quantité suffisante, l’habillement, etc. Or, le mari habite souvent le domicile familial qui consiste en une concession regroupant plusieurs unités familiales, celle des parents et celle des autres frères mariés dépendante d’une exploitation commune. Enfin, l’ensemble des unités est dirigé par un homme chef de famille, en l’occurrence l’aîné ou patriarche3, albeero. Cette organisation sous-entend la cohabitation de plusieurs femmes ayant chacune des obligations à remplir par rapport à la gestion du foyer qui est de leur ressort.

14Les belles-filles qui ont encore le statut de jeunes mariées ou jeunes femmes sont tenues de dispenser leurs belles-mères, devenues des femmes-mères, des tâches domestiques. Cela entraîne un élargissement de la marge de liberté de ces dernières. Cette disponibilité explique en partie leur investissement dans les activités agricoles. Par ailleurs, la ménopause, en les privant de la maternité, leur donne droit à une reconnaissance symbolique qui tend à les rapprocher des hommes comme si, pour la femme, « c’est lorsqu’elle a perdu ses capacités physiologiques de reproduction qu’elle est susceptible d’en acquérir les capacités sociales » (Meillassoux, 1992 : 119). Cela explique aussi le fait que les femmes-mères soient consultées par les parents citadins à propos d’initiatives collectives.

  • 4 Les gama-gama sont des femmes-mères moins âgées et de bonnes capacités physiques.

15Les plus âgées des femmes-mères décidèrent alors que c’étaient les gama-gama4 qui devaient diriger le groupement, certainement à cause de leurs plus grandes capacités physiques comparées aux plus âgées. Quant à elles, elles se chargent de l’adhésion des membres et les supervisent, exerçant ainsi leur rôle de contrôle social. C’est dans ce contexte que le groupement des femmes de Garbey-Kourou appelé « groupement-mère, sata-gna », va voir le jour. Cette dénomination signifie que ce groupement a joué un rôle pionnier dans l’initiation des collectifs formels qui ont été créés dans le village et dans la zone, notamment pour une mise en valeur de l’affluent Sirba par les activités maraîchères.

16La constitution du groupement a créé un cadre de légitimation des activités collectives entreprises par les femmes. Le groupement a permis ainsi aux femmes de Garbey-Kourou d’obtenir la concession (sous contrat renouvelable de cinq ans) d’un site maraîcher dont l’acquisition est régie par la loi des commissions foncières (Cofo) qui sont des structures communautaires chargées de la gestion foncière. Ce contrat validé par l’approbation des chefs du village et du canton accorde au groupement le droit de mettre en valeur le terrain pendant la saison sèche, c’est-à-dire d’octobre à mai, et reconnaît au propriétaire le droit d’utiliser la terre en saison hivernale tout en prenant soin de laisser un espace destiné aux pépinières (production des plants de légumes) dont la réalisation intervient avant les récoltes. Le groupement obtint également sous forme de prêt un champ destiné aux cultures pluviales.

17L’arrivée du projet agro-sylvo-pastoral (PASP) de la coopération allemande dont les activités sont centrées sur la restauration et la conservation des sols dans la zone de la Sirba va encore motiver les femmes et surtout légitimer leur présence dans l’espace du dehors. Ces activités se déroulent en général au cours de la saison sèche, qui correspond à la période d’exode rural des hommes vers les grandes villes ou sur les sites aurifères de la région. La faible participation des hommes à ces activités s’explique entre autres par le faible intérêt qu’ils manifestent pour le travail rémunéré en nature ou/et un faible revenu monétaire. Paradoxalement, les femmes semblent apprécier cette rémunération en grains de céréales ou de légumineuses qu’elles jugent utiles. Cela complète les réserves de plus en plus réduites sous l’effet des faibles pluviométries :

« Ces activités nous ont rendu service ; toutes celles qui y participent depuis la rémunération par le mil jusqu’à celle du blé ont eu de quoi affronter la période de soudure » (entretien le 16-10-2008 avec une femme-mère de Garbey-Kourou, 63 ans).

18L’intérêt des femmes pour la rémunération en nature s’explique par le fait qu’il répond aux préoccupations de leur rôle de mères nourricières.

19Les femmes de Garbey-Kourou, tout comme celles de plusieurs villages de la Sirba, se sont fortement impliquées dans ces activités qui ont démarré dans cette zone à partir de 1998. Dans un premier temps, la rémunération du travail se faisait de façon journalière ou hebdomadaire, en nature, sous forme de grains de céréales (mil, maïs, blé), de grains de légumineuses (niébé), de farine et aussi d’huile. La participation des femmes dépassait de loin celle des hommes. C’étaient pour la plupart des adolescentes entraînées par leur mère afin d’augmenter les gains de la famille.

20Les quelques mesures distribuées ne suffisent pas à expliquer l’acharnement des femmes dans ces travaux pénibles, qu’elles décrivent avec force et engagement :

« Les travaux des cordons sont apparus après ceux du jardin. Le travail était sans relâche. Nous passions la matinée à ramasser, à rassembler et à charger les pierres dans le camion qui assurait le transport vers les champs. Une fois cette tâche accomplie, nous nous acharnâmes à constituer nos provisions d’eau pour nous diriger vers les champs. Nous avons préparé tous les champs qui s’étendent jusque sur l’autre rive de l’affluent. Vois-tu, nous avons toutes un aspect vieilli. Ce n’est pas dû à l’âge, c’est le travail qui nous a épuisées. Je te jure que c’est le travail. Certaines se sont cassé le front, d’autres les dents, car lors du chargement du camion si tu ne vises pas bien pour lancer la pierre, elle retombe sur toi et te heurte. Les hommes se demandaient pourquoi nous nous donnions tant de peine comme çà. Nous leur répondions qu’il fallait souffrir pour réussir » (entretien le 17-08-2008 avec une femme-mère de Garbey-Kourou, 62 ans).

21Les femmes font preuve de capacités de résistance. Mais surtout elles ont intériorisé que la réussite, pour elles, passe par des formes de sacrifice. Ici le sacrifice, c’est la souffrance. La femme donne, elle s’auto-affirme « femme martyr ».

22Au-delà de la rémunération, que les femmes estiment à sa juste valeur comme un moyen de motivation, elles apprécient le travail effectué dont elles perçoivent les résultats tangibles :

« Mis à part cela, ces travaux ont beaucoup amélioré les sols non cultivables et encroûtés. Partout où il y a eu des trous (zaï), c’est devenu du sable et les herbes ont poussé » (entretien le 26-08-2008 avec une femme-mère de Garbey-Kourou, 60 ans).

23Acquérir un savoir-faire permettant d’exploiter les sols est particulièrement nécessaire pour les femmes, à qui sont attribués d’habitude des sols marginaux :

« Grâce à l’expérience acquise dans la confection des cordons, aujourd’hui dès que tu vois un cauris dans ton champ, tu fais les cordons de pierres et il devient tout de suite du sol. Je t’assure ! » (entretien le 26-08-2008 avec une femme-mère de Garbey- Kourou, 63 ans).

