Version classiqueVersion mobile

Biodiversités en partage

 | 
Hervé Rakoto Ramiarantsoa
, 
Chantal Blanc-Pamard

Conclusion générale. Vers une biodiversité sans partage

Texte intégral

1En parlant des ruralités des pays du Sud à la fin du XXe siècle, Gastellu et Marchal (1997) utilisent les mots « dynamisme », « transformation », « vitalité » … dans leur conclusion, pour traduire des réalités des campagnes évoquées dans leur ouvrage. Les reconfigurations des ruralités du corridor forestier betsileo tanàla en bordure orientale des hautes terres malgaches donnent une image différente en ce début du xxie siècle. Elles découlent des mesures environnementales prises depuis les années 1990, les systèmes agraires ayant été recomposés par les dispositifs de conservation de la forêt.

2Le programme national d’action environnemental a transformé une marge, le massif forestier betsileo, en un territoire central pour la conservation de la biodiversité. Il fait de la question environnementale un élément clef, à travers les règles de la gouvernance des ressources naturelles, pour comprendre les mutations des espaces ruraux d’un pays ciblé par les instances internationales pour sa mégabiodiversité.

  • 140 Le fihavanana, ou la recherche de consensus social souvent présentée comme caractéristique de la s (...)

3Aussi, même s’il correspond à une réalité biologique pour les naturalistes, le corridor forestier betsileo-tanàla résulte-t-il avant tout d’une construction politique. Il regroupe des territoires sur lesquels l’organisation sociale légitime des groupes et des individus par leur rattachement à l’histoire des lieux. Les stratégies des populations actuelles continuent de respecter ce critère, elles mobilisent la généalogie pour contrôler l’accès aux ressources soit en resserrant l’ascendance des ayants droit, soit en ramifiant la distribution spatiale de la descendance de ces derniers. Elles confirment le caractère vertical, hiérarchique et excluant de la société malgache (Razafindratovo, 1968-1969 ; Ottino, 1998 ; Razafindralambo, 2005)140.

4Le corridor correspond par ailleurs à un territoire où les populations ne dissocient pas la forêt de la vie agraire. La forêt est connue, pratiquée, intégrée dans les modes d’occupation de l’espace, que ce soit de manière disjointe mais complémentaire à l’image du binôme ambala-an’ala en pays betsileo, ou associée, ce qui est le cas dans les mini-terroirs des écarts tanàla. L’usage de la forêt découplé des besoins de la vie locale date du début du xviiie siècle (Kottak, 1980). Des facteurs économiques et politiques ont sous-tendu cette évolution, ils ont mis en place des structures pour un contrôle englobant. Les injonctions environnementales des années 1980 traduisent une même perspective de contrôle à travers une écologisation des milieux : des forêts sont retirées de la gestion coutumière pour des destinations spécifiques que l’État impose, dans le cas des parcs nationaux, ou qu’un processus participatif est censé valider lorsque il s’agit de foresterie communautaire.

5Les politiques de la nature modèlent de cette manière les usages de territoires. L’incorporation de considérations environnementales dans l’action publique et dans les pratiques ayant un impact sur le territoire, est un enjeu sociétal qui s’impose aux prescripteurs de la politique nationale comme aux communautés rurales. Cette écologisation ne va pas de soi, même si elle est appuyée par une production de normes et de savoirs, dans la mesure où elle entraîne une interférence des projets avec des activités agricoles, pastorales et sylvicoles et des formes d’organisation sociales et territoriales en place. Elle redessine les territoires des ressources forestières, elle en rend aussi l’accès plus complexe et la maîtrise paysanne plus difficile par les dispositifs techniques de gestion. Ici, la réalité rejoint ce que Dove (1996) évoque pour les populations forestières de Bornéo : « So far from power, so near to the forest ». Des initiatives territoriales répondent au recadrage par les politiques environnementales. Elles s’appuient sur une activation sélective des instances impliquées dans l’administration du territoire pour maintenir ou développer différentes productions et filières. C’est ainsi que, loin d’être captifs des dispositifs réglementaires et loin de se laisser enfermer dans un système de contraintes (règles d’usage, d’accès, de production, de commercialisation), des paysans que nous qualifions d’éco-opportunistes opèrent soit individuellement, soit le plus souvent dans le cadre de leur groupe, une relecture des réglementations afin de les ajuster pour les transformer en opportunité technique, économique et/ou foncière (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2007). De telles initiatives qui restent cependant limitées dans leurs effets traduisent la portée des possibles paysans.

6Sur le fond, l’environnement ne requalifie pas les gens des campagnes. La logique moderne de la conservation adoptée par les politiques publiques installe un dispositif qui nie les savoirs locaux, pourtant pertinents dans leur contexte social et écologique (Joneset al., 2005), et occulte les légitimités locales d’accès aux ressources de la forêt. Le recadrage environnemental installe de nouvelles pratiques et activités mais, à l’exemple de l’écotourisme, ces innovations ne sortent pas le monde rural des rapports de domination vécus avec les autres intervenants sur son territoire. La question environnementale sert de support à de nouveaux groupes de développeurs et l’espace local, bien que valorisé dans les discours comme un niveau de convergence et de participation entre les populations et les politiques publiques œuvrant pour l’environnement, n’est qu’un réceptacle d’actions décidées ailleurs, au sein d’autres instances. Les dernières orientations liées aux services écosystémiques confirment cette lecture : elles imposent une gestion qui échappe aux sociétés rurales locales et apportent la peur du déguerpissement chez des populations forestières établies sur leur patrimoine foncier. L’objectif de partage était-il dès le début irréalisable ?

7Pour les sociétés paysannes du corridor, la forêt n’est pas qu’un écosystème, elle n’est pas seulement de dimension écologique ; c’est aussi un élément d’un système social et territorial. La forêt se définit comme un espace de pratiques et de savoirs, indispensable dans le cadre du système de production local et de l’organisation sociale. Elle est une ressource qui ne se caractérise pas par sa rareté mais par sa place dans le système économique, social et territorial. En effet, les paysans ne s’organisent pas par rapport à la rareté de la forêt mais ajoutent-ils, « quand il n’y en aura plus, ils aviseront ». Une telle perception guide l’usage de la forêt. Elle est en dissonance avec les modèles publics de gestion de la forêt. Ces derniers fondent leur action sur un dualisme nature-société, ce qui reflète l’influence des grandes ONG internationales comme CI, WWF, WCS, à l’œuvre dans le pays. Fondamentalement naturalistes et biocentrées, ces ONG restent confrontées à la question de la prise en compte des activités des populations locales (Rakoto Ramiarantsoaet al., 2012a). Simsik (2008) note que les discours dominants sur la gestion de la nature facilitent et justifient l’emprise d’acteurs plus puissants (ONG internationales, bailleurs de fonds) sur les paysans malgaches. Gezon (1997) souligne que l’approche écorégionale, qui s’ajoute à celle d’échelle localisée avec des aires protégées distinctes, sépare les mandats de conservation et de développement. Ruralité et environnement, éléments que combinent les systèmes agraires, se trouvent ici distanciés par les politiques publiques. À la mise en lumière d’une telle distanciation participent les approches de la Political Ecology, qui centre son intérêt sur l’analyse des luttes de pouvoir en matière de gestion de l’environnement (Simsik, op. cit. ; Gezon, op. cit. ; Robbins, 2004 ; Benjaminsen et Svarstad, 2009), et de la justice environnementale, focalisée sur les processus de domination engendrés par la question environnementale et les problèmes de partage de la biodiversité (Walker, 2009 ; Blanchonet al., 2012). Tout en empruntant à leur démarche, notre analyse reste attachée à une approche empirique des savoirs et des pratiques locales, attentive à la compréhension des logiques rurales et soucieuse d’en souligner la cohérence, mais aussi les limites, toujours en fonction du contexte politique, social, économique et selon les échelles des projets et les statuts des acteurs intervenant sur les terroirs et territoires paysans.