24Les expériences et les épreuves partagées ont permis aux femmes d’abord de se reconnaître entre elles, ensuite de faire reconnaître leur projet d’agir ensemble.

Des formes de reconnaissance institutionnelle et socioprofessionnelle

25La dynamique entretenue par les femmes de Garbey-Kourou a permis de donner la preuve à la fois de leurs capacités, mais aussi de leurs motivations en faveur d’une implication effective dans l’action collective. Ceci leur vaudra une reconnaissance institutionnelle. En effet, à partir de 1998, le groupement agricole se transformera en une coopérative qui s’affiliera à une fédération nationale de coopératives maraîchères (FCMN), dénommée Niya. La FCMN-Niya est l’un des réseaux coopératifs nés à partir de l’année 1996. Initiée par onze coopératives, pour se tenir à distance de l’union nationale des coopératives, cette organisation faîtière compte actuellement plus de cent dix-sept coopératives et unions de coopératives. Celles-ci sont réparties sur tout le territoire nigérien et notamment dans la région de Tillabéry, où cinquante coopératives et cinq unions sont dénombrées. L’objectif de l’organisation faîtière est de mieux prendre en compte les problèmes spécifiques au maraîchage, afin d’élaborer des stratégies d’amélioration de production, d’approvisionnement en intrants et de commercialisation dans un contexte de désengagement de l’État envers les producteurs.

26La volonté d’adhésion exprimée par les femmes, malgré les coûts et les cotisations que cela suppose, atteste bien l’affirmation de leur engagement dans les actions collectives. Cette nouvelle reconnaissance va leur permettre de mettre en place une boutique d’intrants qui sera l’unique point d’approvisionnement en engrais, en semences et en produits phytosanitaires pour toute la zone Sirba. Pour sa réalisation, les membres de la coopérative ont dû apporter leurs propres contributions en rassemblant une certaine somme d’argent et en fournissant les briques nécessaires à la construction du magasin. Ensuite, la fédération s’est chargée de chercher les aides nécessaires auprès des institutions partenaires.

27Plus tard, des grillages pour clôturer d’autres sites maraîchers, des ouvrages d’accès à l’eau, des motopompes pour l’arrosage et des planches seront fournis à la coopérative. Ces ressources matérielles ne sont pas négligeables. Nous rappelons qu’avant, il fallait que chaque femme du groupement ramasse douze fagots de tiges de mil ou de sorgho pour protéger le site fréquemment saccagé par les animaux introduits par les garçons. Ensuite, elles transportaient l’eau sur la tête pour arroser leurs planches.

  • 5 Les Kurtés sont des habitants des îles ou du bord du fleuve qui pratiquent le maraîchage et la riz (...)

28La motivation des membres de la coopérative maraîchère et leur participation aux différentes activités et manifestations organisées par la fédération vont retenir l’attention de certaines institutions de développement, qui s’engageront à les appuyer pour la production de sésame. En effet, lors des journées de rencontre des maraîchers, les femmes de la coopérative de Garbey-Kourou préfèrent à chaque fois apporter du sésame, de l’arachide et du gombo parce que, disent-elles : « C’est ce que nous savons mieux faire. Pour les autres cultures maraîchères comme l’oignon et les tomates, nos voisines Kurté5 (riveraines du fleuve) savent les produire mieux que nous, elles en ont plus d’expérience ».

  • 6 CRS ou Catholic Relief Service est une organisation caritative active au Niger depuis 1990 qui ini (...)

29Ainsi, après leurs expériences de confection des ouvrages antiérosifs (demi-lunes, zaï, cordons pierreux, etc.) et la production des plants, le projet de valorisation du sésame conduit à la fois par la FCMN-Niya et le CRS6 va leur offrir l’opportunité de formations en techniques et pratiques agricoles. L’acquisition des connaissances et des pratiques susceptibles de renforcer les compétences personnelles est un grand avantage pour ces femmes :

« De tout ce que nous avons appris des projets, ces activités du sésame sont les meilleures du point de vue formations (savoir-faire, connaissances, profits) et je ne pense pas que nous puissions avoir mieux. Quel que puisse être le gain avec un autre projet, c’est celui du sésame qui nous a ouvert les yeux et nous a appris à penser les choses (anir moyey feeri, anir dondonandi laasaabey » (entretien le 10-10-2008 avec une femme-mère de Tallé, 60 ans).

30Si l’exercice d’une certaine capacité à l’innovation participe du pouvoir, nous pouvons considérer l’engagement des femmes dans le travail agricole comme l’aspiration à une certaine autonomie, un début d’affirmation de leur identité socioprofessionnelle.

31Un projet pilote qui couvre quatre autres villages voisins de Garbey-Kourou est créé. Une première union de 100 productrices de sésame, réparties au sein de 5 groupements de 20 membres par village associé au projet, est formée. À la demande de la coopérative de Garbey-Kourou, qui comptait plus de 200 membres à l’époque, une radio communautaire est installée dans le dit village pour élargir la portée des messages de sensibilisation et de formation sur la culture du sésame. Cette radio, animée par des jeunes hommes et des jeunes femmes lettrés du village, a permis d’élargir de façon générale la portée de l’information dans un contexte social où l’oralité est le principal mode de communication. Ainsi, beaucoup de femmes qui ne sont pas membres de groupements mais aussi des hommes ont pu accéder aux connaissances sur la production et la commercialisation du sésame. De plus, la radio est un lieu de rencontres et de discussions entre les hommes et les femmes et constitue une source supplémentaire de dynamique pour ce village.

32À partir de 2006, le projet de mise en valeur du sésame (carte 2) est étendu à 25 autres villages de la commune, et les groupements élargis à un effectif de 50 membres sont constitués au tiers par des hommes. Ce passage à des groupements mixtes (bien qu’à majorité féminine) s’explique notamment par la nature des travaux agricoles qui requièrent des efforts physiques considérables et la manipulation d’outillages mécaniques nécessitant l’aide des hommes. Ils interviennent dans les opérations de défrichage et de labour attelé, dans le transport des récoltes en charrettes et la construction de hangars pour le séchage des produits du groupement. La réussite de la première phase a conduit les hommes à vouloir intégrer les groupements en tant que producteurs de sésame. La compagnie des agents d’encadrement, généralement des hommes, avec certains hommes du village, a favorisé l’implication de ces derniers dans les actions. Par ailleurs, l’adhésion des hommes aux collectifs permet de résoudre les difficultés d’accès aux champs collectifs nécessaires aux formations et à une production collective contribuant à l’autonomisation économique du groupement.

33Dans le cas de Garbey-Kourou, cette adhésion des hommes est plutôt symbolique car, dans la pratique, seuls quatre hommes interviennent dans les activités, tandis que toutes les femmes adhérentes de la coopérative maraîchère sont impliquées dans les activités du sésame.

34Ce projet de valorisation du sésame offre des opportunités d’accès aux ressources susceptibles de donner aux femmes les compétences nécessaires pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Cependant, comme l’indique Le Boterf (2006), avoir les ressources est certes une condition nécessaire, mais non suffisante pour agir avec compétence. La compétence résulte d’un processus d’activation des ressources aussi matérielles que symboliques à travers l’apprentissage.

Carte 2. Commune de Gotheye avec les villages associés au projet de mise en valeur du sésame.
Source : Fond de carte : DGAT Yonlihinza (2011)

Le groupement comme cadre d’acquisition de compétences

35L’objectif principal poursuivi par les femmes est de se doter des moyens nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire. Les exigences environnementales difficiles dans le nouveau contexte sahélien nécessitent de nouvelles connaissances, des nouvelles façons de faire et d’agir dont les combinaisons conduisent à des compétences nouvelles aptes à résoudre les problèmes du moment (Durant, 2006). Ainsi le groupement, en offrant un cadre d’apprentissage permettant la mise en commun et l’échange de connaissances, de savoir-faire et d’expériences qui sont ainsi valorisés et mis au profit de la collectivité, favorise l’acquisition de compétences pour ses membres.

36Les formations concernent tout l’itinéraire technique de la culture, c’est-à-dire depuis la préparation du sol jusqu’au stockage des récoltes. Il s’agit dans un premier temps de préparer le sol pour qu’il retienne le maximum d’eau pendant les pluies. Pour cela, il convient de le remuer pour améliorer sa perméabilité à l’infiltration. Cette opération, qui n’était pas pratiquée par les femmes, leur est pourtant nécessaire. Les sols qui leur sont destinés sont généralement des terres marginales comme les glacis, qui présentent des difficultés d’absorption de l’eau. Cette préparation du sol a été surtout facilitée par la remise de charrues aux groupements de sésame pour permettre de labourer les champs collectifs et individuels des membres

  • 7 Qui s’enfonce en partant d’une racine et de façon perpendiculaire au sol.

37L’intérêt d’un espacement des plants favorable en vue de la maximisation de la production est également un critère méconnu des femmes, dont les références culturales se basent sur les techniques adoptées par les hommes pour les cultures de mil ou sorgho. Or, le sésame ayant un système racinaire pivotant7, il n’a pas besoin d’un large écart entre les plants comme celui du mil ou du sorgho. Cette pratique permet une augmentation du rendement par rapport à celui que les femmes réalisaient avant sur une même superficie cultivée, par multiplication des pieds de plantes.

  • 8 Trou dans lequel sont déposées les graines à semer.

38Toujours dans le but d’améliorer la productivité, il est recommandé de procéder au sarclage et au démariage des plantes après la levée pour leur garantir un bon épanouissement. Le sarclage consiste à enlever les mauvaises herbes qui envahissent le terrain et entrent en compétition avec les plantes cultivées pour l’accès à l’eau et aux éléments minéraux du sol. Cette opération de sarclage est répétée une seconde fois en cas d’une nouvelle colonisation du sol par les mauvaises herbes qui repoussent au fil des pluies. Quant au démariage, il consiste à réduire les plantes du poquet8 à trois au maximum pour éviter une concurrence susceptible d’empêcher la fructification de la plante. Cette opération est d’autant plus importante que, les graines de sésame étant petites, les femmes ont tendance à en mettre trop dans les poquets lors du semis. Elles ne trouvent pas raisonnable d’arracher certains pieds par la suite. Toutes les femmes admettent qu’elles ne procédaient pas au démariage, qu’elles considéraient comme un gaspillage : « Comment arracher des plantes et les jeter, c’est absurde », disaient-elles, jusqu’à ce qu’elles se rendent compte de l’utilité de cette pratique. En effet, sans démariage les pieds de sésame se gênent, ne grandissent pas et produisent seulement des feuilles sans parvenir à la fructification. Le démariage permet non seulement le développement de la plante, mais aussi une meilleure fructification, car les gousses de sésame se constituent le long des tiges. Plus la plante évolue en longueur, plus elle donne de gousses. Si, au départ, les femmes se montraient réticentes à cette pratique, la grandeur de la taille des plantes démariées comparée à la taille des plantes non démariées a fini par les convaincre de la nécessité de cette opération.

39L’initiation des femmes à de nouvelles pratiques culturales leur permet de résoudre certaines contraintes techniques liées à la culture du sésame telles que la déhiscence des fruits, qui se traduit par l’ouverture des capsules avant la maturation, entraînant une importante perte des graines. C’est un véritable problème pour la culture du sésame qui peut entraîner une baisse de la production et auquel la recherche technologique n’a pas encore trouvé de solution biologique. Alors, pour limiter les pertes, il est préconisé de procéder à la récolte dès la maturité physiologique, en fauchant les tiges portant les capsules.

40Des techniques de traitement et de fertilisation sont apprises aux femmes pour éviter les excès et les initier ainsi à l’esprit de rentabilité économique qui consiste à réduire des coûts de production. Elles sont aidées à déterminer les doses d’engrais nécessaires. En effet, ces produits fertilisants proviennent souvent des pays de la sous-région, notamment du Nigeria et les prescriptions indiquées ne correspondent pas souvent à la qualité du produit. Cette défaillance du produit ne peut être analysée et corrigée qu’en laboratoire. Les paysans par la force de la pratique arrivent à estimer la dose nécessaire pour leur exploitation. Mais les femmes font souvent une utilisation abusive des engrais pour compenser l’écart de production dû à la surface réduite de leur parcelle. Cette pratique intensive améliore leur récolte, mais contribue à la dégradation des sols.

41Des nouvelles variétés de sésame, plus productives que les variétés locales, à forte teneur en huile et qui sont très recherchées sur le marché extérieur sont introduites après des essais d’adaptation au terroir. La production de ces semences s’effectue après les récoltes de l’hivernage sur les bords de la Sirba, pendant la saison sèche et froide qui correspond à la période de crue de cet affluent. Ces activités ont lieu sur le champ école. Les femmes sont largement associées à cette production de semences très importante, tant il est vrai que la réussite d’une culture dépend en premier lieu des semences utilisées. La fertilisation et les traitements, aussi efficaces qu’ils soient, n’améliorent en rien les performances qualitatives et quantitatives d’une production tant que la qualité des semences n’est pas garantie. Avant, les femmes n’accordaient pas d’importance aux variétés, ne connaissant que les utilisations traditionnelles qui ne nécessitent pas de qualités particulières. Cette situation a fait qu’il n’existait pas de variété pure, car les différentes semences étaient souvent mélangées. C’est pour cette raison que le projet préfère réaliser durant les premières années des stocks de semences suffisants pour couvrir les besoins des producteurs des groupements et de ceux qui ne sont pas dans les groupements, afin de préserver de façon rigoureuse la qualité et la disponibilité des différentes variétés exploitées. Les capacités productives ont ainsi été renforcées et la rentabilité économique des produits augmentée.