8La question environnementale est d’autant plus génératrice d’inégalités sociales (Cornutet al., 2007) qu’elle porte attention uniquement à la biodiversité remarquable. Elle exclut tout le champ de la biodiversité ordinaire. Ce dernier est pourtant un domaine où les pratiques diversifient les paysages (Kull, 2008) et où les agrosystèmes enrichissent la flore locale (Perfecto et Vandermeer, 2008 ; Kullet al., 2011 ; 2013). Les réalités de la nouvelle aire protégée confirment ce diagnostic, car des zones protégées pour leur richesse ne peuvent y être déliées de l’action des hommes (Martinet al., 2009 ; Ratsimisetra, 2006) ; d’autres secteurs d’usage quotidien et intimement connus font l’objet d’exploitations spécifiques, adaptées aux besoins (Carrièreet al., 2005 ; Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2005 ; 2008). Ces savoirs et savoir-faire ne sont pas ici pris en compte, alors que dans le cadre d’autres politiques publiques appliquant la convention sur la diversité biologique, ils font l’objet d’un appui effectif : c’est le cas pour les systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial proposés par la FAO, ou encore pour les systèmes agricoles à haute valeur naturelle mis en place en France (Pointereauet al., 2010). De même, après les processus d’écologisation, l’« agricolisation » revient en force (Sainte-Marie, 2008) : la notion traduit une orientation pour réintégrer les ruraux dans la gestion de l’environnement. Elle manifeste la reconnaissance d’une « ruralité » associant espaces naturels et ruraux, et prenant en compte les « impacts environnementaux, locaux et globaux des activités rurales » (Lescure, 1997).

  • 141 Méral (2012) parle d’un empilement de projets, car ils ne sont pas en rupture les uns par rapport a (...)

9Une autre perspective est celle des perturbations récurrentes qu’apporte la conservation de la nature dans l’espace rural du corridor. L’action environnementale met en œuvre différents programmes : projet de conservation et de développement intégré, transfert de gestion des ressources naturelles auprès de communautés de base, infrastructure écologique de grande envergure pour les services écosytémiques… Le corridor est passé d’un archipel de territoires de conservation sous la forme d’un maillage à trous, à un territoire homogène totalement identifié en zones réglementées par des interdictions d’accès, d’usage et de commercialisation. Les mêmes territoires font l’objet d’actions différentes, se succédant dans le temps sans que les populations locales maîtrisent en quoi consiste le changement141. Ce sont pour elles autant de perturbations qui, en changeant le cadre des relations aux ressources, les éloignent de ces dernières. Les politiques de la nature ont bouleversé la trame des usages et activités.

  • 142 La « feuille de route » vers un règlement de la crise a été établie avec la communauté internation (...)

10L’absence de conditions adéquates pour une « environnementalité » (Agrawal, 2005) est une autre conséquence de cette reconfiguration. Pour Agrawal, l’environnementalité fait émerger des acteurs environnementaux à la place de simples citoyens grâce aux interférences entre le pouvoir, les engagements institutionnels et des postures individuelles sensibles à la question environnementale. Or, la conduite des programmes environnementaux du corridor forestier betsileo tanàla a procédé par des relations asymétriques entre autorités officielles, acteurs institutionnels, ONG de l’environnement et populations locales. Elle n’a pas abouti à une définition acceptée de la biodiversité à partager, mais a mis en œuvre une biodiversité administrée. Les priorités différentes ne se sont pas effacées au profit d’un intérêt commun, comme ce qu’Agrawal a pu observer dans l’Himalaya indien. Au contraire, nous venons de le souligner, certaines populations se sentent dépossédées, ce qui est un ferment de désaccord. À cela s’ajoute depuis 2009, l’instabilité politique142, avec ses conséquences sur l’action publique et les engagements institutionnels : le « Programme environnemental 3 – PE3 malgache » (prévu de 2003 à 2008) n’aura pas atteint son objectif de « développer le réflexe environnemental chez tous les acteurs ».