42La production semencière effectuée en saison sèche et froide intervenait en même temps que les activités maraîchères. Cela a permis aux femmes de bénéficier d’un encadrement pour le maraîchage, notamment la production d’oignons, de salades, de pommes de terre, d’aubergines, de choux, de tubercules comme la patate douce et le manioc. Ces initiatives dans le domaine du maraîchage contribuent à une amélioration des compétences de ces femmes. Elles reçoivent des semences et participent à des voyages d’étude auprès d’autres organisations collectives, affiliées à la même structure faîtière, qui ont plus d’expérience dans le maraîchage, comme notamment les producteurs d’oignons des régions de l’est du pays.

43Les activités maraîchères commencent généralement au mois d’octobre ou de novembre selon la disponibilité des terres qui sont habituellement utilisées par les propriétaires (hommes) pour la production pluviale de céréales (sorgho, maïs) et de légumineuses (niébé et cucurbitacées). Elles durent jusqu’au mois de février ou mars, en fonction de la disponibilité des eaux de l’affluent. Elles constituent de ce fait un prolongement des activités agricoles pendant les périodes de crue et leurs récoltes permettent de renforcer la sécurité alimentaire. Ainsi, les liens de ces groupements avec la Fédération existent d’abord en tant que groupements de production de sésame pendant la saison des pluies, avec l’appui particulier de CRS, ensuite en tant que coopératives maraîchères pendant la saison froide, avec la possibilité d’accès aux différents appuis offerts par les partenaires intervenant dans le cadre du maraîchage.

44Par les voyages d’étude effectués et au cours des formations reçues, les productrices sont initiées aux diverses transformations du sésame. En région songhaï et zarma, les grains de sésame étaient uniquement utilisés comme condiments dans les sauces ou pour l’assaisonnement de la viande. Les productrices des groupements ont appris la transformation en galettes sucrées, déjà produites en région haoussa, en bonbons, ainsi que l’extraction de l’huile et la fabrication de savon et de pommade. Ces transformations ont permis de diversifier les produits pour une meilleure rentabilisation de la production, en même temps qu’elles ont contribué à promouvoir la consommation du sésame dans les habitudes alimentaires. Le sésame étant très riche en protéines (plus de 25 %), son utilisation améliore la qualité nutritionnelle, surtout pour les femmes et les enfants, très exposés aux carences alimentaires.

Multiplication des parcelles des femmes

45En plus de l’accès au champ collectif, l’avantage de la mise en valeur du sésame est de permettre aux productrices des groupements de disposer de parcelles individuelles en faisant valoir la rentabilité économique et leurs capacités de production.

46La parcelle de condiments héritée de la mère ne suffit plus. Les femmes de Garbey-Kourou présentent cette particularité de disposer de parcelles à titre de propriété. En effet, il s’agit de champs défrichés pour la première fois par des femmes dans la petite forêt d’acacias qui se situe à l’entrée est du village. Ces femmes ont été les premières à occuper et à exploiter ces sols, ce qui leur a donné le droit de propriété et la possibilité de les transmettre à leur descendance, notamment les filles. Celles-ci y cultivent le sésame, le gombo, l’oseille et éventuellement le sorgho.

47Le sésame mérite désormais qu’on lui accorde une parcelle, ou si possible des parcelles pour cultiver plusieurs variétés.

« On peut avoir jusqu’à 4 ou 5 parcelles mais éparpillées, pour cette raison on ne connaît pas la superficie, mais nous savons que le travail du sésame de nos jours est plus important qu’avant et la production est meilleure. Les revenus qu’il génère sont meilleurs » (entretien le 23-08-08 avec la présidente de l’union Sirba, 59 ans).

48C’est souvent le mari qui cède une partie du champ parce que le sésame procure des revenus qui contribuent à l’entretien de la famille. Mais la partie concédée est rarement suffisante, compte tenu de l’importance que les femmes accordent au sésame. Alors, elles ont recours à d’autres sources pour avoir des terres.

49L’engagement dans les organisations collectives de production agricole légitime la négociation de parts d’héritage et de prêts. La demande de parts d’héritage est rarement adressée sous forme de réclamation. Cependant, les récits témoignent souvent d’une forme de revendication. En évoquant les parcelles héritées, les femmes parlent de droit de propriété plutôt que du droit d’usage couramment reconnu aux femmes :

« Moi l’endroit que j’exploite, je l’ai hérité de mon père. C’est la terre de mon père qu’on a partagée pour donner à chacun, homme et femme, un espace pour travailler. J’ai jusqu’à cinq parcelles qu’on m’a attribuées. Mes frères ont enlevé chacun un bout de terre pour me le donner. Je n’arrive même pas à sarcler toutes les superficies et parfois les mauvaises herbes les colonisent » (entretien le 21-08-2008 avec une femme de Garbey-Kourou, 65 ans).

50Pour cette femme, comme pour la plupart d’entre elles, l’accès au foncier relève davantage d’un problème général de disponibilité des terres que d’une discrimination sexuelle. Elles peuvent en faire usage jusqu’à la mort sans que personne n’ait le droit de les reprendre. Elles disent souvent : « Tant qu’il reste des terres pour cultiver, nous aurons notre part. »

51Le besoin de produire plus pour conquérir le marché du sésame entraîne un besoin de terres que les femmes cherchent à satisfaire par tous les moyens. Après l’héritage direct du père, les femmes mobilisent celui des grands-parents et ont recours aux oncles. Ces derniers leur cèdent des parcelles, sans doute du fait d’un sentiment d’obligation morale de partage d’un bien commun. Au sein de la famille, les hommes parviennent toujours à répondre à la demande d’une femme dans la mesure du possible. D’une part, parce qu’elle demande toujours par nécessité et, d’autre part, parce qu’elle se contente d’une parcelle dont « la dimension est liée à ses modestes capacités de travail », disent-ils. Or, les capacités productives des femmes se sont améliorées dans le cadre de la culture du sésame. Il s’agit de femmes qui vivent dans leur propre village au milieu des leurs. Elles peuvent compter sur leur parentèle et celle de leur mari pour accéder à la terre. Pour certaines, le réseau d’accès au foncier peut dépasser le cadre familial et s’étendre à d’autres réseaux d’interconnaissance au sein du village ou dans des villages voisins :

« Présentement, mon terrain de sésame ne me suffit pas. Il y a des femmes d’ici qui ont cherché auprès de leurs parents du village de Lata. Elles ont pu en avoir, mais c’était trop tard pour cette année parce que le propriétaire du tracteur dit qu’il en a fini pour cette année. Alors, je leur ai demandé de me réserver une partie pour l’année prochaine » (entretien le 23-08-2008 avec une femme du groupement de sésame de Garbey-Kourou, 66 ans).

  • 9 La pression sur les sols fait qu’il devient rare de pratiquer la jachère, c'est-à-dire laisser les (...)

52Dans les cas cités, la durée des prêts varie en fonction de la période où le propriétaire est prêt à céder son terrain. La durée de tel prêt est au plus de trois ans, c’est-à-dire trois saisons agricoles. En général, les parcelles destinées aux femmes sont des parties mises au repos. Le propriétaire peut céder d’autres parties en récupérant la partie travaillée par les femmes. La culture du sésame participe ainsi à une sorte d’assolement et elle remplace la jachère9. Les hommes acceptent les prêts de terre aux productrices de sésame, parce que la plante de sésame a la réputation de lutter contre le striga, qui est une plante parasite du mil et du sorgho. Les femmes mobilisent les connaissances et les savoir-faire qu’elles ont acquis au cours des actions de restauration et de conservation des eaux et du sol pour entretenir les sols. Elles prennent soin de leurs parcelles auxquelles elles apportent du fumier tout au long de l’année, et la disponibilité du fumier s’accroît davantage avec la pratique de l’élevage par les femmes. Elles achètent davantage d’engrais dans la boutique d’intrants pour améliorer la qualité de leurs sols. Cela encourage les hommes à leur prêter des parties de leurs champs pour bénéficier des amendements apportés.

53Une autre raison qui permet d’expliquer la multiplication des parcelles de production des femmes est l’accès au matériel agricole. Les charrettes et les charrues mises à la disposition des groupements pour le labour et le transport des récoltes du champ collectif servent aussi à l’utilisation individuelle des membres. L’accès à ces équipements est un facteur d’allègement du travail qui permet aux femmes d’augmenter leur superficie agricole. Leur mise en location permet à des femmes qui ne sont pas dans les groupements de les utiliser.

54La pratique du labour semble bien répandue auprès des femmes, qui le trouvent nécessaire pour combiner plusieurs cultures. Avant, les semis de sésame étaient décalés par rapport à ceux des autres cultures, notamment celui du gombo. Tant qu’il y avait des pluies régulières qui couvraient le premier cycle de la plante du sésame, cela était possible. Cependant, avec le raccourcissement de la saison des pluies, il est devenu nécessaire de semer le sésame dès les premières pluies pour maximiser les chances de le conduire à maturité. Le labour permet de pallier cette contrainte :

« Il nous arrive de dépenser 20 000 FCFA pour le labour. Rien que l’an dernier, nous avons dépensé 20 000 F pour le travail du sésame. Si tu veux semer dès la première pluie, tu es obligée d’employer la charrue, comme ça le temps que tu finisses avec le gombo, il y a le lever du sésame, donc tu entames directement le second sarclage » (entretien le 16-12-2009 avec une femme-mère de Tallé, 46 ans).

55Le labour a le double avantage de préparer le sol à une meilleure infiltration de l’eau et de dispenser d’un premier sarclage.

56À défaut de la charrue, les femmes ont recours à de la main-d’œuvre salariée. Celle-ci est surtout utilisée par celles qui ne disposent pas d’une main-d’œuvre familiale suffisante et qui pensent que la taille de leur parcelle et ce qu’elle peut rapporter ne nécessitent pas la location d’une charrue.

57Les apprentissages reçus au sein des groupements ont procuré aux femmes une confiance accrue dans leurs capacités de productrices. Elles s’investissent non seulement dans les cultures de sésame et de gombo, mais aussi dans celles de l’arachide, du sorgho et même du mil pour certaines. Cet investissement participe ainsi à une revalorisation de leur statut, « puisque c’est en contribuant aux activités productives de la communauté que l’on acquiert une reconnaissance sociale sur laquelle reposent au moins en partie l’estime de soi et la dignité » (Vatturi-Pionetti, 2006 : 215). Elles deviennent des membres actifs de l’exploitation agricole familiale. La contribution des femmes est désormais à prendre en compte dans l’évaluation de la production des ressources familiales. Il s’agit là d’une « reconnaissance-attestation », c’est-à-dire « devenir capable, être reconnu » (Ricoeur, 2004) ou, en d’autres termes, d’une « reconnaissance-valorisation » qui se traduit par une attribution de valeur sociale (Caillé, 2007).

Des ressources monétaires et des possibilités d’investissements stratégiques

58Les investissements remarquables que font les femmes dans la production du sésame s’expliquent par la rentabilité économique du produit dont elles tirent des profits relativement importants. Dans un milieu où les produits agricoles restent les principales sources d’accès aux revenus monétaires, la moindre attention accordée à un produit favorise la production. La réalisation d’une importante production, associée à des possibilités de vente à des prix intéressants en gros et/ou au détail, constitue des opportunités d’accès à des revenus relativement importants :

« Moi qui te parle, rien que de la saison froide passée, j’ai eu 65 000 FCFA de vente du sésame de mes propres récoltes sans compter les ventes au détail de 500 FCFA par ci par là que j’ai effectuées. Même la dernière fois, j’ai vendu pour 35 000 FCFA, après les 65 000 FCFA. N’est-ce pas que j’ai gagné ? Avec les 65 000 FCFA, comme j’ai des enfants, je leur ai acheté des animaux qu’ils élèvent, j’ai donné à certains parents et le reste je le conserve pour l’achat de mil. Présentement, j’ai 45 000 FCFA en réserve et tout cela grâce au sésame, je t’assure » (entretien le 25-08-2008 avec la présidente du groupement de sésame de Garbey-Kourou, 66 ans).

59L’échelonnement de la vente sur l’année est une autre stratégie de rentabilisation du sésame que les femmes adoptent de plus en plus pour augmenter leurs marges bénéficiaires. Il en est de même de la diversification variétale de leurs productions pour pouvoir répondre à toutes les demandes de sésame.

  • 10 Récipient de mesure.

« L’an dernier, j’ai produit un sac de la variété blanche et un sac et deux banban-kana10 de la variété locale. L’acquéreur du projet a acheté la variété blanche à 30 000 FCFA le sac. C’est noté par notre commis. La variété locale, aujourd’hui le “cop” est à 400 FCFA. Elle est devenue plus chère que la variété blanche » (entretien le 15-08-08 avec une femme-mère du groupement de Garbey-Kourou, 69 ans).

60Outre la production personnelle, certaines femmes s’engagent aussi dans le commerce du sésame en rachetant du sésame pour le revendre quand la demande du marché est plus forte. Pendant les récoltes, elles achètent à des prix bas du sésame qu’elles stockent pour le revendre plus tard en gros ou au détail lorsque les prix sont plus élevés.

« L’autre année, bien que la saison n’ait pas été bonne, j’ai eu deux sacs de 50 kg, la variété blanche et la variété rouge. Le blanc, je l’ai vendu à 20 500 FCFA et le rouge, je l’ai vendu peu après à 21 500 FCFA. Même le rouge qui n’est pas prisé, quand j’ai demandé à une belle-sœur de me le vendre, elle l’a vendu à 21 500 FCFA. Donc rien que cette année, j’ai eu 42 000 FCFA qui provient de mes propres champs, sans compter ce que j’ai acheté pour revendre. Car pendant les récoltes, si on a les moyens, on achète pour revendre après. J’en ai acheté également deux sacs. L’un des sacs, je l’ai vendu à la personne pour que je puisse lui demander de m’amener le second au marché. Je lui en ai vendu à 33 500 FCFA en détail. Le second, elle me l’a vendu plus tard à 48 000 FCFA » (entretien le 10-03-08 avec une femme-mère du groupement de Garbey-Kourou, 52 ans).