  • 143 Voir l’exemple de l’injustice environnementale présentée dans le cadre de la protection de la forê (...)

11Enfin, il faut souligner une perception des peuples forestiers qui demeure négative, mise en lien avec la dégradation de l’environnement. Aubertin et Pinton (2006) montrent ailleurs qu’une telle image répond à une construction au service de programmes environnementaux. Les savoirs locaux sont marginalisés, sinon instrumentalisés lorsqu’ils sont isolés du contexte qui leur donne sens. Dans le cas malgache, l’attitude des ONG de l’environnement est frappante : leur action ne met pas en valeur les compétences locales. Elles sont plutôt présentes pour mettre les populations en relation avec des projets de conservation/développement et les accompagner dans la mise en forme et les normes des demandes présentées aux bailleurs. Les rares appuis aux intérêts locaux endogènes qui se font jour proviennent d’initiatives pour la plupart individuelles, souvent de chercheurs sensibles aux injustices commises au nom de la conservation de la nature envers les populations locales143. Le contraste est saisissant avec l’engagement d’ONG internationales en Amazonie brésilienne, à l’origine de la reconnaissance de divers types de droits pour des populations traditionnellement marginalisées (Pintonet al., 2013). Cette lacune questionne le rôle des ONG dans l’accompagnement et/ou l’intermédiation auprès des populations locales à Madagascar. Quels que soient leurs statuts, elles se rejoignent sur le financement de leurs actions, en provenance des programmes environnementaux, ce qui guide leurs objectifs. Les requêtes locales pour une biodiversité à partager ne sont pas leur priorité.

12En définitive, le rapport de forces à l’œuvre dans la mise en place de la nouvelle aire protégée Ambositra-Vondrozo impose une construction territoriale d’envergure, de plus de 300 000 ha. Un zonage de différentes unités (production, utilisation durable, occupation contrôlée…) en différencie et spécifie l’espace rural. La forêt, milieu de vie riche de ses terres, de ses produits, de sa complémentarité avec les espaces découverts, connaît désormais une autre réglementation qui échappe à la logique, à la mesure et au contrôle paysans. Les politiques environnementales visent plus à limiter les conséquences dommageables des activités paysannes qu’à réorienter le développement dans le sens d’un développement durable. D’une biodiversité qui devait être partagée, le dispositif protège une biodiversité sans partage de ses objectifs. Tout comme ce que décrit Nancy Peluso sur l’île de Java (1992), les populations locales se trouvent appauvries de ne plus bénéficier des ressources forestières alors qu’elles continuent d’en percevoir la richesse. Soumises à une autre culture de gestion de l’espace, elles sont devenues étrangères à ce qui était leur propre territoire.

13À cette échelle de l’analyse, les populations locales subissent les décisions des concepteurs de la politique de conservation. La situation ne fait que traduire la place prise par les acteurs internationaux et les organisations environnementales dans le pilotage d’une biodiversité (Blandin, 2009) suivant des normes de plus en plus globales. Dans le même temps, les programmes mis en œuvre génèrent des redistributions économiques, sociales, politiques au sein des acteurs locaux. Ici, des groupes sociaux désormais reconnus et légitimés par leur Coba ; là, des lignages qui retrouvent leurs terres ancestrales grâce à la formule participative des terroirs villageois ; ailleurs encore, des ménages étrangers intégrés pour leurs relations avec les projets de développement et les ONG. Cependant, ces modifications ne changent pas la structure inégale qui continue de caractériser la société betsileo tanàla. La politique environnementale et les requalifications qu’elle apporte ne transforment pas le fonctionnement du système social. Elle renforce même les inégalités quand, et c’est souvent le cas, ce sont les grands lignages locaux qui tirent avantage des programmes de conservation/développement. On en arrive à se demander si, dans ce corridor où il n’y a pas de mouvement local des populations forestières en réaction aux territorialisations imposées, l’action environnementale ne répond pas à un objectif de maintenir une situation de domination du local.