61La possibilité d’accéder à des revenus de ce niveau permet aux femmes d’envisager des investissements assez importants et inhabituels. Aussi, elles commencent à planifier leur vie au lieu de raisonner toujours en termes de survie (Albert, 1993) :

« Il y a deux ans quand nos récoltes de sésame ont été vendues, j’ai acheté un bovin et un caprin. Les récoltes de l’an dernier sont encore là stockées, un sac de la variété blanche et un autre de la variété locale. Nous savons que dès qu’il y a un acquéreur nous allons vendre et en profiter encore » (entretien le 13-01-10 avec une femme-mère du groupement de Garbey-Kourou, 53 ans).

62Dans la plupart des cas, l’achat de bovin participe à l’élaboration d’un projet d’investissement dans l’outillage agricole. Il commence d’abord par l’embouche bovine en attendant l’achat de la charrette et/ou de la charrue. L’accès à ce matériel est d’autant plus important que, pour Garbey-Kourou comme pour la plupart des villages de la Sirba, les terres des femmes sont situées à des distances relativement éloignées du village, sur l’autre rive de l’affluent. La charrette en tant que moyen de déplacement et de transport des récoltes et l’emploi de la charrue pour réduire le temps de travail sont d’une grande utilité pour permettre d’accéder aux champs éloignés.

63Hommes et femmes évoquent en effet l’achat de gros bétail et de charrettes pour leur famille pour décrire les avantages que les femmes ont tirés de leurs activités autour du sésame. Celle dont le mari et/ou les enfants disposent déjà d’animaux achète une charrette. Dans certains cas, c’est la femme même qui initie le projet en commençant par l’achat des animaux, qui sont mis à l’embouche, en attendant l’achat de la charrette. La culture du sésame a eu des incidences sur l’investissement dans le matériel agricole :

« Je me rappelle en 2003, quand nous allions commencer la préparation de notre champ collectif, le projet nous a demandé de trouver une charrue à louer dans le village en attendant. Nous avons cherché partout, il n’y en avait pas, sauf une qui n’était pas fonctionnelle à l’époque. Mais actuellement, nous avons une vingtaine de charrues dans le village » (entretien le 12-03-2008 avec le secrétaire du groupement de sésame de Garbey-Kourou).

64Le faible investissement dans le matériel agricole constaté auparavant ne relevait pas uniquement d’un manque de moyens. Le regain d’intérêt dont il est l’objet est simplement une réaction masculine face à la réussite féminine. On peut penser que les hommes se sentent concurrencés dans leur domaine. L’utilisation de ces matériels par les femmes au sein des groupements a éveillé l’intérêt des hommes.

65Bon nombre de ces charrues proviennent d’initiatives et de ressources monétaires des femmes. Mais la « masculinisation agricole » fait qu’on parle toujours de femmes qui ont acheté des charrettes ou des charrues à leurs maris, alors même que ces investissements peuvent être motivés par des besoins et des intérêts personnels des femmes. La charrette permet aux femmes de transporter le fumier sur leurs parcelles, de transporter leurs récoltes, mais aussi de se déplacer sur les marchés en même temps qu’elle servira à l’usage familial. Il en est ainsi pour la charrue destinée au labour de leurs propres parcelles et celui de l’exploitation familiale. Le contexte agroclimatique impose aujourd’hui le recours à une intensification agricole. L’investissement des femmes dans le matériel agricole témoigne de leurs capacités d’adaptation.

66Néanmoins, l’entretien du matériel et son utilisation sont confiés aux hommes. Le contrôle de ce matériel se trouve directement sous la coupe des hommes de la famille, époux ou fils, même s’il reste la propriété des femmes.

67L’appropriation par les hommes des biens appartenant aux femmes s’explique par « l’idéal de la prégnance masculine ». Elle « demeure autant en raison de la difficulté des hommes de s’en départir que du souci des femmes de préserver les apparences du contrôle par le mari du capital social et symbolique qui, en retour, contribuent toujours à asseoir leur place en tant qu’épouse » (Guétat-Bernard, 2006 : 151).

68Envisager des investissements aussi significatifs que l’achat d’une charrette, d’une charrue, de bœufs suppose que les femmes disposent d’une certaine assise conjugale. L’entente et la complicité au sein du couple ainsi que la présence de fils mariés travaillant sur l’exploitation familiale sont très souvent des conditions nécessaires pour motiver de tels investissements. À ce stade, le couple est largement à l’abri d’une séparation et les femmes se sentent véritablement chez elles. La relation semble plus égalitaire avec le mari, mais le statut de maîtresse de maison est aussi renforcé par la présence d’enfants adultes mâles qui confirme la certitude de posséder la terre (puisque les enfants sont héritiers). Dans de tels cas, les femmes parlent de propriété à propos de leurs parcelles, en insistant sur le fait que : « C’est sur nos terres que je travaille, celle de mon mari et c’est l’héritage de mes enfants, donc ce n’est pas un prêt parce que je l’exploite aussi longtemps que je veux. » En plus de l’estime de soi acquise à travers la contribution à la production familiale, ces femmes exercent un rôle central dans les décisions au sein du foyer entre leur conjoint et les enfants. Elles avouent être aidées par leur conjoint dans les travaux du sésame :

« Quand tu finis de travailler le champ, à la récolte c’est ton mari qui amène sa charrette pour t’aider à la récolter. Vous passez la journée à couper et à charger la charrette. C’est lui qui construit le hangar pour poser le sésame et quand c’est sec, c’est lui qui va chercher un garçon pour bien te l’arranger et t’aider à le mettre en sac » (entretien le 22-08-2008 avec une femme-mère du groupement de Garbey-Kourou, 50 ans).

69À ce stade, la reconnaissance témoignée à la femme est une « reconnaissance-gratitude », grâce à sa capacité de don qui la met en position de « créancier » (Caillé, 2007) envers l’époux, mais aussi envers les enfants.

70Par ailleurs, l’investissement des femmes dans la production agricole, comme nous avons pu le constater à travers la valorisation du sésame, contribue dans certains cas à la responsabilisation des hommes. En effet, être chef de famille suppose être en mesure de parvenir à assurer la charge de la famille. Aussi, des hommes mettent un point d’honneur à ne pas être pris en charge par leur femme. D’où une tendance des hommes à améliorer l’entretien de la famille. Dans de tels cas, les femmes profitent mieux de leurs ressources et investissent dans l’achat de vaches pour l’embouche bovine afin de constituer leur propre troupeau. Il s’agit là d’un fort marqueur identitaire, car le bovin, haou en général, et la vache, zan en particulier, sont des signes de richesse au vrai sens du terme.

71Pour résumer les avantages économiques et sociaux que procure la mise en valeur du sésame, les femmes l’appellent leur or, ura. Elles disent aussi « dukuri kaayan », qui veut dire la revanche, la compensation pour l’affliction subie. Le sésame permet de « sortir de la misère », djengey ka yan ou taabi ban yan ; de « subvenir aux besoins » ; et enfin de constituer une richesse, arzaka margu, comme le fait de disposer d’un troupeau de petits ruminants ou de vaches laitières, alors qu’elles ne pouvaient imaginer en posséder.

72Aussi, pour les femmes, « le sésame leur a donné de la force », irno gaabi ; les « a élevées au niveau des hommes », deke beene, c’est-à-dire qu’il les a rendues visibles, mais aussi qu’il les a fait progresser à hauteur ou parfois au-dessus des hommes. D’après ce que disent certaines femmes : « Aujourd’hui il n’y a pas d’hommes. Ils ne tiennent le nom d’hommes que des pantalons qu’ils portent. C’est nous les hommes, parce que dès qu’il y a quelque chose, avant que les hommes ne se réveillent, nous sommes déjà sur pied. »

73Ces propos mettent en évidence une redéfinition des rôles qui réinterroge les identités de genre en tant que constructions sociales. Si le pouvoir symbolique des hommes tient en partie à leur rôle productif, l’accès des femmes à ce rôle trouble les normes et les représentations sociales qui déterminent les identités de genre et qui entretiennent les relations de pouvoir.

74Toutefois, il est à noter que de tels investissements sont rendus possibles grâce à la présence des caisses des microcrédits qui procurent des revenus supplémentaires. Les femmes de Garbey-Kourou, grâce à l’expérience de la démarche Mata Masu Dubara ou MMD (expression haoussa qui veut dire « les femmes ingénieuses ») mise en place par l’ONG CARE dans une perspective d’amélioration des conditions de vie des femmes, surtout paysannes, possèdent un réseau de sept caisses regroupant au total 147 adhérentes. Celles-ci procèdent à une cotisation hebdomadaire permettant de ravitailler une caisse commune au réseau, tandis qu’un autre versement hebdomadaire ou mensuel est organisé en parallèle au niveau de chaque caisse pour permettre à chacune des membres du groupement de prendre un prêt en cas de besoin. À l’approche de la saison des pluies, la somme est redistribuée aux membres pour faire face aux besoins du moment.

75Grâce à leur solvabilité, ces femmes accèdent à des crédits remboursables au bout de six mois. Ces différents crédits sont investis dans l’élevage ou pour renforcer une activité lucrative comme l’achat de produits de cueillette et/de gombo, de sésame ou de niébé pendant les récoltes. Ces produits seront stockés et revendus plus tard au moment de la hausse des prix.

76Parallèlement à la cotisation de la caisse, les femmes des groupements organisent des tontines facultatives, avec des versements plus importants. À la différence de la caisse MMD, la tontine regroupe la somme hebdomadaire ou mensuelle (selon les cas) versée par toutes les adhérentes et l’attribue à un membre de façon rotative. Elle permet de disposer d’une somme beaucoup plus importante et plus favorable à un investissement. Cela peut permettre de renforcer une activité de commerce ou la réalisation d’un projet comme compléter avec les revenus des productions agricoles, notamment ceux du sésame pour investir dans le matériel agricole.

77La mobilisation de ces diverses sources monétaires explique les possibilités d’accès au gros bétail et à l’outillage agricole pour certaines femmes. La possession de matériel agricole est un projet réalisé ou en cours pour la plupart des femmes engagées dans la production du sésame.

Évolution de certaines normes

78On constate une valorisation de la place du sésame dans les systèmes de production par l’augmentation des superficies. En effet, certains hommes se sont mis à la culture du sésame et les femmes ont multiplié leurs parcelles.

79Les revenus tirés de la vente des productions de sésame encouragent certaines femmes à investir davantage dans l’activité agricole par l’achat de matériel agricole et la réalisation de production céréalière, notamment celle du mil, base de leur alimentation. Or, l’outillage agricole et la pratique de la culture du mil sont traditionnellement du domaine des hommes, ce qui traduit un bousculement des rôles symboliquement assignés aux hommes et aux femmes. Par ailleurs, cette implication importante des femmes dans la sphère productive réinterroge les mécanismes sociaux d’attribution de ressources, dont les facteurs de production agricole, même si la question de l’accès à la propriété foncière reste entière pour les femmes dans un contexte sahélien d’épuisement de terres.

80Il y a un élargissement de l’espace d’expression et d’action des femmes, qui sont les principales interlocutrices des projets qui arrivent dans le village. De ce fait, elles sont invitées par les autorités coutumières et communales à participer à certains débats sur les affaires communautaires.

81Elles ont un poids politique non négligeable au sein du village et expriment de façon plus audible leur choix lors des élections de la chefferie coutumière. Cela est d’autant plus important que les intégristes musulmans visent le pouvoir local pour mieux imposer leurs idéaux.

82De ces collectifs émergent des figures de femmes dont l’engagement dans les actions des groupements n’entame en rien la vie de couple. Au contraire, leurs relations conjugales laissent percevoir une entente basée sur le respect mutuel. Il s’agit souvent de femmes qui ont acquis plus d’expériences et d’ouverture auparavant : soit par le fait qu’elles ont vécu en migration avec leur mari, soit qu’elles avaient développé une activité économique qui leur permettait une mobilité entre le village et la ville.

83Grâce aux opportunités offertes par le collectif, des femmes de niveau de vie précaire émergent et permettent à leur famille de se repositionner sur l’échelle sociale.

84En outre, des jeunes femmes scolarisées grâce aux opportunités de travail hors de la maison offertes par les projets (comme l’animation de la radio, la gestion de la boutique d’intrants, l’implication dans les activités de transformation du sésame, l’assistance couture) prennent l’initiative de remettre en cause le schéma traditionnel de répartition des tâches, en décidant de ne pas participer au repas de la grande famille et cela avec l’approbation des maris. Dans tous les cas, cela ne décharge pas totalement les femmes des travaux domestiques, il ne s’agit que d’une réduction de la taille de la charge, car d’une façon ou d’une autre les femmes doivent s’occuper de leur propre nourriture et de celle de leurs enfants. Aussi, toute autre activité hors du foyer restera une surcharge de travail aussi longtemps que la corvée domestique sera à leur seule charge. Certains hommes en prennent compte et apportent leur soutien aux femmes en les aidant dans leurs travaux agricoles comme le sarclage et les récoltes de gombo et de sésame. C’est important à noter, car ces deux activités agricoles relèvent uniquement du domaine féminin. Même si ces initiatives sont isolées, elles révèlent des possibilités de réaménagements qui prouvent que les rapports de genre ne sont pas figés (Granié et Guétat-Bernard, 2006) et qu’ils sont sujets à d’éventuelles mutations sociales. La question qui se pose est de savoir si ces jeunes, femmes et hommes, sauront résister à la censure sociale au quotidien et servir de modèle à leurs cadets.