14La pauvreté reste un grave problème dans ces campagnes malgaches comme dans toute l’île. L’inflation frappe les plus démunis et le vécu quotidien des populations est confronté à la hausse des prix de produits de première nécessité (Mintenet al., 2003). Avec la quasi-fermeture de la forêt, la pauvreté s’est encore accentuée. Retenir les paysans en arrière de la forêt en ambala par des pratiques d’intensification débouchant sur une augmentation de leurs revenus est l’objectif du LDI, mais les techniques novatrices n’ont pas trouvé un écho favorable, leur présence en pointillé dans le paysage le souligne. Pourtant, rappelons-le, le rapport du Forum des Nations unies sur les forêts (mai 2005) indique que « là où les forêts jouent un rôle primordial en permettant aux populations de faire face à la pauvreté, les droits de ces dernières devraient être protégés en garantissant l’accès aux produits forestiers ligneux et non ligneux et en assurant la sécurité foncière dans ce contexte ».

15La politique environnementale au service de la lutte contre la pauvreté a ici marqué très peu de points, loin du compte des Objectifs du millénaire pour le développement dont la date de réalisation de 2015 est désormais proche (Gastineauet al., 2010). Ses critères, portés par les paradigmes globaux de la conservation, ont des priorités qui diffèrent de celles qu’implique une « sortie de la pauvreté » pour des populations perturbées dans leur existence territoriale. Une mise sous tutelle des activités sur un terroir et une combinaison de normes et de zonages à différentes échelles traduisent un système de contraintes à forte complexité. Il faut se poser la question de la cohérence d’une telle politique environnementale dont les résultats ne correspondent pas aux attentes de leurs acteurs promoteurs.

16Dans la suite des réflexions sur « Rio + 20 », l’analyse de la scène du corridor montre comment, sur des espaces appropriés, sont définis, délimités, réglementés des territoires qui semblent pertinents pour la biodiversité. Mais ce sont de nouveaux territoires et de nouveaux usages qui instituent une séparation entre espaces protégés et espaces de production. Biodiversité partagée, biodiversité sans partage. La préoccupation environnementale est devenue une norme incontournable, mais pour autant elle n’est pas constitutive de l’agriculture et reste aux marges, voire en dehors des activités productives. La place des acteurs locaux reste à redéfinir, de même que celle de l’écologisation dans les systèmes de production des ruraux. Les pressions sur ces derniers restent fortes et le plus souvent inefficaces, faute de comprendre leurs besoins pour rechercher une articulation entre développement et environnement, et entre acteurs et opérateurs. Une agricolisation dans l’administration de la nature serait-elle une solution pour réduire les pressions, tout en maintenant des objectifs de gestion de la biodiversité et pour construire enfin un modèle d’avenir ?

Notes

140 Le fihavanana, ou la recherche de consensus social souvent présentée comme caractéristique de la société malgache, est une création historique du christianisme. Voir les travaux de Raison-Jourde (1991).

141 Méral (2012) parle d’un empilement de projets, car ils ne sont pas en rupture les uns par rapport aux autres, se situant « dans un trend qui ne change pas brutalement les choses ».

142 La « feuille de route » vers un règlement de la crise a été établie avec la communauté internationale dont les principaux bailleurs de fonds ont suspendu leur aide au développement, sauf celle humanitaire et l’aide d’urgence. Elle a conduit aux élections de décembre 2013, à l’origine du gouvernement dirigé par le nouveau président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

143 Voir l’exemple de l’injustice environnementale présentée dans le cadre de la protection de la forêt du cap Masoala (website : http://humanrightsmasoala.org/) ; voir aussi l’initiative de l’université de East Anglia, à travers l’atelier « Create Space for the views and aspirations of forest people in Madagascar to be heard in policy debates » (juin 2010, Norwich).

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search