85Des femmes de Garbey-Kourou sont ainsi des actrices révélées, donc des partenaires potentielles pour des institutions de développement. Leur nouvelle insertion dans des réseaux et leur accès aux ressources économiques et sociales, certes modestes pour le moment, constituent un capital social susceptible d’élargir leurs espaces de liberté. S’il est vrai que le maintien ou la remise en cause des représentations sociales traditionnelles dépendent pour l’essentiel de l’ensemble des relations sociales et économiques qui prévalent dans une communauté donnée (Sen, 1999), ces femmes s’inscrivent dans une dynamique de changement social. L’élargissement du champ de leurs possibilités modifie d’ores et déjà la représentation de « femmes faibles, woyboro kaina » qu’elles avaient auparavant à propos d’elles-mêmes.

86Les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes et entre certaines femmes restent visibles. Mais l’étude montre que des changements s’opèrent dans les faits à partir des représentations sociales qui sont à la fois produits et processus. L’affirmation de l’identité socioprofessionnelle des femmes des groupements trouble les regards et les places occupées par les hommes. Mais si les formes d’expression collectives féminines priment sur les formes d’expression individuelles masculines, le temps des femmes est encore souvent un temps soumis à des pressions sociales et culturelles inscrites dans des mutations lentes. Les femmes et les hommes ont compris que la force des groupements autour de la culture du sésame est un levier qu’il faut saisir en termes de construction identitaire dans un autre équilibre des rapports de genre. Cependant, bien que la participation active des femmes aux actions de développement accroisse leurs responsabilités familiales et permette l’accès à certains domaines dits masculins, cela ne garantit pas forcément une participation égalitaire dans la prise de décisions, notamment dans l’exploitation agricole. Le chemin à parcourir reste encore long...

Bibliographie

Bibliographie

Albert T. I., 1993 – Des femmes une terre. Une nouvelle dynamique sociale au Bénin. Paris, L’Harmattan, Collection Alternatives rurales, 264 p.

Alhassoumi H., 2012 – Innovations, dynamiques et mutations sociales : les femmes productrices de sésame de la Sirba et leurs initiatives collectives. Thèse de doctorat, université Toulouse 2 le Mirail, 309 p.

Bourdieu P., 1998 – La domination masculine. Paris, Seuil, collection Liber, 142 p.

Caillé A., 2007 – La quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total. Paris, La Découverte/MAUSS, 304 p.

CRS-Niger/FCMN-Niya, 2004 – Projet sésame, rapport à mi-parcours. Projet appui à la filière sésame, 26 p., multigr.

CRS-Niger/FCMN-Niya, 2005 – Projet sésame, rapport trimestriel d’activités. Projet appui à la filière sésame (PADEFS), multigr.

Durant T., 2006 – L’alchimie de la compétence. Revue française de gestion, 1 (160) : 261-292.

Granié A.-M., 2005 – Figures de constructions identitaires. Regards croisés : le film, le réalisateur et le sociologue. HDR, UTM, T., 184.

Granié A.-M., Guétat-Bernard H. (éd.), 2006 – Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural. Paris, IRD-PUM, coll. Ruralités Nord/Sud, 329 p.

Guérin I., 2003 – Femmes et économie solidaire. Paris, Éd La Découverte, coll. Recherches, 234 p.

Guétat-Bernard H., 2006 – « Temps et espaces de travail : des assignations et des bousculements des places des hommes et des femmes, chez les Bamiléké du Cameroun ». In Granié A.-M., Guétat-Bernard H. (éd.) : Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse, Presses de l’université du Mirail et Institut de recherche sur le développement (IRD), coll. Ruralités Nord/Sud : 143-167.

Le Boterf G., 2006 – Construire les compétences individuelles et collectives. Paris, Édition d’Organisation, coll. Livres Outils, 271 p.

Meillassoux C., 1992, – Femmes, greniers, capitaux. Paris, L’Harmattan, 251 p.

Olivier de Sardan J.-P., 1984 – Les sociétés songhay-zarma (Niger-Mali). Chefs, guerriers, esclaves, paysans… Paris, Karthala, 299 p.

République du Niger, 2008 – Monographie : commune rurale de Gotèye. Niamey, LUCOP, 24 p., multigr.

Ricoeur P., 2004 – Parcours de la reconnaissance. Trois études. Paris, Éditions Stock, 387 p.

Sen A., 1999 – Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté. Paris, Éditions Odile Jacob, 473 p.

Vatturi-Pionetti C., 2006 – « Biodiversité et gestion féminine des semences dans l’Inde rurale du Deccan ». In Granié A.-M., Guétat-Bernard H. (éd.) : Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse, Presses de l’université du Mirail et Institut de recherche sur le développement (IRD), coll. Ruralités Sud/Nord : 197-217.

Notes

1 République du Niger, 2004 : 5e Rapport sur le développement humain au Niger.

2 Thèse réalisée dans l’UMR Dynamiques rurales à l’école doctorale TESC de l’université de Toulouse 2 le Mirail sous la direction de Anne-Marie Granié, professeure de sociologie à l’ENFA.

3 Avant, la cellule familiale songhay était composée de trois générations vivant sous l’autorité de l’aîné qui est le chef de l’exploitation (Olivier de Sardan, 1984).

4 Les gama-gama sont des femmes-mères moins âgées et de bonnes capacités physiques.

5 Les Kurtés sont des habitants des îles ou du bord du fleuve qui pratiquent le maraîchage et la riziculture.

6 CRS ou Catholic Relief Service est une organisation caritative active au Niger depuis 1990 qui initie des actions de développement rural depuis 2000.

7 Qui s’enfonce en partant d’une racine et de façon perpendiculaire au sol.

8 Trou dans lequel sont déposées les graines à semer.

9 La pression sur les sols fait qu’il devient rare de pratiquer la jachère, c'est-à-dire laisser les terres au repos. L’assolement qui consiste en une succession des cultures sur une terre permet de réduire l’épuisement du sol par alternance de cultures différentes comme les légumineuses et les céréales. Grâce au pouvoir de fixation de l’azote par les légumineuses, elles laissent des réserves nutritives dans le sol qui profitent aux céréales.

10 Récipient de mesure.

Auteurs

Sociologue. UMR MA 104 (UTM/ENFA), laboratoire Dynamiques rurales, université Toulouse Le Mirail, Pavillon de la Recherche, 5, allée Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9
penndo111@yahoo.fr

Sociologue. UMR MA 104 (UTM/ENFA), laboratoire Dynamiques rurales, université Toulouse Le Mirail, Pavillon de la Recherche, 5, allée Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9
anne-marie.granie@educagri.fr

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search